Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Troisième partie. A la recherche d'une politique chrétienne

Chapitre XII. Sous l’Occupation1

Texte intégral

  • 1 Ce dernier chapitre couvre une période qui n’a pas fait l’objet de la thèse dont cet ouvrage est ti (...)
  • 2 De façon générale, sur le conflit idéologique qui marque le vingtième siècle, mais sans jeter un éc (...)
  • 3 La position de la Jeune Droite Catholique par rapport à l’évolution des hostilités n’est pas traité (...)

1Ce n’est plus tant le problème de la renaissance française que celui des modes de résistance à l’occupation allemande qui se pose à partir de l’été 1941. L’attaque d’Hitler contre l’URSS le 22 juin 1941, suivie de l’entrée en lice des États-Unis le 8 décembre, confirme le pronostic d’une guerre longue. Pour la Jeune Droite Catholique, ce ne sont pas seulement des grandes puissances qui s’affrontent, ce sont aussi des systèmes idéologiques. Tous s’avèrent pour elle, à des degrés divers, ennemis de la civilisation chrétienne : du côté de l’Axe fascisme et nazisme, du côté des Alliés, capitalisme et communisme2. Finalement, la guerre se livre entre deux camps pareillement porteurs d’un virus athée et totalitaire. Entre eux, la solution pourrait consister à ne pas choisir, mais elle exigerait alors que la semi-souveraineté de Vichy (possession d’une armée d’armistice, de la flotte, de l’Empire) soit maintenue3.

  • 4 C’est le 21 août 1941 que le Pierre-Georges Fabien abat un aspirant allemand à la station de métro (...)

2Cette position consistant à privilégier les seuls intérêts d’une France chrétienne n’exclurait pas certaines formes de résistance à l’Allemagne. Elle imposerait toutefois que celles-ci ne remettent pas en cause les règles du jeu arrêtées avec le vainqueur. Or, l’irruption violente des communistes dans la Résistance à la fin de l’été 1941, en apportant une dénonciation de l’armistice et en provoquant la fureur des Allemands, rend illusoire cet espoir4. C’est toute la politique de temporisation de Vichy qui se trouve ainsi ouvertement contestée alors que, jusque là, la résistance intérieure d’un Henri Frenay avait pu ménager le Maréchal. Le maintien d’un État français et le projet de Révolution nationale, permettant à la France de construire une politique de “troisième voie” entre les belligérants, deviendront de plus en plus irréalistes après le retour de Laval. Ils s’effondreront après l’invasion totale du territoire en novembre 1942.

3Il semble que Fabrègues se soit rendu compte, assez vite après son retour de captivité, de l’inanité de ses efforts pour régénérer la mentalité et les institutions françaises Dés l’hiver 1941, son opinion est faite : les véritables changements sont pour “demain”, titre du journal qu’il s’apprête à lancer. L’année 1942 est une année de reclassement pour les intellectuels catholiques. Il est alors significatif de voir Mounier et Fabrègues prendre un parti dont ils ne dévieront plus jusqu’à la fin de la guerre : le premier comme résistant, contestataire intellectuel, défenseur des valeurs personnalistes et antifascistes d’Esprit, le second comme champion de l’unité du pays autour des principes du catholicisme et de la lutte contre les totalitarismes. Tous deux obéissent à la même volonté de rester sur le territoire pour y défendre non seulement le corps mais l’âme française mise en péril par l’athéisme idéologique. La forme de leur combat diffère cependant sensiblement après 1942, celui de Mounier s’exprimant de façon clandestine, tandis que Fabrègues prend le risque de garder une tribune malgré l’inféodation croissante du régime à l’Allemagne. Dans le sillage de la Jeune Droite Catholique, Thierry Maulnier conserve sa place d’intellectuel indépendant gardien d’une vision humaniste de la civilisation française.

I. Autour de la collaboration

4La contestation qui naît autour de Vichy, à partir du moment où le régime paraît s’orienter vers la collaboration, c’est-à-dire après Montoire et sous le gouvernement Darlan, encourage Esprit dans sa critique du Maréchal et de sa politique. Pour Fabrègues et Maulnier, il semble au contraire que les compromissions du régime soient interprétées comme le moyen de donner à la France le temps de mettre sur pied sa Révolution nationale.

Mounier et la révolte d’Esprit

5Mounier a-t-il jamais fait confiance à Vichy ? Le premier numéro de sa revue pouvait le donner à penser et son désaveu des errements de la démocratie libérale expliquer ce ralliement. Quoiqu’il en soit, le parti pris d’autorité du pouvoir et les tentations dictatoriales manifestées par certains responsables, lui font très vite craindre une connivence entre le nouveau régime et l’occupant : toutes respectables que paraissent les valeurs de la Révolution nationale, elles ne sont en réalité à ses yeux que de la fausse monnaie destinée à tromper la confiance de la population. Ce sont ses critiques, à peine masquées dans Esprit, et la liberté de ses prises de position aux Compagnons et à Uriage, qui provoquent son éviction, mieux encore que l’intervention de Fabrègues.

  • 5 Emmanuel Mounier, “Fin de l’homme bourgeois”, Esprit, no 102, juillet 1941.

6Ainsi dans le numéro de juillet 1941, qui sera le dernier d’Esprit. jusqu’à la fin de la guerre, deux articles se révèlent-ils particulièrement contestataires. Le premier reprend la conférence déjà évoquée d’Emmanuel Mounier à Uriage sur le thème de “la fin de l’homme bourgeois” et ne craint pas, malgré le déclenchement des premiers attentats communistes, de mettre l’accent sur la pertinence de la critique marxiste contre le système bourgeois capitaliste. Il s’insurge contre “la horde des peureux (qui) une fois de plus sacrifie la France et sa mission à l’extinction de leurs peurs” et conclut en appelant la jeunesse des Chantiers à “ne pas mettre une idole sur l’étendard de saint Louis5” De façon plus claire encore, la fable de Marc Beigbeder, pastichant les “Mémoires d’un âne”, accable le personnage de Pétain-Cadichon sous l’accusation de collaboration, reprenant ironiquement et en caractères gras l’excuse invoquée par les défenseurs du régime : “Il faut vivre” et retournant contre lui l’accusation de “traîtres” portée contre les résistants.

  • 6 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, 2 septembre, 27 septembre, 5 octobre 1941, op. cit., p. (...)

7Marginalisé par Vichy, Mounier ne perd pas espoir et fait face à la situation avec courage : “Quand les événements permettront aux Français de se reconnaître, sans malentendu, dans cette unité audacieuse et fidèle qu’appelait encore notre dernier numéro paru, nous. reprendrons notre recherche interrompue, forts des travaux et des maturations de la retraite qui nous est offerte. Avec le dédit de Jeune France, j’aurai ainsi un an de vie. Un an à travailler en profondeur, sans autre souci […] Au bout d’un an, c’est le camp de concentration ou la victoire […] J’ai deux ou trois livres en tête, je vais les écrire6.”

8A cette révolte intellectuelle de Mounier contre le régime répond la promotion faite par Maulnier des valeurs de la Révolution nationale : elle incarne une “révolution de l’esprit”.

Maulnier et la “révolution de l’esprit”

  • 7 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 562.

9Telle fut la réponse, rappelle Eugen Weber, faite par Maulnier en 1940 à un journaliste canadien, curieux de savoir quelle sorte de révolution il prévoyait en France. Dans la Révolution nationale, il croit voir l’occasion “de perpétuer la tradition, c’est-à-dire de réintroduire de la dignité dans la vie française en donnant aux valeurs intellectuelles, morales et spirituelles leur place véritable7.” Maulnier reste le chroniqueur militaire de L’Action Française et le collaborateur de La Revue Universelle et du Figaro. Dans ces trois organes de presse, il écrit des articles “interchangeables”, selon ses propres termes, appelant à reconstruire la France suivant les critères de la Révolution nationale, pour qu’elle puisse renaître à l’issue du conflit.

  • 8 Thierry Maulnier, “L’avenir de la France.”, La Revue Universelle, 10 mai 1941.
  • 9 Ibid.

10Seul un État fort peut permettre à ses yeux l’harmonisation des forces sociales et des valeurs que la démocratie a dressées les unes contre les autres, provoquant cette crise de civilisation déjà dénoncée avant-guerre : “La guerre actuelle n’est que le déchirement interne d’une civilisation […] C’est sur nous et nous seul que nous devrons compter (pour rebâtir) une civilisation où il nous soit possible de vivre8”. Appliquant le slogan maurrassien, “la France seule”, il renvoie dos à dos les belligérants et appelle à un effort de régénération nationale : “Nul secours étranger ne peut sauver un grand peuple qui s’abandonne. Il faut nous rappeler que la liberté n’est qu’un bien négatif qui vaut par ce qu’il permet et non par ce qu’il apporte9.”

  • 10 Interprétation qui ne contredit pas la démonstration de Robert Paxton selon laquelle Pétain aurait (...)
  • 11 Thierry Maulnier, “La France, la guerre et la paix”, Lardanchet, 1942, p. 120.

11Ce discours est repris dans l’ouvrage qu’il fait paraître en 1942 chez Lardanchet, La France, la guerre et la paix, recueil des textes publiés dans L’Action Française et La Revue Universelle depuis le début des hostilités. “Il n’y a dans (ces) écrits nulle sympathie ni pour l’antisémitisme, ni pour le racisme, ni pour les mythes étrangers, ni pour la collaboration en tant que telle”, commente Eugen Weber. Pour Maulnier, la nation française n’étant fondée ni sur la race, ni sur l’État, elle n’a nul besoin des exemples étrangers pour guider sa restauration. Il semble que l’attitude de Pétain, assumant seul la responsabilité de la collaboration d’État avec l’Allemagne, ait été comprise par lui comme un sacrifice visant à protéger les progrès de la Révolution nationale en maintenant la souveraineté de Vichy sur la zone libre10. : “Le salut de la France”, écrivait-il alors, “ne réside ni dans le national-socialisme, ni dans le fascisme, mais dans sa propre Révolution nationale. Une Révolution nationale qui vient de l’étranger est une contradiction dans les termes et les Français qui, en zone occupée tentent de réaliser cette révolution selon des principes étrangers se heurtent à cette contradiction insoluble11.”

12A l’ensemble de cette position, proche de celles de Maurras et de Massis, Fabrègues s’associe pleinement.

Idées et la Révolution nationale

  • 12 Royaliste, maurrassien et ancien cagoulard, Gabriel Jeantet se rallie à Pétain et entre au Conseil (...)
  • 13 Sur Idées, on consultera le mémoire rédigé par Éric Loubet del Bayle sous la direction de Serge Alb (...)

13Fabrègues quitte Jeune France à la fin de 1941 pour se consacrer à son activité de publiciste. De toute son ardeur, il est alors tourné vers la réussite d’une Révolution nationale où il voit s’ouvrir, pour la France, la chance d’une véritable régénération. Sa confiance envers le Maréchal semble totale. Quelles que soient les ambiguïtés de sa politique, il ne veut y voir lui aussi que la nécessité de ménager l’Allemagne pour préserver les chances d’une reconstruction nationale. Cette attitude ne se modifiera qu’après le retour de Laval en avril 1942. Des revues l’accueillent, comme Idées que René Vincent vient de fonder. Il participe également aux Cahiers de Formation politique qui réunissent, sous la direction d’Édouard Lizop, royalistes, traditionalistes et maurrassiens comme Marie de Roux, Gustave Thibon, Gilbert Maire et Maurice Bouvier-Ajam, et donne deux articles sur le thème de l’autorité à France, revue de l’État nouveau fondée par Gabriel Jeantet et A. Bagarry, en juin 194212. C’est dans Idées que sa position s’exprime le plus largement13.

  • 14 Sans en avoir la preuve, on est tenté de voir dans son titre un rappel du livre d’Henri Massis paru (...)
  • 15 “Manifeste”, Idées, no 1, novembre 1941.

14Libéré des camps pour raisons de santé, René Vincent fonde cette revue mensuelle à son retour. D’abord chargé de mission au Secrétariat à la Jeunesse, Vincent est ensuite nommé au Secrétariat à l’Information, puis devient, en juin 1941, sous-directeur de la censure et de la presse. Installée à Vichy et bénéficiant d’une subvention du Secrétariat à l’Information, la revue se présente clairement comme un outil du nouveau pouvoir14. Son manifeste invite les Français à se rassembler sous l’autorité du Maréchal “contre les factions” et proclame en lettres majuscules : “Il n’y a pas à démontrer la nécessité de la France dans le monde”. Il appelle à remplacer les “notions abstraites et mythiques : le libéralisme universel […], l’individualisme forcené […], l’égalitarisme utopique […], le matérialisme aveugle”, qui selon lui ont trompé les Français, par : “les bases sûres et solides (de) l’expérience historique dont est résultée la nation française.” Les thèmes majeurs de reconstruction sont ceux de “communauté nationale” et “d’autorité”15.

  • 16 Sur Jacques Bénet, parent par alliance de François Mitterrand, voir Pierre Péan, Une jeunesse franç (...)

15Autour de ce programme s’est rassemblée une équipe qui mêle des anciens de Combat et de Civilisation, du frontisme de Bergery, du PPF : François Gravier, Charles Mauban, Louis Salleron, François Perroux, Gustave Thibon, Jacques Laurent qui signe également Jacques Bostan, Serge Jeanneret, Kléber Haedens, Jean Renon, François Sentein, d’une part ; Jean Maze et Maurice Gaït d’autre part ; Pierre Drieu La Rochelle et Armand Petitjean enfin. Quelques nouveaux venus se sont joints à eux, comme Jacques Bénet16, Noël Fulconis, Henri-François Rey, Philippe Verdier.

16Jean de Fabrègues intervient régulièrement jusqu’à la fin de l’été 1942, puis cesse toute participation à la revue qui paraît jusqu’en septembre 1944. Il tient la rubrique des Idées et donne trois grands articles qui montrent sa position dans la première période de Vichy : sa principale préoccupation va à la reconstruction d’une communauté nationale et, partant, au rôle respectif que doivent y jouer la liberté et l’autorité. Cette communauté représente l’aboutissement de la Révolution nationale qu’il définit par opposition aux autres révolutions du vingtième siècle. Comme Maulnier et pour les mêmes raisons, Fabrègues ne fonde la communauté française ni sur le sang, ni sur l’État. Il récuse aussi le “contrat librement consenti” comme insuffisant à expliquer la solidité du cadre national.

  • 17 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la communauté française ?”, Idées, no 1, novembre 1941.

17Ainsi, le “lien communautaire” ne saurait résulter du “pur déterminisme, (de) la nécessité extérieure, (ni) d’une volonté et d’une liberté pures”, mais d’un subtil équilibre entre fermeté du trait communautaire et libre vouloir des citoyens qui composent la figure de la société. Fabrègues cite à cet égard Maurras : “Il n’y a pas de figure sans le trait qui la cerne et la ligne qui la contient.” De sorte que “le premier devoir […], avant que de crier à la personne ou à la liberté”, consiste à “découvrir (et) construire la communauté (qui) est en nous avant nous-même17.”

  • 18 Jean de Fabrègues, “Conscience de la France”, Idées, no 8, juin 1942.
  • 19 Mounier et Fabrègues partageaient cette conviction avec le philosophe russe Nicolas Berdiaeff qui l (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la communauté française ?”, Idées, no 1, novembre 1941.

18Ce n’est pas l’idéologie qui peut l’unir, car : “une société qui unit les hommes par ce qu’ils ont. se défera parce que l’avoir est destiné à disparaître […] Ainsi capitalisme et prolétariat, liés par le vouloir avoir et par l’avoir, ne sont-ils pas des communautés18.” Comme il avait rejoint Mounier, au cours des années trente, dans son analyse du communisme sanction de l’insuffisance chrétienne19, Fabrègues reprend le thème de la responsabilité de la bourgeoisie dans l’échec de l’harmonie sociale : “L’époque libérale-bourgeoise avait ses idées et ses valeurs : l’égalitarisme, la liberté, la fraternité […], le système politique annonçait. ces valeurs, mais le système économico-social organisait l’inégalité, interdisait la liberté et sa défense, l’atmosphère sociale creusait entre les hommes et les classes les fossés les plus profonds20.” En revanche, “une société qui lie les hommes par ce qu’ils sont est liée dans une sorte d’éternité.” Et cette fois, c’est à Raymond Aron qu’il emprunte sa conclusion : “C’est une illusion de supposer qu’à partir du désintéressement, de la générosité ou de la liberté, on arrive à composer, selon la raison, l’image d’une société conforme aux règles éternelles21.”

  • 22 Jean de Fabrègues, “Les Idées”, no 6, avril 1942. Les mots en italiques sont entre guillemets dans (...)

19La permanence de la communauté repose ainsi sur l’exercice d’une autorité qui reste à définir. De même que la liberté se conquiert pour chacun de nous par la maîtrise de soi, l’autorité ne doit laisser aucune place à l’arbitraire, c’est-à-dire ne jamais reposer sur les seuls hommes : “Suspendre la vie politique normale d’une cité à la justice de ses chefs, c’est courir […] deux périls graves : le premier, que le chef ne soit pas juste, truisme qu’il faut répéter parce que même chefs, les hommes restent les hommes. Le second, qu’on s’abandonne aux mythiques imaginations d’une mystique du chef, risquant de comporter une espèce de passivité du corps social et des citoyens qui les ramène à la négligence politique22.” Pour se maintenir, elle exige aussi des institutions qui la soutiennent à la façon dont les “lois morales” appuient l’homme. Quant au plan social, Fabrègues tient “le problème prolétarien pour un problème de justice et non de charité personnelle, pour quoi aucun paternalisme ne sera jamais valable.” Il appelle donc avec les écoles de La Tour du Pin et de Proudhon à une réforme de structure.

  • 23 Jean de Fabrègues, “Valeurs de la Révolution nationale”. Idées, no spécial : “Construire la Révolut (...)

20C’est de la Révolution nationale que dépend l’avenir de cet idéal. Fabrègues s’enorgueillit qu’elle s’oppose aux autres “révolutions du xxe siècle”. D’abord par son caractère réaliste : à la différence des “révolutions du prolétariat, de l’État, de la race, toutes des révolutions mythiques […], la Révolution nationale française de 1940 n’a pas de mythe. Elle est d’abord la révolution de la clairvoyance, la révolution de la lucidité.” Il ne se fait aucune illusion sur sa cohérence doctrinale et tire au contraire de son empirisme et du grand nombre de ses emprunts idéologiques l’espoir d’une meilleure adaptation au réel : “Le maréchal Pétain a trouvé, dans son époque, un certain nombre d’idées qui lui ont paru les plus capables de reconstruire l’édifice français, parce qu’elles avaient été les plus aptes à faire prévoir les causes et les conditions de l’écroulement du système précédent23”.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

21Une autre spécificité de la Révolution nationale réside dans sa recherche d’une authentique liberté humaine, fondée sur l’honneur et non sur le laisser-aller : “A la volonté de jouir de la vie pour satisfaire la multiplicité d’un moi de désirs, nous aurons à opposer le courage d’affronter la vie pour unifier un moi assumant son destin24.” Tel est selon lui le sens de “la révolution par en haut” annoncée par le Maréchal : au sommet de la société, à l’image de la hiérarchie de l’Église ou du scoutisme, réunion de “quelques hommes capables d’opposer à la morale de bonheur d’aujourd’hui la morale de la joie dans la grandeur […], institutions défendant le profond de l’homme contre le facile […], État fort, mais au service de la liberté et des valeurs humaines25.”

22Ces convictions caractérisent la position de Fabrègues au regard de celle de Mounier plus libéral, et de celle de Maulnier incroyant. Elles permettent de mieux comprendre le ralliement d’un grand nombre de catholiques intransigeants à la Révolution nationale : elle leur donnait l’espoir de construire un ordre temporel conforme à leurs valeurs morales ; elle rétablissait une légitimité spirituelle du politique ; elle justifiait leur place au sommet de la communauté nationale, effaçant ainsi les humiliations et les désillusions subies depuis 1919 de la part d’une République demeurée à leurs yeux individualiste, capitaliste et laïciste.

II. 1942 : l’année des reclassements

23Au fur et à mesure que le temps passe, cependant, les compromissions de Vichy deviennent plus criantes : engagés comme ils le sont dans les organes du nouveau régime, les intellectuels catholiques, à l’image de plusieurs responsables de l’Église, sont contraints de revoir leur position. Pour Mounier, la cause est entendue : rejeté de partout, il dénonce le danger de dictature qui s’ajoute à celui de collaboration. Le pouvoir lui donne raison en l’emprisonnant. Pour Fabrègues, les espoirs mis dans la Révolution nationale s’avèrent de plus en plus fragiles. A Idées, des contradictions apparaissent sur le sens profond à lui donner. Dans le numéro spécial de septembre 1942, Construire la Révolution nationale, le dernier auquel Fabrègues collabore, Vincent reconnaît que la Révolution nationale reste encore à l’état de projet. En février 1942, Fabrègues lance Demain.

24Le retour de Laval, puis l’invasion de la zone libre, le font hésiter à saborder son journal. S’il décide de le maintenir c’est, de son propre aveu, dans une perspective chrétienne, par crainte de le voir remplacé par un organe pro-nazi. A cette attitude qui le fera plus tard soupçonner de sympathie pour la collaboration, il donnera aussi, et de façon paradoxale aux yeux de ses détracteurs, le motif de son patriotisme. Ce qui conduit à se demander de quelle sorte fut le témoignage de Demain entre 1942 et 1944.

Mounier, le résistant d’Esprit

  • 26 Stanislas Fumet avait été dépossédé de la direction de sa revue Temps Nouveaux, interdite au même m (...)
  • 27 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit, p. 313.
  • 28 Sur le détail de cette liste voir Henri Frenay, La nuit finira. Mémoires de résistance. 1940/1945, (...)

25Dans la crainte de voir Vichy se plier toujours plus aux exigences de l’Allemagne nazie, Mounier réunit, fin décembre 1941, un “Centre clandestin d’études” où il entreprend avec Jean Lacroix, André Philip, Joseph Hours, Stanislas Fumet26, Jean Wahl et le P. Desqueyrat, de définir la “Déclaration des Droits de la personne27”. Cet engagement intellectuel l’amène à côtoyer les premiers éléments de la résistance intérieure. Le 15 janvier 1942, il est arrêté par la police à son domicile lyonnais et emprisonné : son nom a été trouvé sur une liste de quarante personnes liées au journal Combat que transportait un membre du réseau Frenay28.

  • 29 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 339.

26Son incarcération se prolongeant à coup de changements de régimes administratifs et de résidences, toujours sans motif précis de détention, Mounier entame le 19 juin, avec quelques autres détenus, une grève de la faim, non sans saisir parallèlement le Secrétaire général de la police par une lettre où il présente ses motifs et sa défense. Repoussant les accusations d’activisme politique, il s’y dit “chrétien tout court, ce qui suffit à la peine29.” Le 30 juin le ministère de l’Intérieur cède : Mounier et ses camarades sont transférés à la prison Saint-Paul de Lyon. Le procès du mouvement Combat s’ouvre le 19 octobre suivant : Mounier est acquitté et se retire dès lors du terrain politique pour reprendre sa réflexion intellectuelle.

Le lancement de Demain

  • 30 Lettre incomplète d’André Nicolas. Destinataire inconnu, vraisemblablement Pierre Carreau, ancien a (...)

27En 1942, Fabrègues n’attend plus de véritable révolution de la part du gouvernement de Vichy. Le titre du nouvel hebdomadaire qui paraît à Lyon le premier février 1942, Demain, montre bien où se situe dans le temps son espérance. Tout se passe, selon le témoignage de ses fondateurs, comme s’ils avaient entrepris de préserver “demain”, en maintenant aujourd’hui l’unité nationale autour d’un acquis : celui des valeurs chrétiennes et des quelques bases qu’ils estiment construites par Vichy “en face des totalitarismes30.”

  • 31 Demain, “Bulletin de propagande et d’abonnements”, 1942, fonds Fabrègues.

28Le bulletin de propagande et d’abonnement reprend le thème de la reconstruction chrétienne du pays par une élite : “Vous […] qui avez conscience des devoirs qui s’imposent aux élites ; vous que l’avenir du pays passionne, qui voulez […] vous ranger parmi les reconstructeurs de la cité ; vous qui croyez à la nécessité d’une révolution spirituelle […] Lisez un journal de doctrine, semeur d’idées et défenseur des valeurs du christianisme qui ont fait la grandeur de la France31.”

29“L’hebdomadaire de la cité française”, comme son sous-titre l’indique, est moins le journal du régime en place que celui du régime à naître. Il croit de son devoir de protéger sous le premier les valeurs à faire triompher sous le second. Il proclame d’entrée de jeu “la primauté du spirituel”, ce qui revient à saluer l’autorité d’un émigré en la personne de Jacques Maritain, et invite les catholiques à la “présence dans la cité” pour fonder “un ordre communautaire.”

  • 32 Ibid.

30L’accent mis sur l’avenir ne laisse pas, cependant, d’être contredit par un engagement, très présent pour sa part, dans les objectifs de la Révolution nationale. Car dans la logique de ses convictions, le journal est aussi amené à donner son appui aux éléments de celle-ci allant dans le sens de son idéal : Compagnons, Chantiers de jeunesse, mouvements de la jeunesse chrétienne (JOC, JAC, JEC). Il soutient la politique corporative, sociale et familiale du gouvernement et appelle à “l’union autour du Chef”32. Nombreuses sont les réalisations de la Révolution nationale ainsi vantées dans les pages spécialisées de l’hebdomadaire : la deuxième entièrement consacrée à la Jeunesse de France, la troisième à La Cité française, la cinquième à la France terre chrétienne, la sixième à la Famille-Patrie. Le ton général est très maréchaliste.

  • 33 Les quelques éléments concernant la création et la liquidation de la société “Demain” figurant dans (...)

31Certes, l’initiative du lancement de Demain répondait aux souhaits, maintes fois formulés depuis la défaite par les plus hauts dignitaires de l’Église et par Pétain, de voir se réaliser l’union des catholiques et des Français. La confiance manifestée envers ce dernier et l’aval donné à certaines réalisations de Vichy permit à la société Demain de bénéficier des subventions du cabinet du Maréchal33. Mais Fabrègues ne faisait ainsi qu’obéir à son propre idéal qui consistait depuis toujours à rassembler la communauté nationale autour des bases d’une politique chrétienne. L’enjeu demeurait, comme en 1925 au temps des Chevaliers de Saint Michel, de maintenir l’unité de “la Cité française” autour d’une éthique politique chrétienne.

  • 34 Jean Le Cour Grandmaison, “Pas de mœurs nouvelles sans nouvelles institutions”, Gustave Thibon, “Un (...)

32Les trois éditoriaux qui ouvrent le premier numéro de Demain. exécutent sur des registres différents la même partition de reconstruction nationale : morale avec Jean Le Cour Grandmaison, expliquant comment réconcilier “mœurs nouvelles et nouvelles institutions” ; politique avec Gustave Thibon, prônant à tous les niveaux l’établissement d’“un ordre vitalement communautaire” ; spirituel avec Fabrègues, appelant à la construction d’une cité “vitalement chrétienne34.”

  • 35 Jean de Fabrègues, “Lignes de force. Unir deux traditions en une volonté”. Demain, no 12, 19 avril (...)

33Plus clairement encore, dans son éditorial du 19 avril 1942, Fabrègues dit vouloir unir deux traditions, la gauche et la droite, le Sillon et l’Action Française. Ayant accepté la double condamnation portée à l’encontre de ces deux mouvements par l’Église, le chrétien n’en est pas moins autorisé, selon lui, à en tirer certains enseignements qui se complètent pour le temps présent : justice sociale et nécessité des transformations politiques. Il évoque les figures du Père de Pascal, “l’un des premiers professeurs des Semaines Sociales”, et de “La Tour du Pin, doctrinaire d’un corporatisme anticapitaliste” comme symboles de cette réconciliation nécessaire35.

  • 36 Jean de Fabrègues, “Unis au service de la cité”. Demain, no 39, 25 octobre 1942.
  • 37 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain”, Demain, no 39, 25 octobre 1942.

34Sur un ton plus politique, rappelant en octobre 1942 pourquoi il a créé Demain, il explique que son ambition est de susciter enfin “la naissance du bon citoyen” à la place du “mauvais” sécrété par l’individualisme d’avant-guerre. C’est là, écrit-il, une référence explicite à la pensée d’Étienne Borne, en particulier à sa conception d’une démocratie où seul “un certain climat spirituel” peut permettre la naissance d’un “type d’homme nouveau : le bon citoyen36”. “Osons le mot”, ajoute Fabrègues : il s’agit de perpétuer la “rencontre politique”, réalisée entre les Français par la guerre, au détriment “de la lutte des hommes et des partis37.”

35En effet, en dehors d’une grande continuité avec les revues précédentes, l’équipe de rédaction manifeste dés l’origine une large ouverture vers toutes les tendances du catholicisme : des démocrates chrétiens au scoutisme de la Route. A la naissance du journal figurent, comme héritiers de la Jeune Droite Catholique de l’entre-deux-guerres : Henri Ghéon, Jean Loisy, Antoine Lestra, Charles Mauban, Louis Salleron, Jean-François Gravier et René Vincent, plus indispensable que jamais par ses responsabilités à la censure.

  • 38 “Si les démocrates chrétiens avaient, comme j’en suis persuadé, l’ambition de manifester la présenc (...)

36Mais les autres fondateurs viennent de la tendance d’Esprit et de la démocratie chrétienne : Jacques Madaule38, François Perroux, Paul Chanson, ancien collaborateur de la Jeune République de Sangnier et rédacteur social de Temps Présent. Parmi les catholiques maurrassiens proches de Massis : Victor-Henry Debidour rédacteur à la Revue Universelle et Robert Havard de La Montagne.

37Représentent la tradition catholique Jean Le Cour Grandmaison, Henri Pourrat, Robert Vallery-Radot, l’historien Jean Guiraud, le philosophe Gustave Thibon. Et à l’été 1942, le jeune Jean Peyrade, qui participe au pèlerinage organisé par les Scouts routiers au Puy, trouve pour son témoignage l’accueil très large des pages de Demain.

38Cette équipe s’enrichit au fil des mois et, dès 1942, ajoute à son équipe fondatrice : Suzanne Monin, pour les sujets féminins ; Jacques Boudet, qui suivra Fabrègues après la guerre à La France Catholique ; Pol Joatton, professeur à la Faculté catholique de droit de Lyon ; Jean Rolin, déjà présent à Civilisation ; Michel Mohrt ; Guy Prat ; Antoine Denys, Pierre Villoteau, Léon de Lapérouse ; Paul Heintz, qui sera arrêté par les Allemands et mourra en camp de concentration ; le philosophe Jean Guitton qui, de son camp de prisonniers, envoie son journal de captivité à son frère Henri, lui-même un des piliers de la rédaction, pour qu’il le publie dans Demain. Fabrègues fait de Jean Guitton, plus encore que de Gustave Thibon, l’inspirateur de son action comme Bernanos, Mauriac et Gabriel Marcel l’avaient été pendant l’entre-deux-guerres ; à l’image de cette époque aussi, il a repris son pseudonyme de Pierre Gignac pour signer des articles qui s’ajoutent à ses éditoriaux.

  • 39 Yves Urvoy (1900/1944) a été maurrassien puis affilié au tiers-ordre dominicain. Au début de 1942, (...)

39Après l’invasion totale du territoire en novembre 1942 et la mainmise de la censure allemande sur le journal, la plupart des anciens collaborateurs lui restent fidèles. Parmi eux, François Perroux, Henri et Jean Guitton, Gustave Thibon, Jean Peyrade signent de nombreux éditoriaux. Les articles de Paul Chanson et Marcel de Corte sont fréquents. Jean Daujat intervient régulièrement. Demain évoque son mouvement Orientations. De nouvelles signatures s’ajoutent : celles de Jacques La Garde Guérin ; Gilbert Tournier ; le peintre Tristan Klingsor ; L.A. Pagès ; Raymond Cogniat ; Jean Védrine ; Raymond Arbelot ; Yves Urvoy39 ; André Clamens ; René Brécy ; la romancière et filleule de Mistral, Marie Gasquet ; Danielle Semeur ; Charles Ledré ; Émile Baumann ; Bernard et Marie-Thérèse Latzarus ; Louis Chauvet.

La critique du régime après avril 1942

40C’est à partir du retour de Pierre Laval au pouvoir le 18 avril 1942 et de sa promotion à la responsabilité de Chef du gouvernement que le ton du journal change et s’applique à une critique voilée de la politique de collaboration du régime. Les événements de novembre ne viendront en fait que confirmer et accentuer cette attitude. En raison de la censure qui s’est alourdie, la contestation est masquée mais bien là.

  • 40 Discours prononcé par Pierre Laval le 17 juin 1942. La relève prévoyait le retour d’un prisonnier d (...)
  • 41 Jean Peyrade, “Fidélité", Georges Sandillon, “Anniversaires”, Jean de Fabrègues, “Si la relève comm (...)

41Le retour de Laval au pouvoir amène un changement du contenu de la collaboration. Dès lors que le nouveau président du conseil affirme son souhait d’une victoire allemande et appelle les travailleurs à la relève des prisonniers français en Allemagne40, Fabrègues estime que sa conception d’une France neutre, momentanément attachée à restaurer son unité et sa force morale, se trouve bafouée. La façon dont Demain traite l’événement dans son numéro du 28 juin 1942 en est la démonstration immédiate : trois titres se détachent en première page : “Fidélité”, “Anniversaires”, “Si la relève commençait”41. De sorte que si l’on se contente de cette seule lecture, c’est un discours patriotique que l’on perçoit au lieu d’un soutien à la politique de Laval.

42Le contenu des articles ne dément pas cette impression : il la précise même, en recentrant la vocation française autour de la personne de Pétain et de son message. En effet, la fidélité prônée par Jean Peyrade n’est autre que celle des chrétiens à la “mission de la Révolution nationale, œuvre du Chef de l’État” ; les anniversaires sont ceux de la demande d’armistice en juin 1940 où seul le Maréchal “voit clair et loin” ; “Si la relève commençait” enfin, illustre le ton guerrier de son titre par une description de la vie “si dure” des soldats français en captivité et l’évocation d’une “communauté” française reconstituée, avec drapeaux, musique et montée des Champs Élysée. Sous couleur d’applaudir la relève, on ne saurait mieux appeler au relèvement français.

  • 42 Ce sera le grand reproche formulé par Jean-Marie Domenach, jeune résistant à l’époque, contre le jo (...)

43Étant donné la censure vichyssoise, l’ensemble du message est délivré sous la forme d’un double langage. L’équipe de Demain semble supposer que le lecteur, instruit de ses convictions chrétiennes et patriotiques par le discours de ses revues précédentes, saura lire entre les lignes. Mais comment oublier que d’autres, de jeunes lecteurs moins familiers des débats de l’entre-deux-guerres, pourraient se laisser abuser par un ton qui semble officiellement soutenir la collusion de la nation française avec l’Occupant42 ?

44Pour comprendre que Fabrègues ait pris ce risque, il faut reprendre un autre exemple dans Demain où sa démarche apparaît plus clairement. Elle se veut, cette fois encore, révélatrice d’une vision catholique de l’attitude en politique. Rien n’illustre en effet plus nettement la stratégie de Demain après avril 1942, que l’éditorial écrit par Fabrègues à l’occasion de la fête de Jeanne d’Arc : “Leçons actuelles de Jeanne d’Arc”. L’auteur y montre successivement : la solitude du Maréchal et le sens de sa mission, la trahison de son entourage, la nature du combat à mener, le témoignage à rendre pour le chrétien.

  • 43 Faut-il voir là une allusion au projet de Pétain de se livrer comme otage au lendemain de la fusill (...)
  • 44 Jean de Fabrègues, “Leçons actuelles de Jeanne d’Arc”, Demain, no 15, 10 mai 1942.

45Jeanne est “seule parmi ces gens du Roi qu’elle soupçonne d’intelligence avec l’ennemi (dont) le seul dessein est de vivre tranquillement.” Sa mission à elle, est au contraire “d’empêcher cette paix qui est carence, cette attente qui est trahison.” En raison du “choix du ciel”, elle est celle “qui ne peut plus se livrer.” On a bien là une image de Pétain investi d’une mission sacrée de protection envers le pays qui lui interdit de se sacrifier même pour sauver des vies43. Pour vaincre, Jeanne “ne cherche point de grandes armées […], des concours compliqués par la diplomatie”, mais elle sait qu’il faut “s’aider soi-même. Et, en clair cette fois, le texte reprend : “Nous connaissons d’aussi totales solitudes. Au milieu d’elles, un homme s’est levé, a dit : Je fais don de ma personne à la France et il a dit encore : Le salut de la France est d’abord entre nos mains.. Actualité de Jehanne44

  • 45 Il semble que la Jeune Droite Catholique fasse ainsi l’impasse sur la collaboration d’État inauguré (...)

46Ainsi l’exemple de Jeanne sert-il de démonstration à la fidélité de la Jeune Droite Catholique envers le pouvoir et, dans ce pouvoir, à l’égard du Maréchal. Comme Jeanne, le chrétien a pour devoir de respecter l’autorité qui trouve sa légitimité dans la volonté divine. Mais, comme Jeanne aussi, il est libre d’y dénoncer les déviations et les trahisons. Tout se passe comme si, engagé comme il l’affirme par la hiérarchie catholique à continuer de publier son témoignage, Fabrègues avait choisi la voie étroite de l’obéissance dans la contestation. Au sein de cette cohabitation incarnée avant la lettre par le couple Pétain/Laval, la Jeune Droite Catholique prétendait opposer le discours de restauration nationale hérité du premier à la politique de collaboration du second, qui lui était manifestement étrangère45. Une telle position permettait à Demain de poursuivre la promotion des valeurs de la Révolution nationale, quelles que soient les circonstances, du moins tant que la censure lui permettrait de pratiquer un double langage. Cette tentative allait se poursuivre, avec de plus en plus de difficultés, jusqu’au début de l’été 1944 où les exigences allemandes envers le journal lui ôteraient toute autonomie.

  • 46 Ibid. Dans cet article, les mots soulignés, ainsi qu’ils sont ici reproduits, forment une sorte de (...)

47Une autre clé de l’attitude de Fabrègues pendant les années 1942/44 pourrait résider dans son attachement à ce réalisme chrétien dont il faisait déjà l’apologie pendant l’entre-deux-guerres. Le chrétien, insiste Demain dans le même numéro du 10 mai 1942, doit se soumettre au réel “parce qu’il est toujours providentiel”. L’exemple choisi pour illustrer cette affirmation porte loin, puisque Fabrègues admet de qualifier ainsi non seulement 1789, mais aussi 1793. La comparaison suggère-t-elle que 1942 offrirait à la Révolution nationale la même funeste évolution que la Terreur à la Révolution française ? Quoiqu’il en soit, une seule attitude s’offre au chrétien, celle de rendre témoignage au cœur de la réalité. Il ne saurait en effet “être absent de l’Histoire” : ainsi “Jeanne nous enseigne la présence, la fidélité aux nôtres, la fidélité à l’époque et à l’ici […], Jeanne, éternelle défense contre la désertion […], contre l’abandonnement et contre l’abandon46

  • 47 Jean de Fabrègues, “Péguy et le Sacré”, Demain, no 19, 7 juin 1942. Le titre de l’article reprend c (...)

48A l’image de la sainte, l’équipe de Demain doit donc se tenir présente à l’intérieur de la réalité politique pour y rappeler le caractère sacré de l’unité de la patrie. Dans les “lignes de force” et “les idées de Demain”. qui forment la litanie de ses éditoriaux après avril 1942, Fabrègues ne cesse d’appeler ses lecteurs à se rassembler dans “la recherche des valeurs françaises […], derrière ce qui peut unir et non diviser”. Il est appuyé par Jean Daujat, François Perroux, Gustave Thibon, qui dessinent les contours d’une “communauté nationale”. L’ensemble de ce discours reprend fidèlement les valeurs de la Révolution nationale, en en soulignant l’inspiration chrétienne : c’est là le fondement d’une éthique française qui, seule, peut contrecarrer les doctrines totalitaires. Ainsi Fabrègues invoque-t-il la figure de Péguy et propose-t-il un “catholicisme de chair et de sang”, assurant qu’il “en imposerait singulièrement à ceux qui, nietzschéens ou autres idolâtres, se sont précipités vers d’autre enthousiasmes47.”

  • 48 René Schwob, “La divine comédie de Sainte Jeanne d’Arc”, Demain, 10 mai, 17 mai, 24 mai 1942. On se (...)

49Parmi les problèmes qui se posent à la conscience chrétienne depuis le début de la guerre figure la persécution antisémite. Dès l’origine Demain marque son refus de l’antisémitisme en opposant le silence aux thèses du régime sur le sujet. Il fait mieux, en mai 1942, en lançant sur une série de trois numéros, toujours à l’occasion de la fête de Jeanne d’Arc, la publication de l’œuvre de René Schwob, catholique d’origine juive : “La divine comédie de Sainte Jeanne d’Arc48” En octobre suivant, Fabrègues reçoit de lui la proposition de deux nouveaux textes, dont un “mystère de la Nativité pour Noël”, accompagnée de ces mots : “Je souhaite qu’ils vous plaisent et que vous témoigniez à leur égard de la même sympathie que vous avez eu naguère pour ma Jeanne d’Arc – et du même courage.” Le 27 décembre 1942, “La nuit de Noël, mystère inédit de René Schwob” paraît à la une de Demain.

50Si René Schwob parle de courage à propos de la sympathie que lui témoigne ouvertement Fabrègues, c’est qu’à l’été 1942 s’est déchaînée une persécution antisémite aux allures inhumaines. Elle ne concerne plus seulement Paris où des rafles de milliers de juifs sont organisées, notamment en juillet, mais aussi la zone libre où, en août et septembre, la police française arrête les juifs réfugiés pour les livrer aux Allemands. Devant les scènes cruelles auxquelles donnent lieu ces violences (familles séparées, enfants terrorisés, suicides), plusieurs évêques de la zone Sud, Mgr Saliège en particulier, protestent au nom de la dignité humaine et de la conscience chrétienne.

  • 49 Jean de Fabrègues, “Faut-il tenir les droits de l’Homme pour le message de la France chrétienne ?”,(...)

51La censure de Vichy ne permettant pas à Demain d’évoquer directement le problème juif, c’est par allusions que le journal accompagne ces protestations. Ainsi, tout au long du mois de septembre, prend-il les droits de l’Homme pour thème. “Faut-il tenir les droits de l’Homme pour le message de la France chrétienne ?” questionne Fabrègues qui, pour masquer l’affirmation d’une vérité, affectionne décidément le mode interrogatif, déjà utilisé pour la Relève en juin. Et, sous couvert d’une critique à l’encontre du message révolutionnaire, qui n’étonnera personne venant de la part d’un monarchiste, il évoque “l’époque que nous vivons” où s’installent “le désordre politique père des guerres d’enfer et la disparition de tout droit humain.” Alors que “toute l’époque moderne est imprégnée des fondements du christianisme […], les vérités chrétiennes sur la liberté et la dignité humaines sont, selon l’expression de Chesterton, devenues folles49.

  • 50 Par exemple, dans Le Pilori du 10 octobre 1942.

52Cette réaction au martyre de milliers de juifs, même issue d’une presse censurée, peut apparaître timide. Elle tranche cependant avec les attaques grossières portées contre les déclarations des évêques par certains journaux collaborationnistes. Les injures proférées à cette occasion par un Brasillach envers Mgr Saliège50 permettent de mesurer la distance qui s’est approfondie entre la Jeune Droite Catholique et certains non-conformistes que l’enthousiasme révolutionnaire a conduit au fascisme.

  • 51 “Journal de captivité de Jean Guitton, Fragments du 3 au 25 mars 1942”, Demain. 8 novembre 1942.

53L’équipe de Fabrègues n’a toutefois pas renoncé à poursuivre sa réflexion sur les relations judéo-chrétiennes. Le 8 novembre 1942, un extrait du journal de captivité de Jean Guitton, dont la publication régulière s’est organisée dans l’hebdomadaire depuis quelques semaines, place la question sur le plan philosophique et religieux. Il remarque que la religion juive tourne le croyant vers la réalisation d’un bonheur terrestre : “Pas de rémunération dans les enfers. Les morts ne louent pas Dieu et Dieu ne les connaît pas. La récompense, c’est sur la terre que les juifs pieux l’attendent […] Voyez Job.” C’est pourquoi, conclut-il, “la pensée juive est d’essence révolutionnaire […], elle est la plus capiteuse, la plus ambiguë, la plus propre à tromper les chrétiens par une fausse ressemblance.” Toutefois, reconnaît-il : “Il existe des juifs croyants” et ceux-là sont proches des chrétiens. Ainsi Bergson qui, selon un entretien que les deux philosophes ont eu en 1938, “s’était persuadé que le catholicisme était le prolongement, l’achèvement naturel du judaïsme […], mais voulait avant tout approfondir sa religion51.” Réflexion et publication mal venues en ces temps d’antisémitisme exaspéré : si Jean Guitton écrit avant les grandes rafles de juillet 1942, l’article révélant sa pensée paraît après. Ne faut-il pas cependant aussi remarquer que, par l’exemple choisi, celui de Bergson bête noire des maurrassiens et philosophe tant apprécié de Fabrègues, Demain se place à l’écart de l’antisémitisme vichyssois comme de l’antijudaïsme catholique conventionnel ?

  • 52 Jean Chauvy, lettre à Jean de Fabrègues, 17 juin 1942, fonds Fabrègues.

54De son ami prêtre Jean Chauvy à qui il a envoyé pour avis des exemplaires du journal, Fabrègues reçoit des encouragements en juin 1942 : “Puisque vous avez choisi ce labeur de publiciste et que vous vous y tenez, vous avez choisi là-dedans la seule attitude qui ait de la logique et de la liberté : tout confier à la douce lumière, à l’invraisemblable persévérance de la FOI. Hors de là, toute formule, tout mot d’ordre sont suspects.” Ce lecteur-là au moins, aura compris le sens du témoignage que souhaitait apporter Demain. Cette confiance toutefois, ne suffit pas à le mettre à l’abri du désespoir, car il conclut : “Mon ami, il est trop tard ; à la guerre il fallait mourir puisque la France est morte. Le hasard fait de nous des survivants. A quoi voulez-vous que nous servions52 ?” La réflexion prend tout son poids de tragédie après novembre 1942.

III. Sous la botte allemande

  • 53 R.O. Paxton, La France de Vichy, p. 265. Non sans cynisme, les Allemands prétendent en effet respec (...)
  • 54 Ibid., p. 267.

55Le 11 novembre 1942, en réplique au débarquement des Alliés en Afrique du Nord, la Wehrmacht envahit la zone libre. A partir du 19 novembre, Pierre Laval centralise les pouvoirs exécutif et législatif entre ses mains, Pétain ne gardant son autorité qu’en matière constitutionnelle. Le 27 novembre, la flotte se saborde pour ne pas tomber aux mains des occupants. Le 28, l’armée d’armistice est dissoute. La France et son État sont désormais sous la botte allemande, même si “Hitler a soin de maintenir la fiction, si utile, de la souveraineté française53”. Avec la nomination de Darlan comme Haut Commissaire de l’État français en Afrique du Nord, celle-ci “devient en quelque sorte un Vichy à l’envers sous occupation américaine54”. “Le Maréchal n’est plus libre” proclame le nouveau promu le 21 novembre. Parmi les anciens fidèles de Pétain, une nouvelle résistance s’organise qui s’ajoute aux mouvements nés sur le territoire depuis 1940 et à la France Libre du Général de Gaulle. D’anciens responsables de Vichy rallient Alger. Le Général Giraud prend le commandement des troupes du Conseil impérial formé par Darlan.

56S’ils ne partent pas pour Alger, à l’image de Pétain qui estimera toujours que sa place est en métropole, les intellectuels et la presse qui se trouvent en zone non occupée ne peuvent ignorer que bien peu de liberté de penser leur sera laissée dans la nouvelle “zone d’opération” où la censure allemande s’ajoute désormais à celle de Vichy. Ils ont alors le choix entre clandestinité ou contestation intellectuelle dans une presse autorisée par l’occupant, donc soupçonnable de collaboration. Mounier, Maulnier et Fabrègues prennent tous trois le parti de demeurer en métropole, mais chacun d’entre eux opte pour une forme d’attitude différente. Toujours soucieux de maintenir l’unité de la communauté française autour des principes catholiques et de soumission critique au pouvoir, Fabrègues est celui qui prend le plus grand risque de voir son comportement mal interprété.

Plusieurs formes d’attitude

  • 55 “Lettre aux abonnés”, 5 décembre 1942, citée par F.G. Dreyfus, Histoire de Vichy, Perrin. 1990.
  • 56 En 1941, après le transfert de L’Action Française en zone libre, il avait fait partie des rares dir (...)

57Beaucoup de journaux publiés à Lyon et plus généralement en zone libre décident de suspendre leur parution : c’est le cas par exemple du Figaro où Pierre Brisson estime ne plus pouvoir “préserver la dignité du journal55”. D’autres en revanche comme L’Action Française se maintiennent. Charles Maurras assimile l’abandon à une désertion et prétend garder son indépendance malgré les nouvelles circonstances56. Entre disparition et maintien, d’autres journaux s’efforcent de résister dans la clandestinité : ainsi en est-il par exemple des Cahiers de Témoignage Chrétien, de Combat depuis 1941 ou des Cahiers politiques du Comité général d’études créés en 1942 par Jean Moulin. Lyon, où beaucoup de mouvements et publications restent situés, devient le centre de la résistance intérieure.

58Celle-ci reçoit alors de nouveaux éléments et se réorganise. Au plan militaire, sous l’influence du Général Giraud, se créée l’Organisation de Résistance de l’Armée (O.R.A.) qui rassemble les officiers de l’ancienne armée d’armistice et constitue la troisième force militaire de la résistance intérieure après les Francs Tireurs Partisans communistes et l’Armée Secrète gaulliste. Au plan politique, la résistance intérieure née depuis 1940 de Combat, Franc-Tireur et Libération se regroupe en janvier 1943 au sein des Mouvements Unis de Résistance (MUR). A l’hiver 1942/1943 naissent les premiers maquis où montent, de plus en plus nombreux, les jeunes hostiles au départ en Allemagne. Non sans difficultés, le général de Gaulle parviendra quelques temps plus tard à imposer son autorité à l’ensemble de ces éléments, que ce soit en métropole ou à Alger. Dans ces circonstances nouvelles, quelle attitude Mounier, Maulnier et Fabrègues vont-ils adopter ?

  • 57 En avril 1943, “Problèmes sociaux de demain” ; en juillet 1943, “Pourquoi je suis républicain ?” ; (...)

59Après neuf mois de détention, Mounier a grand besoin de repos. En prison, il avait commencé à travailler à plusieurs ouvrages. Il se retire avec sa famille à Dieulefit, dans la Drôme, où il passera le restant de la guerre. Il y jouit d’une certaine liberté, l’endroit se trouvant dans la zone italienne jusqu’en septembre 1943, en réalité jamais occupé avant comme après cette date. Il y achève Le Traité du caractère et L’Affrontement chrétien, participe aux Cahiers politiques du Comité Général d’Études créé par Jean Moulin57, réunit à deux reprises en sessions quelques anciens d’Esprit, dont Paul Flamand qui accueillera les collections de la revue renaissante aux Éditions du Seuil, à la Libération. Ainsi l’avenir d’Esprit aura-t-il été préservé grâce à la résistance intellectuelle de son fondateur.

  • 58 Thierry Maulnier, “Avertissement à Arrière-pensées”, La Table ronde, 1946.

60L’invasion par l’Allemagne de la zone non occupée trouve Maulnier à Paris. C’est là qu’il apprend le sabordage du Figaro. Il décide alors d’abandonner sa chronique militaire à L’Action Française et de se cantonner à la rubrique littéraire qu’il partage avec Kléber Haedens. Lui aussi est tenté par une participation à la résistance de Combat qu’il approche par Maurice Clavel et Roger Stéphane. Sa candidature ne reçoit pas le même accueil que celle de Mounier : Georges Bidault, alors un des dirigeants du mouvement avec François de Menthon, exige qu’il abandonne sa collaboration à L’Action Française. Mais Maulnier refuse : il pense pouvoir témoigner plus efficacement dans des journaux lus par un large public que dans les seules feuilles clandestines, à condition de le faire subtilement et à mots couverts58.

  • 59 Lucien Rebatet, Les Décombres, Denoël, 1942, p. 233, 234.

61Ainsi donne-t-il entre octobre 1943 et janvier 1944 à La Revue Universelle des “Réflexions sur le temps présent” où il se dresse contre ceux qui “confondent la démocratie avec la France” et, voulant abattre l’une, s’acharnent en réalité sur l’autre. Quant à lui, comme il en a coutume auprès de Massis depuis les années trente, il appelle à faire place à l’Intelligence. Cette attitude déchaîne les critiques de la presse parisienne pro-allemande qui, à l’image de Lucien Rebatet, lui reproche sa position d’“intellectuel enferré dans ses poncifs individualistes, occupé avec des emberlificotages inouïs à distinguer les régimes d’autorité respectueux des valeurs humaines et les totalitaires antihumanistes ; au surplus méprisant l’antisémitisme comme grossier et indigne d’un penseur59.”

  • 60 Jean de Fabrègues, lettre à Emmanuel Mounier, 27 mai 1949. Fabrègues respecte la même discrétion en (...)

62En novembre 1942, Fabrègues hésite : il est aussi tenté de saborder son journal. Mais deux éléments l’en retiennent. Le plus immédiat réside dans la pression exercée sur lui par la hiérarchie catholique, l’engageant à maintenir la présence d’un organe de presse catholique dans la nouvelle situation d’occupation du territoire. A la Libération, il évoquera la demande en ce sens de l’ordinaire du lieu et d’un “archevêque vénéré de tous qui, chassé par les Allemands de son diocèse, résidait près de Lyon, duquel je n’ai cessé de prendre conseil pendant cette période60.”

63La seconde raison est plus ancienne et remonte au lendemain du retour de Laval au pouvoir en avril 1942 : à partir de ce moment en effet, Demain sert de couverture à l’activité de soutien aux prisonniers pratiquée clandestinement par son directeur. Celle-ci s’est organisée dans le droit fil de son expérience et de ses convictions : l’aide à l’évasion des soldats en captivité dont il est resté solidaire d’une part ; son idéal d’unité nationale, d’autre part, qui passe par la réintégration de ces hommes au sein de la communauté nationale. En 1944, lorsque tout témoignage sera devenu impossible dans la presse autorisée en raison de l’alourdissement de la censure allemande, Fabrègues sabordera Demain et lancera la publication d’une feuille clandestine : Destin.

L’aide aux prisonniers

64Pour reclasser les prisonniers rapatriés, un Commissariat avait été mis en place par Vichy à l’automne 1941 sous la responsabilité de Maurice Pinot. Au début de 1942, Fabrègues, Jacques de Montjoye et Henri Guitton, dont le frère Jean est en captivité, constituent un “Centre d’Action des Prisonniers” (CAP) placé sous l’égide de ce Commissariat. Leur projet consiste à prolonger et donner corps à cet “esprit prisonnier” présent dans les camps, fait de fraternité, d’entraide et de désintéressement, rompant avec la mentalité dite “bourgeoise”, égoïste et capitaliste de l’avant-guerre. Le Centre, qui se situe à Lyon, publie les textes de prisonniers allant dans le sens de cet idéal et rejoignant généralement la doctrine de la Révolution nationale.

65En février 1942, le CAP est rejoint par une sorte de chevalier du Moyen Âge, un croisé des Temps Modernes : Antoine Mauduit. Ce converti au christianisme, engagé dans la Légion Étrangère, revient d’une captivité en Oflag de dix-huit mois. François Mitterrand qui, en tant qu’évadé, a lui-même été accueilli par Fabrègues, fait alors sa connaissance et s’enthousiasme pour le personnage autant que pour son propos :

  • 61 François Mitterrand, président du M.N.P.G.D., ministre des Anciens Combattants et Victimes de Guerr (...)

66“Solide, carré, la voix ferme, rien n’évoque en lui le mystique qu’on imagine vulgairement. Pourtant, il est mystique, essentiellement. L’œuvre qu’il va créer est orientée secrètement : il rêve d’une France chrétienne, forte, saine et généreuse. Il voudrait que la synthèse se fasse entre les traditions de notre histoire et le progrès actuel qui ne peut s’accomplir sans révolution. Il choisit Montmaur, petit village des Hautes-Alpes comme centre à cause du voisinage de La Salette. Il y fonde un groupe qu’il appelle “La Chaîne” et qui aura pour mission de rassembler des évadés d’Allemagne […] Ils formeront une petite armée cohérente qu’on armera le jour venu afin que le combat soit repris victorieusement contre l’Allemand, contre le nazi, oppresseur de la patrie, négateur de la civilisation. Ainsi fut constitué le premier maquis de la Résistance61.”

  • 62 Selon le témoignage de Jacques de Montjoye, certificat à l’en-tête du M.N.P.G.D., le 3 décembre 194 (...)

67Grâce à l’entremise de Fabrègues, l’œuvre de Montmaur recevra une subvention en novembre 194262. Parallèlement à cette aide apportée à Mauduit, Fabrègues et ses amis du CAP ont lancé depuis mai la fabrication clandestine de faux papiers (cartes d’identité, ausweis), acheminés sous couvert de propagande maréchaliste jusqu’aux Oflags et aux Stalags pour permettre les évasions.

  • 63 Joseph Folliet, “Souvenirs”, Chronique Sociale, extraits non datés, fonds Fabrègues. Joseph Folliet (...)
  • 64 Témoignage de Jean Joba, ancien Lieutenant de Vaisseau, membre de l’O.R.A. et de l’Amicale des Rése (...)

68Le Centre d’Action des Prisonniers donne naissance, à la fin de 1942, au Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés (M.N.P.G.D.), dans des conditions que Joseph Folliet, qui revenait lui-même d’une captivité de deux ans à Nuremberg puis en Prusse orientale, décrit en ces termes : “Le M.N.P.G.D. trouva son origine dans le C.A.P., organisation de prisonniers fondée en zone Sud. Au point de départ, elle était pétainiste sans excès et résistante sans esprit de système, à la façon des prisonniers. Après novembre 1942, le C.A.P. comprit qu’une page était tournée et il en prit acte. Cessant toute activité extérieure, il passa dans le monde souterrain de la Résistance et devint le M.N.P.G.D63.” Dans le cadre de son “action prisonnier”, Fabrègues est aussi en contact avec des membres de l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA), qui se réunissent au siège de Demain lors de leurs passages à Lyon, et dont il organise les contacts avec le M.N.P.G.D64.

  • 65 Ainsi par exemple dans les numéros des 27 décembre 1942, 16 mai, 25 juillet et 26 décembre 1943.

69A partir de mai 1942, Demain met constamment l’accent dans ses colonnes sur la vie des prisonniers, la grandeur de leur sacrifice, leur importance pour la nation65. Dans le numéro du 24 mai 1942 commence la publication des Fondements de la communauté française, ouvrage inédit de Jean Guitton, à paraître aux Cahiers des Captifs précédant celle, régulière, de ses Cahiers de captivité.

  • 66 Jean de Fabrègues, “Souffrances de la France”, Demain, 25 juillet 1943.

70Le 25 juillet 1943, Fabrègues écrit, en manière de profession de foi : “Depuis qu’une bienveillante Providence m’a tiré de captivité au nom des enfants qu’Elle m’avait accordés, je ne crois pas avoir – ici ou ailleurs – écrit une ligne, prononcé une parole, que je ne me sois d’abord demandé : es-tu bien d’accord avec ce qu’ils pensent là-bas ? Avec ceux qui étaient rentrés comme moi (un Henri Guitton) ou d’autres, non unis à notre travail ici, mais à qui je me sentais obligé de me référer constamment, un Joseph Folliet par exemple66.” D’autres captifs seront eux aussi cités dans Demain, comme Pierre-Henri Simon et le scout Jean Rivero par exemple, dans le numéro spécial de Noël du 26 décembre 1943. Le 28 mai 1944 Fabrègues présente longuement, en le recommandant, le livre du premier La France à la recherche d’une conscience qui vient de sortir chez Plon.

IV. Le témoignage de Demain

71L’invasion de l’ensemble du territoire français, le sabordage de la flotte en rade de Toulon et la suppression de l’armée d’armistice ont mis le pays en situation d’otage entre les mains de l’Occupant. Le président Laval, qui dirige désormais le pays sans partage, conduit une politique de rapprochement avec le chancelier Hitler, dont il attend la reconnaissance du rôle de la France dans le futur ordre européen. A partir de janvier 1944 où Déat, Henriot et Darnand entrent au gouvernement, il semble que l’État soit devenu une marionnette pro-allemande aux mains des collaborationnistes.

  • 67 De l’automne 1940 à février 1944, le coût de la vie augmente de 166 % et les rations alimentaires j (...)

72Le sort de la population s’aggrave durant les années 1943/1944 : les conditions de vie deviennent misérables pour beaucoup, affaiblissant la santé des adultes et élevant la mortalité infantile67 ; aux persécutions de la gestapo contre les juifs et les résistants s’ajoutent, de plus en plus fréquentes, celles des policiers et miliciens français. Les exigences croissantes de main d’œuvre, de la part d’une Allemagne en plein effort d’armement, poussent les jeunes Français vers les maquis.

73La défaite allemande à Stalingrad, puis la capitulation italienne, font reculer les forces de l’Axe à partir du printemps 1943. Dans le même temps une autre France se rassemble à Alger sous la direction du général de Gaulle, ralliant à elle l’ensemble des mouvements de résistance intérieurs de la métropole. Nul ne sait combien de temps encore durera la guerre, de plus en plus présente sur le territoire français par le biais des bombardements alliés contre les positions allemandes. Même si elle est encore et surtout acharnée à survivre, la population reprend cependant espoir dans la perspective d’une libération.

74La situation diffère donc profondément de celle qui caractérisait les deux premières années de l’Occupation : face à un État français progressivement déchu, sans pouvoir et sans armes, se dresse désormais une France combattante avec ses institutions et ses forces armées, dont certaines se battent déjà aux côtés des anglo-américains. A qui les citoyens de la métropole doivent-ils obéir ? Qui est le plus légitime, de Pétain que ses partisans décriront plus tard comme prisonnier à partir de décembre 1943, ou de de Gaulle libre sur un territoire libéré ? Puisque Demain prétend faire preuve d’anticollaborationnisme, pourquoi ne se transforme-t-il pas en organe clandestin de résistance ? La réponse du journal paraît tenir à une double exigence de fidélité : à l’égard de Pétain et envers un système de valeurs communautaires.

Fidélité à Pétain

  • 68 Jean de Fabrègues, “Les catholiques et l’autorité de la hiérarchie religieuse”, Demain, no 90, 17 o (...)

75Un premier élément de réponse réside dans la position adoptée par l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques, en octobre 1943, à laquelle le journal donne une large place. Tout en contestant certaines mesures prises par le régime (sa politique antisémite, les exigences du Service du travail obligatoire), les autorité ecclésiastiques françaises n’en mettent pas moins en garde les fidèles contre : “un certain nombre de papiers souvent anonymes et prétendant résoudre au nom de la théologie, de la philosophie naturelle et du droit, les problèmes du gouvernement français : sa légitimité, son autorité effective et les devoirs de discipline envers lui […] D’ordinaire, les conclusions sont opposées à cette autorité et à cette légitimité. Les consciences françaises sont orientées vers des attitudes de jugement personnel et d’indépendance d’où ne peut sortir que la division des esprits et l’anarchie.” Faisant preuve d’une conception intégraliste du pouvoir spirituel, l’A.C.A. rappelle “que la hiérarchie seule, agissant officiellement et publiquement, a la charge et la responsabilité de la direction des consciences. Dans chaque diocèse, NN. SS. les évêques donnent à leurs ouailles les directives nécessaires68.”

  • 69 Ibid. La supposition faite sur l’identité du prélat conseiller de Fabrègues en novembre 1942 est ic (...)

76La réaction de Fabrègues à ce texte confirme l’allégation selon laquelle il aurait maintenu la publication de Demain après 1942 par soumission religieuse. En effet, il marque non seulement son accord avec l’A.C.A., mais fait état de sa fierté pour avoir accordé une large publicité, dans les numéros précédents, à “l’instruction de Mgr Chollet qui éclaire les mêmes problèmes69.”

  • 70 Jean de Fabrègues, “Pour le Noël de la résurrection française. La France doit apporter le message d (...)

77Toutefois l’obéissance religieuse ne suffit pas à expliquer l’immobilisme de Demain, alors que toute raison d’espérer une amélioration de la situation en métropole semble s’effondrer. Fabrègues est bien conscient de la déchéance de Vichy puisqu’il déplore, aux jours sombres de Noël 1942, qu’“il ne reste rien à la France, rien de ce qui fait une société, un État, puissance, souveraineté, contact avec le monde”, et appelle à “la résurrection française70.” Si en lui, le catholique pouvait se sentir tenu d’obéir à son Église, le citoyen n’était-il pas tenté de se rebeller ?

  • 71 Ibid.

78Pour expliquer qu’il ne l’ait pas fait, il faut reprendre l’hypothèse de la soumission à Vichy par attachement aux valeurs de la Révolution nationale. Dans cet esprit, la déchéance de Vichy ne devait rien aux principes qui avaient présidé à l’installation de Pétain au pouvoir. Quelles que soient les fautes de son gouvernement, aussi compromis soit-il avec l’Occupant, le Maréchal demeurait l’incarnation du seul régime à avoir, depuis le début du siècle, rétabli “les droits de Dieu” dans la société et ceux de l’Église face à l’État. Il était le seul garant d’un ordre que la hiérarchie catholique avait reconnu elle-même pour sien, celui du travail, de la famille et de la patrie. Aux yeux des catholiques intransigeants, un tel acquis était indispensable à préserver pour l’avenir. Il déterminait les chances d’une résurrection politique française. Pour Fabrègues comme pour Mgr Chollet, il restait indispensable d’éclairer “par une saine doctrine […] la notion de l’autorité et les rapports de l’Église et de l’Etat71.”Cette saine doctrine demeurait celle de la Révolution nationale.

79L’autre explication de l’attitude de double jeu adoptée par Fabrègues réside dans l’absence d’alternative acceptable à ses yeux pour l’après-guerre. Se rallier à la Résistance telle qu’elle se présentait à la fin de 1943 signifiait se lancer dans une aventure dominée par le parti communiste qui venait de faire acte d’obédience au général de Gaulle. C’était une République partisane et divisée, dénuée de dimension spirituelle et d’autorité légitime qui risquait de renaître. La seule certitude dans cette perspective était de devoir renoncer à l’idéal d’une politique chrétienne.

  • 72 Jean Guitton, “Journal de captivité, 28 décembre 1942”, Demain, no 66, 2 mai 1943.

80Il paraissait en somme plus constructif pour l’avenir du pays de demeurer la conscience morale d’un régime en perdition que de donner sa chance à l’athéisme et à un autre totalitarisme. D’où la place faite par Demain à Jean Guitton appelant, du fond de sa captivité, à défendre le principe de l’unité nationale, “la tradition de la nation” incarnée par Pétain qui, “en demeurant dans la détresse, est fidèle à sa mission et vocation […], tenir et maintenir malgré tout72.”

81Tenir et maintenir malgré tout : tel sera le rôle que Demain prétend assumer jusqu’en 1944. Tenir ses convictions, ses valeurs, en contestant autant que faire se peut tout ce qui, dans la politique de Vichy, contredit le patriotisme et la foi catholique. Maintenir la cohésion de la communauté française en soutenant le courage de sa jeunesse et la réintégration des prisonniers évadés d’Allemagne. Participer à des actions de résistance clandestine, mais seulement dans le cadre de mouvements partageant la même conception de la France à reconstruire : le M.N.P.D.G. et l’O.R.A.

  • 73 Père Léon Merklen, “Journal de guerre 1941/1944”, archives des pères de l’Assomption, Rome. Selon Y (...)
  • 74 Demain, “Mise au point”. Demain, no 79, 1er août 1943.

82Faut-il crier au maurrassisme, accuser la Jeune Droite Catholique d’un nationalisme qui la rendrait aveugle à l’égard des compromissions de plus en plus choquantes du gouvernement Laval avec le nazisme ? C’est la réaction d’un Léon Merklen qui, dans son journal de guerre, dit sa crainte d’une instrumentalisation de Demain par le pouvoir collaborateur. Le rédacteur en chef de La Croix vit dans la hantise qu’un organe manipulé par les collaborationnistes se substitue à l’hebdomadaire avec la complicité de Vichy73. L’étonnant est que, dans le même temps, Fabrègues conçoit ses propres craintes : dans un encart publié le 1er août 1943, il met en garde ses lecteurs contre la confusion entre son journal et un titre homonyme paru en zone occupée. Sa préoccupation est ancienne : “Nous avons déjà dû attirer l’attention de nos lecteurs sur la similitude de titre qui existe entre un hebdomadaire paraissant en zone occupée et notre journal. Nous avons déjà marqué qu’il n’y avait aucun point commun entre le Demain de la zone occupée et le nôtre74.”

  • 75 Jean de Fabrègues, “Pour le Noël de la résurrection française. La France doit apporter le message d (...)

83Animé du désir de préserver son idéal politique et religieux pour la France à reconstruire, tout en luttant contre les exactions allemandes, la Jeune Droite Catholique est donc conduite à témoigner d’un “système de valeurs75” qui, pour être antinazi, n’en est pas pour autant celui de l’ensemble de la résistance gaullienne.

Un système de valeurs communautaires

84Le Demain des années 1943/1944 témoigne d’une fidélité absolue aux convictions dont il s’inspirait lors de sa création en février 1942. Dans des éditoriaux alternativement appelés “A la recherche des valeurs françaises” et “Les idées de Demain”, Fabrègues exploite les thèmes qui nourrissaient déjà sa réflexion pendant les années trente et se sont enrichis de références à la construction d’une véritable communauté nationale au début de la guerre, notamment sous l’influence de la pensée de François Perroux : opposition de la personne féconde et créatrice à l’individu égoïste et stérile ; de la communauté humaine véridique à la société libérale mensongère ; de la spiritualité au matérialisme ; intégration du prolétariat grâce à la restauration de la dignité humaine dans un ordre organique ; institutions revêtues de l’autorité nécessaire à la protection des libertés.

  • 76 Jean de Fabrègues, “Anniversaire. Demain”, Demain, 7 février 1943.

85“Nous voulions”, explique-t-il dans le numéro anniversaire de la naissance de Demain, “grouper des hommes, des chrétiens, hier divisés, autour de quelques principes dont l’événement paraissait avoir démontré la vérité profonde : la société française avait perdu le sens même de sa communion et ne le retrouverait qu’en vomissant l’individualisme pour rentrer dans l’esprit communautaire […] La société dans laquelle nous avions vécu avait perdu à la fois le sens de la communauté humaine et celui de l’autorité nécessaire. Nous avions à faire prendre conscience aux Français qu’ils sont, pour la part la plus matérielle d’eux-mêmes au service de la communauté, mais qu’à son tour celle-ci est à leur service pour la part spirituelle de leur vie, au service de leur âme76.”

  • 77 Explicités pour la première fois dans le numéro de Demain du 24 mai 1942 : Jean Guitton, “Pour une (...)
  • 78 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain. Incarnation de l’homme”, Demain, 4 avril 1943. Cet article (...)
  • 79 Ibid.

86Il trouve à ses côtés, pour théoriser ses principes, le talent de Jean Guitton avec ses Fondements de la communauté française77, celui de Gustave Thibon et de ses Diagnostics ou de son Échelle de Jacob, de Louis Salleron avec La terre et le travail, enfin de Marcel de Corte et de son Incarnation de l’Homme. L’ensemble de ces ouvrages, parus depuis le début de la guerre, constitue à ses yeux : “vraiment un mouvement d’esprits” propre à s’inscrire dans une grande tradition de pensée catholique et française, “la lignée du catholicisme social, la lignée d’un réalisme politique français – qui est par là aussi un idéalisme – la lignée d’une politique chrétienne78.” Et comme au temps de Réaction, Fabrègues refuse de voir classé ce mouvement d’esprits à droite ou à gauche, rappelant que “ces hommes se sont convertis à ces positions qui sont les nôtres devant des faits […] L’idéologie, l’opinion divisent. Nous avons voulu sortir de cette atmosphère. Nous y avons réussi79.”

  • 80 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain. Vers l’unité dans la précision”, Demain, 18 avril 1943.
  • 81 Dans le numéro du 21 mars 1943, l’éditorial de Jean de Fabrègues, intitulé “A propos d’un livre de (...)
  • 82 Dans son éditorial du 25 avril 1943, Fabrègues évoque “le message de la résurrection française" à p (...)

87A un autre moment, Fabrègues se réjouit de voir “Georges Hoog, ami et disciple de Sangnier”, reconnaître que “c’est l’équipe de La Tour du Pin qui a ouvert la voie à la Démocratie chrétienne80.” Telle est bien la preuve que seule l’inspiration spirituelle est propre à fonder l’organisation de la cité : l’idéologie, la pensée partisane ne peuvent générer qu’une caricature de démocratie. C’est l’ensemble de ce message que Demain s’efforce de faire passer envers et contre tout. Il s’accroche à son idéal d’union des catholiques autour des principes chrétiens, n’hésitant pas à se référer aux écrits résistants de Jean Lacroix81, Joseph Folliet, Stanislas Fumet et aux périodiques suisses de la France Libre comme Les Cahiers du Rhône qui ont pris le relais d’Esprit et de Temps Nouveaux82. Sous couvert d’un discours religieux que la censure allemande laisse passer, le journal donne ainsi son appui à une résistance chrétienne non communiste.

88Il s’élève en même temps contre la politique de collaboration du régime. Ses références aux émigrés se font de plus en plus nombreuses : Bernanos, invoqué avec honneur dans le numéro du 20 septembre 1942, Maritain et de Corte, à l’occasion de l’anniversaire de Demain le 7 février 1943. Les mesures pro-allemandes prises par le gouvernement sont tournées en dérision. Ainsi Fabrègues intitule-t-il son éditorial du 14 mars 1943, à propos du Service du Travail Obligatoire, “Captivités” et s’apitoie sur le sort de ceux qui partent “pour un travail lointain […] appelés au sacrifice […] Nous serons avec vous chaque heure”, promet-il, “pour que France continue, pour que chrétienté continue.”

  • 83 L’Union Française, “Duplicité”, fonds Fabrègues.

89Cette fois les journaux de la collaboration parisienne ne s’y trompent pas et un entrefilet de L’Union Française, intitulé “Duplicité”, épingle l’hebdomadaire : “M. Jean de Fabrègues, directeur de Demain, publie un article larmoyant sur les départs de nos jeunes gens pour l’Allemagne. Il l’intitule “Captivités”. Nous avons, dans une récente revue de presse, stigmatisé comme il convenait cette vilaine ruse. Or, voici que la ruse devient hypocrisie et l’hypocrisie duplicité, car Demain publie en cinquième page seulement hélas ! L’encyclique Divini Redemptoris du pape Pie XI contre le communisme. A quand, M. de Fabrègues, un éditorial engageant nos jeunes gens à être fiers de contribuer de tous les muscles de leurs bras à la lutte contre ce communisme83 ?”

90Les motifs du procès fait ici à Demain montrent bien, s’il en était besoin, combien, à l’époque où l’Allemagne brandit sa croisade contre le bolchevisme, la voie est étroite pour qui veut, en bravant la censure, à la fois repousser le danger communiste et lutter contre la collaboration.

  • 84 Jean de Fabrègues, “Sur une rencontre avec des travailleurs du service obligatoire”, Demain. 16 mai (...)

91C’est pourtant ce que tente à nouveau Fabrègues dans son éditorial du 16 mai 1943. La rencontre avec des anciens des Chantiers de jeunesse, “au retour de journées de travail obligatoires”, lui donne en effet l’occasion d’évoquer “la France séparée”, celle des prisonniers, dont il n’hésite pas à comparer la situation d’isolement à celle du prolétariat dans la société bourgeoise. De même qu’il aurait fallu hier intégrer le prolétariat, il faut aujourd’hui “pour l’ensemble de nos camarades travailleurs, que la communauté soit à côté d’eux, incarnée par les œuvres et les appuis à la fois les plus matériels et les plus moraux. Si nous ne réussissons pas cela, nous aurons encore une fois donné raison à la critique marxiste de l’idéalisme bourgeois. Nous aurons montré que tout discours communautaire qui ne s’incarne pas est une duperie sinistre. Nous aurons plus fait pour la prolétarisation de la France et la révolution future que dix années de propagande communiste84.”

  • 85 Ibid.

92L’anticommunisme et le thème communautaire permettent à Demain de faire passer l’expression du plus fervent patriotisme. Une illustration montrant la levée des couleurs françaises s’accompagne du commentaire suivant : “On connaît la coutume très belle en usage dans plusieurs camps. Le matin ou le soir, formés en rangs, les prisonniers français se tournent vers l’Ouest, vers la direction de la France et, figés au garde-à-vous, ils fixent quelques instants l’horizon85.” L’image de ces jeunes gens saluant fièrement leur drapeau forme, avec son explication, une réplique qui ne manque ni d’habileté, ni de panache à la méchante diatribe des collaborationnistes de L’Union Française mettant Fabrègues au défi d’inciter la jeunesse française à la lutte contre le communisme.

93Des appels répétés à la liberté sont lancés à partir de l’été 1943 pour une “France qui doit prendre du champ” (éditorial du 5 septembre 1943) ; l’éditorial du 14 novembre fait référence à la résistance à l’occasion d’un éditorial dédié “aux morts de 40” ; celui du 1er janvier 1944 brandit “l’idée française contre l’ordre de contrainte” ; “C’est l’absurde qui règne” clame la une du journal le 20 février ; le 11 juin, ayant reçu pour consigne de rendre compte du “voyage du Maréchal”, Fabrègues donne sous ce titre un article sur la Lorraine dans lequel il évoque ses souvenirs de périodes militaires.

94Pendant toute cette période, la censure a sabré de plus en plus profondément dans les prises de positions du journal : le dossier des réclamations que son directeur adresse aux services régionaux de Lyon s’est considérablement épaissi.

  • 86 Il s’agit de la précision suivant laquelle les bombardements donnent lieu à un spectacle douloureux (...)
  • 87 Jean de Fabrègues, lettre à Monsieur le Chef de la Censure Régionale, 6 juin 1944, fonds Fabrègues.

95Une dernière affaire met le feu aux poudres : celle de l’appel lancé le 1er mai 1944 par les cardinaux français à l’épiscopat de l’Empire britannique et des États-Unis, dénonçant les bombardements aériens sur le populations civiles de la France et de la plus grande partie de l’Europe. Demain l’a publié en reprenant le texte trouvé dans la presse quotidienne. Or, dans la Semaine religieuse du diocèse de Tulle du 26 mai 1944, Fabrègues découvre qu’un phrase du texte a été supprimée dans la version que son journal a reproduite86. Aussitôt il s’en plaint à l’administration de la place Bellecour : “A plusieurs reprises déjà des textes de l’épiscopat ont dû être par nous reproduits dans une version incomplète. Nos lecteurs peuvent penser que nous supprimons volontairement une part de ces texte”, et il réclame le droit de reproduire l’appel intégral87.

  • 88 Gustave Thibon, lettre à Jean de Fabrègues, 19 juin 1944, fonds Fabrègues.

96Mis au courant de l’affaire, Gustave Thibon écrit à Fabrègues : “Il est inadmissible qu’un journal catholique, se présentant comme tel, donne des textes épiscopaux tronqués. Tenez bon ou disparaissez. Je crois que la guerre sera longue ; il sera pénible de voir disparaître le seul organe catholique qui nous reste […], mais nous avons fait déjà du bon travail88.”

  • 89 Notes manuscrites, non datées, fonds Fabrègues.

97“On ne peut aller plus loin. C’est le sabordage”, note Fabrègues89. Le 2 juillet 1944, paraît le dernier numéro de Demain. Il s’offre encore le luxe d’une nécrologie politique en adieu à Ghéon qui vient de mourir. Fabrègues est absent de cet ultime livraison.

V. La résistance de Destin

98Avec Jean Joba rencontré dans le cadre de son action en faveur des prisonniers et qui était un fidèle lecteur de Demain, il a lancé deux mois plus tôt une feuille mensuelle intitulée Destin, dont le titre joue à la fois sur la seconde partie du mot “clandestin” et sur l’avenir que le journal entend tracer pour la France. Le sous-titre se montre à cet égard particulièrement ambitieux : “Messager de la résurrection française.”

99L’actualité est toute présente dans les quelques numéros parus entre mai et août 1944 : l’avancée des troupes alliées, les horreurs commises par les Allemands au cours de leur retraite, les hauts faits des résistants. La satisfaction de pouvoir enfin faire état des événements tels qu’ils se produisent sans devoir ménager l’occupant apparaît clairement.

100Vérifiant l’hypothèse du maintien de Demain sous Vichy, en vue de protéger les valeurs de la reconstruction nationale, la réflexion politique frappe par sa continuité : elle reste hostile à tout retour à la Troisième République, anticommuniste et antinazie, attachée à l’unité de la France. Il s’y dessine une volonté d’ouverture à un idéal de liberté commun, un refus de l’esprit de parti au profit d’un projet collectif. L’ensemble semble tirer cependant la leçon de l’échec de la Révolution nationale et tend à la réconciliation. Il n’est pas sans rendre, paradoxalement, certains accents gaulliens.

La continuité des rejets

  • 90 Alias Fabrègues ? Les articles de Destin sont anonymes, seulement signés de noms de villes.
  • 91 Bizerte, “Les idées et les hommes d’hier sont morts : laissez-les au tombeau”, Destin, no 2, juin 1 (...)
  • 92 Ibid.

101Non sans une certaine prescience de ce que seront les critiques des historiens envers l’installation du régime de la Quatrième République, “Bizerte”90 écrit en juin 1944 : “Nous ne voulons pas que l’Histoire, ayant narré l’héroïsme de nos camarades, puisse conclure ainsi son chapitre : “Alors revinrent les politiciens d’avant 1939, la Troisième République fut restaurée, on recommença de bien vivre en France et la France recommença à descendre91.” Destin se réjouit de trouver, à l’appui de ses craintes, l’écho du journal Combat qui voit “la cohorte des nouveaux sauveurs barbichus […], bons comitards ressuscités, prêts à accomplir […] la relève de la résistance” en proclamant : “A vous les prisons et les cimetières, à nous les sièges92.”

  • 93 Destin, “Mise en garde”, Destin, no 2, juin 1944.
  • 94 Bizerte, “Contre le communisme. Il faut être aussi fort que lui”, Destin, no 3, juillet 1944.

102Toujours avec la même lucidité, mais cette fois plus immédiate, le journal prévient : “Derrière certains prétextes soi-disant “militaires”, on distingue très clairement aujourd’hui une action occulte résolument orientée, non vers la libération de la France mais vers la révolution européenne marxiste93.” Et un peu plus tard : “Ceux qui croiraient suffisant de dénoncer le communisme comme la lèpre des mouvements de résistance et de la France en général se trompent. Dénoncer le communisme ne sert de rien, il faut le remplacer. Il faut apporter en face de lui, à côté de lui, un idéal social, des solutions positives précises de justice sociale […] aussi forts que lui, aussi capables de susciter l’enthousiasme et, d’abord de résoudre la solution prolétarienne, lèpre de l’époque94.”

  • 95 Sarrelouis, “Terreur brune et terreur rouge”, Destin, no 3, juillet 1944
  • 96 Destin, “Destin et la résistance”, Destin, 10 août 1944.
  • 97 Fort-de-France, “La question ne se pose pas”, Destin, no 3, juillet 1944.

103Relatant la libération du Massif Central, “Sarrelouis” met sur le même plan “terreur brune et terreur rouge” au travers des tueries de Tulle et de l’horreur du crime d’Oradour-sur-Glane. Il conclut : “Deux terreurs opposées dans leurs origines, mais semblables dans leurs conséquences, ne créent pas un ordre95.” Celui-ci, assure le journal, ne naîtra que de l’unité des Français. Cette unité repose avant tout sur le “sens de la grandeur” retrouvé : grandeur de la Résistance malgré “ses déformations politiques”, sans oublier qu’“il n’y a pas eu qu’une forme de résistance (mais) des hommes qui, avec plus ou moins de chance, avec plus ou moins de clairvoyance, avec plus ou moins de continuité, ont su sacrifier quelque chose d’eux-mêmes à cette idée de la Patrie96.” Grandeur de la France “qui a été lancée dans la guerre alors que les Alliés n’avaient encore rien fait pour se préparer à la soutenir” et qui entend faire respecter ses droits à la table des négociations, “garder tous les territoires séculairement soumis à son influence, avec sa souveraineté entière, sans aucun partage ni aucune hypothèque d’aucune sorte économique ou militaire97.”

Une volonté d’ouverture

  • 98 Bizerte, “Les idées et les hommes d’hier sont morts : laissez-les au tombeau”, Destin, no 2, juin 1 (...)
  • 99 Dakar, “De nouveaux messieurs”, Destin, no 2, juin 1944.

104En ce qui concerne l’avenir, Destin s’accorde avec Défense de la France, “l’un des meilleurs journaux de la résistance” pour conclure que “la France recherche une pensée nouvelle98.” Il reconnaît que “le fiasco vichyssois s’avère lamentable99”. L’échec est à mettre au compte de l’Occupation et de la veulerie des responsables. “Comment entreprendre la rénovation des institutions d’un pays alors qu’il demeure sous la botte de l’étranger ? Quelle folie que cette vaine tentative ! […] Résidus d’élites dégénérées […], tout ce beau monde a trahi les valeurs au service desquelles il devait se vouer […], ayant tout sacrifié à ses privilèges […], à ses mesquines ambitions, à ses puériles vanités.”

  • 100 Ibid.
  • 101 Saigon, “Un danger : l’anticommunisme”, Destin, no 4, 10 août 1944.
  • 102 Dakar, “De nouveaux messieurs”. Destin, no 2, juin 1944.

105Le peuple n’a rien obtenu “ou quasi rien”100. Le danger serait aujourd’hui de laisser les communistes récupérer la colère et la déception populaires. Toutefois Destin s’insurge, par crainte d’une guerre civile, contre la transformation de l’anticommunisme en un “slogan”. Il lui paraît plus efficace de contenir “les meneurs du communisme” en confiant “les postes d’État à des personnes mieux qualifiées par […] leur valeur morale et politique, dût-on pour cela renoncer à un sectarisme stérile d’équipe101.” L’urgence est de s’attaquer au problème “de l’éducation populaire et de la promotion des travailleurs. Éducation économique et civique. Promotion sociale et politique. Sa bonne solution permettra qu’enfin les élites fassent corps avec les masses intégrées dans la nation et que le gouvernement du peuple soit aussi celui des meilleurs102.”

  • 103 Ce qui revient à deviner François Mauriac, qui se cache effectivement derrière le pseudonyme de “Fo (...)

106Destin trouve la plus fidèle expression de sa pensée dans un “admirable petit volume, le Cahier Noir, que viennent de publier (clandestinement) les Éditions de Minuit”. Fabrègues ( ?) ignore l’auteur du Cahier Noir mais “l’humanité de son propos” lui indique “un ou deux noms, l’un surtout d’un grand chrétien103” dont il salue la démarche : “Oser chercher et dénoncer toutes les responsabilités […] C’est à ce prix qu’une France, une communauté française peut renaître.” Avec reconnaissance, la Jeune Droite Catholique retrouve dans le texte ses propres anathèmes : “Jamais l’individu ne nous parut si médiocre qu’à ce moment de notre histoire, entre les deux guerres […] Oserions-nous soutenir que la démocratie occidentale a sauvegardé la dignité de l’homme dont elle se fait aujourd’hui le champion ? Prolétariat : millions d’esclaves dont la Maçonnerie et le Grand Patronat et chacun de nous, bourgeois, avions crevé les yeux et qui tournaient pour nous la meule dans les sombres villes […] Le Pernod, le Vel’d’Hiv, le Bordel, quelles raisons de vivre !”

  • 104 Metz, “Liberté, force et justice”, Destin, 10 août 1944.

107Tout le drame, analyse Destin, vient de ce que “le message de liberté qui fut celui de notre pays” n’a été supporté ni par les Français, ni par le monde auquel ils l’ont donné. “L’immense espérance dont s’enivraient nos pères en 1789, il est trop vrai que nous en avons bu la dernière goutte”, déplore le Cahier Noir : “Non”, réplique Destin, “nous n’avons pas à renoncer à cet idéal de la liberté et de la dignité humaine, mais à voir que celles-ci ne se défendent qu’au prix de durs combats contre les hommes eux-mêmes et que cela comporte toute une politique difficile et précise, hardie et complexe104.”

108Ainsi, à la veille de la libération de Paris, sur un ton plus conciliant il est vrai qu’à l’époque du lancement de la Révolution nationale, Fabrègues reste-t-il fidèle à ses convictions : l’homme, pécheur, ne peut vivre l’idéal de la liberté que soutenu par des institutions et une éducation qui le rendent capable d’assumer des choix pleinement humains. La politique doit être mise au service de l’éthique chrétienne et non servir des idéologies ou des partis. Il appelle le peuple français à l’unité et à la grandeur, faisant sien le programme du Cahier Noir qui relie les pôles restés trop souvent inconciliables du triangle liberté – autorité – justice : “apprendre comment un peuple libre peut demeurer un peuple fort et un peuple fort demeurer un peuple juste.” La phrase pourrait servir de programme à un nouveau manifeste.

*

109Faut-il opposer pendant ces années de corruption du pouvoir, l’ambiguïté d’un Fabrègues prétendant s’appuyer “en tant que chrétien” sur un journal apparemment pétainiste, à la simplicité d’un Mounier s’exprimant modestement “en chrétien” dans des feuillets clandestins ? Doit-on condamner la duplicité ou l’aveuglement du premier au profit de la sincérité et de la lucidité du second ? Ces questions expriment toute la difficulté du témoignage catholique en politique.

  • 105 Ouvrage publié par Lamennais le 30 avril 1834 et condamné le mois suivant par L’Encyclique Singular (...)

110Fabrègues prétend obéir à son Église, ce qui est le moins pour un fidèle à une époque où celle-ci entend encore diriger les esprits ; Mounier en appelle à la liberté de conscience, ce qui, depuis Paroles d’un croyant, constitue toujours une revendication chrétienne105.

111Au-delà d’une divergence d’appréciation religieuse, c’est à une différence d’analyse politique qu’on est contraint de faire appel pour expliquer les positions de Mounier et de Fabrègues. Mounier qui ne s’est jamais senti à l’aise dans la Révolution nationale, trop autoritaire à ses yeux, n’hésite pas à la condamner comme asservie à l’idéologie nazie. Fabrègues qui s’est engagé derrière elle et voit en elle l’avenir du pays, s’acharne à la sauver du naufrage vichyssois.

112Le maintien de Demain après novembre 1942, présenté comme inspiré par le conseil d’un évêque, la reconnaissance manifestée par René Schwob, les encouragements reçus d’un prêtre comme Jean Chauvy, les regrets manifestés par Gustave Thibon devant la disparition du journal, peuvent être considérés comme autant de signes de l’utilité d’une publication catholique sous l’Occupation. Ces chrétiens avaient jugé utile de soutenir la parution d’un hebdomadaire qui faisait de sa fidélité à la personne du Maréchal et aux principes de la Révolution nationale les symboles d’un patriotisme hostile au nazisme et au communisme

113Il semble que la question de la collaboration ne se pose pas plus à l’égard de Fabrègues que de Mounier : la participation du second à la presse de la Résistance suffit à le mettre à l’abri de tout soupçon. Pour le premier, l’appartenance à des mouvements de résistance d’origine vichyssoise et la pratique du double langage dans Demain, ne permettent pas de jeter le doute sur son patriotisme.

114Là n’était pas le véritable enjeu : comme dans les années trente, il se situait au niveau des principes de l’ordre à préserver et à construire. Mounier voyait l’esprit chrétien pénétrant le système de valeurs ambiant, comme par capillarité, et acceptait de mettre à profit ses points de rencontre avec la pratique communiste pour lutter contre le nazisme. Fabrègues voulait que les valeurs chrétiennes soient mises ouvertement au fondement de l’État et de la société, ce qui le conduisait à repousser toute coopération avec le communisme, même pour combattre le nazisme. Après le sabordage de Demain, Destin, journal résistant, ne tenait pas d’autre langage et prouvait l’opiniâtreté du dessein de la Jeune Droite Catholique.

Notes

1 Ce dernier chapitre couvre une période qui n’a pas fait l’objet de la thèse dont cet ouvrage est tiré. La traiter dans toute sa dimension demanderait un espace trop important pour cette édition. Nombreuses sont par ailleurs les controverses qui continuent de s’affronter aujourd’hui sur cette époque. Pour éviter des contresens ou des erreurs, tenant à une connaissance insuffisante de certains milieux ou de certains événements, seuls les itinéraires des principaux personnages sont donc retracés ici et seulement au travers de leurs principales activités. Les publications de Jean de Fabrègues pendant cette période, en particulier le contenu de son journal Demain, feront l’objet d’un article ultérieur plus détaillé.

2 De façon générale, sur le conflit idéologique qui marque le vingtième siècle, mais sans jeter un éclairage particulier sur son interprétation chrétienne, on consultera : François Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Laffont et Calmann-Lévy, 1995. François Furet, Ernst Nolte, Fascisme et communisme, Plon, 1998. Henry Rousso, Stalinisme et nazisme, Complexe, 1999.

3 La position de la Jeune Droite Catholique par rapport à l’évolution des hostilités n’est pas traitée ici. Dans son hebdomadaire. Demain, elle se montre neutre, désavouant le principe même de la guerre et donnant la prime à la reconstruction morale du pays.

4 C’est le 21 août 1941 que le Pierre-Georges Fabien abat un aspirant allemand à la station de métro Barbès, à Paris.

5 Emmanuel Mounier, “Fin de l’homme bourgeois”, Esprit, no 102, juillet 1941.

6 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, 2 septembre, 27 septembre, 5 octobre 1941, op. cit., p. 304, 308.

7 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 562.

8 Thierry Maulnier, “L’avenir de la France.”, La Revue Universelle, 10 mai 1941.

9 Ibid.

10 Interprétation qui ne contredit pas la démonstration de Robert Paxton selon laquelle Pétain aurait collaboré de son plein gré, en devançant les exigences allemandes, mais l’éclaire d’un jour différent.

11 Thierry Maulnier, “La France, la guerre et la paix”, Lardanchet, 1942, p. 120.

12 Royaliste, maurrassien et ancien cagoulard, Gabriel Jeantet se rallie à Pétain et entre au Conseil de la Francisque (il passe pour avoir parrainé la candidature de François Mitterrand à cette décoration). Il est alors chargé de mission au Cabinet du Maréchal. Très anti-allemand, il apporte secrètement son aide à des résistants, souvent anciens cagoulards. Entré dans un mouvement de résistance alsacien, il sera arrêté et déporté en août 1944. Rapatrié en mai 1945, il a toujours défendu la thèse de la résistance de Vichy. A son retour de captivité, François Mitterrand écrit également deux articles dans France, revue de l’État nouveau. Sur ce dernier point, voir Pierre Péan, Une jeunesse française, op. cit., p. 185.

13 Sur Idées, on consultera le mémoire rédigé par Éric Loubet del Bayle sous la direction de Serge Albouy : Idées, une revue de la Révolution National, IEP de Toulouse. 1994.

14 Sans en avoir la preuve, on est tenté de voir dans son titre un rappel du livre d’Henri Massis paru en 1941 : Les idées restent.

15 “Manifeste”, Idées, no 1, novembre 1941.

16 Sur Jacques Bénet, parent par alliance de François Mitterrand, voir Pierre Péan, Une jeunesse française, op. cit.

17 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la communauté française ?”, Idées, no 1, novembre 1941.

18 Jean de Fabrègues, “Conscience de la France”, Idées, no 8, juin 1942.

19 Mounier et Fabrègues partageaient cette conviction avec le philosophe russe Nicolas Berdiaeff qui la leur avait peut-être soufflée. Il la développait en particulier en première page de la Revue du XXe Siècle, no 11-12, mars-avril 1934.

20 Ibid.

21 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la communauté française ?”, Idées, no 1, novembre 1941.

22 Jean de Fabrègues, “Les Idées”, no 6, avril 1942. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

23 Jean de Fabrègues, “Valeurs de la Révolution nationale”. Idées, no spécial : “Construire la Révolution nationale”, no 10/11, septembre 1942.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Stanislas Fumet avait été dépossédé de la direction de sa revue Temps Nouveaux, interdite au même moment qu’Esprit. Temps Nouveaux avait succédé à Temps Présent.

27 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit, p. 313.

28 Sur le détail de cette liste voir Henri Frenay, La nuit finira. Mémoires de résistance. 1940/1945, Robert Laffont, 1973, p. 149.

29 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 339.

30 Lettre incomplète d’André Nicolas. Destinataire inconnu, vraisemblablement Pierre Carreau, ancien administrateur de la société Demain, 12 novembre 1951, fonds Fabrègues.

31 Demain, “Bulletin de propagande et d’abonnements”, 1942, fonds Fabrègues.

32 Ibid.

33 Les quelques éléments concernant la création et la liquidation de la société “Demain” figurant dans le fonds Fabrègues laissent supposer qu’elle a été fondée sous forme d’une SARL au capital de 60. 000F entre Pierre Carreau, administrateur, Jean de Fabrègues, directeur, Pierre Arminjon, rédacteur en chef et André Nicolas. Mais, d’après une lettre d’André Nicolas, ces versements auraient été fictifs et le journal aurait vécu “sur des versements effectués [...] par le cabinet du Maréchal en vue d’une action intellectuelle destinée à contribuer d’abord à la mise en évidence des valeurs chrétiennes en face des totalitarismes et ensuite au maintien des idées traditionnelles et nationales dans les milieux catholiques.” Lettre incomplète d’André Nicolas, vraisemblablement destinée à Pierre Carreau, 12 novembre 1951, fonds Fabrègues. Ces subventions ont-elles été obtenues grâce à l’appui d’Henri Massis ? Bien qu’il ne soit pas cité par le journal comme faisant partie de ses collaborateurs, Henri Massis est cependant l’auteur d’un éditorial dans le numéro du 21 juin 1942. Il est aussi envisageable que René Vincent ait formé un fructueux trait d’union entre Vichy et Demain.

34 Jean Le Cour Grandmaison, “Pas de mœurs nouvelles sans nouvelles institutions”, Gustave Thibon, “Union ou servitude ?”, Jean de Fabrègues, “Conscience de la France”, Demain, no 1, 1er février 1942.

35 Jean de Fabrègues, “Lignes de force. Unir deux traditions en une volonté”. Demain, no 12, 19 avril 1942.

36 Jean de Fabrègues, “Unis au service de la cité”. Demain, no 39, 25 octobre 1942.

37 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain”, Demain, no 39, 25 octobre 1942.

38 “Si les démocrates chrétiens avaient, comme j’en suis persuadé, l’ambition de manifester la présence des catholiques dans la cité d’hier [...], comment ne sentiraient-ils pas que cette présence est aujourd’hui bien plus nécessaire encore, plus urgente que jamais ? [...] Comment ne voient-ils pas que la démocratie, quels qu’en puissent être les mérites et les défauts, fut un moment de l’histoire et que ce moment est dépassé ?”, écrit Jacques Madaule dans le numéro de Demain du 5 avril 1942. Cité dans le bulletin de propagande et d’abonnements de Demain à la rubrique “Présence des catholiques dans la cité”, 1942, fonds Fabrègues.

39 Yves Urvoy (1900/1944) a été maurrassien puis affilié au tiers-ordre dominicain. Au début de 1942, il dirige le Bulletin de l’Institut national légionnaire. Avec François Perroux qu’il rencontre alors, il fonde le groupe “Renaître” qui vise à refonder la vie politique française sur une doctrine communautaire inspirée du christianisme et de la Révolution nationale. Fin 1943 il laisse la direction du mouvement à Perroux et se lance dans l’activisme. Il est enlevé et rerouvé assassiné le 19 août 1944. Voir Jean Paul Cointet. Dictionnaire historique de la France sous l’Occupation, Tallandier, 2000.

40 Discours prononcé par Pierre Laval le 17 juin 1942. La relève prévoyait le retour d’un prisonnier de guerre contre le départ de trois travailleurs volontaires en Allemagne. Laval justifiait cette mesure en brandissant la menace du bolchevisme pour la France. Malgré le sérieux qu’il accordait à une telle éventualité, Fabrègues montre, par l’attitude de son journal jusqu’en 1944, qu’elle ne suffisait pas à le convaincre d’abandonner son patriotisme, ni sa crainte toute aussi grande du nazisme.

41 Jean Peyrade, “Fidélité", Georges Sandillon, “Anniversaires”, Jean de Fabrègues, “Si la relève commençait”. Demain, 28 juin 1942.

42 Ce sera le grand reproche formulé par Jean-Marie Domenach, jeune résistant à l’époque, contre le journal de Fabrègues. On le verra plus loin.

43 Faut-il voir là une allusion au projet de Pétain de se livrer comme otage au lendemain de la fusillade de Châteaubriand ? Projet qui aurait pu être toujours d’actualité, puisque de très nombreux otages sont exécutés au printemps 1942.

44 Jean de Fabrègues, “Leçons actuelles de Jeanne d’Arc”, Demain, no 15, 10 mai 1942.

45 Il semble que la Jeune Droite Catholique fasse ainsi l’impasse sur la collaboration d’État inaugurée par Pétain à Montoire. Mais on a vu plus haut qu’elle comprenait celle-ci comme un moyen de préserver la mise en place de la Révolution nationale. Loin de lui apparaître comme un prolongement de la politique du Maréchal, la collaboration inaugurée par Pierre Laval, qui se montre indifférent envers la Révolution nationale, est ressentie comme une trahison. Elle procède de l’entourage de Pétain, “ces gens du Roi qu’elle soupçonne d’intelligence avec l’ennemi”.

46 Ibid. Dans cet article, les mots soulignés, ainsi qu’ils sont ici reproduits, forment une sorte de message pour le lecteur, à la manière déjà décrite pour les titres de l’exemplaire du 28 juin. Demain utilise souvent ce procédé pour passer son message.

47 Jean de Fabrègues, “Péguy et le Sacré”, Demain, no 19, 7 juin 1942. Le titre de l’article reprend celui d’un livre du Père Doncoeur qui vient de paraître et dont Fabrègues cite de nombreux passages. Demain fait souvent référence à la pensée du père Doncoeur en 1942, rappelant le souvenir du combat lancé en 1924, dans le cadre de la FNC, par la Ligue de défense des Droits des Religieux Anciens Combattants, la DRAC. Sur cette ligue et l’ouvrage du père Doncoeur, voir Dominique Avon, Paul Doncoeur s.j. Un croisé dans le siècle, op. cit., p. 144, 270, 271.

48 René Schwob, “La divine comédie de Sainte Jeanne d’Arc”, Demain, 10 mai, 17 mai, 24 mai 1942. On se souvient que René Schwob avait participé à la naissance d’Esprit en 1932.

49 Jean de Fabrègues, “Faut-il tenir les droits de l’Homme pour le message de la France chrétienne ?”, Demain, no 33, 13 septembre 1942. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

50 Par exemple, dans Le Pilori du 10 octobre 1942.

51 “Journal de captivité de Jean Guitton, Fragments du 3 au 25 mars 1942”, Demain. 8 novembre 1942.

52 Jean Chauvy, lettre à Jean de Fabrègues, 17 juin 1942, fonds Fabrègues.

53 R.O. Paxton, La France de Vichy, p. 265. Non sans cynisme, les Allemands prétendent en effet respecter l’armistice : la zone Sud est qualifiée de zone d’opération par opposition à la zone Nord qui reste d’occupation.

54 Ibid., p. 267.

55 “Lettre aux abonnés”, 5 décembre 1942, citée par F.G. Dreyfus, Histoire de Vichy, Perrin. 1990.

56 En 1941, après le transfert de L’Action Française en zone libre, il avait fait partie des rares directeurs de journaux à refuser la subvention proposée par Vichy pour compenser la perte du lectorat parisien. Voir Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 504. Après novembre 1942 son journal, privé par la censure allemande de ses accents les plus patriotiques, prendra de plus en plus l’allure d’une feuille collaborationniste. Au travers d’un discours aveuglément nationaliste, Maurras en viendra en particulier à appeler à l’exécution des “terroristes”, ainsi qu’il appelait les résistants, et à multiplier les propos antisémites sans vouloir se rendre compte qu’il dénonçait ainsi ses compatriotes à la Gestapo.

57 En avril 1943, “Problèmes sociaux de demain” ; en juillet 1943, “Pourquoi je suis républicain ?” ; en novembre 1943, “Vers l’avenir dans la clarté” ; en janvier 1944, “Pour la France de demain. Libres réflexions d’un catholique de la Résistance”, in Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité. op. cit., p. 249, 250.

58 Thierry Maulnier, “Avertissement à Arrière-pensées”, La Table ronde, 1946.

59 Lucien Rebatet, Les Décombres, Denoël, 1942, p. 233, 234.

60 Jean de Fabrègues, lettre à Emmanuel Mounier, 27 mai 1949. Fabrègues respecte la même discrétion en ce qui concerne le nom de cet ecclésiastique dans ses papiers personnels où il note, semble-t-il en 1945 : “on m’avait conseillé de continuer.” Il pourrait s’agir de Mgr. Chollet, archevêque de Cambrai. Voir plus loin les éléments qui vont dans le sens de cette interprétation.

61 François Mitterrand, président du M.N.P.G.D., ministre des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, “Un grand mort qui est notre honneur”, in Richard Duchamblo, Maquisards et gestapo, neuvième cahier, GAP, 1947. Le capitaine Mauduit meurt en déportation au camp de Bergen-Belsen. On lira sur cette œuvre de résistance les révélations de Pierre Péan qui remettent dans son contexte de défense nationale le combat du Mouvement des Prisonniers de guerre dont faisaient partie François Mitterrand et Jean de Fabrègues, mais aussi des résistants juifs comme Arno Klarsfeld, réfugié avec son fils Serge dans la forteresse de Montmaur en 1943. Voir Pierre Péan, Dernières volontés, derniers combats, dernières souffrances, Plon, 2002, chapitre 9.

62 Selon le témoignage de Jacques de Montjoye, certificat à l’en-tête du M.N.P.G.D., le 3 décembre 1945, fonds Fabrègues.

63 Joseph Folliet, “Souvenirs”, Chronique Sociale, extraits non datés, fonds Fabrègues. Joseph Folliet a été proche d’Esprit, comme Jacques Madaule dont il a défendu la candidature contre celle de Chiappe lors des élections municipales de 1935. En 1943, il publie aux Éditions du Temps Présent un recueil de poèmes, intitulé Les chants du soleil noir, dont il dédicace un exemplaire à Fabrègues en signe d’amitié.

64 Témoignage de Jean Joba, ancien Lieutenant de Vaisseau, membre de l’O.R.A. et de l’Amicale des Réseaux de la France Combattante, 22 mars 1946, fonds Fabrègues.

65 Ainsi par exemple dans les numéros des 27 décembre 1942, 16 mai, 25 juillet et 26 décembre 1943.

66 Jean de Fabrègues, “Souffrances de la France”, Demain, 25 juillet 1943.

67 De l’automne 1940 à février 1944, le coût de la vie augmente de 166 % et les rations alimentaires journalières tombent à 850 calories.

68 Jean de Fabrègues, “Les catholiques et l’autorité de la hiérarchie religieuse”, Demain, no 90, 17 octobre 1943.

69 Ibid. La supposition faite sur l’identité du prélat conseiller de Fabrègues en novembre 1942 est ici confortée.

70 Jean de Fabrègues, “Pour le Noël de la résurrection française. La France doit apporter le message des valeurs de la vie”, Demain, 17 décembre 1942.

71 Ibid.

72 Jean Guitton, “Journal de captivité, 28 décembre 1942”, Demain, no 66, 2 mai 1943.

73 Père Léon Merklen, “Journal de guerre 1941/1944”, archives des pères de l’Assomption, Rome. Selon Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, op. cit, p. 85.

74 Demain, “Mise au point”. Demain, no 79, 1er août 1943.

75 Jean de Fabrègues, “Pour le Noël de la résurrection française. La France doit apporter le message des valeurs de vie”, Demain, 27 décembre 1942.

76 Jean de Fabrègues, “Anniversaire. Demain”, Demain, 7 février 1943.

77 Explicités pour la première fois dans le numéro de Demain du 24 mai 1942 : Jean Guitton, “Pour une doctrine de la communauté française”.

78 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain. Incarnation de l’homme”, Demain, 4 avril 1943. Cet article ne manque pas d’exciter une fois encore la verve de la presse parisienne. Sous le titre, “Le quai des brumes”, L’Appel du 6 mai 1943 moque "les chimères” des “idées de Demain”.

79 Ibid.

80 Jean de Fabrègues, “Les idées de Demain. Vers l’unité dans la précision”, Demain, 18 avril 1943.

81 Dans le numéro du 21 mars 1943, l’éditorial de Jean de Fabrègues, intitulé “A propos d’un livre de M. Jean Lacroix. Ordre de contrainte ou ordre humain ?” s’inspire de deux livres de Jean Lacroix (Personne et amour, paru aux Éditions du Livre Français à Lyon, et Vocation personnelle et tradition nationale, chez Bloud et Gay), pour affirmer que “les valeurs de la vie ne peuvent être données à l’homme du dehors et par contrainte.”

82 Dans son éditorial du 25 avril 1943, Fabrègues évoque “le message de la résurrection française" à propos d’un article de Stanislas Fumet dans Les Cahiers de notre Jeunesse et du cahier de “controverse sur le génie de la France” paru dans Les Cahiers du Rhône. Son éditorial du 20 juin 1943, “Témoignages sur le Procès de la France”, fait retour aux Cahiers du Rhône pour évoquer les articles de Roger Secrétain et Stanislas Fumet. Celui du 24 octobre, “Présence et ardeur de l’esprit chrétien”, évoque “l’abondance des témoignages” de l’esprit chrétien dans la “France d’aujourd’hui” et cite toutes les publications “résistantes” : revues jésuites, dominicaines, bénédictines, “les très beaux articles du Père de Lubac” dans Cité Nouvelle : “L’esprit ne s’avoue pas vaincu.”

83 L’Union Française, “Duplicité”, fonds Fabrègues.

84 Jean de Fabrègues, “Sur une rencontre avec des travailleurs du service obligatoire”, Demain. 16 mai 1943.

85 Ibid.

86 Il s’agit de la précision suivant laquelle les bombardements donnent lieu à un spectacle douloureux “que certains d’entre vous ont déjà contemplé dans leur propre pays.”

87 Jean de Fabrègues, lettre à Monsieur le Chef de la Censure Régionale, 6 juin 1944, fonds Fabrègues.

88 Gustave Thibon, lettre à Jean de Fabrègues, 19 juin 1944, fonds Fabrègues.

89 Notes manuscrites, non datées, fonds Fabrègues.

90 Alias Fabrègues ? Les articles de Destin sont anonymes, seulement signés de noms de villes.

91 Bizerte, “Les idées et les hommes d’hier sont morts : laissez-les au tombeau”, Destin, no 2, juin 1944.

92 Ibid.

93 Destin, “Mise en garde”, Destin, no 2, juin 1944.

94 Bizerte, “Contre le communisme. Il faut être aussi fort que lui”, Destin, no 3, juillet 1944.

95 Sarrelouis, “Terreur brune et terreur rouge”, Destin, no 3, juillet 1944

96 Destin, “Destin et la résistance”, Destin, 10 août 1944.

97 Fort-de-France, “La question ne se pose pas”, Destin, no 3, juillet 1944.

98 Bizerte, “Les idées et les hommes d’hier sont morts : laissez-les au tombeau”, Destin, no 2, juin 1944.

99 Dakar, “De nouveaux messieurs”, Destin, no 2, juin 1944.

100 Ibid.

101 Saigon, “Un danger : l’anticommunisme”, Destin, no 4, 10 août 1944.

102 Dakar, “De nouveaux messieurs”. Destin, no 2, juin 1944.

103 Ce qui revient à deviner François Mauriac, qui se cache effectivement derrière le pseudonyme de “Forez”. Jean Paulhan, qui fait office de directeur littéraire des Éditions de Minuit à partir de 1942, avait fait la connaissance de Fabrègues avant guerre. Celui-ci avait toujours montré du respect pour le travail de Paulhan à la tête de la NRF et ils étaient en bons termes.

104 Metz, “Liberté, force et justice”, Destin, 10 août 1944.

105 Ouvrage publié par Lamennais le 30 avril 1834 et condamné le mois suivant par L’Encyclique Singulari nos (25 juin 1834).

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search