Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Deuxième partie. La Jeune Droite Catholique

Chapitre IX. La tentation révolutionnaire

Texte intégral

  • 1 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 399.
  • 2 Thèse soutenue par certains historiens comme Zeev Sternhell que cet ouvrage espère infirmer.

1Le milieu des années trente impose une comparaison attentive des positions d’Esprit et de la Jeune Droite Catholique dans la mesure où, autour de l’arrivée du Front Populaire au pouvoir, Mounier et Fabrègues sont amenés à prendre parti sur le terrain politique proprement dit. Entre les différentes factions, les relations se tendent en effet à l’extrême. Eugen Weber rappelle les témoignages croisés, à l’époque, de la revue jésuite Les Études et du Courrier Royal signalant, la première “l’impression presque physique d’un orage menaçant”, le second “la division de la France en deux camps (comme) à la veille d’une guerre civile1.” La nouvelle stratégie communiste de réconciliation avec les démocrates au sein d’un ensemble antifasciste affecte de repousser dans le camp fasciste ceux qui refusent la main tendue. Pour les catholiques, vers lesquels cette campagne de charme est particulièrement dirigée, la décision à prendre s’avère redoutable : se rallier au Front populaire peut passer pour une adhésion à une doctrine matérialiste, athée et condamnée par l’Église ; s’y opposer risque d’être présenté par les plus extrémistes comme une approbation aux dictatures allemande et italienne. Toute la question, dans cette période, consiste donc à savoir si Fabrègues et Mounier sont parvenus à éviter ce piège et à percer la véritable signification de leurs choix respectifs. Ont-ils subi la tentation totalitaire venant du communisme ou du fascisme ?2

2L’affaire des sanctions prises contre l’Italie lors de l’invasion de l’Éthiopie cristallise l’hostilité entre les deux jeunes groupements chrétiens. Après février 1934 Fabrègues et Maulnier créent la revue Combat qui refuse le clivage fasciste/antifasciste, tandis qu’Esprit se rapproche du Rassemblement populaire victorieux aux élections législatives en mai 1936. A cette occasion, Fabrègues entre au nouveau parti de Doriot, le Parti Populaire Français. Mais le débat politique pénètre au cœur même de Combat, provoquant une scission entre l’équipe de Maulnier et celle de Fabrègues. Au sein d’une Jeune Droite qui se jette dans la polémique et pratique une critique révolutionnaire, la Jeune Droite Catholique se particularise par son attitude constructive, en particulier par la proposition d’une recherche sociale qui rassemble les catholiques.

I. Un révélateur : l’Italie fasciste

  • 3 Elle a pour pendant un rapprochement avec l’Union Soviétique entrée à la S.D.N. en septembre 1934 a (...)
  • 4 Le 25 juillet 1934, le Chancelier autrichien Dolfuss a été assassiné lors d’une tentative de coup d (...)

3Au printemps 1935, le modèle italien garde un certain attrait pour les jeunes intellectuels catholiques. Il ne copie pas encore le national-socialisme allemand comme il le fera l’année suivante et surtout après 1938. Malgré l’hostilité d’ores déjà témoignée par le régime envers l’Église et ses associations, Mussolini reste le père des Accords du Latran qui “ont rendu l’Italie à Dieu et Dieu à l’Italie”, selon les termes de Pie XI. Sur le plan diplomatique, l’alliance italienne se présente, pour la France, comme l’élément de base d’une stratégie d’encerclement de l’Allemagne3. L’Italie, grande puissance catholique, semble alors aux yeux de beaucoup l’allié le plus rassurant sur le continent face à l’agressivité hitlérienne. N’a-t-elle pas, un an auparavant, arrêté une première tentative d’Anschluss4 ? C’est alors qu’elle choisit de porter ses ambitions en Afrique, changeant l’intérêt commun des jeunes catholiques pour son expérience en réactions politiques ouvertement divergentes.

Le voyage à Rome

  • 5 Selon Maurice Noël dans Le Figaro littéraire, les représentants des jeunes groupes intellectuels ét (...)
  • 6 Maurice Noël, “Trois jours à Rome avec la jeunesse italienne”, Le Figaro littéraire, samedi 25 mai (...)
  • 7 Georges Viance, “Fascisme et liberté à propos d’un récent Congrès romain”, Vie Intellectuelle, 25 s (...)

4En ce milieu des années trente où la crise éprouve durement l’économie et la société française, les milieux catholiques sociaux se plongent avec assiduité dans l’étude du corporatisme. Or, en la matière, le fascisme italien fait école. La doctrine mussolinienne semble ouvrir une voie moyenne entre libéralisme et marxisme, capitalisme et communisme. Comment Fabrègues et Mounier résisteraient-ils à l’invitation de l’Institut de culture fasciste à un Congrès d’étude sur le régime corporatif ? Avec un grand nombre de représentants de jeunes mouvements, ils entreprennent le voyage à Rome du 19 au 23 mai 19355. Dans le compte-rendu qu’il donne au Figaro littéraire,. Maurice Noël évoque, sur un mode plaisant qui ne sera pas démenti par Mounier dans ses souvenirs, la fraternité régnant dans le train au petit matin entre ses “jeunes compagnons échangeant des constitutions politiques (au lieu de) s’offrir des quartiers d’orange6.” Tout ce monde lui semble communier dans le même espoir de découvrir en Italie un modèle de remplacement au capitalisme. Georges Viance, qui participe aux travaux comme correspondant de la Vie Intellectuelle, recense quatre sujets abordés au cours de la session : “corporatisme et politique ; corporatisme et liberté ; réalisations syndicales et corporatives ; esprit révolutionnaire du corporatisme”, et précise que “le programme fut à peu près respecté7.”

  • 8 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération. Lettres, carnets et inédits, Les éditions du Seuil, 195 (...)
  • 9 Georges Viance, “Fascisme et liberté à propos d’un récent Congrès romain.”, Vie intellectuelle, 25 (...)
  • 10 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 165.
  • 11 Maurice Noël, “Trois jours à Rome avec la jeunesse italienne”, Le Figaro Littéraire, samedi 25 mai (...)
  • 12 Cité par Michel Winock, Esprit, Des intellectuels dans la cité. 1930/1950, op. cit., p. 89.

5Pourtant, le dialogue ne fut pas toujours facile entre le gouverneur de Rome Giuseppe Bottai, “jeune, beau garçon de trente-cinq ans […], deux costumes par jour, les bottes et la tenue de campagne pour faire unéclat8” et la délégation française animée d’esprit frondeur. Au royaliste Jean de Fabrègues estimant que “les fascistes ne semblent pas apprécier à sa juste valeur le facteur de continuité que la monarchie italienne peut représenter le moment venu, nulle réponse approbative” ne fut apportée, note Georges Viance9. La communication d’Emmanuel Mounier n’éveilla aux dires de son auteur qu’“un ennui vaguement courtois10”. Quant à Robert Aron, il faillit se trouver à l’origine d’un sérieux incident diplomatique à la suite de la comparaison qu’il avait introduite entre Napoléon et Mussolini. L’intérêt de l’expérience se fut limité au seul “vrai congrès des jeunes mouvements français dans le Rome-Express” selon les mots de Mounier, si le dernier jour un discours du ministre de l’agriculture Rossoni n’était venu émouvoir l’ensemble de l’assistance, faisant s’écrier au correspondant du Figaro littéraire qu’“à en juger par des visages bouleversés”, il s’agissait là “d’un homme redoutable pour l’antifascisme11”. Et Mounier reconnut : “Nous avons tous été pris au sentiment. Le congrès a fini dans une sorte d’enthousiasme amical12.”

6Toutefois cette belle entente ne devait pas résister à l’affaire éthiopienne qui éclata en octobre suivant.

L’affaire éthiopienne

7Le début de l’invasion de l’Éthiopie par les troupes italiennes le 3 octobre 1935 met à rude épreuve la diplomatie internationale. Grande Bretagne et France, qui disposent toutes deux d’un Empire colonial étendu, sont mal venues de condamner les ambitions mussoliniennes. D’autant que le Duce se prétend l’héritier d’une volonté ancienne de colonisation, rappelant la défaite d’Adoua infligée à son pays en 1896 et donne à son entreprise le motif vertueux de l’expansion démographique. Pierre Laval décide donc de ne pas intervenir. C’est oublier que l’Éthiopie, malgré le caractère insuffisant de son développement, est un État indépendant qui fait partie de la SDN. Aussi le Négus Haïlé Sélassié demande-t-il justice auprès de l’organisation qui reconnaît l’agression mais se limite, sous la pression française, à voter les 14 et 16 octobre suivants des sanctions économiques contre l’Italie.

8Autour du principe de l’égalité des États, les nécessités d’ordre et de justice semblent se contredire. Le dilemme pourrait se comparer, en matière étatique et internationale, à celui de l’Affaire Dreyfus, dans le domaine individuel et national. Mais plus concrètement, elle pose le problème du déclenchement d’une nouvelle guerre, puisqu’en condamnant l’Italie, les démocraties risquent de la jeter dans les bras de l’Allemagne. Alors que les sanctions ne sont encore qu’une hypothèse, une sorte de chassé-croisé se produit entre les positions traditionnelles de la gauche et de la droite françaises, un certain interventionnisme prévalant chez la première tandis qu’un néo-pacifisme s’empare de la seconde. Au sein de cette confusion, les intellectuels catholiques sont contraints de prendre parti.

  • 13 C. Leblond, “Le raid italien sur l’Éthiopie”, Esprit, juillet 1935.
  • 14 Ce congrès réunit Malraux, Bloch, Guéhenno, Benda, Chamson, Waldo Franck et, surtout Gide dont la c (...)

9Dès le mois de juillet, Esprit s’était rangé aux côtés de la gauche, traitant l’intervention italienne d’“indécente piraterie” et plaçant la justice du côté de l’Ethiopie13. La revue faisait ainsi l’impasse sur le risque de guerre. Cette position enflamma de colère Henri Massis qui l’opposa à celle qu’avait adoptée Mounier en avril 1935 devant le réarmement allemand. Le même parti pris de juridisme l’avait amené alors, selon lui, à se montrer tolérant envers les revendications hitlériennes. Ce qui achevait de révolter Massis, c’est que, négligeant cette fois toute perspective de conflit, Mounier accompagnait sa condamnation d’un rapprochement avec les intellectuels communistes et prenait la parole en juin 1935 au Congrès sur la Culture de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires14.

  • 15 Craignant pour le Soudan anglo-égyptien et la route des Indes, l’Angleterre a rassemblé une partie (...)
  • 16 “Manifeste des intellectuels français pour la défense de l’Occident”, Le Temps, 4 octobre 1935.

10Assimilant ce type d’attitude à de l’antipatriotisme, Massis publie dans Le Temps du 4 octobre un manifeste appelant à la “défense de l’Occident”. Selon lui, en effet, prendre des sanctions contre l’Italie risquerait “de déchaîner une guerre sans précédent mettant en péril l’avenir de la civilisation”. C’est avec une terreur religieuse qu’il s’écrie : “On veut lancer les peuples européens contre Rome.” Et il s’horrifie de ce qu’on “encourage à appeler les grands États en champ clos […] sous prétexte de protéger en Afrique l’indépendance d’un amalgame de tribus incultes.” Il voit là “un mal mental”, une menace pour “la notion même de l’homme.” Il s’étonne de voir l’Angleterre “dont l’empire colonial occupe un cinquième du globe s’opposer aux justifiables entreprises de la jeune Italie15. et faire inconsidérément sienne la dangereuse fiction de l’égalité absolue de toutes les nations, ce qui lui vaut, en l’occurrence, l’appui de toutes les forces révolutionnaires qui se réclament de la même idéologie pour combattre le régime intérieur de l’Italie et livrer du même coup l’Europe aux bouleversements désirés.” A cette “alliance désastreuse”, l’organisation de Genève est accusée de “prêter les redoutables alibis d’un faux universalisme juridique.” Le texte conclut en appelant “toutes les forces de l’esprit” à empêcher le “suicide de la civilisation d’Occident […] le seul avenir valable qui, aujourd’hui comme hier soit ouvert au genre humain16.”

  • 17 Dans son Enquête sur l’Ordre conduite à l’époque de Réaction, Jean de Fabrègues avait rangé les rép (...)
  • 18 “Si cette guerre éclate, les responsables en répondront. Il faut le leur faire savoir. Vous, lecteu (...)
  • 19 Il collaborait alors à l’hebdomadaire républicain Marianne et cette position ne fut pas sans surpre (...)

11Le manifeste nie donc l’injustice de l’agression italienne envers l’Éthiopie et s’oppose à une politique de sanctions qui, rompant l’alliance française avec l’Italie, ouvrirait la porte au suprême désordre de la guerre17. Il ne cache pas ses soupçons envers les visées révolutionnaires communistes appuyées sur un idéal démocratique égalitaire. Il affirme la supériorité de la civilisation occidentale et son caractère d’idéal à atteindre pour le reste du monde. Soixantequatre intellectuels donnent leur signature, parmi lesquels seize académiciens (dont Mgr Baudrillart, Henry Bordeaux, Louis Bertrand, André Bellessort, Abel Bonnard, Claude Farrère, Abel Hermant, Louis Madelin, Pierre de Nolhac), douze membres de l’Institut (Charles Benoist et Maurice Denis par exemple), Charles Maurras qui a appelé par ailleurs au meurtre des sanctionnistes18, Pierre Gaxotte, Gabriel Marcel, Maurice Maeterlinck, Marcel Aymé19, Pierre Drieu La Rochelle, Alphonse de Chateaubriand, Pierre Mac Orlan, Henry de Monfreid, André Suarès, Robert Vallery-Radot. A ces aînés se joignent les membres du Groupe xxe Siècle : Fabrègues, Maulnier, Maxence, Francis, Brasillach.

  • 20 En juin 1935, un sondage dit “scrutin de la paix” a montré l’hostilité de l’opinion publique anglai (...)

12Dès le lendemain, Le Populaire riposte, au nom des intellectuels antifascistes, par un texte de Jules Romain : “Pour le respect de la loi internationale” qui répond aux principaux arguments du texte précédent. Il l’accuse de “détourner au profit de la guerre […] d’agression l’amour de notre peuple pour la paix.” Elargissant au plan humain l’affirmation posée par les signataires d’inégalité surtout culturelle entre les nations, il leur reproche d’affirmer “l’inégalité en droit des races humaines” et invite à soutenir la S.D.N., persuadé que “les masses populaires”, en France comme en Angleterre, ne désirent que la paix20.

13Mounier signe ce manifeste comme il signe le suivant, venu cette fois de Sept et de La Vie catholique, publié le 18 octobre : “Pour la Justice et la Paix”. Ce troisième texte prétend mettre de l’ordre “dans la confusion actuelle des esprits (en) refusant tout à la fois (de) laisser obscurcir les principes de la conscience et (d’) admettre l’hypothèse d’une nouvelle guerre européenne” Il “ne nie pas l’importance de l’œuvre colonisatrice des États européens” mais estime “qu’elle n’a pas été accomplie sans lourdes fautes”. Dans le cas de l’opération italienne, il constate “une violation du droit (qui menace) la civilisation occidentale elle-même.” Il dénonce “le sophisme de l’inégalité des races”, reconnaissant que, “si l’on veut dire que certaines races ou certaines nations se trouvent dans un état de culture moins avancé que d’autres, on constate simplement un fait évident”. Interprétant lui aussi le texte de Massis dans son sens le plus extrême, il en déduit qu’“on passe de là à l’affirmation implicite d’une inégalité essentielle qui députerait certaines races ou certaines nations au service des autres et qui changerait à leur égard les lois du juste et de l’injuste.” La véritable efficacité de la S.D.N. dépend en fin de compte “de la volonté de justice et de paix des peuples et des gouvernements”. Le texte engage donc aussi à une acceptation des sanctions mais l’assortit d’un appel à la moralisation des rapports politiques.

  • 21 Georges Bidault, Étienne Borne, Charles du Bos, Paul Chanson, Georges Hourdin, Joseph Folliet, Stan (...)
  • 22 L’Abbé Lallement, Marie Gasquet, Paul Claudel, Maurice de Gandillac, Pierre-Henri Simon, Francis Ja (...)

14Parmi les noms qui figurent au bas du manifeste apparaissent ceux de nombreux proches des milieux démocrates chrétiens21, mais aussi ceux d’anciens ou de familiers des revues de Fabrègues22. Quoiqu’il en soit, pour le groupe du xxe Siècle qui suit le raisonnement de Massis, l’affaire éthiopienne agit comme un révélateur : elle montre la dangereuse rencontre, dans certains esprits catholiques, de l’illusion révolutionnaire de l’homme parfait et de l’oubli de la blessure infligée par le péché à la nature humaine. Elle illustre une conception idéale des relations internationales fondée sur le refus des réalités. Elle souligne la capacité des accusateurs de l’Italie à mettre en balance l’avenir de la civilisation chrétienne et ce qui n’est, somme toute, que l’ambition coloniale respectable d’une grande puissance. C’est la crainte de voir un tel amalgame conduire à un deuxième conflit mondial qui amène in fine Fabrègues et Maulnier à lancer le mensuel Combat.

  • 23 Jean de Fabrègues, “La politique métaphysique n’est pas la politique chrétienne”, Combat, no 1, 10 (...)
  • 24 Ibid.

15Dans le premier article qu’il donne à la revue, Fabrègues tient à préciser sa position “comme catholique, sur le différend grave” qui divise sa communauté23. Il reprend d’abord les thèmes de justice et de paix qui en constituent le fond. Malgré La Haye, en dépit de Genève, il ne discerne l’application d’aucun droit commun mondial ou européen en matière de relations internationales : “Où est la loi communément appliquée qu’il faudrait donc reprendre à l’égard de l’Italie ? La Chine, l’Égypte, l’Inde, les Amériques, n’ont point vu les Armées du Droit se déployer. Non plus la rive gauche du Rhin.” Il n’est pas dans le rôle d’un État “d’aller faire respecter la Justice hors de chez lui […] dans le cas qui est celui d’aujourd’hui où il n’existe pas de règle de droit international valable et reconnue.” Par le risque de guerre qu’elle comporte, une prétention de cette sorte risquerait en revanche de “jeter le pays dans un aventure peut-être mortelle pour le Bien Commun, même spirituel”, car un chrétien ne peut oublier que “la guerre totale en Occident, c’est pour demain le bolchevisme chez nous. Ce sont toutes les conditions de la vie humaine remises en question […] Dieu oublié et renié24.”

  • 25 Ibid.

16Sur un plan plus philosophique, l’erreur et le danger consistent, selon Fabrègues, à “oublier cette condition de l’homme et cet instable équilibre où il vit […], accepter la pensée la plus fausse du monde moderne, celle qui, justement, croit à la pureté de l’homme et de ses créations, à leur suffisance.” En outre, il y a de la part de l’État usurpation de son rôle à vouloir dicter ainsi les conditions du Bien et du Mal : “ce n’est pas la fonction de l’État que de mettre les hommes en état de justice”. Il suffit qu’il leur assure les conditions. propres à réaliser “leur destin personnel” Jacques Maritain et Emmanuel Mounier servent de caution sur ce dernier point, le premier ayant rappelé récemment “qu’un État qui impose la vérité à ses membres leur retire la possibilité […] d’exister par eux-mêmes” et le second que “l’erreur centrale du marxisme est de reporter sur l’évolution collective de l’humanité la charge du destin personnel des hommes25.”

17Cet article clôt pour la Jeune Droite Catholique le débat sur l’affaire des sanctions. Mais les questions qu’il pose réapparaîtront à l’occasion de la remilitarisation de la Rhénanie, de l’arrivée du Front Populaire et des crises successives menant à Munich. Désormais, le défi de l’engagement politique se pose de façon de plus en plus pressante aux intellectuels catholiques.

II. La naissance de Combat

18La revue Combat constitue pour Fabrègues une planche de salut après la disparition de La Revue du xxe Siècle. Grâce au travail du groupe du même nom qu’il continue d’animer, il espère faire du nouvel organe l’instrument du rassemblement des catholiques sur des principes communs d’action politique. En pleine préparation des élections législatives de mai 1936 toutefois, Combat représentera surtout une œuvre de contestation du Front Populaire. Esprit s’étant dans le même temps rallié à la nouvelle majorité, le projet d’un grand mouvement d’unité catholique en politique sera remis à plus tard.

Unir les catholiques sur les principes de l’action politique

  • 26 Henri Caillemer, lettre à Jean de Fabrègues, 29 septembre 1935, fonds Fabrègues.

19Faute d’argent, La Revue du xxe Siècle peine à reparaître à l’automne 1935. “Je vois, mon cher Fabrègues, que tu as de terribles difficultés et que tu ne sais pas si tu vas pouvoir continuer la revue”, écrit Henri Caillemer (alias Charles Mauban) à la fin de septembre, “de tout cœur, j’espère que tu vas trouver l’aide, le secours qui lui permettront de durer. Mais le cercle d’amitiés que tu as créé autour de toi, autour des idées que tu défends n’est pas près, lui, de disparaître […] Le Temps lui-même, Le Temps républicain du Comité des Forges et du Comité des Houillères a parlé curieusement plusieurs fois du jeune groupe anticapitaliste et monarchiste qui est pourtant bien loin de lui !26

  • 27 Léon Bérard, lettre à Jean de Fabrègues, 19 mai 1935, fonds Fabrègues.
  • 28 René Dommange, lettre à Jean Loisy, 27 mai 1935, fonds Fabrègues.
  • 29 André Rousseaux, lettre à Jean de Fabrègues, en-tête de Candide, 22 février 1935, fonds Fabrègues.
  • 30 André Bellessort, lettre à Jean de Fabrègues, en-tête de la Librairie Académique Perrin, 19 mai 193 (...)

20La naissance de Combat procède d’une véritable ébullition intellectuelle autour du Groupe du xxe Siècle. Avec la complicité agissante de Maulnier, auquel le prix de la critique obtenu par son Racine confère une certaine reconnaissance publique, Fabrègues multiplie les invitations auprès des milieux politiques et littéraires. “Je serai très heureux d’assister à un de vos dîners”, lui répond le sénateur Léon Bérard. “Abel Bonnard m’a dit merveille de votre milieu spirituel et de sa rencontre avec vous et vos amis27.” Le député de Paris René Dommange “accepte très volontiers de présider le dîner du 5 juin28.” André Rousseaux, empêché d’assister à celui de mars, prie “qu’on mette son nom parmi ceux des invités excusés et regrettant29.” André Bellessort l’invite “à causer […] de la conférence” qu’on lui a demandé “si aimablement de présider30.” Henri Massis recommande Maximilien Vox à “la revue jeune et ardente de son cher Fabrègues.” Des lettres de Brice Parain et d’André Malraux révèlent les préoccupations de la N.R.F. envers la survie de La Revue du xxe Siècle.

  • 31 Jean Le Cour Grandmaison, lettre à Jean de Fabrègues, 31 mai 1935, fonds Fabrègues. Cette lettre re (...)

21Fabrègues envisage toujours en 1935 la formation d’un mouvement catholique d’animation de la vie politique. En réponse à l’une de ses lettres, le député Jean Le Cour Grandmaison reconnaît la nécessité “d’une grande synthèse entre des groupes marchant sur des voies convergentes.” Il déplore cependant que leur multiplicité même rende pratiquement impossible, “pour eux qui sont groupés dans l’action, le contact étroit qui serait fécond avec ces équipes de chercheurs (qui), de vous à Esprit en passant par Sept,. expriment tant de nuances plus ou moins tranchées.” Selon lui, “la tâche dépasse peut-être les forces d’un homme, voire d’un groupe et ce sera sans doute la mission de votre génération de la réaliser.” Et devant la suggestion de son correspondant de “poursuivre l’œuvre des hommes de l’Association Catholique”, il dit son espoir que les principes rappelés par ces mêmes hommes au monde contemporain aient préparé le terrain d’une “union pour une action politique31.”

22Combat pouvait-il répondre à cet objectif ?

Contre le ralliement

  • 32 Dans le premier numéro de la revue, l’éditorial comme les articles inauguraux de Maulnier et de Fab (...)
  • 33 La date du 10 janvier 1935 portée par le premier numéro de Combat est due à une erreur typographiqu (...)
  • 34 Thierry Maulnier, lettre à sa mère, 25 janvier 1936, Cité par Étienne de Montéty, Thierry Maulnier, (...)

23Lancé à l’occasion de l’affaire éthiopienne32, Combat, dont le premier numéro paraît le 10 janvier 193633, se présente clairement comme un organe d’opinion engagé sur le terrain politique et destiné à un assez large public : “mi-revue d’idées, mi-pamphlet, qui ne coûte que 1,50 F”, selon Maulnier34. Mais au-delà de la revue, c’est aussi un mouvement qui reprend l’activité de propagande du groupe du xxe Siècle autour de manifestations diverses : réunions, conférences, dîners.

  • 35 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 395.

24Sur le plan politique, la décision prise par Maulnier et Fabrègues de rapprocher leurs équipes répondait à la volonté de dénoncer les dangers d’inaction et de faiblesse du régime démocratique français. Depuis le six février 1934, pensaient-ils, rien de la révolution espérée ne s’était produit : des gouvernements conservateurs avaient endormi le jeu politique et les forces politiques avaient cherché dans l’opportunisme des réponses aux troubles intérieurs et aux incertitudes extérieures. “Partout, Thierry Maulnier le notait avec son sens exceptionnel de la conjoncture politique”, raconte Eugen Weber, “les partis et les ligues tentaient de s’adapter aux circonstances nouvelles, ceux de la gauche en injectant une dose de nationalisme à l’idéologie socialiste ou communiste, ceux de la droite en recherchant une base populaire élargie, un programme social plus vaste35.”

25Dans le cadre de la préparation des élections législatives, la création de Combat témoignait d’un engagement qui se voulait plus ancien et plus original : les jeunes rédacteurs prétendaient déposséder l’ensemble des acteurs politiques en conjuguant nationalisme et socialisme, retrouvant la veine originale du Cercle Proudhon d’avant-guerre. Plus maurrassienne que chrétienne, la perspective ne pouvait cependant déplaire à Fabrègues ni aux anciens de La Gazette Française qui s’étaient montrés tellement soucieux, en leur temps, de la réintégration du prolétariat dans la communauté française.

  • 36 Editorial, Combat, no 1, 10 janvier 1936.

26D’ailleurs, l’accent mis sur l’engagement révolutionnaire n’excluait pas l’attention portée à l’enjeu spirituel. Au travers de son exhortation au rétablissement de la domination de l’intelligence sur le réel, l’éditorial engageait l’esprit et les valeurs de l’humanisme chrétien. Le texte retrouvait le ton employé par Massis au lendemain de la première guerre. Il s’adressait clairement à Guéhenno, Mounier et l’ensemble des signataires du manifeste antisanctionniste, accusés d’avoir abandonné leur rôle d’intellectuels pour celui de “partisans”, au détriment du devoir “de comprendre et gouverner la réalité” et regrettant que, “sous les prétextes souvent sincères de la communion avec la masse, du service de la charité, toutes les dégradations de l’intelligence (soient) devenues possibles36.”

  • 37 Ibid.

27Aussi Combat rejette-t-il “le mot hideux de ralliement qui a servi, voici quelques décades, à désigner une grave compromission des valeurs supérieures avec des intérêts politiques” et revendique le rôle d’initiateur “d’une synthèse nouvelle […] devant la faillite idéaliste et le péril matérialiste, un réalisme nouveau (rétablissant) l’esprit et le monde, l’intelligence et la politique, l’homme et la société dans leur subordination et dans leur unité véritables37.”

  • 38 Celle de Paul-Louis Landsberg en particulier. Evoquant son influence, Mounier écrit : “Il nous a sa (...)

28Cette façon de repousser toute idée de ralliement allait opposer Combat à Esprit. Dans le cadre de la préparation des élections législatives de mai 1936 et sous l’influence de certains de ses collaborateurs38, Mounier décide en effet de s’engager sur le terrain aux côtés des forces de gauche. Avec Jacques Madaule et André Ulmann, il se lance dans une participation, régulière pour ces deux derniers, au nouvel hebdomadaire de Jean Guéhenno et André Chamson, Vendredi, qui deviendra le principal organe du Front populaire. Un “Cahier de littérature prolétarienne” auquel collabore Henry Poulaille paraît dans le numéro d’Esprit de mars 1936. L’ensemble de cette attitude est d’autant plus critiqué par Combat que l’influence de la Jeune Droite maurrassienne réunie autour de Thierry Maulnier s’y révèle prédominante.

Une Jeune Droite prédominante

  • 39 Voir par exemple le no 5 de mai 1936 : “Les conservateurs”, par Thierry Maulnier, suivi de “Oraison (...)

29A la rédaction de Combat, Jeune Droite Catholique et Jeune Droite sont réunies sous la double direction de Jean de Fabrègues et de Thierry Maulnier. Une grande continuité par rapport aux revues précédentes caractérise l’équipe de rédaction : ce sont là les fidèles des deux hommes. Cependant, l’influence du second prévaut nettement sur celle du premier. Auréolé de son prestige littéraire, Maulnier attire une flopée de jeunes recrues venues essentiellement de l’Action Française. C’est lui qui assure l’article de tête de la revue. Pendant toute l’année 1936, il écrit également à la suite de ce premier article, sous le pseudonyme de Dominique Bertin ou en le signant de ses seules initiales, un deuxième texte qui vient renforcer l’impact du premier39. Dans le même temps, Fabrègues se limite à une seule intervention et n’utilise pas de pseudonyme.

30Mensuel d’aspect austère, imprimé en noir sur un mauvais papier, de format “tabloïd”, rien ne rappelle dans Combat l’élégance ni la recherche iconographique des revues précédentes. Aux côtés de Fabrègues, figurent l’infatigable René Vincent comme rédacteur en chef et le fidèle Jean Le Marchand au poste d’administrateur. Emile Vaast, Marcel Noël, Maurice Blanchot marquent la filiation avec Réaction ; Jean Loisy, Jean Saillenfest, Charles Mauban, Claude Roy, qui signe toujours Claude Orland, et Pierre Amandry celle de La Revue du Siècle et de La Revue du xxe Siècle. Les collaborations de Louis Salleron, Jean-Pierre Maxence et Robert Francis, renouent avec l’époque de La Gazette Française. Gabriel Marcel ne dédaigne pas d’apporter sa contribution aux manifestations du Groupe du xxe Siècle et à Combat.

  • 40 Robert Brasillach, Notre Avant-Guerre, op. cit., p. 29. On sait aussi le retour à la foi de Brasill (...)
  • 41 Sur Robert Brasillach, on ajoutera à la bibliographie citée à propos de Thierry Maulnier : Paul Sér (...)

31Les nouveaux arrivants, certains très jeunes, viennent généralement de l’Action Française. Robert Brasillach, un des piliers de la Jeune Droite depuis 1930, n’a jamais travaillé dans une publication de Fabrègues. Normalien, il marche dans la foulée de Thierry Maulnier depuis la classe de khâgne d’André Bellessort. Contrairement à son camarade, il a été élevé chrétiennement. Mais par bravade ou tempérament, il affecte un détachement souriant des choses religieuses, donnant au catholicisme une fonction surtout instrumentale, à l’image du milieu maurrassien qu’il fréquente alors. Il dira cependant dans ses mémoires avoir vu dans la condamnation de l’Action Française “la grande crise spirituelle de. cette époque40.” C’est lui qui a amené Henri Massis à ses amis normaliens. Depuis cinq ans, il dirige le feuilleton littéraire de L’Action Française41. En 1936, il a 29 ans.

32Georges Blond, qui en a trente, suit lui aussi Maulnier depuis l’Ecole Normale. Comme lui de sensibilité royaliste et maurrassienne, il est alors employé par les éditions Fayard, secrétaire de rédaction à Candide et collaborateur à Je Suis Partout. Il a publié deux romans : L’Amour n’est qu’un plaisir et Journal d’un imprudent.

33De la même génération et seule femme du groupe, Dominique Aury (Anne Desclos de son vrai nom) enseigne l’art dans une antenne parisienne de l’université américaine “Columbia”. Elle ne dédaigne pas le militantisme en faveur des idées maurrassiennes.

  • 42 Sur et de Pierre Andreu, on consultera : Révoltes de l’esprit, Editions Kimé, 1991.

34A vingt-sept ans, Pierre Andreu a déjà un parcours intellectuel varié42 : poète et ami de Max Jacob, fondateur de revues (L’Assaut en 1932), il passe à Esprit puis à L’Homme nouveau.

  • 43 Jean Azéma sera porté par une sorte de pureté révolutionnaire à s’engager jusqu’au plus profond dan (...)

35Jean Henri Azéma, né en 1913, est rédacteur à L’Action Française43. Kléber Haedens entame une carrière d’écrivain en recevant le prix Cazes pour son livre L’Ecole des parents. Pierre Monnier est un bordelais maurrassien de vingt-cinq ans.

36Deux nouveaux arrivants, mêlent l’héritage de l’Action Française à la pratique catholique : André Monconduit, né en 1908, qui enseigne alors dans un collège de Jésuites à Paris et Jean-François Gravier qui, à vingt-et-un ans, termine son agrégation d’histoire. Ancien étudiant d’Action Française, il milite dans le syndicalisme chrétien.

  • 44 Le futur académicien Jacques Laurent fait ainsi son entrée dans les revues de Fabrègues. Il vient d (...)

37Enfin trois collaborateurs forment presque un groupe d’adolescents : Jacques Laurent, dix-huit ans, qui signe alors Laurent Cély44 ; Jean Serge Morel, vingt ans, et François Sentein, dix-sept ans, tous étudiants en Lettres et maurrassiens.

  • 45 François Mitterrand est alors pensionnaire de l’Institution des Frères maristes du 104 rue de Vaugi (...)

38Feuille de lutte révolutionnaire et revue de jeunes, Combat naissait pauvre comme il se doit. René Vincent avait obtenu un crédit de l’imprimeur qui avait accepté de n’être payé qu’à partir du troisième numéro. La brasserie Lipp servait de salle de réunion aux rédacteurs et le sous-sol du Café Méphisto (sic !) de lieu de dépôt pour les tracts et les invitations aux diverses manifestations. De jeunes propagandistes zélés, parmi lesquels François Mitterrand, allaient d’un endroit à l’autre pour se procurer, ici des numéros à vendre, là des prospectus à distribuer45. C’en est fini des numéros à thème, des longs débats doctrinaux, de l’organisation en chroniques variées : les articles, présentés sur deux colonnes, dépassent rarement deux pages et se suivent, couvrant les questions politiques et culturelles dans un style volontiers percutant et provocateur.

39Cette allure directe et polémique se prolongeait par l’organisation de réunions et de conférences publiques sur des motions de combat : “Où sont les vrais défenseurs de la culture ?” en décembre 1936, “Une nation opprimée la France” le 13 janvier 1937, sujets qui ne rencontraient pas toujours l’agrément de Jean de Fabrègues comme on le verra plus loin. Les orateurs y étaient les rédacteurs de Combat : Fabrègues, Maulnier, Maxence, Brasillach, Jeanneret, Salleron, Blond. Mais des sujets de réflexion plus élevés pouvaient aussi être évoqués. Le 20 janvier 1937, une réunion particulièrement brillante sur “le maintien de la spiritualité dans l’art” rassemble Gabriel Marcel, Henri Ghéon, Maurice Denis, Ramon Fernandez, Auguste Perret et Charles Mauban à la Salle des Sociétés Savantes. Le numéro de mai de la revue se fait en grande partie l’expression de trois soirées de réunions consécutives où les animateurs de Combat ont débattu de la nation, de la civilisation et des libertés. Enfin, Les Cahiers de Combat sont lancés en 1937 pour permettre à quelques rédacteurs de traiter au fond leur sujet de prédilection. Six Cahiers paraîtront ainsi de 1937 à 1939 : “Principes d’un réalisme révolutionnaire” par Thierry Maulnier, “Condition de la poésie” par Charles Mauban, “Structure de la Société Nationale” par Louis Salleron, “L’Ecole et l’esprit public” par Serge Jeanneret, “Les horizons du cinéma” par René Vincent, “Les principes d’une politique extérieure française” par François Gravier.

40Combat réussit son pari puisqu’il a déjà plus de mille abonnés en 1937. En 1939, il dépassera largement Esprit avec ses cinq mille exemplaires là où la revue de Mounier ne tire qu’à trois mille.

III. Sous le Front Populaire

41L’entente entre Jeune Droite et Jeune Droite Catholique résiste mal, toutefois, à la radicalisation du discours maurrassien dont Maulnier et les siens se font l’écho au sein de la revue, au fur et à mesure de la montée du Front Populaire vers le pouvoir. Le numéro d’avril 1936, paru au lendemain de la remilitarisation de la Rhénanie, est le dernier à manifester une communauté de ton des deux équipes réunies dans la même indignation. Dès le mois suivant une mise au point de Fabrègues indique un désaccord avec Maulnier qui ne fera que s’aggraver au long de l’année, aboutissant à une séparation de fait au sein de la rédaction au début de 1937. A cette date, Maulnier et Brasillach entraînent les polémistes vers une nouvelle publication : L’Insurgé. Combat poursuit cependant sa route, mêlant contestation et philosophie politique, empruntant un ton plus ou moins violent suivant que les articles viennent de la mouvance maurrassienne ou des rédacteurs restés fidèles à Fabrègues.

Après le coup de force sur la Rhénanie

42Le coup de force d’Hitler sur la Rhénanie amène Combat à inaugurer le discours sur la décadence démocratique française et la nécessité d’une Révolution nationale qui triomphera à l’époque de Vichy. L’ensemble des articles retentit des critiques envers l’ordre établi et de l’effroi d’une guerre à venir. Par d’autres chemins, mais sans que pour autant ceux-ci indiquent un désaccord sur le fond avec Combat, Esprit adopte également une position pacifiste. Pour Fabrègues comme pour Mounier, une telle attitude ne signifie en aucune façon une quelconque sympathie envers l’hitlérisme.

  • 46 Candide, 23 janvier 1936, Voir sur ce point l’analyse d’Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., (...)

43Dans son appréciation de l’événement, Combat se met à l’unisson des critiques venues de l’extrême droite, en particulier de l’Action Française. La chute du ministère Laval sur sa politique de rapprochement avec l’Italie en janvier 1936 avait nourri les soupçons de la presse nationaliste d’un complot belliciste de la part du Rassemblement Populaire. L’abandon de l’alliance italienne au seul profit du pacte avec l’URSS ne pouvait manquer d’indisposer les Allemands, de mécontenter les Anglais et de pousser Mussolini dans les bras d’Hitler. Selon Gaxotte, dans Candide, une telle politique contenait en germe la remilitarisation de la Rhénanie46.

  • 47 Combat, avril 1936.
  • 48 Editorial, “Une France qui nous dégoûte”, Combat, avril 1936.

44“Une France qui nous dégoûte” titre l’éditorial de Combat ; “Où sont vos principes ?” apostrophe Fabrègues ; “Nous sommes peut-être les derniers témoins de la France”, déplore Emile Vaast ; “Après le coup de force germanique”, prophétise Maurice Blanchot47. Tous se refusent à l’union sacrée demandée par un régime qu’ils estiment responsable du malheur français : “Comme en 1914, on veut convaincre la jeunesse française qu’elle doit payer dans l’enthousiasme des fautes qu’elle n’a pas commises, pour permettre ensuite aux responsables de recommencer. Une fois encore, la logomachie patriotique s’allie à la logomachie démocratique et socialiste pour mieux nous persuader […] A bas l’union sacrée ! Ce n’est pas autour du régime, c’est contre le régime et les hommes qui le représentent si dignement que l’union des Français doit se faire ; ce n’est pas pour donner à ce régime et à ces hommes un sursis, c’est pour en finir d’abord avec eux48”, clame l’éditorial.

  • 49 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.
  • 50 Maurice Blanchot, “Après le coup de force germanique”, Combat, avril 1936.

45Ces hommes ne viennent pas seulement de la gauche, précise Jean de Fabrègues, mais aussi de la droite. Ce sont, accuse-t-il : “nos amis catholiques, royalistes, plus ou moins camouflés aujourd’hui dans des centres et même des gauches radicale ou républicaine. […] De position négative en position négative, on les voit chaque année reculer […] Il n’est plus une seule des idées du programme d’un La Tour du Pin qu’ils puissent se vanter de ne pas avoir ignorée, bafouée, reniée49.” “A l’intérieur, la foire d’empoigne”, acquiesce l’éditorial, “la presse, la justice, la police, les commandes, les décorations, les indulgences, les circonscriptions, les électeurs eux-mêmes, tout s’achète. Le régime a corrompu le pays jusqu’aux os.” Et que dire de notre situation à l’extérieur, renchérit Maurice. Blanchot, pour qui l’orgueil allemand, la faiblesse de la SDN et celle de l’Angleterre, sont alliés de fait contre la paix : “Nous avons tout cédé après avoir dit que nous ne céderions pas. Et l’Allemagne a tout repoussé. Tels sont les résultats dégradants que nous a valu la rêverie sentimentale de Genève aidée du puritanisme britannique50.”

  • 51 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.
  • 52 Ibid.

46Voilà “les nuages (que) tous nos partis cachent derrière leurs panneaux électoraux”, acquiesce Fabrègues : “C’est que soixante millions d’Allemands prolifiques ne s’arrêtent pas avec des parlottes à La Haye51.” La conséquence d’une autre guerre lui paraît en effet terrible, rien moins que la mise en jeu de l’avenir de l’Occident : “La prochaine dernière. sera vraiment, en un sens, la dernière. Pour quiconque l’a regardée en face, elle marquera d’abord une telle destruction des forces les meilleures de l’Occident et dans un tel ton, qu’on peut aisément prévoir le recul de civilisation qui s’en suivra. Alors la révolte humaine sera telle que le communisme trouvera sur les côtes de l’océan et de la Méditerranée des pays de conquête rêvés qui viendront s’abriter sous son aile comme sous celle de la paix52.”

  • 53 Éditorial, “Une France qui nous dégoûte”. Combat, avril 1936.

47“La démocratie nous a dégradés” conclut l’éditorial. “L’union sacrée ? Pour que cette France-là continue ? Cela n’en vaudrait pas la peine […] C’est dans l’opposition, c’est dans le refus, c’est le jour venu dans la révolution, que réside notre seule dignité possible. Nous acceptons de défendre la France mais à la condition de retrouver ou de refaire une France digne d’être défendue53.”

  • 54 Cité dans Michel Winock, “Esprit”, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 126.
  • 55 “Adresse des vivants à quelques survivants”, Esprit, avril 1936.

48Un tel parti pris d’indignation mène, au moins dans un premier temps, au pacifisme. C’est au même résultat qu’aboutit Esprit, mais par le chemin de la tolérance envers ce que la revue estime une juste revendication de la part de l’Allemagne : il faut effacer les conséquences néfastes du traité de Versailles au profit “de l’égalité des droits et de la sécurité collective54.” L’éditorial d’avril 1936 dénonce le risque de guerre que fait courir au pays la “croisade antifasciste” entretenue par le parti communiste55.

  • 56 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste : la démocratie hitlérienne”, Combat, janvier 1937.
  • 57 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.
  • 58 Emmanuel Mounier, Esprit, octobre 1936.
  • 59 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste : la démocratie hitlérienne”, Combat, janvier 1937.

49Au reste, il y a plus de points communs que de différences entre les positions de Fabrègues et de Mounier envers l’Allemagne. Pas plus que Mounier Fabrègues ne croit en la vertu d’un conflit franco-allemand : “Nous ne croyons pas nécessaire le conflit armé avec l’Allemagne hitlérienne. Nous croyons au contraire nécessaire à la. civilisation occidentale qu’il soit évité56.” Chez l’un et l’autre, cette reculade n’est pas dénuée d’une certaine considération, mêlée de crainte, envers un régime dont on sait qu’il fabrique des combattants plus redoutables que ceux issus de la démocratie française. Fabrègues ne cache pas son admiration pour la vitalité et l’énergie du peuple allemand “en marche, c’est à dire qui vit et qui veut vivre, avec passion, avec rage57.” On retrouve chez Mounier un sentiment de respect semblable envers “ces hommes violemment arrachés à la décadence bourgeoise, chargés de toute l’ardeur que donne d’avoir trouvé une foi et un sens à leur vie58.” Fabrègues salue “l’antilibéralisme” du national-socialisme et son souci de remettre “l’individu au sein de la communauté59.”

  • 60 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste, la démocratie hitlérienne”, janvier 1937.

50Mais ces quelques satisfecit ne visent qu’à souligner la totale irrecevabilité de la doctrine hitlérienne. Dès janvier 1934, Esprit avait publié en document le programme du parti national-socialiste dont Eugène Mèves soulignait le caractère de propagande. Une telle doctrine est irrecevable, reprend Fabrègues, dans un article où il expose les motifs éthiques et religieux de son refus de l’hitlérisme : “L’esprit n’est plus la source d’une communion réelle, consentie, cherchée, obtenue entre des êtres divers. Il n’est plus de communion possible qu’entre des êtres semblables.” Dans une telle “révolution raciste (où), comme l’écrit Rosenberg, le sang est le seul ferment de l’histoire,. le plus complet déterminisme pèse sur les humains […] C’est ici sans doute que réside l’opposition hitlérienne à l’idée de liberté […] Le choix, la liberté, l’idée même d’un destin personnel n’y ont plus leur place60.”

  • 61 Ibid.

51Le codirecteur de Combat accuse l’idée, selon laquelle “l’homme n’existe que grâce à la vie en communauté qui lui fait don de sa liberté spirituelle et de son esprit même”, d’être “la négation de la transcendance de l’esprit (qui) ramène à un horizon matérialiste”. Circonstance aggravante à ses yeux, cette conception “reste aussi essentiellement dans le plan démocratique (car) c’est au nom de la volonté générale et de sa souveraineté que l’hitlérisme commande.” Il conclut sans ambiguïté : “Le national-socialisme est une caserne de l’esprit61.”

La querelle avec la Jeune Droite au sein de Combat

52A l’occasion du coup de force d’Hitler contre la Rhénanie, Jean de Fabrègues avait été parmi les premiers à accompagner ses critiques envers la gauche d’une mise en cause des partis de droite auxquels il reprochait leur politique d’abandon passée. Cette attitude était conforme à celle de l’Action Française dont les accusations embrassaient l’ensemble de la classe politique. A la suite de la décision prise par la Chambre en février 1936 de dissoudre la Ligue et ses organisations, la violence antiparlementaire du quotidien nationaliste ne connut plus de bornes. Elle s’agrémenta d’une furieuse campagne antisémite, provenant de ce que la mesure de dissolution résultait d’un attentat dont Blum avait été victime, alors que sa voiture croisait le cortège d’enterrement de Jacques Bainville. La disparition de la Ligue d’Action Française laissait le champ libre aux Croix de Feu du colonel de La Rocque, accusées par les maurrassiens d’avoir fait échouer la révolution de février 1934 en raison de leur souci de modération. L’exaspération de l’Action Française fut portée à son comble par la victoire du Front Populaire et l’investiture de Léon Blum à la tête du gouvernement. L’ensemble de cette situation allait amener les nationalistes à durcir leurs attaques contre le nouveau régime, tout en rendant les juifs responsables de leur disgrâce.

53Cette attitude ne fut pas sans conséquences sur la tendance de la rédaction de Combat restée maurrassienne. Les numéros de la revue qui suivent l’élection de mai 1936 font apparaître aussitôt une différence de ton sensible entre la mouvance de Maxence et Maulnier d’une part, celle de Fabrègues de l’autre. Tandis que la première se consacre à la critique du nouveau régime sur un ton de violence polémique tournant à l’antisémitisme, de la part de Brasillach par exemple, la seconde appelle à des positions constructives et hausse le débat. En juin 1936, une mise au point de Fabrègues dans Combat reste sans effet. Il faut une nouvelle intervention auprès de Maulnier pour éclaircir la situation.

  • 62 Thierry Maulnier, “Les conservateurs”, Combat, no 5, mai 1936. Les mots en gras le sont dans le tex (...)

54Le numéro de Combat qui ponctue la victoire du Front populaire en mai 1936 est très largement l’œuvre de Thierry Maulnier. Si sa pensée reste maurrassienne, elle n’en est pas moins modernisatrice, marquée par l’espoir de réconcilier nationalisme et socialisme dans une synthèse inédite. Car tel est le sens d’un combat non-conformiste qui se veut sans pitié pour la droite conservatrice et animé du feu révolutionnaire que ne possède plus, à ses yeux, la gauche communiste. Tel est le message des deux articles de tête que Maulnier signe, le premier de son nom, le second du pseudonyme de Dominique Bertin. Pour les conservateurs, il n’est pas de pardon possible : “ils ont défendu l’ordre établi en bloc avec toutes ses hideurs : hideur politique, la démocratie […] sociale, le capitalisme […] C’est avec la pensée conservatrice qu’il faut en finir.” Et Maulnier prétend fixer le vrai sens des mots “à majuscules” abusivement confisqués par les conservateurs : “Ce que nous entendons par Ordre, c’est précisément la subversion totale de cet ordre-là. La Tradition […] exprime la continuité de la vie, demande sans cesse à être dépassée. La Famille (n’est pas) la dictature de la vieillesse sur la jeunesse (ni) la Patrie celle de Déroulède.” Mais le mot le plus odieux est celui de Morale : “il n’y a guère de lâchetés, d’impuissance, de féroces tyrannies et de cyniques égoïsmes avec lesquels la Morale conservatrice n’ait fait bon ménage62.”

  • 63 Ibid.

55Cette violence s’apaise paradoxalement face au communisme, dont Dominique Bertin dresse “l’oraison funèbre” avec une ironie non dénuée de nostalgie : “Il y a quatre-vingt députés communistes à la Chambre française : le communisme est bien mort [.] Beaucoup de jeunes Français, parmi lesquels quelques-uns d’entre nous, ont été voici quelques années séduits par le communisme. Ils y trouvaient une force âpre et dure, une volonté de vérité et d’irrespect, une intransigeance, une violence dont la barbarie même ne manquait pas de grandeur.” C’est à d’autres révolutionnaires, conclut-il, qu’il appartient désormais de “sauver le socialisme de la démocratie63.”

  • 64 Jean de Fabrègues, “L’homme petit”, Combat, mai 1936.

56Dans ce même numéro, Fabrègues met l’accent sur la dimension spirituelle du combat : capitalisme et marxisme, le premier en ne s’intéressant qu’à la production, le second à la satisfaction des besoins matériels, font “l’Homme petit.” A l’inverse, “aidé par les traditions, un magistère spirituel, aussi par des institutions et cet ensemble qu’on nomme une société, l’homme est appelé à se dépasser64.”

  • 65 Jean de Fabrègues, “Les conditions d’une action efficace”, Thierry Maulnier, “Reconquérir notre uni (...)

57Sur le fond, les deux codirecteurs partagent la même condamnation de “l’empirisme fasciste” et de la “théologie marxiste” et souhaitent l’indépendance de Combat à l’égard de la gauche comme de la droite : Fabrègues annonce son intention de “se mettre au travail” et Maulnier précise qu’il s’agit de “remettre l’homme au centre65.”

  • 66 Georges Blond, “Procès de la famille”, Pierre Andreu et Robert Brasillach, “Passé et avenir de Léon (...)
  • 67 Marcel Noël, “L’école libératrice”, Combat, no 6, juin 1936.

58Mais derrière cette concordance de vues, deux styles d’attaques envers le régime apparaissent dans la rédaction. Au sein d’une première tendance, Jean-Pierre Maxence, Georges Blond, Pierre Andreu et Robert Brasillach rivalisent de critiques assassines envers les valeurs conservatrices et le personnage de Léon Blum, se laissant aller à des attaques personnelles et aux anticipations de politique fiction les plus tragiques66. Face à la violence de cette charge, les reproches faits à la fausse éducation de l’école républicaine par Marcel Noël67 et le parti pris de reconstruction de Fabrègues paraissent faire partie d’un autre univers.

  • 68 Sans doute pour marquer sa référence à la position de Léon Bloy envers les juifs. Caïn Marchenoir e (...)
  • 69 Marchenoir, “Le jeu de massacre. L.F.Céline”, Combat, no 6, juin 1936.

59De même la querelle qui s’ouvre entre René Vincent et Robert Brasillach à propos de la sortie du dernier livre de Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, oppose-t-elle deux conceptions de la littérature. Le premier, se plaçant sur le plan éthique, ne partage pas l’admiration esthétique du second pour une œuvre qu’il juge répugnante et sans véritable originalité. Il signe du pseudonyme inusité de “Marchenoir”68 une froide exécution de l’auteur antisémite : “Il fouille les poubelles, de préférence celles des hôpitaux, vide les tinettes dans l’encrier […] Ainsi est-il devenu le plus grand producteur d’ordures in the world, une sorte de Ford de la gadoue, le roi de la merdre eut dit le père Ubu69. Le différend s’envenimera de telle façon l’année suivante qu’il sera une des causes de la rupture de Brasillach avec Combat.

  • 70 Jean de Fabrègues, “Les conditions d’une action efficace”, Combat, no 6, juin 1936.

60Cet ensemble discordant amène Fabrègues à revenir en juin sur la véritable mission assignée à Combat par ses auteurs. Il rappelle le premier éditorial du journal où l’on “disait la volonté de défendre et d’illustrer une certaine conception élevée de la vie humaine, de protéger les droits de l’intelligence et les vrais droits de l’homme.” Un tel objectif exige “une besogne constructive […], un constant effort vers des données positives. Cela comporte une part notable de polémiques, cela n’engage pas Combat contre ou pour un groupe quelconque70.

  • 71 Combat, “Points de départ”, numéro Spécial, Eté 1936. Thierry Maulnier, “Un humanisme social”. Hugu (...)

61Cette mise au point est suivie pendant l’été d’un numéro spécial fixant les “points de départ” de la revue : sur le ton de la conciliation, Thierry Maulnier prêche un “humanisme social et une politique du relatif”, soulignant que “le plus grand danger qui menace l’homme est aujourd’hui dans les formes métaphysiques ou religieuses de l’État”. René Vincent, sous le pseudonyme d’Hugues Favart, parle de refaire l’unité de la France sur le modèle de la monarchie. Pierre Andreu enseigne la méthode de passage du capitalisme au corporatisme. De façon plus péremptoire, Georges Blond insiste sur l’ordre nécessaire à la véritable notion de liberté. Jean Loisy définit les conditions de l’art dans la société contemporaine. Enfin, Jean de Fabrègues insiste sur la nécessité d’institutions qui “ne soient ni de celles qui, baptisant l’homme de sainteté, l’abandonnent à sa réelle insuffisance, ni de celles qui, pour le grandir, l’obligent à devenir l’aveugle membre d’un corps monstrueux71.” Cet exercice d’unanimité autour des valeurs d’humanisme, de liberté et du rejet d’un ordre totalitaire, qui rejoint mieux le discours des revues précédentes de la Jeune Droite Catholique, semble clore la querelle.

62Pourtant une lettre de Fabrègues à Maulnier, non datée, mais dont le texte indique qu’elle a été écrite en décembre 1936, montre qu’il n’en est rien. Le principal reproche de Fabrègues à celui qu’il continue d’appeler son ami est d’entraîner Combat “vers des horizons qu’il ne pourra plus contrôler”, par un excès de polémique dû à un maurrassisme radicalisé et dénué d’ouverture spirituelle : “Une tournure trop uniquement polémique de la revue (amène) à rechercher plus l’effet porté que la vérité interne, plus l’opposition que la construction.” Il s’inquiète de ne pas avoir été consulté sur le thème de la prochaine conférence donnée par les orateurs du groupe Combat : “Une nation asservie la France. La revue Combat est-elle avant tout et presque uniquement une revue nationaliste ? Ce n’était pas ce que disait le manifeste de notre premier numéro, ce n’étaient pas nos intentions non plus.”

63Il assimile à cette action la préparation et le lancement du journal L’Insurgé que “l’on englobera dans le même jugement que la revue Combat sans que le directeur de l’un des organes puisse rien faire pour se dégager des responsabilités qu’il encourt ainsi. Ce qui compte, ce qui est grave, c’est que cette méthode m’ait amené, ait amené mes amis et l’œuvre que nous avons entreprise à se trouver engagés dans des positions qui ne sont pas les leurs.” Il ne cache pas “qu’il y a des nécessités du milieu journalistique qu’il n’aime pas, auxquelles il ne se plie pas, que pour ces raisons-là même, il a quitté le journalisme quotidien.” Mais il s’agit cette fois plus que de “loyauté trahie ou d’amitié déçue : de positions essentielles divergentes.”

64Par exemple, dans une réunion de Combat, cette accusation d’apostasie dans le monde contemporain lancée à l’Église : “Ne serait-il pas plus juste de parler de ces hommes d’Église qui ont accepté de lier leur sort à ce faux ordre, celui d’hier conservateur et celui d’aujourd’hui, démocratique et encore conservateur ? Il est bien évident qu’il faut, si l’on dénonce une telle apostasie, englober dans un même jugement tous les apostats […], refuser sa collaboration aussi bien aux gens de Gringoire qu’au parti démocrate-populaire.” Et Fabrègues pointe du doigt Maxence car c’est lui “qui a dénoncé cette apostasie, le même Maxence qui, de 1927 à 1932, lançait feux et flammes pour les hommes de La Vie Catholique et de La Vie Intellectuelle qu’il vomit aujourd’hui, contre l’Action Française dont il reprend aujourd’hui tous les mots d’ordre et tous les slogans.”

  • 72 Les “volontaires nationaux” constituaient l’organe de jeunesse des Croix de Feu du colonel de La Ro (...)

65Fabrègues se dit “convaincu de l’apostasie égale de tels chefs spirituels et de tels maîtres politiques”. Combat doit situer son action “entre les hommes qui, au nom de la primauté du spirituel, traitent la vie comme si elle était toute faite d’esprit pur, sans scories, et ceux qui croient vivre en ne se situant que sur le terrain des polémiques personnelles.” Les constantes attaques contre les personnes ne font que stériliser les militants : “Je ne pense pas sans une effroyable tristesse aux fossés que l’on a voulu creuser, par exemple, entre les jeunes hommes qui nous suivaient et les volontaires nationaux72 ou les admirables petits soldats de la jeunesse ouvrière chrétienne. On y est arrivé : nous sommes enfermés, sous cloche.” Cet isolement va de pair avec des slogans abusifs et irréalistes comme celui de “la révolution sanglante et sanctionnée (qui) a fait résonner les applaudissements dans telle de nos réunions.”

  • 73 Jean de Fabrègues, lettre à Thierry Maulnier, non datée, fonds Fabrègues. Les mots en italiques son (...)

66La lettre s’achève sur une profession de foi : “Je n’aime pas l’odeur des impostures […] car je ne crois pas qu’on puisse, sur elles, reconstruire la société de la justice et de l’ordre, d’un ordre vrai, humain, spirituellement justifié […] J’ai soif de positions intégrales […], non de brillants engagements publics. J’ai soif de continuité dans les positions prises, dans les justifications qu’on en donne. J’en ai soif, non pas tant pour moi seulement […] que pour ceux qui marchent avec moi. Cela seulement est fécond, utile. Mon cher Maulnier, si vous parlez de tout cela avec Maxence, rappelez-lui que nous étions d’accord vers 1924/1925 sur ceci : il nous faudra lier étroitement l’esprit de charité du Sillon de 1900 avec l’esprit de vérité de l’Action Française de 1910, et nous aimions ensemble Henry du Roure et Henri Lagrange, Léonard Constant et le R.P.Clérissac. Je n’ai pas changé. Combat a été créé pour défendre une certaine intégralité de position humaine, une certaine liberté de l’esprit […] Il s’agit de rendre des constructions possibles, il s’agit de les faire73.”

67Essentielle pour les positions de Fabrègues, cette lettre montre une volonté de se défaire aussi bien de l’autorité politique de l’Église que de la prétention dogmatique de l’Action Française. A un premier niveau de lecture, elle indique la permanence d’un non-conformisme à l’égard de tout ce qui pourrait ressembler à un mode de penser unique. Plus profondément, elle s’écarte de la conception des maurrassiens de Combat. Ni activiste, ni polémiste, le codirecteur de Combat situe son action au cœur de l’homme et du monde, en moraliste et en réformateur. Le terme de révolution revêt pour lui, au propre comme au figuré, le sens de conversion : au-delà de la monarchie corporatiste qui représente son idéal depuis les années vingt, il s’agit de se tourner vers un ordre spirituel fondé sur les valeurs du christianisme.

  • 74 Jean-Pierre Maxence reconnaissait l’indigence doctrinale du mouvement, mais espérait en ses virtual (...)
  • 75 Thierry Maulnier, “Désobéissance aux lois”, Combat, no 1, janvier 1937.

68Cette mise en garde vise surtout Maxence passé de l’influence de Maritain à un nationalisme activiste au sein de la Solidarité Française où il a été promu délégué à la propagande74. Après l’échec de sa candidature au siège de député dans la circonscription de Montargis, lors des élections de mai 1936, il quitte le mouvement de Jean Renaud dont l’efficacité révolutionnaire lui semble devenue insuffisante. Il exerce ses talents à Gringoire et se trouve libre pour une nouvelle expérience. Mais l’admonestation de Fabrègues est aussi dirigée contre l’enthousiasme révolutionnaire de Maulnier, encore sensible dans le numéro de Combat de janvier 1937, tout retentissant des échos de la conférence réprouvée par Fabrègues sur l’asservissement de la France : “La France est un pays envahi, un pays colonisé, un pays soumis à une domination étrangère. Il n’y a qu’une chance pour cette terre asservie, c’est que sur elle se lève et s’unisse un parti, une faction, une bande de héros de l’indépendance (qui) sache se couper de la société présente, des compromis et des conciliations75.”

  • 76 Dominique Aury, Georges Blond, Robert Francis, Jean-François Gravier, Kléber Haedens, Serge Jeanner (...)
  • 77 Pierre Andreu, Révoltes de l’esprit, op. cit., p. 124.
  • 78 Le Comité Secret d’Action Révolutionnaire (CSAR), dit “la Cagoule”, est fondé en 1936 par des dissi (...)
  • 79 Pierre Monnier, A l’ombre des grandes têtes molles, Paris, La Table Ronde, 1987, p. 191.
  • 80 Correspondance Charles Maurras-Thierry Maulnier in Étienne de Montéty, Thierry Maulnier, op. cit., (...)

69Cette “bande de héros”, en grande partie puisée parmi les rédacteurs de Combat76, se réunit autour de Maulnier et de Maxence pour fonder L’Insurgé, hebdomadaire dont le premier numéro paraît le 13 janvier 1937. Pierre Andreu, qui est de l’aventure, évoque dans ses mémoires ce “pamphlet hebdomadaire d’une extraordinaire violence, financé par Lemaigre-Dubreuil77”, c’est à dire par l’industriel qui, dans le même temps, soutient de ses subsides la Cagoule78. Selon son propre témoignage, Pierre Monnier qui était à l’origine de l’ensemble du projet, aurait voulu créer “un hebdomadaire satirique, virulent, avec des dessins, des caricatures, des articles polémiques (parallèlement à) un appareil secret, un organisme de combat évidemment sans existence légale, avec pour objectif la préparation d’une prise de pouvoir79.” Et tel fut bien le couple la Cagoule- L’Insurgé durant leur brève existence, l’un et l’autre ayant disparu à l’automne 1937. Maulnier toutefois s’en défend face aux critiques de Maurras qui le met en garde contre ces “liens désastreux” : “Je mets au défi qui que ce soit d’apporter le moindre commencement de preuve de rapports quelconques de L’Insurgé et des cagoulards. Je puis l’affirmer80.”

  • 81 Jean de Fabrègues, notes non datées, fonds Fabrègues. Fabrègues a toujours refusé la participation (...)

70Sur le plan pratique, le lancement de L’Insurgé et la mise au point de Fabrègues ne restèrent pas sans conséquences à l’égard de Combat : les noms de certains rédacteurs de L’Insurgé, comme ceux de Jean-Pierre Maxence et de Pierre Andreu, disparurent du générique de la revue à partir de janvier 1937. Une distance s’établit, selon Fabrègues, “entre ceux qui voient plus loin” et les autres, amenant “en particulier une faille entre chrétiens et extérieurs au christianisme”, creusée par “l’antisémitisme sommaire de Brasillach et surtout de Rebatet, et les mythes : Brasillach chez Degrelle (mythe de la jeunesse), Brasillach à Nuremberg81.”

  • 82 René Vincent, “Les aveux du juif Céline”, Combat, mars 1938.
  • 83 Ibid.

71Depuis juin 1936, Robert Brasillach a ajouté à sa charge de critique littéraire de L’Action Française une collaboration régulière à l’hebdomadaire Je Suis Partout où Pierre Gaxotte l’a attiré. Il nourrit dès lors une fascination pour les aspects romantiques du fascisme : ses foules, ses défilés, son exaltation de la jeunesse. Cette attitude l’oppose à la direction de Combat : en juin 1937, il quitte la revue et prend le poste de rédacteur en chef de Je Suis Partout. Une dernière querelle l’oppose à René Vincent un an plus tard sur le thème déjà sensible entre eux de l’œuvre de Céline. Ce dernier vient de publier Bagatelles pour un massacre chez Denoël. Vincent n’a pas changé d’avis en ce qui concerne “le style incontinent de l’écrivain qui s’approvisionne toujours aux intestins82”, mais son témoignage est l’occasion d’une mise au point de la position de Combat dans cette période où flambe l’antisémitisme lié à l’élection du Front populaire puis à son échec. Pour lui, le “problème juif” n’a rien à voir avec “un fourre-tout où l’auteur accumule ses haines et ses rancunes personnelles en étiquetant sans la moindre distinction juif toutes les pièces de ce pêle-mêle intarissable.” Il faut s’en saisir à la manière de Drumont qui “est un écrivain anticapitaliste83”.

Le combat se poursuit

72Malgré la mésentente entre Jeune Droite et Jeune Droite Catholique, Maulnier a conservé la codirection de Combat avec Fabrègues. Une sorte de partage des tâches semble s’être organisé entre eux, Maulnier s’attachant à la critique de la démocratie, Fabrègues à la promotion d’un nouvel ordre.

  • 84 Thierry Maulnier, “Notes sur l’antisémitisme”, Combat, juin 1938.

73Dans le cadre de sa fonction critique et pour mettre un terme à la querelle sur l’antisémitisme qui vient d’agiter la rédaction de la revue, Maulnier s’efforce en juin 1938 de distinguer le “mythe antisémite” du “problème juif”. Selon lui : “l’absurdité de l’antisémitisme (apparaît) là où l’antisémite commence à fixer sur un certain peuple, une certaine race ou un certain esprit les données innombrables de l’évolution réelle, heureuse ou malheureuse de l’histoire et la raison des maux de l’humanité.” Il ne nie pas cependant qu’il existe un “problème juif” issu de la rencontre dans une même communauté des caractéristiques de “puissance et d’hétérogénéité”. En réalité, l’évolution des deux derniers siècles a fait “des occupations inférieures abandonnées aux juifs (la détention de capitaux), les activités souveraines de la société moderne.” En insinuant que “c’est au titre de juif, non au titre de banquier (que) tel grand banquier juif est un des maîtres occultes de la France, le mythe antisémite […] aboutit seulement à laisser debout l’organisation politique et la structure sociale en en changeant partiellement les maîtres.” En revanche, pour résoudre “presque intégralement le problème juif (il suffit) de la suppression de l’État démocratique et de la société mercantile84.”

  • 85 Jean de Fabrègues, “Les deux ordres”, Courrier Royal, mai 1936.

74Pour Fabrègues, la véritable perspective révolutionnaire réside dans la proposition d’un nouvel ordre, en particulier dans sa capacité de conviction face au communisme. La vague de grèves qui a suivi la victoire du Front Populaire renforce en lui le sentiment d’urgence. Il condamne moins qu’il ne lance des appels. Ainsi au lendemain du scrutin, avait-il évoqué, citant son adversaire Emmanuel Berl dans Marianne, “la vieille droite honorable et pauvre […] sortie grandie du scrutin”, seule désormais à proposer “un ordre face à l’ordre communiste” et avait conclu : “Le temps des opinions, c’est à dire des paroles en l’air, sans un ensemble vital qui les soutienne, est désormais passé. Le temps des ordres commence […] Il n’en est que deux : l’un inhumain s’assoit à la matière : le communisme le représente. L’autre espère pour l’homme des lendemains toujours plus hauts, il accepte les hiérarchies salutaires fondées sur le service rendu et sur l’esprit : c’est l’ordre monarchique. Cet ordre politique, cet ordre de justice, ou bien l’on osera le proposer pour ce qu’il est : révolutionnaire contre l’anarchie ; ou bien l’on n’osera pas et l’on périra”.85

IV. Un nouvel ordre économique et social

75Depuis l’époque de La Gazette Française, Fabrègues s’était toujours préoccupé de ce qu’il appelait “la réintégration du prolétariat dans la nation.” De son passage à l’Union des Corporations Françaises, il avait gardé un intérêt particulier pour le domaine économique et social. A ce souci d’ordre politique général se mêlait le sentiment, en tant que catholique, d’une responsabilité envers la question sociale, née des encycliques pontificales et de l’enseignement de La Tour du Pin. C’est le manque d’ouverture de l’Action Française en la matière qui avait été une des causes de sa rupture avec le mouvement. L’expérience du Front Populaire, avec son cortège de grèves et d’occupations d’usines, ne pouvait que le confirmer dans le sentiment de l’urgence du problème social. La Jeune Droite Catholique cherche intensément dans ces années 1936/1937 des formules de remplacement du capitalisme, forme économique à ses yeux du système démocratique qu’elle exècre. C’est dans cet espoir que Fabrègues s’engage au Parti Populaire Français, poursuit ses efforts dans Combat et maintient sa fidélité à la maison royale lorsque celle-ci se sépare de l’Action Française en 1937.

Au Parti Populaire Français

  • 86 S. Berstein et P. Milza, Dictionnaire historique des fascismes et du nazisme, op. cit. Sur ce point (...)

76Pour les historiens, le Parti Populaire Français de Jacques Doriot est le seul grand parti fasciste de masse qui se soit jamais développé en France86. Ce développement résulte d’une évolution qui se précipita après 1938. Son fondateur venait du parti communiste dont il avait été exclu en 1934 pour avoir prôné l’alliance antifasciste avec les socialistes, mot d’ordre qui allait devenir celui du Komintern quelques mois plus tard. Ancien ajusteur, fils du peuple, autodidacte et remarquable orateur, maire de Saint-Denis depuis 1931, cette “ville des rois et des ouvriers”, le personnage de Doriot séduisit aussitôt une droite effrayée par la montée du Front Populaire et désireuse de lui opposer un rassemblement anticommuniste.

  • 87 “Programme fondateur du parti Populaire Français” in Maurice Duverger, L’Autre côté des Choses, Alb (...)

77Cette origine gauche/droite rappelait celle du fascisme italien. Le parti naquit officiellement le 2 juillet 1936 et son succès fut immédiat, surtout auprès des jeunes et des ouvriers. Ses effectifs ne cessèrent de croître pour atteindre plus de 50.000 adhérents en 1938. Le cérémonial patriotique et la célébration du chef qui marquaient les manifestations du PPF n’étaient pas sans évoquer les grands messes des États dictatoriaux. Toutefois, à cette période, la comparaison avec le fascisme s’arrêtait là : le programme fondateur du parti prévoyait un pouvoir exécutif “stable et durable, arbitre des conflits sociaux” et des assemblées économiques, corporatistes et décentralisées87. L’ensemble était proche de la doctrine maurrassienne, le côté populaire en plus.

78Il semble que Jean de Fabrègues ait adhéré au PPF à la fin de 1936. Certains indices paraissent en effet indiquer que cette adhésion est contemporaine de sa mise au point à propos de Combat. Les rappels à l’ordre envers Thierry Maulnier qui figuraient dans la lettre de Fabrègues amènent cependant à s’étonner de l’attirance simultanée de leur auteur envers un parti de caractère essentiellement activiste. Plusieurs hypothèses se présentent pour expliquer ce paradoxe.

79L’affectation d’indépendance du parti à l’égard de la droite et de la gauche sied au non-conformisme de Fabrègues. Les adhésions viennent de tous les horizons : de Combat comme Jacques Saint-Germain et Pierre Andreu ; d’Ordre Nouveau comme Pierre Pucheu et Robert Loustau, par ailleurs anciens Volontaires Nationaux, mouvement de jeunes lié au colonel de La Rocque ; de Paul Marion, membre du parti communiste jusqu’en 1929, qui dirige la rédaction de L’Émancipation Nationale, l’organe du PPF. A ce même journal travaillent aussi Bertrand de Jouvenel, Pierre Drieu La Rochelle et Claude Jeantet transfuge de l’Action Française (sous le pseudonyme de Claude Bienne). Maurice Duverger est membre des Jeunesses du parti.

  • 88 Voir plus haut les termes de sa lettre à T. Maulnier.
  • 89 Maurice Duverger, L’autre côté des choses, op. cit., p. 44, 45.

80Le non-conformisme qui préside à ces rapprochements droite/gauche témoigne d’un idéal de réconciliation nationale face au Front Populaire. Le projet de Doriot caressé en 1937 de rassembler l’ensemble de l’opposition dans un Front de la Liberté avait de quoi séduire un Fabrègues qui regrettait de voir son propre mouvement mis “sous cloche”, privé des volontaires nationaux et de la Jeunesse ouvrière chrétienne88. Drieu évoquait “le parti du rendez-vous” et Maurice Duverger racontera dans ses mémoires : “la grande peur devant la coupure du pays en deux fractions prêtes à en venir aux mains, (sa) réaction élémentaire, primitive, presque physique pour empêcher la guerre civile […] Une et indivisible, transposée de la république à la nation, la devise jacobine exprime bien ce que je cherchais89.” C’est à ce même rêve d’une France réconciliée que Fabrègues se livre alors, mais autour d’une grande synthèse politique porteuse des valeurs chrétiennes.

  • 90 Notes manuscrites. Copie ou original de l’article d’Henri Nancroix paru dans le no 26 de L’Émancipa (...)

81Les circonstances veulent qu’à cette époque Doriot abandonne ses positions anticléricales et se tourne vers les catholiques. Le fait que l’encadrement du PPF soit presque entièrement constitué d’anciens communistes repentis pouvait le faire considérer comme un instrument privilégié de la lutte contre le marxisme. Et certains articles de son organe de presse, L’Émancipation nationale, ne laissaient pas de combler le nationalisme catholique de Fabrègues. Ainsi de cet appel à “l’exemple de Psichari” en décembre 1936, portant la signature d’Henri Nancroix : “Nous qui voyons la France menacée par l’invasion moscovite, comprendrons-nous qu’il nous faut livrer le grand combat pour le salut de l’esprit ? Il faut se tourner vers les réalités éternelles, c’est à dire les désirer de tout notre amour et voir en elles la fin même de notre vie. Ernest Psichari nous le dit, et son effort magnifique, son inoubliable conversion en sont le plus valable témoignage. Nos amis ne seront ni des amateurs, ni des sceptiques parce qu’ils ont une mission à remplir, non seulement celle qu’il a été donné à chacun d’entre nous d’accomplir sur terre, mais celle qui relèvera le prestige de la France et ses forces sommeillantes90.”

  • 91 Lettre de Jean de Fabrègues à Thierry Maulnier. Voir plus haut.

82Un dernier motif permet d’expliquer le ralliement de Fabrègues au PPF : la proximité du parti au peuple. Il manquait à Combat, trop élitiste pour toucher le public populaire, un organe de plus large diffusion. La lettre écrite par Fabrègues à Maulnier à la fin de 1936 laisse entendre que L’Insurgé aurait dû combler ce vide en se situant “essentiellement sur le terrain économico-social” et exprime le regret de son auteur de n’avoir pas eu part à cette orientation alors qu’il avait lui-même une expérience en ce domaine91. L’adhésion au parti de Doriot aurait pu compenser ce manque à ses yeux, constituer une façon de rejoindre le peuple, de tenter de résoudre la grande question sociale, d’arracher le prolétariat à l’influence communiste. Cette dernière hypothèse propose une vision de Fabrègues revenant aux sources révolutionnaires de son engagement à l’Action Française. Car le PPF, n’était pas sans, rejoindre l’idéal de socialisme national qui, au même moment, inspirait un Jean-Pierre Maxence et d’autres maurrassiens restés fidèles à l’idéal du Cercle Proudhon. La présence, au sein du parti, d’anciens syndicalistes communistes comme Alexandre Abremski, autorisait aussi à ressusciter les idéaux soreliens.

83Cette orientation révolutionnaire n’avait pas empêché Doriot d’accepter, à l’origine, le soutien financier de groupes industriels et de banques qui pensaient l’utiliser pour lutter contre le péril communiste. Ce n’est que progressivement, et surtout à partir de 1938, que les fonds italiens et allemands prirent le relais des capitaux nationaux qui se retiraient, influençant de plus en plus les positions du parti. Ainsi son soutien aux exigences hitlériennes lors des accords de Munich et l’apparition d’un antisémitisme qu’il n’avait jamais manifesté jusque là, provoquèrent-ils une crise intérieure marquée par le départ de la plupart des intellectuels qui l’avaient soutenu : Bertrand de Jouvenel, Alfred Fabre-Luce, Pierre Drieu La Rochelle, Ramon Fernandez, Maurice Duverger, Robert Loustau, Paul Marion. C’est alors que Fabrègues s’en sépara lui aussi. Un peu plus tard suivirent Pierre Pucheu (qui avait apporté au mouvement la manne du Comptoir sidérurgique) et d’autres responsables du Bureau politique. Le PPF devait connaître une seconde période d’expansion sous l’Occupation, avec cette fois, une orientation collaborationniste sous l’empire d’un anticommunisme obsessionnel qui avait éclipsé toute autre considération nationale.

Le dialogue sur le thème du prolétariat

  • 92 Jean de Fabrègues, “Deux encycliques : une affirmation de force”, Combat, mai 1937. Mot en italique (...)

84C’est à Combat que la Jeune Droite Catholique allait poursuivre sa réflexion sociale en se tournant plus particulièrement vers les milieux catholiques, notamment celui d’Esprit. Comment faire cesser l’emprise communiste sur le peuple et lui fournir une véritable doctrine d’intégration dans la nation ?, se demande-t-elle en 1937. Les deux encycliques publiées coup sur coup par Pie XI : Mit brennender sorge le 14 mars et Divini redemptoris le 19, en condamnant également nazisme et communisme, lui fournissent un cadre doctrinal. Pensant s’inspirer de l’enseignement de l’Église, Fabrègues propose que le problème du prolétariat serve de thème de rencontre aux différentes tendances intellectuelles catholiques. Un même matérialisme est reproché par Rome aux deux systèmes, sous la forme du nationalisme pour le premier, du collectivisme pour le second. Aux yeux de la Jeune Droite Catholique, le Pape désigne ainsi un seul coupable : le libéralisme. C’est lui, s’écrie Fabrègues, “qui a fait le prolétariat et le nationalisme92” Pour sa part, il pense offrir une doctrine nationale propre à supprimer les maléfices de cet ennemi primordial.

  • 93 François Gravier (Jean-François Gravier), “Deux démocraties : une seule révolution”, Combat, décemb (...)

85“Ce qu’on nomme généralement en 1937, nationalisme, entre fort bien dans le cadre des définitions marxistes : c’est un capitalisme à superstructure boulangiste”, tranche François Gravier qui explique “qu’à la démocratie des partis correspond la démocratie des sociétés anonymes aussi illusoire, aussi incompétente, aussi irresponsable.” Pour lui, “les catholiques ont montré une incompréhension lamentable en ne continuant pas jusqu’à ses conséquences politiques l’édifice social des Encycliques.” Il propose la construction d’une économie corporative où les capitalistes seront des “obligataires et rien de plus” et dans laquelle l’État recevra la responsabilité des “services publics d’intérêt national : chemins de fer, postes etc., l’économie industrielle et commerciale restant à la charge des corporations93.”

  • 94 Jean de Fabrègues, “Le prolétariat vivant”. Combat, juin 1937.
  • 95 Ibid.

86En asseyant sa puissance sur le mensonge, le libéralisme a permis que le prolétaire devienne ensuite la proie du communisme : “Le xxe siècle, siècle du prolétariat, est en même temps le siècle du libéralisme intellectuel, du scepticisme, du libéralisme politique […] Le prolétaire naît dans une époque (où) il n’est plus de vérité, où il ne sent plus la réalité de la nation (en face) d’institutions dont l’objet réel est non la satisfaction du bien commun mais des intérêts particuliers94.” La condition prolétarienne résulte du mensonge de ceux qui lui imposent des valeurs spirituelles auxquelles ils ne croient plus. “Le monde bourgeois-libéral” a ainsi livré l’homme à la solution marxiste, offrant la seule “répartition égale des biens comme apaisement aux soucis spirituels […], aux recherches d’au-delà”. En réalité, “le communisme ne supprime pas la condition prolétarienne, il supprime la condition humaine95.”

  • 96 Jean de Fabrègues, “Intégrer le prolétariat”, Combat, juillet 1937.

87La solution consiste à ne pas séparer l’intégration économique du prolétariat dans la nation de son intégration culturelle : “la propriété du métier, la propriété communautaire corporative, les institutions corporatives et mutualistes doivent donner au prolétaire la conscience d’une participation réelle aux destinées de la nation, économique et politique.” Mais pour que cette participation ne soit pas seulement apparente, il faut “des valeurs sociales, intellectuelles, spirituelles qui soient réellement tenues pour vraies par le milieu même qui les propose96.”

  • 97 Emmanuel Mounier, “Rassemblement populaire”, Esprit, juin 1936.
  • 98 Michel Winock, Esprit. Des intellectuels dans la cité, op. cit.. p. 125.
  • 99 Jean de Fabrègues, “Deux encycliques : une affirmation de force”, Combat, no 15, mai 1937. Mots en (...)

88Et Fabrègues se tourne vers la mouvance d’Esprit. Par une volonté de réalisme politique qui n’exclut pas une vraie sympathie, Mounier a finalement adhéré au Front Populaire. On peut lire en effet dans Esprit, sous sa plume : “Avant toute réserve, c’est d’abord un salut fraternel que je veux adresser aux vainqueurs, dans toute la mesure où ils serviront sans asservir97.” “Adhésion et liberté de critique”, commente Michel Winock98. A son époque Fabrègues fait le même constat. Aussi entreprend-il de convaincre ces catholiques qui ne lui semblent pas idéologiquement ralliés au régime : “On demandera donc ceci à M. Jacques Maritain, à Emmanuel Mounier, à Jacques Madaule et à quelques autres : pourquoi donc vous croyez-vous obligés, catholiques qui rejetez à la fois l’hérésie moscoutaire et celle de Berlin, à témoigner cependant de plus de sympathies pour Moscou ? Pourquoi ne rompez-vous pas aussi clairement avec ce monde libéral qui a préparé la rédemption communiste qu’avec le monde de la religion nationaliste ? La question vaut peu pour M. Maritain, elle vaut surtout pour qui mène une action pratique99.

  • 100 Jean de Fabrègues, “La pensée esclave, règne de l’opinion”, Combat, no 20, décembre 1937. Les mots (...)

89Fabrègues croit trouver le début d’une réponse chez Gabriel Marcel qui “vient de publier dans Temps Présent un grand article sur ce qu’il nomme la pensée esclave, c’est à dire la pensée partisane, quelle que soit la cause à laquelle elle adhère, dans la mesure où elle est partisane. ” Selon le directeur de Combat, ce conformisme de pensée domine l’époque “parce que nous vivons sous le règne de l’opinion.” Il rappelle les critiques de Sept, souvent injustes à ses yeux, contre sa propre revue : “Pourquoi ? Parce que Sept tenait à se montrer dans une ligne d’opinion qui ne put être taxée de flirt avec la conservation sociale.” De même, plus récemment, Pierre-Henri Simon dans Temps Présent donne-t-il comme explication à la distance maintenue par des hommes de gauche envers les positions de son journal la peur que “leurs amis, leur milieu se fassent d’eux une opinion qui desservirait leur influence100.”

  • 101 Ibid.

90Comment ne pas conclure qu’un “monde d’opinion n’est pas un monde qui favorise la vérité des positions” ? Aussi propose-t-il à Gabriel Marcel et à ses amis de Temps Présent, “à tous ceux qui cherchent un ordre humain […] ce qu’on pourrait nommer une totale véridicité intérieure”, une rencontre sur le thème du problème du prolétariat : ouvertement abordé, il pourrait être, croit-il, “un signe de reconnaissance et comme un gage de vérité101.”

91Ainsi pense-t-il rester fidèle à une recherche politique et sociale dénuée de tout esprit partisan et signe d’unité catholique. Sensibilité au problème social et esprit de dialogue sont précisément les objectifs de la Maison de France au même moment. Ils ne sont pas en revanche parmi les priorités de l’Action Française. Lorsque la rupture se produit entre le Prétendant et le mouvement, Fabrègues reste fidèle au premier même s’il semble se faire peu d’illusions sur ses capacités politiques.

La fidélité à la monarchie

  • 102 Le Parti Social Français avait succédé aux Croix de Feu après la dissolution des Ligues.

92Depuis la naissance de Courrier Royal, le jeune Comte de Paris n’avait eu de cesse de secouer le joug de l’autorité maurrassienne. La violence du ton de L’Action Française, les excès de son nationalisme, son intolérance et son antisémitisme incitaient la monarchie à prendre ses distances à l’égard du vieux chef emprisonné à la Santé depuis octobre 1936 pour purger les outrances de ses appels à la vengeance. Dans le domaine purement doctrinal, la pensée royale restait proche de celle de Maurras, son hostilité au libéralisme et à la démocratie allant de pair avec un attachement au corporatisme et à la décentralisation bien dans le ton de l’Action Française. Toutefois le Prince ambitionnait de s’appuyer sur les ouvriers et les paysans pour restaurer une image généreuse et justicière de la royauté. En matière de mouvement politique, ses sympathies allaient plutôt au Parti Social Français102 du colonel de La Rocque, dont il avait pris pour hommes de confiance les propres frères, Pierre et Édouard.

  • 103 Édouard de La Rocque Séverac, lettre à Jean de Fabrègues, 27 juillet 1936, fonds Fabrègues.

93L’ensemble de ces positions correspondait à l’orientation de la Jeune Droite Catholique. Au fil du temps, dans le cadre de sa collaboration à Courrier Royal, Fabrègues et son équipe s’étaient beaucoup rapprochés du jeune Comte de Paris. Ils étaient ainsi devenus les interlocuteurs d’Édouard de La Rocque qui écrivait à Fabrègues en juillet 1936 : “Cher Ami, le Prince me charge de vous remercier, vous et vos collaborateurs, pour le rapport que vous lui avez transmis […] Il me dit de rester en contact avec vous pour le développement de votre action103.”

  • 104 Georges Coquelle-Viance, Lettre à Jean de Fabrègues, 28 juillet 1936, fonds Fabrègues. Les mots sou (...)

94Les maurrassiens, en revanche, ne décoléraient pas de l’évolution princière, craignant de voir le Comte de Paris se poser en rival plutôt qu’en sujet docile de l’Action Française. Au sein du mouvement, les catholiques eux-mêmes semblent avoir eu alors une piètre idée de ses capacités intellectuelles. Selon une lettre de Georges Coquelle-Viance à Fabrègues, son livre publié en 1936, L’essai sur le gouvernement de demain : faillite d’un régime, apportait le preuve de “l’inintelligence du signataire”. Attribuant le début de l’œuvre à Édouard de La Rocque, Coquelle-Viance n’hésitait pas à le traiter de “primaire qui ignore le sens même des mots usuels et brouille les notions les plus simples (la religion, la famille et les origines éternelles, les instincts. de l’homme qui sont l’orgueil et l’égoïsme).” Il terminait en estimant que “la fin se tenait, due à trois plumes différentes de techniciens”, mais avait le défaut “de faire croire au lecteur que ce prince connaît à fond les questions actuelles104.” Dans sa relation au milieu royaliste, Fabrègues tint vraisemblablement compte de l’appréciation de Coquelle-Viance dont il respectait les compétences corporatives et qu’il invita à s’exprimer à plusieurs reprises à Combat. Cela ne l’empêcha pas cependant de rester fidèle au Comte de Paris dont il attendait peut-être moins une brillante démonstration intellectuelle qu’une “position vraie”. Aussi, lorsque le 11 novembre 1937, le duc de Guise fit lire par le Prince une déclaration proclamant l’incompatibilité des enseignements de la doctrine de l’Action Française avec les traditions de la Maison de France, les héritiers de cette dernière trouvèrent-ils l’appui de Fabrègues et des siens.

  • 105 Bruno Goyet, Un rôle en politique : Henri d’Orléans, comte de Paris 1908/1940, Thèse d’histoire sou (...)

95La querelle que l’Action Française cherchera ensuite à la presse monarchiste fera perdre à celle-ci une grande partie de son influence. A Courrier Royal en particulier, le nombre de lecteurs s’effondre. Fabrègues reste cependant fidèle à son engagement royaliste. Après avoir co-dirigé Métiers Français avec Jean Le Cour Grandmaison et collaboré à Courrier Royal jusqu’en septembre 1937, il écrira dans Justice sociale, revue liée aux Métiers Français, paraissant de 1937 à 1939. A Carrefour, “revue ambitieuse” selon Bruno Goyet, lancée par le Prince en 1939, il tient la rubrique philosophique. Les Cahiers des Centres Monarchistes Universitaires feront de la publicité à Civilisation, la nouvelle publication de Fabrègues qui paraîtra en 1938105.

96Les années trente-cinq à trente-sept sont, pour Fabrègues, celles de la perception d’un double danger montant à l’horizon de la France sous le gouvernement de la démocratie libérale : la guerre et le communisme. La guerre se livrera contre l’Allemagne, mais quelle qu’en soit l’issue, c’est le communisme qui la gagnera. Telle est la conviction constante des dirigeants de Combat, en particulier des catholiques. Cette clé explique chacune de leurs positions. Si Combat refuse les sanctions contre l’Italie, c’est moins par une quelconque sympathie fasciste que pour “empêcher le suicide de l’Occident”, comme le dit le manifeste de Massis. Si Combat repousse l’Union sacrée après la remilitarisation de la Rhénanie, c’est par crainte de voir l’ardeur allemande l’emporter sur la décadence française et que cette guerre soit alors vraiment la dernière pour la civilisation chrétienne. Si Combat entreprend de lutter contre le Front Populaire, c’est parce que celui-ci introduit le marxisme au cœur du système démocratique.

97Mounier n’a pas tant le souci de la survie de la France ni de l’exemplarité de sa civilisation. Il se situe sur le plan international et cherche à introduire l’écho du christianisme dans le système idéologique et politique. A l’horizon de la démocratie libérale, il discerne surtout la victoire du capitalisme bourgeois avec son cortège d’égoïsmes, négation de l’Évangile. Lui non plus ne veut pas de la guerre, considérant qu’elle ne serait d’aucun remède, étant elle-même le résultat d’une injustice. Si Esprit souhaite sanctionner l’invasion italienne, c’est qu’il y voit une agression du fort contre le faible. Si Esprit appelle au calme après l’agression rhénane, c’est parce que l’Allemagne ne fait à ses yeux que demander réparation du Traité de Versailles. Si Esprit adhère au Front Populaire, c’est qu’il pense se placer ainsi aux côtés du grand nombre des déshérités.

*

98Les années trente sont pour Jean de Fabrègues, particulièrement jusqu’à Munich, le temps de l’engagement. Il a quitté Maurras par fidélité religieuse pour manifester son indépendance intellectuelle et politique. Sa trajectoire, à l’image de celle d’un Bernanos, est celle d’un catholique engagé. De Réaction à Combat, quatre revues se succèdent dans la permanence d’une équipe et d’un message attirant et fidélisant un certain nombre de jeunes intellectuels chrétiens. Cette suite de publications s’appuie sur la formation d’un réseau qui touche au monde de la politique, de l’université, de la littérature, de l’édition, de la presse. L’ensemble donne naissance à un mouvement qui vise à faire l’union des catholiques sur les principes d’un ordre politique.

99Dès La Revue du Siècle, Fabrègues cherche à se rapprocher de Mounier qui vient de lancer Esprit avec des convictions qui lui semblent proches des siennes. Ne partagent-ils pas la même approche personnaliste de l’organisation de la cité ? Celle-ci ne les amène-telle pas à affirmer un non-conformisme en politique qui se traduit par le slogan ni droite - ni gauche et le rejet d’une démocratie bourgeoise et libérale ? Et ce non-conformisme ne résulte-t-il pas en grande partie de l’obéissance à une Église qui, dès 1931, rappelle sa condamnation du libéralisme et du socialisme, y ajoute celle du fascisme et ôte ainsi toute possibilité de référence idéologique aux catholiques ?

100La fièvre politique qui suit février 1934 et entoure le Front Populaire ne facilite pas la clarté des prises de position. Voici Mounier et Fabrègues attirés par la propagande communiste et la montée des ligues de droite dans les camps ennemis du fascisme et de l’antifascisme. Comment pourraient-ils faire aisément la part de la doctrine et de l’action de terrain ?

101La question n’est pas tant de savoir si l’un est meilleur catholique que l’autre. Si l’on se place au plan de la docilité envers les exigences pontificales, Mounier encourt un blâme puisqu’il se porte aux côtés d’une coalition de partis porteurs d’une idéologie interdite par l’Église. Rome ne s’y trompera d’ailleurs pas en surveillant de près Esprit. Mais l’effort de Mounier afin d’implanter sa foi dans le siècle semble par ailleurs admirable. Il s’inscrit dans la continuité du ralliement à la République souhaité par la Papauté elle-même. S’il saisit la main tendue par les communistes aux catholiques, ce n’est pas sans y mettre ses conditions. On pourrait instruire un procès similaire envers Fabrègues, mais sur le plan du fascisme, à partir du moment où il entre au PPF. A condition toutefois de démontrer que ce parti est doctrinalement fasciste dans la période 1936/37 et de ne pas oublier que Fabrègues le quitte dès qu’il le soupçonne d’être inféodé aux volontés nazies.

102C’est donc bien au plan politique que se situe l’opposition entre les tendances d’Esprit et de Combat. Et dès lors elle n’oppose plus deux interlocuteurs mais trois : Mounier, Fabrègues, Maulnier. Tous trois veulent une révolution économique et sociale qui mette fin au capitalisme, mais aucun ne la veut de la même façon. Mounier se résout à faire confiance à la démocratie parlementaire dans la mesure où les partis qui la dirigent servent le peuple sans l’asservir. Fabrègues reste opiniâtrement antidémocrate et anticommuniste : il travaille à l’établissement d’une monarchie corporatiste et sociale. Maulnier envisage une révolution aristocratique menée par un petit nombre d’insurgés contre tous les conservatismes. Pour Mounier la révolution s’inscrit dans une dimension internationale qui découle de l’universalité des principes chrétiens. Pour Fabrègues, elle entre dans la mission particulière de la France, fille aînée de l’Église et porteuse de la civilisation chrétienne envers le reste du monde.

103Fabrègues reproche à Maulnier sa critique ruineuse de l’ordre existant, à Mounier son ralliement au Front Populaire. Ils prennent finalement à ses yeux le même risque : livrer la France au communisme. Aux deux il fait le même procès : celui de préférer l’efficacité à la vérité, Maulnier en pratiquant l’intolérance maurrassienne, Mounier en s’affichant aux côtés de la gauche révolutionnaire. Il prétend quant à lui refuser à la fois toutes les apostasies, tous les conservatismes, au nom de la vérité catholique et revient toujours à la monarchie comme à un havre politique. Dans la montée vers la guerre qui se produit à partir de 1938, ces positions sont fixées. Elles produiront tous leurs effets sous le régime de Vichy.

Notes

1 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 399.

2 Thèse soutenue par certains historiens comme Zeev Sternhell que cet ouvrage espère infirmer.

3 Elle a pour pendant un rapprochement avec l’Union Soviétique entrée à la S.D.N. en septembre 1934 avec le soutien de la France. Cette politique initiée par Louis Barthou avant son assassinat est alors poursuivie par Pierre Laval. Deux accords successifs l’illustrent en 1935 : en avril, celui de Stresa réitère l’engagement de Locarno et offre à l’indépendance de l’Autriche la garantie de l’Angleterre, de la France et de l’Italie ; en mai, la France et l’U.R.S.S. signent un pacte d’assistance mutuelle.

4 Le 25 juillet 1934, le Chancelier autrichien Dolfuss a été assassiné lors d’une tentative de coup d’État par un groupe de nazis. En massant des troupes sur le Brenner, Mussolini a fait échouer le putsch.

5 Selon Maurice Noël dans Le Figaro littéraire, les représentants des jeunes groupes intellectuels étaient : Fabrègues pour le Groupe du xxe Siècle ; Mounier et Ulmann pour Esprit ; Robert Aron, Chevalley et Dupuis pour L’Ordre Nouveau ; les néo-socialistes Roditi et Marion pour L’Homme Nouveau. Ils étaient accompagnés de “représentants de groupes d’études économiques” : Georges Viance “pour les catholiques” ; Ganivet et Renard au titre des jeunes syndicalistes de L’Homme Réel ; Lemaigre pour le Centre polytechnique d’informations économiques ; Girard de L’Entr’aide Universitaire. Le journal cite ensuite les "représentants de mouvements politiques de jeunes” : Pierre Gimon des Jeunesses Patriotes ; Louis Galey du Front Social de M. Bergery ; Hyvert des Jeunesses agraires. Enfin “deux hommes d’âge” : Achille Bouxin du Front paysan et Forestier de la Confédération artisanale.

6 Maurice Noël, “Trois jours à Rome avec la jeunesse italienne”, Le Figaro littéraire, samedi 25 mai 1935.

7 Georges Viance, “Fascisme et liberté à propos d’un récent Congrès romain”, Vie Intellectuelle, 25 septembre 1935.

8 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération. Lettres, carnets et inédits, Les éditions du Seuil, 1956, p. 164.

9 Georges Viance, “Fascisme et liberté à propos d’un récent Congrès romain.”, Vie intellectuelle, 25 septembre 1935.

10 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, op. cit., p. 165.

11 Maurice Noël, “Trois jours à Rome avec la jeunesse italienne”, Le Figaro Littéraire, samedi 25 mai 1935.

12 Cité par Michel Winock, Esprit, Des intellectuels dans la cité. 1930/1950, op. cit., p. 89.

13 C. Leblond, “Le raid italien sur l’Éthiopie”, Esprit, juillet 1935.

14 Ce congrès réunit Malraux, Bloch, Guéhenno, Benda, Chamson, Waldo Franck et, surtout Gide dont la conversion au communisme est alors commentée dans toute les revues. Elle le sera abondamment dans Combat, mais à une époque où, après un voyage en URSS, l’écrivain est revenu de son enthousiasme. Mounier a été invité par Aragon et Nizan dans le cadre de la stratégie de front antifasciste du parti communiste. “Le dogmatisme communiste fond comme neige et Esprit est inclus dans cette débâcle”, note-t-il dans son journal, mais un peu plus loin : “Que de conformisme, que de platitude avec le grand Staline et l’URSS infaillible !”, Mounier et sa génération, op. cit., p. 167.

15 Craignant pour le Soudan anglo-égyptien et la route des Indes, l’Angleterre a rassemblé une partie de sa flotte en Méditerranée. Le texte considère “justifiables” les ambitions italiennes, en raison des accords Mussolini/Laval de janvier 1935 par lesquels l’Italie s’est engagée à aider la France à maintenir le statu quo en Europe danubienne, en échange de concessions en Afrique orientale (Sud tunisien. Erythrée) et des mains libres en Ethiopie. Sur ce point, voir Pierre Milza, Serge Berstein, Histoire du xxème siècle, T. 1, Hatier, 1993, p. 341.

16 “Manifeste des intellectuels français pour la défense de l’Occident”, Le Temps, 4 octobre 1935.

17 Dans son Enquête sur l’Ordre conduite à l’époque de Réaction, Jean de Fabrègues avait rangé les réponses de ses interlocuteurs selon leur appréciation de la phrase de Goethe : “Mieux vaut une injustice qu’un désordre.” Lui-même avait conclu qu’il ne pouvait y avoir d’ordre sans justice.

18 “Si cette guerre éclate, les responsables en répondront. Il faut le leur faire savoir. Vous, lecteurs, découpez l’article qui porte la menace avec les noms de ses auteurs. Serrez le dans votre portefeuille. Si le carnage arrive faites que ces auteurs puissent y passer les premiers”, L’Action Française, 23 juillet 1935. Francisque Gay, dont le nom figurait sur la liste, déposa une plainte qui devait conduire Maurras en prison.

19 Il collaborait alors à l’hebdomadaire républicain Marianne et cette position ne fut pas sans surprendre.

20 En juin 1935, un sondage dit “scrutin de la paix” a montré l’hostilité de l’opinion publique anglaise à la guerre.

21 Georges Bidault, Étienne Borne, Charles du Bos, Paul Chanson, Georges Hourdin, Joseph Folliet, Stanislas Fumet, Francisque Gay, Georges Hoog, Jean Lacroix, Jacques Madaule, Jacques Maritain, Marc Sangnier, Yves Simon, Joseph Hours, Maurice Blondel.

22 L’Abbé Lallement, Marie Gasquet, Paul Claudel, Maurice de Gandillac, Pierre-Henri Simon, Francis Jammes, Louis Jouvet, François Mauriac, André Thérive.

23 Jean de Fabrègues, “La politique métaphysique n’est pas la politique chrétienne”, Combat, no 1, 10 janvier 1936.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Henri Caillemer, lettre à Jean de Fabrègues, 29 septembre 1935, fonds Fabrègues.

27 Léon Bérard, lettre à Jean de Fabrègues, 19 mai 1935, fonds Fabrègues.

28 René Dommange, lettre à Jean Loisy, 27 mai 1935, fonds Fabrègues.

29 André Rousseaux, lettre à Jean de Fabrègues, en-tête de Candide, 22 février 1935, fonds Fabrègues.

30 André Bellessort, lettre à Jean de Fabrègues, en-tête de la Librairie Académique Perrin, 19 mai 1935, fonds Fabrègues.

31 Jean Le Cour Grandmaison, lettre à Jean de Fabrègues, 31 mai 1935, fonds Fabrègues. Cette lettre rend un son prémonitoire. Après la guerre, Jean Le Cour Grandmaison et Fabrègues uniront leurs efforts à la tête de La France Catholique qui se voudra l’expression de l’Action Catholique Générale des Hommes.

32 Dans le premier numéro de la revue, l’éditorial comme les articles inauguraux de Maulnier et de Fabrègues, justifient la position anti-sanctionniste des signataires du manifeste de Massis auxquel appartiennent “le plus grand nombre de ceux qui s’expriment ici”. Voir Thierry Maulnier, “L’opinion mondiale mystifiée” et Jean de Fabrègues, “La politique métaphysique n’est pas la politique chrétienne”, Combat, no 1, 10 janvier 1936.

33 La date du 10 janvier 1935 portée par le premier numéro de Combat est due à une erreur typographique.

34 Thierry Maulnier, lettre à sa mère, 25 janvier 1936, Cité par Étienne de Montéty, Thierry Maulnier, op. cit., p. 117.

35 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 395.

36 Editorial, Combat, no 1, 10 janvier 1936.

37 Ibid.

38 Celle de Paul-Louis Landsberg en particulier. Evoquant son influence, Mounier écrit : “Il nous a sauvés du danger de purisme”. Cité par Michel Winock in Esprit, Des intellectuels dans la cité, op. cit.

39 Voir par exemple le no 5 de mai 1936 : “Les conservateurs”, par Thierry Maulnier, suivi de “Oraison funèbre du communisme”, ou dans celui d’octobre 1936 : “A bas la culture bourgeoise” par Thierry Maulnier, suivi de “La politique des compagnies d’assurance” par Dominique Bertin.

40 Robert Brasillach, Notre Avant-Guerre, op. cit., p. 29. On sait aussi le retour à la foi de Brasillach en prison, à la veille de son exécution. Voir les Poèmes de Fresnes, Editions des Sept Couleurs, 1949.

41 Sur Robert Brasillach, on ajoutera à la bibliographie citée à propos de Thierry Maulnier : Paul Sérant, Le romantisme fasciste, Fasquelle, 1959, Anne Brassié, Robert Brasillach, Robert Laffont, 1987

42 Sur et de Pierre Andreu, on consultera : Révoltes de l’esprit, Editions Kimé, 1991.

43 Jean Azéma sera porté par une sorte de pureté révolutionnaire à s’engager jusqu’au plus profond dans l’extrémisme politique, suivant Doriot puis Degrelle dans le rêve d’un Empire d’Occident, d’abord dominé par la France puis par l’Allemagne. En 1944, il s’engage dans la division SS Wallonie. Après la guerre il se réfugiera en Argentine. Jean Hérold-Paquis le décrit dans ses mémoires comme un “Don Quichotte du royalisme puis du nationalisme le plus intransigeant, le plus exacerbé”, Des illusions, désillusions, Paris, 1948. Voir aussi l’article biographique de Jean Azéma in Dominique Venner, Histoire de la collaboration, Editions Pygmalion, 2000.

44 Le futur académicien Jacques Laurent fait ainsi son entrée dans les revues de Fabrègues. Il vient d’intégrer l’Action Française et assure la chronique littéraire de L’Etudiant Français. Mais son besoin d’indépendance intellectuelle l’incite à rejoindre la Jeune Droite non-conformiste et il suivra la mouvance Fabrègues dans ses entreprises jusque pendant la guerre.

45 François Mitterrand est alors pensionnaire de l’Institution des Frères maristes du 104 rue de Vaugirard. Il fait partie des “Volontaires Nationaux”, c’est-à-dire des jeunes affiliés aux Croix de Feu du Colonel de La Rocque. Jean de Fabrègues témoignera en 1971 auprès de Jean-Louis Loubet del Bayle de ce rôle de propagandiste joué par Mitterrand en faveur de Combat. Selon Pierre Péan, Mitterrand niait toute proximité à Combat. Il faut toutefois remarquer que la plus grande confusion semblait régner dans son esprit à l’égard de cette période, puisqu’il ajoutait en réponse à une question du journaliste : “Jean de Fabrègues était un furieux, capable de dire n’importe quoi. Très vite son intolérance, sa méchanceté m’ont éloigné de lui”, Pierre Péan, Une jeunesse française, Fayard, 1994, p. 78. Pouvait-il s’éloigner d’un homme qu’il prétendait ne pas connaître ? Pourquoi donner de celui-ci un portrait absolument contraire à tous les témoignages de ceux qui le fréquentaient à l’époque : d’Yvignac, qui ne l’aimait pas pourtant, évoquant son calme et sa rigueur ; ses collaborateurs, et même ses adversaires, lui reconnaissant pour première qualité d’être un “rassembleur”, ce que son activité de créateur de mouvements et de revues suffirait à prouver.

46 Candide, 23 janvier 1936, Voir sur ce point l’analyse d’Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 401.

47 Combat, avril 1936.

48 Editorial, “Une France qui nous dégoûte”, Combat, avril 1936.

49 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.

50 Maurice Blanchot, “Après le coup de force germanique”, Combat, avril 1936.

51 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.

52 Ibid.

53 Éditorial, “Une France qui nous dégoûte”. Combat, avril 1936.

54 Cité dans Michel Winock, “Esprit”, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 126.

55 “Adresse des vivants à quelques survivants”, Esprit, avril 1936.

56 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste : la démocratie hitlérienne”, Combat, janvier 1937.

57 Jean de Fabrègues, “Où sont vos principes ?”, Combat, avril 1936.

58 Emmanuel Mounier, Esprit, octobre 1936.

59 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste : la démocratie hitlérienne”, Combat, janvier 1937.

60 Jean de Fabrègues, “Une mystique matérialiste, la démocratie hitlérienne”, janvier 1937.

61 Ibid.

62 Thierry Maulnier, “Les conservateurs”, Combat, no 5, mai 1936. Les mots en gras le sont dans le texte.

63 Ibid.

64 Jean de Fabrègues, “L’homme petit”, Combat, mai 1936.

65 Jean de Fabrègues, “Les conditions d’une action efficace”, Thierry Maulnier, “Reconquérir notre univers”, Combat, no 6, juin 1936.

66 Georges Blond, “Procès de la famille”, Pierre Andreu et Robert Brasillach, “Passé et avenir de Léon Blum”, Jean-Pierre Maxence, “Histoires apocryphes mais vraies”, Combat, no 6, juin 1936.

67 Marcel Noël, “L’école libératrice”, Combat, no 6, juin 1936.

68 Sans doute pour marquer sa référence à la position de Léon Bloy envers les juifs. Caïn Marchenoir est le héros du roman de Bloy, Le Désespéré.

69 Marchenoir, “Le jeu de massacre. L.F.Céline”, Combat, no 6, juin 1936.

70 Jean de Fabrègues, “Les conditions d’une action efficace”, Combat, no 6, juin 1936.

71 Combat, “Points de départ”, numéro Spécial, Eté 1936. Thierry Maulnier, “Un humanisme social”. Hugues Favart, “Refaire l’unité de la France”. TM., “Une politique du relatif”. Pierre Andreu, “Capitalisme et corporatisme”. Georges Blond, “Ordre et liberté”. Jean Loisy, “L’art dans la société contemporaine”. René Vincent, “Liberté pour l’écrivain”, jean de Fabrègues, “Nous ou la foule”.

72 Les “volontaires nationaux” constituaient l’organe de jeunesse des Croix de Feu du colonel de La Rocque.

73 Jean de Fabrègues, lettre à Thierry Maulnier, non datée, fonds Fabrègues. Les mots en italiques sont cités entre guillemets dans le texte ; les mots soulignés le sont dans le texte.

74 Jean-Pierre Maxence reconnaissait l’indigence doctrinale du mouvement, mais espérait en ses virtualités populaires. Créé en 1933 par François Coty pour servir de prolongement politique à son journal L’Ami du Peuple, la Solidarité Française se montrait anticommuniste, anticapitaliste et antiparlementaire. Elle affichait ses militants en chemise bleue et béret basque dans de grandes parades. Son recrutement se faisait surtout parmi les ouvriers maghrébins (son chef, Jean Renaud, était un ancien commandant des troupes coloniales) et les chômeurs. Elle disparaît progressivement après la dissolution des ligues en juin 1936. Voir S. Berstein, P. Milza, Dictionnaire historique du fascisme et du nazisme, Complexe, 1992.

75 Thierry Maulnier, “Désobéissance aux lois”, Combat, no 1, janvier 1937.

76 Dominique Aury, Georges Blond, Robert Francis, Jean-François Gravier, Kléber Haedens, Serge Jeanneret, Jean Loisy, Claude Roy, Jean Saillenfest, Louis Salleron apporteront leur participation à L’Insurgé.

77 Pierre Andreu, Révoltes de l’esprit, op. cit., p. 124.

78 Le Comité Secret d’Action Révolutionnaire (CSAR), dit “la Cagoule”, est fondé en 1936 par des dissidents de l’Action Française réunis derrière Jean Filliol et Eugène Deloncle. Anticommuniste et soutenu par le fascisme italien, il se livre à des attentats terroristes jusqu’à son démantèlement par le ministre de l’Intérieur Marx Dormoy en novembre 1937. Il avait aussi développé au sein de l’armée un réseau de renseignements anticommuniste par l’intermédiaire du commandant Loustaunau-Lacau, membre de l’Etat-Major du Maréchal Pétain. Sur “la Cagoule”, voir Paul Sérant, Les dissidents de l’Action Française, op. cit.

79 Pierre Monnier, A l’ombre des grandes têtes molles, Paris, La Table Ronde, 1987, p. 191.

80 Correspondance Charles Maurras-Thierry Maulnier in Étienne de Montéty, Thierry Maulnier, op. cit., p. 128.

81 Jean de Fabrègues, notes non datées, fonds Fabrègues. Fabrègues a toujours refusé la participation de Lucien Rebatet à Combat et celui-ci lui vouait une profonde inimitié.

82 René Vincent, “Les aveux du juif Céline”, Combat, mars 1938.

83 Ibid.

84 Thierry Maulnier, “Notes sur l’antisémitisme”, Combat, juin 1938.

85 Jean de Fabrègues, “Les deux ordres”, Courrier Royal, mai 1936.

86 S. Berstein et P. Milza, Dictionnaire historique des fascismes et du nazisme, op. cit. Sur ce point, voir également Jean Plumyène et Raymond Lasierra, Les fascismes français, Le Seuil, 1963.

87 “Programme fondateur du parti Populaire Français” in Maurice Duverger, L’Autre côté des Choses, Albin Michel, 1977, p. 40.

88 Voir plus haut les termes de sa lettre à T. Maulnier.

89 Maurice Duverger, L’autre côté des choses, op. cit., p. 44, 45.

90 Notes manuscrites. Copie ou original de l’article d’Henri Nancroix paru dans le no 26 de L’Émancipation Nationale du 26 décembre 1936, fonds Fabrègues.

91 Lettre de Jean de Fabrègues à Thierry Maulnier. Voir plus haut.

92 Jean de Fabrègues, “Deux encycliques : une affirmation de force”, Combat, mai 1937. Mot en italiques entre quillemets dans le texte.

93 François Gravier (Jean-François Gravier), “Deux démocraties : une seule révolution”, Combat, décembre 1937.

94 Jean de Fabrègues, “Le prolétariat vivant”. Combat, juin 1937.

95 Ibid.

96 Jean de Fabrègues, “Intégrer le prolétariat”, Combat, juillet 1937.

97 Emmanuel Mounier, “Rassemblement populaire”, Esprit, juin 1936.

98 Michel Winock, Esprit. Des intellectuels dans la cité, op. cit.. p. 125.

99 Jean de Fabrègues, “Deux encycliques : une affirmation de force”, Combat, no 15, mai 1937. Mots en italiques entre guillemets dans le texte.

100 Jean de Fabrègues, “La pensée esclave, règne de l’opinion”, Combat, no 20, décembre 1937. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

101 Ibid.

102 Le Parti Social Français avait succédé aux Croix de Feu après la dissolution des Ligues.

103 Édouard de La Rocque Séverac, lettre à Jean de Fabrègues, 27 juillet 1936, fonds Fabrègues.

104 Georges Coquelle-Viance, Lettre à Jean de Fabrègues, 28 juillet 1936, fonds Fabrègues. Les mots soulignés le sont dans le texte. Coquelle-Viance est alors responsable des “Libertés corporatives”, association pour la restauration corporative de la nation française.

105 Bruno Goyet, Un rôle en politique : Henri d’Orléans, comte de Paris 1908/1940, Thèse d’histoire soutenue à l’IEP, Paris, 1995, publiée sous le titre, Henri d’Orléans, comte de Paris (1908-1999). Le Prince impossible, Odile Jacob, 2001.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search