Version classiqueVersion mobile

Des femmes éplorées ?

 | 
Emmanuelle Santinelli

Troisième partie. La veuve dans la société médiévale : place, rôle et pouvoir

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Chapitre 1.
  • 2 Voir chapitre 4.

1Au-delà de l’option prise par la veuve – ou par d’autres pour elle –, divers constats invitent à s’interroger plus globalement sur le rôle dévolu aux veuves et joué par elles dans la société médiévale. La veuve occupe, on l’a vu1, une place particulière dans le rituel de deuil et ses gestes d’accompagnement sont essentiels. L’Église lui propose ensuite une vie vouée à la prière, au jeûne et à l’aumône. Si une minorité seulement fait profession de viduité et se retire dans une communauté religieuse, certaines fondent des monastères2 et d’autres, beaucoup plus nombreuses, font des donations. Les veuves n’entretiendraient-elles pas une relation particulière avec le monde des morts ? Ne joueraient-elles pas un rôle d’intermédiaires avec le sacré ? Si tel est le cas et dans la mesure où, comme mères, l’éducation religieuse des enfants leur revient, quel est leur rôle dans la transmission de la mémoire ? Fondations, comme donations, impliquent par ailleurs des transferts de patrimoine du monde laïque à la sphère religieuse. La veuve y apparaît comme un intermédiaire fréquent, alors qu'elle sert aussi de chaînon dans la transmission des biens familiaux : peut-on mesurer la place de la veuve et sa spécificité dans le mouvement des richesses et évaluer les droits dont elle dispose ? Ceux-ci dépendent très probablement du rapport de forces au sein de la famille et plus largement de la situation politique et sociale. Certaines veuves bénéficient d’un contexte qui leur permet d’exercer un véritable pouvoir dont il faut définir les contours et les limites.

2La troisième partie vise donc à analyser la place, le rôle et le pouvoir attribués aux veuves et effectivement assumés par celles-ci dans la société médiévale et à montrer en quoi ils se distinguent de ceux des autres femmes, mais aussi de ceux des veufs. Après avoir montré le rôle de la veuve dans la transmission de la mémoire et sa place dans les transferts patrimoniaux, j’analyserai les pouvoirs quelle peut exercer, comme femme, parce qu'elle est veuve.

Notes

1 Chapitre 1.

2 Voir chapitre 4.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search