Version classiqueVersion mobile

Des femmes éplorées ?

 | 
Emmanuelle Santinelli

Première partie. La mort du mari et ses conséquences

Introduction de la première partie

Texte intégral

1L’échange des femmes entre les parentèles est réglé au haut Moyen Âge par différentes formes de mariage, mais l’Église finit par se prononcer pour l’une d’elles, la Muntehe, qu'elle s’attache à imposer, au VIIIe siècle, comme seule forme de mariage légitime. Les familles discutent, négocient et organisent le mariage de deux de leurs membres, ce qui implique, outre le transfert du mundium de la jeune fille du père au mari, l’échange de biens. Si l’un des conjoints vient à mourir, le rapport d’alliance conclu ou confirmé au moment du mariage s’en trouve bouleversé. Comment la société médiévale envisage-t-elle ce bouleversement lorsque c’est la femme qui survit à son époux ? Quel statut réserve-telle à la veuve ?

2Comme le veuvage des femmes commence avec la mort du mari, il convient de s’arrêter d’abord sur ce moment de rupture avant d’en analyser les conséquences au niveau des problèmes plus ou moins immédiats qui se posent à la veuve en termes de protection et de devenir.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search