Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aristote au xixe siècle

 | 
Denis Thouard

Aristote au XIXe siècle : la résurrection d’une philosophie

Denis Thouard

Texte intégral

Bibliothèque de la F.E.S.T., Heidelberg.

1Comment comprendre le surgissement soudain d’Aristote, le « Philosophe » pendant des siècles, en partenaire tout à fait actuel et indispensable de la pensée du grand siècle de l’industrialisation ? Comment imaginer la réapparition de la Métaphysique dans le corpus « vivant » de la philosophie, et ce fort regain d’intérêt pour la philosophie d’Aristote en général, pour les écrits logiques et psychologiques en particulier, alors qu’il était devenu usuel de s’en moquer ? Comment analyser cette résurgence ? Comment apprécier les usages d’Aristote dans un contexte philosophique que l’on peut globalement décrire comme celui de la sortie hors de l’« idéalisme » ?

  • 1 H. Usener, « Organisation der wissenschaftlichen Arbeit », Vorträge und Auffsätze, Teubner, Leipzig (...)

2Cette soudaine actualité d’Aristote au milieu du siècle n’a pas été sans conséquences : à travers le nouvel essor d’une pensée logique d’un côté, le développement de la phénoménologie et le retour de la question de l’être de l’autre, le visage de la philosophie au XXe siècle s’est largement constitué en recourant à de nouvelles lectures d’Aristote. Ce renouveau inattendu a bénéficié amplement de l’enseignement de grands aristotélisants, Ravaisson en France, bien sûr, Trendelenburg et Brentano dans toute l’Europe, non moins que de la renaissance du thomisme. Mais ce mouvement général, s’il est loin d’être univoque selon les contextes et les débats spécifiques où il s’exprime, renvoie à une autre façon de concevoir l’activité philosophique, en rupture avec la philosophie post-kantienne et peut-être aussi avec les « Lumières », pour revenir à d’autres « Lumières », réhabiliter la science avec l’expérience, et la philosophie dans son rapport aux positivités. La science, dans son organisation moderne de la recherche, ne se rencontre pas avant le XIXe siècle ; mais en se penchant sur l’Antiquité, le philologue Hermann Usener pouvait cependant y déceler la mise en place, entre l’école platonicienne et celle d’Aristote, d’une « organisation du travail scientifique » : « Aucune page de l’histoire ne présente un processus équivalent »1. Dans des conditions autrement plus complexes, l’accomplissement d’Aristote fournissait la matière d’une réflexion sur l’organisation du savoir.

  • 2 Pour un aperçu des questions abordées, on se reportera à la bibliographie en fin de volume. Outre H (...)

3L’ampleur de la matière est telle qu’il ne saurait être question ici de rechercher l’exhaustivité ; certains domaines ont été plus explorés que d’autres, comme l’explication de Hegel et de Schelling avec leur grand ancien2. Mais beaucoup reste à faire. L’énigme que représente à certains égards cette réaffirmation de la philosophie comme métaphysique, réaliste, non-subjectiviste, tournée vers les sciences objectives et l’expérience, reste à penser dans la diversité de ces reprises. Et pour mieux la comprendre, un retour était nécessaire aux éditions, à l’histoire du texte, aux conditions intellectuelles et politiques de sa restauration, attentive aux diversités nationales.

  • 3 Voir récemment encore T. Kobusch/B. Mojsisch (éds.), Platon in der abendländischen Geistesgeschicht (...)

4Si la « réception » de Platon au XIXe siècle et les diverses tentatives de réactualisation de sa pensée aussi bien à l’époque de « l’idéalisme allemand » que dans le mouvement « néo-kantien » ont suscité abondamment l’intérêt des historiens de la philosophie3, on peut considérer que la réception d’Aristote a été relativement négligée. On a fêté l’événement de la traduction des dialogues par Schleiermacher, entre 1804 et 1828, mais on a accordé beaucoup moins d’attention à la nouvelle édition du texte de la Métaphysique entreprise par Brandis en 1823, ouvrant la voie au travail de l’Académie des sciences de Berlin bientôt marqué par les éditions de I. Bekker (1831) et de H. Bonitz (1848). On a pourtant vécu pendant des siècles sur l’Aristote de l’édition aldine comme sur le Platon de Ficin. Mais le sens de ces deux « redécouvertes » était fort différent, bien qu’elles aient pu être combinées au titre d’une « défense » globale de la métaphysique. Alors que Platon a nourri des reviviscences de l’idéalisme, la lecture d’Aristote a exprimé une diversité d’intérêts : pour la « métaphysique », sans doute, mais aussi pour la question des catégories et les lois de la pensée, pour un nouveau rapport de la « philosophie » et des « sciences ». Il conviendrait de revenir attentivement sur cet héritage qui non seulement s’est inséré dans la problématique philosophique de l’époque, mais a directement nourri ses recherches les plus originales. D’une part, Aristote a pu servir de contre-modèle pour sortir de « l’idéalisme allemand », en particulier de Hegel, comme on le voit manifestement chez des auteurs aussi différents que Feuerbach, Marx, Kierkegaard ou Trendelenburg. D’autre part, il a inspiré directement de nouvelles directions de pensée. Il suffit de penser à la logique, de Bolzano à Łukasiewicz, mais aussi au rôle décisif d’Aristote pour Brentano et, à travers lui, à une bonne part de la « philosophie autrichienne » et de la phénoménologie, deux courants déterminants pour la philosophie ultérieure.

5Le XIXe siècle a redécouvert en Aristote un véritable interlocuteur philosophique, à un degré rarement rencontré à d’autres époques de la philosophie, sinon à la Renaissance. Son œuvre constitue un partenaire essentiel pour le développement des nouvelles sciences humaines vers la fin du XIXe siècle. Si le renouveau d’intérêt pour Aristote est très marqué dans les pays de langue allemande, pour des raisons d’ailleurs manifestement différentes en Allemagne et en Autriche, s’il est sensible en Pologne, il n’est pas moins vivace en Angleterre, où des travaux philologiques d’importance se font, aux États Unis, en France, qui développe un rapport singulier à l’aristotélisme, de Ravaisson à Bergson, mais où renaît aussi, comme en Italie, une forme de néo-thomisme qui engage un « néo-aristotélisme ». Selon les contextes politico-culturels particuliers, les raisons de s’intéresser au corpus aristotélicien peuvent diverger, mais à peu près partout, un engouement se manifeste. Ce retour à la figure tutélaire de la philosophie n’a guère de signification réactive : tant de temps a passé. Mais il renvoie sans doute à un désir profond d’interroger à nouveaux frais la philosophie. Quel visage pourrait-elle adopter au sortir des dernières tentatives d’en faire la récapitulation des savoirs ? Relire Aristote est le geste d’une corporation en temps de crise, dont les certitudes vacillent, mais aussi l’expression massive d’un « désir de philosophie ». N’est-ce pas en ces occasions que l’on est tenté de « relire ses classiques » ?

6Mais cette résurrection de la philosophie d’Aristote s’appuie d’abord sur tout un travail philologique qui le rend possible en lui conférant son caractère propre.

Les conditions d’une redécouverte

  • 4 Aristoteles graece ex recensione Immanuelis Bekkeri edidit Academia Regia Borussica, volumen prius, (...)

7Alors que nous lisons et citons Platon sur le mode renaissant, dans Stephanus, nous lisons et citons Aristote à partir d’une de ces entreprises monumentales propres à la science allemande des textes du XIXe siècle, dans Bekker. L’actualité même de la pensée d’Aristote porte une date ; elle est liée d’une certaine façon à la publication des premiers volumes de l’édition de l’Académie de Berlin4. Ce moment ne représente pas en lui-même une révolution dans l’édition philologique ; il n’est pas non plus directement lié à une interprétation neuve du texte. Mais il accompagne et prépare la première et rend largement possible la seconde.

8Or quand on considère de plus près ce paysage dans lequel émergent pour nous les grands textes classiques, le contraste le plus saisissant est formé par les cimes élancées du platonisme romantique, depuis François Hemsterhuys jusqu’à Schlegel, Hölderlin ou Shelley, et les plaines laborieuses de l’aristotélisme académique et universitaire. La forme poétique des dialogues platoniciens, qui séduisait les esprits espérant retrouver l’absolu dans l’intuition du poème réconciliant l’imagination et l’entendement, cède la place à l’entreprise générale de connaissance de toutes les dimensions de l’être et des étants, à commencer par celle de l’être en tant qu’être. Avec Aristote, la recherche aspire à une positivité. On vise bien la science pour autant qu’elle est possible dans tel ou tel domaine, au risque d’une dispersion des approches, à la mesure de la diversité des objets. Cette disparité se retrouve également dans le traitement des textes : là où Platon est perçu volontiers comme « poète philosophe » et tente des entreprises solitaires de traduction, dont la plus célèbre et aussi la plus durable fut celle de Schleiermacher, Aristote est plutôt l’occasion d’une entreprise commune, comme s’il ne fallait pas moins d’une académie pour se mesurer à lui et au projet scientifique qu’il avait, en son temps, engagé.

  • 5 La préface d’Immanuel Bekker à l’édition citée commence par rappeler l’implication de Schleiermache (...)
  • 6 Documenté et analysé par Leo Freuler, La crise de la philosophie au XIXe siècle, Paris, Vrin, 1997 (...)

9C’est pourtant le même Schleiermacher qui fut manifestement à l’origine de l’initiative de l’Académie de Berlin de produire une nouvelle édition des écrits d’Aristote5. Cette entreprise inaugura le renouveau des études aristotéliciennes du XIXe siècle, mais aussi de nouvelles formes d’aristotélisme, car la redécouverte philologique d’Aristote fut immanquablement solidaire d’une prise de position philosophique, liée à la quête d’une nouvelle forme de la philosophie, après l’idéalisme et souvent contre lui. Le paradoxe à interpréter est que l’une des manifestations du grand « discrédit de la philosophie spéculative »6 ait été précisément le choix par les académiciens du traitement philologique d’un des corpus les plus prestigieux de la tradition philosophique, et que ce choix ait eu des conséquences spéculatives. Les possibilités philosophiques ouvertes par la relecture du corpus aristotélicien étaient multiples, mais renvoyaient chaque fois à une décision sur ce que pouvait être la philosophie « après Hegel ». À ce titre, le paysage philosophique bouleversé par la ruine de la philosophie comme encyclopédie systématique, s’est en grande partie recomposé à partir de « chantiers » aristotéliciens : on envisage un autre rapport de la spéculation aux sciences positives ; la philosophie marque une inflexion réaliste (distincte de l’idéalisme « objectif » ou « absolu ») liée à la reconnaissance d’un donné à connaître relativement indépendant de nos modes d’appréhension ; elle se rapproche de l’expérience, se soumet à l’exigence de procédures scientifiques de preuve, réhabilite la logique ; cependant que s’affirme l’option pour une organisation collective du savoir et de la recherche, impliquant sa nature ouverte aux corrections et réfutations.

  • 7 I. Düring, « Von Aristoteles bis Leibniz », Lychnos 1950 (suédois), Antike und Abendland 4, 1954, 1 (...)

10Dans son panorama de l’aristotélisme, Ingemar Düring terminait sa présentation par l’évocation de la correspondance de Leibniz et de Jacob Thomasius, celui-ci n’ayant même plus à défendre Aristote parce qu’il n’était plus attaqué, qu’il avait fait son temps7. Il ajoutait que, lorsqu’on reprit « longtemps après » l’étude d’Aristote, ce fut sur des bases nouvelles et avec d’autres buts. Mais curieusement, toujours sous des auspices leibniziennes, car celui qui fut l’un des derniers défenseurs d’Aristote, qu’il pensait conciliable, bien compris, avec la « philosophie des modernes », fut aussi à l’initiative de l’Académie des sciences de Berlin, premier et principal centre du renouveau de l’aristotélisme au XIXe siècle.

  • 8 Voir P. Petersen, « Aristoteles und das Geistesleben der Jahre 1720-1831 », in P. Petersen, Geschic (...)
  • 9 Chr. Garve, Die Ethik des Aristoteles, Bd. 1-2, Breslau, Korn, 1798 et M. Venturi Ferriolo, « Moral (...)
  • 10 Lettres philosophiques, L XIII, éd. R. Pomeau, Paris, GF, 1964, p. 82.

11Entre les derniers soubresauts de la nouvelle scolastique de l’Âge classique et le regain d’intérêt post-romantique, c’est peu dire que l’époque des Lumières a été peu favorable à Aristote. On lui prêtait beaucoup d’obscurités et sa philosophie naturelle l’avait tellement discrédité qu’il n’était plus guère objet de polémique. Avec la Physique, la Métaphysique était largement oubliée, comme les ouvrages scientifiques et la plus grande partie de l’Organon. Si l’on continuait à enseigner la logique, c’était à travers des manuels mêlant des éléments aristotéliciens avec d’autres apports. Ce qui surnageait dans cet oubli, à en juger par les éditions de texte ou les traductions, c’étaient, d’une part, la Poétique, objet de nombreuses discussions esthétiques, à laquelle on peut ajouter la Rhétorique, d’autre part les écrits pratiques, l’Éthique et la Politique (avec les Économiques)8. Ce qui était assimilable par l’Aufklärung concernait la vie bonne et la vie sociale. Christian Garve, un des principaux importateurs de la nouvelle pensée anglo-écossaise en allemand, traducteur d’Adam Smith et de Burke, fut aussi le traducteur de l’Éthique et de la Politique, non moins que l’éditeur de la Rhétorique9. Dans l’Angleterre newtonienne comme dans la France encyclopédiste ou la Lombardie illuministe, la cote d’Aristote était encore plus basse. L’oubli où il se trouvait n’était guère chassé que par la plaisanterie ou plutôt le persiflage. Pour Voltaire, la Grèce était le « berceau des arts et des erreurs » et Aristote fut « expliqué de mille façon parce qu’il était inintelligible »10. Qu’on en vînt à s’intéresser de nouveau à lui en philosophe et en philosophe spéculatif n’allait pas de soi.

  • 11 H. Heimsoeth, « Kant und Plato », Kant-Studien, 56, 1966, p. 349-372, et « Plato in Kants Werdegang (...)
  • 12 Voir pour Schelling, F. Fischbach, « Dialogue et dialectique chez Schelling : Platonisme et anti-he (...)
  • 13 Cf. A. Ferrarin (éd.), Hegel e Aristotele (Convegno Cagliari 1994), Cagliari, 1997, & Hegel interpr (...)

12Or c’est largement à travers un intérêt renouvelé pour Platon que l’on a pu se tourner à nouveau vers Aristote. La situation est complexe et suppose que l’on prenne en compte l’ensemble du mouvement philosophique post-kantien. Kant, tout en reprenant une inspiration platonicienne à travers en particulier la réhabilitation de l’idée (B 596), mit plusieurs fois en garde contre les risques de Schwärmerey attachés à un platonisme inspiré voire mystique chez Hemsterhuys, Schlosser ou Stolberg11. Les développements spéculatifs qui suivirent n’eurent pas toujours, comme chez Fichte ou Schelling, ces réserves critiques. Avec le premier romantisme, Platon est loué des écrivains, philosophes et philologues, autant pour son style que pour son élan inspiré vers l’idée, alors qu’Aristote est proportionnellement dénigré comme prosaïque, empiriste voire matérialiste. Platon est salué comme la synthèse de l’imagination et de l’entendement, de l’objectivité et de la subjectivité, de la forme dialectique qui met la pensée en mouvement, alors qu’Aristote est stigmatisé comme le penseur de la séparation, de la lourdeur formelle d’un système sans vie, réduit aux vaines figures du syllogisme. Platon est convoqué pour achever l’idéalisme en le réconciliant à la philosophie de la nature délaissée par Fichte12. Cette représentation demande sans doute à être nuancée mais rend compte assez largement de la faveur rencontrée par le platonisme dans le post-kantisme, particulièrement marquée chez Schelling, Schlegel, Schleiermacher, Ast, Boeckh ou encore Schopenhauer. Il ne s’agira d’ailleurs pas de la contester. Les philosophies les plus ouvertes à Aristote, dans ce contexte, sont d’une part Hegel, qui cherchera à réintégrer dans l’idéalisme le contenu particulier appréhendé dans les différents écrits d’Aristote afin d’éviter le « trop d’un » d’une philosophie indéterminée et partant vide, et d’autre part Schelling, dans son mouvement de sortie hors de l’idéalisme qui lui fait prendre au sérieux l’être comme ce qui résiste à la pensée13. Mais le rapprochement de Schelling avec Aristote est tardif et celui de Hegel correspond plutôt à l’image que celui-ci voulait donner de lui-même : être le penseur systématique aussi universel qu’Aristote l’avait été en son temps, réconciliant, par-delà les séparations modernes, la logique et la métaphysique, réhabilitant la psychologie dans son ambition spéculative, retrouvant enfin le sens de l’entéléchie, de l’accomplissement téléologique ignoré par les Modernes.

  • 14 P. Petersen, Die Philosophie F. Adolf Trendelenburgs. Ein Beitrag zur Geschichte des Aristoteles im (...)
  • 15 Ibid., p. 137.
  • 16 Voir U.J. Schneider, Philosophie und Universität. Historisierung der Vernunft im XIX. Jh., Hambourg (...)

13À partir des années 1830, la situation paraît avoir complètement changé. Aristote est redevenu petit à petit un philosophe de référence à part entière. On redécouvre même en lui un partenaire philosophique capital. Le renouveau est à peu près simultané, comme le remarque Petersen dans sa monographie sur Trendelenburg, en Allemagne, en Angleterre et en France. La période correspond à la disparition des grandes figures de la philosophie idéaliste, avec la mort de Hegel en 1831, et l’affirmation des sciences exactes, deux phénomènes propres à encourager un regain d’intérêt pour Aristote, au moment où commençait de paraître l’édition de l’Académie14. « Avec l’année 1831 où parut le premier volume de l’édition de l’Académie, l’année même où le dictateur Hegel ferma les yeux, commença en Allemagne le siècle d’Aristote » écrit Petersen avec une certaine grandiloquence, mais non sans vraisemblance15. Le fait est que l’enseignement de la philosophie dans les universités germanophones non seulement se tourna de plus en plus vers l’histoire de la discipline, mais accorda une place croissante à Aristote16.

  • 17 Voir G. Scholtz, « Zur Darstellung der griechischen Philosophie bei den Schülern Hegels und Schleie (...)
  • 18 On trouvera des indications sur les conditions de cet « aristotélisme » de l’Académie dans Friedber (...)
  • 19 A. Schwegler, Die Metaphysik des Aristoteles, BD. I, Tübingen [repr. Francfort/Main, 1960, p. XIX]  (...)

14Ainsi s’est constitué à Berlin un foyer aristotélicien important : Trendelenburg fit porter pendant plus de trente ans son séminaire sur un aspect de la doctrine d’Aristote, avec deux seules exceptions consacrées à Platon et à Descartes : plus d’une génération de philosophes, mais aussi d’historiens, de psychologues ou de savants s’y forma. Le Stagirite fut également abordé autour de 1830 par l’hégélien K. L. Michelet et l’historien de la philosophie H. Ritter, proche de Schleiermacher. Mais c’était aussi le cas ailleurs, comme dans la nouvelle Université de Bonn, pour rester en Prusse, où était Brandis, faisant cours dès 1821, sur l’Organon ou la Métaphysique, enseignement poursuivi jusqu’au milieu du siècle ; à Breslau, en Silésie, Braniss, un autre proche de Schleiermacher, avait abordé Aristote, suivi par d’autres, à Erlangen (Heyder), Göttingen (Krische), Greifswald (Stiedenroth, Schilderer), Halle où, à côté de l’hégélien Erdmann, Haym et Kühn enseignaient Aristote, à Marburg avec Waitz, à Tübingen avec Schwegler, non moins qu’à Kiel, Königsberg, Heidelberg, l’offre aristotélicienne touchait aux pièces essentielles de sa doctrine, logique, métaphysique et psychologie étant présentées bien plus souvent que l’éthique ou la politique. Parmi les propagandistes d’Aristote, certains, comme Michelet, Erdmann, Hinrichs, Rosenkranz sont passés par les cours de Hegel, d’autres sont plutôt fidèles à la pensée de Schleiermacher, comme Brandis, Ritter, d’autres encore ont fréquenté les deux écoles (Trendelenburg, Braniss, Strauss)17. D’une certaine façon, on peut considérer que l’aristotélisme se diffuse ainsi à partir de Berlin, à travers des historiens de la philosophie qui se sont formés dans les premières années de l’Université nouvelle. Cette impression est renforcée par l’examen des activités de l’autre institution scientifique berlinoise importante, l’Académie des sciences, qui joua un rôle crucial18. Si l’on considère en effet uniquement les contributions livrées en son sein sous forme de discours entre 1804 et 1834, la réalité de l’intérêt nouveau manifesté pour Aristote ne fait pas de doute. À l’exception d’une contribution d’Ancillon sur l’entéléchie, correspondant encore au mode antérieur de fonctionnement de l’Académie, on relève les discours de Schleiermacher sur les scholies de l’Éthique à Nicomaque (1816) et surtout ceux de Christian August Brandis. C’est Brandis, avec Immanuel Bekker et August Boeckh, qui se trouvera au centre de l’entreprise de l’édition de l’Académie et c’est lui qui est salué comme le premier éditeur moderne de la Métaphysique, en 1823. Ainsi Schwegler en 1846 : « Ce n’est qu’avec Brandis (1823) qu’une nouvelle époque commence pour le texte de la Métaphysique d’Aristote »19. Comme nous avons sans doute là le centre de diffusion d’un nouvel aristotélisme, placé sous le signe de la philologie et de la science et non plus sous celui de l’autorité et de la métaphysique, il importe d’en retracer brièvement les conditions.

  • 20 Sur l’histoire de l’Académie des Sciences de Berlin, je m’appuie sur Adolf Harnack, Geschichte der (...)
  • 21 Pour un aperçu de plusieurs projets philosophiques, voir le volume édité par L. Ferry, J.C. Pesron (...)
  • 22 A. Harnack, op. cit., p. 481 sq.
  • 23 Ibid., p. 488.
  • 24 Ibid, p. 491-492. La Sachphilologie correspondait à une orientation profonde de Boeckh en direction (...)
  • 25 H. Diels, Sitzungsbericht der Akademie, 1882, p. 719 sq., cité par Harnack, p. 495-496.
  • 26 Pour l’organisation du travail, voir p. 536-537.
  • 27 Ibid., p. 496. Répété p. 537, où il est rappelé qu’en 1826 encore, il s’opposait à l’adjonction d’u (...)
  • 28 Voir le rapport de Boeckh du 19 juin 1818, p. 503-512 ; suivent les rapports de Savigny et de Schle (...)
  • 29 Ibid., p. 582-585.
  • 30 Voir son évocation dans Harnack, p. 703-704, 716-721.

15Que la redécouverte d’Aristote ait vu le jour au sein de l’Académie des sciences n’est pas surprenant si l’on se souvient que c’est Leibniz qui, dans les dernières années du XVIIe siècle, en avait inspiré la conception sur les modèles français et anglais, et qu’il était l’un des rares de son temps à ne pas mépriser Aristote. La Societas eruditorum Germaniae dont il dressa le plan en 1697 n’était pas seulement un lieu de communication et d’échange du savoir, elle correspondait à un projet intellectuel de grande ampleur : rassembler la bibliothèque universelle (congregare biliothecam universalem) et préparer un dictionnaire universel (indices universales fieri curare)20. La vision d’une science universelle élaborée collectivement au fil des ans restera prégnante dans les visages ultérieurs que prendra cette institution, et les hommages répétés des Académiciens à Leibniz ne sont pas de pure forme. Mais la chance de l’institution qui apparaît sclérosée au début du XIXe siècle, ses sujets de concours ne rencontrant plus guère de candidats, fut sans doute la création de toute pièces de l’Université de Berlin sur des principes neufs, où la philosophie idéaliste et la philologie classique, avec l’image de l’Antiquité qu’elle véhiculait, avaient pris une part importante. Alors que l’Université créée en 1810 sur les plans de Humboldt avait pour but la conjonction idéale de la formation néo-humaniste et de la recherche libre, l’Académie21, sous peine de disparaître, devait se recentrer sur des tâches plus spécifiques, aptes à légitimer son existence. La réorganisation en fut décidée en 181222. La classe de sciences naturelles était alors peu en vue par rapport à celle d’histoire et de philologie, illustrée par des élèves de Wolf comme Boeckh, Bekker, Buttmann, Niebuhr, Schleiermacher. Il fut décidé une organisation axée sur des grands projets de recherche collectifs, dépassant les capacités de chercheurs isolés. Si l’idée d’une édition de Platon fut évoquée23, qui avait été le modèle d’une certaine Grèce à la fois esthétique et philosophique, propre au romantisme comme au classicisme allemand, elle renvoyait surtout à une époque révolue ; tant sur le plan de l’édition (Heindorf, Ast, Boeckh) que de la traduction (Schleiermacher), les choses étaient suffisamment avancées pour que l’on s’épargnât de les redoubler tout de suite. Recherchant les « entreprises universellement importantes » dans le domaine de l’histoire et de la philologie, August Boeckh proposa d’abord le Corpus Inscriptionum Graecarum (1815), un projet qui exprimait bien l’orientation nouvelle visé par l’organisation « académique » de la recherche : non littéraire, infini et factuel, lié à la langue et à l’histoire. Il s’agissait de rassembler les fragments épars d’une civilisation perdue dans tous ses documents écrits – une bibliothèque de la vie ordinaire, qui devait pouvoir s’étendre aux inscription latines puis au monde oriental dans l’empire romain. C’était l’illustration de la nouvelle science wolfienne, l’Altertumskunde, moins la perspective idéalisante. L’ambition était totalisante, le privilège des mots étant complété par une ouverture aux faits, aux realia24. Le programme d’une « collection la plus complète possible des inscriptions grecques » fut rendu public le 3 juillet 1817. Après ce premier projet emblématique, le second ne le fut pas moins : il s’agissait du projet d’une édition critique d’Aristote suscitée par Schleiermacher et confiée à Bekker avec l’appui de Brandis, une entreprise qui, comme la précédente, excédera la durée de vie des chercheurs particuliers, et impliquera au cours du siècle tant Trendelenburg et Bonitz que Bywater ou Diels. Ce dernier ne laissait pas de remarquer, dans un discours à l’Académie en 1882, que non-obstant son goût connu pour Platon, Schleiermacher n’avait pas pour autant méconnu « le droit exclusif d’Aristote à passer pour le foyer où se concentrent et d’où rejaillissent tous les rayons de la science antique ». Il soulignait de même que Leibniz n’aurait pas fait d’autre choix, et remarquait, cinquante ans après la parution des premiers volumes, que l’édition avait donné un « élan puissant à l’étude du Stagirite et suscité toute une littérature en partie remarquable », en particulier concernant la langue philosophique25. Bekker fut envoyé en mission pour écumer les bibliothèques européennes de l’été 1817 à l’automne 1820 ; il présenta à l’Académie un survol de ses trouvailles au mois de novembre. Début 1821, la commission Aristote fut mise sur pied, composée de Bekker, Boeckh, Buttmann, Schleiermacher bientôt rejoints par Süvern et Brandis26. La perspective retenue était purement scientifique, philologique : donner le texte le meilleur, mais le texte sans traduction moderne ; on décida bientôt d’y joindre les scholies et les commentaires anciens. Harnack, l’historien de l’Académie, précise : « L’âme de cette commission était, comme les rapports nous l’apprennent, Schleiermacher »27. Le dernier grand projet, les Monumenta Germaniae, concernait plus directement l’histoire et se situait non moins que les précédents dans la lignée de Leibniz. À chaque fois, il s’agissait de grandes entreprises subventionnées par l’État prussien et dont l’accomplissement demandait une organisation collective de la recherche, y compris entre générations. Qu’Aristote ait été le philosophe correspondant à cet état du savoir et ait remplacé ainsi Platon dans les intérêts des chercheurs, un Platon artiste, romantique et idéaliste à la fois, est extrêmement significatif. Cette impression est renforcée par la volonté des membres de la section d’histoire et de philologie d’aboutir, dans leur projets de réforme de l’Académie, à une suppression pure et simple de la classe de philosophie spéculative, pour organiser celle-ci en deux classes principales, avec les mathématiques et la physique d’un côté, l’histoire et la philologie de l’autre28. Ces rapports traduisent bien l’état d’esprit des savants vers 1820, mais, pour des raisons administratives et politiques, ils ne furent pas repris dans les statuts, revus en 1838 dans un autre sens29. La direction dominante de cette institution était bien celle d’un savoir spécialisé, dirigé autant contre la polyhistoire du XVIIIe siècle que contre la spéculation philosophique déconnectée de l’histoire. Le traitement purement philologique d’Aristote comme d’un monument antique parmi d’autres et d’abord comme le représentant exemplaire de la science grecque est à cet égard démonstratif. Pourtant, on ne cachera pas que cet Aristote réduit à son texte pur ait produit ses propres effets philosophiques au point d’irriguer largement la pensée nouvelle du XIXe siècle. Adolf Trendelenburg, membre depuis 1845 de l’Académie et pendant 24 ans, philosophiquement lié à Leibniz, à Schleiermacher et surtout à Aristote, incarne à plus d’un titre la personnalité philosophique de l’Académie dont il compose la synthèse de différentes époques30.

16L’entreprise de l’édition d’Aristote figure bien au centre des travaux de l’Académie des Sciences de Berlin. Elle traduit une orientation profonde des efforts de la science allemande, rayonnant bien au-delà de Berlin et s’étendant sur tout le siècle. L’Aristote du XIXe siècle ne se réduit bien sûr pas à cette entreprise éditoriale, mais repose bien souvent sur elle.

Les multiples visages d’Aristote

17Si le regain d’intérêt pour le corpus aristotélicien fut très net au XIXe siècle, les raisons qui conduisirent à renouer le dialogue avec la pensée d’Aristote sont bien différentes selon les contextes, mais surtout selon les enjeux débattus et les perspectives propres aux différents lecteurs et interprètes. L’ampleur de l’héritage est telle que chacun put y trouver son bien, en poursuivant éventuellement des intérêts apparemment divergents. La diversité des usages et des lectures ne peut ici qu’être suggérée à travers des cas particuliers, des discussions caractéristiques en prise sur la marche de la pensée. La pénétration de philosophèmes ou de références plus ou moins directes à Aristote est telle que l’on peut se demander en effet : qui n’est pas « aristotélicien » ? Chacun l’est peu ou prou, par nécessité ou impossibilité de ne pas l’être d’une façon ou de l’autre. Et c’est bien la façon qui fait sens, qui porte la persistance d’une pensée dans des situations nouvelles, dans la mesure précisément où ces résurgences ne se limitent pas à un « usage » de certains arguments ou éléments de doctrine, mais restituent bien la pertinence philosophique de l’œuvre elle-même.

18Nous avons rappelé en commençant que des courants si divers que la phénoménologie et la philosophie analytique avaient pu trouver une impulsion majeure dans l’aristotélisme. Cela n’est pas moins vrai de la sémiologie, du « néo-thomisme », ou encore du renouveau de la philosophie pratique (seul courant explicitement référé comme « néo-aristotélisme »). On devrait ajouter que cela va bien plus loin : à maints égards, Aristote reste un nom pour « la philosophie », et l’on a parfois l’impression qu’il continue de valoir pour la philosophie absolument. Un corpus, et une figure. Des textes que l’on édite de mieux en mieux, que l’on traduit et que l’on commente ; et un mythe, un moment d’histoire de la pensée (la rupture avec le platonisme – mais est-ce vraiment une rupture ?), un moment d’histoire tout court, avec le maître d’Alexandre qui universalisa l’Antiquité grecque en la poussant hors d’elle-même ; un mythe, un monument.

19Les textes ont connu des traitements différents selon les traditions savantes, religieuses et politiques où ils étaient impliqués. Cette diversité des traitements philologiques dans les différentes aires nationales, voire l’inégalité des mouvements de traduction dans le temps et la qualité, constituerait en soi un thème instructif. Mais ces efforts savants sont rarement détachés de tout lien à l’intérêt que pouvaient prendre les lecteurs à certains aspects de l’aristotélisme. On se tournait vers les textes pour approfondir une question que l’on se posait, mais aussi pour se dégager des problématiques dominantes.

  • 31 Voir le répertoire présenté par M. Hecquet-Devienne et ma bibliographie thématique qui a tiré parti (...)
  • 32 Voir l’étude d’A. Vigo sur Lask et la présentation des débats entre néokantisme et néothomisme par (...)
  • 33 Voir les études de J.F. Courtine, C. Majolino et D. Thouard.
  • 34 Voir E. Berti, qui prend l’exemple de L. Feuerbach, K. Marx et S. Kierkegaard. C’est encore le cas (...)
  • 35 Voir l’étude classique de P. Aubenque (1984) que nous remercions d’accepter de la voir reparaître d (...)
  • 36 J. Barthélémy-Saint-Hilaire, De la vraie démocratie (1848), réédité dans S. Douailler et alii (éds. (...)
  • 37 Voir le texte de L. Fédi sur Comte et Laffitte.
  • 38 Ces deux directions sont présentées ici par les contributions de F. Volpi et de L. Albertazzi. Sur (...)
  • 39 Voir l’étude de C. Tiercelin, qui aborde aussi bien les aspects logiques que métaphysiques.
  • 40 Il est développé dans les présentations de D. Münch pour le catholicisme allemand du XIXe siècle et (...)

20Les contributions réunies ici entendent fournir des points de repères, ce qui imposait de partir des trois grandes « plaques tournantes » aristotéliciennes que furent Ravaisson, Trendelenburg et Brentano. L’information nécessaire concernant les éditions, les publications sur le sujet à l’époque et depuis constituait une condition d’accès, légitimant la place accordée à l’édition Bekker31. L’ampleur de l’œuvre « aristotélicienne » interdisait en revanche, malgré le volume déjà important de ce livre, d’aborder également tous les aspects. Alors que le philosophe pratique n’a jamais vraiment cessé d’être lu et commenté, bien qu’il le soit différemment après la rupture de la Révolution française, ce sont surtout le métaphysicien et le logicien qui vont faire l’objet des attentions les plus poussées, sans exclure les hommages inévitables au savant et au naturaliste, ainsi que la méditation nécessaire de son traité sur l’âme, fondateur de la psychologie. Parmi ces écrits logico-métaphysiques, la juste évaluation du rapport entre la théorie de la proposition et celle des catégories porte un enjeu central. Le kantisme avait légué le primat du jugement et avec lui toute une théorie de la subjectivité qui se trouve mise à mal, de Bolzano à Heidegger, y compris à l’intérieur du néokantisme, comme le montre l’exemple d’Emil Lask et l’attitude moins univoque qu’il semblerait des néokantiens à l’endroit d’Aristote32. Les catégories constituent un lieu de discussion fondamental, car selon que l’on est tenté par une lecture plus formelle, logique, grammaticale ou ontologique, le centre de gravité de la philosophie aristotélicienne se déplace d’autant, exprimant au passage des options philosophiques tranchées entre les interprètes33. Ainsi en Allemagne, l’usage d’un Aristote anti-spéculatif, tourné contre la philosophie hégélienne34, engageait le choix d’un autre paradigme de recherche : contre le système, pour le rapport à « l’empirie », contre une conception exclusive de la subjectivité etc. Ce mouvement pouvait se soutenir des avancées de la philologie et de l’histoire de la philosophie. Mais la sortie hors de l’idéalisme, caractéristique d’une génération de penseurs en Allemagne, ne trouvait pas d’équivalent en France par exemple, où Ravaisson, s’appuyant sur les avancées de Biran pour ébranler le règne des Idéologues et de la philosophie condillacienne, allait chercher l’appui d’Aristote pour réhabiliter au contraire la métaphysique35. Ce qui n’empêchait pas Jules Barthélémy-Saint-Hilaire de penser une démocratie d’égaux et de semblables en 1848 en invoquant les « judicieuses observations [d’Aristote] que ne désavouerait pas un démocrate de nos jours »36 ni Auguste Comte d’admirer surtout en Aristote le grand savant37. Quant à Brentano, qui devait diffuser la familiarité de l’œuvre aristotélicienne à ses nombreux élèves, il paraît aussi bien adopter l’intérêt d’Aristote pour la question de l’être que s’inscrire dans le paradigme d’une recherche scientifique, en particulier dans ses travaux psychologiques38. Mais la très grande attraction de Charles Sanders Peirce39 pour Aristote n’exprime-t-elle pas parfaitement qu’il pouvait être un inspirateur pour qui ne voulait pas sacrifier la métaphysique à l’élaboration d’une recherche scientifique ? Trendelenburg exprimait la même exigence, mais sans pouvoir tout à fait se défaire d’un hégélianisme à l’envers. Le prodigieux essor de la logique moderne en Pologne, à Lvov et à Varsovie, ne contredit pas cette hypothèse, si l’on doit bien prendre en compte pour Łukasiewicz autant que pour Brentano le paramètre du ou des catholicismes et avec lui du thomisme40. Quelles que soient les configurations où elles s’inscrivent, ces relectures d’Aristote ont bien contribué à préparer la modernité philosophique du XXe siècle. L’éclatement de celle-ci, au moins sa grande complexité, trouve plus souvent qu’on ne le soupçonnerait un fil d’intelligibilité dans ses motifs aristotéliciens cachés. Avoir avancé cette suggestion serait un premier apport de ce volume : « Aristote pour préparer au XXe siècle »…

***

  • 41 Étaient alors intervenus, dans l’ordre : M. Hecquet (Lille/Washington), A. Petit (Clermont-Ferrand) (...)
  • 42 Voir en particulier le volume édité par A. Laks et A. Neschke-Hentschke, La naissance du paradigme (...)

21L’occasion première de livre fut un colloque sur « Aristote au XIXe siècle » organisé par mes soins pour l’U.M.R. 8519 du C.N.R.S. avec le concours de M. Crubellier, M. Hecquet et A. Laks, les 26-28 septembre 2002 à la Maison de la Recherche de l’Université de Lille III41. L’UMR « Savoirs et textes », qui réunit des philologues, des historiens des sciences et des philosophes, se présentait comme le lieu indiqué pour accueillir ces recherches, étant engagée dans une nouvelle édition de la Métaphysique d’Aristote, que dirigent en particulier Michel Crubellier et André Laks, avec une équipe internationale de collaborateurs. Un accompagnement réflexif de ce travail à partir d’un retour sur la réapparition des textes aristotéliciens dans le corpus « vivant » de la philosophie s’imposait donc. Le Centre de Recherche philologique, ancêtre de l’UMR, a depuis longtemps encouragé, à côté de travaux proprement philologiques, les recherches sur la tradition des œuvres antiques, l’histoire de leur réception et les conflits d’interprétation qu’elles ont suscitées, en même temps qu’il a promu, sous l’impulsion de Jean Bollack, l’histoire de la philologie et de l’herméneutique42. L’étude de ce moment de la tradition aristotélicienne est un bon exemple de la façon dont les conflits d’interprétation sur les œuvres de l’Antiquité peuvent être directement entés sur les enjeux philosophiques. Étant plus philologique, l’histoire de la philosophie peut devenir aussi plus philosophique.

22Pour leur aide au moment de la traduction de certains textes, je remercie particulièrement Éliane Marin-Woegerbauer, Anne Baillot, Frédéric Gain et Alexandra Michalewski, ainsi que les collègues étrangers qui ont bien voulu rédiger directement en français leur contribution ou la faire traduire.

Notes

1 H. Usener, « Organisation der wissenschaftlichen Arbeit », Vorträge und Auffsätze, Teubner, Leipzig, 19142, p. 73. E. Cassirer attire l’attention sur ce texte d’Usener dans l’introduction au quatrième volume du Problème de la connaissance (Das Erkenntnisproblem IV, Darmstadt, 1971, 20 ; Le problème de la connaissance t. 4, trad. Paris, Cerf, 1995, p. 21).

2 Pour un aperçu des questions abordées, on se reportera à la bibliographie en fin de volume. Outre Hegel et Schelling, les figures de Ravaisson, Trendelenburg et surtout Brentano, à la fois interprètes d’Aristote et philosophes originaux, formateurs aussi de nombreux « aristotélisants », occupent à juste titre une place privilégiée.

3 Voir récemment encore T. Kobusch/B. Mojsisch (éds.), Platon in der abendländischen Geistesgeschichte. Neue Forschungen zum Platonismus, Darmstadt, Wiss. Buchgesellschaft, 1997 ; A. Neschke-Hentschke (éd.), Images de Platon et lecture de ses œuvres. Les interprétations de Platon à travers les siècles, Louvain, Peteers, 1997 ; ead. (éd.), Le Timée de Platon. Contributions à l’histoire de sa réception, Louvain, Peteers, 2000 ; K.H. Lembeck, Platon in Marburg. Platonrezeption und Philosophiegeschichtsphilosophie bei Cohen und Natorp, Würzburg, 1994, 223-231 ; J. Servois, Paul Natorp et la théorie platonicienne des idées, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2004.

4 Aristoteles graece ex recensione Immanuelis Bekkeri edidit Academia Regia Borussica, volumen prius, Berolini apud Georgium Reimerum, A. 1831, ex officina Academica (cf. supra, p. 8).

5 La préface d’Immanuel Bekker à l’édition citée commence par rappeler l’implication de Schleiermacher à l’origine du projet : « Academia Berolinensis cum Friderico Schleiermachero auctore consilium cepisset Aristotelis ex diutino situ excitandi novaque editione celebrandi, operae pretium se non facturam videbat, nisi plures quam adhuc manassent et uberiores lectionis Aristotelicae fontes aperiret [...] » (cf. infra, p. 22).

6 Documenté et analysé par Leo Freuler, La crise de la philosophie au XIXe siècle, Paris, Vrin, 1997 (en particulier le ch. 1, « L’effondrement de l’idéalisme allemand et l’époque du grand discrédit de la philosophie »).

7 I. Düring, « Von Aristoteles bis Leibniz », Lychnos 1950 (suédois), Antike und Abendland 4, 1954, 118-154 ; repris dans P. Moraux (éd.), Aristoteles in der neueren Forschung, Darmstadt, Wiss. Buchg., Wege der Forschung LXI, 1968, p. 250-313, ici 312-313. Voir Leibniz/Thomasius, Correspondance, éd. par R. Bodéus, Paris, Vrin, 1993, en particulier la lettre de Leibniz du 30. IV. 1669 : « [...] les interprètes grecs ont éclairé Aristote. Les Scolastiques l’ont obscurci de balivernes. Avec la lumière qui s’est levée, la philosophie s’est réformée de trois façons. L’une est stupide, comme celle de Paracelse, de Helmont et d’autres qui rejettent complètement Aristote. Une autre est téméraire […], telle est celle de Descartes. La troisième est la vraie, c’est celle de ceux qui reconnaissent en Aristote un grand homme qui, la plupart du temps, dit vrai. Maintenant que la philosophie réformée se trouve conciliée avec Aristote, il reste à faire voir sa vérité par elle-même […] », p. 110-111.

8 Voir P. Petersen, « Aristoteles und das Geistesleben der Jahre 1720-1831 », in P. Petersen, Geschichte der aristotelischen Philosophie im protestantischen Deutschland, Leipzig, Meiner 1921, p. 425-519.

9 Chr. Garve, Die Ethik des Aristoteles, Bd. 1-2, Breslau, Korn, 1798 et M. Venturi Ferriolo, « Morale, Diritto e Politica da Luther a Garve », in Chr. Garve, La dottrina dei costumi, a cura di M. Venturi Ferriolo, Milan, Guerini, 1988, p. IX-XLVII.

10 Lettres philosophiques, L XIII, éd. R. Pomeau, Paris, GF, 1964, p. 82.

11 H. Heimsoeth, « Kant und Plato », Kant-Studien, 56, 1966, p. 349-372, et « Plato in Kants Werdegang », dans Studien zu Kants philosophischer Entwicklung, Hildesheim, 1967.

12 Voir pour Schelling, F. Fischbach, « Dialogue et dialectique chez Schelling : Platonisme et anti-hegelianisme », Kairos 16, 2000, p. 129-152 ; pour F. Schlegel, D. Thouard (éd.), Symphilosophie. F. Schlegel à Iéna, Paris, Vrin, 2002.

13 Cf. A. Ferrarin (éd.), Hegel e Aristotele (Convegno Cagliari 1994), Cagliari, 1997, & Hegel interprete di Aristotele, Pise, ETS, 1990 et Hegel and Aristotle, NY, 2001 ; J.F. Courtine, « La critique de l’ontothéologie I. Aristote-Hegel », dans Extase de la raison, Paris, Galilée, 1990, p. 263-289 ; Th. Leinkauf, Schelling als Interpret der philosophischen Tradition. Zur Rezeption und Transformation von Platon, Plotin, Aristoteles und Kant, Münster, 1998.

14 P. Petersen, Die Philosophie F. Adolf Trendelenburgs. Ein Beitrag zur Geschichte des Aristoteles im 19. Jh., Hambourg, Boysen, 1913, p. 190-191.

15 Ibid., p. 137.

16 Voir U.J. Schneider, Philosophie und Universität. Historisierung der Vernunft im XIX. Jh., Hambourg, Meiner, 1999 en particulier les tableaux des enseignements dans les Universités allemandes de 1820 à 1855, p. 140-150 ; voir également K. Chr. Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus, Francfort, Suhrkamp, 1986, tableaux p. 382, p. 409 et surtout p. 610-611.

17 Voir G. Scholtz, « Zur Darstellung der griechischen Philosophie bei den Schülern Hegels und Schleiermachers », in H. Flashar, K. Gründer, A. Horstmann (éds.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jh. I, Göttingen, 1979, p. 289-311 [dorénavant in G. S., Ethik und Hermeneutik, Francfort, 1995, p. 286-313].

18 On trouvera des indications sur les conditions de cet « aristotélisme » de l’Académie dans Friedbert Holz, Kant et l’Académie de Berlin, Francfort/Main, Berne, P. Lang, 1980, 4e section.

19 A. Schwegler, Die Metaphysik des Aristoteles, BD. I, Tübingen [repr. Francfort/Main, 1960, p. XIX] ; cf. H. Bonitz, Aristotelis Metaphysica, Bonn, Marcus, 1868, dans sa préface de 1847 : « Denique novis libris manuscriptis conferendis et singulis Aristotelis verbis diligenter perpendendis eximie de restituendo genuino Metaphysicorum textu meruit Chr. Aug. Brandisius, cuius editio prodiit anno 1823 [...] », p. XIII ; cf. p. III-IV.

20 Sur l’histoire de l’Académie des Sciences de Berlin, je m’appuie sur Adolf Harnack, Geschichte der königlich preußischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin, Georg Stilke, 1901, ici p. 21.

21 Pour un aperçu de plusieurs projets philosophiques, voir le volume édité par L. Ferry, J.C. Pesron et A. Renaut, Philosophies de l’Université, Paris, Payot, 1979. Pour le détail de la fondation de l’Université, voir Max Lenz, Geschichte der königlichen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (Bd. I : Gründung und Ausbau ; Bd. II, 1 : Ministerium Altenstein), Halle, Orphelinat, 1910.

22 A. Harnack, op. cit., p. 481 sq.

23 Ibid., p. 488.

24 Ibid, p. 491-492. La Sachphilologie correspondait à une orientation profonde de Boeckh en direction de réalité sociale et économique de l’Antiquité. La connaissance de la Grèce ne pouvait se limiter au grec.

25 H. Diels, Sitzungsbericht der Akademie, 1882, p. 719 sq., cité par Harnack, p. 495-496.

26 Pour l’organisation du travail, voir p. 536-537.

27 Ibid., p. 496. Répété p. 537, où il est rappelé qu’en 1826 encore, il s’opposait à l’adjonction d’une traduction (il fut pourtant décidé de reprendre une vieille traduction latine améliorée). La commission Aristote s’enrichit en 1832 de Lachmann, Meinecke et Wilken. Les 4 premiers volumes parurent entre 1831 et 1834 : les deux premiers contenant le texte, le troisième une version latine, le quatrième des extraits des commentateurs, cf. p. 575. L’index de Bonitz parut en 1870. Les travaux continuaient sous l’impulsion de Bonitz, Zeller, Diels, Usener, Bywater etc. avec les Commentaria in Aristotelem Graeca et le Supplementum Aristotelicum, cf. Harnack, p. 779-780.

28 Voir le rapport de Boeckh du 19 juin 1818, p. 503-512 ; suivent les rapports de Savigny et de Schleiermacher.

29 Ibid., p. 582-585.

30 Voir son évocation dans Harnack, p. 703-704, 716-721.

31 Voir le répertoire présenté par M. Hecquet-Devienne et ma bibliographie thématique qui a tiré parti de toutes les contributions mais ne se limite pas aux ouvrages cités dans les différentes contributions.

32 Voir l’étude d’A. Vigo sur Lask et la présentation des débats entre néokantisme et néothomisme par S. Poggi.

33 Voir les études de J.F. Courtine, C. Majolino et D. Thouard.

34 Voir E. Berti, qui prend l’exemple de L. Feuerbach, K. Marx et S. Kierkegaard. C’est encore le cas chez Droysen et W. Dilthey, comme le suggèrent les études de S. Caianiello et de J.C. Gens.

35 Voir l’étude classique de P. Aubenque (1984) que nous remercions d’accepter de la voir reparaître dans cet ensemble, ainsi que celles de J.-I. Linden et A. Contini.

36 J. Barthélémy-Saint-Hilaire, De la vraie démocratie (1848), réédité dans S. Douailler et alii (éds.), Philosophie, France, XIXe siècle, Paris, Le Livre de Poche, 1994, p. 518-577, ici p. 544, où l’auteur s’appuie sur la Politique L. VI, ch. 11, § 3 sq. Sur le contexte d’ensemble des lectures des Politiques en Europe, voir l’étude de F. Gregorio.

37 Voir le texte de L. Fédi sur Comte et Laffitte.

38 Ces deux directions sont présentées ici par les contributions de F. Volpi et de L. Albertazzi. Sur l’interprétation brentanienne d’Aristote et son évolution, nous donnons également la traductions d’une lettre à Kastil où Brentano revient sur la pensée d’Aristote dans son ensemble ainsi que de textes inédits préparatoires à son livre Aristoteles und seine Weltanschauung (1911). Sur l’école de Brentano, présente ici également à travers Anton Marty (C. Majolino) et K. Twardowski (W. Miskiewicz), voir Albertazzi, L., Libardi, M., Poli, R. (éds.), The School of Franz Brentano, Kluwer, Dordrecht, 1996, ainsi que le numéro des Etudes philosophiques « Brentano et son école » rassemblé par J. Benoist en 2003.

39 Voir l’étude de C. Tiercelin, qui aborde aussi bien les aspects logiques que métaphysiques.

40 Il est développé dans les présentations de D. Münch pour le catholicisme allemand du XIXe siècle et de S. Poggi pour la situation au début du XXe siècle. Pour le jeune Brentano, voir les travaux à paraître de Dieter Münch ; pour Łukasiewicz, à propos du principe de contradiction, voir R. Pouivet, « Łukasiewicz : de l’aristotélisme autrichien à l’aristotélisme polonais », (1997/98) in La critique de la raison en Europe Centrale, Philosophiques, Montréal, 1999, ainsi que le Compte rendu de la session spéciale du 16. IX. 1936 au troisième congrès polonais de philosophie publié par la Faculté de théologie de l’Université de Cracovie en 1937 avec des exposés de C. Michalski, J. Łukasiewicz, I. M. Bochenski, J. Salamucha, F. Drewnowski et alii, disponible sous l’intitulé « La pensée catholique et la logique moderne » sur la page de philosophie polonaise http://www.fmag.unict.it/PolPhil/Cracow/PensCathol.html éditée par F. Coniglione, à compléter par R. Pouivet, « Le thomisme analytique, à Cracovie et ailleurs », Revue internationale de philosophie 225, 2003, p. 251-270. Ici, voir les contributions de W. Miskiewicz, J. Wolenski et la discussion avec R.W. Sharples.

41 Étaient alors intervenus, dans l’ordre : M. Hecquet (Lille/Washington), A. Petit (Clermont-Ferrand), D.T., J.F. Courtine (Paris), D. Münch (Berlin), C. Majolino (Rome/Paris), L. Albertazzi (Trente), F. Volpi (Padoue), W. Miskiewicz (Paris), J. Wolenski (Cracovie) et R.W. Sharples (Londres). Les discussion ont pu profiter également de la venue à Lille de E. Berti (Padoue), S. Poggi (Florence), M. Narcy (Paris), C. Maigne (Caen), F. Gregorio (Lausanne), W. Cavini (Bologne). À ceux qui ont participé à ces journées ainsi qu’à ceux qui ont bien voulu accepter de les prolonger par une étude particulière, j’adresse mes plus vifs remerciements.

42 Voir en particulier le volume édité par A. Laks et A. Neschke-Hentschke, La naissance du paradigme herméneutique, Lille, PUL, 1990, qui accordait une grande place à l’interprétation de Platon ; H. Flashar, K. Gründer, A. Horstmann (éds.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jh. I, Göttingen, 1979 ; M. Bollack, H. Wismann (éds.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jh. II/Philologie et herméneutique II, Göttingen, 1983, avec des études de P. Judet de La Combe et de Heinz Wismann ; J. Glucker, A. Laks (éds.), Jacob Bernays. Un philologue juif, Lille, PUS, 1996 ; J. Bollack, Jacob Bernays, Lille, PUS, 1998 ; J. Bollack, La Grèce de personne, Paris, Seuil, 1997, en particulier sur Wilamowitz.

Table des illustrations

Crédits Bibliothèque de la F.E.S.T., Heidelberg.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540