Version classiqueVersion mobile

Le rêve européen des penseurs allemands (1700-1950)

 | 
Jean Nurdin

Préface

Jacques Bariéty

Texte intégral

1L’Europe ? On ne parle que d’elle aujourd’hui, et tous les jours. L’Allemagne ? Elle est d’évidence au cœur du problème européen. Le cinquantenaire du Traité de Paris de 1951 créant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier a fourni l’occasion de colloques et de publications qui ont quelque peu ravivé la mémoire de l’histoire de cette grande aventure.

2Le premier mérite du livre de Jean Nurdin sur Le rêve européen des penseurs allemands, 1700-1950 est de faire œuvre d’historien et de replacer la construction européenne contemporaine dans la perspective de l'histoire des trois derniers siècles, et ceci par l’analyse des écrits de ceux qu’il appelle les « penseurs allemands », belle expression appréciée de qui sait qu’une aussi grande entreprise n’est pas seulement l’affaire des gestionnaires de la politique immédiate et des commerçants, mais d’abord et profondément une affaire mettant en jeu le tréfonds des mentalités et de l’histoire héritée des peuples, même s’ils n’en ont pas toujours claire conscience. Ce que pensèrent et imaginèrent ceux qui ne sont plus n’est-il pas encore souvent présent, par de multiples canaux, dans l’élaboration de la pensée des vivants, quoi qu’ils en sachent ou croient en ignorer ? C’est là, du moins, une conviction d’historien.

3Qui, mieux que Jean Nurdin, pouvait écrire ce livre ? Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Dijon, notre collègue y enseigna longtemps la civilisation allemande. Ses multiples activités de chercheur et d’enseignant furent consacrées de façon privilégiée à la place et au rôle de l’Allemagne en Europe et aux interprétations, très diverses voire contradictoires, que ce problème suscita dans la pensée des écrivains, des philosophes et des historiens allemands depuis le xviiie siècle. Il fut aussi, et est toujours, dans le domaine complexe des relations franco-allemandes, un praticien très actif de l’actualité et occupa de 1993 à 1995 la chaire d’études européennes à l’Université de Mayence.

4En 1977, notre collègue avait soutenu une savante thèse de doctorat d’Etat sur L’idée d'Europe dans la pensée allemande à l’époque bismarckienne, sous la direction de l’éminent germaniste Pierre Grappin et du grand historien de l’Allemagne Jacques Droz. Publiée en 1978, puis en 1980, cette thèse, devenue ouvrage de référence, lui valut un concert d’éloges. Préparé par des années de travail dans les bibliothèques et les fonds d’archives d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse et de France, ce travail pouvait paraître une gageure : comment parler d’idée d’Europe en Allemagne à l’époque du triomphe du nationalisme allemand, préparant à des prétentions hégémoniques ? C’était se jeter au cœur de la problématique dialectique du nationalisme allemand et de la pensée européenne, et l’aborder par son angle le plus difficile. L’auteur s’efforça de maîtriser cette apparente contradiction. Du moins sa thèse montrait-elle déjà la nécessité de remonter en amont du xixe siècle pour comprendre celui-ci, et de descendre en aval pour en mesurer les conséquences – et quelles conséquences ! – au xxe siècle, et jusqu’à l’époque actuelle.

5C’est précisément ce qu’apporte le nouveau livre de Jean Nurdin, qui couvre les années 1700-1950. Son analyse couvre aussi, au-delà de la seule Allemagne, l’ensemble des pays germanophones, ou à germanophonie partielle, c’est-à-dire l’Autriche, l’empire des Habsbourg, la Suisse, voire les pays baltes ; extension bénéfique, car enfin la langue est la même, donc les lecteurs et souvent les écrivains. De plus, la problématique nationale allemande du xixe siècle, ravivée sur ce point pour douze années par Hitler au xxe, fut celle de la « grande » ou de la « petite Allemagne », c’est-à-dire incluant ou non l’Autriche germanophone ; quant à la Suisse, elle fut pour les penseurs allemands tout à la fois un modèle très voisin, donc présent aux esprits, de cohabitation entre culture germanique et cultures latines, et, à plusieurs reprises, terre d’exil et de refuge pour des penseurs allemands en rupture avec la politique de leur pays. L’élargissement géographique de l’enquête, tout en conservant l’homogénéité germanophone, apporte un remarquable enrichissement. On doit en souligner aussi la richesse intrinsèque, qui ne se limite pas aux auteurs politiques et aux penseurs célèbres et reconnus – sur lesquels Jean Nurdin apporte toutefois toujours un regard neuf et pénétrant ; elle s’étend aussi à des auteurs négligés par la critique ou oubliés, dont notre collègue nous révèle les réflexions souvent étonnantes d’originalité et les prévisions parfois étrangement visionnaires. Il nous convainc ainsi de l’extraordinaire richesse de la pensée européenne en Allemagne, même aux périodes les plus dures, voire les plus sinistres, de l’hégémonie politique de la pensée nationaliste.

6Enfin l’historien apprécie particulièrement une grande qualité de cette étude : l’analyse qui nous est donnée des idées des « penseurs allemands » sur l’Europe ne se situe pas dans l’empyrée de quelque pensée pure ; elle est toujours incarnée dans les réalités historiques du moment où les œuvres analysées ont été écrites, trame historique ô combien complexe que Jean Nurdin possède avec une parfaite maîtrise.

7Fondamentalement, et à travers les siècles, les réflexions des penseurs allemands sur l’Allemagne et l’Europe apparaissent d’abord conditionnées par deux données de base qui se révèlent essentielles : d’une part la position géographique de l’aire linguistique et culturelle allemande, au centre de l’Europe, donc entre le monde latin, en soi et comme instrument de transfert de l’héritage de la pensée antique, dès l’Antiquité, puis au Moyen Âge chrétien et enfin à la Renaissance, le monde anglo-saxon, européen ou transatlantique, et le monde slave, avec l’immense et imprévisible Russie, et derrière, Byzance, et plus loin encore l’Asie, avec l’Inde grand-maternelle, le berceau des Indo-Européens, voire l’innombrable et mystérieuse Chine. D’autre part les difficultés et les lenteurs de l’Allemagne à se définir une identité, à fixer ses frontières, à réaliser son unité (« Die verspätete Nation ») et à se donner une forme politique entre les deux pôles du fédéralisme et de la centralisation. A lire ce livre on se convainc de la puissance, on oserait dire naturelle et consubstantielle, des liens des peuples germaniques avec le fédéralisme, même sous la forme de « Reich », à l’exception, bien sûr, des douze années du Reich hitlérien dont l’hypercentralisme violent apparaît contre nature dans la longue durée allemande. On comprend mieux la rapidité de la réussite de la République fédérale après 1949 et la souplesse qui permit — non sans des difficultés, certes, qui ne sont pas encore toutes surmontées – l’entrée pure et simple de l’ancienne RDA en 1990 dans le cadre institutionnel de la RFA, sans modification de celui-ci, sous la forme de « nouveaux Länder ». On comprend mieux enfin – Jean Nurdin l’expose de façon éclatante – la puissance de l’idée fédérale dans les projets allemands de construction de l’Europe, ce qui n’est pas, d’ailleurs, sans occasionner avec certains voisins de l’Allemagne, porteurs d’autres héritages, quelques malentendus sur lesquels on n’ose pas porter une lumière trop crue. L’idée fédérale européenne n’est pas une idée révolutionnaire de l’Allemagne du xxe siècle ; elle court dans la pensée allemande depuis le xviiie siècle.

8Il n’est évidemment pas question de résumer dans cette introduction un livre d’une telle richesse d’information sur une affaire aussi complexe. Essayons seulement de retenir quelques lignes de force.

9Le terme d’« Europe » devint commun à l’époque de la Renaissance avec la sécularisation de la « Respublica christiana » et il s’institutionnalisa en Allemagne au xviiie siècle avec les projets de paix universelle, les Lumières et l’idée de « République des Lettres ». En Allemagne, le nom de Leibniz s’impose dans ce domaine ; il rêve d’une fédération d’Etats chrétiens sous l’autorité de l’Empereur et du Pape, d’un Saint-Empire élargi ; il croit en une mission des Européens fédérés à christianiser le monde ; l’Europe, gravitant autour de son centre, l’Allemagne, elle-même fédérée, deviendrait l’organisatrice du monde. A la fin du siècle, Kant, dont la pensée est soumise aux impératifs de la raison et du devoir, soutient le bien-fondé de l’idéal de paix universelle par l’association des nations ; il fut l’inventeur du mot « Volkerbund » (Société des Nations). La puissance de sa pensée et la rigueur de son raisonnement feront de lui, pour deux siècles, l’un des inspirateurs principaux des partisans allemands, et autres, d’une organisation de l’Europe, ceux qui s’en remettent à la raison.

10Les violences de la Révolution française et les excès de l’impérialisme napoléonien, dont on ne dira jamais trop l’impact qu’ils eurent, en effets et contre-effets, sur ce qu’allait devenir l’Allemagne au-xixe siècle, modifièrent profondément et durablement l’évolution des mentalités allemandes. Tandis que, pendant la première moitié du siècle, le Rhénan Metternich, devenu chancelier de l’Empire des Habsbourg, cherche à maintenir la paix et à empêcher la révolution par le concert des cinq grandes puissances européennes gouvernées par des monarchies « légitimes », la « Pentarchie », voici qu’en Allemagne apparaissent et se développent des idéologies irrationnelles : à l’opposé de la raison cosmopolite, Herder chante l’authenticité de l’âme populaire (« Volksgeist ») propre à chaque nation et qui s’exprime par la langue ; son influence sur le romantisme allemand sera considérable. Novalis et Schlegel en reviennent au mythe de l’unité d’une Europe chrétienne, brisée par la Réforme, puis par la sécularisation des « Lumières » et l'antichristianisme de la Révolution française. Chez les penseurs allemands, à côté de l’Europe de la raison, il y a désormais l’Europe de la foi, idéologie qui, déchristianisée, conduira dans la seconde moitié du siècle à des idéologies irrationnelles, voire à une sorte de néo-paganisme messianique du peuple allemand en Europe. On ne peut manquer de mentionner aussi Fichte et ses célèbres Discours à la nation allemande. Avec Friedrich List apparaît la dimension économique dans les réflexions sur l’Allemagne et sur l’Europe. L’un des premiers à prendre conscience de l’émergence de la puissance matérielle américaine, et des menaces de cette force nouvelle pour la suprématie de notre continent, il est, on le sait, le père des idées de « Zollverein » et de « Mitteleuropa ».

11Bien sûr, Jean Nurdin fait aussi leur place au philosophe Hegel, qui devait avoir des descendances si diverses, et au grand historien Ranke, qui fut historiographe officiel du Reich prusso-allemand. Leur apport original, dans le domaine qui nous intéresse ici, fut la distinction entre « peuples historiques », acteurs de la marche de l’histoire – et au premier rang desquels ils placent le peuple allemand – et « peuples non-historiques » qui subissent cette évolution.

12La Révolution de 1848 survient en Allemagne avant que l’évolution des temps ait fait le partage, dans toutes ces nouvelles idéologies, de ce qu’elles apportaient de révolutionnaire et de ce qu’elles contenaient de germes de réaction, voire de totalitarisme. Optimistes, les révolutionnaires de 1848 ne voient pas de contradiction entre le triomphe du principe romantique des nationalités et l’idéal kantien de paix rationnelle en Europe ; ils pensent que l’Europe des nationalités sera l’étape préparatoire à l’Europe unie, tout en réservant à l’Allemagne dans ce processus un rôle privilégié auquel, selon eux, la prédestinent sa position géographique centrale et l’excellence de sa culture. On sait ce qu’il devait en advenir dans la seconde moitié du xixe siècle et la première moitié du xxe. Heinrich Heine avait été l’un des rares à prévoir les catastrophes à venir en mettant, en vain, les Français en garde contre les dangers que portaient en eux le libéralisme allemand et sa « teutomanie ».

13La parfaite connaissance que notre collègue a de l’Allemagne et de l’Europe bismarckiennes lui permet de nous en donner une analyse à la fois vigoureuse et pleine de nuances. Certes, Bismarck n’est en rien un partisan des « Etats-Unis d’Europe », expression qui apparaît alors et dont Victor Hugo est l’inventeur ; l’Europe n’est pour lui qu’une « expression géographique ». Il n’en reste pas moins qu’une fois l’unification allemande réalisée en 1871, et le Reich fondé sur la prédominance de la Prusse (dont l’historien Treitschke fut le chantre), Bismarck cherche à éviter la démesure et à restaurer un concert européen qui accepterait le nouvel état de fait et le nouveau rapport des forces en Europe. Cette prudente ambition de stabilisation ne devait cependant pas réussir. Avec l’explosion de la démographie allemande et de la révolution industrielle des dernières décennies du siècle, la nouvelle Allemagne devient un pays effervescent à l’avenir indéterminé, et les successeurs de Bismarck n’ont pas la sagesse ni la mesure du fondateur du nouveau Reich.

14La richesse du travail de Jean Nurdin est d’analyser, sur cette trame historique fondamentale, la diversité des réflexions des penseurs allemands, et aussi les dangers de dérive de certaines d’entre elles. D’abord, durant toutes ces années où le sentiment nationaliste allemand se transforme de plus en plus en une ambition d’hégémonie, les courants fédéralistes européens et pacifistes ne disparaissent pas. Il ne s’agit pas tant des socialistes, qui se veulent internationalistes plus qu’« européens », et surtout pas des marxistes qui, à la suite d’Engels, que Jean Nurdin connaît bien, voient dans l’idée européenne une utopie « bourgeoise », le problème n’étant pas, selon eux, de faire la paix entre les nations, mais de mener la lutte du prolétariat contre le capitalisme mondial. Il s’agit souvent de penseurs isolés, héritiers du renouveau chrétien du début du siècle, de juristes, dont le célèbre Bluntschli, d’origine zurichoise, qui fit une brillante carrière en Allemagne, et qui vit dans la confédération helvétique un modèle pour l’Europe ; sa pensée est restée vivante jusqu’à nos jours et son œuvre fut rééditée en 1962. Il s’agit enfin d’Allemands adversaires de la politique de Bismarck et pour beaucoup pacifistes, réfugiés en Suisse. L’auteur nous en donne de vivants portraits.

15On est frappé d’autre part, pour la fin du xixe siècle et les débuts du xxe, par la généralisation des idées de déclin de l’Europe et de dégénérescence de la culture européenne chez les penseurs allemands, avec, en contrepoint, l’appel à un sursaut salvateur, voire à un sauveur ; pessimisme et attente angoissée qui ne sont pas sans dangers. Les raisons en sont multiples : prise de conscience de plus en plus aiguë de ce que l’avenir échapperait à l’Europe pour passer à l’Amérique ; crainte, qui devient obsessionnelle, de la dangereuse masse russe « asiatique » ; dégénérescence de la culture occidentale humaniste en civilisation matérialiste (une distinction bien allemande) avec l’industrialisation, le culte de la technique et le développement des « masses ». L’historien suisse Burckhardt fut l’un des maîtres de ce courant de pensée au xixe siècle, critiquant l’idée, selon lui utopique, de progrès héritée du xviiie siècle, dénonçant le leurre de la démocratie et annonçant, après le chaos, l’avènement, dont il a la hantise, des « terribles simplificateurs » (Burckhardt fut l’inventeur de l’expression que l’on devait employer au xxe siècle pour qualifier des personnages comme Hitler ou Staline).

16Dans cette mouvance, il y a aussi Nietzsche, son pessimisme nihiliste et l’appel au « surhomme ». Mais Jean Nurdin nous dit bien l’emploi tout à fait abusif que les nazis allaient faire par la suite de la pensée de Nietzsche, qui n’a jamais songé à une mission salvatrice de l’Allemagne, appelant au contraire à une aristocratie intellectuelle des élites européennes. C’est sur cela d’ailleurs que Nietzsche rompit avec Richard Wagner, à qui il avait d’abord dédié sa Naissance de la tragédie. L’auteur met en valeur l’importance de l’influence du pessimisme de Schopenhauer sur le grand dramaturge, qui s’écarta de l’idéal révolutionnaire qui avait été le sien en 1848 pour chercher refuge dans les légendes germaniques et donner avec Siegfried, le « Deutscher Jüngling », l’image du rédempteur. On sait l’influence de Gobineau sur Wagner à la fin de la vie de celui-ci, et le rôle de H. S. Chamberlain, son gendre... A côté de ces grands noms, Jean Nurdin passe en revue la galerie des penseurs allemands des années 1890-1914. A le lire, on se convainc que le « Kulturpessimismus » n’est pas né avec la République de Weimar et qu’il faut remonter bien en amont de la défaite allemande de 1918 et du traité de Versailles de 1919 pour trouver le terreau sur lequel croîtra le nazisme.

17Nous bénéficions aussi de l’analyse des pensées de Friedrich Naumann (Mitteleuropa, 1915), de Heinrich Mann, « européen » dès avant 1914, et de son frère Thomas, qui le devint progressivement, et définitivement après la Seconde Guerre mondiale, d’Oswald Spengler, qui publie au lendemain de la Grande Guerre Le déclin de l’Occident écrit pendant celle-ci, de Moeller van den Bruck (Le Troisième Reich, 1923), de Max Scheler, critique du « savoir pratique » de l’Europe technicienne, et du Balte Keyserling. Sans oublier la présentation qui nous est donnée de la personnalité cosmopolite du Viennois Coudenhove-Kalergi qui créa le mouvement Pan-Europa en 1924 et qui, après un exil en Amérique, est à nouveau actif en Europe après 1945.

18Les nazis font un grand emploi du mot « Europe » et de l’expression « nouvel ordre européen ». Hitler ne dévoile pas ce qu’il projette de faire dans ce domaine, pour ne pas mettre en garde ses futures victimes. Mais on sait, par des confidences faites ici et là, et aussi, hélas, par ce qui fut entrepris, qu’il envisageait pour l’après-victoire une recomposition complète du continent sur des critères raciaux, avec élimination, refoulement ou mise en sujétion des peuples « inférieurs », l’identification du Reich et de l’Europe et la constitution d’une nouvelle élite préparée par sélection biologique ; Himmler voyait bien sûr les SS dans cette fonction.

19Bien plus attrayante est évidemment l’étude des conceptions européennes des résistants politiques au nazisme, qui devaient avoir une influence certaine sur les premiers mouvements européens et fédéralistes d’après 1945. On retient particulièrement les idées du « Cercle de Kreisau », antihitlériens qui inspireront les conjurés du 20 juillet 1944, le pessimisme de Stefan Zweig, nostalgique de la Vienne multinationale et de l’Europe humaniste d’avant 1914, qui se suicide au Brésil en 1942, et l’analyse sans complaisance du philosophe Husserl dans une conférence prononcée à Vienne en 1935 : l’Europe n’est pas une juxtaposition de nations ; elle a une unité supranationale tendant vers un but situé à l’infini, toujours inaccessible, mais permettant un surpassement continu. La pensée philosophique, typiquement et spécifiquement européenne, l’exercice originel de la raison ont été dévoyés en positivisme, en scientisme, puis en biologisme (l’allusion au nazisme est évidente). Si l’Europe poursuit dans cette voie, elle sombrera.

20On fait ainsi la constatation surprenante que les penseurs allemands ne se limitent pas à condamner le nazisme, mais incriminent de façon générale la « civilisation » moderne et ses conséquences. Ceci n’étonne pas Jean Nurdin, pour qui le nazisme a dévoyé jusqu’à l’absurde les idées des précurseurs, contemporains de Bismarck et de Guillaume II.

21Avec les années 1945-1950, qui clôturent le livre, on entre dans des eaux plus sereines. La défaite totale de 1945 a amené non seulement une condamnation sans appel du national-socialisme, mais aussi un examen de conscience rigoureux remontant bien au-delà dans le passé allemand, et qui devait trouver un rebondissement spectaculaire dans les années 1980 avec la « querelle des historiens ». Dès 1945 toutefois, le grand historien Meinecke écrit que le seul avenir pour l’Allemagne est désormais dans la fusion de la nation allemande dans une Europe unie, seule façon de surmonter la « catastrophe allemande » ; en 1946, le philosophe Jaspers publie Die Schuldfrage. Le reste, ce sera l’œuvre des politiques, dont on doit constater que, dans la première phase de l’histoire de la République fédérale, la phase fondatrice, ce seront surtout des politiques de référence chrétienne, voire franchement catholique comme leur chef, le Rhénan Adenauer, qui sut s’imposer et dont les travaux les plus récents confirment le rôle personnel et les convictions européennes anciennes.

22Aujourd’hui, beaucoup disent qu’il faudrait à la construction européenne un « supplément d’âme » ; on pourrait en trouver dans ce livre, à la lecture duquel on souhaite que de nombreux lecteurs prennent le vif intérêt que nous y avons trouvé nous-même, tant par l’enrichissement considérable qu’il apporte à nos connaissances que par l’acuité et l’actualité des réflexions qu’il suscite.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search