Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Épilogue

Texte intégral

1La guerre ne devait pas clore le débat des intellectuels catholiques sur la manière d’incarner leur foi en politique. Il resurgit, dès la Libération, autour d’une configuration qui évoque l’inverse de celle qui présidait aux débuts de Vichy : un gouvernement situé à gauche incluant des chrétiens démocrates. Contre ce qu’il interprète comme une dérive communiste du régime et de la civilisation chrétienne, Fabrègues se lance dans une nouvelle croisade, celle de l’hebdomadaire La France Catholique. Entre une droite et une gauche catholiques ainsi reconstituées, une nouvelle querelle ne tarde pas à s’ouvrir faisant renaître les souvenirs de l’Occupation. Elle ne s’éteindra pas du vivant de Mounier, ne s’apaisant qu’au début des années soixante-dix. Fabrègues s’était alors consacré à la direction de son journal et à une œuvre d’essayiste et biographe chrétien. Il militait aussi pour la construction d’un fédéralisme européen. A l’écart du conflit entre gauche et droite catholiques mais en communion d’intelligence avec Fabrègues, Maulnier poursuivit son combat intellectuel et culturel.

I. A la Libération, une nouvelle configuration politique

2Dès la Libération, ainsi que l’avaient craint Maulnier et Fabrègues, le parti communiste impose ses représentants au gouvernement provisoire du général de Gaulle. Des catholiques sont cette fois encore présents, mais ce sont des catholiques démocrates, comme Georges Bidault, ancien éditorialiste de L’Aube, qui préside le Conseil National de la Résistance. Une nouvelle idéologie est au pouvoir, celle d’une Résistance marquée par l’inspiration marxiste à laquelle s’adjoint la foi chrétienne du Mouvement Républicain Populaire.

  • 1 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 254.
  • 2 Y.M. Hilaire, “Reconstructeurs de la cité”, in Histoire religieuse de la France contemporaine, op. (...)
  • 3 Cité par Y.M. Hilaire, “Les signes avant-coureurs de la crise de Églises”, in Histoire religieuse d (...)

3“C’était là de quoi réjouir les animateurs d’une revue qui n’avaient jamais séparé leurs espoirs révolutionnaires de la fin du ghetto conservateur où le catholicisme s’était enfermé depuis un siècle1”, constate Michel Winock, qui relate la reparution d’Esprit en décembre 1944 et sa remarquable expansion dans les années d’après-guerre, à l’abri des éditions du Seuil. La revue se montre alors “fascinée par le marxisme, philosophie immanente de la classe-ouvrière2” : en 1945, la dictature de Staline est présentée dans ses colonnes comme “une intimité de l’existence communautaire qui donne à l’expression personnelle un mode qui se réduit mal à nos perspectives individualistes3.”

  • 4 Le dossier qu’il réunit comporte plusieurs lettres attestant son patriotisme et celui de son hebdom (...)
  • 5 La Presse Française, “La presse indigne”, novembre 1946.

4Parce qu’il a maintenu la parution de son hebdomadaire après novembre 1942, Fabrègues s’est vu soumis aux rigueurs de l’épuration. Le dossier qu’il réunit alors pour sa défense laisse à penser que, loin de se considérer coupable, il incline à lire une certaine mauvaise foi dans les attaques dont il fait l’objet. Le témoignage de ses amis résistants et les preuves de son action aux côtés des prisonniers le mettent à l’abri des poursuites4. L’hebdomadaire Demain fait l’objet d’une décision de classement en novembre 19465.

  • 6 Projet rédigé de la main de Fabrègues, novembre 1944, fonds Fabrègues. Son inquiétude est alors mot (...)
  • 7 Ibid

5Mais dès novembre 1944, constatant la progression des “éléments matérialistes et marxistes (et que) le monde est engagé dans une immense lutte de valeurs […] : respect de la personne humaine […], définition des institutions nécessaires pour la défendre et l’appuyer, maîtrise des puissances collectives et des déterminismes matériels6”, Fabrègues est reparti en campagne. Toujours persuadé de la nécessité de rompre avec une vision idéologique de l’organisation de la vie de la Cité pour “retrouver le vrai triomphe spirituel (et) voir le réel tel qu’il est”, il appelle à ses côtés, écrit-il : “Quelques hommes particulièrement représentatifs de cette vue du monde : un Gabriel Marcel, un Gustave Thibon, un Étienne Gilson, un Gonzague de Reynold. Aussi dans certains domaines un Daniel Rops, un Daniel Halévy, souvent un Thierry Maulnier, un Jean Lacroix, un Joseph Folliet, un François Perroux, un Raymond Aron, un Jacques Madaule. Des hommes plus jeunes comme Louis Salleron, Jean Daujat, Louis Lallement, André Piettre.” Derrière eux, constate-t-il, “de petits groupes se sont formés qui cherchent à vivre cet esprit : jeunes fonctionnaires, économistes, ingénieurs, jeunes intellectuels, militants syndicalistes ou sociaux, universitaires7.” L’ensemble de ce réseau se réunirait autour de la revue Civilisation qui renaîtrait ainsi de ses cendres et ferait connaître ses idées par des cours, des conférences, des travaux d’équipes, des manifestations culturelles.

  • 8 Abbé Pierre, député de Meurthe et Moselle, lettre à Jean de Fabrègues, 1er décembre 1945, fonds Fab (...)

6Ce projet a été précédé de multiples réunions avec diverses personnalités, l’abbé Pierre et Michel Habib en particulier, avec lesquels Fabrègues avait lié amitié dans le cadre de son action d’aide aux prisonniers. Il ne sera finalement pas réalisé, Fabrègues ayant entre temps accepté la proposition de Jean Le Cour Grandmaison de reprendre à ses côtés la direction de La France Catholique. “Très cher Ami, […] pourquoi dire adieu aux petites réunions de l’an dernier ?”, demande l’abbé Pierre le 1er décembre 1945, “Je suis bien résolu pour ma part à m’y prêter dans la mesure où l’on me le demandera et où j’en aurai le temps. Je crois, en effet, qu’elles présentent un intérêt réel8.” L’activité développée par Fabrègues, pour faire renaître au lendemain de la guerre les éléments d’une Jeune Droite Catholique contre la mainmise d’une pensée de gauche chrétienne qu’il estimait gangrenée par le communisme, se trouve ainsi directement à l’origine de la relance de l’ancien organe de la FNC La France Catholique. Elle participe aussi au développement du fédéralisme européen.

II. Le fédéralisme européen

  • 9 Sur les conceptions européennes de la Jeune Droite Catholique pendant l’entre-deux-guerres, voir V. (...)

7L’intérêt de Fabrègues pour l’idée européenne s’exprime dans l’ensemble des revues qu’il crée au cours de l’entre-deux-guerres. La Jeune Droite Catholique hérite de ses origines chrétiennes et maurrassiennes une conception de l’Europe mêlant universalisme religieux et nationalisme culturel. La meilleure définition s’en trouve dans la “défense de l’Occident” lancée par Massis dans la seconde moitié des années vingt. “L’Occident” est cet espace culturel européen que la France, fille aînée de l’Église, a pour mission de restaurer. De l’Europe géographique, il n’embrasse que les régions de tradition gréco-latine et de religion catholique, excluant les pays anglo-saxons et l’Allemagne protestante9. De la réflexion et de l’idéal, l’après-guerre allait faire passer l’unité européenne au stade de la construction. L’emprise du communisme sur l’Europe de l’Est et la montée de la guerre froide rendaient urgente la mise sur pied d’une structure politique occidentale.

8Fabrègues participe avec d’anciens non-conformistes, comme Denis de Rougemont, Alexandre Marc et Robert Aron, aux premiers congrès européens dont celui de la Haye en 1948, restera le plus célèbre et l’un des plus féconds. Il donne naissance en particulier au Conseil de l’Europe qui s’installe l’année suivante à Strasbourg, au Collège de l’Europe que régit Henri Brugmans à Bruges, au Centre Européen de la Culture que dirige Rougemont en Suisse. Comme Fabrègues, beaucoup de ces intellectuels (Brugmans et Rougemont en particulier) militent pour une organisation européenne fédéraliste.

9Le mouvement fédéraliste dans lequel ils s’engagent a plusieurs origines : la pensée corporatiste qui insiste sur la décentralisation de la décision économique jusqu’à l’échelon local ; le personnalisme qui appelle au respect de la personne dans sa dimension spirituelle et son rôle social ; la doctrine communautaire qui confère à l’État un rôle d’arbitre et de coordinateur entre des communautés libres et autonomes. On y trouve mêlées et comme récapitulées les inspirations qui furent celles de la Jeune Droite Catholique pendant les années trente : proudhonienne, maurrassienne, chrétienne. Né dans un cadre nationaliste avec des animateurs comme André Voisin, le mouvement fédéraliste s’ouvre à la dimension européenne après la seconde guerre dans le cadre du groupement “La Fédération”. Dans la revue du même nom, se retrouvent Jean de Fabrègues, Thierry Maulnier, Pierre Andreu, Henri Daniel-Rops, Jean Daujat, Jean-François Gravier, Daniel Halévy, Jean Loisy, Gabriel Marcel, Louis Salleron, François Perroux, Gustave Thibon. Leurs travaux ne seront pas sans influencer la formation des premières communautés européennes. Quelques temps plus tard, en 1956, Fabrègues s’associe à l’effort de réconciliation franco-allemande en fondant, avec Otto Roegele qui dirige Le Mercure Rhénan, les “Rencontres annuelles de journalistes catholiques”.

  • 10 “Pie XII au Congrès de l’Union européenne”. Il novembre 1948, in L’Europe unie dans l’enseignement (...)

10Si cet engagement européen répond pour Fabrègues à une volonté intellectuelle et politique ancienne, il rencontre également le désir du pape Pie XII. Saluant les conclusion du congrès de l’Union européenne en 1948, celui-ci retrouve les mots qui furent ceux de Massis et des Chevaliers de Saint Michel à l’époque des années vingt : “Il fut un temps où l’Europe formait dans son unité un tout compact […] Une fois la culture détachée de la religion, l’unité s’est désagrégée […] Si donc l’Europe veut en sortir, ne lui faut-il pas rétablir chez elle le lien entre la religion et la civilisation […], la reconnaissance expresse des droits de Dieu et de sa loi10 ?”

11Travailler à la renaissance d’une civilisation chrétienne européenne convenait d’autant mieux à Fabrègues que son activité professionnelle s’était alors recentrée autour de son appartenance catholique.

III. La France Catholique

  • 11 Lorsque la hiérarchie lance un peu plus tard la Fédération Nationale d’Action Catholique, ce mouvem (...)
  • 12 Aide mémoire dactylographié sur La France Catholique, non daté, vraisemblablement écrit en 1955. Fa (...)

12Le 25 mars 1945, l’hebdomadaire de la Fédération Nationale Catholique, La France Catholique, reprend sa parution interrompue par les événements militaires de la Libération11. Après la mort du Général de Castelnau, c’est Jean Le Cour Grandmaison qui en a pris la tête. Sur sa proposition, Jean de Fabrègues en accepte alors la rédaction en chef. Le journal affirme clairement ses intentions : il s’agit cette fois encore, en se plaçant à l’écoute de l’Église, d’inscrire les principes chrétiens au fondement de la vie politique et sociale. “Partant des faits d’actualité, La France Catholique les éclaire à la lumière des enseignements de l’Église dont elle montre le réalisme et la fécondité. Elle insiste sur l’erreur qui consiste à séparer totalement la vie temporelle de la vie spirituelle. Elle rappelle que l’Église a mission de formuler les principes qui régissent l’ordre politique et social”, indique Fabrègues en 1955 alors qu’il vient de prendre la direction de l’hebdomadaire12.

  • 13 Ibid.
  • 14 Réponse de Jean de Fabrègues à l’enquête de Gilbert Ganne, “Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Les jeun (...)

13Cette conception intégrale du catholicisme n’exclut ni le dialogue, ni le travail en commun avec “tous les hommes de bonne volonté (sur) le terrain de rencontre (du) droit naturel”. Elle tend “à édifier un ordre nouveau (pour) combattre le matérialisme, respectueux de la personne et fondé sur les principes de justice, de liberté, de service du droit commun mis en lumière par l’enseignement des Papes contemporains, de Pie IX à Pie XII13.” A ce programme se sont joints tous ceux que Fabrègues avait pressentis pour la renaissance de Civilisation : Gabriel Marcel, Gustave Thibon, Étienne Gilson, Jean Daujat, André Piettre. Mais il ne s’agit plus cette fois de donner sa préférence à un ordre politique exclusif. Interrogé en 1956 sur ses conceptions politiques, Fabrègues explique : “Le problème religieux est devenu le premier. L’ordre que nous préconisons ne peut trouver son fondement que dans l’enseignement pontifical. Plus les choses évoluent, plus on s’aperçoit que, sans fondement religieux, on ne peut reconstruire la société […] Sur le plan concret je n’ai plus aujourd’hui d’appartenance définie. Je ne me dirais plus maurrassien ou monarchiste14.”

14Cette tolérance nouvelle résultait-elle de l’expérience de Vichy, de l’idéal avorté de la Révolution nationale ? Si elle semblait indiquer l’acquisition d’une maturité politique, elle confirmait aussi le choix de la primauté du spirituel, mais un choix donné pour tel au fondement de l’ordre de la Cité. Le pluralisme politique n’excluait en rien la nécessité d’affirmer les valeurs chrétiennes. A la Libération, les deux camps qui se sont reformés parmi les intellectuels catholiques autour d’Esprit et de La France Catholique, ne sont pas étrangers à cette problématique. Les événements ne vont pas tarder à leur donner l’occasion de s’opposer.

IV. La querelle du progressisme

  • 15 Le père Maurice Montuclard avait fondé une communauté intellectuelle qui publiait les Cahiers Jeune (...)
  • 16 Emmanuel Mounier, “Journal à plusieurs voix. De l’usage du mot catholique”. Esprit, mai 1949. Fabrè (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Ce texte, communiqué au Père Chaillet, constitua le premier Cahier de Témoignage Chrétien clandesti (...)
  • 19 Une lettre plus tardive de Louis Cruvillier, le co-fondateur de Témoignage Chrétien clandestin, con (...)

15Le tripartisme prend fin au printemps de 1947 avec l’éviction des communistes du gouvernement : c’est le début de la guerre froide. Des chrétiens refusent cette séparation et appellent à poursuivre l’action aux côtés des communistes : ils forment l’Union des chrétiens progressistes autour d’André Mandouze et trouvent une doctrine dans les écrits du père Montuclard15. Un tel rapprochement scandalise Fabrègues qui publie dans La France Catholique une série d’articles sur le sujet, mettant en cause la complicité d’Esprit avec les chrétiens progressistes et accusant l’ensemble de vouloir “construire un monde profane, un monde social, un monde de l’Histoire qui échappe radicalement aux inclinations et aux fins spirituelles de l’homme16.” Selon Esprit cette critique, “sans aucune originalité, démarque […] un texte du P. Fessard connu de nos lecteurs17”. Le Jésuite avait en effet souligné les dangers de la collaboration avec le communisme, dans un texte de 1946 “France, prends garde de perdre ta liberté”, en des termes comparables à ceux dans lesquels il avait prévenu contre le danger de collaboration avec le nazisme en novembre 1941, dans la célèbre déclaration “France, prends garde de perdre ton âme18.” Fabrègues retrouvait, dans cette double condamnation, l’inspiration de sa propre position avant et pendant la guerre19.

  • 20 Emmanuel Mounier, “Journal à plusieurs voix. De l’usage du mot catholique”, Esprit, mai 1949.

16En revanche, le parallèle était loin de convenir à Mounier qui, dans le numéro d’Esprit de mai 1949, entreprit de régler ses comptes avec Fabrègues, non sans éclat. Il plaçait sa riposte au plan des principes et y ajoutait un procès personnel. Il reprochait d’abord à La France Catholique de porter un titre semblant engager l’ensemble des catholiques alors qu’il ne poursuivait que “la politique du monde catholique conservateur” en le couvrant “de raisons religieuses”. Il accusait ensuite Fabrègues de collaboration pendant la guerre, mettant en cause son maurrassisme, affirmant que l’hebdomadaire Demain avait été “fondé pour amener les catholiques français au régime de Vichy lequel les transmettait à Hitler” et l’engageait à se rappeler “que c’est à certains de ceux qu’il attaque depuis, qu’il doit de n’avoir pas été prié par cette démocratie qu’il regarde de très haut, du haut de son maître Maurras, de rendre le compte moral et civique de cette opération si purement religieuse”. Enfin, il révélait que Demain “fit sa diffusion sur les fichiers volés par la police à Esprit et à Temps Présent20.”

  • 21 Plusieurs réponses d’évêques ont été conservées par Fabrègues. Toutes l’encouragent, le louant de s (...)

17Parce qu’il lui “paraît triste de poursuivre et d’amplifier une polémique entre catholiques”, Fabrègues choisit de répondre à Mounier personnellement et non par le truchement de son hebdomadaire, mais il prend soin d’adresser copie de sa lettre à un certain nombre de personnalités, en particulier ecclésiastiques21. Dans son numéro de septembre 1949, Esprit reprend le débat et donne connaissance à ses lecteurs de l’essentiel de cette lettre. Fabrègues y rappelle les raisons du maintien de Demain après novembre 1942, sa contribution à l’évasion et à l’accueil des prisonniers, ses articles défiant la censure allemande, en particulier contre le STO. D’une phrase il définit l’ensemble de sa position : obéissance en matière religieuse, défense des Français contre l’Allemagne dans le domaine politique : “De même que j’avais eu ma conception du catholicisme qui était de suivre les directions que la hiérarchie me donnait […], j’avais eu aussi ma conception de la résistance, non politique, qui était simplement de servir les Français contre les Allemands.”

  • 22 En outre le projet de création de l’hebdomadaire Demain écrit de sa main fait état de “prospection (...)
  • 23 Ces quatre personnes illustrent la résistance intellectuelle chrétienne, en particulier à travers l (...)

18Quant à l’accusation d’avoir récupéré pour Demain les fichiers de Temps Présent et d’Esprit, il la traite de “fable : la propagande de Demain. était faite sur des listes d’adresses des milieux catholiques fournies par une agence spécialisée de publicité dont le siège était alors à Roanne22.” Et il s’interroge : “Si cette histoire avait la moindre apparence de vérité, André Mandouze […], Gilbert Dru, René Radisson auraient-ils continué de me voir en privé et en public ? Comment les amis mêlés à ma vie quotidienne comme Joseph Folliet, Jacques de Montjoye, François Mitterrand, les chefs du mouvement de résistance prisonniers, auraient-ils supporté mon contact23 ?”

  • 24 Emmanuel Mounier meurt d’un infarctus le 22 mars 1950.

19La querelle trouvera un certain apaisement sous la direction d’Esprit par Jean-Marie Domenach. Fabrègues lui ayant écrit à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Mounier en mars 197224, recevra une réponse, inspirée “par la même sincérité désarmée”, selon l’expression de son correspondant.

  • 25 Albert Béguin succède à Emmanuel Mounier à la direction d’Esprit en octobre 1950. Cet intellectuel (...)
  • 26 André Rousseaux avait participé au rayonnement des idées de la Jeune Droite Catholique pendant l’en (...)

20Elle l’absout du vol du fichier et traduit moins un jugement qu’un sentiment d’incompréhension de sa position pendant la guerre : “Je suis maintenant persuadé que vous ne fûtes pas le responsable de la saisie des fichiers d’Esprit et de Temps nouveaux par la police de Vichy qui les transmit à Demain car, sur ce point, les témoignages de Stanislas Fumet, Albert Béguin25 et André Rousseaux26 me semblent probants”, reconnaît-il. Mais c’est pour confirmer ensuite l’accusation, déjà lancée par Mounier, d’avoir “conduit à la collaboration un certain nombre de jeunes gens qui ignoraient votre pensée secrète.” Et il livre cette confidence douloureuse : “Vous étiez l’ennemi de mes vingt ans. Vous l’êtes resté symboliquement, car je suis persuadé que vous n’avez pas voulu personnellement le mal que je vous reproche.”

  • 27 Jean-Marie Domenach, lettre à Jean de Fabrègues, 29 mars 1972, fonds Fabrègues.

21La lettre s’achève sur le reproche d’avoir, “à la Libération, repris le combat contre nous à une époque où la hiérarchie ecclésiastique accueillait comme pain béni les accusations de progressisme que prodiguait un hebdomadaire qui portait l’épithète quasi officiel de catholique. Même s’il avoue “voir d’un œil un peu différent le monde communiste”, Domenach dénie qu’“Esprit ait jamais été progressiste ou. crypto-communiste27.”

  • 28 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 266.
  • 29 Ibid. p. 366.
  • 30 Voir notamment, “Le christianisme des chrétiens progressistes”, Études, janvier 1949.

22Évoquant cette période, Michel Winock souligne pour sa part qu’il “est remarquable que l’attitude d’ouverture d’Esprit. […] au parti communiste résista à l’échec du tripartisme, au retour des communistes dans l’opposition et au début de la guerre froide28.” Il propose le terme de philocommunisme pour désigner l’attitude de la revue jusqu’à la rupture de la Yougoslavie avec l’URSS où Mounier prend mieux conscience du totalitarisme soviétique. Mais auparavant, rappelle-t-il, des membres d’Esprit comme Paul Fraisse et Jean-Marie Domenach avaient participé à la naissance du “Club du citoyen” “qui fut certainement un des viviers des chrétiens progressistes29.” C’est sur ce genre de filiation que se fondait le père Fessard pour accuser Esprit, encore en 1949, de proximité avec les chrétiens progressistes30.

23Cet ultime affrontement entre Mounier et Fabrègues, Esprit et La France Catholique, chrétiens de gauche et de droite, exprime clairement la tension vécue par chacun de ces groupes entre sa foi religieuse et son action sur le monde. Ce n’est pas sans risque que le chrétien se trouve contraint, par une religion de l’engagement, à s’introduire dans un contexte politique par nature imparfait. L’attitude du Christ face au pouvoir politique interdisant toute idée de théocratie, les chrétiens sont contraints de faire passer leur combat éthique à travers le filtre des idées dominantes, le risque étant que celles-ci en déforment le véritable enjeu et, parfois même en viennent à le diriger. Mounier est séduit par le souci de justice sociale qu’il sent dans le communisme, Fabrègues par l’ordre communautaire qu’il attend de Vichy. Les milieux de pouvoir dans lesquels ils s’introduisent pour faire progresser leurs idées les englobent dans leurs querelles et peuvent les déborder.

  • 31 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 332.
  • 32 Ibid., p. 385

24Fabrègues comme Mounier ont été jugés, par certains, infidèles au message du Christ, le premier parce qu’il paraissait soutenir un régime inféodé à l’Allemagne nazie, le second parce qu’il “refusait de se laisser emporter par l’anticommunisme malgré les procès et les camps staliniens31.” Si le jeune Domenach pouvait en toute sincérité accuser Fabrègues d’avoir conduit des jeunes gens à la collaboration sous l’Occupation, ce dernier pouvait retourner le compliment à Esprit dans les années d’après-guerre où Michel Winock convient que “surtout entre 1945 et 1947, malgré toutes ses réserves, la revue de Mounier a décidé insensiblement maints catholiques à adhérer au parti communiste et au préjudice, peu à peu, de leur foi religieuse32.”

V. Un homme libre

25Quelles que soient les situations historiques, les chrétiens demeurent confrontés aux ambiguïtés de l’engagement politique. Fabrègues, qui devait survivre à Mounier plus de trente ans, en fit maintes fois l’expérience, en particulier lors de la guerre d’Algérie où ses positions en faveur de l’intégration furent critiquées par l’intelligentsia de gauche ou, à l’inverse, lorsque son combat pour l’unité européenne provoqua la colère de certains milieux d’extrême droite. Sur le plan du régime, son hostilité au parlementarisme devait trouver une certaine satisfaction sous la Cinquième République. L’un des pivots de sa pensée resta son hostilité au communisme et il trouva, à cet égard jusqu’à la fin, le soutien de son ami Thierry Maulnier dont l’activité s’était centrée sur le domaine littéraire et culturel, se développant en particulier dans les milieux du théâtre, sous l’influence de sa femme.

26L’ouverture de l’Église au monde avec le Concile Vatican Il fut reçu par La France Catholique dans la plus totale obéissance, bien que Fabrègues ne cachât pas ses craintes de voir la foi catholique se dissoudre dans l’indifférentisme du siècle. De telles peurs devaient atteindre leur paroxysme au moment de mai 1968. Mais jamais Fabrègues ne critiqua les positions romaines, ce qui devait nourrir contre lui les dénonciations de la presse intégriste. Celles-ci ne furent pas sans compter dans sa décision d’abandonner la direction de La France Catholique en 1970. L’hebdomadaire tirait alors à plus de 55.000 exemplaires, soit cinq fois le tirage de 1945 et l’équivalent de son concurrent catholique de gauche Témoignage Chrétien.

27C’était là le résultat du combat d’un homme qui se voulait libre : Fabrègues était à la fois celui qui avait travaillé à la reconstruction de l’Europe et restait attaché à la grandeur et au prestige de la France, convaincu de leur vocation chrétienne à toutes deux et du devoir, pour l’Occident, d’honorer sa mission civilisatrice dans les colonies ; celui qui, dans les années soixante, avait accepté le Concile et ouvert les colonnes de son journal à la collaboration de théologiens avancés comme les pères Congar, Urs von Balthasar et de Lubac ; celui qui s’honorait de l’amitié fervente du père Danielou ; celui qui, opposant société de consommation et progrès humain, retrouvait son réflexe de l’entre-deux-guerres pour discerner dans mai 68 une crise de civilisation et faisait appel aux valeurs de la tradition.

  • 33 Comme en témoigne une correspondance avec L.A. Parias.

28A l’aise dans cette synthèse baroque d’un catholicisme intransigeant et d’une large ouverture intellectuelle, le personnage en imposait et en déroutait plus d’un parmi ses collaborateurs de La France Catholique33. Peut-être sa pensée s’exprimait-elle plus uniment dans l’œuvre considérable d’essayiste et de biographe qu’il laissait : seize ouvrages parus entre 1951 et 1971, traitant de réflexion philosophique et spirituelle (Avec notre temps mais pour le sauver ; La révolution ou la foi ; Chrétien de droite ou de gauche ; L’Église esclave ou espoir du monde ; Le problème du mal dans la littérature contemporaine), analysant la personnalité et la démarche de ses principaux inspirateurs (Maurras, Bernanos, Sangnier, Mauriac), ou relatant des vies chrétiennes qu’il tenait pour exemplaires (celles du Curé d’Ars, de Léon Bloy, d’Édith Stein). En 1966, Fabrègues publie Christianisme et civilisations, son œuvre philosophique majeure, pour laquelle il reçoit le prix Paul Teissonnière de l’Académie Française. Il appartient à l’Association des Écrivains Catholiques et au Centre Catholique des Intellectuels Français où il retrouve Henri Daniel-Rops, Jacques Madaule, Gabriel Marcel. Il travaillait à deux nouveaux livres : une biographie de Simone Weil et une réflexion sur Les politiques nouvelles et la foi religieuse, lorsqu’au sortir d’une réunion littéraire il fut renversé par une voiture. Il devait mourir quelques heures plus tard à l’hôpital où il avait été transporté. C’était le 23 novembre 1983 : il allait avoir soixante-dix-huit ans.

Notes

1 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 254.

2 Y.M. Hilaire, “Reconstructeurs de la cité”, in Histoire religieuse de la France contemporaine, op. cit. p. 152.

3 Cité par Y.M. Hilaire, “Les signes avant-coureurs de la crise de Églises”, in Histoire religieuse de la France contemporaine, p. 224.

4 Le dossier qu’il réunit comporte plusieurs lettres attestant son patriotisme et celui de son hebdomadaire : ainsi les témoignages de Jacques de Montjoye (Colonel Morel), ex-chef adjoint pour la zone Sud des forces armées du M.N.P.D.G., ex-colonel inspecteur des F.F.I. à l’État-Major du général Joinville ; de Jean Peyrade, devenu directeur de l’Information à Toulouse ; de Jean Joba, membre de l’O.R.A. et de l’Amicale des Réseaux de la France Combattante ; du colonel Henri Vernon-Ziegler, ex-chef d’État-Major des Forces Françaises à Londres.

5 La Presse Française, “La presse indigne”, novembre 1946.

6 Projet rédigé de la main de Fabrègues, novembre 1944, fonds Fabrègues. Son inquiétude est alors motivée par le projet d’“Université nouvelle” qui prévoit un double programme d’enseignement, l’un destiné aux intellectuels, l’autre aux travailleurs.

7 Ibid

8 Abbé Pierre, député de Meurthe et Moselle, lettre à Jean de Fabrègues, 1er décembre 1945, fonds Fabrègues. Pierre Grouès, ancien scout devenu prêtre, joue un rôle important dans l’évasion vers le maquis des jeunes réfractaires au STO. Est-ce à Lyon, où il se réfugie après avoir été dénoncé, qu’il rencontre Fabrègues ? Ce dernier faisait-il partie du réseau de résistance Pierre Hervé et Michel Habib que rejoint alors celui qu’on n’appellera plus que de son nom de résistant, “l’Abbé Pierre” ? De nombreuses inconnues subsistent sur l’activité de résistant de Fabrègues qui semble avoir été plus fournie que ce qui en a été révélé à la Libération. Sur l’activité de l’Abbé Pierre comme résistant, voir Michèle Cointet, L’Église sous Vichy. La repentance en question, Perrin, 1998, p. 302.

9 Sur les conceptions européennes de la Jeune Droite Catholique pendant l’entre-deux-guerres, voir V. Auzépy-Chavagnac, “jean de Fabrègues, la Jeune Droite Catholique et l’Europe”, in L’Europe, ses dimensions religieuses, Actes de la VIe université d’été d’histoire religieuse réunis par Gérard Cholvy, 1998.

10 “Pie XII au Congrès de l’Union européenne”. Il novembre 1948, in L’Europe unie dans l’enseignement des papes, Solesmes, 1981.

11 Lorsque la hiérarchie lance un peu plus tard la Fédération Nationale d’Action Catholique, ce mouvement devient éditeur du journal, mais celui-ci garde la pleine responsabilité des articles qu’il publie.

12 Aide mémoire dactylographié sur La France Catholique, non daté, vraisemblablement écrit en 1955. Fabrègues succède alors à Jean Le Cour Grandmaison qui s’est retiré à l’abbaye bénédictine de Kergonan, dans le Morbihan.

13 Ibid.

14 Réponse de Jean de Fabrègues à l’enquête de Gilbert Ganne, “Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Les jeunes maurrassiens”, Arts, avril 1956.

15 Le père Maurice Montuclard avait fondé une communauté intellectuelle qui publiait les Cahiers Jeunesse de l’Église, dont les idées étaient en 1946 très proches de celles d’Esprit. Les thèses du mouvement, publiées en 1951 dans Les événements et la foi, apparentées à celles de chrétiens progressistes, seront condamnées par l’Église.

16 Emmanuel Mounier, “Journal à plusieurs voix. De l’usage du mot catholique”. Esprit, mai 1949. Fabrègues appuyait en particulier ses accusations contre Esprit sur un article de Charles Maignial, publié à la fin d’une enquête sur le communisme dans le numéro de février 1946. Mounier refusait de voir Esprit engagé par ce texte, dont il expliquait qu’il avait été, par erreur, séparé de l’enquête à laquelle il représentait en réalité une réponse.

17 Ibid.

18 Ce texte, communiqué au Père Chaillet, constitua le premier Cahier de Témoignage Chrétien clandestin en novembre 1941.

19 Une lettre plus tardive de Louis Cruvillier, le co-fondateur de Témoignage Chrétien clandestin, confirme cette position anti-idéologique de Fabrègues et jette un éclairage intéressant sur l’appréciation que des lecteurs pouvaient porter sur les positions de La France Catholique : “Cher Monsieur, ce rapide message pour vous dire toute ma joie de lire, au numéro, pris dans différents kiosques de façon à réclamer votre titre, La France Catholique. Face à une presse dite chrétienne, et elle l’est sur certains chapitres, mais d’abandon et de collaboration (que de souvenirs en employant ce mot) avec le communisme athée, il fait plaisir de constater votre résistance. Je sais que le R. P. Gagnebet et d’autres encore sont de notre avis, n’est-ce pas ?”, Louis Cruvillier, lettre à Jean de Fabrègues, 15 mai 1959, fonds Fabrègues.

20 Emmanuel Mounier, “Journal à plusieurs voix. De l’usage du mot catholique”, Esprit, mai 1949.

21 Plusieurs réponses d’évêques ont été conservées par Fabrègues. Toutes l’encouragent, le louant de son souci de préserver l’unité catholique. Lettres de Mgr Émile Guerry, archevêque-coadjuteur de Cambrai, 17 juin 1949 ; de l’évêque de Séez, 19 juin 1949 ; de Mgr Roland-Gosselin, évêque de Versailles, 21 juin 1949 ; mais surtout de Mgr Roncalli, alors nonce apostolique, qui deviendra plus tard Jean XXIII (20 juin 1949), fonds Fabrègues.

22 En outre le projet de création de l’hebdomadaire Demain écrit de sa main fait état de “prospection d’abonnés possibles” sur des “listes de tous les membres du clergé, de l’enseignement, avocats, ordo de la zone libre”, non daté, fonds Fabrègues.

23 Ces quatre personnes illustrent la résistance intellectuelle chrétienne, en particulier à travers la mouvance de Temps Présent : André Mandouze et Gilbert Dru sont, avec Jean-Marie Domenach, à l’origine de la fondation des Cahiers de Notre Jeunesse qui parurent sous Vichy jusqu’en juin 1943. René Radisson dirige Positions, publié à St. Étienne de mai 1942 à juillet 1944. Gilbert Dru et René Radisson ont été exécutés par les Allemands. Joseph Folliet était rédacteur à Temps Présent.

24 Emmanuel Mounier meurt d’un infarctus le 22 mars 1950.

25 Albert Béguin succède à Emmanuel Mounier à la direction d’Esprit en octobre 1950. Cet intellectuel suisse, né en 1901, après avoir sympathisé avec les idées communistes dans l’entre-deux-guerres, s’est converti au catholicisme en 1940. Il fonde en 1942, à Neuchâtel, Les Cahiers du Rhône conçus comme un relais d’Esprit et de Temps Nouveaux. On a vu que Fabrègues y fait plusieurs fois référence dans Demain.

26 André Rousseaux avait participé au rayonnement des idées de la Jeune Droite Catholique pendant l’entre-deux-guerres, comme rédacteur de L’Action Française et de Candide. En 1943, il fait partie des écrivains qui se rassemblent dans le Comité National des Écrivains de zone Sud, pendant du Comité National des Écrivains de zone Nord créé dés l’été 1941 et proche du Front National communiste. Il participe ainsi aux Lettres Françaises, organe clandestin d’un large échantillon d’écrivains résistants.

27 Jean-Marie Domenach, lettre à Jean de Fabrègues, 29 mars 1972, fonds Fabrègues.

28 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 266.

29 Ibid. p. 366.

30 Voir notamment, “Le christianisme des chrétiens progressistes”, Études, janvier 1949.

31 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 332.

32 Ibid., p. 385

33 Comme en témoigne une correspondance avec L.A. Parias.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search