Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aristote au xixe siècle

 | 
Denis Thouard

La question des catégories

Une métacritique des catégories : l’usage critique d’Aristote chez Trendelenburg

Denis Thouard

Texte intégral

Bibliothèque du Centre de Recherche Philologique, Lille.

  • 1 On ne saurait réduire la Sprachkritik à l’œuvre de Fritz Mauthner (18491923.) - Elle est, par Haman (...)

1Aristote est un partenaire essentiel pour la discussion de la question des catégories qui fut vive au cours du siècle. Remise par Kant à l’ordre du jour, cette question fut l’un des enjeux de l’idéalisme, en tant que celui-ci s’est donné pour tâche de ramener la pensée à ses conditions subjectives : non seulement ce qui apparaît, le phénomène, n’est qu’à la condition d’être présenté en tant que tel dans les formes générales de la subjectivité, mais les grandes fonctions de la pensée, qui lui donnent un contenu déterminé et se répartissent en catégories, sont intégralement réductibles à l’auto-position de la subjectivité. Le primat du jugement établi par Kant doit être fondé par la reconduction des catégories à l’acte de la pensée. Autrement dit, la déductibilité des catégories est une pièce décisive du projet idéaliste en tant qu’il a partie liée avec l’élaboration du « synthétique a priori ». Mais cette recherche d’un unique fondement des catégories a suscité des réserves sceptiques. Ces réticences se sont volontiers exprimées à travers un retour à Aristote, retour qui signifiait dans le même temps une interrogation sur la formation de la langue de la philosophie, sur le vocabulaire grec des catégories, sur le latin scolaire et sur la philosophie en langue nationale. L’attention aux catégories s’inscrit, comme on peut le montrer, dans la problématique générale de la métacritique, autrement dit d’une remise en question de la critique kantienne à partir du langage, soit pour l’invalider, soit pour la compléter. Cette orientation, quasiment contemporaine de la critique kantienne, a nourri l’opposition à l’idéalisme philosophique avant d’être reprise dans l’orientation anti-spéculative de la « critique du langage » ou Sprachkritik, puis dans la réduction de la philosophie à l’analyse du langage1.

2Mais l’intérêt historique pour la formation de la terminologie aristotélicienne ne prend toute sa signification philosophique dans ce contexte que parce que les Catégories proposaient bien déjà une réduction drastique des « fausses questions » philosophiques dues à des effets de langage mal analysés. Ce qui est en effet posé naïvement comme un « en soi » et une « idée » pourrait bien n’être que l’ombre portée d’une expression confuse, l’effet d’une ambiguïté due à la synonymie, l’homonymie ou la paronymie. Or la philosophie peut déjouer ces pièges en revenant sur les formes d’énoncés qui les produisent. En particulier, si la réhabilitation de l’idée avait eu lieu, chez Kant, sous réserve des risques de réalisation illégitimes de son contenu, dans le cadre quasi sceptique de la dialectique transcendantale, on pouvait soupçonner que les dangers d’hypostase ressurgiraient après lui, en particulier chez le philosophe qui faisait culminer sa logique dans l’Idée absolue. Comme l’écrira ainsi Friedrich Überweg dans son Système de logique (1857) à propos de Hegel :

  • 2 « Bei der Übertragung des dialektischen Processes auf die Realität werden die‚ logischen’ Kategorie (...)

En transférant le procès dialectique à la réalité, les catégories « logiques » sont traitées comme des essences indépendantes au moyen d’une hypostase qui est analogue à la substantivation platonicienne des Idées combattue par Aristote, ces essences étant censées être susceptibles d’un développement propre et passer les unes dans les autres.2

  • 3 Voir Feuerbach, « Thèses provisoires pour la réforme de la philosophie » (1842,) in Manifestes phil (...)
  • 4 K. Marx, F. Engels, L’idéologie allemande (1845,) contre les résurgences de l’idéalisme dans l’écol (...)

3Une scène typique de la philosophie se rejouerait ainsi sous les yeux des contemporains de la Restauration metternichienne : inventée par Aristote, reprise par les Stoïciens, les nominalistes, Francis Bacon, les empiristes, par Kant lui-même, elle prenait ici une tout autre acuité par la précision philologique nouvelle de la référence aristotélicienne. L’usage qu’un adversaire de Hegel comme Trendelenburg fait d’Aristote est à cet égard comparable aux critiques que Feuerbach3 ou Marx4 lui adresseront. La critique aristotélicienne des idées et le passage par l’analyse du langage trouveraient ainsi une actualité forte, jusqu’à nous, dans la tentative de remettre la philosophie sur ses pieds.

1. La problématique de la métacritique : corriger Kant par Aristote

  • 5 Voir l’article « Kategorie, Kategorienlehre » de H.M. Baumgarten, G. Gerhardt, K. Konhardt, G. Schö (...)

4L’intérêt pour la question des catégories, qui s’affirme au XIXe siècle5 et contribue à l’actualité d’Aristote, reposait sur une réévaluation des rapports entre la pensée et le langage, entre le logique et la grammaire. Avec des nuances importantes, on supposait à l’Âge classique un rapport de réciprocité entre les structures logiques et les structures de langue : comme la pensée est universelle, exposée dans la logique, on postulait une « grammaire générale » qui en est la traduction en « langage » et permet de rendre compte de la formation de toutes les expressions linguistiques rencontrées dans les langues particulières. Le langage est principalement appréhendé comme l’instrument qui nous permet d’échanger nos idées. Il peut altérer nos idées et gêner par là notre pensée, mais reste secondaire et contingent. La pensée est posée comme immédiatement universelle, il s’agit simplement de la communiquer. La question de la médiation linguistique est abordée dans un certain nombre de cas dans une perspective génétique, mais la structure d’ensemble du dispositif ne s’en trouve pas pour autant modifiée. Cette grammaire générale ou philosophique constitue encore l’arrière-plan de la conception kantienne du langage.

5Certains esprits acérés avaient d’emblée perçu que la présupposition d’une homologie entre la pensée et le langage d’un côté, la non thématisation du langage dans l’élaboration de la philosophie Critique de l’autre rendaient l’entreprise kantienne vulnérable. À travers le motif de la « métacritique » proposé par Hamann et repris par Herder, c’est le thème d’une critique de la Critique à partir du langage qui est suggéré, sans être immédiatement développé de façon systématique. Le livre de Herder comportait trop de faiblesses pour pouvoir marquer durablement les esprits. Mais l’idée d’un accomplissement de la philosophie kantienne qui prendrait en charge aussi bien le langage que l’histoire et remettrait surtout en question la séparation fondamentale de la sensibilité et de l’entendement fit son chemin et contribua à un regain d’intérêt pour la question aristotélicienne des catégories. J’en donnerai deux exemples.

  • 6 Karl Leonhard Reinhold (1757, Vienne, 1823, Kiel) accomplit sa formation philosophique auprès des J (...)

6Le premier est celui de Karl Leonhard Reinhold, l’un des premiers divulgateurs de la doctrine kantienne avant d’ouvrir la voie de l’idéalisme dans sa Philosophie élémentaire puis de se rallier à des positions différentes. Au terme de cette traversée des doctrines, rendu soupçonneux à l’égard des discours des philosophes, il opta pour une analyse critique du langage, imputant aux imprécisions de celui-ci et en particulier aux synonymes qui invitent à la confusion tous les péchés des philosophies passées. Il proposa ainsi un règle -ment du langage philosophique dans l’idée que la clarification terminologique conduira nécessairement à une philosophie partagée. Pour lui, l’accord sur les mots anticipe l’accord sur les choses. Une purification du langage ne peut donc qu’être favorable au développement de la philosophie. Cette orientation reprend explicitement des indications de Jacobi sur la solidarité étroite entre la pensée et la langue, ces deux « ménechmes, » mais exprime également, à travers la défiance où sont tenus les mots, un souci de dégager l’exercice de la pensée des pièges du langage naturel. Dans ce souci de doter la philosophie d’un instrument logique plus rigoureux, propre à traquer les pièges verbaux, s’affirme un fond aristotélicien, celui qui ouvre à la philosophie conçue comme critique du langage6.

  • 7 S. Maimon, Die Kathegorien des Aristoteles, mit Anmerkungen erläutert und als Propädeutik zu einer (...)
  • 8 Ibid., p. XII, cf. p. III-IV.
  • 9 Versuch über die Transzendentalphilosophie mit einem Anhang über die symbolische Erkenntnis und Anm (...)

7Le second est Salomon Maimon, à qui l’on doit une révision de l’entreprise kantienne qui revient sur la séparation de l’entendement et de l’intuition ainsi que sur la distinction opérée entre les jugements constitutifs et les jugements réfléchissants. Selon Maimon, cette distinction est intenable, les jugements de subsomption qui assurent selon Kant une connaissance objective en déterminant un donné sensible par un concept de l’entendement pur dans un acte unitaire de connaissance renvoient eux-mêmes à une réflexion qui les rend possibles ; la détermination ne saurait donc être catégorique. Les concepts de la réflexion, que Kant n’avait pas cru devoir examiner dans l’Analytique des concepts, sont pour Maimon indispensables à l’élaboration même des catégories. Il est ainsi impossible de supprimer une part contingente de notre connaissance, il ne saurait y avoir de « catégories » au sens kantien. Au contraire, il convient de remonter des catégories formelles aux actes de l’entendement qui les produisent. Maimon interprète ainsi les jugements « déterminants » de Kant comme des jugements « réfléchissants, » minant du même coup la distinction du synthétique et de l’analytique. Dans ce mouvement qui peut être lu comme un certain retour au continuisme leibnizien accentuant cependant la finitude de la connaissance, l’intérêt de Maimon s’est porté sur le langage, qui déjoue sans cesse les limites du pur et de l’empirique. Cette perspective devait le conduire particulièrement à la question des catégories et à une traduction de l’ouvrage d’Aristote (à partir du latin et sans ambition philologique affichée) conçu comme propédeutique à sa propre théorie de la pensée en 17947. Dans la présentation de ce travail, il souligne que la différence entre l’ordre prétendument systématique de Kant et celui d’Aristote n’est pas si flagrant, ce qui est douter de la complétude supposée de la table kantienne. Maimon explique qu’il ne retient de la philosophie critique que son usage négatif, et doute en revanche de l’applicabilité de ses catégories à l’expérience8, un problème qui ne se pose pas pour lui dans ces termes puisqu’il a d’emblée refusé la séparation de l’intuition et de l’entendement. En particulier, Maimon récuse la distinction entre les conditions de la perception et celles de l’expérience, car la perception n’est selon lui pas moins conditionnée par les formes logiques que « l’expérience » dont la spécificité disparaît9.

  • 10 Voir H.J. Cloeren (éd.), Philosophie als Sprachkritik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, frommann-holzb (...)

8Ces exemples d’un intérêt précoce et à certains égards inattendu pour les écrits d’Aristote ne relèvent pas au même titre de la problématique métacritique. Chez Maimon, le problème des catégories de l’entendement et du langage est manifestement lié à un questionnement réflexif sur les moyens du philosophe, dans une perspective à la fois sceptique, au sens où il est amené à douter de la possibilité de catégories de l’entendement pur, et rationaliste, leibnizienne, capable, par les moyens du calcul infinitésimal, de penser les continuités entre les ordres apparemment discordants du langage et de la pensée. Chez Reinhold, l’orientation de la philosophie vers une « critique du langage » est explicitement une reprise du motif métacritique, qui devient chez lui une réduction de la philosophie à l’analyse du langage. Reinhold reprend également la tradition leibnizienne des « synonymies », de l’analyse systématique des ambiguïtés de mots, comme on la rencontre chez les Aufklärer tardifs tel Eberhard, mais en lui conférant, à partir des indications de Jacobi, une tournure très sceptique au regard de toute spéculation, inaugurant une tradition qui sera importante en Autriche10.

 

9Mais si l’invention d’une Sprachkritik et de façon plus large d’un mode logique de philosopher à partir d’une analyse du langage s’affirmera nettement dans le domaine autrichien, le questionnement métacritique sur les modes de catégorisation de la pensée est vif à Berlin, traduisant une remise en question de l’idéalisme.

  • 11 Fichte, Grundlage der Wissenschaftslehre 1794, SW I, 99 ; trad. A. Philonenko dans Fichte, Œuvres c (...)
  • 12 Hegel, Doctrine du concept, Du concept en général, trad. G. Jarczyck et P.J. Labarrière, Paris, Aub (...)
  • 13 C’est pourquoi les figures d’un Aristote « anti-hégélien » et d’un Aristote « hégélianisant » pourr (...)

10L’ambition de l’idéalisme fut de résorber la contingence « chaotique » de la description des formes de la pensée donnée par Aristote. C’est comme on sait un trait que souligne Kant dans sa propre exposition de la table des catégories (A 81). Or, dans un geste de surenchère, ses successeurs aspireront à produire génétiquement le système cohérent des formes nécessaires de la pensée, qui ne sauraient être simplement « trouvées là » sans invalider l’ensemble de la construction philosophique qui aspire à légitimer d’elle-même sa propre démarche. Fichte entreprend ainsi de renverser l’objection de Maimon doutant de la légitimité de l’application des catégories, en prétendant montrer effectivement comment chaque catégorie est déduite du Moi somme sujet absolu11. Cette ambition rencontre chez Hegel son degré ultime : s’il s’accorde sans doute avec Kant pour trouver « chaotique » la présentation aristotélicienne des catégories, il souligne surtout avec force les limites des catégories kantiennes, grevées par l’abstraction de la forme du jugement, dont elles sont les fonctions, et limitées par leur côté formel qui en fait l’expression de la subjectivité finie, de la conscience de soi, sans plus de rapport avec la vérité. Il y a pour Hegel une vérité intrinsèque des formes du penser, du moment qu’elles sont prises absolument, et non subordonnées à un acte de jugement12. À cet égard, Aristote a davantage accompli à ses yeux que Kant, mais insuffisamment montré la « connexion systématique » et la « valeur » intrinsèque des « déterminations de pensée ». Hegel se situe à la fois dans une perspective d’accomplissement du projet kantien et postkantien d’une réappropriation des catégories par la subjectivité et dans le dépassement de cette perspective qui le met en mesure d’entrer en consonance avec Aristote en dépit de son absence de véritable système13.

2. La philosophie dans la langue : Humboldt, Schleiermacher et Aristote

11Dès lors, on comprend la portée d’un retour à la genèse linguistique et historique des catégories pour une critique de l’idéalisme spéculatif. En particulier, la reprise de l’objection métacritique à travers le thème du langage de la philosophie trouve dans les études aristotéliciennes des arguments à la fois philosophiques et philologiques. On le verra exemplairement avec Trendelenburg, qui conjugue la réhabilitation de la logique aristotélicienne mieux comprise à la critique de la logique spéculative de Hegel et à l’intérêt historique pour la question de la doctrine des catégories. On conçoit dès lors dans quelle mesure le retour philologique et historique au texte d’Aristote peut être en lui-même porteur d’une critique philosophique.

12La réflexion sur le langage devient un vecteur central de l’historisation, non seulement dans les disciplines proprement philologiques ou linguistiques, mais aussi à la marge de la philosophie et des savoirs historiques. On peut l’évoquer sur deux cas où l’interrogation sur les affinités de la pensée et de la langue est liée à une réflexion sur la traduction et l’interprétation : Wilhelm von Humboldt et Friedrich Schleiermacher, qui ont tous deux collaboré régulièrement avec l’Académie des Sciences de Berlin.

  • 14 W. von Humboldt, Gesammelte Schriften, éd. A. Leitzmann, Berlin, 1900 sq., cité GS, ici GS VIII, 12 (...)
  • 15 Respectivement GS IV, 1-34 et GS IV, 285-313.

13Pour Humboldt, la confrontation aux langues particulières rend caduc le maintien dogmatique d’une correspondance entre la logique et la grammaire telle qu’elle était régulièrement défendue par les philosophes rationalistes. Ainsi, dans son introduction à sa traduction de l’Agamemnon d’Eschyle (1816), il transpose le problème de la synonymie aux langues entières : chaque langue exprime un concept déterminé avec une différence propre, on pourrait donc envisager une « synonymique des langues principales »14. Le paradigme de la comparaison, qui jouera un rôle central dans son « étude comparée des langues », est tiré de la question classique des modes de désignation qui inaugure les Catégories, mais avec la conséquence spécifique que non seulement le « concept » n’est jamais désigné « fidèlement », mais que c’est le mot qui produit le concept, car sans lui il ne saurait être fixé. Les rapports séculaires entre les concepts et les signes sont en voie d’être renversés par ces propositions. Mais le cadre même d’une « synonymique » présupposait toujours une homogénéité des concepts. Les discours programmatiques prononcés à l’Académie sur « l’étude comparée des langues dans son rapport aux différentes époques du développement du langage » (1820) et sur la « naissance des formes grammaticales et leur influence sur le développement des idées » (1822) déplacent le questionnement classique sur les rapports entre mots, choses et concepts du côté d’une interrogation sur les structures individuelles des langues15.

  • 16 Lettre à M. Abel-Rémusat, GS V, 254-308, ici p. 258.

14Certes Humboldt ne se propose nullement de ruiner toute logique en soulignant l’individualité des formations linguistiques jusque dans le mode d’organisation et la structure de chaque langue. Son propos vise l’étude du langage en et pour lui-même et son intérêt pour la formation des catégories grammaticales n’a pas explicitement une portée métacritique. De plus, contrairement à une représentation répandue, il ne s’agit aucunement pour Humboldt de nier toute universalité du fonctionnement de la pensée et même de la langue. Il considère bien que les grandes catégories grammaticales sont comme présentes sous forme d’archétype à l’esprit humain et réalisées de manières très différentes selon les langues. Une chose est de rejeter la fausse universalité d’une grammaire philosophique, en fait modelée sur une langue particulière, une autre en est de rejeter toute universalité : l’homme ne pourrait ni parler ni comprendre « si sa faculté de parler n’était soumise, comme par une espèce d’instinct naturel, aux lois que ces formes imposent »16.

  • 17 Sur la familiarité de Humboldt avec Aristote, voir récemment U. Webers, Verwandlung der Welt in Spr (...)

15La question des catégories de langue, mais cela vaut aussi pour les fonctions de la pensée, est libérée de la liste conventionnelle des « parties d’oraison » pour être considérée à partir des usages de la parole, de façon dynamique. La différence des langues s’exprime ainsi par les différentes façons qu’elles ont de spécifier les formes grammaticales, autrement dit d’expliciter plus ou moins les modes de relations des éléments de la langue. Humboldt distingue donc les règles d’organisation grammaticale de leur expression lexicale ou de leur marquage morphologique. Il souligne également le rôle de l’imagination et de la réflexion dans l’invention des catégories. Ce faisant, alors même que son intérêt est linguistique, Humboldt donne des arguments pour une reconsidération de l’histoire de la logique. L’apparition des catégories logiques n’est-elle pas liée à celle des catégories grammaticales de certaines langues ? N’y a-t-il pas lieu de désolidariser les lois universelles de la pensée du fonctionnement de certaines langues particulières ? La logique jusqu’ici reçue n’est-elle pas une logique grecque, au moins dans la forme des distinctions qu’elle propose ? En revenant à la genèse linguistique des catégories de langue, Humboldt incite à s’intéresser à la formation de la langue de la philosophie, et inévitablement à un examen attentif de la formation des catégories aristotéliciennes17.

 

  • 18 Voir son discours académique « Sur l’idée leibnizienne, encore inaccomplie, d’une langue philosophi (...)
  • 19 Un tel dictionnaire des concepts de base est nécessaire dans une perspective leibnizienne (comme ch (...)

16De son côté, Schleiermacher s’est affronté plusieurs fois, en particulier à l’occasion de discours devant l’Académie des Sciences, aux rapports entre la langue et la pensée, à travers la question de la traduction en 1813 ou de l’herméneutique en 1829. Tout en insistant à maintes reprises sur la détermination linguistique de toute pensée, foncièrement individuelle et historique, il maintient l’horizon d’un savoir commun, de concepts partageables et même d’une langue universelle, conçue sur le mode de la réflexion18. Car si tout savoir se produit dans le milieu historique de la langue, il aspire à la reconstitution de l’identité de l’être dans le concept, comme l’enseigne la Dialectique. Cette visée principale relève de la logique du savoir, qui progresse par la confrontation des hypothèses. Or ces hypothèses, avant même qu’elles puissent être confrontées par rapport à une visée commune et des instruments homogènes, s’expriment selon des perspectives linguistiques différentes, qui peuvent susciter, y compris au sein de la même langue, des malentendus. Cette clarification première des discours est l’objet de l’herméneutique, qui accomplit ainsi la tâche classiquement dévolue aux « synonymiques », à savoir de désambiguïser le discours philosophique, mais sans reprendre leur naïveté, qui consistait à supposer que les problèmes de compréhension pouvaient se réduire à des querelles de mots qu’un bon « dictionnaire philosophique » suffirait à régler19. L’opération est plus complexe, dès ce niveau purement linguistique, parce que le moindre faux pas dans l’entente retentit sur l’ensemble : on comprend tout ou rien, ou plutôt, on ne comprend sans doute jamais sans reste, mais se garder justement de cette illusion est le seul gage que nous ayons de la meilleure compréhension. La confrontation logique, qui se passe pour Schleiermacher dans l’élément contradictoire du dialogue, suppose donc une réflexion critique poussée sur la compréhension du discours, clarification infinie d’ordre sémantique, sans laquelle les véritables oppositions de pensée et la relation de la pensée à l’être ne peuvent venir au jour. Si l’association de la dialectique à l’herméneutique remplace à maints égards l’idée d’une logique comme organon, d’une critique de la connaissance comme cathartique de l’entendement ou l’idée d’un alphabet des pensées, l’insistance de Schleiermacher sur la mise en perspective linguistique de la pensée comme sa prise en compte du milieu historique dans lequel tout savoir est produit stimule les intérêts non seulement pour l’histoire de la philosophie, mais aussi pour l’histoire des concepts, l’histoire de la logique et de la formation des catégories.

  • 20 On néglige à dessein l’aristotélisme du jeune Schleiermacher qui, à Halle, sous l’égide d’Eberhard, (...)

17À partir de cette brève caractérisation de la recomposition des arts de la pensée et des arts du langage chez Schleiermacher, on peut tenter de soulever la délicate question de son rapport à la philosophie aristotélicienne. Car s’il passe pour « platonicien », son rôle moteur dans l’initiative de l’édition d’Aristote par l’Académie des sciences de Berlin est non moins établi. La reconnaissance que lui témoigne d’emblée Bekker dans sa préface (cum Friderico Schleiermachero) n’est pas de pure forme. Cette question ne peut trouver de réponse que dans une évaluation du système philosophique abouti, dont les fondements sont exposés dans les leçons sur la dialectique20.

  • 21 C’est le cas de Twesten et de Trendelenburg ; parmi les tentatives inspirées à quelque degré par Sc (...)

18La dialectique de Schleiermacher, exposée de 1811 à 1832, représente l’une des tentatives de s’opposer à une logique purement spéculative (néoplatonicienne ou hégélienne) tout en recherchant à articuler la logique de la connaissance à la métaphysique. D’autres essais de logique, contemporains ou postérieurs, iront dans le même sens dans une proximité bien plus marquée à Aristote21. L’importance de la Dialectique tient à ce qu’elle est un art de penser contenant les principes de la connaissance en même temps qu’une logique de la connaissance, en rapport à l’évolution des savoirs particuliers. Dès la première exposition de sa Dialectique, il notait en commençant :

  • 22 « Über diese ersten Prinzipien ohne Rücksicht auf das Reale zu philosophieren, scheint etwas Unerfr (...)

Philosopher sur les premiers principes sans égard pour les réalités (das Reale) paraît être peu satisfaisant et même dangereux pour la science, surtout quand cela a pour conséquence une sorte d’opposition entre la spéculation et le savoir réel.22

  • 23 Dans son introduction à la dialectique de 1833, Schleiermacher s’en prend clairement à Fichte, Hege (...)
  • 24 Comme l’avance K. Chr. Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Francfort, 1986, p. 58 (...)

19L’effort de médiation entre la recherche des principes de droit et la marche effective des savoirs constitue l’originalité de la Dialectique par rapport à l’idéalisme qui n’envisageait surtout qu’un rapport de déduction et d’application des principes aux sciences particulières23. On peut ainsi considérer qu’elle a contribué de manière décisive à l’apparition de la « théorie de la connaissance »24.

  • 25 La première Dialectique, en 1811, renvoie ainsi à la logique d’A. G. Baumgarten, KGA II, 10, 1, p.  (...)
  • 26 Ibid, KGA II, 10, 2, p. 8.

20On peut montrer que, nonobstant ses déclarations platoniciennes et la justification même du terme dialectique renvoyant au dialegesthai platonicien, à la fois dialoguer et philosopher, contre les ambitions excessives des systèmes idéalistes, aspirant d’emblée à une science fondée sur elle-même, Doctrine de la science ou Science de la logique, Schleiermacher reste fidèle à une organisation traditionnelle, scolaire25 et donc de loin en loin aristotélicienne de la logique. Alors que la philosophie a régulièrement exclu la rhétorique et le langage de sa présentation, Schleiermacher a conservé, à travers l’herméneutique, l’articulation des différents arts libéraux : la logique est reliée à la paire herméneutique/rhétorique, qui assument les dimensions de généralité et de singularité du langage comme élément de la connaissance. Il déplore la séparation moderne de la logique et de la métaphysique dont la dialectique présente la réunion : elle fournit les principes de l’art de philosopher qui consiste, en regardant à la construction de la science, à penser la cohérence des savoirs particuliers en une science. Construction et coordination des énoncés scientifiques dans le medium de la discussion savante, le plus souvent contradictoire, constitue la tâche assignée à la dialectique. La communication des idées permet de constater si la construction du savoir s’opère identiquement ou non en plusieurs ; elle fournit le critère de mise à l’épreuve du savoir dont le fondement est présupposé commun. « Chacun cherche à relier le [savoir] particulier qu’il a trouvé par son propre talent au [savoir] universel »26, contribuant ainsi à l’édification du savoir – d’un savoir dont la validité peut toujours être remise en question par la confrontation avec d’autres propositions contradictoires.

  • 27 Ibid., § 3, p. 7.
  • 28 On peut y voir une historisation du modèle leibnizien, comme l’ont suggéré plusieurs auteurs : W. K (...)
  • 29 Aristote, Réfutations sophistiques, ch. 11, 171b3 sq., 172a22 ; Topiques L. VIII, 155b sq. Voir les (...)
  • 30 KGA II, 10, 2, p. 74 ; cf. le cahier de notes 1811, n. 84-85, KGA II, 10, 1, p. 17, traduit dans la(...)

21Schleiermacher inscrit bien son projet dans un cadre « platonicien », renvoyant à la République et au Sophiste, à un modèle de dialectique unissant l’exposé des règles de construction de la science à la doctrine d’un fondement suprême, l’ὄντος ὄν et l’ἀγαθόν, dont on notera qu’ils transcendent le savoir, à la différence des fondements requis dans les systèmes de l’idéalisme27. Mais cette réunion de la logique et de la métaphysique s’opère progressivement, dans l’histoire pensée comme histoire du savoir, tradition vivante28. En outre, Schleiermacher reprend aussi à son compte l’autre lignée de la dialectique ancienne, à savoir la dialectique comme critique, contenant les critères de la science, qui n’est pas, comme il le suggère, une suite « naturelle » des deux premières déterminations, mais un autre modèle, qui semble bien inspiré des Topiques29. La construction n’est pas sans la critique qui évalue la pensée identique à travers la différence des individus, des langues, des constructions de concepts, cette « étrangeté » que Schleiermacher appelle aussi « irrationalité » ou absence de proportion entre des constructions conceptuelles différentes que seule la communication et la « critique » peuvent rapprocher30.

  • 31 Cf. G. Tonelli, « Der historische Ursprung der Kantischen Termini ‘Analytik’ und ‘Dialektik’ », Arc (...)
  • 32 Par là, il se soustrait au modèle platonicien de l’idéalisme. On peut penser que c’est précisément (...)
  • 33 Geschichte der Philosophie, éd. H. Ritter, Schleiermacher, SW III, 4, 1, p. 114.
  • 34 Dialektik, Kolleg 1822, KGA II, 10, 2, p. 682-683.

22Le sens de la reprise d’une dialectique plus aristotélicienne qu’il n’y paraît est manifeste si l’on compare à Kant. Chez celui-ci, la logique de la vérité porte le titre tout aristotélicien d’Analytique alors que la Dialectique est explicitement une doctrine de l’apparence31. Mais la fonction de cette dernière, si elle est critique, ne concerne que le mouvement de la raison elle-même, entraînée à dépasser ses propres limites. Sans aller jusqu’à une unification des deux mouvements, comme le tentera Hegel dans sa propre logique, Schleiermacher entend penser plus étroitement leur solidarité32. C’est ainsi que, dans son modèle platonicien où la Dialectique est à la fois la doctrine des principes suprêmes, fût-ce sur le mode de l’impossibilité de les atteindre, et de la liaison des concepts et des jugements, deux aspects qui correspondent grosso modo aux parties transcendantale et technique de son cours, il accorde une place éminente à la fonction critique de la dialectique. S’il rejette la syllogistique aristotélicienne et tient, comme Kant, à privilégier le concept et le jugement, il accorde aux Catégories une portée heuristique et aux Topiques la résolution des problèmes, il est vrai au seul niveau de ce qui est « vraisemblable » (ainsi comprend-il ἐξ ἐνδόξων)33. Il n’est pas loin de reconnaître une portée socratique au procédé dialectique, dont il précise bien qu’il s’est développé en réaction à la sophistique, intégrant donc une réflexion sur le risque sophistique propre à la philosophie34. Ainsi, tout en condamnant les explications des phénomènes données par Aristote, guidé trop souvent par les mots plutôt que par les choses, il indique :

  • 35 Geschichte der Philosophie, op. cit., p. 116: «Wo er dagegen bei Grundsätzen anzufangen hat, da ste (...)

En revanche, là où il commence avec les principes, il rapporte les différentes opinions et veut parvenir à la vérité à partir de leur critique avec l’aide de la logique. D’où le caractère historique et critique de ses écrits.35

  • 36 « Es ist anmassend unmittelbar Philosophie als Wissenschaft vorzutragen [...] », Dialektik 1814/15, (...)
  • 37 Dialektik 1814, § 47, KGA II, 10, 1, p. 81 ; Dialectique, p. 68.

23Or il est manifeste qu’une des originalité de la « logique de la vérité » qu’est la dialectique de Schleiermacher est sa dimension « historique et critique. » En se démarquant d’emblée explicitement des tentatives « d’exposer immédiatement la philosophie comme science »36, Schleiermacher situe l’exercice de la philosophie dans l’espace du « pas encore science. » Elle est une visée de la science, une visée du « savoir pur. » Elle ne peut se réduire à être la « construction de l’organisme du savoir »37 car elle se déroule dans le temps historique, elle a affaire à des états antérieurs du savoirs, qui sont devenus traditionnels et doivent à ce titre faire l’objet d’un examen critique :

  • 38 « Sie ist aber auch Kunst der philosophischen Kritik für jedes fragmentarisch gegebene Wissen », Ib (...)
  • 39 Ibid., § 52, p. 82 ; trad. p. 70.

[...] elle est également art de la critique philosophique pour tout savoir donné de façon fragmentaire38, [autrement dit elle est aussi] un moyen de s’orienter par rapport à chaque réalité particulière donnée se présentant comme savoir par connexion aux derniers principes de tout savoir amenés à la clarté, même sans avoir saisi chaque savoir dans sa cohérence scientifique immédiate.39

24Schleiermacher ne rejette donc pas la démarche d’une construction du savoir, mais il tient pour impossible d’y réduire la philosophie, qui a à voir avec l’empirie et donc l’élément historique : la critique, par la confrontation des opinions et la réflexion sur le rapport à l’idée du savoir visée, vient rappeler constamment que la prise en compte des savoirs particuliers tels qu’ils existent est l’horizon de la recherche. La différence avec la perspective de Hegel est frappante, particulièrement dans le maintien de la dimension critique à même l’élaboration du savoir :

  • 40 « Anstatt einer Durchdringung des speculativen und empirischen ist uns nur eine begleitende Beziehu (...)

En place d’une compénétration du savoir spéculatif et du savoir empirique, n’est possible, pour nous, qu’une relation d’accompagnement de l’un par l’autre, c’est-à-dire une critique scientifique.40

25Et cette critique renvoie, dans son mouvement, plus encore à une démarche aristotélicienne qu’au modèle kantien de « critique de la raison elle-même » :

  • 41 « 1. Dies ist die relative Gestalt der Weltweisheit als Kritik ; aber nicht als Kritik der Vernunft (...)

C’est là la forme relative de la sagesse du monde comme critique ; non pas comme critique de la raison en soi, mais comme critique de son auto-présentation dans le savoir réel. De cette manière, le savoir absolu n’est, avant l’achèvement du savoir réel, donné que de manière fragmentée et par reproduction, et il n’est à proprement parler que dans la pensée inachevable de l’unité du savoir fragmenté.41

  • 42 Ibid., § 16, b, p. 77 ; trad. p. 58 : « On ne peut pas dire que la distinction ait été ainsi faite (...)

26La distance critique corrige ainsi en la suivant pas à pas la démarche constructrice du savoir, marquant une ouverture qui ne peut guère être comblée dans l’entreprise philosophique : entre la logique et la métaphysique, l’identité est impossible. En proposant une nouvelle articulation des principes métaphysiques ou transcendantaux et des règles logiques de construction, Schleiermacher répète une distinction qu’il pouvait trouver chez Aristote – et non chez Platon – même s’il précise que sa distinction diffère de celle d’Aristote, à qui il reproche classiquement les deux excès solidaires de formalisme et d’empirisme42.

 

  • 43 Überweg évoque Heinrich Ritter, l’historien de la philosophie, éditeur de ses leçons sur l’histoire (...)
  • 44 August Detlev Twesten (1789-1876), théologien, successeur de Schleiermacher à la chaire de théologi (...)
  • 45 G. Heinrici, A. Twesten nach Tagebücher und Briefen, Berlin, Hertz, 1889, p. 262.
  • 46 Ibid., p. 298.
  • 47 Il présente la logique comme l’exposition de la légalité philosophique, comme la grammatica rationa (...)

27Cette solidarité n’est pas soulignée par Schleiermacher avec beaucoup d’insistance, même si les marques de son intérêt réel pour Aristote sont là. Elle apparaît en revanche très nettement chez des philosophes qui ont repris à leur compte sa démarche dialectique dans ce qu’elle avait de plus original43. Le cas d’August Twesten est intéressant à maints égards44. Proche de Schleiermacher et sceptique vis-à-vis de la logique hégélienne, Twesten envisage assez tôt (1815) la rédaction d’un précis de logique « plus complet qu’Aristote »45. Quand l’Académie de Berlin propose en 1817 un concours dont le sujet porte sur la comparaison de la logique d’Aristote avec la logique allemande depuis Thomasius, il pense bien sûr participer avant de renoncer devant la masse des traités à examiner46. Quand paraît en 1825 sa Logique, en particulier l’Analytique, dédiée à Brandis, il entendait défendre l’induction contre la surestimation hégélienne du syllogisme et se situait par là dans la proximité de la Dialectique de Schleiermacher, qui le recommandera dans ses cours47. Son intention est clairement énoncée dans sa lettre d’envoi à Niebuhr, le 24 octobre 1824, qui permet de situer l’instauration d’un nouveau rapport à Aristote :

  • 48 « Ich hoffe Ihre Billigung, wenn ich lieber auf dem Wege des Aristoteles zu wissenschaftlicher Stre (...)

J’espère rencontrer votre accord en suivant plutôt la voie d’Aristote de la rigueur et de la réflexion scientifique qu’en étant incliné à suivre la tendance de notre époque qui confère aux jeux arbitraires de l’imagination l’apparence de la sagesse. D’une certaine façon, je me suis efforcé de purifier un héritage de l’antiquité de nouvelles mécompréhensions et déformations, mais cela ne peut intéresser que le cercle étroit de l’école.48

  • 49 Sur le plan biographique, Adolf Trendelenburg (1802-1872) fut élève d’un disciple de Reinhold à Kie (...)

28L’intérêt philologique est étroitement lié à l’importance conférée à une réorientation de la logique, moins englobante et plus ouverte à l’empirie que dans les systèmes philosophiques contemporains. Twesten, après un enseignement de philosophie et de théologie à Kiel, revint à Berlin pour succéder à Schleiermacher à la chaire de théologie. La limitation des prétentions de la logique philosophique servait ainsi la défense de la possibilité d’un discours théologique autonome. Mais si Twesten abandonna bientôt et la logique et Aristote, Trendelenburg allait en faire l’œuvre de sa vie et mérite à cet égard un traitement particulier49.

3. L’usage critique d’Aristote chez Trendelenburg

29La rencontre entre une nouvelle détermination de la philosophie après et contre Hegel et une relecture complète d’Aristote caractérise le projet de Trendelenburg. Il n’est pas question pour lui d’opposer naïvement des philosophèmes authentiquement aristotéliciens aux propositions spéculatives des systèmes idéalistes, mais, en assumant pleinement l’historicité de son rapport à l’Antiquité, de rouvrir la recherche philosophique à partir d’une interrogation sur l’histoire des concepts et la genèse des catégories. D’emblée, pour lui, le travail conceptuel engage aussi un travail sur la langue, parce que la philosophie se réfère à une tradition.

  • 50 A. F. Trendelenburg, « Das τ ν εναι, τ γαθ εναι und das Τ τί ν εναι bei Aristoteles. Ein (...)
  • 51 Ibid., p. 457.
  • 52 Ibid., p. 458.

30C’est déjà clairement le cas dans un de ses premiers travaux, l’article sur l’être comme un, comme bien et comme « Τὸ τί ἦν εἶναι » publié en 1828 dans le Musée Rhénan de Brandis et Niebuhr, qui se présente comme une contribution à la détermination des concepts aristotéliciens et à la syntaxe grecque50. La compréhension d’un des concepts notoirement les plus difficiles à saisir d’Aristote passe par une réflexion sur la langue et sur la syntaxe, qui reprend des vues qui se sont répandues depuis Herder et le romantisme sur l’ancrage de la pensée dans le langage et la singularité des langues. « Chaque langue particulière est une intuition particulière de la diversité des phénomènes […] la pensée la plus abstraite est elle aussi avec et dans la langue » écrit-il ainsi51. Mit und in der Sprache, la thèse qu’on lui prête de réduire les catégories de la pensée à des effets de langue n’est pas loin, mais on verra qu’elle n’a qu’une portée limitée. Car Trendelenburg remarque aussitôt qu’en même temps que la langue de la philosophie s’éloigne de l’intuition, elle s’émancipe des formations de la langue ordinaire. Il considère ainsi que les distinctions logiques passent souvent par les flexions plutôt que par les mots isolés eux-mêmes. Le cas qu’il étudie illustre ainsi comment « Aristote a modelé et retravaillé de façon créatrice le traitement logique des concepts », die logische Behandlung der Begriffe schöpferisch vorbildete und durchbildete52, loin d’être le simple instrument ou organon de la langue grecque.

  • 53 Ibid., p. 478.
  • 54 Trendelenburg cherche à distinguer le τόδε τι et le Τὸ τί ἦν εἶναι en recourant à une analyse préci (...)

31Si la langue détermine les possibilités de l’expression des distinctions conceptuelles, elle ne détermine pas ces distinctions elles-mêmes. C’est l’opération d’une pensée en acte, qui sélectionne et utilise les matériaux syntaxiques et morphologiques disponibles pour ses propres exigences. Il examine ainsi les différents usages de l’expression Τὸ τί ἦν εἶναι, s’interroge sur leur unité et le rapport de la forme grammaticale au contenu, en particulier le recours à l’imperfectum, au passé53. Sans qu’on ait ici à évaluer d’un point de vue philologique la pertinence de ces analyses54, il suffit de relever la méthode qui renvoie le travail de conceptualisation à une situation de la langue et vise ainsi le mode de formation singulier des concepts. Cette remarque permet d’envisager la cohérence des travaux philosophiques et historiques. On s’attachera ici à la prolusio de 1833, De Aristotelis categoriis développée en 1846 dans L’Histoire de la doctrine des catégories, au manuel de logique aristotélicienne de 1836 (Elementa logices aristoteleae), de même qu’au grand livre philosophique que sont les Recherches logiques de 1840. De la conjonction de ces ouvrages apparaît nettement que les travaux aristotéliciens de Trendelenburg traduisent et soutiennent son projet philosophique.

  • 55 Les Recherches logiques sont ainsi dédiées à Karl Ferdinand Becker, un des derniers grammairiens gé (...)
  • 56 «[...] der Kampf mit den Thatsachen der Erkenntnis hat für die logischen Theorien noch lange nicht (...)

32Il suffit de lire de conserve la Doctrine des catégories et les Recherches logiques pour douter de la suffisance d’une lecture réductionniste des Catégories qui reflèteraient simplement les découpages de la langue. La part de la langue est attentivement soulignée par Trendelenburg, d’un point de vue à la fois philologique et grammatical55, mais cela n’exclut pas, au contraire, la primauté d’un réel irréductible à la pensée comme à la langue – les Recherches logiques s’ouvrent, avant celles de Husserl, sur une exhortation notable à « revenir aux choses mêmes »56.

  • 57 Categorias si uno oculorum obtutu comprehenderis, in tres fere partes discedere animadvertes. Quae (...)

33On retient ordinairement que Trendelenburg a cherché un principe d’organisation pour les catégories aristotéliciennes et l’a trouvé dans la reprise des catégories de la langue grecque. Ainsi, l’énumération du chapitre 4 du traité des Catégories (1b25) trouve-t-il, au-delà de son apparente contingence, une forme d’explication : à l’οὐσία correspond le nom, aux quantifié et qualifié des pronoms-adjectifs, au relatif un syntagme adverbial indéfini, soit selon Trendelenburg quatre déterminations qui renvoient au nom ; les deux suivantes, liées aux questions de lieu et de temps correspondent à des adverbes ; enfin les quatre dernières, la position, l’avoir, l’agir et le pâtir correspondent à des déterminations verbales57. La grammaire grecque, et ce qui deviendra les « parties du discours », aurait ainsi comme « soufflé » à Aristote sa liste. De fait, et pour s’en tenir à l’essai de 1833, Trendelenburg part bien de la recherche d’une unité des catégories, qu’Aristote n’a pas précisée :

  • 58 De Aristotelis categoriis, p. 6. « Ce qui fait que ces [catégories] sont dix, que leur nombre n’est (...)

Unde haec ipsa decem exstiterint, und factum sit, ut numerus nec minor nec maior evaderet, id nusquam significatur. Categoriae enumerantur nec tamen, quae sit communis earum ratio et causa, explicatur. Una post alteram ponitur, sed universa series ex qua origine ducatur, non ostenditur. Iacent categoriae omnis inter se coniunctionis expertes, nullo communi vinculo cohaerentes.58

34Et pour trouver ce lien manquant, il rappelle que les catégories traitent des éléments premiers séparés à partir desquels nous pouvons former des pensées en les réunissant dans des propositions. Mais ces éléments sont eux-mêmes issus d’un travail préliminaire d’analyse de certaines propositions typiques, comme le montre l’examen attentif des exemples, qui comprennent aussi bien des verbes conjugués (νικᾷ, τρέχει). Il conclut ainsi pour légitimer son principe de recherche des éléments aux propositions :

  • 59 Ibid, p. 10-11. « Par conséquent, si ces éléments qui ne peuvent être ramenées à aucun principe de (...)

Itaque si illa, quae ad nullam coniunctionis rationem dicuntur, dissolutae enunciationis sunt partes, sequi videtur, decem categoriarum genera ex enunciatione in partes dissoluta originem ducere. […] Ita quidem categorias ex enunciatione dissoluta natas esse ipsa docent, a quibus initium repetitur, Aristotelis verba.59

  • 60 Ibid., p. 12. « Que les catégories ont été disposées ainsi à partir de la nature du discours, cela (...)

35Les propositions qu’il suffit de décomposer pour retrouver le mouvement de genèse des catégories, qui en fournissent le résultat comme coupé du processus de son engendrement, ne sont bien sûr pas déjà des propositions pensées, des cogitationes, mais simplement des propositions de langue, des enunciationes. Trendelenburg annonce donc : Categorias ex orationis natura dispositas esse, nunc potissimum, quoniam parum intellectum est, demonstrabitur60.

  • 61 Ibid., p. 3.
  • 62 Ibid., p. 4.
  • 63 Il renvoit ainsi à Métaphysique Z et E dans l’édition Brandis.
  • 64 «Non ea fuit Aristotelici ingenii natura, ni in meris linguae formis haereret; quidquid harum vesti (...)
  • 65 Ibid., p. 25 ; cf. p. 11, l’indication que l’étude des formes grammaticales a été conduite dans le (...)

36Or, on peut montrer que, même en posant une thèse apparemment si abrupte, Trendelenburg ne néglige pas la portée proprement philosophique des Catégories, que c’est même son intérêt spéculatif pour cette question qui motive ses travaux. En outre, il est souhaitable de replacer cette thèse « linguistique » dans le contexte d’une auto-réflexion de la philosophie sur son historicité, celle de ses concepts et sa dimension proprement linguistique. Ces aspects, développés davantage dans les autres écrits de Trendelenburg, sont présent dès ce premier texte de 1833. L’enjeu de l’enquête est en effet plusieurs fois rappelé : non seulement les catégories sont comme le « vestibule de la philosophie »61, mais elles constituent même le fondement (fundamentum) des autres livres logiques, les Analytiques et De l’interprétation62. Plus encore, ce livre où s’ancrent les autres livres logiques est situé à la charnière entre la logique et la métaphysique – posé entre elles quasi internodium écrit-il, ne manquant pas de rappeler la présence des catégories dans la Métaphysique63. Les suggestions des formes grammaticales ne sont pas présentées comme déterminantes, mais comme une matière première déjà passablement ordonnée qu’il a reçue et retravaillée (excoluit) en vue d’exhiber les conditiones notionum dans ces formes de langue64. Le travail de jugement et de sélection n’est pas minoré mais souligné par Trendelenburg. L’attention aux contraintes de la langue renvoie à une réflexion sur l’historicité de la philosophie : l’essai se termine, après une discussion sur les possibles influences pythagoriciennes, sur la remarque qu’une attention historique trop poussée pour les conditionnements de la pensée fait qu’on se préoccupe moins de la pensée elle-même. Cette remarque finale, et l’éloge de l’esprit d’Aristote qui l’accompagne, indique que, nonobstant la suggestion grammaticale, Aristote a tiré ses principes ex ipsius rei natura65.

  • 66 Ita Aristoteles categoriarum genera ex grammaticis fere orationis rationibus invenisse videtur, inv (...)
  • 67 Comparer la prolusio, p. 11, et les Elementa, éd. cit., p. 56-57.

37Le manuel de logique aristotélicienne publié la première fois en 1836 atteste à la fois une approche directement philosophique, jouant sur l’actualisation et la pertinence d’Aristote, au point que ces explications gardent une grande partie de leur valeur aujourd’hui, et le souci de rapporter les positions aristotéliciennes au débat philosophique contemporain. Loin d’accuser la lecture relativiste des catégories, il rappelle au contraire que la vérité des propositions se règle sur celle des choses66. Trendelenburg reprend textuellement l’analyse des catégories donnée dans la prolusio67.

38La conclusion marque bien le travail opéré sur les suggestions grammaticales pour les conformer à la nature des choses. Il en profite pour souligner l’opposition aux catégories kantiennes, qui sont tirées de l’entendement pur. Il argumente à deux niveaux. Pédagogique, dans le corps du texte, pour préciser des distinctions :

  • 68 Ibid., ad § 3, p. 56. « De par leur nom, il n’y a donc aucune raison que les catégories désignent t (...)

In nomine igitur nulla est causa, cur categorias modo, velut Stoici, ultima rerum genera (τὰ γενικώτατα), modo, velut Kantius, primas notiones ab ipsa mente genitas statuant. Sunt autem apud Aristotelem summa praedicationis genera.68

39Plus polémique, en note, pour contester les jugements expéditifs de Kant et de Hegel sur les catégories aristotéliciennes :

  • 69 Ibid., p. 57. « Si l’on écarte ce que nous avons montrer être un vestige de l’enseignement des mots (...)

Si ea, quae indicavimus, grammaticae viae vestigia repudiaveris, categoriae magis enumeratae, quam ex una origine repetitae videntur, ita ut Kantius eas undequaque correptas (Kritik der reinen Vernunft, B 107), Hegelius nihil aliud quam collectas esse (Geschichte der Philos. I., p. 247) haud temere dixerit.69

  • 70 Ainsi LU, p. 61, sur le jugement infini ; p. 65 sur les modalités ; p. 72., p. 80, p. 94, p. 123, p (...)
  • 71 Ainsi, à plusieurs reprises, Trendelenburg se réfère à la logique de Twesten pour appuyer ses criti (...)
  • 72 Elementa., § 51, p. 139-140 et la note 1.
  • 73 Logische Untersuchungen, Berlin, Bethge, 1840, p. 23-99 ; cf. La présentation de Marco Morselli dan (...)

40Si les philosophes se sont contentés d’un jugement si hâtif, c’est qu’ils n’ont pas bien lu Aristote, lequel résiste donc bien mieux à la philosophie contemporaine qu’ils ne l’imaginent. Il peut donc faire partie du débat. C’est pourquoi Kant, Fichte et Hegel sont fréquemment sollicités et critiqués dans la préface, dans le texte comme dans les notes. Et, poursuivant la discussion au-delà d’Aristote, Trendelenburg renverra aussi bien à ses propres Recherches logiques70 qu’à cette tradition intellectuelle marquée par Schleiermacher et Aristote71. Un seul exemple suffira pour l’illustrer : à propos des principes qui ne peuvent faire à leur tour l’objet d’une démonstration, il est rappelé qu’ils sont désignés comme ἄµεσα, immediata, mais que, dans les syllogismes, ceux-ci peuvent être ou bien « perçus par les sens », ou bien « posés par l’esprit ». Pour le premier cas, une note renvoie simplement à l’allemand « das Unmittelbare », id quod, nulla causa intercedente, a sensu corripitur72. Cette distinction entre ce qui est principe car non causé et ce qui est perçu par les sens constituera l’un des arguments opposés à Hegel dans les Recherches logiques (ch. II). Contrairement à Aristote, Hegel négligerait de distinguer entre l’immédiat comme non déduit et l’immédiat comme particulier. Il masquerait ainsi le recours subreptice fait à l’intuition dans sa dialectique, alors même qu’elle prétend ne faire que suivre le « mouvement du concept »73.

  • 74 Trendelenburg combine facilement des références platoniciennes à ses appuis aristotéliciens, qu’il (...)
  • 75 LU I, 18.
  • 76 Schleiermacher a cru reconnaître chez Platon, en particulier dans le Sophiste, la visée d’une telle (...)
  • 77 LU I, 20.
  • 78 LU I, 23.
  • 79 Ibid.
  • 80 LU II, cap XIV, 206.
  • 81 « L’immédiat – un mot entièrement logique – cache l’intuition que ne connaît pas encore la logique (...)
  • 82 LU I, 19.
  • 83 LU I, 14. Trendelenburg considère manifestement que la « logique objective » de Hegel, qui comprend (...)
  • 84 LU I, 19 ; Elementa Logices Aristotelicae §§ 17-18.
  • 85 Il renvoie à Métaphysique Γ, 3, ∆, 10, Ι, 4.
  • 86 LU I, 18.

41L’appui que Trendelenburg retire de la philosophie d’Aristote74 n’est pas démenti par l’examen des Recherches logiques elles-mêmes, qui sont son livre le plus original. Plus qu’un ouvrage de logique, les Recherches exposent un programme métaphysique, mais entendent dans le même temps demeurer en contact avec les sciences particulières. On peut y voir une entreprise concurrente de celle de Hegel, mais faisant part à l’empiricité, aux savoirs réels, à une perspective historique indéfinie. Ainsi, les concepts porteurs vont être ceux de « mouvement » et de « fin », mais dans un sens tout autre que chez Hegel. D’un côté, Trendelenburg recourt à des arguments kantiens pour reprocher à Hegel d’hypostasier le mouvement de la réflexion et de faire comme si la succession des figures de pensée se passait de l’intuition ; de l’autre, il reprend un projet de réunir logique et métaphysique, contre Kant, qui est resté à un formalisme logique débouchant sur l’idéalisme, à savoir la conception d’une genèse seulement subjective des catégories. Et s’il reprend, pour s’opposer à ce formalisme, une inspiration volontiers aristotélicienne, indiquant qu’Aristote « n’a jamais formulé l’intention de comprendre les formes de la pensée uniquement à partir d’elles-mêmes » car une « telle séparation » lui était « étrangère »75, il considère aussi qu’il n’a pas visé l’unité à laquelle il aspire entre logique et métaphysique. C’est bien une aspiration « moderne », qu’il entend poursuivre, mais avec davantage de respect pour la particularité que n’en eut Hegel76. Si Kant a perdu de vue l’origine métaphysique des concepts logiques aristotéliciens77, Hegel a, de son côté, vécu dans l’illusion d’un « auto-mouvement de la pensée pure » qui serait « en même temps une auto-production de l’être »78. Trendelenburg se rebiffe contre la « pensée fondamentale » de la dialectique hégélienne « que la pensée pure, de par sa propre nécessité, produise et connaisse les moments de l’être sans présupposition »79. Avec Hegel, « on prête à de pures formes une vie qu’elles ne sauraient avoir »80. La pensée « présuppose » toujours selon lui une réalité pensée, un fondement ontologique qu’elle n’est pas à même de produire. C’est pourquoi il va attaquer la confusion entre l’immédiateté comme intuition et comme moment de la pensée81. C’est pourquoi également il revendique la distinction aristotélicienne entre ce qui est premier pour nous et premier par nature82 en refusant la possibilité depuis la logique formelle d’un jugement synthétique et d’une déduction des catégories83. Si l’on respecte, comme le fait Aristote, le sens de cette distinction, on se trouve porté « des simples formes de la pensée au milieu des choses » (aus den blossen Formen des Denkens mitten in die Dinge)84. Il donne pour exemple le principe d’identité, dont la justification est explicitement donnée dans la Métaphysique85. La critique de la logique formelle s’exerce ainsi à travers une histoire de la science (« car les sciences apprennent de leur histoire »86) qui permet de préciser la fonction critique d’Aristote : le lien entre la logique et la « métaphysique » y est explicite et s’est depuis perdu :

  • 87 «Der eben angeführten objectiven Fassung des Princips der Identität tritt in den logischen Schrifte (...)

La conception objective du principe d’identité est complétée dans les écrits logiques d’Aristote (An. Post. I, 11) par une conception plus subjective, à savoir que le même ne peut être en même temps asserté et nié. Kant pourtant, tout occupé à une stricte séparation de la logique formelle, effaça la dernière trace de l’origine métaphysique qu’on pouvait encore remarquer au principe d’identité en rappelant que, dans l’expression “A ne peut être en même temps non A”, la détermination temporelle ‘en même temps’ ne concernait pas la logique (Critique de la raison pure, B 191).87

42Si l’expression de « logique formelle » à propos de Kant peut rétrospectivement faire sourire, on voit bien comment Trendelenburg entendait corriger la logique « subjective » par la prise en compte des relations ontologiques ; et comment, pour éviter de faire comme Hegel, une « logique objective » qui n’était qu’une logique subjective hypostasiée, il convenait de revenir à Aristote. Il s’appuie nettement, dans toute cette mise en place décisive pour la problématique de son livre, sur son propre manuel de logique, comme pour montrer qu’il était la voix d’Aristote en son temps ou bien qu’Aristote et Trendelenburg ne faisaient qu’un. Aristote était alors redevenu contemporains.

  • 88 Voir F. Kaulbach, « Schleiermachers Idee der Dialektik », art. cit., p. 238, note 20 ; ainsi que A. (...)

43Sans pouvoir aborder tous les aspects développés dans les Recherches logiques, il est nécessaire pour notre propos de saisir la perspective philosophique dans laquelle elles se situent, qui correspond au projet d’un renouvellement de la dialectique ancienne dans les conditions de la subjectivité finie, jusque dans le refus d’une « pensée pure », dans une lignée ouverte par Schleiermacher88.

  • 89 Voir J.E. Erdmann, Die deutsche Philosophie seit Hegels Tode, Berlin, 1896, reprint Stuttgart, From (...)

44La philosophie de Trendelenburg se présente sous un double visage : d’un côté, elle se conçoit dans un rapport nécessaire avec le fait des sciences et accompagne leur développement, en rupture avec les prétentions hégémoniques des systèmes spéculatifs ; de l’autre, elle construit à son tour un système alternatif à l’idéalisme absolu de Hegel, un « idéal-réalisme » fortement théiste où les inspirations kantiennes sont contrebalancées par des éléments aristotéliciens89.

  • 90 Twesten (LU I, 7, 8, 12, 13, 15, 17 et passim ch. 3, LU II, ch 14, 117) et Drobisch (LU I, 7, 9 et (...)

45Les premières « recherches » exposent dans l’ordre les insuffisances de la logique formelle en se référant surtout à Kant et à Twesten90, y voyant une réduction subjective des doctrines d’Aristote, puis une critique de la logique spéculative de Hegel. Trendelenburg, avant de déployer sa propre logique, expose alors son projet. Sa problématique rencontre à certains égards celle de la philosophie contemporaine. Il considère ainsi que le fait de l’existence des sciences est le fondement de la problématique logique :

  • 91 « Die Thatsache der Wissenschaften ist die Basis des logischen Problems. Sie dringen von den versch (...)

Là où elles [les sciences] se trompent, elles se rectifient au cours de leur progression et de leur mise en relation. Elles se confirment mutuellement et s’avèrent dans leur application. C’est là l’heureux travail de la communauté des esprits, qui traverse les générations et les siècles. Les sciences opposent au scepticisme un fait (Faktum) et au doute spéculatif une réalité (That) croissante et créatrice.91

  • 92 Sur Platon, LU I, 102 ; sur Kant, LU I, 104 et la note p. 103-104 citant la KRV, B 627 sur les prop (...)
  • 93 La Dialectique est connue de Trendelenburg, qui la cite en LU II, ch. 13, 147 et 165. Mais le mode (...)

46La philosophie doit prendre acte des réalisations de la science et s’interroger sur leurs conditions de possibilité. La tâche de la logique est d’évaluer la connaissance dans ses prétentions à l’objectivité et non de s’enfermer dans l’examen des lois et des conditions subjectives de la pensée, ce qui est du ressort de la psychologie. Bref, l’idée que la connaissance doit se rapporter à un être connu est la thèse ontologique qu’il défend fortement contre ce qu’il perçoit comme le « subjectivisme » moderne. Pour ce faire, il s’appuie autant sur les Anciens, Platon et Aristote en tête, que sur la thèse kantienne que l’être n’est pas un prédicat réel92. La prise en compte des sciences réelles et l’orientation de la philosophie vers leur coordination et leur auto-réflexion critique correspond au projet de la Dialectique de Schleiermacher dans ses aspects les plus pertinents pour une redéfinition de la philosophie93. Ce rapport de la philosophie aux sciences et donc à un savoir fragmenté et historique conduit à une interprétation de la philosophie dans le sens d’une dialectique ouverte du savoir qui emprunte son modèle à l’interprétation des textes. Ainsi, on peut lire dans le pénultième chapitre intitulé « le système », avant la clôture sur « l’inconditionné et l’idée », un dessin du « cercle herméneutique » où se tient nécessairement un savoir qui progresse dans l’histoire en rejetant la possibilité d’une distinction entre l’analytique et le synthétique (LU II, ch. 14) :

  • 94 LU II, 334, et tout le ch. 19, 332-336. On sait que Dilthey suivit l’enseignement de Trendelenburg (...)

La compréhension d’un passage difficile, comme nous l’avons analysé, est en quelque sorte (gleichsam) un modèle de toute connaissance (ein Musterbild alles Erkennens).94

  • 95 LU I, ch. 4 et ch. 7, 284 sq.
  • 96 LU I, 286, note. Contre Hegel, qui appréhende le « mouvement » des catégories elles-mêmes plutôt qu (...)

47Cette détermination de l’histoire du savoir n’exclut cependant pas l’élaboration d’une métaphysique alternative qui fonderait l’identité de l’être et de la pensée dans un élément commun et premier d’où seraient déduits non seulement l’espace et le temps mais aussi les catégories et, associées à la matière, les objets du monde. L’élément commun qui permet, selon Trendelenburg, de surmonter les apories de l’idéalisme, est le mouvement compris comme « acte créateur », « formateur », « s’individualisant », cause95. En s’inspirant en partie d’une relecture de la kinèsis aristotélicienne96, il envisage ainsi un opérateur métaphysique autant subjectif qu’objectif, où pensée ou catégories et intuition ne seraient pas encore scindés.

48Dans la Doctrine des catégories d’Aristote, Trendelenburg a introduit en effet la kinèsis au nombre des catégories, puisqu’elle assure l’unité de l’agir et du pâtir. L’un et l’autre sont des « mouvements » explique-t-il en citant Physique III (Phys. III, 3, 202a23-25 ; De Gen. & Corr. I, 7, 324a24) :

  • 97 Aristoteles Kategorienlehre, cap. XVII (dans la traduction de V. Cicero, p. 225).

Ainsi le mouvement est-il véritablement placé parmi les catégories, et précisément dans une position où il apparaît comme l’expression abrégée pour l’agir et le pâtir (Mét. Z, 4, 1029 b22), alors qu’ailleurs, inversement, le mû est désigné comme une espèce d’agent ou de patient (Top. IV, 1, 120b26).97

49Distinguant le mouvement de la seule quantité qui ne fait que mesurer l’itinéraire d’un mouvement continu et divisible, mesure qui n’est que le dépôt du mouvement lui-même (Mét. ∆ 13, 1020a28sq.), Trendelenburg identifie le mouvement au couple agir/pâtir, y voyant, en suivant les Topiques, une energheia, un acte (Top. IV, 5, 125b17), renvoyant à « l’acte du possible en tant que possible » de Physique III (Phys. III, 2, 201b31). Cette présentation est animée manifestement de la tentation de présenter Aristote conformément à ses vœux, en faisant apparaître le principe unificateur des catégories. Or une telle unification se heurte sans cesse à la dualité des points de vue logique et métaphysique. D’un côté, il s’agit de trouver la « loi des catégories » pour établir leur subsomption, selon un ordre plus logique de dérivation (et non seulement « grammatical »), de l’autre, il convient de respecter l’antériorité par nature de la substance, au sens où les catégories représenteraient alors les « concepts fondamentaux », la genèse réelle des choses, renvoyant alors à la causalité première.

50Mais la contradiction demeure entre la catégorisation et la genèse réelle, comme le montre justement l’exemple de la kinèsis. Celle-ci se répartit selon les catégories de quantité (augmentation et diminution), de qualité (altération, alloiôsis) et de déplacement spatial (phora), alors même que c’est ce dernier mode de mouvement qui constitue la condition réelle des autres espèces (cf. Phys VIII, 7, 260a26sq.). Resterait donc à accomplir en quelque sorte cette unification inchoative. Alors qu’Aristote a servi pour ébranler l’idéalisme spéculatif, c’est ici une exigence proprement spéculative qui est requise pour achever le projet :

  • 98 Ibid., cap XXIII (trad. p. 277).

Il manque chez Aristote le traitement du problème de la production et de la constitution du particulier par l’universel, et dans la détermination de l’intellect auto-pensant, on constate l’absence du principe de la différence en général. Seul un tel principe pourrait conduire aux différences ultimes, aux catégories.
Selon la disposition globale de la philosophie d’Aristote, dans les catégories, la subsomption logique et la genèse réelle demeurent différentes, la prédication et l’antériorité par nature. C’est là le fond d’où surgissent toutes les autres apories. La doctrine des catégories ne trouvera son accomplissement que lorsque l’origine des concepts et la génération des choses procéderont ensemble.98

51Considérer que la pensée antique ne peut satisfaire à l’exigence d’un principe de différenciation interne de l’universel, c’est aussi dire avec Hegel qu’elle n’a pu penser la négativité même de l’être. Le projet de Trendelenburg est ainsi de constituer une alternative au système hégélien qui en reprenne cependant l’ambition dans les conditions critiques déterminées par un aristotélisme persistant. Mais les Recherches logiques parviennent-elles à dépasser Hegel dans sa tentative unitaire sans faire violence à ce sens des réalités enseigné par Aristote ?

  • 99 LU II, 97.
  • 100 LU II, 98-99.
  • 101 LU II, 365.

52Le mouvement comme « Konstruktive Bewegung » y assume bien la place qui ne pouvait guère qu’être entrevue chez Aristote, à la fois condition universelle de la pensée (et comparable en cela à l’auto-position idéaliste) et principe de l’intuition, opérant ainsi d’emblée la médiation entre l’être et la pensée99. Du mouvement naissent des catégories « réelles », qui expriment l’essence des choses et renvoient à l’édifice des savoirs (des mathématiques et de la physique à l’éthique) et des catégories « modales » qui se rapportent au mode de connaître100. L’exposé des catégories du mouvement et des catégories modales fournirait ainsi le fondement métaphysique de la connaissance des choses. Mais le mouvement comme « activité originaire »101, qui produit l’être et la connaissance et assure la communauté de l’être et de la pensée ainsi que la correspondance de leurs formes, ne laisse pas d’évoquer, dans son dessin général, les grandes constructions de l’idéalisme. En particulier, son orientation est fortement téléologique, et doit concéder voire revendiquer une forme de théisme (plus ou moins néo-spinoziste), – alors même que Trendelenburg entend argumenter à propos des sciences, des mathématiques et de la physique en particulier.

  • 102 LU I, 282.
  • 103 LU I, VII, 289, note.
  • 104 LU I, VII, 312.

53Un dernier aspect doit être souligné pour caractériser le mode de réappropriation de la pensée aristotélicienne ici à l’œuvre. À la tentative de genèse idéale des catégories de Hegel qui ne pouvait qu’échouer102, Trendelenburg oppose une genèse réelle à partir du mouvement, en insistant sur le rôle du langage. C’est ici que les motifs de la « critique du langage » rejoignent une nouvelle forme de réalisme. Dans le chapitre sur les « catégories du mouvement » (ch. VII), Trendelenburg expose le mouvement comme originaire et fondement de la causalité. Cette causalité réelle repose sur la conjonction d’une position et d’une négation pour laquelle il se réfère à Herbart, mais aussi à Jacobi103. Il est particulièrement attentif au rôle de la langue et singulièrement de la grammaire dans la mise en forme des concept depuis ce mouvement réel. L’intention est de maintenir le primat du pôle ontologique sur les opérations de la réflexion, sans être tenté de dissoudre celui-là en celles-ci. « La dialectique, écrit-il en visant Hegel, se trompe nécessairement parce qu’elle n’opère que sur les représentations et perd de vue les rapports de chose »104. L’intérêt de la mise en évidence du rôle de la langue est donc de relativiser l’autonomie d’action de la réflexion par rapport à des contraintes qui lui sont préexistantes. Il ne saurait y avoir de réflexion pure, et pas davantage d’absence de présupposition, de Voraussetzungslosigkeit, du moment que le langage, dans sa réalité, a précédé la pensée. Vouloir substituer un hypothétique mouvement du concept au mouvement réel est l’hérésie de la philosophie spéculative. Il convient au contraire de reconduire les catégories de la réflexion aux mouvements réels qui les ont engendrées objectivement. Il y a donc une cohérence entre l’inspiration réaliste revendiquée et l’accent mis sur la dimension grammaticale, une cohérence exprimée à travers la référence discrète à Jacobi, intraitable adversaire de la philosophie spéculative. La formule des ménèchmes, reprise par Reinhold, est paraphrasée :

  • 105 LU I, VII, 314 : « Die Logik hat viel von der Grammatik gelernt. Beide Wissenschaften sind Zwilling (...)

La logique a beaucoup appris de la grammaire. Les deux sciences sont jumelles et se sont, comme des sœurs, mutuellement soutenues en leurs premiers pas [= dans l’Antiquité].105

  • 106 LU II, XII, Begriff und Urteil, 146-147.
  • 107 O.F. Gruppe, Wendepunkt der Philosophie im XIX. Jh., Berlin, 1834, cité en LU II, XII, 145, qui fut (...)

54Langage et pensée ont partagé leur sort à leurs commencements sous la forme des disciplines naissantes que furent la grammaire et la logique, et leur instruction mutuelle ne signifie pas aux yeux de Trendelenburg la facile explication de l’un par l’autre, mais une genèse commune, liée à une nécessité de l’ordre du contenu. La dimension de « critique du langage » ne saurait donc être exagérée. Sans doute les Recherches logiques sont-elles dédiées à l’un des derniers grammairiens généralistes, Karl Ferdinand Becker, mais cela n’engage pas le parallélisme logico-grammatical suranné de celui-ci, car il est aussitôt historicisé, rapporté à l’Antiquité, nourrissant une réflexion sur la formation des concepts qui s’instruit de la philologie. Il se réfère aussi bien à Humboldt et à son Introduction au Kavi, pour évoquer le caractère synthétique de la langue au moment de son invention106. Il comprend ces hypothèses – comme celles de Gruppe sur le primat du jugement sur le concept107 – par rapport à son intuition première du mouvement générateur des différenciations. S’il ne saurait y avoir, au plan logique, de différence tenable entre analyse et synthèse, comme il l’avance contre Kant, Trendelenburg reconnaît cependant un certain primat objectif au jugement et plus généralement, comme on l’a vu, au mouvement. L’invention des formes linguistiques précède forcément les abstractions conceptuelles en étant la marque d’un mouvement réel, indiquant sa priorité sur la pensée isolée.

55L’approche philologique et grammaticale d’Aristote était donc entièrement légitime, non seulement pour des raisons de méthode et de scientificité, mais bien parce que le corpus aristotélicien constituait, plus et mieux qu’un autre, l’occasion d’une mise à l’épreuve des instruments de la philosophie. La naissance de l’abstraction du discours théorique ramenée à ses conditions réelles d’apparition dégage en principe une philosophie achevée, réelle et formelle à la fois, objective et subjective, dont l’unité a le plus souvent été perdue de vue, et surtout dans ce qui fut appelé « idéalisme » philosophique.

 

  • 108 Dans sa Begriffsschrift, Frege s’appuie plusieurs fois sur Trendelenburg, en particulier sur « Leib (...)

56Le projet philosophique de Trendelenburg s’inscrit dans le mouvement de son temps et s’appuie sur Aristote pour pluraliser la raison en passant d’une logique du système à une logique de la recherche entendue à la fois comme Forschung, recherche scientifique, et Untersuchung, enquête particulière. Aristote signifie ainsi un moment d’une organisation scientifique différenciée dans sa méthode et selon ses objets. On peut être tenté de retrouver en lui le lieu de formation du langage philosophique et des concepts scientifiques, détaché par la suite des expériences qui leur conféraient leur signification première. Saisissant la pensée au moment de sa formulation, dans une langue qui se spécialise progressivement, Trendelenburg envisageait autrement le rapport de la logique au langage et de la pensée à l’être. Par la réflexion des conditions historiques de la pensée, c’est l’horizon d’une métaphysique qui s’ouvre à nouveau. La métacritique de la logique invite aussi bien à une logique rigoureuse, d’inspiration leibnizienne108, dégagée du modèle grammatical, qu’à l’interrogation sur l’ancrage ontologique du langage – deux voies concurrentes qui peuvent, l’une comme l’autre, revendiquer un héritage aristotélicien.

Notes

1 On ne saurait réduire la Sprachkritik à l’œuvre de Fritz Mauthner (18491923.) - Elle est, par Hamann, Herder ou Jacobi, contemporaine de la Critique kantienne, et refleurit précisément au terme de la période de « l’idéalisme allemand » ; voir Leo Freuler, La crise de la philosophie au XIXe siècle, Paris, Vrin, 1997, ch. 9, p. 225258, qui aborde R. Haym, C. Prantl, F. Harms, G. Gerber, H. Steinthal, F. Max Müller, O.F. Gruppe. Ses motifs circulent en fait du premier romantisme à Nietzsche et de Herder à W. Wundt.

2 « Bei der Übertragung des dialektischen Processes auf die Realität werden die‚ logischen’ Kategorien vermöge einer Hypostasierung, die der von Aristoteles bekämpften Platonischen Substantiierung der Ideen analog ist, gleichsam als selbständige Wesen behandelt, die einer eigenthümlichen Entwickelung und eines Ueberganges in einander fähig seien, » F. Überweg, System der Logik und Geschichte der logischen Lehren (1857), Bonn, Adolph Marcus, 51882, p. 60.

3 Voir Feuerbach, « Thèses provisoires pour la réforme de la philosophie » (1842,) in Manifestes philosophiques, Paris, 1960, p. 139169. Sur la critique des hypostases dues au langage chez Feuerbach, voir E. Berti, supra, et C. Berner, « Substantialisation et substantivation : la syntaxe de l’objectivation religieuse chez Feuerbach, » Revue de Métaphysique et de Morale, 1991, p. 395-406.

4 K. Marx, F. Engels, L’idéologie allemande (1845,) contre les résurgences de l’idéalisme dans l’école hégélienne dénoncé comme « idéologie. » Pour cette problématique générale et en particulier les positions de Marx et Kierkegaard, on peut toujours se reporter à K. Löwith, De Hegel à Nietzsche, trad. fr. Paris, Gallimard, 1969, ch. « La critique du concept hégélien de réalité, » et sur Kierkegaard sp. p. 186187.

5 Voir l’article « Kategorie, Kategorienlehre » de H.M. Baumgarten, G. Gerhardt, K. Konhardt, G. Schönrich dans l’Historisches Wörterbuch der Philosophie édité par J. Ritter, Bâle, col. 714-776.

6 Karl Leonhard Reinhold (1757, Vienne, 1823, Kiel) accomplit sa formation philosophique auprès des Jésuites avant de rejoindre l’Allemagne en 1783 où il devint l’un des plus ardents propagateurs de la pensée kantienne (Lettres, 1781) et de proposer sa propre philosophie transcendantale, Versuch einer neuen Theorie des menschlichen Vorstellungsvermögens (1789). Un moment proche de Fichte, c’est Jacobi qui l’encourage à s’éloigner de la philosophie transcendantale et à refonder la philosophie sur l’examen du langage. Voir en particulier ses derniers livres, Grundlegung einer Synonymik für den allgemeinen Sprachgebrauch in den philosophischen Wissenschaften, Kiel, 1812 ; Das menschliche Erkenntnisvermögen, Kiel, 1816. La dédicace à Jacobi de la synonymie insiste sur l’idée d’une « critique du langage » appelée de ses vœux par Jacobi à la suite de Hamann.

7 S. Maimon, Die Kathegorien des Aristoteles, mit Anmerkungen erläutert und als Propädeutik zu einer neuen Theorie des Denkens dargestellt, Berlin, bei E. Felisch, 1794. S. Maimon (1753-1800), philosophe autodidacte, vint à Berlin attiré par les Lumières, s’intéressa vivement à Kant à qui il adressa des critiques d’inspiration leibnizienne ou sceptique.

8 Ibid., p. XII, cf. p. III-IV.

9 Versuch über die Transzendentalphilosophie mit einem Anhang über die symbolische Erkenntnis und Anmerkungen von Salomon Maimon aus Litthauen in Polen, Berlin, bei C.F. Voss, 1790 ; S. Maimon, Essai sur la philosophie transcendantale, 1790, trad. par J.B. Scherrer, Paris, Vrin, 1992, p. 214-215. Encore moins que Maimon, on ne s’attendrait à trouver chez Johann Benjamin Ehrard (1766-1827), médecin autodidacte et kantien jacobin, une des figures les plus originales de l’après-kantisme, un quelconque intérêt pour Aristote et les catégories. Résigné et marginalisé après l’échec de la période révolutionnaire, il s’était installé comme médecin à Berlin. Pourtant, scandalisé que l’Organon ne fût pas encore traduit en allemand en 1810, il chercha à mettre en œuvre un projet de traduction de cette source principale de la logique (voir G.F. Heinrici, D. August Twesten nach Tagebücher und Briefen, Berlin, Verlag W. Herz, 1889, en date du 27. X. 1810, p. 44). Ehrard est un des derniers kantiens à maintenir, dans un climat intellectuel de plus en plus hostile, le flambeau des Lumières, ne cédant en rien à la lecture idéaliste de la philosophie critique. Aristote est un allié en tant qu’il rappelle à la philosophie les exigences de la rigueur argumentative et le respect pour l’expérience ordinaire. Chez lui, le kantisme rigoureux est donc lié à une réhabilitation de la logique contre sa relativisation dans l’idéalisme post-kantien.

10 Voir H.J. Cloeren (éd.), Philosophie als Sprachkritik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, frommann-holzboog, 1971. Sur l’influence de Jacobi comme « anti-Kant » en Autriche, Roger Bauer, Der Idealismus und seine Gegner in Österreich, Heidelberg, 1966 et Eberhard Zirngiebl, F.H. Jacobi, Vienne 1867. Elle ne l’emporte toutefois pas sur celle de Herbart.

11 Fichte, Grundlage der Wissenschaftslehre 1794, SW I, 99 ; trad. A. Philonenko dans Fichte, Œuvres choisies de philosophie première, Paris, Vrin, 1964, p. 23. Voir la reconstitution d’I. Thomas-Fogiel, Critique de la représentation. Étude sur Fichte, Paris, Vrin, 2000.

12 Hegel, Doctrine du concept, Du concept en général, trad. G. Jarczyck et P.J. Labarrière, Paris, Aubier, 1981, p. 59-60.

13 C’est pourquoi les figures d’un Aristote « anti-hégélien » et d’un Aristote « hégélianisant » pourront coexister par la suite, même si la première figure tend largement à s’imposer.

14 W. von Humboldt, Gesammelte Schriften, éd. A. Leitzmann, Berlin, 1900 sq., cité GS, ici GS VIII, 129.

15 Respectivement GS IV, 1-34 et GS IV, 285-313.

16 Lettre à M. Abel-Rémusat, GS V, 254-308, ici p. 258.

17 Sur la familiarité de Humboldt avec Aristote, voir récemment U. Webers, Verwandlung der Welt in Sprache : Aristotelische Ontologie im Sprachdenken W. von Humboldts, Paderborn, Schöningh, 2001. Sur le couple ergon/energeia, voir D. Di Cesare, « Die aristotelische Herkunft der Begriffe ἔργον und ἐνέργεια in W. von Humboldts Sprachphilosophie », in H. Thun (éd.), Energeia und Ergon, Bd. II, Tübingen, GN Verlag, 1988, p. 29-46.

18 Voir son discours académique « Sur l’idée leibnizienne, encore inaccomplie, d’une langue philosophique universelle », traduit par C. Berner dans Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire, Paris, Seuil, 1999.

19 Un tel dictionnaire des concepts de base est nécessaire dans une perspective leibnizienne (comme chez Eberhard, le maître de Schleiermacher à Halle, auteur d’une synonymique) et se retrouve chez Maimon, Philosophisches Wörterbuch, Berlin, 1791 (son Essai sur la philosophie transcendantale se conclut par un appendice « Sur la connaissance symbolique et le langage philosophique », trad. cit., p. 170-205) ; il est lié à la volonté de clarifier la langue naturelle par une synonymique et d’élaborer une « langue conceptuelle » ou Begriffsschrift.

20 On néglige à dessein l’aristotélisme du jeune Schleiermacher qui, à Halle, sous l’égide d’Eberhard, traduisit non seulement deux livres de l’Éthique qui comptèrent beaucoup pour sa formation intellectuelle, mais aussi des extraits du premier livre de la Métaphysique ! Cf. F.D.E. Schleiermacher, Jugendschriften 1787-1796, éd. G. Meckenstock, Berlin, de Gruyter, 1784 = KGA I, 1, p. 165-175. Jusqu’aux Discours sur la religion (1799), ou à la rencontre de F. Schlegel peu avant, on ne trouve pas de trace de Platon chez notre auteur ; cf. A. Arndt, « Schleiermacher und Platon », in F. Schleiermacher, Über die Philosophie Platons, Hambourg, Meiner, 1996, p. VII-XXII, sp. p. VII-VIII. Quant au rapport à Platon, il joue dans les deux sens, appui pour sa propre pensée en même temps qu’objet reconfiguré par son propre système. Pour un repérage de certaines distances, en particulier dans le champ éthique, voir E. Herms, « Platonismus und Aristotelismus in Schleiermachers Ethik », in S. Sorrentino (éd.), Schleiermacher’s philosophy and the philosophical tradition, NY, Edwen Mellen, 1992, p. 3-26.

21 C’est le cas de Twesten et de Trendelenburg ; parmi les tentatives inspirées à quelque degré par Schleiermacher, voir celles de H. Ritter, K. Vorländer, Beneke, Lotze. Überweg voit l’importance de la Dialectique de Schleiermacher dans la médiation entre les logiques formelles et métaphysiques, op. cit., § 33-34 p. 63-64. Dans ses cours de dialectique, Schleiermacher ne manque pas de critiquer Aristote pour avoir de nouveau séparé logique et métaphysique après Platon, mais il n’impute pas cette séparation à Aristote lui-même, parlant d’un « usage inintelligent d’Aristote » (Diese Trennung hat angefangen, ich will nicht sagen von Aristoteles, aber wol von dem missverstandenen Gebrauch des Aristoteles [...], Kolleg 1818/19. Nachschrift Anonymus, dans le cours de 1818/19 d’après des notes d’un anonyme, KGA II, 10 1, 2, p. 110-111).

22 « Über diese ersten Prinzipien ohne Rücksicht auf das Reale zu philosophieren, scheint etwas Unerfreuliches und für die Wissenschaft Gefährliches, besonders wenn es wohl gar eine Art von Gegensatz zwischen der Spekulation und dem realen Wissen zur Folge hat », dans Vorlesungen über die Dialektik, éd. A. Arndt, KGA II, 10, 2, Berlin, 2002, Kolleg 1811. Nachschrift Twesten, p. 5. Nous disposons pour ce premier exposé de la dialectique en 1811 d’une copie faite par D.A. Twesten. Voir la riche introduction de A. Arndt à sa première édition de cette copie, Dialektik 1811, Hambourg, F. Meiner, 1986.

23 Dans son introduction à la dialectique de 1833, Schleiermacher s’en prend clairement à Fichte, Hegel et Schelling, KGA II, 10, 1, p. 378 ; Dialectique, trad. C. Berner et D. Thouard, Paris, Cerf, 1997, p. 287.

24 Comme l’avance K. Chr. Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Francfort, 1986, p. 58 sq. Trendelenburg et Dilthey reçoivent ainsi une impulsion, directe ou indirecte, de l’orientation de Schleiermacher vers les savoirs empiriques.

25 La première Dialectique, en 1811, renvoie ainsi à la logique d’A. G. Baumgarten, KGA II, 10, 1, p. 50 ; KGA II, 10, 2, p. 53.

26 Ibid, KGA II, 10, 2, p. 8.

27 Ibid., § 3, p. 7.

28 On peut y voir une historisation du modèle leibnizien, comme l’ont suggéré plusieurs auteurs : W. Kapsprzik, « Monaden mit Fenstern ? Zur Konzeption der Individualität in Schleiermachers Dialektik », dans G. Boehm et E. Rudolph (éds.), Individuum. Probleme der Individualität in Kunst, Philosophie und Wissenschaft, Stuttgart, Klett-Cotta, 1994, p. 99-121 ; et les contributions de M. Frank, H.P. Grosshans, D. Thouard, au volume récent Chr. Kranich/Chr. Helmer/B. Rehme-Iffert (éds.), Schleiermachers Dialektik. Die Liebe zum Wissen in Philosophie und Theologie, Tübingen, Mohr-Siebeck, « Religion in Philosophy and Theology », 2002.

29 Aristote, Réfutations sophistiques, ch. 11, 171b3 sq., 172a22 ; Topiques L. VIII, 155b sq. Voir les indications de F. Kaulbach, « Schleiermachers Idee der Dialektik », Neue Zeitschrift f. systematische Theologie und Religionsphilosophie 10, 1968, p. 225-260, ici p. 227 sq. ; ainsi que C. Berner, D.T., « La Dialectique ou l’art de philosopher », in F. Schleiermacher, Dialectique, Paris, 1997, p. 9.

30 KGA II, 10, 2, p. 74 ; cf. le cahier de notes 1811, n. 84-85, KGA II, 10, 1, p. 17, traduit dans la Dialectique, p. 310-311.

31 Cf. G. Tonelli, « Der historische Ursprung der Kantischen Termini ‘Analytik’ und ‘Dialektik’ », Archiv für Begriffsgeschichte, Bonn, 1962, p. 120 sq.

32 Par là, il se soustrait au modèle platonicien de l’idéalisme. On peut penser que c’est précisément cet écart qui est fondateur d’un mode de philosopher moderne, contra J.L. Vieillard-Baron, Platon et l’idéalisme allemand (1770-1830), Paris, Beauchesne, 1979, p. 25 : « Approfondissant Platon, l’idéalisme allemand opère une rupture qui fonde la métaphysique moderne : c’est d’abord la rupture avec l’aristotélisme présent encore chez Suarès, chez Wolff et chez Kant. Pour la première fois, les concepts aristotéliciens qui servaient à dissocier l’analytique de la dialectique, la forme de la matière, vacillent sur leurs bases ; Schleiermacher nous en donnerait sans doute le meilleur exemple, mais aussi la Logique de Hegel ».

33 Geschichte der Philosophie, éd. H. Ritter, Schleiermacher, SW III, 4, 1, p. 114.

34 Dialektik, Kolleg 1822, KGA II, 10, 2, p. 682-683.

35 Geschichte der Philosophie, op. cit., p. 116: «Wo er dagegen bei Grundsätzen anzufangen hat, da stellt er die verschiedenen Meinungen zusammen und will aus der Kritik derselben mit Hülfe der Logik die Wahrheit ausmitteln. Daher der historische und kritische Charakter seiner Schriften».

36 « Es ist anmassend unmittelbar Philosophie als Wissenschaft vorzutragen [...] », Dialektik 1814/15, § 23, dans KGA II, 10, 1, p. 78 ; trad. Dialectique, p. 60.

37 Dialektik 1814, § 47, KGA II, 10, 1, p. 81 ; Dialectique, p. 68.

38 « Sie ist aber auch Kunst der philosophischen Kritik für jedes fragmentarisch gegebene Wissen », Ibid, § 48, p. 81 ; trad. p. 68.

39 Ibid., § 52, p. 82 ; trad. p. 70.

40 « Anstatt einer Durchdringung des speculativen und empirischen ist uns nur eine begleitende Beziehung des einen auf das andere möglich oder eine wissenschaftliche Kritik », ibid., I, § 210, p. 139 ; trad. p. 178.

41 « 1. Dies ist die relative Gestalt der Weltweisheit als Kritik ; aber nicht als Kritik der Vernunft an sich sondern als Kritik ihrer Selbstdarstellung im realen Wissen. 2. Auf diese Weise ist das absolute Wissen vor der Vollendung des realen nur zertheilt und abgebildet gegeben, und ist eigentlich nur in dem nicht [auszudenkenden] Gedanken der Einheit des zertheilten », Ibid., p. 139 ; trad. p. 178.

42 Ibid., § 16, b, p. 77 ; trad. p. 58 : « On ne peut pas dire que la distinction ait été ainsi faite par Aristote » (je souligne).

43 Überweg évoque Heinrich Ritter, l’historien de la philosophie, éditeur de ses leçons sur l’histoire de la philosophie, Karl Vorländer, Leopold George, mais aussi Beneke, Trendelenburg, Lotze, System der Logik, op. cit., p. 63 ; lui-même, p. 77 ; dans la même lignée, de façon plus lâche, il évoque J. Braniss, H. Ulrici, Carl Prantl, l’historien de la logique, Chr. Sigwart, p. 68-75.

44 August Detlev Twesten (1789-1876), théologien, successeur de Schleiermacher à la chaire de théologie de l’Université de Berlin en 1835, il avait été son auditeur en 1811 (on lui doit une copie des cours de dialectique et d’herméneutique). Il édita son éthique en 1842. Venu de Kiel à Berlin dès l’ouverture de l’Université nouvelle, il rencontra J.B. Erhard, par l’intermédiaire de Reinhold Il existe une correspondance (17 lettres) entre Reinhold et Twesten dans le Nachlass Twesten conservé à la SHLB (voir aussi des papiers dans le Nachlass J.F. Kleukers, à l’UB de Kiel), qui l’incita à un travail commun de traduction de l’Organon d’Aristote (voir G. Heinrici, op. cit., en date du 27. X. 1810, p. 44). Twesten proposa à son ami Brandis de réaliser le projet ensemble (ibid., 2. XII. 1810, p. 76 avec la lettre du 3. XII. 1810 à Brandis). Après un certain nombre de séances de travail commun, le projet à trois fut abandonné, mais le travail sur Aristote se poursuivit pour Brandis, mais aussi pour Twesten, lié chez ce dernier à une certaine réhabilitation de la logique formelle.

45 G. Heinrici, A. Twesten nach Tagebücher und Briefen, Berlin, Hertz, 1889, p. 262.

46 Ibid., p. 298.

47 Il présente la logique comme l’exposition de la légalité philosophique, comme la grammatica rationalis, méthode des autres savoirs (comme la théologie) et garde-fou contre les tentations, « sous l’apparence du rationnel en soi, de déduire la matière historique sous la forme d’une Doctrine de la science » (sie bewahrt auf der anderen Seite die Philosophie vor der Versuchung, in Form einer Wissenschaftslehre die Ableitung geschichtlicher Stoffe unter dem Schein des an sich Vernünftigen zu erschleichen). « C’est pourquoi la logique ne doit pas être une doctrine de la pensée ou du savoir (Denk-oder Wissenslehre), car elle se meut dans les formes de la pensée et ne peut se dégager du donné », Die Logik, insb. Die Analytik, (Logique, en particulier l’Analytique), Berlin, 1825, Vorrede, p. 14-15 ; Heinrici, op. cit., p. 367).

48 « Ich hoffe Ihre Billigung, wenn ich lieber auf dem Wege des Aristoteles zu wissenschaftlicher Strenge und Besonnenheit anzuleiten, als zu jener Richtung unserer Zeit entgegenzukommen bedacht bin, die den willkürlichen Spielen der Einbildungskraft den Schein der Weisheit zu leihen sucht. Gewissermaßen bin auch ich bemüht, ein Vermächtnis des Altertums von neueren Missverständnissen und Entstellungen zu reinigen, doch kann dies vornämlich nur den engen Kreis der Schule interessieren », Twesten à Niebuhr, le 24 octobre 1824, dans Heinrici, op. cit., p. 368.

49 Sur le plan biographique, Adolf Trendelenburg (1802-1872) fut élève d’un disciple de Reinhold à Kiel, un auditeur de Hegel et de Schleiermacher (dont il suivit le cours d’Esthétique en 1826) et un proche de Brandis. Il cita la Dialektik (éd. L. Jonas, Berlin, 1839) dans ses Recherches logiques, Logische Untersuchungen I & II, Berlin, 1840 (cité LU), LU II, XII, 147, 165.

50 A. F. Trendelenburg, « Das τ ν εναι, τ γαθ εναι und das Τ τί ν εναι bei Aristoteles. Ein Beitrag zur aristotelischen Begriffsbestimmung und zur griechischen Syntax », Rheinisches Museum für Philologie, Geschichte und griechische Philosophie II, éd. par Chr. Brandis et B.G. Niebuhr, Bonn, Eduard Weber, p. 457-483. Trendelenburg se réfère à ce texte dont il reprend la teneur dans sa Doctrine des catégories chez Aristote, Geschichte der Kategorienlehre (1846), ch. IX.

51 Ibid., p. 457.

52 Ibid., p. 458.

53 Ibid., p. 478.

54 Trendelenburg cherche à distinguer le τόδε τι et le Τὸ τί ἦν εἶναι en recourant à une analyse précise des contextes où apparaissent ces expressions dans les différents écrits d’Aristote. Il comprend le « Τὸ τί ἦν εἶναι » comme le « concept par lequel tout ce qui est vrai (wahrhaft) est déterminé comme ce qu’il est ; c’est par ce concept que la création est création et c’est la fin de la pensée. En soi sans matière, il se manifeste dans la forme par laquelle la matière reçoit âme et essence », p. 474. Il analyse en particulier l’usage de Physique II, 3 (le son et l’octave) et d’EN II, 6 (la vertu comme milieu) pour distinguer les deux notions. « Le concept avant sa manifestation matérielle, la figure sans la matière sont désignés par le Τὸ τί ἦν εἶναι. Face à lui, il y a le concept de la manifestation matérielle, le τὸ τί ἐστιν, c’est-à-dire le “quoi” attaché à l’existence quantitative et qualitative », p. 475.

55 Les Recherches logiques sont ainsi dédiées à Karl Ferdinand Becker, un des derniers grammairiens généralistes, alors que la Doctrine des catégories l’est aux deux philologues maîtres d’œuvre de l’édition de l’Académie, Immanuel Bekker et Christian Brandis.

56 «[...] der Kampf mit den Thatsachen der Erkenntnis hat für die logischen Theorien noch lange nicht allgemein genug begonnen», LU, Vorwort, p. VIII.

57 Categorias si uno oculorum obtutu comprehenderis, in tres fere partes discedere animadvertes. Quae quatuor genera primo loco collocata sunt, ea, si grammaticas orationis partes comparaveris, substantiva una cum adiectivis et numeralibus complectuntur, quae quatuor postremo loco, ea verborum genera, quae interiecta sunt, adverbiorum naturam referunt, De Aristotelis categoriis, p. 11. Voir Catégories, traduit et présenté par F. Ildefonse et J. Lallot, Paris, Seuil, 2002, p. 60-63 et le tableau p. 24 (avec le commentaire p. 23-32).

58 De Aristotelis categoriis, p. 6. « Ce qui fait que ces [catégories] sont dix, que leur nombre n’est ni inférieur ni supérieur, cela n’est jamais indiqué. Les catégories sont énumérées, mais ce qui est leur principe et leur cause commune n’est pas expliqué. L’une est posée après l’autre, mais sans que l’on montre d’où toute la série tire son origine. Les catégories gisent, dénuées de toute connexion entre elles, sans aucun lien qui les tienne ensemble ».

59 Ibid, p. 10-11. « Par conséquent, si ces éléments qui ne peuvent être ramenées à aucun principe de liaison, ne sont que des parties de propositions séparées, il semble s’ensuivre que les dix genres de catégories tirent leur origine de la proposition et de son analyse en parties. […] Que les catégories soient ainsi issues de l’analyse de la proposition, c’est ce que nous apprennent les mots d’Aristote eux-mêmes, qui nous font revenir au début ».

60 Ibid., p. 12. « Que les catégories ont été disposées ainsi à partir de la nature du discours, cela sera maintenant démontré avec la plus grande force d’autant plus que cela a été peu compris ».

61 Ibid., p. 3.

62 Ibid., p. 4.

63 Il renvoit ainsi à Métaphysique Z et E dans l’édition Brandis.

64 «Non ea fuit Aristotelici ingenii natura, ni in meris linguae formis haereret; quidquid harum vestigiis invenisse videtur, ita excoluit, ut, formis relictis, in ipsas notionum conditiones inquireret», ibid., p. 20-21.

65 Ibid., p. 25 ; cf. p. 11, l’indication que l’étude des formes grammaticales a été conduite dans le souci prépondérant de l’ipsam notionum naturam.

66 Ita Aristoteles categoriarum genera ex grammaticis fere orationis rationibus invenisse videtur, inventas autem ita pertractavit, ut, relicta origine, ipsam notionum et rerum naturam spectarent, Elementa logices aristoteleae, Berlin, Weber, 81878, p. 57 ; cf. p. 54, avec référence à la Geschichte der Kategorienlehre (1846) en note.

67 Comparer la prolusio, p. 11, et les Elementa, éd. cit., p. 56-57.

68 Ibid., ad § 3, p. 56. « De par leur nom, il n’y a donc aucune raison que les catégories désignent tantôt, comme chez les Stoïciens, les derniers genres de l’être (τὰ γενικώτατα), tantôt, comme chez Kant, les notions premières innées à l’entendement. Elles sont en revanche chez Aristote les genres les plus élevés de la prédication ».

69 Ibid., p. 57. « Si l’on écarte ce que nous avons montrer être un vestige de l’enseignement des mots, les catégories semblent davantage être énumérées qu’être tirées d’une même origine ; en sorte que Kant n’a pas craint de les dire rammassées de toute part (Critique de la raison pure B 107) et Hegel de n’être qu’une collection (Histoire de la philosophie I, p. 247) ». Trendelenburg renvoie tant à son discours de Aristotelis categoriis de 1833 qu’il vient de reprendre en partie qu’à son livre Geschichte der Kategorienlehre de 1846.

70 Ainsi LU, p. 61, sur le jugement infini ; p. 65 sur les modalités ; p. 72., p. 80, p. 94, p. 123, p. 131 etc.

71 Ainsi, à plusieurs reprises, Trendelenburg se réfère à la logique de Twesten pour appuyer ses critiques de Kant et de Hegel ; LU, p. 65, p. 72, p. 93, p. 96, p. 102, p. 104, p. 105, p. 110-111, p. 117, p. 121, p. 123, p. 125. Souvent évoqués également : Kiesewetter, Drobisch, Ritter et… Leibniz. Dans les éditions ultérieures, Trendelenburg se réfère à Prantl, Überweg, Herbart, Zeller cf. p. XI-XII, p. 104 et passim.

72 Elementa., § 51, p. 139-140 et la note 1.

73 Logische Untersuchungen, Berlin, Bethge, 1840, p. 23-99 ; cf. La présentation de Marco Morselli dans sa traduction de ce chapitre, F.A. Trendenlenburg, Il metodo dialettico, Bologne, Il Mulino, 1990, p. VII-XXIX.

74 Trendelenburg combine facilement des références platoniciennes à ses appuis aristotéliciens, qu’il fait converger dans sa défense d’un « réalisme ».

75 LU I, 18.

76 Schleiermacher a cru reconnaître chez Platon, en particulier dans le Sophiste, la visée d’une telle unité, et déplore en plusieurs endroits de sa Dialectique qu’Aristote semble y avoir renoncé en dissociant l’Organon de la Métaphysique. Mais sont-ils tellement dissociés ? Trendelenburg partage l’objectif d’une réunion des formes de pensée et de l’être avec Schleiermacher et, autrement, Hegel, tout en excluant leur identité immédiate (et donc un retour à Platon). Il part de leur liaison posée par Aristote et en particulier visible dans les Catégories et certains livres de la Métaphysique (Γ, ∆), mais l’inscrit dans le mouvement d’une histoire du savoir.

77 LU I, 20.

78 LU I, 23.

79 Ibid.

80 LU II, cap XIV, 206.

81 « L’immédiat – un mot entièrement logique – cache l’intuition que ne connaît pas encore la logique de la pensée pure et donne donc une apparence logique là où il est question en fait de la perception. L’immédiat n’a de contenu logique que dans la négation de la médiation logique », LU II, cap. XIV, 198.

82 LU I, 19.

83 LU I, 14. Trendelenburg considère manifestement que la « logique objective » de Hegel, qui comprend la doctrine de l’être et de l’essence, n’honore pas ses ambitions et demeure subjective, formelle et vide.

84 LU I, 19 ; Elementa Logices Aristotelicae §§ 17-18.

85 Il renvoie à Métaphysique Γ, 3, ∆, 10, Ι, 4.

86 LU I, 18.

87 «Der eben angeführten objectiven Fassung des Princips der Identität tritt in den logischen Schriften des Aristoteles [An. Post. I. 11] eine mehr subjective zur Seite, dasselbe lasse sich nicht zugleich bejahen und verneinen. Kant indessen, auf die Strenge der Trennung der formalen Logik bedacht, verwischte die letzte Spur des metaphysischen Ursprungs, die noch an dem Satz der Identität bemerklich war, indem er erinnerte, dass in dem Ausdruck, A könne nicht zugleich nicht – A sein, die Zeitbestimmung ‚ zugleich’die Logik nichts angehe [KRV, B 191]», LU I, 20.

88 Voir F. Kaulbach, « Schleiermachers Idee der Dialektik », art. cit., p. 238, note 20 ; ainsi que A. Arndt, dans son introduction à Schleiermacher, Dialektik 1811, op. cit., p. XXXVI-XLVII.

89 Voir J.E. Erdmann, Die deutsche Philosophie seit Hegels Tode, Berlin, 1896, reprint Stuttgart, Frommann, 1964, § 347.7-8, p. 866-877.

90 Twesten (LU I, 7, 8, 12, 13, 15, 17 et passim ch. 3, LU II, ch 14, 117) et Drobisch (LU I, 7, 9 et passim) sont les références les plus fréquentes de Trendelenburg en la matière.

91 « Die Thatsache der Wissenschaften ist die Basis des logischen Problems. Sie dringen von den verschiedensten Puncten in die Welt ein. Wo sie irren, berichtigen sie sich im Fortgang und durch ihre Verbindung. Sie bestätigen einander und bewähren sich in der Anwendung. Es ist dies die glückliche Arbeit der Gemeinschaft der Geister, die durch die Geschlechter der Jahrtausende durchgeht. Die Wissenschaften stellen der Skepsis ein Factum entgegen, dem bedenklichen Zweifel eine wachsende, schöpferische That » (LU I, 3, 100-101). Dans ses discours sur Leibniz prononcés dans le cadre de l’Académie de Berlin, il louera le thème de la communauté de recherche tout en prenant nettement ses distances avec l’inspiration missionnaire que Leibniz croyait devoir donner à la recherche scientifique ; pour Trendelenburg, elle doit demeurer autonome ; cf. Harnack, Geschichte der königlich preussischen Akademie, op. cit., p. 726-728.

92 Sur Platon, LU I, 102 ; sur Kant, LU I, 104 et la note p. 103-104 citant la KRV, B 627 sur les propositions d’existence, ainsi que LU I, 175 et LU I, 309.

93 La Dialectique est connue de Trendelenburg, qui la cite en LU II, ch. 13, 147 et 165. Mais le mode de réflexion des LU y renvoie bien davantage que ces références ponctuelles, comme y insiste à raison Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Francfort, 1986, p. 14-15, p. 36-37, p. 58-59. Le contexte est celui de l’apparition de la « théorie de la science ».

94 LU II, 334, et tout le ch. 19, 332-336. On sait que Dilthey suivit l’enseignement de Trendelenburg à Berlin avec lequel il prépara une thèse (abandonnée) sur la métaphysique médiévale ; cf. Clara Misch (éd.), Der junge Dilthey, Berlin, 1933, p. 107 pour le début du travail sur la scolastique (printemps 1860) et février 1863 pour l’abandon du projet (il préparera à la place un travail sur l’éthique de Schleiermacher avec Trendelenburg), p. 181.

95 LU I, ch. 4 et ch. 7, 284 sq.

96 LU I, 286, note. Contre Hegel, qui appréhende le « mouvement » des catégories elles-mêmes plutôt qu’il ne fait du mouvement une catégorie, Trendelenburg ne manque pas non plus de s’appuyer sur Platon qui, dans le Sophiste, fait du mouvement l’un des grands genres de l’être.

97 Aristoteles Kategorienlehre, cap. XVII (dans la traduction de V. Cicero, p. 225).

98 Ibid., cap XXIII (trad. p. 277).

99 LU II, 97.

100 LU II, 98-99.

101 LU II, 365.

102 LU I, 282.

103 LU I, VII, 289, note.

104 LU I, VII, 312.

105 LU I, VII, 314 : « Die Logik hat viel von der Grammatik gelernt. Beide Wissenschaften sind Zwillinge und haben sich, wie Geschwister, bei ihren ersten Schriften gegenseitig unterstützt ».

106 LU II, XII, Begriff und Urteil, 146-147.

107 O.F. Gruppe, Wendepunkt der Philosophie im XIX. Jh., Berlin, 1834, cité en LU II, XII, 145, qui fut l’un des représentants d’une certaine Sprachkritik ; voir dans H.J. Cloeren, op. cit., p. 64-195.

108 Dans sa Begriffsschrift, Frege s’appuie plusieurs fois sur Trendelenburg, en particulier sur « Leibnizens Entwurf einer allgemeinen Charakteristik » (1857), dans Historische Beiträge zur Philosophie, Berlin, 1867, 1-47 ; voir la présentation de cette lignée de pensée du signe par M. Ferrari, « The Concept of Symbol from Leibniz to Cassirer », dans M. Ferrari, I.O. Stamatescu (éds.), Symbol and Physical Knowledge. On the Conceptual Structure of Physics, Berlin, Heidelberg, NY, Springer, 2002, p. 3-32, sp. p. 12-14.

Table des illustrations

Crédits Bibliothèque du Centre de Recherche Philologique, Lille.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540