Version classiqueVersion mobile

Matériaux pour une sociologie de l’individu

 | 
Vincent Caradec
, 
Danilo Martuccelli

Deuxième Partie. Représentations contemporaines de l'individu

Ouverture

Texte intégral

1Le fait que l’individu soit devenu l’horizon liminaire des perceptions sociales dans la modernité amène parfois la sociologie à négliger l’étude des processus historiques ou des politiques dont il est issu. Là où les liens de l’individu avec la modernité sont, par exemple, pour les historiens, l’objet de vives discussions, la plupart des sociologues se contentent d’insister sur le fait que l’individu est une « invention » de la modernité issue de la cassure des anciens liens communautaires. Dans son squelette analytique minimal, son saisissement historique se résume alors au passage d’un acteur fermement inséré dans un tout social à un individu sous l’emprise d’une hétérogénéité des liens rendant son enracinement social plus problématique.

2Or, l’individu est inséparable d’un ensemble indissociable de processus, de représentations et de politiques. L’idée d’individu souligne, même si son évidence sociale tend aujourd’hui paradoxalement à l’obscurcir, une représentation particulière de l’acteur, affirmant qu’il s’agit d’un tout unique et détaché qui existe par lui-même. Dans ce sens, il est bien entendu inséparable de la manière dont on parvient à rendre compte du rapport entre la « monade » psychique initiale et la « personne » sociale qu’il devient – d’où d’ailleurs la place si déterminante que la notion de socialisation a prise dans les tentatives pour dégager une sociologie de l’individu. L’individu est bien entendu un acteur social, capable de modifier son environnement, doté d’intentions, susceptible de forger des stratégies, contraint par des contextes et des limites multiples, et dont l’interprétation de la conduite oscille entre facteurs antérieurs ou projectifs. Mais une sociologie de l’individu ne peut pas se contenter de le cerner uniquement en tant qu’acteur social. L’idée de l’individu engage aussi, même si la sociologie a parfois trop tendance à l’oublier dans ses démarches méthodologiques, une définition normative informant en profondeur les pratiques sociales. L’individu est à la fois un acteur empirique, propre à toute collectivité humaine, et il est également, et indissociablement, dans la modernité, un sujet s’appuyant sur une représentation historique et normative particulière. C’est Louis Dumont qui a établi cette distinction précieuse entre deux dimensions de l’individu en Occident : d’une part, l’individu désigne l’« échantillon indivisible de l’espère humaine » et d’autre part, il définit un « être moral », conçu comme détaché du social, et spécifique à l’idéologie moderne de l’homme et de la société (Dumont, 1985, p. 16-17).

3Mais si la manière de concevoir l’individu est inséparable d’une tradition culturelle, encore faut-il ne pas le réduire à cette seule dimension. L’histoire de l’individu en Occident est en effet à relier à une série de facteurs importants. Il n’est pas ainsi exagéré d’affirmer qu’il n’y aurait certainement pas d’individu, dans la manière dont nous le concevons aujourd’hui, dans les actes les plus ordinaires de la vie sociale, sans la mise en place, à la fin de l’Ancien Régime, d’un marché de travailleurs libres contraints de vendre leur force de travail. C’est dire à quel point l’individu est impossible à dissocier de l’importante production juridique qui lui donne justement sa valeur centrale dans la modernité, et impose la représentation d’un sujet muni d’une liberté fondatrice le rendant responsable de tous ses actes, bref, de l’intronisation de l’individu comme le principal vecteur de droit. Mais il faut aller plus loin encore : ces exigences proprement économiques et cette production législative autour de l’individu vont connaître un prolongement majeur du côté de la pratique institutionnelle et des politiques publiques. Ces dernières vont ainsi, pour chaque période, rédéfinir les attentes et les contours auxquels les individus sont soumis. C’est par le biais de cet ensemble de facteurs, que les acteurs sont véritablement fabriqués en tant qu’individus.

4Pour rendre compte de ces éléments, la sociologie de l’individu est contrainte de s’ouvrir à une sociologie des représentations historiques de la figure de l’individu. On peut mener cette ouverture dans la direction d’une étude des représentations culturelles au sein d’une tradition intellectuelle (comme l’a fait magistralement Taylor ou comme il est possible de le repérer dans les travaux d’Elias) mais on peut également envisager, comme on le verra davantage dans les travaux qui suivent, au travers d’une sociologie des processus collectifs encadrant la production des notions de l’individu, notamment en direction des philosophies sociales sous-tendant les politiques publiques, les pratiques des institutions ou l’énonciation du droit. C’est ainsi que les textes qui suivent reposent sur des analyses empiriques localisées et cherchent à spécifier quelles sont les conceptions de l’individu sous-jacentes aux politiques sociales, dans les débats législatifs sur l’accouchement sous X ou sur les AMP, dans des discours et pratiques concernant la fin de la vie et la « bonne mort ». Ces études permettent ainsi de repérer comment se spécifient les caractérisations générales de l’individu contemporain (autonome, indépendant, auto-contrôlé, expressif) en permettant de pointer le grand nombre de contradictions qui le traversent.

Bibliographie

DUMONT L., Homo Aequalis, vol. 1, Paris, Gallimard, 1985 (1977).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search