Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Troisième partie. A la recherche d'une politique chrétienne

Chapitre X. Une proximité d’idées grandissante à l’approche de la guerre

Texte intégral

  • 1 Combat évoque peu l’affaire espagnole, ne lui accordant que deux articles pendant toute la durée de (...)

1Dans les crises qui se succèdent jusqu’à la guerre, la Jeune Droite Catholique continue de se signaler par son anticonformisme. Au milieu de circonstances de plus en plus pressantes, elle poursuit son projet de restauration nationale qui ne se satisfait d’aucune des idéologies existantes. Elle ne prend pas partie dans la guerre d’Espagne, ne l’évoquant réellement qu’après la victoire franquiste et seulement pour rappeler au nouveau pouvoir ses devoirs révolutionnaires1. En France, la succession des gouvernements Chautemps, Blum et Daladier qui peinent à maîtriser la déroute économique et les troubles sociaux, achève de la convaincre que le pays n’a pas les moyens de lutter contre la volonté de puissance allemande. Aussi applaudit-elle, au lendemain de l’Anschluss, les positions pacifistes des démocraties occidentales. Il n’y a là cependant de sa part nul défaitisme : l’objectif est de gagner du temps pour créer dans le pays un climat propre à l’éclosion d’une Révolution nationale. Un nouveau mouvement, Civilisation, est lancé à côté de Combat pour définir et répandre les principes à défendre face à l’ensemble des totalitarismes.

2Dès ce moment certains collaborateurs d’Esprit se joignent à l’équipe de Fabrègues. D’abord proche des positions de la gauche française, l’équipe de Mounier adopte après Munich des points de vue indépendants. Tandis que la Jeune Droite Catholique voit reculer la perspective d’un conflit avec soulagement quoique sans illusions, les rédacteurs d’Esprit se partagent entre munichois et antimunichois. Cependant, la guerre apparaît vite inévitable : dès lors, à Combat, Civilisation et Esprit, tous s’accordent pour affirmer l’urgence de la régénération française.

I. Un non-conformisme révolutionnaire

3L’ouvrage de Thierry Maulnier, Au-delà du nationalisme, paraît en février 1938 à la N.R.F. Sans représenter à proprement parler un programme politique pour la Jeune Droite Catholique, le livre reprend plusieurs thèmes qui l’ont mobilisée depuis l’origine. 11 introduit à la définition d’un programme révolutionnaire qu’il pense adapté à la réalité française.

“Au-delà du nationalisme”

  • 2 Le 19 janvier, à la Salle des Sociétés Savantes à Paris, réunion autour de Thierry Maulnier, Jean d (...)

4Un tract imprimé à l’occasion de la sortie du livre de Maulnier prévient que “les thèses […] exposées seront développées, commentées, propagées dans la revue Combat” Telle est la tâche à laquelle se dévouent en 1938 les plumes conjointes de Jean de Fabrègues, Jean-François Gravier, Maurice Grandchamp et Thierry Maulnier lui-même, alias aussi Dominique Bertin. Dans le même esprit, ils animent avec d’autres membres de la rédaction des réunions de propagande à Paris et en province2.

  • 3 Thierry Maulnier, “L’état des forces en face de la société libérale”, Combat, janvier 1938.
  • 4 Ibid.

5Avec cet ouvrage, Maulnier entreprend de dépasser les idéologies qui partagent son époque : il aspire à réconcilier révolution et nation. Selon lui, de l’exploitation de la société industrielle par la bourgeoisie libérale n’est pas sorti le seul prolétariat mais : “dans un deuxième stade de l’évolution machiniste […], une classe intermédiaire […], nombreuse, de salariés non prolétaires.” Malgré la médiocrité de leur niveau de vie, ces catégories intermédiaires ont refusé de “se confondre avec la classe prolétarienne (et) ont fait le succès du fascisme (qui), sous une forme plus ou moins obscure et mystique […] leur permettait de restaurer et de sauver une communauté nationale qu’elles ne considéraient pas comme l’artifice de domination d’une caste de maîtres mais comme leur propre bien3”. A l’inverse le syndicalisme, qui aurait pu constituer une communauté de remplacement pour le prolétariat, s’est trouvé partagé entre des éléments qui le faisaient entrer “dans le jeu de la démocratie politique et des puissances sociales dont (elle) était l’instrument (ou) dans une aventure révolutionnaire sans issue4.”

  • 5 Thierry Maulnier, “Pour un examen de conscience du nationalisme”. Combat, février 1938.
  • 6 Jean de Fabrègues, “Libérer le prolétariat”. Combat, mai 1938.
  • 7 Pavé de présentation de l’ouvrage de Thierry Maulnier : Au delà du nationalisme, Combat, mars 1938.

6Ainsi existe-t-il, selon Maulnier, une continuité historique entre libéralisme, marxisme et nationalisme fasciste, le premier ayant suscité les réponses successives des deux seconds. L’auteur ne cache pas que si aucune de ces doctrines n’est satisfaisante, c’est cependant le fascisme qui a sa préférence dans la mesure où il fait la démonstration de la supériorité de l’aspiration communautaire et nationale sur les forces de dissociation que sont la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat révolutionnaire. Il assortit cependant aussitôt cette appréciation d’une restriction : tels qu’ils se présentent, les “nationalismes fascistes” risquent de n’inspirer que “des révoltes convulsives de la conscience nationale5”. Pour lui, la solution consiste donc à aller “au-delà du nationalisme” en demandant “au socialisme de reprendre conscience de l’existence de la nation, au nationalisme de prendre en charge la résolution des problèmes dont le socialisme est né6”. Le vrai nationalisme devra se débarrasser de tous les libéralismes, économique et politique : il se fera contre l’argent et contre la démocratie qui n’est que l’habillage politique du capitalisme. Le vrai socialisme sera débarrassé de son caractère prolétarien et intéressera “organiquement, totalement la révolution à la nation7.”

Une Révolution nationale

7Ainsi l’équipe de Combat est-elle conduite à jeter les bases d’une “Révolution nationale”. Dans une sorte de frénésie tirée de la crainte d’une guerre qui naîtrait de “l’alliance entre les forces révolutionnaires marxistes et les forces de conservation politique et sociale”, la revue se lance dans un questionnaire auprès des partis et une enquête dans les milieux politiques et littéraires, affichant par là une volonté révolutionnaire absolue : c’est la structure même de la société qu’il faut changer. Sur ce point, Fabrègues n’apparaît pas en reste sur Maulnier, mais apporte une coloration spirituelle à la vision exclusivement politique de son confrère.

  • 8 Jean de Fabrègues, “Libérer le prolétariat”, Combat, mai 1938.
  • 9 Ibid.

8Le temps est bien venu de recréer une communauté nationale, acquiesce-t-il, mais il faut porter le problème encore plus loin et se poser la question de la prise de conscience, par le prolétariat comme par l’ensemble des acteurs sociaux, d’une participation autre que seulement matérielle à la construction communautaire. Dans tout l’ensemble de leurs relations, les hommes agissent entre eux : “par habitude ou. lorsqu’ils se croient libres, par opinion. Et, en ce dernier cas, pas plus que dans le premier ils ne savent ce qu’ils font, obéissant à des consignes portées par la presse ou par le parti ou par le milieu ou par l’air du temps, qu’ils ne reconnaissent même plus parce qu’ils se fient à des mots dont nul ne connaît plus le sens8”. Pour le prolétariat en particulier, la conscience de classe présente n’intègre pas “la reconnaissance de la primauté du spirituel (ni celle de) la valeur de la nation ou de toute autre force normale de discipline humaine.” La révolution devra donc “substituer à un édifice social où les valeurs sont parlées un édifice social où les valeurs seront vécues […] L’action révolutionnaire ne se marque pas pour nous au nombre des bombes, à l’action dans la rue.” Elle consiste à exiger “d’un ensemble social qu’il substitue une nouvelle optique de la vie à celle qui existe9.”

  • 10 T.M., “Questions aux partis”. Combat, février 1938.

9Combat propose donc aux partis les formules d’un ordre échappant à la fois au radicalisme, aux trusts, à la dictature et au “stalinisme pseudo-marxiste”, un ordre dont il suppose qu’il est conforme aux aspirations de la majorité des Français. Six points sont ainsi proposés dont l’acceptation doit conduire à une transformation de la structure même de la société : reconnaître la lutte des classes comme résultat de la structure sociale et non comme une invention révolutionnaire ; voir dans la démocratie libérale le visage politique du capitalisme libéral ; en conclure que dans ce régime le pouvoir réel appartient à l’argent ; ce qui conduit le prolétariat et l’État également soumis à cette puissance à s’en libérer dans le cadre national ; conserver le syndicalisme comme arme privilégiée de la revendication prolétarienne ; enfin : “soustraire toutes les catégories de la nation à la domination d’une classe10.”

  • 11 Une enquête de Maurice Grandchamp et François Gravier, “Comment libérer l’État de la tyrannie de l’ (...)
  • 12 Ouvrage publié en 1936.

10Une enquête interroge les lecteurs à partir de mars sur les moyens de libérer l’État de la tyrannie de l’argent. Maurice Grandchamp et François Gravier expliquent ainsi leur propos : “11 s’agit non d’acclamer tel régime ou tel homme mais de tracer à grands traits le visage d’un État indépendant des factions économiques et la forme de sa collaboration avec les différentes forces matérielles et morales de notre pays11.” L’enquête court jusqu’en juillet 1938, recueillant les réponses de nombreux correspondants croyants et non-croyants, chrétiens de gauche et de droite : Charles Plisnier, écrivain belge qui a rompu avec le communisme ; Robert Honnert, catholique qui s’en est au contraire rapproché ; Emmanuel Mounier, directeur d’Esprit ; Denis de Rougemont, universitaire suisse présenté comme l’auteur de Penser avec les mains12 ; Drieu La Rochelle, l’auteur de Mesure de la France ; Jean Grenier, critique politique à la Nouvelle Revue Française ; Jean Le Cour Grandmaison, député de la Loire-Inférieure ; Georges Viance, rédacteur social de La Croix, spécialiste des questions corporatives ; André Voisin, directeur de la Justice Sociale, animateur de la propagande corporatiste ; Philippe Henriot, député de la Gironde ; les rédacteurs de La Flèche pour le Parti Frontiste.

  • 13 François Gravier, “Conclusions à l’enquête : Comment libérer l’État de la tyrannie de l’argent ?”, (...)
  • 14 François Gravier, “Conclusions à l’enquête”. Combat, juillet 1938.
  • 15 Jean de Fabrègues, “De la tactique politique à la reconstruction sociale”, Combat, juillet 1938.

11Dans ses conclusions13, Jean-François Gravier souligne comme “point commun à tous (ses) interlocuteurs, leur indépendance à l’égard des orthodoxies actuelles.” Le non-conformisme de Combat en sort renforcé. Il adhère à l’accusation de libéralisme portée par Georges Viance contre l’ensemble des forces politiques, comme au refus du marxisme manifesté par les Frontistes qui se disent contre l’économique d’abord. Combat rejette également la solution du fascisme, reprochant à Drieu La Rochelle de “se soumettre trop volontiers au dilemme tyrannie de l’argent – tyrannie de l’État”. Les solutions proposées par Jean Grenier, Denis de Rougemont et Emmanuel Mounier lui paraissent traduire une volonté personnaliste avec laquelle la revue s’accorde tout en souhaitant y introduire. un minimum d’autorité, selon la formule de Maurras : “L’autorité en haut, les libertés en bas”. La seule méthode “positive”, conclut Jean-François Gravier, reprenant les réponses d’André Voisin, de Jean Le Cour Grandmaison et de Charles Plisnier, “nous est ici fournie par les militants du catholicisme social, c’est à dire du corporatisme14.” Dans ce même numéro de Combat, Fabrègues dit son accord pour : “une politique de la personne, si l’on veut entendre par là qu’une politique doit tenir compte de tout ce qu’est l’homme.” Mais il ne peut se défendre de craindre un préjugé optimiste sur la nature humaine donnant à croire que “les citoyens abordent en pleine conscience et connaissance les problèmes de la cité15.”

12Ainsi se trouve esquissé au début de 1938 un ordre qui, pour être révolutionnaire, n’en prétend pas moins échapper à toutes les définitions données jusque là à ce qualificatif : ni libéral, ni marxiste, ni fasciste, ni même personnaliste dans la conception rousseauiste prêtée à Mounier. Si l’on peut lui accorder crédit comme antilibéral et antimarxiste, doit-on faire preuve de la même confiance envers son caractère antifasciste ? Sa volonté de marier nationalisme et socialisme en particulier n’offre-t-elle pas une certaine analogie avec le national-socialisme de l’Allemagne hitlérienne ? 11 ne le semble pas, à considérer le contenu que la Jeune Droite Catholique donne aux concepts de nationalisme et de socialisme. Les preuves abondent en effet de son refus de ce qui constitue la substance même des nationalismes fascistes : la toute-puissance de l’État, de la Nation ou de la Race. Dans une “Lettre à Combat” qui lui a été demandée par René Vincent, Robert Francis écrit en juillet 1938 : “Malgré les stupides exagérations, les basses hypocrisies de l’antifascisme et du capitalisme réunis, je crains que le fascisme soit aussi un régime d’une telle intolérance intellectuelle, d’une telle brutalité spirituelle que, de tout cœur, je prie le Dieu que j’invoque encore d’en préserver à jamais la France.”

13Le nationalisme de Combat tient du communautarisme plutôt que du désir de domination allemand ou italien. Son socialisme hérite de Proudhon. L’accent est mis sur le politique à la manière de Maurras. Le souci du spirituel habite la volonté de sauver la civilisation à la façon de Massis. Tout cela signe certes une position anticonformiste aussi originale qu’éclectique, mais ne suffit pas à faire de Combat l’expression d’un fascisme français, à moins de considérer comme telle toute position antidémocratique et corporatiste dans les années trente. De même, au lendemain de l’Anschluss, l’attitude adoptée par la rédaction de la revue ne saurait être interprétée comme un manque de patriotisme mais comme la conséquence d’un esprit révolutionnaire antidémocratique.

Un attentisme antidémocratique

14Le 30 mars 1938, l’Anschluss ouvre une nouvelle période pour le témoignage de la Jeune Droite Catholique. La perspective d’une guerre prochaine habite désormais les colonnes de Combat et alimente un discours attentiste inspiré par des considérations politiques. Ce n’est pas par défaitisme que Combat prêche la non-intervention face aux appétits grandissants d’Hitler. Paradoxalement, ce n’est pas non plus sans passion patriotique. Son attitude signe avant tout sa rancœur envers le régime démocratique qu’il estime coupable de l’affaiblissement de la France. Déjà sensible au lendemain de l’Anschluss, elle se précise avec les menaces qui pèsent sur l’intégrité de la Tchécoslovaquie et laisse pressentir ce que sera l’idéologie du régime de Vichy à ses débuts.

  • 16 Thierry Maulnier, “La mode est à l’Union Sacrée”, Combat, avril 1938.
  • 17 Thierry Maulnier, “Il ne faudra pas rendre ses armes”. Combat, mai 1938.

15Le gouvernement Daladier formé le 10 avril 1938 appelle à l’union sacrée : prétention inacceptable aux yeux de Thierry Maulnier qui dénonce là un mythe destiné à éviter aux dirigeants d’assumer leurs responsabilités : “Les partis de gauche, responsables immédiats du désordre par leurs sottises, s’associent aux partis de droite responsables lointains du désastre par leur inertie et leur aveuglement politique16”. Cet appel à la guerre résulte d’un “chantage de la démocratie à la France : entre la plus grande victoire de la France et le nouveau massacre éventuel que les maîtres de la France ont réussi à faire sortir de cette victoire, il ne s’est passé que vingt ans. Le monstre né des œuvres des politiciens français n’a pas mis plus longtemps à grandir que les enfants qu’il doit dévorer. Les pères en 1918. Les fils en 1938 ? Cette magnifique démocratie pour laquelle on nous demande de courir aux frontières n’est pas même capable d’assurer une mort naturelle à une génération de Français sur deux […] Entièrement imputable au régime, la guerre n’en menacera pas moins plus que le régime, la chair et l’esprit de la France. La démocratie attire la foudre, mais c’est la France qui brûle17.”

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

16L’amère satisfaction de n’être pas dupes d’un tel chantage ne dispense pas de remplir son devoir patriotique, mais inspire d’aller au-delà : “Nous avons décelé l’équivoque innommable qui confond, aux jours de péril, la réalité même de la patrie avec les institutions, avec la société qui exploitent la France, l’asservissent et, le jour venu, se cachent derrière elle. Nous savons aussi qu’il est impossible de ne pas céder à ce chantage, qu’il est nécessaire au salut de la France que nous y cédions18”. Mais alors, pour ces victimes d’une imposture, la seule consolation sera “de posséder la certitude inébranlable que leur tâche historique ne se termine pas, que les armes ne doivent pas leur tomber des mains avec la défaite de l’ennemi étranger, mais seulement avec l’écrasement de l’ennemi intérieur : du régime et de la société démocratiques19.”

  • 20 Louis Salleron, “La France doit-elle se battre pour la Tchécoslovaquie ?”, Combat, juillet 1938.

17La position de Combat s’infléchit au fur et à mesure que la menace allemande se précise sur la Tchécoslovaquie. La France doit-elle se battre pour la Tchécoslovaquie ? s’interroge en juillet 1938 Louis Salleron qui répond par la négative à coup d’arguments peu glorieux. “Juridiquement, elle n’y est pas tenue”, du moins “pas plus qu’un autre pays”, constate-t-il d’abord. Le traité bilatéral de 1924 ne contient en effet qu’une obligation de concertation en cas de danger et celui de Locarno édifie un système de sécurité collective dont tous les États sont également garants. “Le problème n’est pas d’intervenir ou de ne pas intervenir, mais de ne pas intervenir les premiers.” Il n’y a qu’à laisser agir “ceux qui se sont sournoisement coalisés contre nous pour disloquer le traité de Versailles.” Selon lui, les pays du centre et de l’Est de l’Europe tournent les yeux vers l’Allemagne, semblant ignorer que “c’est dans la notion de race que l’Allemagne puise son dynamisme (et) le mépris le plus complet pour les slaves.” Et sur un ton de rancune aveugle qui n’est peut-être pas loin de caractériser une bonne partie de la droite française, Louis Salleron conclut : “Ne portons pas à bout de bras une Europe stupide et qui nous déteste. Rentrons dans notre pré carré et barricadons-nous-y. Nous avons à remettre de l’ordre chez nous, pas ailleurs20.”

  • 21 Jean de Fabrègues, “Les nouveaux bellicistes et la vraie dignité de l’Homme”, Combat, avril 1938.

18Ainsi la Jeune Droite Catholique refuse-t-elle une guerre faite au nom d’une France et d’une Europe où elle ne se reconnaît pas. C’est ce que confirme au même moment l’argumentation de Jean de Fabrègues dans Combat pour qui la guerre prochaine sera bien le résultat d’une confrontation entre deux “déchaînements”, mais non pas ceux du fascisme et de l’antifascisme, ceux de “la passion démocratique et de la passion nationaliste”. La première est à ses yeux synonyme d’“un monde qui n’a que sa satisfaction pour idéal”, la seconde désigne l’ensemble des “mystiques totalitaires”, celle d’Hitler comme celle de Staline. La véritable dignité de l’homme serait de reconnaître qu’il doit vivre dans cette tension : “Le pacifisme avait été l’ignorance des conflits intérieurs de l’humanité, les déchaînements d’aujourd’hui sont leur revanche. On ne se hausserait pas mieux au niveau d’une humanité véridique en les acceptant tels quels, qu’hier en refusant de les tenir pour existants […] La condition humaine est dans l’acceptation de ce conflit, mais consciente, dans son approfondissement et sa réalisation. Elle est dans une action menée au milieu même de ce conflit, en le dominant par la grandeur des biens qu’il dégage21.” C’est dans une telle direction que Fabrègues s’engage alors en créant le mouvement Civilisation.

II. Civilisation et Esprit

  • 22 Celle-ci ne laisse pas d’impressionner par le cosmopolitisme et la compétence des auteurs qu’elle p (...)

19C’est un étrange petit bulletin qui paraît en avril 1938. La modestie de son apparence - un cahier semblable à ceux de Réaction, dépassant rarement une cinquantaine de pages - tranche avec la célébrité des collaborateurs dont la liste s’imprime en bleu marine sur la couverture bleu ciel de chaque livraison. Il se présente comme l’organe “mensuel analytique et critique du mouvement Civilisation” et ne donne à ce titre ni direction, ni comité de rédaction. Seules s’inscrivent au dos de chaque numéro une domiciliation au 214 de la rue de Rivoli et une administration à la Librairie Médicis dans le sixième arrondissement de Paris22.

20Selon la Déclaration qui ouvre le premier exemplaire et sera répétée à chaque parution, les auteurs s’unissent pour “défendre […] la civilisation française […] menacée aujourd’hui par les doctrines totalitaires.” Ils croient “contraire aux exigences de l’esprit, à la grandeur de son rôle historique, de prétendre l’asservir à l’enchaînement des fatalités matérielles, de lui imposer une doctrine impérative, de réclamer de lui une adhésion active en faveur d’une certaine forme de société, d’une certaine image divinisée de l’État ou de la race.” Refusant le qualificatif de politique pour l’œuvre entreprise comme celui de culturelle au sens étroit du terme, ils prétendent “rendre à la pensée son rôle directeur dans l’histoire humaine et rappeler que son libre exercice et sa puissance créatrice sont à l’origine de toute dignité humaine, de tout progrès et de toute civilisation.”

21S’inscrivant dans une perspective plus large que le Manifeste pour un parti de l’Intelligence de Massis, ce texte se situe directement dans l’héritage de Réaction et de l’ensemble des revues de Fabrègues par sa volonté d’indépendance politique, d’engagement intellectuel et de confiance en l’efficacité de la pensée. Il montre aussi l’influence prépondérante d’un penseur catholique devenu, après Bernanos et Mauriac, le nouvel inspirateur de la Jeune Droite Catholique : le philosophe Gabriel Marcel. Il est à l’origine d’un mouvement et d’une revue qui ne sont pas sans rappeler la tentative d’Esprit, un Esprit toutefois qui aurait fondé sa spécificité sur une stratégie anticommuniste.

Une réaction anticommuniste

22Il est intéressant de noter qu’il ne s’agissait pas là du texte d’origine ou plutôt qu’il ne formait qu’une partie d’un manifeste dont Fabrègues conserva le brouillon corrigé de sa main. Cette première rédaction montrait, beaucoup plus clairement que la seconde, le caractère de réaction anticommuniste du lancement de Civilisation. Il semble que ce soit la difficulté à rassembler les signatures espérées au bas du manifeste et le souci d’élargir son audience qui aient motivé sa transformation en une déclaration moins incisive sur le plan politique.

  • 23 Manifeste de Civilisation, texte inédit, fonds Fabrègues.

23L’intention de départ était de présenter les pensées fasciste et antifasciste comme un double mythe inventé par les communistes pour investir le camp libéral, d’où il résultait que : “l’appel à la liberté devenait automatiquement un appel à la révolution marxiste (tandis que) le libéral se trouvait égaré dans une forêt de poings tendus. […] Les communistes se paraient des plumes libérales pour mieux poursuivre leur œuvre subversive et négatrice de la liberté. Et les intellectuels vraiment libres qui leur résistaient passaient pour les soi-disant ennemis de la culture.” De cette “inversion inouïe” résultait “la confusion mentale […] de ces dernières années” amenant la civilisation au niveau d’un “problème de défense nationale”23.

  • 24 Il ne peut s’agir que de Combat, la lettre datant de novembre 1937. Ecrivain et critique littéraire (...)
  • 25 Henri Bergson, lettre à ? Il pourrait s’agir de Gabriel Marcel étant donné l’intimité du contenu du (...)
  • 26 Georges Duhamel (1884/1966) était à la fois médecin et écrivain. Prix Goncourt en 1918 pour son ouv (...)
  • 27 Georges Duhamel, lettre à Jean de Fabrègues, 17 janvier 1938, fonds Fabrègues.
  • 28 André Maurois, lettre à Jean de Fabrègues, 10 janvier (vraisemblablement 1938), fonds Fabrègues.
  • 29 Ibid., 8 avril 1938.
  • 30 Jacques Vier, “A. Maurois. Chateaubriand (Grasset, éditeur)”, Civilisation, décembre 1938.

24Au tournant des années 1937/1938, le manifeste fut envoyé, à un certain nombre de personnalités de la vie culturelle française dans l’espoir de recueillir leur adhésion. Les réponses d’Henri Bergson, de Georges Duhamel et d’André Maurois ont été conservées par Fabrègues. Toutes montrent un accord sur le fond, mais ne cachent pas leur réticence envers un tel type de témoignage. Bergson déclare “lire régulièrement Ramon Fernandez dans la NRF et Jean de Fabrègues dans la revue qu’il a fondée24”, mais refuse sa signature, expliquant : “Je n’ai jamais vu un manifeste d’un caractère général obtenir la moindre parcelle du résultat cherché, alors qu’en opposant des personnes à des personnes, il risque au contraire d’aggraver les conflits entre idées25.” Même ton pour Georges Duhamel26, souvent critiqué par René Vincent dans ses rubriques littéraires et qui s’en était plaint à Fabrègues. Le reproche de double langage qui lui était fait ne semble désormais plus de mise et lui-même, sans rancune, donne toute son approbation au manifeste, non sans se dérober toutefois : “J’ai pris publiquement […] la résolution de ne plus jamais signer les écrits collectifs […] Cela dit, je vous déclare de bon cœur que je vous donne raison sur presque tous les points et que mes vœux vous accompagnent27.” André Maurois, enfin, se dit “en plein accord avec les idées imprimées dans le tract” et s’écrie : “Il y a un grand livre à écrire en notre temps, c’est l’Anti-Marx28.” Dans un courrier ultérieur, il accepte “très volontiers” d’écrire un article pour Civilisation29. Ce sera sa collaboration à la présentation par Jacques Vier de sa biographie de Chateaubriand parue quelques semaines plus tard30. De même les deux autres destinataires du manifeste publièrent-ils dans Civilisation, confirmant ainsi leur communauté d’idées avec la revue. Cet épisode fait apparaître l’accord du milieu intellectuel catholique envers l’interprétation de Fabrègues d’une manipulation communiste de l’opposition fascisme/antifascisme. Il éclaire aussi d’un jour nouveau la pacifisme de cette Jeune Droite Catholique ni défaitiste, ni insensible au danger nazi, mais convaincue d’être victime de la propagande marxiste.

  • 31 Gabriel Marcel, lettre à Jean de Fabrègues, 8 juin (vraisemblablement 1938), fonds Fabrègues.
  • 32 Le PSF (Parti Social Français), qui avait succédé aux Croix de Feu, était resté extérieur au Front (...)
  • 33 Manifeste corrigé de la main de Jean de Fabrègues, fonds Fabrègues.

25Une lettre de Gabriel Marcel donne enfin à penser que la banalisation du texte et sa transformation en simple déclaration correspondirent aussi à la volonté de ne pas effrayer les milieux politiques modérés, de façon à assurer l’influence la plus large possible au mouvement : “Il y a des gens qui nous seront précieux et qui peuvent se plaindre qu’on ait surpris leur bonne foi si le contenu du mouvement s’accentue à l’excès31” prévient-il en citant le PSF32. Sans doute Fabrègues se laissa-t-il convaincre qu’un soupçon de fascisme envers sa revue pouvait résulter d’une attaque trop exclusivement tournée contre le communisme, puisque les corrections apportées de sa main au manifeste ajoutent au péril d’une “doctrine impérative en faveur d’une certaine forme de société” celui “d’une certaine image divinisée de l’État ou de la race33.” On revenait à une défense de la civilisation contre l’ensemble des doctrines totalitaires, sans en privilégier aucune.

“Ne pas séparer la pensée de la vie sociale”

26L’intervention de Gabriel Marcel lors du lancement de Civilisation trahissait ce qui allait s’avérer une véritable paternité envers l’ensemble de l’entreprise. Tout en demeurant dans l’entourage de Mounier, le philosophe était resté proche de la Jeune Droite Catholique depuis La Revue du Siècle. Or, à son initiative, Civilisation faisait preuve d’une originalité par rapport aux créations précédentes de la Jeune Droite Catholique : l’implantation du mouvement et la diffusion de ses idées dans les milieux professionnels. Cette innovation tranchait sur les efforts de propagande plus classiques fournis précédemment par Fabrègues au travers de dîners et de conférences. Elle rappelait par ailleurs l’expérience d’Esprit que Gabriel Marcel avait contribué à lancer aux côtés de Mounier. Plus généralement, elle s’inscrivait dans le sillage des mouvements catholiques de milieux et rejoignait le projet de Fabrègues de placer son œuvre dans le cadre d’une Action Catholique Générale, ainsi qu’il s’en était ouvert à Jean Le Cour Grandmaison. C’est donc avec enthousiasme que la Jeune Droite Catholique apporte son concours à Civilisation dont Gabriel Marcel se montre à la fois le maître à penser et l’animateur, s’efforçant de mettre en pratique l’objectif fixé dans la Déclaration qui ouvre le premier numéro de la revue : “ne pas séparer la pensée de la vie sociale”.

  • 34 Gabriel Marcel, “Réponse à Brice Parain”, Civilisation, juin 1938.
  • 35 Gabriel Marcel, “Liberté et métier”, Civilisation, avril 1938.
  • 36 Ce type d’interventions et leurs animateurs, Lamirand en particulier, font ainsi le lien entre Civi (...)

27Selon son propre témoignage, Gabriel Marcel veut entreprendre une “rééducation” de la société par des “hommes profondément engagés dans des activités professionnelles, que cependant leur réflexion met en mesure de dominer34.” C’est lui qui lance les cercles d’études que le mouvement veut organiser par métier, à l’imitation du Cercle Fustel de Coulanges, pour voir comment accorder les principes de base de la civilisation avec la vocation spécifique de chaque profession35. Ainsi le milieu des ingénieurs fera-t-il l’objet des efforts du mouvement à plusieurs reprises. Des conférences, des réunions privées sont organisées, à l’image de celle de Jean de Fabrègues à l’intention des étudiants sur le “Sens moral et social de la civilisation française” le 11 janvier 1938, ou de celle tenue le 27 juin suivant autour de Daniel Halévy, Gabriel Marcel, Thierry Maulnier, J. Robert et Georges Lamirand, auteur du “Rôle social de l’ingénieur dans la vie d’usine”, paru en 193736.

  • 37 Gabriel Marcel, “Lignes de force I et II”, Civilisation, octobre et décembre 1938.
  • 38 Quelques numéros comprendront au début trois parties, la troisième représentant en quelque sorte un (...)

28C’est encore Gabriel Marcel qui, au lendemain de Munich, s’exerce à reprendre les “lignes de force” que Civilisation doit suivre37. On le trouve dans la partie doctrinale de nombreuses livraisons comme dans les rubriques spécialisées. Car une autre originalité réside dans la présentation de la revue. Chaque numéro est divisé en deux parties38 : la première est réservée à des prises de position et à des articles de fond ; la seconde à des présentations d’ouvrages.

  • 39 Né en 1903, Gustave Thibon n’a alors que 35 ans. Il a été disciple de Jacques Maritain en 1931/1932 (...)

29La partie doctrinale permet à quelques rédacteurs de donner le ton, Gabriel Marcel tout le premier. Il s’entoure d’un aréopage de confrères philosophes et universitaires : Jean Huizinga, historien néerlandais, professeur à l’Université de Leyde, auteur du célèbre ouvrage Déclin du Moyen Âge ; Gustave Thibon, le “philosophe-paysan”, autodidacte surdoué qui n’a encore fait paraître qu’un livre sur La science du caractère chez Desclée de Brouwer en193339. Après être passé chez Maritain, il fait ainsi son entrée dans la mouvance de Fabrègues ; Jean Daujat, omniprésent à Civilisation, qui prépare alors une thèse de philosophie à la Sorbonne ; Étienne Gilson, le maître thomiste ancien directeur d’études de Fabrègues ; son confrère Albert Rivaud qui publie une réflexion sur le marxisme.

  • 40 Gilbert Maire, “Henri Bergson et la défense de la civilisation”, Civilisation, avril 1938.

30Mais Civilisation, dès son premier numéro, affiche également son attachement à Bergson sous la plume de Gilbert Maire, son secrétaire et exégète40 et publie pendant sa courte existence des textes de l’existentialiste Karl Jaspers, des écrivains suisses Charles-Ferdinand Ramuz et Gonzague de Reynold, du philosophe belge Marcel de Corte alors professeur à l’Université de Liège. Dans cette première partie consacrée à la réflexion culturelle, la revue marque bien son caractère philosophique, toujours alimenté mais non dominé par le thomisme, son attachement au caractère chrétien de la civilisation française. Quelques articles politiques s’intercalent dans cet ensemble, confiés à Thierry Maulnier. Interviennent aussi ponctuellement Pierre Dominique et Jean-Germain Tricot. Enfin une galerie de grands témoins, Jean Giraudoux, Daniel Halévy, Georges Duhamel, Charles Plisnier et Brice Parain, complète les positions d’un milieu intellectuel majoritairement de droite, mais où figurent aussi quelques amis d’Esprit venus du communisme comme Plisnier et Parain.

31Les membres de la rédaction venus de la Jeune Droite Catholique se massent dans la deuxième partie consacrée à des Études bibliographiques. Elle occupe près des deux tiers des pages de chaque livraison. Le procédé est habile qui consiste à utiliser un choix de livres parus dans les différentes disciplines, humaines et scientifiques, pour livrer des commentaires originaux et formateurs. Il permet accessoirement de citer en couverture des noms d’auteurs prestigieux. C’est dans cet espace qu’officient Jean de Fabrègues et la plupart de ses anciens collaborateurs, chacun s’étant chargé d’une rubrique : Fabrègues, qui signe aussi de ses initiales et du pseudonyme de Pierre Gignac, de celle des Idées ; Georges Coquelle-Viance et Louis Salleron des Sciences politiques et sociales ; François Gravier (Jean-François Gravier) de L’Histoire et la Géographie ; René Vincent de la Littérature Générale ; Jean Daujat des Sciences physiques et naturelles ; René Vincent, sous le pseudonyme d’Hugues Favart, du Cinéma ; Jean Loisy de l’Esthétique et de l’Histoire de l’art. Des collaborateurs plus irréguliers font aussi le lien avec les premiers temps de Réaction : André Piettre, Jacques-Marie Thomas, Émile Vaast, Francis Veillet-Lavallée, Charles Mauban, Pierre Amandry, Georges Verdeil, mais aussi Alexandre Marc, François Sentein, Jean-Germain Tricot, Claude Roy, Laurent Cély (Jacques Laurent).

32En dehors de ces habitués, les études bibliographiques accueillent en outre une kyrielle d’universitaires et spécialistes scientifiques, faisant de Civilisation une revue de professeurs : Jacques Vier, de la Faculté des Lettres de Rennes officie pour les ouvrages de littérature générale ; les germanistes Otto Scheid et Robert Pitrou, professeur à la Faculté des Lettres de Bordeaux, se consacrent avec l’archiviste paléographe Jean Humbert aux Études Étrangères ; pêle-mêle dans les autres rubriques interviennent : l’agrégé André Joussain, le vulgarisateur scientifique André Georges, le spécialiste du xvie siècle Pierre Mesnard alors maître de conférences à la Faculté des Lettres d’Alger, les professeurs Louis Villat de la Faculté des Lettres de Toulouse, Louis Rougier de celle de Besançon, les professeurs à la Faculté des Sciences de Strasbourg Louis Bounoure et à celle de Dijon Augustin Boutaric, les juristes Louis Le Fur et Achille Mestre, Louis Baudin professeur d’économie politique à la Faculté de Droit de Paris, Léon Beaulieux professeur à l’École des langues Orientales.

33Malgré la profusion et la qualité intellectuelle de ses collaborateurs, le bulletin Civilisation ne dépassera guère le tirage d’un millier d’exemplaires. Mais il joue le rôle de forum pour un large milieu intellectuel. A travers cette réflexion, Gabriel Marcel et la Jeune Droite Catholique espèrent voir se dégager les “lignes de force” d’une culture et d’une civilisation “véridiques”. Le mouvement qu’ils ambitionnent de lancer par milieux professionnels permettra de divulguer cette formation à l’ensemble de la société. Revue et mouvement ajoutent leur influence à l’impact politique de Combat. L’ensemble offrait des éléments de comparaison avec l’entreprise d’Esprit : même orientation à la fois intellectuelle et de terrain ; même ambiance universitaire à la rédaction de la revue ; fidélité de Gabriel Marcel, Gonzague de Reynold, Alexandre Marc, Jean Daujat à leur participation à Esprit. Devait-on voir dans Civilisation un mouvement parallèle ou concurrent de celui de Mounier ? Esprit ne montrait alors ni le souci dominant de l’intérêt national, ni le rejet des positions de gauche qui caractérisaient l’œuvre de Fabrègues. Il reste que les deux initiatives avaient bien pour commune ambition de réhabiliter les valeurs spirituelles au fondement de la vie de la cité. Le choc de Munich allait amener les jeunes catholiques à préciser leurs positions.

III. Autour de Munich

  • 41 Emmanuel Berl, Le pavé de Paris, 3 février 1939. Emmanuel Berl (1892/1976) a fondé Le pavé de Paris(...)

34Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, l’accord de Munich signé entre Hitler, Chamberlain et Daladier fait droit à la prétention de l’Allemagne sur les territoires des Sudètes. Le soulagement français est à la mesure de l’inquiétude ressentie dans les semaines précédentes : encore meurtri par la guerre récente, appauvri en hommes et en richesses, le pays aspire dans sa majorité à la paix. Il en va de même de la classe politique : à quelques minorités près, gauche et droite françaises sont largement munichoises. Seuls échappent à la règle les communistes, fidèles à la stratégie stalinienne de front antifasciste, et les associations juives effrayées par la persécution allemande envers leur communauté. A leur côté il faut aussi compter, selon Emmanuel Berl à l’époque, les financiers internationaux dont il dénonce l’action souterraine : “Je répète une fois de plus aux ploutocrates qui travaillent dans ce sens et d’abord à ceux qui pourraient être de la même race que moi : faites attention, ces manœuvres, elles, ne seront ni secrètes, ni tolérées. La guerre est une chose trop grave, elle comporte pour le pays des risques trop effrayants41.”

35Les jeunes catholiques manifestent leur différence à l’égard de la l’opinion générale, dans leur appréciation de Munich comme dans leur recherche de solutions. Ce non-conformisme ne leur fait pas pour autant partager la même analyse de la situation française : les interventionnistes se dressent contre les pacifistes.

Interventionnistes contre pacifistes

36Esprit semblait désigné par son attitude pacifiste antérieure à accueillir avec satisfaction l’accord de Munich. Le nationalisme de Combat et de Civilisation n’allait-il pas en revanche s’irriter de cette nouvelle abdication des démocraties ?

  • 42 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 215. A cette position que partagent quelqu (...)
  • 43 Emmanuel Mounier, “Lendemains d’une trahison”, Esprit, octobre 1938.

37Dans la mouvance d’Esprit, un certain désordre règne au lendemain du 30 septembre 1938. Tandis qu’une partie de ses collaborateurs s’affirme munichoise, Mounier se refuse quant à lui à considérer plus longtemps les exigences hitlériennes comme une revendication de justice à l’égard du traité de Versailles. Il évoque “la félonie Daladier-Chamberlain” et conclut : “Quoiqu’on fasse, il n’y a pas continuité entre la justice que nous réclamions pour l’Allemagne post-versaillaise et les revendications hitlériennes42.” Avec énergie, il préconise la plus grande fermeté : “Que les démocraties […] opposent menace à menace, force à force, intimidation à chantage […] Qu’elles […] se fassent un style d’action foudroyant43.”

  • 44 Jean de Fabrègues, lettre à sa femme, datée mercredi soir, 23h, puis jeudi matin, fonds Fabrègues.

38A ce bellicisme inattendu du directeur d’Esprit s’oppose la persistance non moins imprévisible de Fabrègues dans le pacifisme. Il semble avoir partagé le jugement de Berl : “L’atmosphère de ce soir est infiniment plus calme”, écrit-il à sa femme à la veille de l’accord de Munich. “La formule que j’emploie (point d’orgueil) depuis quelques jours devient plus vraie que jamais : s’il n’y a pas de trop gros incidents guerriers en Tchéco-Slovaquie et si le parti juif de la guerre qui se démène en France ne parvient pas à nous affoler, si. (comme il est actuellement certain) l’Angleterre est décidée à maintenir la paix et la France décidée à modeler son attitude sur celle de l’Angleterre, il ne doit pas y avoir de guerre européenne44.”

  • 45 Ibid. Mot souligné dans le texte.

39La rédaction de Combat a senti le vent du boulet : “Il s’en est fallu de très peu que ce numéro de Combat ne parut pas”, annonce un encart dans la couverture de la livraison d’octobre : “Tous les rédacteurs de notre revue étant mobilisables, la guerre nous eût nécessairement amenés à en suspendre la publication.” Fabrègues avait lui-même vécu ce moment dans l’angoisse et la prière : “Je ne vous raconte pas l’horrible nuit de mardi à mercredi, les photos classées et prises dans le portefeuille, avec la médaille de Pie X et celle de Saint Jean, le livre de messe et L’Imitation avec les chemises dans la cantine, le pantalon jaune et les godasses au pied du lit”, confie-t-il encore à son épouse, “mais surtout les incroyables grâces dont le Bon Dieu m’a gratifié, cette incroyable absence de la mort, cette vue des choses dans l’éternel, cette certitude. que tout ce que nous avions ici n’était qu’imagé et que la possession du total n’était qu’ailleurs45.”

  • 46 Thierry Maulnier, “La guerre peut-être. Encore faut-il savoir pourquoi”, Combat, avril 1939. Les mo (...)

40Ce n’est pas un sentiment défaitiste qui anime les rédacteurs de Combat. Ils ne doutent pas d’une victoire des puissances occidentales en cas de conflit : même plus tard, en avril 1939, malgré la soudaineté avec laquelle une nouvelle Europe a été redessinée en quinze jours après la conquête par l’Allemagne de la Bohême, la Moravie, la Slovaquie et Memel, Maulnier persiste dans cette certitude avec une prescience quasi gaullienne : “L’Allemagne n’a pas partie gagnée. L’Allemagne engage seulement la vraie partie, la partie avec les nations maîtresses du monde. Je ne parle même pas de la coalition que la Grande Bretagne a décidé de former contre le nouveau Napoléon et formera un jour ou l’autre. Je parle de la seule existence de ces blocs colossaux : l’empire français avec ses cent dix millions d’hommes […], l’empire britannique et ses quatre cent cinquante millions d’hommes […] un jour ou l’autre, les États-Unis et leur puissance industrielle démesurée […] Nous avons dix fois plus d’atouts que l’adversaire encore aujourd’hui46”.

  • 47 Thierry Maulnier, “Il ne fallait pas faire cette guerre”. Combat, octobre 1938.

41Alors pourquoi ne pas engager cette guerre puisqu’elle est gagnée d’avance, ainsi que semble le supposer Maulnier ? Parce que les nouvelles caractéristiques de la guerre moderne feraient affronter aux belligérants une telle ampleur de destructions que la victoire n’aurait plus de signification : “La guerre moderne est trop sanglante et trop dévastatrice, elle porte des coups trop funestes à l’irremplaçable et fragile avoir humain, elle comporte un trop grand débordement d’horreur et de stupidité pour qu’aucun pacte, aucun traité, aucune signature puissent jamais l’imposer” s’écriait-il dans le numéro de Combat d’octobre 193847.

  • 48 Jean de Fabrègues, lettre à sa femme, datée mercredi soir, fonds Fabrègues.

42Une telle guerre mettrait en péril toute la civilisation : “Ce qui se passe en ce moment n’est pas seulement une petite querelle de frontière”, écrit Jean de Fabrègues à sa femme au moment de Munich, “mais le premier acte du drame de la civilisation que nous attendons depuis dix ans. Mettra-t-elle le premier pied dans la tombe en poursuivant ses petites querelles, sans comprendre que la façon dont elle prétend les résoudre (petites discussions tatillonnes, menaces de guerre et guerre, traités du plus fort au plus faible) ne résout plus rien aujourd’hui ? Dans un monde où les moyens de destruction sont ce qu’ils sont aujourd’hui, il faut enfin voir que les effets de certaines guerres seraient de bénéfice moindre que les destructions opérées48.”

  • 49 Thierry Maulnier, “Il ne fallait pas faire cette guerre”, Combat, octobre 1938. Au moment de Munich (...)
  • 50 Louis Salleron, “Le problème français”, Combat, octobre 1938.

43L’enjeu ne serait envisageable que dans un affrontement éclair, permettant l’écrasement immédiat de l’ennemi. Mais contrairement à l’équipe d’Esprit, la Jeune Droite Catholique croit un tel résultat impossible. La guerre moderne impose une conclusion victorieuse rapide, affirme Maulnier : “Une telle guerre, nous ne pouvions pas la faire en 1938 […] Il ne s’agit pas de savoir si nous avions des chances de vaincre : la maîtrise des mers, le blocus, l’immensité des ressources franco-anglaises nous assuraient des chances de vaincre meilleures que celles de l’adversaire. Il s’agit de savoir si nous pouvions vaincre certainement et rapidement. Nous ne le pouvions pas […] Si nous voulions faire à l’Allemagne une guerre de précaution, une guerre préventive, il fallait la faire plus tôt49.” L’évidence éclate que “les forces étaient au mieux équilibrées”, s’exclame Salleron, “Une victoire était possible - disons probable. Mais dans quel délai et à quel prix ? Personne ne peut le savoir. La guerre, dans ces conditions, était le risque suprême. Elle ne nous assurait que des ruines innombrables et des morts par centaines de mille. La victoire même ne la payait pas50.”

Entre politique et idéologies

44Peut-on expliquer ce partage belliciste/pacifiste entre les jeunes catholiques par des sympathies idéologiques : assimiler la position de Mounier à celle du parti communiste, le pacifisme de la Jeune Droite Catholique à une sympathie pour les puissances fascistes ? Autrement dit, peut-on déduire les prises de positions politiques des jeunes intellectuels catholiques, et donc leur opposition, de préférences idéologiques contraires ?

  • 51 Voir “L’affaire Victor Serge” in Michel Winock, op. cit., p. 118.
  • 52 Jacques Madaule, “Bilan et avenir politiques et parlementaires”. Esprit, mars 1938. Né en 1898 à Ca (...)

45Les déclarations des uns et des autres interdisent une telle hypothèse. Esprit comme la Jeune Droite Catholique, n’avaient jamais caché leur rejet des doctrines communiste et fasciste et venaient encore l’année précédente d’y être encouragés par les encycliques pontificales. Par le soutien et l’amitié témoignés au dissident soviétique Victor Serge, Esprit avait montré depuis longtemps que son alignement sur la gauche ne l’aveuglait pas sur le régime stalinien51. En mars 1938, Jacques Madaule reconnaissait que malgré “leurs affirmations de loyalisme national, les communistes apparaissent toujours suspects de jouer uniquement le jeu de Moscou” qu’il qualifiait de “dictature personnelle52.”

  • 53 Thierry Maulnier, “Valeurs démocratiques et valeurs françaises”. Combat, février 1938.
  • 54 Pierre Dominique, “Horizons de la civilisation française”. Civilisation, décembre 1938

46Quant à la Jeune Droite Catholique, malgré son admiration pour le dynamisme des régimes fascistes, elle refusait de favoriser “l’antéchrist”, ainsi que Civilisation désignait Hitler et qualifiait l’éventualité “d’une France fasciste, raciste et totalitaire” d’hypothèse faisant “renier (à celle-ci) sa substance, son sens et sa justification devant l’histoire53.” Fascisme (avec une différence dans l’excès totalitaire entre fascisme italien et nazisme allemand) et communisme apparaissaient mis sur le même plan quant à leur agressivité : contre la culture traditionnelle de l’Occident se dressent “des impérialismes, type impérialisme italien, le monstre soviétique et le monstre germanique”. Que veulent-ils ? s’interrogeait Pierre Dominique dans Civilisation au lendemain de Munich “L’anéantissement du christianisme (ainsi que celui) du peuple juif considéré comme l’ancêtre du christianisme […], autant dire […] l’anéantissement des valeurs judéo-chrétiennes […], de tout ce que nous appelons humanisme et universalisme.” Pour faire échec à ce terrible projet, la solution ne consistait pas à se jeter dans une guerre mais à retarder leur alliance : “Munich, c’est du temps gagné (contre) une civilisation germano-soviétique […], le national-bolchevisme.” Le salut de l’Europe chrétienne passe par la construction d’une “ligue des nations de l’Ouest […], puissances de caractère impérial […] s’appuyant sur l’Afrique, le Proche-Orient, l’Amérique […] Puissances de tradition chrétienne ou judéo-chrétienne (rôle du Vatican, rôle de l’esprit biblique des Anglais. Spirituellement, nous sommes tous des sémites, dit le Pape). Puissances liées à la tradition gréco-latine, à l’humanisme de la Renaissance et qui opposent à la philosophie de la termitière celle de la dignité humaine54.”

47Esprit et la Jeune Droite Catholique n’avaient pas travesti leurs motivations : découverte du caractère agressif et non juridique des exigences hitlériennes pour Mounier, qui achevait paradoxalement son article par un appel au désarmement réciproque des deux camps, mieux dans la logique de son attitude antérieure ; refus d’une guerre aux résultats douteux pour Fabrègues et Maulnier. Mais alors, comment expliquer semblable conversion amenant les uns à se battre, les autres à éviter le combat ? Il semble qu’elle ait découlé d’une appréciation différente du fait communiste dans la vie française et internationale. Plus généralement, elle paraît avoir tenu à une gestion différente de la relation entre politique et idéologie : là où Mounier séparait les deux plans, Fabrègues persistait à les confondre.

  • 55 Bernard Serampuy, “La Flèche et le frontisme”, Esprit, septembre 1938.
  • 56 Michel Winock, “Esprit. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 195.

48Pour Esprit, une meilleure intégration du prolétariat dans la société était inséparable d’une tactique de rapprochement avec le parti communiste et l’anticommunisme servait trop souvent d’alibi aux conservateurs bourgeois pro-fascistes : “Il faut bien prendre garde que c’est sur le terrain de l’anticommunisme, au sens le plus général, qu’une coalition fasciste pourrait le plus aisément se former en France55”, prévenait François Goguel, alias Bernard Serampuy. Par ailleurs, la stratégie antifasciste apparaissait comme la plus sûre protection contre la contagion des dictatures, sans exiger pour autant une conversion à l’idéologie communiste. “Malgré leur anticommunisme délibéré (expression de Serampuy), Mounier et son équipe avaient tenté de juger du communisme politiquement, c’est-à-dire en fonction du danger le plus grand et le plus immédiat : les fascismes”, résume Michel Winock56.

  • 57 L’échec de la grève générale, organisée le 30 novembre 1938 par la CGT, affaiblit le parti communis (...)
  • 58 Thierry Maulnier, “Après l’accord de Munich. Les nouvelles conditions imposées à l’action politique (...)

49Pour sa part, la Jeune Droite Catholique mettait sur un pied d’égalité les dangers fasciste et communiste, leur conférant la même actualité. Elle déplorait l’emprise du parti communiste sur la classe ouvrière, son arrivée au pouvoir dans le Front Populaire, sa responsabilité dans les désordres sociaux57. Tandis que les ligues fascistes restaient extérieures à la représentation politique, le parti communiste influait de l’intérieur sur les libertés françaises. Aussi se refusait-elle à découpler sa pratique politique de sa position idéologique envers le communisme. Une attitude belliciste ne pouvait, dans les circonstances présentes, que servir le parti communiste donc le marxisme. Ouvrant dans Combat une tribune sur les nouvelles conditions imposées à l’action politique en France, qui devait durer jusqu’à la guerre, Thierry Maulnier remarquait : “Dans l’état actuel des choses, refuser de poser les problèmes idéologiques, c’est évidemment faire le jeu de l’idéologie régnante. Il faut le dire parce qu’il en est ainsi : dans un pays gouverné comme le nôtre, un patriotisme qui ne discute pas peut très bien devenir l’instrument aveugle de l’antifascisme belliqueux et de la révolution communiste58.”

  • 59 Thierry Maulnier, “La guerre peut-être Encore faut-il savoir pourquoi”, Combat, avril 1939.

50Ainsi l’événement de Munich mettait-il à jour l’appréciation divergente des mouvements de Mounier et de Fabrègues en ce qui concernait l’autonomie de l’action politique au regard de l’idéologie. L’attitude de la Jeune Droite Catholique reposait sur la volonté de maintenir une spécificité française fondée sur des valeurs nationales spirituellement chrétiennes. A Combat et à Civilisation se développe, dans les mois qui précèdent la guerre, un discours qui reprend les thèmes conjoints de défense de la France et de la civilisation occidentale. Selon les deux revues, le conflit militaire et idéologique qui menace la France et l’Europe tire toute sa gravité de l’état de débilité dans lequel se trouvent les grandes démocraties occidentales : “le problème du barrage à opposer à la menace allemande (n’est pas) un problème de politique extérieure (mais) un problème intérieur anglais, un problème intérieur français59”, analyse Thierry Maulnier. Dès Munich, le pacifisme de la Jeune Droite Catholique s’était accompagné d’une attitude de vigilance constructive : “Nous avons évité la guerre. Que ferons-nous de la paix ?” titrait le numéro de Combat d’octobre 1938. Le sursis de Munich devait servir à protéger l’Europe chrétienne mais, pour cela, il fallait avant tout régénérer la France.

51C’est à la même conclusion qu’arrivent Mounier et son équipe au fur et à mesure des coups de force d’Hitler : une appréciation commune de la faiblesse des démocraties les amène à partager le souci d’une régénération française. A Esprit, Combat et Civilisation on mène, parfois sous les mêmes signatures, une recherche visant à réformer la vie politique et les institutions du pays.

IV. Une commune exigence en 1939 : régénérer la France

  • 60 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 223.

52“Que pouvons-nous faire pour tenir en respect l’Allemagne ?” demande Thierry Maulnier en avril 1939. “L’activité d’un corps humain dépend étroitement de sa santé, de sa condition interne. L’activité extérieure d’une nation, ses succès extérieurs, son prestige, dépendent eux aussi de la condition intérieure de cette nation. L’urgence et la grandeur des tâches qui nous sollicitent à l’extérieur de nos frontières et sur nos frontières ne sont pas une raison de nous détourner de notre problème intérieur mais une raison de plus de le résoudre.” Comme en écho, Mounier écrit à Édith Bricon le 2 mai 1939 : “Le coup d’arrêt aux fascismes, c’est chez nous, dans notre redressement national, qu’il faut le donner60”. Une commune exigence les anime désormais : régénérer la France.

53A la veille d’une guerre qui semble chaque jour plus inévitable, un sursaut patriotique rapproche Esprit de Combat et de Civilisation. Gabriel Marcel, qui reste aussi un collaborateur de Mounier, travaille avec Fabrègues à définir les fondements de la civilisation française. Celle-ci étant menacée par les dictatures de l’hitlérisme et du stalinisme, l’heure est à la redéfinition de la démocratie. Tous aspirent à une réforme du parlementarisme et au rétablissement d’une certaine autorité pour l’exécutif. Avec François Perroux, qui lui aussi appartient aux deux groupes, sont explorées de nouvelle formules d’organisation économique et sociale. Les tendances de Fabrègues et de Mounier restent cependant séparées dans leur approche philosophique de l’ordre politique.

Un même sursaut patriotique

  • 61 Emmanuel Mounier, “Péguy, prophète du temporel”. Esprit, février 1939. Jean de Fabrègues, “Barrès, (...)
  • 62 Jean Lacroix, “Notre attitude”, Le Voltigeur, no 16, 24 mai 1939.
  • 63 Emmanuel Mounier, “Péguy, prophète du temporel”, Esprit, février 1939.

54En 1939, Esprit retrouve la valeur du sentiment national : “Par suite des circonstances et sans que nous l’ayons prémédité, cette année a été pour beaucoup d’entre nous celle de la découverte – ou de la redécouverte – de la patrie charnelle” A Esprit et à Combat on reprend la grande figure de Péguy pour exprimer le caractère vivant du patriotisme français61. Fabrègues y joint celles de Barrés et de Claudel pour faire bonne mesure, mais sous sa plume comme sous celle de Lacroix, c’est le même adjectif “charnel” qui sert à exprimer l’héritage de Péguy. Cette découverte, insiste Jean Lacroix, “loin de se faire par abandon de nos idées antérieures, s’est faite par approfondissement62.” Et Mounier insiste : “Hier, tant que notre pays a pris la tête du conservatisme européen le plus entêté […], nous avons combattu sans répit cet égoïsme et cet aveuglement […] Aujourd’hui que notre pays est menacé […], c’est du même mouvement que nous défendons, en tâchant de lui donner du sang neuf, l’espace spirituel que représente dans le monde l’intégrité de ses frontières, la continuité de sa présence, la solidité de sa résistance63.”

  • 64 ***, “Civilisation création continue”, Civilisation, no 1, avril 1938.
  • 65 Thierry Maulnier, “Le fascisme, l’antifascisme ou la France”, Combat, mars 1939.

55Rechercher du sang neuf : la formule convient au mouvement Civilisation et, sur un plan plus politique, à Combat. A l’aube de sa création la revue de Fabrègues et de Gabriel Marcel appelle la société à se libérer de “ces conformismes qui sont des prisons intellectuelles” : ceux de la tradition aussi bien que ceux “du renouvellement complet des valeurs humaines et des lois de la cité”. Elle constate qu’en chacun d’eux, il y a à la fois le meilleur et le pire, ce dernier tenant à ce “qu’ils se déterminent en grande partie les uns par rapport aux autres, c’est à dire les uns contre les autres, en quoi aussitôt ils perdent contact avec une réalité qui leur devient inintelligible64.” A Combat, Thierry Maulnier appelle à choisir une voie nationale : “La France ne jouera un rôle dans l’Europe de demain qu’autant qu’elle préservera jalousement ses particularités et pour ainsi dire ses différences essentielles, qu’autant qu’elle se proposera au monde, non pas en tant que militant enrôlé du fascisme ou de l’antifascisme, mais en tant que française. Il faut que la France reste fidèle à elle-même : c’est la première et la plus essentielle condition de sa durée65”.

  • 66 Civilisation, Editorial, mars 1939. Les premières réponses seront publiées sans commentaires dans l (...)

56Mais l’expression d’“espace spirituel” entre aussi dans le registre de la Jeune Droite Catholique qui a toujours insisté sur la qualité de la France à représenter la civilisation chrétienne. Elle côtoie l’effort que fournissent alors Jean de Fabrègues et Gabriel Marcel à la tête de Civilisation. Ouvrant chacun des numéros, la Déclaration appelle à “défendre […] tout ce qui fait l’honneur de la civilisation française […] obtenu dans le libre exercice d’une pensée menacée aujourd’hui par les doctrines totalitaires.” La revue lance en mars 1939 une enquête auprès de “ceux qui défendent les valeurs spirituelles, pour un inventaire des valeurs de civilisation française66”.

Réformer la démocratie au nom de l’éthique

  • 67 Thierry Maulnier, “Le problème secondaire des institutions”, Combat, juillet 1939.
  • 68 Michel Winock, Esprit, des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 196.
  • 69 Thierry Maulnier, “Le fascisme, l’antifascisme ou la France”, Combat, mars 1939.
  • 70 Thierry Maulnier, “L’union sur les valeurs françaises”, Civilisation, janvier/février 1939.

57Cette recherche d’une troisième voie, à l’écart des modèles dictatoriaux, amène la Jeune Droite Catholique à rejoindre Esprit dans une volonté moins révolutionnaire que réformiste envers le système politique français. Derrière un vocabulaire qui reste antidémocratique mais avec des guillemets (“La France ne sera efficacement “antifasciste” dans ses valeurs – c’est-à-dire humaine et française – que si elle devient “antidémocratique” dans ses institutions”, écrit encore Maulnier en juillet 193967), Combat s’applique à retrouver le sens des mots : la démocratie contre laquelle se dresse l’équipe de Fabrègues n’est autre que la “démocratie libérale, parlementaire et ploutocratique”, également stigmatisée par Esprit68. Il s’efforce de faire la différence entre les valeurs et leur utilisation par le système politique : “Ce serait une grave erreur de condamner la liberté, la raison, le progrès, l’humanisme, toutes notions qui ont leur sens et leur réalité indiscutables dans les valeurs de civilisation, et notamment dans les valeurs de la civilisation française à cause de l’utilisation politique ou philosophique qui en a été faite par la démocratie”, avait expliqué Maulnier dans le numéro de Combat de mars précédent69. Et dans Civilisation, il insistait : “La défense de la France n’est pas nécessairement associée à la défense du libéralisme ou de la démocratie. Mais elle est nécessairement associée à un système de valeurs que nous appellerons, faute d’autre mot pour les désigner, les valeurs humanistes70.”

58Tout se passe comme si, face à l’agressivité des idéologies étrangères, les catholiques ressentaient l’urgence d’une entente, au-delà des clivages politiques, sur un programme éthique minimum préservant les acquis du modèle français. Mais comment faire ressortir les traits de ce modèle ? L’ensemble des non-conformistes préconise le passage par une période autoritaire permettant le décapage du système politique existant : un temps de “salut public” pour Mounier, de “fascisme minimum” pour Maulnier. Mais, au-delà du vocabulaire, gauche et droite catholiques s’accordent pour voir dans cette étape une plate-forme pour une réforme approfondie des institutions.

  • 71 Emmanuel Mounier, “Appel à un rassemblement pour une démocratie socialiste”, Esprit, décembre 1938.
  • 72 Thierry Maulnier, “Un fascisme minimum ?”, Combat, mai 1939.
  • 73 Ibid.

59Ainsi Mounier veut-il rassembler “un petit nombre d’hommes décidés, centralement situés dans les cadres vitaux de la nation et résolus à mettre entre parenthèses, pour le temps du salut public, toute orthodoxie, tout particularisme, toute susceptibilité, en dehors de la sauvegarde des garanties essentielles de la personne et de la dignité humaine71.” Si Maulnier envisage “un fascisme minimum […], transitoire”, c’est pour mettre la France en état de résister au fascisme “agressif […], redoutable […], barbare72”, précisant : “La mise en œuvre des moyens du salut immédiat doit être opérée de telle sorte qu’elle ne barre pas la route aux réformes ultérieures plus lentes et plus profondes73.”

  • 74 Gonzague de Reynold, “Conscience de ce temps”, Civilisation, janvier/février 1939.

60Dans Civilisation, Gonzague de Reynold insiste sur la réconciliation politique nécessaire : La gauche, la droite, ces termes empruntés au jargon parlementaire du xixe siècle se vident chaque jour un peu plus de leur sens. Les faits nous ont porté au-delà de ces querelles […] La cité est détruite. Et nous ne pouvons la reconstruire qu’ensemble.. Il est criminel de nous disputer comme des Byzantins assiégés, sur des mots, des idéologies, des abstractions, quand nous avons à sauver des réalités, des vérités, des valeurs74.”

  • 75 Jacques Madaule, “L’Europe et la France au carrefour”, Esprit, avril 1938.
  • 76 Gabriel Marcel, “Lignes de force II”, Civilisation, no 7, décembre 1938.

61De son côté à Esprit, Jacques Madaule insiste aussi avec feu sur la force de l’unité nationale : “A ceux qui désespèrent de la France, il faut montrer qu’elle n’est pas seulement une figure aux traits inaltérables, mais un mouvement, une puissance […] La France ne se sauvera et du même coup ne sauvera l’Europe et la paix que par l’affirmation d’une volonté française75.” Gabriel Marcel enfin, met l’accent sur l’effort moral personnel nécessaire à la sauvegarde de la civilisation : “Penser pour la civilisation, c’est concentrer son attention sur un ensemble de valeurs aujourd’hui menacées non seulement par l’arbitraire des dictatures mais, plus intimement encore, par un appauvrissement de la vie intérieure76.”

  • 77 Ibid.
  • 78 Thierry Maulnier, “Le dilemme fascisme/communisme et la démocratie”. Combat, juin 1939.

62Tout est donc à revisiter, en s’attachant non à la forme mais aux principes, dans le système de pensée et de gouvernement français : “Une civilisation ne naît pas d’une rupture, de même qu’elle ne consiste pas dans une stagnation, puisqu’elle se définit dans un enrichissement du nombre et de la fécondité des valeurs transmises. Sur des valeurs qui demeurent elle produit des formes qui changent. Le premier acte doit être de déceler ce qui est forme, expression, rouage et instrument et ce qui est fondement même de l’homme et de la cité”, conseille Gabriel Marcel77. Ce que traduit plus concrètement Thierry Maulnier en remarquant dans Combat : “Il n’y a pas de lien évident et nécessaire entre la démocratie, corps d’institutions et la démocratie corps de principes. Les institutions démocratiques françaises, le suffrage universel, la séparation des pouvoirs, la subordination de l’exécutif au législatif, les deux Chambres, le Président élu pour sept ans, toutes ces institutions ne bénéficient pas de l’affection des Français pour elles-mêmes mais dans la mesure où elles paraissent garantir aux Français le respect d’un certain nombre de principes tels que la souveraineté du peuple, le gouvernement comme émanation de la volonté nationale, la liberté individuelle, l’égalité des Français devant la loi78.”

  • 79 Michel Winock, “Esprit”, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 197.

63En mars 1939, Esprit appelle à rétablir une plus forte dose d’autorité pour l’État et un meilleur contrôle des partis. François Perroux se livre dans la revue à une mise en cause du parlementarisme “en des termes qui n’étaient pas sans rappeler certaines formules de Maurras” aux dires de Michel Winock79. Henri Dupeyroux et René Capitant souhaitent un rétablissement du droit de dissolution pour le gouvernement et Capitant envisage l’établissement d’un scrutin à un seul tour sur le mode anglais, propre à limiter le nombre des partis, Georges Lefranc s’intéresse aux modes de représentation syndicale. En mai c’est un nouveau numéro spécial consacré cette fois au régime des partis, où Serampuy propose de réglementer l’activité de ceux-ci à l’intérieur du système démocratique. L’ensemble couronnerait l’avènement d’une “démocratie personnaliste.”

  • 80 Louis Salleron, “Réflexions sur le régime à naître”. Combat, avril 1939.

64Quelles pourraient être les institutions politiques de la France ?, se demande Louis Salleron en avril 1939. Il propose “de donner le pouvoir suprême au président du Conseil, celui-ci ayant d’autre part le droit de dissoudre la Chambre. La présidence de la République deviendrait une royauté héréditaire dont les titulaires seraient les prétendants actuels au trône de France. Une réforme électorale devrait être effectuée en vue d’établir une modalité de scrutin à un seul tour, afin de dégager une masse majoritaire à la Chambre. Le vote ne serait plus individuel mais familial80.”

  • 81 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938.
  • 82 Georges Coquelle-Viance, “Capitalisme et communauté de travail. François Perroux”, Civilisation, ma (...)
  • 83 Louis Salleron, “Essais sur le corporatisme, de Gaëtan Pirou”, Civilisation, avril 1938.

65C’est de François Perroux, qui se partage entre les deux tendances, que viennent les principales nouveautés en matière économique et sociale. Fidèles à la doctrine corporative et à la doctrine sociale de l’Église, Civilisation et Combat se passionnent pour son ouvrage qui sort chez Sirey en 1937 : Capitalisme et communauté de travail. Dès février 1938, Jean de Fabrègues salue le livre comme signe d’une entrée du corporatisme “dans l’ordre des réalités institutionnelles françaises81.” Georges. Coquelle-Viance tient à prévenir que, sous le terme de communauté de travail comme solution proposée au capitalisme et au collectivisme, se cache “la corporation telle que La Tour du Pin, Eugène Duthoit, Pierre Lucius et moi-même l’avons toujours définie.” Il reconnaît “avoir goûté une belle analyse de l’État protecteur et ordonnateur d’une économie de tous pour tous, ordre de toutes les autonomies personnelles, contrainte au service d’une communion (dont) la fonction est de déterminer, au-dessus des corporations, de maintenir la politique économique nationale, d’arbitrer82.” Et Louis Salleron confirme ce jugement admiratif, voyant dans “la communauté de travail le moyen d’adapter la démocratie libérale à l’ordre corporatiste en évitant tout risque de dictature”83.

  • 84 François Perroux, lettre à Jean de Fabrègues, dimanche 3 avril 1938. La phrase soulignée l’est dans (...)

66Des liens d’amitié ne tardent pas à se créer entre l’économiste et la Jeune Droite Catholique : “Je rentre de Liège où j’ai fait, je crois, de la bonne besogne”, écrit François Perroux à Jean de Fabrègues le 3 avril 1938, “On attend là-bas un renouveau français. Oui, il nous faut le susciter à tout prix, pour nous et pour tous ceux qui espèrent encore (ils ont l’espérance chevillée au corps) en nous ! […] Saluez Thierry Maulnier pour moi, en même temps que tous ceux qui, autour de vous, travaillent dans les mêmes lignes que nous84.”

  • 85 Jean de Fabrègues, “Syndicalisme et capitalisme, de François Perroux”, Civilisation, décembre 1938.

67En décembre suivant dans Civilisation, la satisfaction de Fabrègues éclate devant la réconciliation opérée par Perroux entre indépendance syndicale et autorité de l’État dans son nouveau livre : Syndicalisme et capitalisme paru à la Librairie générale de Droit. Il résume ainsi le propos de l’économiste : “Autant le syndicalisme est efficace pour corriger et socialiser le fonctionnement du capitalisme, autant il semble impuissant à lui tout seul à reconstruire un système non capitaliste de production et d’échange.” Il faut donc assurer l’indépendance syndicale, mais ménager dans le même temps “une contrainte d’État”. Pour résoudre la contradiction, Perroux propose “le syndicat libre dans l’État souverain” en subordonnant “les intérêts économiques aux décisions politiques85.”

68Jamais les mouvances catholiques de Fabrègues et Mounier n’ont été aussi proches qu’à la veille de la guerre. Non seulement par les hommes, mais aussi dans les thèmes. L’opposition politique qui les avait séparées jusque là s’estompe face au danger, dans un sursaut commun de défense nationale. Elles se rejoignent dans la même volonté de recherche éthique afin de fonder une véritable démocratie. Elles se rangent à l’éventualité d’un régime autoritaire provisoire pour assurer la refonte du système politique. Ce rapprochement explique leur adhésion commune aux valeurs de la Révolution nationale quelques mois plus tard. Mais si leur entente ne se prolonge pas, n’est-ce pas parce qu’elles n’ont jamais été complètement réconciliées au fond ?

La querelle du personnalisme

69Une lecture attentive de leurs déclarations montre que les jeunes intellectuels catholiques demeurent, en cet avant-guerre, séparés par leur conception philosophique de l’homme et de la politique. Le débat continue de tourner autour du sens à donner à la notion de personnalisme.

  • 86 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”, Combat, juin 1939.

70Si les personnalistes, parmi lesquels il se compte avec les siens, semblent à Fabrègues s’accorder sur les raisons d’être de l’homme et des sociétés, ils se séparent sur la façon de les protéger. “Ce qui est plus”, déplore-t-il en juin 1939, “nous nous séparons sur la manière de les défendre non seulement contre autrui mais contre nous-même, sur la manière dont nous les vivons, les concevons, les représentons.” Telles sont selon lui “les querelles du personnalisme” opposant “Emmanuel Mounier et Louis Salleron, Denis de Rougemont et Thierry Maulnier, Gabriel Marcel et François Mauriac, également attachés à cette notion du destin personnel, qui n’ont jamais cependant senti autant qu’aujourd’hui ce qui les sépare86.”

  • 87 Ibid.
  • 88 Georges Coquelle-Viance, “La société et l’État, de Marie Benoît Schwalm”, Civilisation, janvier/fév (...)

71La Jeune Droite Catholique pose des conditions de réalisme à la démocratie personnaliste proposée par Esprit. Reprenant la définition qu’en donne François Perroux : “le régime politique d’une société de personnes qui peuvent s’accomplir comme telles, c’est-à-dire d’une société de personnes qui contient la promesse d’une communauté, d’une communion”, Jean de Fabrègues s’écrie : “Mais de quel ensemble d’humains peut-on être assez sûr pour se porter garants qu’ils s’accompliront, qu’ils tendront tous à la vie la plus généreuse, la plus ordonnée, acceptant de bon gré et recherchant même cette communauté et cette communion qu’est l’ordre ?”87. La Jeune Droite Catholique craint que “des prérogatives de la personne qui permettraient de fonder un ordre stable, on tire les principes d’un individualisme renforcé, c’est à dire d’un plus grand désordre88.” Elle discerne ce danger au niveau de la liberté humaine, de l’organisation sociale et du rôle de l’État.

  • 89 Pierre Gignac, “La France veut la liberté, de P. Valéry, M. Déat, E. Krakowski, M. Archimbaud, H. d (...)
  • 90 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”. Combat, juin 1939.

72“La liberté est une fin, non une méthode”, rappelle Henri Daniel-Rops et Pierre Gignac (Jean de Fabrègues) reprend “le mot de Goethe : la liberté ne se reçoit pas, on se la donne. Elle est la loi vivante au terme de l’effort89.” Ne doit-on pas reconnaître, demande-t-il, “qu’une certaine manière d’appeler à la liberté. abolit la liberté même ? Que voulez-vous dire lorsque vous parlez de fonder une société, un ordre, sur le respect de la personnalité humaine ?” On ne peut faire fond, selon lui, sur la volonté humaine sans risquer l’anarchie à laquelle on n’échappe que par des fictions comme celle du contrat social. La raison doit se trouver à la racine du droit : “C’est donc la raison humaine qu’il faut considérer et la volonté humaine seulement en tant qu’elle est dirigée par la raison.” Cependant, poursuit-il ; un tel “équilibre rationnel” n’existe pas dans la réalité et c’est le rôle des institutions “de nous défendre […] contre notre volonté changeante et mal éclairée90.”

  • 91 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938.

73“La démocratie est forme de gouvernement bonne pour des saints ou des héros. Mais pour les autres, pour les hommes ?91” questionnait-il l’année précédente. On se souvient que La Revue du Siècle fondait déjà sur l’usage de la raison la distinction de l’individu et de la personne. Fabrègues avait montré la nécessité de compter avec la double nature dans la conception de la liberté humaine, regrettant en 1934 qu’Esprit tende à l’oublier. Il reprochait au personnalisme, alors en gestation, d’être entaché d’individualisme révolutionnaire.

  • 92 Georges Coquelle-Viance, “La société et l’État, de Marie-Benoît Schwalm”, Civilisation, janvier/fév (...)
  • 93 Étienne Gilson, “De l’universalisme médiéval aux conditions actuelles de la liberté”. Civilisation,(...)

74Dans ces nouvelles circonstances, et malgré le rapprochement des conceptions de Mounier avec les siennes, sa crainte demeure donc inchangée. Toute la valeur d’un ordre personnaliste demeure finalement suspendue à la reconnaissance d’un fondement divin à la raison humaine et, partant, d’une Autorité commandant à l’orgueil humain. Comment faut-il comprendre l’affirmation des tenants de la démocratie personnaliste selon laquelle toute autorité doit s’incliner devant “l’éminente dignité de la personne humaine92. ?” demande Georges Coquelle-Viance. Est-ce bien dans le sens où Étienne Gilson désigne : “un ordre spirituel des réalités (ayant) le droit absolu de juger, même l’État ? […] La vérité, la morale, la justice sociale et la beauté sont nécessaires et universelles de plein droit. Dans l’ordre individuel comme dans l’ordre social, la conviction qu’il n’existe rien au monde au-dessus de la vérité universelle est la racine même de notre liberté93.” On est loin ici de toute idolâtrie de l’État à la manière mussolinienne, comme à l’inverse, de toute théocratie. Le ton se rapprocherait plutôt de celui du Maritain d’Humanisme intégral.

  • 94 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938. Les mots en italiques ou (...)

75Ainsi réalisme et exigence spirituelle se conjuguent-ils pour définir prudemment les contours du personnalisme. Fabrègues se range au texte de François Perroux aux conditions suivantes : si le personnalisme tient l’État pour “une contrainte au service d’une communion”, s’il est “un des moyens par lesquels l’homme se dépasse”, si “la société telle qu’elle est n’est pas la société […] telle qu’on la veut”, et dès lors que l’on ose dire que “l’État et nous, nous sommes au service de valeurs universelles qui sont […] comme notre ultime raison d’exister”,. alors, “on le voit, partis de vocabulaires assez distincts, on se trouve ici aboutir à des positions voisines94.”

  • 95 Gustave Thibon, “Abstraction révolutionnaire et réalisme catholique d’Augustin Cochin”, Civilisatio (...)

76Ce qui motive donc l’opposition de Fabrègues et de Mounier ce n’est pas leur conception de l’homme et du monde, pareillement inspirée du christianisme, mais la capacité qu’ils accordent à l’être humain de s’inscrire dans le plan divin sans l’aide d’institutions et de règles morales qui l’y aident avec une certaine autorité. Dans le personnalisme et l’édification d’une démocratie qui l’exprime, c’est le poids du péché qu’ils apprécient différemment. Le système libéral nie le mal présent dans la nature humaine, privant le système démocratique de toute possibilité de réussite. Fabrègues réprouve moins le principe démocratique que son manque de réalisme dans le cadre libéral. Il trouve l’appui de Gustave Thibon : “Il ne s’agit pas de savoir si un idéal est en lui-même beau, vrai […] Il devient infernal s’il est au-dessus de notre portée”, rappelle celui-ci citant Augustin Cochin. Et il résume : “La valeur d’un idéal se mesure à sa capacité d’incarnation95.”

  • 96 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”, Combat, juin 1939.
  • 97 Thierry Maulnier, “Le problème “secondaire” des institutions”, Combat, juillet 1939.

77Mais la guerre approche. “Nos vies sont menacées non seulement dans leur chair mais dans leur raison d’être”, se désole Fabrègues96. Désormais avoue Maulnier, les institutions sont devenues “un problème secondaire”, seul compte l’objectif de “préserver les valeurs que les institutions ont pour fin de défendre97.”

78De ces querelles en apparence théoriques, mais d’autant plus cruciales pour la vie de l’homme et l’organisation de la société qu’elles sont suscitées par la montée des totalitarismes, les jeunes intellectuels catholiques sont encore occupés lorsque la guerre éclate le 3 septembre 1939. La mobilisation va provisoirement y mettre fin. Elles resurgiront après la drôle de guerre dans l’étrange univers de Vichy et prendront alors une tragique réalité.

Notes

1 Combat évoque peu l’affaire espagnole, ne lui accordant que deux articles pendant toute la durée de la guerre, l’un en 1936 consacré par Brasillach à Primo de Rivera, l’autre en 1938 où Thierry Maulnier souligne les deux dangers auxquels se trouve confronté le régime vainqueur de Franco : le retour au conservatisme libéral et la domination du cléricalisme. Mais dans ce dernier texte comme à l’occasion de plusieurs allusions, les rédacteurs montrent une position proche de celle de Bernanos dans Les Grands Cimetières sous la lune : condamnation des crimes d’où qu’ils viennent. Voir en particulier : la critique élogieuse au plan littéraire de L’Espoir d’André Malraux par René Vincent dans le numéro de février 1938 ; l’article cité de Thierry Maulnier, “La guerre d’Espagne s’achève. Il faut que la révolution espagnole commence”, dans le numéro d’avril 1938 ; le jugement d’“honnêteté devant l’événement” porté par le même René Vincent lors de la parution des Grands Cimetières sous la lune (Combat, juin 1938) ; l’allusion reconnaissante de Robert Francis au témoignage objectif de Bernanos sur la guerre d’Espagne dans sa “Lettre à Combat” (numéro de juillet 1938).

2 Le 19 janvier, à la Salle des Sociétés Savantes à Paris, réunion autour de Thierry Maulnier, Jean de Fabrègues, Maurice Blanchot et Georges Blond ; le 17 mars à Toulouse, sous la présidence de Robert Cestan, avec Thierry Maulnier et René Vincent ; le 18 mars à Bordeaux, autour des mêmes accompagnés de Gilbert Carrère ; le 23 mars à la Salle de la Société de Géographie à Paris, avec Serge Jeanneret, Charles Mauban et Thierry Maulnier, Daniel Halévy et Drieu La Rochelle étant invités à venir donner leur point de vue.

3 Thierry Maulnier, “L’état des forces en face de la société libérale”, Combat, janvier 1938.

4 Ibid.

5 Thierry Maulnier, “Pour un examen de conscience du nationalisme”. Combat, février 1938.

6 Jean de Fabrègues, “Libérer le prolétariat”. Combat, mai 1938.

7 Pavé de présentation de l’ouvrage de Thierry Maulnier : Au delà du nationalisme, Combat, mars 1938.

8 Jean de Fabrègues, “Libérer le prolétariat”, Combat, mai 1938.

9 Ibid.

10 T.M., “Questions aux partis”. Combat, février 1938.

11 Une enquête de Maurice Grandchamp et François Gravier, “Comment libérer l’État de la tyrannie de l’argent ?”, Combat, mars 1938.

12 Ouvrage publié en 1936.

13 François Gravier, “Conclusions à l’enquête : Comment libérer l’État de la tyrannie de l’argent ?”, Combat, juillet 1938.

14 François Gravier, “Conclusions à l’enquête”. Combat, juillet 1938.

15 Jean de Fabrègues, “De la tactique politique à la reconstruction sociale”, Combat, juillet 1938.

16 Thierry Maulnier, “La mode est à l’Union Sacrée”, Combat, avril 1938.

17 Thierry Maulnier, “Il ne faudra pas rendre ses armes”. Combat, mai 1938.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Louis Salleron, “La France doit-elle se battre pour la Tchécoslovaquie ?”, Combat, juillet 1938.

21 Jean de Fabrègues, “Les nouveaux bellicistes et la vraie dignité de l’Homme”, Combat, avril 1938.

22 Celle-ci ne laisse pas d’impressionner par le cosmopolitisme et la compétence des auteurs qu’elle publie au titre d’éditeur : Walter Lippmann, rédacteur au New York Herald Tribune ; Ludwig von Mises, professeur à l’Institut des Hautes Études Internationales de Genève ; Umberto Ricci, Professeur à l’Université royale du Caire ; Boris Brutzkus, ancien professeur à l’institut agricole de Léningrad ; Lionel Robbin, professeur à l’Université de Londres ; et, pour la France : Louis Baudin de la Faculté de Droit de Paris ; Louis Rougier, de la Faculté des Lettres de Besançon ; André Piettre de la Faculté de droit et de sciences politiques de Strasbourg.

23 Manifeste de Civilisation, texte inédit, fonds Fabrègues.

24 Il ne peut s’agir que de Combat, la lettre datant de novembre 1937. Ecrivain et critique littéraire, Ramon Fernandez a d’abord milité au sein du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes en 1934 puis s’est retourné par anticommunisme vers le PPF où il entre en 1937. Il le quittera un an plus tard mais reste proche de Doriot, ce qui explique ses choix collaborationnistes pendant la guerre.

25 Henri Bergson, lettre à ? Il pourrait s’agir de Gabriel Marcel étant donné l’intimité du contenu du texte, 16 novembre 1937, fonds Fabrègues.

26 Georges Duhamel (1884/1966) était à la fois médecin et écrivain. Prix Goncourt en 1918 pour son ouvrage Civilisation, il sympathise d’abord avec les milieux communistes (Le voyage à Moscou. 1927) puis se retourne vers la droite, travaillant à Candide et au Figaro. Il écrit alors sa Chronique des Pasquier et est élu à l’Académie Française en 1935. A l’approche de la guerre, son anti-germanisme, joint à son refus de se laisser enfermer dans l’alternative communisme/hitlérisme, le rapproche de la Jeune Droite Catholique. Georges Duhamel est un converti au catholicisme.

27 Georges Duhamel, lettre à Jean de Fabrègues, 17 janvier 1938, fonds Fabrègues.

28 André Maurois, lettre à Jean de Fabrègues, 10 janvier (vraisemblablement 1938), fonds Fabrègues.

29 Ibid., 8 avril 1938.

30 Jacques Vier, “A. Maurois. Chateaubriand (Grasset, éditeur)”, Civilisation, décembre 1938.

31 Gabriel Marcel, lettre à Jean de Fabrègues, 8 juin (vraisemblablement 1938), fonds Fabrègues.

32 Le PSF (Parti Social Français), qui avait succédé aux Croix de Feu, était resté extérieur au Front National créé par les Ligues d’extrême droite en réaction au Rassemblement Populaire après février 1934.

33 Manifeste corrigé de la main de Jean de Fabrègues, fonds Fabrègues.

34 Gabriel Marcel, “Réponse à Brice Parain”, Civilisation, juin 1938.

35 Gabriel Marcel, “Liberté et métier”, Civilisation, avril 1938.

36 Ce type d’interventions et leurs animateurs, Lamirand en particulier, font ainsi le lien entre Civilisation et les efforts des catholiques présents à Vichy pour introduire les principes d’ordre moral et de reconstruction sociale de la Révolution nationale dans les milieux professionnels et dans la jeunesse. Jean de Fabrègues rejoint le Secrétariat Général à la Jeunesse au moment où Georges Lamirand, qui en est le responsable en zone libre depuis septembre 1940, voit son action attaquée par les collaborateurs qui se trouvent à la direction de la zone occupée (août 1941).

37 Gabriel Marcel, “Lignes de force I et II”, Civilisation, octobre et décembre 1938.

38 Quelques numéros comprendront au début trois parties, la troisième représentant en quelque sorte une étude de cas.

39 Né en 1903, Gustave Thibon n’a alors que 35 ans. Il a été disciple de Jacques Maritain en 1931/1932 et lui doit une grande partie de sa formation philosophique. Mais à l’image de Fabrègues, il reste fidèle à Maurras en tant que penseur politique. Comme Fabrègues aussi, il a une conception maximaliste du rôle social du catholicisme. Sur Gustave Thibon, on consultera V.H. Debidour, Un défenseur des communautés organiques au xxe siècle : Gustave Thibon, in Libéralisme, traditionalisme et décentralisation, Armand Colin, 1952, et ses Mémoires recueillis par D. Masson : Au soir de ma vie, parus chez Plon en 1993.

40 Gilbert Maire, “Henri Bergson et la défense de la civilisation”, Civilisation, avril 1938.

41 Emmanuel Berl, Le pavé de Paris, 3 février 1939. Emmanuel Berl (1892/1976) a fondé Le pavé de Paris après avoir dirigé jusqu’en 1937 l’hebdomadaire Marianne. Soutien du Front Populaire, mais pacifiste intransigeant, Berl se rapproche à la veille de la guerre des conceptions antitotalitaires (fascistes aussi bien que communistes) de la Jeune Droite Catholique et recherche les principes d’une Révolution nationale. Il sera proche de Vichy à ses débuts.

42 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 215. A cette position que partagent quelques rédacteurs comme Touchard ou Villey s’opposent dans un premier temps quatre collaborateurs : Maurice de Gandillac, Bernard Serampuy (François Goguel), Roger Labrousse et Marcel Moré qui, reprenant la tradition pacifiste anti-versaillaise, se déclarent “ennemis résolus de l’Europe de Versailles” et avouent ne se sentir “ni le droit, ni le goût de protester, au nom de l’honneur national, contre la faillite retentissante d’un système diplomatique absurde”. Esprit, novembre 1938. Après quelques flottements, l’ensemble de la rédaction finira par se ranger en 1939 à la position de fermeté de son directeur. Sur ce point, voir Michel Winock, “Esprit. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 182.

43 Emmanuel Mounier, “Lendemains d’une trahison”, Esprit, octobre 1938.

44 Jean de Fabrègues, lettre à sa femme, datée mercredi soir, 23h, puis jeudi matin, fonds Fabrègues.

45 Ibid. Mot souligné dans le texte.

46 Thierry Maulnier, “La guerre peut-être. Encore faut-il savoir pourquoi”, Combat, avril 1939. Les mots en italiques le sont dans le texte.

47 Thierry Maulnier, “Il ne fallait pas faire cette guerre”. Combat, octobre 1938.

48 Jean de Fabrègues, lettre à sa femme, datée mercredi soir, fonds Fabrègues.

49 Thierry Maulnier, “Il ne fallait pas faire cette guerre”, Combat, octobre 1938. Au moment de Munich, les membres de la Jeune Droite Catholique sont probablement mieux renseignés que l’équipe d’Esprit sur les capacités militaires de la France (inexistence, notamment, d’une aviation de bombardement). La France n’est alors absolument pas prête à entrer en guerre, ce qui sera moins vrai en 1939. Le Général de Castelnau, par exemple, bien renseigné par un de ses amis officiers, connaît parfaitement cette situation, ainsi que le montrent les travaux de Corinne Bonafoux-Verrax. De là son acceptation - provisoire - de Munich.

50 Louis Salleron, “Le problème français”, Combat, octobre 1938.

51 Voir “L’affaire Victor Serge” in Michel Winock, op. cit., p. 118.

52 Jacques Madaule, “Bilan et avenir politiques et parlementaires”. Esprit, mars 1938. Né en 1898 à Castelnaudary, dont il conserva toujours l’accent rocailleux, Madaule était agrégé, professeur d’histoire, fervent catholique et avait rencontré Mounier chez Maritain. Non sans ressemblance avec Fabrègues, il était un homme de dialogue, faisant le lien entre différents milieux intellectuels catholiques. C’est ainsi qu’il était proche de Francisque Gay (La Vie Catholique, l’Aube) et de Stanislas Fumet (Sept puis Temps Présent). Il se liera d’amitié avec Fabrègues qui se référera plusieurs fois à ses positions dans Demain.

53 Thierry Maulnier, “Valeurs démocratiques et valeurs françaises”. Combat, février 1938.

54 Pierre Dominique, “Horizons de la civilisation française”. Civilisation, décembre 1938

55 Bernard Serampuy, “La Flèche et le frontisme”, Esprit, septembre 1938.

56 Michel Winock, “Esprit. Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 195.

57 L’échec de la grève générale, organisée le 30 novembre 1938 par la CGT, affaiblit le parti communiste. Mais jusqu’à cette date la domination de celui-ci sur la CGT et sa responsabilité dans la violence des revendications sociales face à un gouvernement sans autorité expliquent la proximité du danger communiste évoquée par la Jeune Droite Catholique.

58 Thierry Maulnier, “Après l’accord de Munich. Les nouvelles conditions imposées à l’action politique en France”, Combat, novembre 1938.

59 Thierry Maulnier, “La guerre peut-être Encore faut-il savoir pourquoi”, Combat, avril 1939.

60 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 223.

61 Emmanuel Mounier, “Péguy, prophète du temporel”. Esprit, février 1939. Jean de Fabrègues, “Barrès, Péguy, Claudel”, Combat, février 1939.

62 Jean Lacroix, “Notre attitude”, Le Voltigeur, no 16, 24 mai 1939.

63 Emmanuel Mounier, “Péguy, prophète du temporel”, Esprit, février 1939.

64 ***, “Civilisation création continue”, Civilisation, no 1, avril 1938.

65 Thierry Maulnier, “Le fascisme, l’antifascisme ou la France”, Combat, mars 1939.

66 Civilisation, Editorial, mars 1939. Les premières réponses seront publiées sans commentaires dans le numéro suivant de Civilisation. Elles viennent de jeunes, du scoutisme en particulier, de la Confédération générale des syndicats de classe moyenne et de personnes originaires des professions libérales et intellectuelles. Elles montrent en général un grand besoin d’idéal et une réaction anticommuniste. Ainsi ce professeur de philosophie du Sud-Ouest qui propose de réaliser une “brochure sous le titre Défense et illustration des valeurs spirituelles (famille, patrie, religion, science) qui serait pour le Mouvement Civilisation ce qu’a été pour l’Internationale Ouvrière le Manifeste du parti communiste de Marx et d’Engels.”

67 Thierry Maulnier, “Le problème secondaire des institutions”, Combat, juillet 1939.

68 Michel Winock, Esprit, des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 196.

69 Thierry Maulnier, “Le fascisme, l’antifascisme ou la France”, Combat, mars 1939.

70 Thierry Maulnier, “L’union sur les valeurs françaises”, Civilisation, janvier/février 1939.

71 Emmanuel Mounier, “Appel à un rassemblement pour une démocratie socialiste”, Esprit, décembre 1938.

72 Thierry Maulnier, “Un fascisme minimum ?”, Combat, mai 1939.

73 Ibid.

74 Gonzague de Reynold, “Conscience de ce temps”, Civilisation, janvier/février 1939.

75 Jacques Madaule, “L’Europe et la France au carrefour”, Esprit, avril 1938.

76 Gabriel Marcel, “Lignes de force II”, Civilisation, no 7, décembre 1938.

77 Ibid.

78 Thierry Maulnier, “Le dilemme fascisme/communisme et la démocratie”. Combat, juin 1939.

79 Michel Winock, “Esprit”, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 197.

80 Louis Salleron, “Réflexions sur le régime à naître”. Combat, avril 1939.

81 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938.

82 Georges Coquelle-Viance, “Capitalisme et communauté de travail. François Perroux”, Civilisation, mai 1938.

83 Louis Salleron, “Essais sur le corporatisme, de Gaëtan Pirou”, Civilisation, avril 1938.

84 François Perroux, lettre à Jean de Fabrègues, dimanche 3 avril 1938. La phrase soulignée l’est dans le texte. Fonds Fabrègues.

85 Jean de Fabrègues, “Syndicalisme et capitalisme, de François Perroux”, Civilisation, décembre 1938.

86 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”, Combat, juin 1939.

87 Ibid.

88 Georges Coquelle-Viance, “La société et l’État, de Marie Benoît Schwalm”, Civilisation, janvier/février 1939.

89 Pierre Gignac, “La France veut la liberté, de P. Valéry, M. Déat, E. Krakowski, M. Archimbaud, H. de Kérillis, Thierry Maulnier, Daniel-Rops, Le Cour Grandmaison etc.”, Civilisation, janvier/février 1939. La citation en italiques est entre guillemets dans le texte.

90 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”. Combat, juin 1939.

91 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938.

92 Georges Coquelle-Viance, “La société et l’État, de Marie-Benoît Schwalm”, Civilisation, janvier/février 1939.

93 Étienne Gilson, “De l’universalisme médiéval aux conditions actuelles de la liberté”. Civilisation, juin 1938.

94 Jean de Fabrègues, “Le corporatisme devant l’État”, Combat, février 1938. Les mots en italiques ou soulignés le sont dans le texte.

95 Gustave Thibon, “Abstraction révolutionnaire et réalisme catholique d’Augustin Cochin”, Civilisation, juin 1938.

96 Jean de Fabrègues, “Naissance des institutions de demain”, Combat, juin 1939.

97 Thierry Maulnier, “Le problème “secondaire” des institutions”, Combat, juillet 1939.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search