Version classiqueVersion mobile

Des femmes éplorées ?

 | 
Emmanuelle Santinelli

Deuxième partie. Rester veuve ou se remarier ?

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Suicide « volontaire », chez les hindous et certains peuples germaniques, A. Rosambert, La veuve en (...)

1Les sociétés ont envisagé diverses solutions pour les veuves, en fonction de la place qu’elles leur accordent et du rôle qu’elles leur assignent : parfois suicide « volontaire », exclusion ou interdiction de se remarier, plus souvent remariage obligatoire ou liberté plus ou moins contrôlée1. Au haut Moyen Âge, lorsqu’après s’être conformée aux rites du deuil et avoir vécu quelque temps en marge de la société, la veuve réintègre la vie sociale, trois solutions sont possibles : le remariage, le veuvage voué à Dieu ou la vie dans le siècle sans engagement ni religieux ni matrimonial. L’une d’elles est retenue en fonction des critères définis précédemment. Mais, si la seconde option est – en principe – irrévocable, la troisième peut s’avérer transitoire et la première non définitive. Certaines veuves se remarient assez rapidement après la mort de leur époux puis, après la dissolution de leur seconde union, passent le reste de leur existence dans le siècle, voire se vouent à Dieu à la fin de leur vie, comme par exemple la duchesse d’Aquitaine Agnès au XIe siècle. S’il est relativement aisé de reconstituer le parcours des veuves de la haute aristocratie, il est en revanche plus difficile de définir celui de la plupart des veuves que l’on rencontre au détour d’un acte ou d’une source narrative qui présente leur statut à un moment précis de leur existence.

2Les statistiques menées à partir du corpus établi fournissent les résultats suivants : alors que la grande majorité des veufs se remarie, cette solution apparaît moins systématique pour les veuves dont le devenir semble plus diversifié : 20 % des veuves apparaissent remariées, 10 % vouées à Dieu, 70 % vivant dans le siècle sans mari et sans engagement religieux. Cette dernière situation constitue cependant un « passage obligé » pour chaque veuve, avant tout autre type d’engagement : certaines femmes qui apparaissent avec ce statut et qui ont été comptabilisées dans cette catégorie ont pu cependant d’abord se remarier avant de rester seule dans le siècle, après un second ou un troisième veuvage, ou opter ensuite pour l’une des deux premières solutions. Malgré ces restrictions, les résultats laissent peu de doute sur la manière dont se répartissent les choix faits : la seconde partie vise à expliquer cette répartition et à évaluer les enjeux dont les veuves font l’objet : quelle place et quel rôle l’Église et les familles leur attribuent-elles ? Pourquoi de nombreuses veuves vivent-elles seules dans le siècle alors que cette situation est très rarement attestée pour des femmes non mariées ? Pourquoi le remariage d’une veuve retient-il autant l’attention des législateurs ?

3J’analyserai d’abord le cas de celles qui, minoritaires, vouent leur veuvage à Dieu, puis je m’intéresserai à celles qui restent dans le siècle, ce qui permettra de comprendre pourquoi certaines d’entre elles se remarient.

Notes

1 Suicide « volontaire », chez les hindous et certains peuples germaniques, A. Rosambert, La veuve en droit canonique..., op. cit., p. 6-8 ; J. Auboyer, « La femme en Inde... », art. cit., p. 249-250.
Exclusion partielle prévue par la loi de Manou pour les veuves hindoues, J. Auboyer, « La femme en Inde... », art. cit., p. 246-247.
Interdiction de remariage pour les veuves des castes supérieures en Inde, Histoire de la famille, t. 2, p. 353. Chez les Incas, les veuves ne peuvent se remarier si ce n’est avec leur beau-frère, mais elles jouissent d’une grande considération si elles passent leur vie dans une continence perpétuelle, M. Simoni, « La femme dans l’Amérique précolombienne », art. cit., p. 546.
Remariage obligatoire pour les veuves sans enfant chez les juifs et d’une façon générale chez les peuples qui pratiquent le lévirat, A. Rosambert, La veuve en droit canonique..., op. cit., p. 16-23 ; J. Danmanville, « Anatolie Hittite », P. Grimai (sous la dir.), Histoire mondiale de la femme, op. cit., t. 1, p. 251 ; F. Alvarez-Pereyre, F. Heymann, « Un désir de transcendance... », art. cit., p. 386-388 ; E.E. Evans-Pritchard, « Le mariage coutumier chez les Luo du Kenya », 1950, rééd. Id., La femme dans les sociétés primitives..., op. cit., p. 229. Chez les Aztèques, la veuve devient une épouse secondaire du frère du mari défunt, M. Simoni, « La femme dans l’Amérique précolombienne », art. cit., p. 533.
Liberté en Mésopotamie ancienne, A. Rosambert, La veuve en droit canonique..., op. cit., p. 31, J. Bottero, « La femme dans la Mésopotamie ancienne », art. cit., p. 200-201.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search