Desktop versionMobile Version

Aristote au xixe siècle

 | 
Denis Thouard

L'Aristote logique

« L’affaire Zimmermann ». À propos des influences bolzaniennes dans l’École de Lvov et de Varsovie*

Wioletta Miskiewicz

Volltext

  • * Cet article résulte d’une recherche historique débouchant sur une question systématique et qui pou (...)
  • 1 Jan Łukasiewicz, O zasadzie sprzecznosci u Arystotelesa, Cracovie, 1910 ; Du principe de contradic (...)
  • 2 Métaphysique gamma 3. 1005 b 23,24.

1En 1910, à Cracovie, Jan Łukasiewicz publie un travail consacré à la logique d’Aristote : O zasadzie sprzecznosci u Arystotelesa (Du principe de contradiction chez Aristote)1 où il analyse le principe de contradiction du point de vue logique, ontologique et psychologique. En étudiant Métaphysique gamma, Łukasiewicz arrive à la conclusion que ce principe selon lequel personne ne peut croire être une chose et son contraire2, qui est si souvent confondu avec le principe d’identité (« une chose n’est pas autre qu’elle même ») ou encore avec celui de tiers exclus (« une chose ou son contraire est vrai »), n’a pas de valeur logique absolue mais en revanche possède une grande importance pratique, qu’il est l’unique arme dont nous disposons contre l’erreur et le mensonge, bref qu’il a peut-être avant tout une valeur éthique.

  • 3 Selon Jan Wolenski, Łukasiewicz considère sa logique plurivalente comme non-aristotélicienne jusqu (...)

2Selon Łukasiewicz, la logique moderne, fondée par Boole, permet grâce à sa précision technique de mieux analyser la valeur logique des tautologies de la logique classique, dont le nombre a d’ailleurs bien augmenté depuis Aristote. Elle ne les confirme pas toutes et elle ouvre aux chercheurs de nouvelles perspectives ; surtout, elle leur donne des moyens nouveaux pour analyser la question du caractère absolu ou relatif de la validité des principes logiques, le problème des liens logiques entre ses principes et même la question de l’existence d’un seul principe de base pour tous ces principes. Ces nouvelles possibilités théoriques sont telles que Łukasiewicz envisage la possibilité de l’instauration d’une nouvelle logique non-aristotélicienne (comme il existe une géométrie non-euclidienne) en annonçant ainsi les premières intuitions de sa future logique plurivalente3.

  • 4 Nous pouvons diriger le lecteur français vers la préface de la traduction française de l’œuvre de (...)

3Notre propos n’est pas ici d’analyser l’argumentation de Łukasiewicz4. Ce qui nous intéresse par contre, c’est le contexte général, et tout particulièrement autrichien, dans lequel surgit sa critique de la validité absolue du principe de non-contradiction.

  • 5 Comme l’ont essayé les disciples de Saint-Simon.

4Pour Aristote ce principe est une règle fondamentale de la philosophie. Pour le sens commun, la non-contradiction est une norme de l’énonciation. Peut-on imaginer que la logique quotidienne (avec son redoutable principe d’efficacité) plie devant les exigences scientifiques de la logique mathématique moderne qui nuancerait le caractère absolu de son évidence ? Quelles seraient les conséquences d’un entraînement scolaire rigoureux et soutenu à une autre manière de penser la contradiction, à une autre manière de concevoir le cœur même de la logique, à savoir la non-contradiction5 ?

5Aujourd’hui, cela peut paraître surprenant, mais, à l’époque, cette situation heuristique n’était pas complètement étrangère à la tentative hégélienne de l’imposition d’une notion dialectique de contradiction. Cependant la remise en question par Hegel du principe aristotélicien, même si Łukasiewicz la traite de « purement verbale », était bien plus radicale encore car elle visait aussi à modifier la compréhension même de la contradiction par le biais de son articulation spéculative. On ne peut assez souligner que la logique non-aristotélicienne de Łukasiewicz descend de l’Organon au sens où elle traite toujours de la méthode des sciences et de la philosophie en analysant les propriétés formelles des propositions et des démonstrations en liaison directe avec la structure du langage. Alors qu’aujourd’hui tout le monde s’accorde sur une telle définition de la logique, le XIXe siècle est justement le témoin d’une rude bataille pour sa détermination disciplinaire. C’est ainsi que Hegel s’oppose au caractère absolu et exclusif du traitement des syllogismes et remet en question la liaison absolue de la pensée logique et du langage. Le langage n’est pas pour lui l’unique forme empirique dans laquelle s’extériorise la pensée humaine. En conséquence, il détermine l’objet de la logique d’une toute autre façon : les recherches logiques ne doivent pas se concentrer exclusivement sur l’étude des schèmes communs et abstraits détectables dans les consciences individuelles, mais sur l’histoire de la science et de la technique qui prouvent d’une manière effective le caractère créatif de la pensée humaine. Selon les défenseurs de la logique spéculative, on ne peut analyser la forme logique comme telle qu’en la détachant de sa concrétisation matérielle dans le langage. C’est à tort que la logique classique considère chaque représentation – à condition qu’elle soit langagière – comme un concept, au point de ne pas être en état de faire la différence entre l’expression d’une expérience (par exemple perceptive) et une quelconque expression purement langagière. La logique formelle classique n’est de cette façon qu’une logique des termes, une considération abstraite et générale instaurant les principes de l’identité et de la non-contradiction des termes-concepts comme des critères formels absolus de la pensée en général. Pourtant, selon Hegel, chaque jugement représente en fait – justement du point de vue abstrait – une destruction effective du principe de l’identité : chaque énoncé de la forme A est p équivaut à A est non-A. Et Hegel de proposer dans son immense système philosophique le schème thèse-antithèse-synthèse ainsi qu’un autre sens pour les termes Wiederspruch, Verneinung, Gegensatz, Einheit, etc.

  • 6 Ils l’ont perdu une seconde fois encore avec la chute du mur de Berlin. Car il faut évoquer ici le (...)
  • 7 Łukasiewicz cite ainsi dans la note n ° 5 de l’article de 1910, un fragment de la Wissenschaft der (...)
  • 8 Zimmermann, Robert, Philosophische Propaedeutik für Obergymnasien. Erste Abteilung : Empirische Ps (...)
  • 9 En procédant ainsi nous nous situons d’une certaine façon dans l’esprit de Bolzano pour qui la que (...)

6Comme nous le savons, les hégéliens ont perdu la bataille logique6 et dans le contexte qui est le nôtre, Hegel pourrait servir tout simplement comme un exemple spectaculaire de la non-évidence psychologique du principe de contradiction, comme une preuve qu’il est psychologiquement possible d’affirmer une chose et son contraire7. Si nous évoquons cependant cette entreprise hégelienne de remise en question de l’autonomie de la logique des termes, c’est parce qu’elle fait partie de l’arrière-fond historique de la naissance de la logique moderne. Nous allons exposer ici le récit de la constitution d’un manuel de philosophie qui a joué un rôle particulièrement intéressant dans l’histoire de la philosophie et de la logique moderne, car c’est probablement par son biais qu’un nouveau style logique, emprunté à Bolzano, à savoir la logique des propositions en place de la logique des termes, fut introduit de façon quasi clandestine dans les gymnases de la monarchie des Habsbourgs. Le livre en question, Philosophische Propaedeutik für Obergymnasien8 de Robert Zimmermann, fut aussi le manuel qu’étudia au Theresianum, prestigieux gymnase viennois, Kazimierz Twardowski, futur professeur à Lvov et père d’une école philosophique qui a donné plusieurs générations de remarquables logiciens et mathématiciens polonais – dont Łukasiewicz9.

1. Bolzano et la logique moderne

7Selon l’Historisches Wörterbuch der Philosophie de Ritter, à l’aube du XIXe siècle, le mot Logik tombait dans l’oubli dans la langue philosophique allemande et par rapport à la discussion que nous venons d’évoquer, il est d’un certain point de vue paradoxal que ce soit justement la Wissenschaft der Logik de Hegel qui lui ait redonné la vie.

  • 10 B. Bolzano, Gesamtausgabe, éd. E. Winter, J. Berg, F. Kambartel, J. Louzil, B. v. Rootselaar, Stut (...)
  • 11 Notons que dans ce paragraphe 718 de la Wissenschaftslehre, Bolzano utilise l’argument : « Je ne c (...)

8Dans la Wissenschaft der Logik, Hegel affirme que sa méthode relève de la forme du mouvement intime de la logique ; La phénoménologie de l’esprit est en revanche l’application de cette méthode à la conscience. Cette manière de définir la logique lui attire les critiques les plus diverses et notamment celle de Bernard Bolzano qui consacre le commentaire final de sa monumentale Wissenschaftslehre (1837)10 à la critique de la méthode dialectique et de la Wissenschaft der Logik. À l’époque, et en particulier pour Bolzano, la question est visiblement de première importance11.

  • 12 Cf. Jan Berg, Bolzano’s Logic, Stockholm, Alqvist et Wiksell, 1962 ; Y., Bar-Hillel, « Bolzano’s P (...)
  • 13 B.G. Sundholm, « A century of Inference : 1837-1936 », dans J. Wolenski et K. Placek (éd.), Logic, (...)

9L’importance effective de Bolzano pour le développement de la logique moderne est diversement appréciée12, mais l’intérêt pour son œuvre ainsi que la reconnaissance de ses mérites ne font que croître. Ainsi dans ses études récentes sur la logique moderne, Göran Sundholm situe en 1837 l’année de la grande révolution dans l’histoire de cette discipline – l’année de la publication de la Wissenschaftslehre par Bolzano : « the greatest revolution in logical theory since Aristotle »13.

10Sundholm emboîte de cette façon le pas à Husserl qui, lui-même mathématicien de formation et élève de Weierstrass, ami de Cantor et de Hilbert, un penseur pour qui la logique moderne doit consister dans un développement mathématique de la logique aristotélicienne, reconnaît explicitement Bolzano comme étant un siècle plus tôt le grand rénovateur de la logique. Ainsi dans les Prolégomènes..., en 1901, il affirme :

  • 14 E. Husserl, Recherches Logiques I, trad. H. Elie, A.L. Kelkel et R. Scherer, Paris, PUF, 1969, p.  (...)

[...] c’est sur l’ouvrage de Bolzano que la logique doit s’édifier comme science [...].
Elle adoptera aussi un autre point de vue sur l’application des théories « mathématisantes » de la logique, que les mathématiciens édifient avec tant de succès, sans se soucier du mépris des philosophes. Car elles se conforment entièrement à l’esprit de la logique de Bolzano [...].14

11Dans une lettre à Höfler, en 1911, Husserl l’exprime autrement :

  • 15 La lettre de Husserl (absente dans l’édition de la correspondance de Husserl dans les Husserliana) (...)

Bolzano était grand et original, ce que j’ai vite reconnu, comme logicien et critique des fondements des mathématiques – les deux sont étroitement liés, car les grands accomplissements logiques de Bolzano tiennent à la délimitation rigoureuse de la logique formelle, si intimement liée à la mathématique formelle qu’elle peut être revendiquée par la mathématique moderne comme une discipline mathématique.15

  • 16 Comme le remarque dans son ouvrage Jan Sebestik, Logique et mathématique chez Bernard Bolzano, Par (...)
  • 17 Voir par exemple A. Betti, « Sempiternal Truth. The Bolzano-Twardowski-Lesniewski Axis », sur la p (...)
  • 18 Remarquons que dans son ouvrage de référence – déjà mentionné – consacré à la logique et mathémati (...)

12La pensée de Bolzano « reste à bien des égard énigmatique »16. Un point d’embarras des interprètes, anciens comme récents, est la question des conséquences ontologiques de son refus radical du relativisme dans les théories de la vérité. Cette question est souvent articulée par le biais de la détermination ontologique de propositions en soi (Sätze an sich) et de représentations en soi (Vorstellungen an sich). L’attitude de Bolzano, qui pourtant refuse explicitement aux propositions en soi et aux représentations en soi toutes sorte de détermination d’existence, est majoritairement assimilée à l’absolutisme platonicien, auquel on oppose quelquefois la tradition aristotélicienne présente par exemple chez Twardowski et chez ses différents élèves17. La persistance de cette surinterprétation ontologique faisant de Bolzano un idéaliste est étonnante et fait tort à tous ceux chez qui l’on perçoit ou croit percevoir des influences bolzaniennes18.

13Il n’y a pas chez Bolzano d’ambiguïté au sujet de l’existence des propositions en soi : tout en étant soit vraies soit fausses, elles ne sont pas « quelque chose » qui existerait. On peut dire que, d’une certaine façon, Bolzano demande la suspension des considérations existentielles au sujet des propositions en soi, bien que cette demande soit accompagnée de la reconnaissance d’une effectivité forte de ces propositions.

  • 19 L’article de Jacques Dubucs « Preuves, fondements et certificats » (Philosophia Scientiae, sous pr (...)
  • 20 Si nous l’avons bien compris, c’est cet aspect qui lui vaut la détermination « platonisme instrume (...)

14La question de savoir si une idéalité logique déterminée de façon bolzanienne doit en dernière instance relever du platonisme mérite cependant l’attention19. Il est certain que l’idée bolzanienne pose des difficultés à partir du moment où on la replace dans une perspective ontologique traditionnelle. Mais faut-il le faire ? Bolzano donne des éléments qui permettent de cerner conceptuellement les propositions en soi dans leur fonctionnement20 et on pourrait demander s’il ne recourt pas à un procédé semblable pour expliquer dans ses mathématiques l’idée de l’infini actuel.

15Le reproche de platonisme à l’égard de Bolzano est basé finalement sur l’hypostase ontologique de l’existence de quelque chose qui n’existe pas, ce qui est une absurdité logique.

16À cet égard, l’exemple de Husserl – tombé initialement lui aussi dans une compréhension idéaliste naïve de la théorie de Bolzano (Cf. la première édition des Recherches Logiques) – devrait pourtant être instructif. Donnons lui la parole (1903) :

  • 21 E. Husserl, Articles sur la logique (1890-1913), trad. fr. J. English, Paris, PUF, 1975, p. 216.

Si autrefois les ‘propositions en soi’ m’ont semblé, à moi aussi bien qu’à tous les premiers lecteurs, des entités mythiques suspendues entre l’être et le non-être, maintenant il m’est devenu clair d’un seul coup qu’au fond il s’agit ici d’une conception qui est tout à fait compréhensible d’elle-même et qui n’a pas été estimée comme elle aurait dû l’être dans la logique traditionnelle : par ‘proposition en soi’ il ne faut entendre rien d’autre que ce que l’on désigne comme ‘sens’ de l’énoncé dans le langage quotidien, idéalement objectivant, et que l’on déclare être une seule et même chose, quand on dit par exemple de différentes personnes qu’elles affirment la même chose ; ou bien aussi ce que l’on appelle en science purement et simplement une proposition, ainsi la proposition qui porte sur la somme des angles, personne n’ayant ici l’idée de penser aux vécus de jugement de qui que ce soit.21

  • 22 Nous ne prétendons pas d’exposer l’histoire complexe de la réception de Bolzano par Husserl. Ce qu (...)

17Plus loin Husserl dit encore que, comme telles, les propositions en soi n’ont aucune particularité temporelle en général, donc qu’elles ne sont ni éternelles, ni sempiternelles. C’est ainsi qu’elles constituent pour lui aussi l’objet de la logique22.

  • 23 Idem.
  • 24 Husserl, nous l’avons dit, a initialement une compréhension métaphysique réductrice de la théorie (...)

18Rappelons qu’en tant qu’élève de Weierstrass, Husserl rencontre tout d’abord les publications mathématiques de Bolzano par l’intermédiaire de G. Cantor et grâce à l’article de Stolz dans les Mathematischen Annalen23. Il rencontre par la suite les Paradoxien des Unendlichen dans les leçons de Brentano (1884-1886) pour qui Bolzano essaie vainement résoudre quelques problèmes graves de Herbart. Husserl s’achète même – la censure ne s’intéressant alors plus à Bolzano-la Wissenschaftslehre dans l’édition de Sulzbach en 1837 (bradée pour une couronne) et dit la consulter souvent, mais surtout à l’aide de l’index. C’est probablement une des raisons pour laquelle sa véritable compréhension de l’originalité ontologique de Bolzano n’arrive que tardivement (la maturation philosophique de Husserl lui-même en étant une autre)24.

2. « nicht bewusster Einfluss Bolzanos » ?

19Nous avons déjà mentionné un regain d’intérêt pour la philosophie de Bolzano et pour le rôle qu’il a joué dans l’histoire de la logique. On se penche actuellement aussi sur la question de l’influence de Bolzano sur la philosophie autrichienne et sur l’École de Lvov et de Varsovie fondée par Twardowski.

20En rappelant « Über den Begriff der logischen Folgerung » de Tarski, une théorie qui présente certaines similitudes avec la théorie logique de Bolzano (Tarski lui-même parle de « far-reaching analogies »), Wolfgang Künne conclut :

  • 25 Wolfgang Künne, « ‘Die Ernte wird erscheinen...’ Die Geschichte der Bolzano-Rezeption 1849-1939) » (...)

Si l’on songe au contexte scolaire dans lequel se trouvait Tarski dans sa période polonaise, on peut supposer qu’une influence de Bolzano s’est exercée à son insu sur ses idées.25

  • 26 Heinrich Scholz, Mathesis Universalis. Abhandlungen zur Philosophie als strenge Wissenschaft, éd. (...)
  • 27 H. Bergmann, Das philosophische Werk Bernard Bolzanos, Hildesheim et New York, 1970.
  • 28 W. Künne, op. cit., p. 79.
  • 29 Cf. la lettre de Husserl à Höfler du 27.12.1911 et aussi dans la « Préface aux Recherches Logiques(...)

21Qu’en est-il de ce Schulzusammenhang, était-il vraiment si favorable à la transmission de la pensée de Bolzano ? Tarski est issu de l’école de Twardowski qui lui-même était élève de Brentano et l’attitude de ce dernier est plus qu’ambiguë à l’égard de Bolzano. Heinrich Scholz, qui fut le premier à révéler la véritable dimension philosophique de Bolzano26 auquel on se référait plutôt pour des détails que dans son ensemble, en est en tout cas convaincu. C’est ce que rapporte Hugo Bergmann, un autre élève de Brentano, auteur en 1909 de la première monographie sur Bolzano27, qui a rencontré Scholz en 1935 à Paris à l’occasion du Congrès International de Philosophie Scientifique à Paris. Scholz lui fit alors part de sa conviction profonde que, contrairement à ce que pense Künne, le cercle de Brentano était plutôt une mauvaise préparation pour la compréhension de l’œuvre de Bolzano28. Cette opinion de Scholz se confirme d’une certaine façon par exemple par le caractère – nous l’avons mentionné déjà – presque tumultueux de la réception de Bolzano par Husserl (qui pourtant se considère lui-même comme le découvreur de Bolzano pour ses contemporains29).

  • 30 Wolfgang Künne, « ‘Die Ernte wird erscheinen...’ Die Geschichte der Bolzano-Rezeption (1849-1939)  (...)

22L’opinion de Scholz sur l’influence néfaste du cercle brentanien sur la réception de Bolzano trouve sa justification dans les propos de Brentano sur Bolzano. Citons les extraits d’une lettre de Brentano à Hugo Bergmann justement30, expliquant pourquoi il enseignait un peu Bolzano dans ses cours :

Si, dans une telle situation [la misère de la philosophie en Autriche avant l’arrivée de Brentano lui-même – WM], j’attirais l’attention sur Bolzano, ce n’était aucunement pour le recommander aux jeunes gens comme maître et comme guide.

23Et Brentano d’ajouter : « Je pouvais bien me dire que ce qu’ils auraient reçu de lui, ils l’auraient mieux appris de moi ». En reconnaissant cependant l’impact indéniable de Bolzano sur ses élèves (Meinong, Twardowski, Husserl, Kerry), il regrette : « Ils pouvaient pas reconnaître suffisamment ce qu’il y avait de faux en lui. Das Verkehrte darin wussten sie nicht genug als solches erkennen ». Sa seule consolation, c’est qu’au moins, de cette façon, il n’est pas lui même responsable des erreurs de ses élèves : « La responsabilité pour toutes ces choses étranges et absurdes auxquelles tant Meinong que Husserl sont parvenues en prenant en considération Bolzano, je la rejette entièrement ». Et bien évidemment c’est déjà, entre autres, le platonisme qui est ici sous-entendu.

24Wolfgang Künne suggère encore, dans le même article, que l’étude de Bolzano servait aux élèves de Brentano avant tout dans leurs efforts d’émancipation par rapport à leur très charismatique professeur. C’est bien possible, mais devant l’importance de cette influence malgré le contexte plutôt défavorable, il est justifié de penser que les élèves de Brentano n’entraient pas en contact avec la pensée du philosophe pragois à travers les seuls cours de Brentano.

  • 31 Twardowski K., Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen, Munich, Philosophia Verlag, (...)
  • 32 « O tak zwanych prawdach wzglednych », Ksiega pamiatkowa Uniwersytetu Lwowskiego ku uczczeniu piec (...)
  • 33 O czynnosciach i wytworach, Gubrynowicz i syn, Cracovie, 1911.

25Revenons à Twardowski. Son habilitation, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen parue à Vienne en 189431, pleine des références à Bolzano, se veut une « étude psychologique » et se distingue en ce sens de l’attitude ultérieure de Twardowski qui deviendra résolument antipsychologiste. La rupture est marquée par « O tak zwanych prawdach wzglednych (Sur les vérités appelées relatives) »32 (1900) et se confirme dans O czynnosciach i wytworach (Sur les actions et les produits)33 (1911) ou Twardowski critique fortement le relativisme dans les théories de la vérité. Dans cette deuxième période Twardowski reconnaît explicitement l’influence de Husserl sur son évolution ; en revanche il ne renvoie pratiquement plus jamais à Bolzano. Pourtant, dans les milieux analytiques, la polémique autour de l’importance réelle de Bolzano pour Twardowski s’articule principalement autour des écrits et de l’enseignement de Twardowski après son habilitation. Les interprètes analytiques insistent sur l’influence de l’absolutisme platonicien de Bolzano sur le professeur de Lvov, en dépit de la surinterprétation ontologique de Bolzano que cette interprétation comporte.

26Nous pensons que, pour étudier les influences bolzaniennes sur Twardowski, il est plus judicieux d’analyser la jeunesse de Twardowski et son habilitation où les références bolzaniennes sont encore nombreuses. Même si, en étudiant cette question, on se trouve rapidement face à une difficulté d’ordre historique. Comment Twardowski et les autres élèves de Brentano, pouvaient-ils entrer en contact avec l’œuvre de Bolzano, alors qu’à l’époque, à la suite de sa mise l’index par Rome ainsi que – dans le contexte de la restauration conservatrice – de son interdiction d’enseignement à Vienne, l’œuvre de Bolzano était tout simplement matériellement difficile d’accès. Les libraires étaient surveillés et tout laisse croire qu’au moment où Twardowski commença ses études philosophiques, Bolzano, philosophe – mort en 1848 – pratiquement inconnu en dehors de la Bohème et du milieu herbartien, était en train de tomber dans l’oubli.

27On a cru trouver une solution à cette énigme de l’histoire de la philosophie, en tout cas pour la première génération, celle des élèves de Brentano, dans le rôle joué par Robert Zimmermann, l’unique – après la démission de Brentano – professeur titulaire et examinateur de philosophie à l’Université de Vienne et l’auteur d’une propédeutique de philosophie pour les gymnases : Philosophische Propaedeutik für Obergymnasien.

28Eduard Winter publia en 1975 un volume de Rapports de l’Académie Autrichienne des Sciences dans lequel il chercha à prouver que le manuel de Zimmermann était en fait un plagiat de la Wissenschaftlehre de Bolzano et même plus : que c’est un plagiat voulu par ce dernier. Et Winter de suggérer la solution de notre énigme :

  • 34 Eduard Winter, Propädeutik, p. 5.

de cette façon la pensée de Bolzano trouve réellement une large diffusion et la renaissance anonyme et inexplicable de Bolzano à la fin du XIXe et au debout du XXe siècle devient compréhensible.34

3. La logique dans la Monarchie des Habsbourgs

29La suite de notre développement nous impose d’aborder la question de la logique dans son contexte social. Arrêtons-nous un instant sur le regard que pose sur l’histoire de la logique polonaise, un autre élève de Twardowski– Tadeusz Kotarbinski (connu plus largement pour son réisme).

30Dans un article, publié par la Bibliothèque Polonaise de Rome en 1959, Tadeusz Kotarbinski esquisse les grandes lignes de l’histoire de la logique sur le fond de l’histoire du pays. Le lien entre le moment historique et la philosophie majoritairement pratiquée paraît particulièrement fort à l’époque moderne (XIXe et XXe siècle). Le XIXe siècle, qui correspond à la période de la non-existence étatique de la Pologne se caractérise selon Kotarbinski tout d’abord par la diminution auprès des Polonais de l’intérêt pour la logique comme telle. Dans l’ambiance des insurrections permanentes suivies des répressions de plus en plus dures (surtout sous l’occupation russe), les énergies intellectuelles de la nation se tournent vers les réflexions historiosophiques et avant tout vers Hegel. Son idée de remplacer la logique aristotélicienne par la logique spéculative trouve des adeptes. Kotarbinski commente :

  • 35 T. Kotarbinski, « La logique en Pologne, son originalité et les influences étrangères », Academia (...)

J’avoue : la composition d’esprit et la manière d’écrire de ce philosophe [Hegel-WM] me sont si étranges, que jusqu’à ce jour je n’ai pas réussi à comprendre ce qu’exigent de la logique les défenseurs de remplacement de la logique traditionnelle par la logique hégélienne.35

  • 36 Dans la Monarchie des Habsbourgs, Theodor Gomperz est bien représentatif à cet égard. Traducteur d (...)

31Cette « menace hégélienne » n’a pas pesé trop longtemps sur la nation, car après la dernière grande désillusion nationale du XIXe siècle, l’insurrection de Janvier 1863, est advenue dans le pays au temps du positivisme et de l’empirisme anglais. Ces nouvelles tendances philosophiques créaient une ambiance favorable à la reconstruction des élites culturelles menacées tout simplement par la disparition physique après les insurrections, émigrations et déportations. Elles imposent aussi un style nouveau aux discussions sur la logique ainsi qu’à la réception d’Aristote36.

32La partie sud-est de la Pologne (Cracovie, Lvov) fait à l’époque partie de la Monarchie des Habsbourg. Twardowski est né à Vienne, dans une famille polonaise qui, tout en étant très bien assimilée, demeurait très patriotique. Il est éduqué dans ce nouvel esprit positif et son enseignement ultérieur, en tant que professeur, ira aussi dans cette direction.

  • 37 À ce sujet voir Stachel, Peter, « Die Bedeutung von Bolzanos Wissenschaftslehre für die Österreich (...)

33Mais regardons ce qui se passe plus généralement dans l’Empire Austro-hongrois. La bataille pour la logique s’y déroulait sur le fond d’une réforme de l’enseignement. Après 1848, deux « partis » philosophiques s’opposent : d’un côté celui de Hegel, Schlegel, Günther, Löwe, de l’autre celui de Bolzano, Exner, Zimmermann37.

34Exner, un herbartien proche de Bolzano est appelé à Vienne pour accomplir la réforme scolaire dans la monarchie (1848-1852) – la réforme Thun. Il fait lui-même venir Bonitz, qui représente à l’époque l’union de la scolastique et de la pensée scientifique. Dans le projet de leur réforme, le rôle attribué dans l’éducation à logique formelle est très important.

35En 1849 la réforme supprime les lycées et introduit le système des Obergymnasien avec deux heures de propédeutique philosophique obligatoire dans la 8e classe. La question du manuel de propédeutique philosophique devient alors centrale. Et c’est alors que Exner charge Robert Zimmermann de l’écrire.

  • 38 Zimmermann, Robert, Leibniz und Herbart. Eine Vergleichung ihrer Monadodologien. Eine von der köni (...)

36Robert Zimmermann (1824-1898), fils de Johann August Zimmermann, professeur de lycée à Prague, est le pupille philosophique de Bolzano, Herzensjunge du Bolzano Kreis. Le jeune Zimmermann fait preuve de quelques talents mathématiques, ce que Bolzano prend pour un très bon présage. Bolzano surveille personnellement sa formation et veille à l’aide de ses amis à sa carrière. Zimmermann traduit en 1848 la Monadologie et participe (peut-être comme candidat unique) à un Concours philosophique de l’Académie Royale de Copenhague qu’il emporte avec un travail sur Leibniz und Herbart, Eine Vergleichung ihrer Monadologien. Après cette première publication38, il est nommé professeur de lycée à Prague. C’est à ce moment justement qu’Exner lui demande d’écrire le livre de la propédeutique philosophique pour les gymnases dont la première édition aura lieu en 1853. Dans sa première partie consacrée à la psychologie Zimmermann s’inspire de Herbart, dans la seconde, portant sur la logique, de Bolzano. Ce dernier n’est cependant mentionné qu’une seule fois, tout à fait secondairement. Cette omission est toutefois volontaire, elle correspond à la demande explicite de Bolzano, qui espère pouvoir propager de cette façon ses idées malgré sa position politique très délicate.

  • 39 Egdar Morscher publie en 1993 le texte de ce Gutachten (retrouvé dans le Eduard Winter-Nachlass) d (...)
  • 40 Ajoutons que Thun nomma, en 1858, Löwe professeur ordinaire à l’Université de Prague et que Zimmer (...)

37Mais en 1857, le ministère (K.K. Statthalterei) demande un rapport sur ce livre au concurrent principal de Zimmermann – J.H. Löwe (un proche de Günther). Löwe y reconnaît immédiatement la Wissenschaftslehre de Bolzano et dénonce fortement la présence dans un manuel scolaire d’une pensée condamnée à la fois par Rome et par Vienne39. La situation est d’autant plus compliquée qu’au début de l’année 1857, les œuvres de Günther lui-même sont aussi mises à l’index et Löwe se retrouve lui-même dans une position délicate. Nonobstant ces rebondissements, la Propädeutik de Zimmermann connaît une la deuxième édition (corrigée certainement eu égard au rapport de Löwe)40.

38La logique était dans son histoire constamment liée avec l’éducation et l’hypothèse d’un manuel de l’école comme explication de la présence philosophique de Bolzano à la fin du XIXe siècle est très séduisante. Sans le savoir, toute une génération d’élèves serait imprégnée de Bolzano à une époque de la vie où l’esprit critique ne sélectionne pas encore les connaissances, où ils s’identifient avec ce qu’on leur apprend… Et cette hypothèse du manuel scolaire semble être confirmée par le cas de Twardowski.

  • 41 « Selbstdarstellung », rédigée pour les éditions Felix Meiner – Die Philosophie der Gegenwart in S (...)

39Twardowski est élève-pensionnaire dans Theresianum (Theresianische Akademie), un très bon gymnase viennois, qui forme d’ailleurs majoritairement les futurs fonctionnaires de la monarchie du Danube. À en croire sa notice autobiographique41, cette période est absolument déterminante pour son développement intellectuel ultérieur.

  • 42 Op. cit., p. 2.

40Twardowski, qui durant toute cette période est – comme il le dit fièrement – le premier de la classe (primus der Klasse), attribue la naissance de sa vocation philosophique à l’étude critique des anomalies logiques dans le raisonnement de Büchner dans son livre Kraft und Stoff (livre qui valut d’ailleurs à son auteur de perdre son poste d’enseignant à la faculté de médecine de Tübingen). Twardowski affirme avoir fait cette analyse critique tout seul, par écrit et – je cite – « sans connaître encore la logique » (sic !). Il ajoute seulement que les efforts de son professeur Friedrich Bernd (professeur d’allemand, d’histoire allemande et de propédeutique de la philosophie) « pour l’habituer à une expression serrée, objective et simple » (an eine bündige, sachliche, schlichte Ausdrucksweise (ihn) zu gewöhnen)42 l’on marqué.

41Or le manuel de la propédeutique que Bernd utilisait (trop à la lettre selon Twardowski) était justement la Propédeutique de Zimmermann (dans sa deuxième édition). Bernd, ceci mérite d’être souligné, possèdait lui-même de bonnes connaissances de la logique d’Aristote, car en 1880-1881, il publia dans les Jahresberichte des Anstaltsgymnasiums ses propres recherches sous le titre « Die Logik nach Aristoteles und Kant ».

42Selon Twardowski, ce n’est pas toutefois Bernd qui le passionna au lycée, mais un autre professeur : Alois Höfler, élève de Boltzmann et de Stefan, de Brentano et de Meinong. Or Höfler, qui a donc été directement professeur de Twardowski, affirmait dans sa propre Selbstdarstellung pratiquer la fameuse distinction entre Inhalt et Gegenstand et indiquait l’avoir d’ailleurs formulé au § 6 de sa propre Logik. Twardowski le reconnut d’ailleurs de son côté :

  • 43 Op. cit., p. 11.

En liaison avec une expression (in Anknüpfung an eine Äußerung) présente dans la Logik d’A. Höfler rédigée sous influence de Meinong (Vienne, 1899, § 6), mon travail se donnait pour tâche de retracer dans le détail la séparation du contenu de la représentation et de l’objet de la représentation, et de considérer leur rapport réciproque.43

43On peut donc non seulement constater que le sujet direct de l’habilitation de Twardowski remonte à la période de son séjour au Theresianum, mais on peut aussi supposer que, par l’étude appliquée (et Twardowski – comme nous l’avons déjà dit – est un élève très appliqué) de son premier manuel de logique et de psychologie, Twardowski, bien avant d’avoir connu Brentano, s’est formé à la philosophie par un contact en ce sens quasi direct avec Bolzano (malgré les corrections de la deuxième édition, nous y reviendrons).

  • 44 Vierteljahresschrift für Wissenschaftliche Philosophie, Jahrgang X.

44Si tel est le cas, Twardowski n’en est cependant pas conscient et, dans cette même Selbstdarstellung, affirme avoir connu Bolzano seulement à travers l’article de Benno Bertram Kerry « Über Anschaung und ihre psychische Verarbeitung »44. Twardowski, qui pendant ses études avait suivi les cours de Zimmerman à l’Université, ignorait apparemment aussi tout les liens entre sa Propädeutik et Bolzano. Il décrit le livre utilisé par son professeur Bernd comme écrit dans l’esprit de Herbart (ce qui est absolument exact pour ce qui est de sa partie psychologique). La partie logique a pour lui visiblement une évidence qui va de soi. Pourtant elle contient au moins une grande originalité par rapport à l’époque : l’introduction de la forme canonique des énoncés et plus précisément le remplacement de la copule ‘être’ par la copule ‘avoir’.

4. « Être » ou « avoir »

  • 45 Eduard Winter, Ausgewählte Schriften aus dem Nachlass, éd. Edgar Morscher, Beiträge zur Bolzano-Fo (...)

45En 1993, Edgar Morscher publia un recueil posthume d’Eduard Winter45, dans les archives duquel on a retrouvé de grands fragments du rapport de Löwe sur la Propaedeutik de Zimmermann. Ce texte, bien qu’incomplet, est pour nous intéressant pour deux raisons.

  • 46 Op. cit., p. 77.
  • 47 Op. cit., p. 77 et p. 80.
  • 48 Op. cit., p. 76.
  • 49 Op. cit., p. 67.

46Tout d’abord il montre que la volonté de Löwe de dénoncer un ouvrage en démasquant son origine politiquement compromettante ne laisse pas de doutes. Les expressions comme « Schattenseiten der wissenschaftlichen Grundanschauungen Bolzanos » (aspects obscurs des opinions scientifiques fondamentales de Bolzano)46 le prouvent. Non seulement Löwe dénonçait la Wissenschaftslehre comme source de la partie logique du livre, mais il rendit l’exemplaire que lui avait envoyé le ministère soigneusement annoté des renvois, paragraphe par paragraphe, à la Wissenschatslehre47. Le caractère très complaisant de cet écrit à l’égard du ministère est flagrant. Ainsi par exemple, en « regrettant » de ne pas pouvoir donner un avis favorable, Löwe, qui – rappelons le – se trouvait institutionnellement en concurrence directe avec Zimmermann, argumentait que la partie psychologique de l’ouvrage ne rendait pas compte de la véritable essence de l’homme, celle qui constitue la base de la connaissance morale et religieuse et que, par conséquent, cet ouvrage empêchait même l’apprentissage des bonnes normes de la pensée (à savoir : le naturel dans l’expression, la cohérence et la solidité). Bref, selon Löwe, ce livre était nuisible pour la jeunesse. Dans l’ensemble de ce rapport, Löwe s’efforçait de démasquer l’origine cachée de la théorie enseignée tout en condamnant cette source. Mais ce qui est encore plus intéressant pour nous, c’est son argumentation systématique. Löwe dénonçait le formalisme abstrait48 de la pensée de Bolzano (que ce dernier était censé partager avec Herbart) ainsi que l’identification de la pensée avec la représentation. L’identification qui empêchait, selon lui, la saisie du caractère spirituel de la pensée humaine et même de l’origine spirituelle du langage humain (chez Zimmermann via Bolzano, cette origine serait animale et pulsionnelle). Par ailleurs, Zimmermann regrettait le manque de clarté dans l’idée qu’une proposition logique (logischer Satz) serait comme un jugement non-pensé (ungedachtes Urtheil)49.

  • 50 Op. cit., p. 68.
  • 51 Op. cit., p. 66.

47L’argument majeur contre le style de Bolzano (Bolzanosche Behandlungsweise) est qu’il se tourne contre la saine logique (gesunde Logik)50 entre autres en exprimant la copule dans les propositions par « avoir »51. Or ceci constitue une des plus grandes originalités de Bolzano, une des raisons faisant que certains voient en lui un précurseur de Frege et le premier véritable logicien moderne.

48La question est capitale et nous ne pouvons que l’annoncer ici en la situant dans la perspective qui nous intéresse, à savoir celle de la critique de l’interprétation ontologique de la logique de Bolzano. Car parmi les raisons de la modification de la forme du jugement par Bolzano se trouve apparemment la volonté d’éviter les jugements d’existence. Sa volonté explicite de situer les investigations logiques au-delà des considérations existentielles (« Aucune existence ne doit être énoncée ici. Hier soll kein Dasein ausgesagt werden »), notamment en faisant perdre aux verbes leur modalité temporelle par ce changement de copule. En donnant comme exemple les concepts en soi (Begriffe an sich), Bolzano argument qu’une :

  • 52 « weil ja ein solcher Satz wahr seyn kann, auch wenn der Gegenstand A nicht einmal zu den Dingen, (...)

proposition peut bien être vraie, même si l’objet A ne fait même pas partie des choses auxquelles appartient et puisse appartenir une existence.52

49Au § 127 de la Wissenschaftslehre, il déclare la nécessité d’une modification générale :

  • 53 Ibidem.

Les propositions de la forme A est B, devraient plus précisément et plus justement être exprimer à chaque fois comme : A – a – (la propriété d’un B ou) b ; et leur copule ne serait alors que le concept d’avoir. (Sätze von der Form : A ist B, wären also jedesmal deutlicher und richtiger so auszusprechen : A – hat – (die Beschaffenheit eines B oder) b ; und ihr gemeinsame Bindetheil wäre sonach nur der Begriff des Habens.)53

50Pour l’illustrer sur un exemple : la forme ‘A est B’ de la phrase ‘la neige est blanche’ doit ainsi être remplacée par la forme ‘A possède b’ correspondant à la modification ‘la neige possède la blancheur’. L’apparition d’un abstractum (blancheur) à la place d’un concretum (blanc) augmente selon Bolzano la précision de l’analyse logique, même si elle augmente aussi la difficulté linguistique, car, comme il le remarque, toutes les langues possèdent infiniment plus de signes pour les concreta que pour les abstracta.

51Revenons vers la Propaedeutik de Zimmermann et citons le passage ou la modification de la forme de jugement est introduite :

Nous comprenons comme juger [...] la mise en relation, par le biais d’un simple concept (Verstandesbegriff) : « avoir » et qui comme tel on appelle la copule, des deux représentations simultanément données dans l’âme, dont l’une est une représentation d’objet (vraie ou pensée) et l’autre une représentation de propriété, de telle façon qu’à l’objet (vrai ou pensé) de la première, et qui comme tel est nommé Unterlage (subjektum), sera attribué la propriété (praedicatum) représentée par la seconde. Par exemple l’arbre est vert (a la couleur verte).

  • 54 Ibidem, p. 53.

52Après être ainsi introduit au Nr. 51 (correspondant au § 37 de la Wissenschaftslehre)54, ce changement capital, à savoir la modification de la forme aristotélicienne du jugement ‘A est B’ (S est p) par ‘A possède b’ (S possède la p-éité ou V1 contient V2), est enseigné dans la Propaedeutik de Zimmermann comme une chose allant de soi. Le chapitre sur les conclusions (Dritter Abschnitt. Von den Schlüssen) consiste principalement dans l’apprentissage de cette modification. Löwe a donc parfaitement raison en attirant l’attention de la censure sur cette énormité, même s’il ne se rend pas compte de son importance réelle.

  • 55 Pour Twardowski, il existe non seulement de tels jugements de relation, mais aussi des jugements e (...)
  • 56 Dans sa théorie de la grammaire pure, Husserl considère que le fait que les Bedeutungen an sich ne (...)

53Même s’il a fallu du temps pour apprécier la dimension réelle de la modification ainsi accomplie (qui fut en tout cas adopté par Husserl et en partie par Twardowski55), il est probable que cette modification si simple et si radicale à la fois a marqué les philosophes viennois de l’époque et il serait très intéressant d’étudier sa propagation réelle. Bolzano, que Husserl dénonce – rappelons le – comme un empiriste radical, respecte profondément les langues naturelles. Un de ses reproches majeurs contre la logique hégélienne dans l’ultime paragraphe de la Wissenschaftslehre est justement de faire violence à la langue allemande. On peut donc penser que les raisons qui l’amènent à modifier la structure naturelle d’une manière aussi forte sont bien pesées. Or cette modification, malgré l’importance fondamentale qu’elle peut avoir (la théorie de la grammaire pure56 de Husserl est basée sur elle et Husserl y revient largement dans la Logique formelle et logique transcendantale), est relativement peu étudiée. L’attitude dominante est d’ignorer d’une certaine façon l’exigence de la forme canonique des énoncés dans l’étude de la logique de Bolzano. Comme le dit par exemple Jan Sebestik :

  • 57 J. Sebestik, Logique et mathématique chez Bernard Bolzano, Paris, Vrin, 1992, p. 168. Sebestik dit (...)

[...] dans une large mesure, le système logique de Bolzano ne dépend pas de sa syntaxe : la copule ‘avoir’ peut être retraduite à l’aide de la copule ‘être’, ou mieux, exprimée dans un symbolisme adéquat. La syntaxe bolzanienne n’intervient en réalité que sur quelques points qui touchent principalement la différence entre les concreta et les abstracta.57

54Et si cette modification représentait un moment crucial dans la détermination ontique du logique chez Bolzano ?

  • 58 Ibidem.

55Sebestik reconnaît que « la forme canonique assure l’unicité de la décomposition d’une proposition en ses constituants, permettant ainsi de définir la synonymie des énoncés ».58. Le système de Bolzano est en ce sens – comme l’affirme Sundholm – une préfiguration des langues formelles du XXe siècle. Donnons pour finir la parole à ce dernier quand il compare Bolzano und Frege :

  • 59 B.G. Sundholm, « A century of Inference : 1837-1936 », dans J. Wolenski et K. Placek (éd.), Logic, (...)

As far as theoretical framework is concerned, Frege’s one step over and beyond Bolzano is minute, but with enormus consequences. [...] His logical revolution draws heavily upon the notion of function : instead of Bolzano clumsy form of content ‘A has b’ Frege carves up his contents using the versatil form P (a) that is, function P applied to argument a.59

5. Une affaire Zimmermann ?

  • 60 H. Ganthaler et O. Neumaier (éd.), Bolzano ind die Österreichische Geistesgeschichte, Sankt August (...)

56L’importance réelle de la découverte historique de Winter fut entretemps contestée. Ainsi, par exemple, Morscher, dans un article au titre significatif « Robert Zimmermann – der Vermittler von Bolzanos Gedankengut ? Zerstörung einer Legende »60, est arrivé non seulement à la conclusion que Zimmermann n’a pas effectué la mission que Bolzano voulait lui confier, mais qu’en plus, lorsqu’il s’agit de l’œuvre mathématique de Bolzano, Zimmermann est même responsable de la rétention des manuscrits et donc en conséquence de la méconnaissance de ces travaux remarquables dans le milieu des mathématiciens et des philosophes intéressés par les fondements des mathématiques (certaines de ses découvertes mathématiques furent ainsi redécouvertes par d’autres). C’est la raison pour laquelle Morscher émet ainsi un doute particulièrement fort au sujet de l’influence de Bolzano sur l’École logique polonaise.

57Cette réaction très vive de Morscher contre Winter ne semble pas tout à fait justifiée. Dans son article, Winter ne fait pas de Zimmermann un passeur désintéressé de la philosophie de Bolzano (Morscher a certainement raison de contester une telle vision). Winter démontre que la Philosophische Propaedeutik peut être considérée comme un chaînon manquant dans la propagation de l’esprit bolzanien, et je pense qu’il a raison d’attirer l’attention des philosophes sur ce fait. Pour Winter, il s’agit, me semble-t-il, moins d’un engagement philosophique et moral de Zimmermann que de l’histoire de l’écriture d’un livre, de l’histoire d’une dénonciation et par suite de l’impact d’un livre sur les élèves, de l’apprentissage des habitudes cognitives.

  • 61 Dans un autre article « Robert Zimmermann – Begründer der Gegenstandstheorie », Morscher relève da (...)

58Des nombreuses questions restent ouvertes. Elles nécessitent une étude systématique des écrits, surtout aussi de la deuxième édition de la Propaedeutik61. Nous pensons cependant, qu’au moins du point de vue de l’idée de l’unicité de la forme de toutes les propositions et de la réduction des énoncés à une forme canonique ‘S possède la p-éité’, la Propädeutik de Zimmermann a rempli les attentes de Bolzano en propageant ce style original d’analyse des propositions. Étudier l’impact de cette approche sur la phénoménologie de Husserl, poursuivre la présence réelle de cette modification chez les logiciens et les philosophes de l’époque et plus tard dans l’École polonaise – voici quelques unes des questions qui méritent à notre avis des investigations approfondies.

59Dans le parcours que nous avons effectué, un autre fait encore, de nature purement historique, a attiré notre attention. Comme nous le savons, le professeur qui a le plus impressionné Twardowski au Theresianum était Alois Höfler, un proche de Meinong. Or il se trouve que Höfler est devenu ultérieurement un propagateur très engagé de la pensée de Bolzano. Quelle était l’attitude de Höfler à l’égard de Bolzano à l’époque où il enseignait au Theresianum ? Cette piste aussi mériterait d’être poursuivie.

60On n’en a pas fini avec l’étude de la philosophie et du rayonnement du « Sage de Prague ».

Anmerkungen

1 Jan Łukasiewicz, O zasadzie sprzecznosci u Arystotelesa, Cracovie, 1910 ; Du principe de contradiction chez Aristote, tr. fr. D. Sikora, Paris, Éd. de l’éclat, 2000.

2 Métaphysique gamma 3. 1005 b 23,24.

3 Selon Jan Wolenski, Łukasiewicz considère sa logique plurivalente comme non-aristotélicienne jusqu’aux années vingt. Plus tard, il la déterminera comme non-chrysippéenne. Son idée est alors que la logique plurivalente ne concerne ni le principe de contradiction, ni le principe de tiers exclu, mais avant tout la décision méthodologique d’accepter ou non le principe de bivalence.

4 Nous pouvons diriger le lecteur français vers la préface de la traduction française de l’œuvre de Łukasiewicz (op. cit.). Mentionnons que son auteur, R. Pouivet, y discute entre autres les commentaires de la théorie de Łukasiewicz par les traducteurs français de l ‘article– résumé : « Über den Satz des Widerspruchs bei Aristoteles ». Cet article-résumé est fait en allemand par le philosophe polonais lui-même et il est publié en 1910 dans le Bulletin International de l’Académie des Sciences de Cracovie, Classe de Philosophie (1910), p. 15-38 (« Sur le principe de contradiction chez Aristote », tr. fr. B. Cassin et M. Narcy, Rue Descartes 1, 1991 no 1).

5 Comme l’ont essayé les disciples de Saint-Simon.

6 Ils l’ont perdu une seconde fois encore avec la chute du mur de Berlin. Car il faut évoquer ici le fait que la logique post-hégélienne était d’une certaine façon officiellement en vigueur dans les pays du bloc soviétique (cf. par exemple les travaux sur la logique dialectique d’Evald Ilyenkov). Ce qui jette un éclairage supplémentaire sur la situation des logiciens dans les pays de l’Est après la deuxième guerre mondiale. Il faut évoquer à ce propos, un autre logicien polonais, lui aussi élève de Twardowski - Stanislaw Jaskowski (1906-1965), père de la « paraconsistent logics », qui – en renouant avec la tradition de Łukasiewicz – a travaillé de son côté sur le principe de contradiction chez Aristote, en évoquant entre autres, sa conception hégelienne et marxiste (S. Jaskowski, « Rachunek zdan dla systemow dedukcyjnych sprzecznych », Sprawozdania Towarzystwa Naukowego w Toruniu, I, Torun, 1948 ; S. Jaskowski, « Trois contributions au calcul des propositions bivalents », Idem ; cf. Jan Wolenski, Filozoficzna Szkola Lwowsko-Warszawska, PWN, Varsovie, 1985).

7 Łukasiewicz cite ainsi dans la note n ° 5 de l’article de 1910, un fragment de la Wissenschaft der Logik de Hegel pour prouver qu’il est psychologiquement possible d’affirmer une chose et son contraire « simultanément et consciemment ».

8 Zimmermann, Robert, Philosophische Propaedeutik für Obergymnasien. Erste Abteilung : Empirische Psychologie, Vienne, 1852. Zimmermann, Robert, Philosophische Propaedeutik für Obergymnasien. Zweite Abteilung : Formale Logik, Vienne, 1853 ; désormais cité : Propaedeutik.

9 En procédant ainsi nous nous situons d’une certaine façon dans l’esprit de Bolzano pour qui la question des traités et des manuels scolaires est de toute première importance pour la détermination d’une discipline scientifique. Tout en renouant avec l’idée de l’Organon (il s’agit d’indiquer les règles qui permettent le partage du domaine des vérités dans les sciences particulières), Bolzano fait montre d’un grand pragmatisme dans la détermination des disciplines scientifiques : est science une discipline qui mérite d’être exposée dans un traité. Ce qui lui vaudra une critique virulente de la part de Husserl (en 1913) et l’accusation d’« empirisme radical » illustrée par une citation de la Wissenschaftslehre : « Nous ne sommes aussi certains de la justesse des règles : Barbara, Celarent, etc., que parce que mille sortes d’essais les confirment dans les raisonnements que nous avons établis d’après elles » ; « Préface aux Recherches Logiques », dans Husserl, E., Articles sur la logique (1890 - 1913), trad. J. English, Paris, PUF, 1975, p. 392.

10 B. Bolzano, Gesamtausgabe, éd. E. Winter, J. Berg, F. Kambartel, J. Louzil, B. v. Rootselaar, Stuttgart et Bad Cannstatt, Frommann, 1972-1999.

11 Notons que dans ce paragraphe 718 de la Wissenschaftslehre, Bolzano utilise l’argument : « Je ne comprends pas » à l’égard de l’argumentation de Hegel. Nous retrouvons cet argument souvent chez les philosophes analytiques et dans l’École de Twardowski (ÉLV). Il est très important de comprendre qu’il s’agit là réellement d’un argument et non point d’une demande de répétition ou de complément d’explication. Cette réplique, parfois faussement ingénue, parfois écrite mais surtout utilisée dans les discussions, est un véritable rasoir d’Ockham propositionnel et marque dans une discussion la fin du dialogue car elle place en fait l’interlocuteur – s’il n’est pas capable de reformuler sa pensée, au-delà du compréhensif et au-delà de la normalité argumentative. Sa puissance est donc redoutable.

12 Cf. Jan Berg, Bolzano’s Logic, Stockholm, Alqvist et Wiksell, 1962 ; Y., Bar-Hillel, « Bolzano’s Propositional logic », Archiv für mathematische Logik u. Grundlagenforschung, 1, 1952, p. 65-98 ; P.M. Simons, Philosophy and Logic in Central Europe from Bolzano to Tarski, Dordrecht, Kluwer, 1992 ; J. Sebestik, Logique et mathématique chez Bernard Bolzano, Paris, Vrin, 1992.

13 B.G. Sundholm, « A century of Inference : 1837-1936 », dans J. Wolenski et K. Placek (éd.), Logic, Methodology and Philosophy of Science, 11, Dordrecht, Kluwer, 2002, p. 10.

14 E. Husserl, Recherches Logiques I, trad. H. Elie, A.L. Kelkel et R. Scherer, Paris, PUF, 1969, p. 249.

15 La lettre de Husserl (absente dans l’édition de la correspondance de Husserl dans les Husserliana), se trouve à la Stadtbibliothek Wien, Handschriftenabteilung ; cité d’après Eduard Winter, Robert Zimmermanns « Philosophische Propädeutik » und die Vorlagen aus der Wissenschaftslehre Bernard Bolzanos. Eine Dokumentation zur Geschichte des Denkens und der Erziehung in der Donaumonarchie, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1975, p. 30 sq.

16 Comme le remarque dans son ouvrage Jan Sebestik, Logique et mathématique chez Bernard Bolzano, Paris, Vrin, 1992, p. 17.

17 Voir par exemple A. Betti, « Sempiternal Truth. The Bolzano-Twardowski-Lesniewski Axis », sur la page http://www.fmag.unict.it/PolPhil/Betti.html, p. 17 ; cf. aussi : A. Betti « De veritate : another Chapter. The Bolzano-Lesniewski Connection », dans K. Kijania-Placek & J. Wolenski (éd.), The Lvov-Warsaw School and the Contemporary Philosophy, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1998, p. 115-137 ; ou encore P.M. Simons, Philosophy and Logic in Central Europe from Bolzano to Tarski, Dordrecht, Kluwer, 1992 ; ou B. Smith, « Kasimir Twardowski : on essay on the boderlines of ontology, psychology and logic », dans K. Szaniawski (éd.), The Vienna Circle and the Lvov-Warsaw School, Dordrecht, Kluwer, 1989, p. 313-375.

18 Remarquons que dans son ouvrage de référence – déjà mentionné – consacré à la logique et mathématique de Bolzano, Jan Sebestik garde une certaine réserve à cet égard.

19 L’article de Jacques Dubucs « Preuves, fondements et certificats » (Philosophia Scientiae, sous presse) montre que ces déterminations ontologiques ne sont point nécessaires pour articuler certains aspects essentiels de la théorie logique de Bolzano pour qui – rappelons le – une science est un ensemble systématique de propositions. A notre sens, c’est avant tout l’« empirisme radical » de Bolzano dénoncé par Husserl qui pourrait éventuellement poser problème (cf. plus haut note n ° 8). Dans un article sur « La théorie des intuitions » publié récemment, P. Rusnock évite aussi la dimension traditionnellement ontologique et trouve à Bolzano les aspects « postfregeens » (Aux origines de la phénoménologie. Husserl et le contexte des Recherches Logiques, D. Fisette et S. Lapointe (éd.), Aux origines de la phénoménologie, Paris/Québec, Librairie Philosophique J. Vrin/Les Presses de l’Université Laval, 2003, p. 111-124).
L’interprétation platonicienne de Bolzano reste cependant dominante et on peut se demander si sa croyance en immortalité de l’âme n’y serait-elle pas pour quelque chose. Chez Sundholm aussi nous pouvons lire : « Bolzano logical objectivism is a platonism : as already noted above, his crucial an sich notions are all ideal. We are not told very much about what ideal means here. Instead, his manner of proceeding is that of via negativa : a list of non-applicable attributes is offered. Thus, the ideal realm is characterised as atemporal, aspatial, inert, non-linguistic, non-mental, unchangeable, non-generated... », op. cit., p. 13. Comme me l’a fait remarqué Shahid Rahman (que je remercie ici pour l’intérêt qu’il a montré pour mon manuscrit) la question de « blindes Urteil » (jugement qui est vrai ou faux indépendamment du fait d’être connu) joue chez Sundholm un rôle déterminant. Sans vouloir entrer ici dans une discussion qui dépasse largement le cadre de cet article, nous aimerions cependant observer la chose suivante. L’interprétation de « blindes Urteil » chez Bolzano, ne peut faire l’économie de l’affirmation bolzanienne essentielle selon laquelle ni le jugement en en soi ni la proposition en soi ne sont des choses qui existent. Si nous en tenons compte, alors nous pouvons arriver à la conclusion que peut-être la principale fonction de ce concept est d’éloigner de la discussion logique toute expérience particulière. Comme plus tard chez Husserl, chez Bolzano déjà, la logique n’est pas seulement nécessaire pour nous, elle est nécessaire autrement. Comme chez Husserl, cette conviction profonde vient de la réflexion sur la pratique de la logique et des mathématiques et elle en tient compte. Bolzano se concentre sur le rapport aux « objets » logiques et ce rapport prime chez lui absolument sur les considérations traditionnellement ontologiques. Ainsi c’est donc plutôt la question de l’uniformité ou encore de la « convergence » comme le suggère dans son article Jacques Dubucs qui prend le devant (cf. respectivement p. 12 et p. 19 de l’article évoqué plus haut). Citons le : « En ce sens (la question de la convergence – WM), le fondamentalisme de Bolzano et de Frege est aux antipodes du « platonisme » qu’on leur attribue ordinairement : il ne suppose ni ne requiert, de la part de ceux qui ont à reconnaître les vérités mathématiques, aucune faculté intellectuelle permettant de percevoir ou d’intuitionner des objets mathématiques particuliers à la manière dont nous percevons les objets physiques » (p. 16).
Par contre, remarquons en passant, que c’est une telle « faculté intellectuelle » que semble présupposer à sa façon Dummet, quand il explique le réalisme de Frege, en suggérant la nécessité d’une reconnaissance implicite dans l’énoncé « la neige est blanche » d’une structure qui attribue à la blancheur la propriété d’être une des propriétés de la neige. (Je remercie ici Dan Drai pour sa lecture et ses commentaires de mon manuscrit). La capacité de reconnaître implicitement une telle structure n’est pas sans rappeler la déduction inconsciente (unbewusstes Schlussverfahren) de Helmholz, qui était pour ce dernier une loi causale a priori. Celleci permettait une représentation du monde extérieur à partir de nos sensations, celle-là – une représentation des « objets » logiques à partir de nos jugements.

20 Si nous l’avons bien compris, c’est cet aspect qui lui vaut la détermination « platonisme instrumental » (dans S. Lapointe « Le principe de priorité et principe du contexte chez Bolzano et Husserl », dans D. Fisette et S. Lapointe (éd.), Aux origines de la phénoménologie, Paris/Québec, Librairie Philosophique J. Vrin/Les Presses de l’Université Laval, 2003, p. 93-110.

21 E. Husserl, Articles sur la logique (1890-1913), trad. fr. J. English, Paris, PUF, 1975, p. 216.

22 Nous ne prétendons pas d’exposer l’histoire complexe de la réception de Bolzano par Husserl. Ce que nous évoquons ici relève uniquement de la question de l’interprétation ontologique de Bolzano. Par ailleurs, nous touchons ici à une autre question fort débattue, à savoir celle du tournant transcendantal de Husserl en tant que tournant idéaliste.

23 Idem.

24 Husserl, nous l’avons dit, a initialement une compréhension métaphysique réductrice de la théorie de la Vorstellung an sich et c’est seulement bien plus tard et principalement grâce à l’évolution de son propre transcendantalisme, qu’il prendra conscience de la proximité de leur conception du transcendantal. C’est pour ces même raison que sa réception de la philosophie de Dilthey subit aussi une remarquable évolution, Cf. Miskiewicz, W., « Vers un fondement psychologique transcendantal des sciences : l’enjeu gnoséologique de la rencontre de Husserl avec Dilthey », Methodos. 2 (2002), Villeneuve d’Ascq (Nord), Presses Universitaires du Septentrion, 2002, p. 50-75.
Remarquons en passant, que Husserl perçoit l’erreur de Twardowski, quand celui-ci, dans son habilitation, comprend Inhalt einer Vorstellung chez Bolzano d’une manière psychologiste comme produit de l’acte de représentation, comme une sorte d’objet secondaire, une entité psychique. Selon Husserl, Twardowski a puisé cette interprétation chez Zimmermann (sic !). Cf. la critique du livre de Twardowski par Husserl en 1896, Husserliana XXII, Aufsätze und Rezensionen (1890-1910), éd. B. Rang, La Haye, Boston et Londres, Martinus Nijhoff Publishers, 1979, p. 349-356 ; surtout p. 351.

25 Wolfgang Künne, « ‘Die Ernte wird erscheinen...’ Die Geschichte der Bolzano-Rezeption 1849-1939) », dans H. Ganthaler, O. Neumaier (éd.), Bolzano und die Österreichische Geistesgeschichte, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1977, p. 9-83 ; p. 75.

26 Heinrich Scholz, Mathesis Universalis. Abhandlungen zur Philosophie als strenge Wissenschaft, éd. H. Hermes, F. Kambartel et J. Ritter, Bâle et Stuttgart, Benno Schwabe & Co Verlag, 1961.

27 H. Bergmann, Das philosophische Werk Bernard Bolzanos, Hildesheim et New York, 1970.

28 W. Künne, op. cit., p. 79.

29 Cf. la lettre de Husserl à Höfler du 27.12.1911 et aussi dans la « Préface aux Recherches Logiques » : « L’idée de Rickert, selon laquelle Bolzano serait devenu en Autriche un savant célèbre qu’on utilisa beaucoup et qui eut une grande influence, est une construction de l’esprit qui ne s’appuie sur aucun fait, de même d’ailleurs que la plus grande partie de ce qu’il dit de Brentano, de moi-même, et de nos rapport à Bolzano. Ce qui montre déjà l’effet réel produit par Bolzano, c’est que l’édition originale de la Théorie de la science de 1837 n’était pas encore vendue vers 1901, et que finalement l’édition partielle de 1884 faite par Braumüller fut jetée sur le marché chez les bouquinistes à un prix dérisoire – très peu de temps avant que la redécouverte que je fis de son importance ne commençât à attirer sur lui l’attention générale ». (Husserl, E., Articles sur la logique (1890-1913), trad. J. English, Paris, PUF, 1975, p. 379). Husserl ignore apparemment toutes les difficultés de Bolzano avec la censure !

30 Wolfgang Künne, « ‘Die Ernte wird erscheinen...’ Die Geschichte der Bolzano-Rezeption (1849-1939) », dans H. Ganthaler, O. Neumaier (éd.), Bolzano und die Österreichische Geistesgeschichte, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1977, p. 9-83 ; p. 30.

31 Twardowski K., Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen, Munich, Philosophia Verlag, 1982.

32 « O tak zwanych prawdach wzglednych », Ksiega pamiatkowa Uniwersytetu Lwowskiego ku uczczeniu piecsetnej rocznicy fundacji Jagiellonskiej Uniwersytetu Krakowskiego, Lvov, Nakladem Senatu Akademickiego Uniwersytetu Lwowskiego, 1900.

33 O czynnosciach i wytworach, Gubrynowicz i syn, Cracovie, 1911.

34 Eduard Winter, Propädeutik, p. 5.

35 T. Kotarbinski, « La logique en Pologne, son originalité et les influences étrangères », Academia Polacca di Scienze e Lettere, Conferenze, biblioteca di Roma, fasc. 7, Rome, Angelo Signorelli Editore, 1959 ; trad. pol. « Glowne wiadomosci o dziejach logiki w Polsce », dans Tadeusz Kotarbinski, Dziela Wszystkie, Historia Filozofii, Wroclaw, Varsovie et Cracovie, Zaklad Narodowy imienia Ossolinskich, 1995, p. 66-84 ; p. 71. Remarquons que nous retrouvons ici aussi l’argument : « Je ne comprends pas ».

36 Dans la Monarchie des Habsbourgs, Theodor Gomperz est bien représentatif à cet égard. Traducteur de Mill, il est l’auteur d’une interprétation « empirique » d’Aristote.

37 À ce sujet voir Stachel, Peter, « Die Bedeutung von Bolzanos Wissenschaftslehre für die Österreichische Philosophiegeschichte. Ein Baustein zu einer Geschichte der pluralistischen Tradition österreichischer Philosophie », dans H. Ganthaler et O. Neumaier (éd.), Bolzano und die Österreichische Geistesgeschichte, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1977, p. 9-83 ; H. Rumpler (éd.), Bernard Bolzano und die Politik. Staat, Nation und Religion als Herausforderung für die Philosophie im Kontext der Spätaufklärung, Frühnationalismus und Restauration, Vienne, Cologne et Graz, Böhlau Verlag, 2000 (surtout : J. Louz’il, « Bernard Bolzano, Josef Jungmann und die Anfänge der Tschechischen Nationalbewegung », p. 181-200 ; J. Kor’alka, « Frantis’ek Palacky und die böhmischen Bolzanisten », p. 201-220 ; B. Mazohl-Wallnig, « Der Einfluss Bolzanos und der Bolzanisten auf die österreichische Universitätsreform der Jahre 1848/49 », p. 221-246 ; J. Havranek, « Das politische Klima an der Prager Universität zur Zeit Bolzanos », p. 77-88 ; O. Weiss, « Bolzanisten und Güntherianer in Wien 1848-1848 », p. 247-282.)

38 Zimmermann, Robert, Leibniz und Herbart. Eine Vergleichung ihrer Monadodologien. Eine von der königl. dänischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Kopenhagen am 1. Jännner 1848 gekrönte Preisschrift, Vienne, 1849.

39 Egdar Morscher publie en 1993 le texte de ce Gutachten (retrouvé dans le Eduard Winter-Nachlass) dans le no 3 des Beiträge zur Bolzano-Forschung : Eduard Winter, Ausgewählte Schriften aus dem Nachlass, éd. Edgar Morscher, Academia Verlag, Sankt Augustin, 1993, p. 51-99. Edgar Morscher – comme nous allons le voir encore – est réticent non seulement quant à la thèse de Winter sur le rôle de Zimmermann dans la transmission « clandestine » de la pensée de Bolzano, mais aussi quant à la thèse de la dénonciation. Dans son introduction, il émet ainsi des doutes au sujet de la datation du manuscrit de Löwe en 1857. Il semble possible que le texte date de 1854, donc d’avant l’approbation par le ministère du livre de Zimmermann et que ce soit cette approbation même qui ait provoqué l’abandon du texte par Löwe. Selon Morscher, on ne peut même pas être sûr que Zimmermann ait pris connaissance de cette critique (op. cit., p. 55). Mais si c’est le cas, alors pourquoi ce remaniement entre la première et la deuxième édition de la Propaedeutik que Morscher reconnaît et même – regrette ?

40 Ajoutons que Thun nomma, en 1858, Löwe professeur ordinaire à l’Université de Prague et que Zimmermann fut nommé, en 1859, à Vienne (« Eine echt österreichische Lösung » – dit Winter).

41 « Selbstdarstellung », rédigée pour les éditions Felix Meiner – Die Philosophie der Gegenwart in Selbstdarstellungen, écrit par Twardowski en 1925-1927, cf. aussi « Nachwort » de Jan Wolenski pour la publication de « Selbstdarstellung » de Twardowski dans les Grazer Philosophische Studien, vol. 39, 1991, p. 2-26.

42 Op. cit., p. 2.

43 Op. cit., p. 11.

44 Vierteljahresschrift für Wissenschaftliche Philosophie, Jahrgang X.

45 Eduard Winter, Ausgewählte Schriften aus dem Nachlass, éd. Edgar Morscher, Beiträge zur Bolzano-Forschung (no 3), Sankt Augustin, Academia Verlag, 1993, p. 51-99.

46 Op. cit., p. 77.

47 Op. cit., p. 77 et p. 80.

48 Op. cit., p. 76.

49 Op. cit., p. 67.

50 Op. cit., p. 68.

51 Op. cit., p. 66.

52 « weil ja ein solcher Satz wahr seyn kann, auch wenn der Gegenstand A nicht einmal zu den Dingen, denen ein Daseyn zukommt und zukommen kann, gehöret ». Propädeutik, p. 202.

53 Ibidem.

54 Ibidem, p. 53.

55 Pour Twardowski, il existe non seulement de tels jugements de relation, mais aussi des jugements existentiels (comme chez Brentano). K. Twardowski, Logik, notes pour le cours de logique, AA 1894/5, Université de Vienne, Biblioteka IFiS, l’Université de Varsovie ; d’après A. Betti, « Propositions et états de choses chez Twardowski ».

56 Dans sa théorie de la grammaire pure, Husserl considère que le fait que les Bedeutungen an sich ne sont pas discrètes, mais qu’elles se trouvent prises dans des connexions, constitue une exceptionnelle richesse heuristique de cette théorie.

57 J. Sebestik, Logique et mathématique chez Bernard Bolzano, Paris, Vrin, 1992, p. 168. Sebestik dit aussi : « La croyance à l’unicité de la forme de toutes les propositions est assurément, parmi toutes les affirmations de Bolzano, un préjugé des plus étranges et des plus critiquables », idem, p. 164.

58 Ibidem.

59 B.G. Sundholm, « A century of Inference : 1837-1936 », dans J. Wolenski et K. Placek (éd.), Logic, Methodology and Philosophy of Science, 11, Dordrecht, Kluwer, 2002, p. 25.

60 H. Ganthaler et O. Neumaier (éd.), Bolzano ind die Österreichische Geistesgeschichte, Sankt Augustin : Academia Verlag, 1977, p. 145-237.

61 Dans un autre article « Robert Zimmermann – Begründer der Gegenstandstheorie », Morscher relève dans la première édition de la Propaedeutik de Zimmermann un contresens par rapport à la théorie de Bolzano sur la question des représentations sans objets, d’une manière qui aurait pu influencer Meinong. Dans J. Berg et E. Morscher, Bolzano-Forschung, Beiträge zur Bolzano-Forschung Band 10, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1999, p. 213-220. Voir aussi ci-dessus note 22.

Endnoten

* Cet article résulte d’une recherche historique débouchant sur une question systématique et qui pourrait intéresser non seulement les historiens de la philosophie, mais aussi les logiciens au sens large et les phénoménologues : l’importance du choix de la copule (« est » ou « a ») dans l’analyse du jugement prédicatif et dans ses implications ontologiques. Cette question n’est qu’annoncée ici car son développement nécessite à mon avis des recherches interdisciplinaires. Le texte présenté, tout en suggérant une perspective particulière sur l’interprétation du platonisme de Bolzano (mais aussi – en arrière fond – de l’idéalisme de Husserl ou encore du réalisme de Frege), contient avant tout la justification historique d’un tel projet.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search