Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Troisième partie. A la recherche d'une politique chrétienne

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Munich, venant après les coups de force répétés d’Hitler, n’était qu’une étape supplémentaire vers la guerre : telle fut très vite la conviction des jeunes intellectuels catholiques quelle que fut leur attitude envers l’accord dans l’immédiat. Cette perspective rendait encore plus urgente à leurs yeux la nécessité d’un changement politique profond, car tous craignaient la faiblesse des démocraties face à l’agressivité allemande. De sorte que ce n’est pas en 1940 mais dès 1938 que Fabrègues et Mounier se penchent ardemment sur les moyens de régénérer la France. Leur recherche est alors animée par la même exigence éthique. Ceci explique qu’en dépit d’une conception du personnalisme plus libérale chez Mounier que chez Fabrègues, les positions de leurs équipes respectives se soient largement rapprochées en 1939.

2Le chemin effectué à l’approche de la guerre explique l’engagement des mouvances de Fabrègues et de Mounier dans la Révolution Nationale : par ses exigences morales et par la qualité de son inspirateur, celle-ci peut sembler d’abord ouvrir des chances sérieuses de réforme au climat politique français. Mais les circonstances de l’Occupation et l’évolution du gouvernement de Vichy déçoivent cet espoir. Mounier et Fabrègues paraissent alors suivre des chemins opposés, le premier adoptant une attitude critique envers le régime dès 1941, le second prenant la place de conscience morale du Maréchal au travers de son hebdomadaire Demain, présent dans le paysage éditorial français jusqu’en 1944. Pourtant, durant toute la guerre, Fabrègues reste l’ami de fervents catholiques comme Gabriel Marcel et publie dans son journal les articles d’anciens collaborateurs d’Esprit comme Jean Daujat et François Perroux. Faut-il considérer que tous étaient complices des compromissions du régime ? La Jeune Droite Catholique avait-elle oublié sa foi et perdu sa respectabilité ?

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search