Version classiqueVersion mobile

Jacques Maritain et l’Amérique du Sud

 | 
Olivier Compagnon

Annexes

Texte intégral

1) Les correspondants sud-américains de Maritain par nationalité, 1923-1973

2) Lettre de Maritain à Luis Arturo Pérez, 14 août 1939 (CEJRM)

1Monseigneur,

 

2Je m’empresse de répondre à votre lettre, qui m’est bien parvenue à la campagne. Laissez-moi vous dire que quelques passages m’en paraissent surprenants ; vous vous adressez à moi comme si j’étais un politicien proposant un « programme ». Et vous me suggérez de « rectifier quelques lignes » de celui-ci. Je ne suis pas un politicien, mais un philosophe. Je ne propose pas un programme, je cherche la vérité en matière de philosophie politique comme en matière spéculative. Si j’ai dit quelque chose qui ne soit pas vrai, qu’on me le montre, ce sera toujours une joie pour moi de rendre hommage à la vérité. Mais ce serait une singulière faute de méthode de vouloir juger des idées philosophiques sur tels ou tels événements particuliers dont on les rendrait responsables, alors qu’une foule de mineures contingentes et de considérations de fait interviennent entre la majeure et la conclusion qu’on prétend en tirer. Je vous ai déjà dit, Monseigneur, que je n’ai aucune relation avec les jeunes gens de la phalange chilienne. Qu’ils aient eu tort ou raison dans telle ou telle circonstance, je ne suis pas suffisamment renseigné pour le savoir. Qu’ils interprètent exactement ma pensée ou non, je ne le sais pas davantage. Si je reçois des informations suffisamment complètes pour me faire une opinion sur la situation au Chili ; si des explications me sont demandées par ceux auprès desquels j’ai quelque autorité morale ; et si je juge que ces explications ont chance d’être utiles, je ne me refuserai pas – bien que je répugne à m’immiscer dans les affaires d’un pays étranger – à donner en toute liberté ces explications. Mais il est inadmissible que l’on fasse retomber sur la pensée d’un philosophe chrétien, fondée, j’en ai la confiance, sur une juste vue du réel (et approuvée, s’il faut ajouter cela, par les théologiens compétents), les malheurs et les périls qui résultent au Chili des fautes qu’ont pu commettre les dirigeants de tel ou tel parti politique, ou de tel et tel parti politique (car ces sortes de fautes sont généralement partagées).

3J’ai constamment insisté dans les livres sur l’obligation pour le chrétien de s’engager jusqu’au cœur des réalités temporelles, sociales et politiques ; mais il est clair que ce qui est demandé au chrétien, c’est de porter ainsi dans son milieu l’esprit du Christ, non de se rendre solidaire des fautes ou des erreurs de ce milieu. J’ai insisté aussi non seulement sur l’union de charité qui doit régner entre les catholiques, malgré leurs diversités en matières purement humaines, mais encore, 1) sur l’importance du « firmament doctrinal » sous lequel l’étiquette catholique, et notamment les enseignements des encycliques, rassemblent les fidèles dans l’ordre lui-même des choses sociales et politiques ; 2) sur l’unité d’action qui s’impose lorsque la politique touche à l’autel et que des biens éternels sont mis en péril. Mais il est clair que cela ne signifie point pour les catholiques la nécessité de s’embrigader tous dans un seul parti politique ; il est normal au contraire qu’il y ait diversité à ce point de vue ; à supposer qu’au Chili il en soit autrement, ce serait là une circonstance tout exceptionnelle, dont on ne saurait évidemment faire une règle de philosophie politique. D’autre part il n’appartient pas à n’importe quel parti ou à n’importe quel politicien s’arrogeant de parler au nom de la religion, mais à l’Église elle-même de spécifier à quels intérêts sacrés et supra-politiques les catholiques ont en tel cas particulier le devoir de sacrifier des préférences politiques légitimes en elles-mêmes. Et quant à la question de l’obéissance à l’autorité ecclésiastique en telle conjoncture politique donnée, elle ne commence à se poser que si l’autorité s’est prononcée explicitement à ce sujet (comme le cardinal van Roey en Belgique à l’époque de l’élection de M. van Zeeland ; et alors tous les catholiques belges ont justement obéi.) On ne saurait désobéir à un ordre qui n’a pas été donné.

4À quiconque a une connaissance réelle et sérieuse de mon œuvre il apparaîtra comme un paradoxe étrangement gratuit d’adresser au philosophe qui a écrit Primauté du Spirituel – et qui a tant travaillé, lors de la condamnation de l’Action française, pour éclairer les partisans de ce mouvement sur leur devoir à l’égard de l’Église – le reproche de semer « l’indiscipline » ; ou encore d’accuser de sacrifier le présent à l’avenir, au nom de je ne sais quel « pessimisme » outré, un homme qui n’a cessé de protester contre la « politique du pire » et de proposer contre les amateurs de guerre civile la formation d’un « tiers parti » appliqué à sauver les valeurs les plus immédiates du bien commun. C’est sur la nature des choses, et sur la structure même des actes humains et de la conscience morale que s’appuient les idées que j’ai développées au sujet de l’activité politique des chrétiens. On sera forcé en tout cas de reconnaître ces réalités si l’on veut sauver l’union des catholiques et la vitalité de leur action. Je me permets d’ajouter qu’au Chili même, il serait plus avantageux pour cet effet de comprendre exactement mes livres et d’en répandre l’intelligence que de les défigurer et caricaturer, et d’essayer de jeter sur eux une injuste suspicion, ce qui ne peut avoir pour résultat que de multiplier les malentendus et d’envenimer les querelles.

5Vous avez bien voulu, Monseigneur, me proposer de m’envoyer, au sujet de la situation au Chili, des documents et des renseignements qui m’aideront à me procurer cette information suffisante dont je parle au début de la présente lettre. Soyez certain que j’accueillerai ces renseignements avec reconnaissance, en particulier ceux qui concernent les brochures et conférences faites au Chili contre moi, et où ma pensée et ma personne sont étrangement calomniées.

6Par une coïncidence singulière, et que je tiens pour providentielle, il est arrivé le jour même où je revenais ici, après avoir été charmé par votre aimable conversation à Paris – et après avoir été presque convaincu par vous qu’au Chili la droite s’inspirait toujours, dans ses moyens comme dans ses buts, du plus pur esprit chrétien –, j’ai trouvé une coupure de journal concernant une conférence que vous avez récemment prononcée contre moi, où vous déclariez que j’étais juif (ce n’est certes pas une injure à mes yeux, mais le fait est que je n’appartiens pas à la race élue), et où vous vous efforciez, paraît-il, de mettre mes livres en contradiction avec les encycliques pontificales, en dénonçant le caractère pernicieux de mon enseignement, en déclarant que je me tenais tout juste à la frontière de l’Église, et en me traitant en hérétique – ce que je regarde, n’en doutez pas, comme l’offense la plus outrageante qu’on puisse faire à un penseur catholique. Je ne puis vérifier si les allégations de cet article sont exactes, n’ayant malheureusement pas votre texte sous les yeux. Il va de soi que je vous serai très obligé de m’envoyer le texte de cette conférence (ou de ces conférences) parmi les autres documents que vous réunirai pour moi. Croyez que j’apprécie à sa valeur la charité en vertu de laquelle vous avez manifesté, dans votre entretien avec mon éditeur comme dans celui que vous avez demandé à avoir avec moi, des sentiments de si amicale bienveillance privée à l’égard d’un homme que vous jugez publiquement de manière si sévère. J’aurais sans doute préféré que vous m’instruisiez vous-même des jugements que vous avez ainsi portés sur moi au Chili, et du soin que vous avez pris de ma réputation. Du moins m’auriez-vous donné de cette façon la possibilité de rectifier certaines erreurs dans la connaissance que vous avez des choses qui me concernent, et m’auriez-vous épargné la surprise d’apprendre ces choses par un tiers.

7Soyez assuré, Monseigneur, que mon désir de la paix et de l’union entre catholiques est grand et sincère. C’est ce désir qui m’a incliné si longtemps à rester silencieux en face de bien des calomnies débitées contre moi, en Amérique du Sud notamment. Si je suis un jour obligé de défendre publiquement mon honneur de philosophe chrétien, c’est avec regret que j’en viendrai là, et avec la conscience en tout cas d’avoir patienté longtemps, et d’exercer le plus légitime des droits, et de n’avoir rien fait pour provoquer des divisions que je déplore.

8Je n’oublie pas, en écrivant cela, que les injustices personnellement souffertes ne doivent pas nous détourner du souci du bien général. Je ressens profondément, comme doit le faire tout catholique, les menaces qui, de fait, d’après ce que vous m’avez dit, pèsent actuellement sur l’Église au Chili. De tout cœur je voudrais pour ma part aider à y parer. Et c’est bien pourquoi, ainsi que je vous l’écrivais au début de cette lettre, je reste disposé, si après suffisante information j’estime qu’une intervention a chance d’être utile, à faire ce que je pourrai pour la pacification des cœurs, quelque répugnance que j’éprouve à m’occuper des affaires intérieures d’un pays qui n’est pas le mien.

9Veuillez agréer, Monseigneur, avec mon souvenir ému du ton si chrétien, comme vous voulez bien me l’écrire, de notre entretien, l’expression de mes sentiments de très respectueuse et religieuse considération en N. S.

10Jacques Maritain

3) La « Déclaration de Montevideo », avril 1947 (CEJRM)

Acta de Fundación

11En la ciudad de Montevideo, entre los días 18 y 23 de abril de 1947, y por la invitación de un grupo de ciudadanos uruguayos, se reunieron los argentinos, brasileños, chilenos y uruguayos que suscriben para examinar las bases de una posible réunión internacional de demócratos cristianos. Luego de la debidas deliberaciones sobre el memorándum presentado por el grupo de Montevideo se aprobaron las siguientes conclusiones que se consignan como fundamento inicial del Movimiento:

12Preocupados por los graves problemas sociales, políticos y económicos que comprometen hoy la conciencia y el destino de los hombres y de los pueblos; en atención a la identidad del panteamiento fundamental de taies problemas el los varios países, sin perjuicio de las diferencias nacionales y a la interdependencia de las situaciones que hacen indispensables la consideracion y la accion supranacionales; profundamente convencidos de que sólo la direcciones y tendencias que proporcionan el acervo de la doctrina social de la Iglesia, la filosofía cristiana y las tendencias democráticas contemporaneas, pueden conducir a fijar posiciones adecuadas a las necesidades y aspiraciones actuales; a fin de que la consideracion y la accion que se contemplan obtengan la necesaria estabilidad y eficacia, que solo puede darles una institución permanente, y en razón de la urgencia de los problemas que debemos afrontar, se decide:

  1. Fundar un movimiento supranacional de bases y denominación comunes, que tiene por finalidad promover, por medio del estudio y la accion, une verdadera democracia política, económica y cultural, sobre el fundamento de los principios del humanismo cristiano, dentro de los métodos de libertad, respeto a la persona humana y desenvolvimiento del espíritu de comunidad y contra los peligros totalitarios crecientes del neofascismo, del comunismo y de la reacción capitalista.

  2. Las bases del movimiento son las siguientes:

    1. El movimiento afirmará la doctrina social cristiana.

    2. El movimiento realizará los principios del humanismo intégral.

    3. El movimiento no tendra caracter confesional, pudiendo participar en él todos que acepten estos principios.

    4. El movimiento procura la redención del proletariado por la liberación creciente de los trabajadores de las ciudades y de los campos, y su acceso a los derechos y responsabilidades del poder político, económico y cultural.

    5. El movimiento afirma como indispensable al régimen de convivencia entre los hombres, la total restitución del imperio de la ética y el derecho, y su expresión institucional en la ley. Por tanto rechaza toda dictadura en el terreno político, económico y cultural y toda hipertrofia en las funciones del Estado.

    6. El movimiento rechaza y combate toda prolongación del fascismo bajo cualquier forma o denominación con que se presente y que aquí designamos como neofascismo.

    7. El movimiento rechaza y combate al comunismo tanto como al anticomunismo que encubra cualquier reacción antidemocrática.

    8. El movimiento se empeña en la superación del capitalismo, individualista o estatal, por medio del humanismo económico. El humanismo económico organiza la economía teniendo como fin la satisfacción de las necesidades materiales de la persona humana, para lo cual debe reunir, por lo menos, las siguientes cinco direcciones esenciales: 1) predominio de la moral sobre el lucro; 2) predominio del consumo sobre la producción; 3) predominio del trabajo sobre el capital; 4) sustitución del patronato por la asociasión, y 5), sustitución del salario por la participación.

    9. El movimiento procura llegar cuanto antes a una distribución mas justa de la propiedad como base económica de la libertad y progreso, encareciendo la importancia de la pequena propiedad agricola, comercial e industrial.

    10. El movimiento encarece la necesidad de los estudios objetivos de las condiciones de hacho de cada país y de cada región, de modo que la trasformación se logre por medios pacíficos y no por medios violentos.

    11. El movimiento considera fundamental la cristianización y la defensa de la familia sobre la base de la unidad y la indisolubilidad del matrimonio.

    12. El movimiento se empeña en la extension de la instrucción y e la educación gratuita, basadas en los ideales cristianos, a todo el pueblo, sin distinción de clases sociales; rechaza cualquier monopolio estatal de la educación, directo o indirecto, y reconoce el derecho natural de los padres en la orientación de la educación de sus hijos.

    13. El movimiento afirma el derecho a la sindicación como un derecho inaliénable de la persona humana en el trabajo, cuyo ejercicio exige un régimen de plena igualdad juridica para todas la categorías de trabajadores. Afirma también la urgente necesidad del movimiento sindical y la plena participación de los cristianos en su desarrollo.

    14. El movimiento pugna por contribuir a organizar la humanidad, sin perjuicio de los Estados particulares, en una comunidad internacional de derecho, que, desde luego, consagre la tutela internacional de los derechos de la persona humana, que establezca la igualdad jurídica de los Estados pot medio de un poder judicial, de jurisdicción incondicionada y universal, y que realice el bien comun de la paz. Rechaza los nacionalismos, los imperialismos de cualquier signo, los antisemitismos y todas las tendencias que provoquen la discordia o la guerra.

    15. El movimiento encarece, para los católicos que de él participen, la necesidad esencial de una vida cristiana individual profunda, e integrada en la vida litúrgica de la Iglesia, para el florecimiento social del humanismo integral.

Organizacion

  1. La institución estará dirigida por una autoridad central, compuesta por un miembro de cada uno de los países representados, quienes se encargarán de constituir en sus respectivos paises los grupos de ciudadanos que formarán la filiales de la entidad, y extender la obra a otras regiones. Esta autoridad se integrará con los representantes de los nuevos grupos nacionales.

  2. Esta autoridad tendra como obligación inicial promover la organización de la filial internacional que motiva esta reunión, e invitar a las entidades y personas que deban concurrir.

  3. La organizacion del Congreso se hara por medio del grupo del país donde el mismo tenga su sede.

  4. Para el congreso se invitará a personas y entidades que acepten las bases señaladas y cuya conducta política coïncida con ellas. La calificación definitiva queda entregada a la autoridad central constituida. Cualquier persona o entidad de cualquier pais que crea reunir las condiciones estipuladas, puede recurrir a esa autoridad si no tiene representación en el grupo organizado de la respectiva nación.

13Por Brasil: Alceu Amoroso Lima

14Por Chile: Eduardo Frei Montalva

15Por Uruguay: Dardo Regules, Juan Vicente Chiarino, Horacio Terra Arocena, Julio C. Garcia Otero, Salvador Garcia Pintos, Tomas G. Brenna, Juan Natalio Quagliotti, Victor Escardo y Anaya, Ignacio Zorrilla de San martin, Venancio Flores, Alejandro Andre, Jorge Carve Gurmendez, Roberto Pla Rodriguez, Luis Garcia Pardo, Roman Lezama Muñoz, Jorge Mazzoni, Julio C. Pandolfo, Alberto Fernandez Goyechea, Joaquin Secco Garcia, Elzeario Boix Larriera y Jose M. Robaina Anzo.

16Por Argentina: Alberto Velez Funes, Ivan Vila Echagüe, Enrique Martinez Paz, Alberto Duhau, Alfredo Di Pacce, Horacio Peña, Manuel Rio y Manuel V. Ordonez.

 

17La autoridad central de la institución la constituyen los señores: Alceu Amoroso Lima, por el Brasil; Eduardo Frei Montalva, por Chile; Dardo Regules, por el Uruguay, y Manuel V. Ordonez por la Argentina.

4) Télégramme de Rafael Caldera à Jacques Maritain, 21 novembre 1972 (CEJRM)

18À l’occasion du quatre-vingt dixième anniversaire de votre naissance je désire vous exprimer notre admiration et reconnaissance pour tout ce que votre œuvre éminente de penseur et de maître a contribué au renforcement de la démocratie contemporaine. Inestimable est votre apport dont la grandeur est comparable à ceux des plus grands penseurs vivants à ce que notre civilisation représente en termes de paix et de liberté et à la jeunesse qui porte l’avenir entre ses mains, car vous avez su comprendre la nécessité de faire revitaliser l’idée de la démocratie en la basant sur les principes spiritualistes les plus profonds. De nouveau aujourd’hui, pour faire face avec succès aux grandes difficultés qu'elle confronte, la démocratie doit, plus que jamais, puiser ses forces dans les sources inépuisables d’une conception essentiellement humaine de l’homme, et de l’État, comme vous l’avez soutenu sans tituber. Pour tout cela, c’est avec une satisfaction spéciale que je voudrais unir ma voix à celle de tous ceux qui proclament aujourd’hui vous mérités infinis et pour vous exprimer notre haute estime et notre affection.

19Rafael Caldera, Président de la République du Venezuela

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search