Versión clásicaVersión móvil

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Deuxième partie. La Jeune Droite Catholique

Chapitre VIII. Vers une monarchie personnaliste

Texto completo

1La disparition de La Revue du Siècle ne fut en réalité qu’une éclipse. La manifestation du 6 février 1934 joua le rôle d’un déclic dans la prise de conscience révolutionnaire de la Jeune Droite Catholique. Elle avait étudié les révolutions étrangères sans trouver de satisfaction en aucune d’entre elles. Soudain le processus révolutionnaire semblait se déclencher en France et, laissant espérer l’écroulement du régime, donnait leur élan aux propositions élaborées depuis Réaction. Il était temps de passer à un projet politique propre à la mouvance Fabrègues, indépendant des systèmes de droite et de gauche et s’inspirant de l’éthique chrétienne : le groupe du xxe Siècle et la revue du même nom qui paraît à la fin de 1934, optent clairement pour la monarchie et se rangent aux côtés du comte de Paris.

I. Le six février 1934

  • 1 Sur le six février 1934, on lira en particulier : Eugen Weber, L’Action Française, ch. 17, op. cit.(...)

2Pour l’historien qui bénéficie du recul du temps et prétend à un regard objectif, le six février 1934 marque la rencontre inorganisée de plusieurs mouvements d’opposition à la République, dont la droite parlementaire sut tirer parti pour reprendre le pouvoir à la gauche victorieuse aux élections de19321. Pour La Revue du Siècle qui vit l’événement et le voit de son point de vue, il s’agit d’une manifestation de rejet de la démocratie parlementaire par l’ensemble des forces patriotiques du pays, conséquence du pourrissement maintes fois dénoncé du système républicain, étape dans le processus d’écroulement inévitable du régime. Aux yeux de l’historien une crise de régime, de La Revue du Siècle une tentative de révolution, certes avortée, mais porteuse d’avenir. Les deux lectures ont en commun le constat d’une situation politique calamiteuse.

Une situation politique calamiteuse

  • 2 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 360.

3Depuis le début des années trente, les affaires se sont succédées, éclaboussant chaque jour plus haut la classe dirigeante : affaires Hanau, Oustric, Stavisky, Sacazan, ces deux dernières directement liées à l’émeute du six février puisqu’elles provoquent la démission du gouvernement Chautemps et un replâtrage de la situation par un ministère Daladier peu apprécié par l’opposition. Eugen Weber souligne la distance persistante, au cours de ces semaines de troubles, entre l’indifférence du pouvoir au scandale, sa négligence de toute réforme en profondeur et la conviction d’une grande partie de l’opinion publique de la “défaillance du sens moral” de ses dirigeants2. Les nouveaux responsables se contentent de changer les hommes sans même véritablement sévir contre les coupables présumés. Une mesure est par ailleurs particulièrement mal accueillie de l’opinion de droite : le limogeage du préfet de police Jean Chiappe accusé de négligences dans la conduite de l’affaire Stavisky et de tolérance excessive, au long de janvier, envers les manifestations de rue contre le régime.

  • 3 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 70.

4Dans sa description de la manifestation du six février, Serge Berstein évoque l’addition de six mouvements3 : les anciens combattants représentés, d’une part par les communistes de l’Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC), d’autre part par l’Union Nationale des Combattants (UNC) située elle plutôt à droite ; les Croix de Feu du lieutenant-colonel de La Rocque ; l’Action Française ; la Solidarité Française et Les Jeunesses Patriotes. Eugen Weber y ajoute les Anciens Combattants Corses et la Fédération des Contribuables. Les deux historiens s’accordent pour ne voir dans l’action de ces différents mouvements aucune coordination. Si tous ont des motifs de se plaindre du régime, aucun d’entre eux n’a en vue sa chute immédiate, même l’Action Française qui avait le plus appelé à se rassembler contre lui.

  • 4 Les principaux points de ce récit sont tirés de celui d’Eugen Weber in L’Action Française, op. cit. (...)

5C’est donc dans le plus grand désordre que les groupes de manifestants se dirigent vers le Palais-Bourbon au prix de multiples heurts avec la police qui fait feu à plusieurs reprises. Des autobus sont incendiés, l’insurrection dure jusqu’au milieu de la nuit, faisant quinze morts dont quatorze parmi les manifestants et près de mille cinq cents blessés provenant autant des insurgés que de la police. Dans ces pertes, les Camelots paient le prix lourd : deux ligueurs blessés sur trois proviennent de leurs rangs. Maxime Réal del Sarte est atteint par un coup de feu en tentant de franchir le pont de Solférino. Cet enthousiasme et ce dévouement tranchent avec le manque de combativité et la négligence des dirigeants de l’Action Française, Daudet lui-même s’étant laissé convaincre par Maurras de réagir par le journal plutôt que d’intervenir comme il en avait eu d’abord l’intention. Selon une anecdote qui restera célèbre, sa femme Pampille reçut du chef de l’Action Française, quelque temps plus tard, un poème provençal rédigé au cours de cette nuit, décidément pour lui semblable à toutes les autres4.

  • 5 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 375.

6Pour Eugen Weber, une telle inertie prouve que l’Action Française, loin de préparer un coup de force, avait montré son incapacité à profiter d’une situation insurrectionnelle. Aussi, conclut-il : “Vers minuit, la police avait réussi à nettoyer la place. Le six février était passé. Toute chance de s’emparer de la Chambre, peut-être même selon certains de renverser la République, était définitivement perdue5.” Cependant la gravité de l’émeute a été telle qu’elle cause le lendemain la défection d’une partie des autorités de l’État, puis la démission du gouvernement Daladier. Le régime a résisté, mais il semble gravement touché. La formation d’un ministère Doumergue d’union nationale où cohabitent la gauche et la droite rassure l’opinion. Cependant chacun espère des réformes qui ne viennent pas. Cette impéritie excite la fureur de La Revue du Siècle et sa sévérité de jugement envers les hommes en place. Pour la Jeune Droite Catholique, le six février est plus qu’une occasion manquée : c’est le début du drame d’un régime décadent dont elle lira le dernier acte en 1940.

“C’est une révolution !”

  • 6 Jacques Reynaud, “C’est une révolution”, La Revue du Siècle. no 10, février 1934.

7“C’est une révolution !” ironise Jacques Reynaud ouvrant le numéro de février 1934 dans lequel il entreprend de dénoncer la poursuite de la déchéance européenne : “Après une guerre de plus de quatre années, dix ou quinze millions de morts, l’inflation, la faillite allemande, le surréalisme, le machinisme américain, le plan quinquennal, le chômage, voici de nouveau pour nous tirer de notre torpeur, des escroqueries astronomiques, des crimes étonnants et, à l’horizon, la guerre aérienne et chimique6.”

  • 7 Robert Vallery-Radot, “Dictature de la Maçonnerie”, La Revue du Siècle, no 13, mai 1934. L’article (...)

8Robert Vallery-Radot accuse la maçonnerie de dictature sur le régime : “Armature de la République (comme) elle l’affirme elle-même, elle a couvé le régime dans ses loges et l’a, par étapes tantôt violentes, tantôt graduées, instauré dans le pays. C’est elle qui lui a fourni sa doctrine comme ses cadres. Si ce régime se dissout dans une pourriture morale dont la chirurgie seule, et non plus la médecine, peut nous guérir, elle ne peut en éluder les responsabilités7.”

  • 8 Robert Vallery-Radot. Ibid. Les mots en italiques le sont dans le texte.
  • 9 J. F., “Nos adversaires et nos voisins”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

9Selon lui, la maçonnerie est profondément impliquée dans le scandale Stavisky, ce qui explique l’effort fait par les gouvernements successifs pour l’étouffer : “Comme par hasard, tous les complices, bénéficiaires ou protecteurs de Stavisky sont maçons ou affiliés à des associations d’esprit maçonnique.” Et de citer parmi une longue litanie de responsables administratifs et politiques les noms du président Chautemps, du procureur général Pressard, son beau-frère, de Joseph Garat, le président du Conseil d’administration du Crédit Municipal de Bayonne, du Garde des Sceaux Albert Dalimier etc., non sans souligner l’appartenance de la plupart d’entre eux au parti radical. A ses yeux, la révolte est venue de l’indignation des anciens combattants devant les efforts des gouvernements pour masquer leurs compromissions dans l’affaire Stavisky : Chautemps aurait fait repousser la commission d’enquête ; Daladier son successeur, couvert les personnalités accusées de complaisances envers l’escroc en les mutant à un autre poste : “Alors, devant cette volonté de ne pas évacuer cette boue et de préférer y construire en hâte des pilotis de fortune sans cesse menacés d’être recouverts par le flot fangeux, les anciens combattants, indignés d’avoir fait la guerre pour ça, sont descendus dans la rue. Ils n’exigent rien d’autre qu’une commande de bottes d’égoutiers et de pompes aspirantes8.” “La Révolution est commencée dans les. faits”, approuve Fabrègues, “les équipes de remplacement se préparent9.”

II. Le lancement du groupe du xxe Siècle

  • 10 J F. ibid.

10Il ne s’agit plus “de pousser les hommes à se dresser contre un faux-ordre”, mais de savoir “où ira cette révolution et quel ordre […] elle fera naître10.” Dans cette perspective, la Jeune Droite Catholique se livre à un véritable effort de positionnement intellectuel face aux autres non-conformistes. Celui-ci la conduit à rejeter des solutions qu’elle estime fausses et décevantes de la part de la droite comme de la gauche et à lancer le groupe du xxe Siècle pour réaliser une révolution spirituelle s’incarnant dans un autre ordre politique.

“Nos adversaires et nos voisins”

  • 11 Ibid.

11Face aux dangers de “l’esclavage communiste” en Russie et de “l’injustifiable étatisme spirituel autant que social” en Italie et en Allemagne, le moment est venu de discerner qui sont “nos adversaires et nos voisins (parmi) les mouvements d’idées français […] nés d’une réaction très voisine de la nôtre, sinon même commune, le mouvement d’Esprit et celui de L’Ordre Nouveau”, indique Jean de Fabrègues en février 193411.

  • 12 Jean de Fabrègues, “Esprit et la condition humaine”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934. Voir (...)
  • 13 Ainsi dans le no 10 de La Revue du Siècle de février 1934, p. 5 : “Vous, catholique et, je le sais, (...)

12Le groupement de Mounier s’est petit à petit éloigné du sien depuis la réunion de l’Union pour la Vérité. Georges Izard a repris les critiques de Jean Guéhenno à Europe contre le faux spiritualisme du groupe Réaction et Mounier lui-même a tiré du Nietzsche de Maulnier des accusations d’aristocratisme qu’il n’a pas hésité à élargir à l’ensemble de l’équipe de La Revue du Siècle malgré les dénégations répétées de Fabrègues : “Si Thierry-Maulnier est un homme pour lequel nous avons la plus profonde sympathie, un esprit dont la vigueur et la logique font notre admiration, avons-nous jamais (où ? Comment ?) cité comme de notre doctrine les moments de son œuvre où, peut-être, il fait appel à une aristocratie humaine ? A celle-ci nous croyons peu d’ailleurs, mais ce serait un autre débat12.” Dans les relations de Fabrègues avec Mounier apparaît souvent, comme ici, une sorte d’irritation à se sentir mal compris d’un catholique dont il salue par ailleurs à plusieurs reprises le témoignage de foi13.

13De telles querelles n’existent pas avec les membres du groupe L’Ordre Nouveau dont on a constaté la fréquente collaboration à La Revue du Siècle. Les deux mouvements partagent depuis l’origine le même refus du matérialisme et la même condamnation de la démocratie. Fabrègues sait gré à L’Ordre Nouveau de son programme économique marquant une volonté d’action réelle et le félicite d’être moins soucieux qu’Esprit de séduire une clientèle de gauche. Face aux deux groupes, cependant, la Jeune Droite Catholique ouvre le même procès de méconnaissance de la nature humaine. Cette erreur explique à ses yeux l’idéalisme d’Esprit et l’équivoque du discours de L’Ordre Nouveau. Pour sa part, Fabrègues estime tirer de son éthique chrétienne le rejet des idéologies et des systèmes de gouvernement présents, de quelque bord qu’ils soient.

L’oubli de la double nature

  • 14 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.
  • 15 Ibid.

14L’homme est chair et esprit, de nature matérielle et spirituelle. “Ce morceau de glaise qu’on nomme le corps (et) ce qui, dans l’esprit, n’est point entièrement libéré de l’égoïsme : l’orgueil intellectuel, la raison raisonnante14”, l’attachent au monde, à la seule satisfaction matérialiste. Par son âme, en revanche, et par tout ce qui, dans son esprit, est “éveil, initiative, choix et liberté de don15”, il est appelé vers Dieu, attiré vers la perfection spirituelle.

  • 16 Jean de Fabrègues, “Esprit et la condition humaine”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.
  • 17 Émile Vaast, Réflexions sur “Esprit” et “L’Ordre Nouveau”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

15Ces distinctions posées par la Jeune Droite Catholique ne lui semblent pas aussi clairement faites par les autres groupements. De la part d’Esprit, Fabrègues craint le refuge dans un spiritualisme désincarné : “Précisez ce destin humain pour lequel vous combattez16”, supplie-t-il Mounier. Émile Vaast développe, sur un ton plus polémique : “Esprit a démasqué avec raison le faux spiritualisme du fascisme ; qu’il ne commette pas à son tour la confusion, également néfaste, du salut temporel de la société avec la sainteté des ouvriers.” Le reproche envers L’Ordre Nouveau va à l’inverse : leur attitude souffre “d’illogisme, ne voulant entendre par spirituel ni l’intelligence des philosophes intellectualistes, ni l’âme de la pensée chrétienne […], condamnant d’un côté le matérialisme au nom des réalités spirituelles et refusant à celles-ci une existence propre17.”

  • 18 Marcel Desrois, “Individu et personnalité”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid. Les mots en italiques sont soulignés dans le texte.

16De la reconnaissance de cette double nature de l’homme, découlent toutes les positions de la Jeune Droite Catholique. Elle fonde d’abord celle de l’individu et de la personne : “Animaux, plantes ou minéraux, se présentent comme […] substances prisonnières des lois qui régissent le monde des corps […] Incapables de se déterminer elles-mêmes […], ce sont de simples individus. L’homme au contraire, parce qu’il a reçu ce don divin, la Raison […] est une personne. (Par) l’ordre du vouloir, il tire son indépendance de la matière18.”. De là deux conceptions opposées de la liberté. La première consiste “sous le prétexte de lui laisser le libre choix dans la conduite de sa vie, à abandonner (l’homme) à la solitude19.” C’est la conception révolutionnaire des Droits de l’Homme, conception asservissante et non libératrice, qui ravale la personne humaine au rang d’individu. L’autre est : “la seule qui convienne à un chrétien ; elle sait qu’il y a la double nature. et qu’il faut compter avec elle, protéger l’homme spirituel, personnel, contre la matière, le corps, l’individuel20.”

  • 21 Ibid.
  • 22 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

17Ces vérités ont été oubliées tant par Esprit que par L’Ordre Nouveau. La protection de la véritable liberté humaine nécessite : “des remparts […], les corps sociaux, les institutions, l’autorité […] Où sont les vôtres ? Toutes vos sympathies affichées nous laissent à penser qu’elles ne sont pas sorties de ce plan de confiance dans la liberté humaine qui a conduit l’homme où il est”, s’exclame Fabrègues à l’adresse de Mounier21. Et il s’inquiète de ce que Aron et Dandieu aient affirmé dans La Révolution nécessaire que la supériorité de la personnalité sur les formes sociales provient de la Déclaration des Droits de l’Homme : “Ceci, rien ne pourra nous le faire admettre. La Déclaration des Droits de l’Homme, c’est l’individualisme […] L’individu et la personne sont les deux tendances adverses de l’homme. Entre les deux il faut choisir22.”

  • 23 Jean Terrai, “Esprit devant la patrie”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

18Si l’opposition du matériel et du spirituel fonde celle de l’individu et de la personne, du libre-vouloir et de la liberté, elle permet aussi d’entrer dans la relation de la nation et de la patrie. Cette fois, il n’y a pas antinomie mais complémentarité entre les deux termes qui sont à un pays ce que sont le corps et l’âme à un être humain : "le vaste ensemble des générations, d’œuvres, de manières d’être, de souvenirs et de croyances où la Nation, à travers les siècles, finit par condenser en une Patrie tout l’essentiel de son acquis23.” Parce qu’elle a été “barbouillée”, faut-il abandonner l’idée de nation ? demande Jean Terrai. “Sa puissance dans l’histoire et dans le monde moderne montre qu’elle n’est pas un concept arbitraire.” Il en propose une définition qui assoit la légitimité du nationalisme français : “une association séculaire de familles sur un même sol et sous un pouvoir commun24.” Comment Esprit peut-il commettre l’erreur de confondre une telle réalité avec celle qu’en donne le fascisme, “étatisme, civisme impérialiste” ou l’hitlérisme, “avatar du germanisme, racisme (qui) s’appuie sur les rêveries gobinistes ?” D’autant que cette position l’amène à rejeter l’idée de nation au profit de la notion de patrie à laquelle seule sont alors reconnus “un sens, une âme, une dignité”. A trop vouloir voir “fleurir l’âme”, ne risque-t-on pas “d’oublier le corps ?” s’inquiète-t-il25.

  • 26 Ibid.

19L’ensemble de cette dialectique permet à la Jeune Droite Catholique de définir une conception de la politique qui la sépare autant d’Esprit que de L’Ordre Nouveau : si la personnalité se conquiert sur l’individualité, c’est au prix d’une “anarchie humaine”, c’est à dire d’une constante révolte de l’homme contre lui-même. Ces tentations de l’être trouvent leur expression dans le monde qui les suscite et les entretient tout à la fois : “Pour ne se point laisser envahir par la matière, par cette habitude pesante des choses dont M. Daniel-Rops a si bien montré le sens dans son Péguy. […], il faut que l’esprit soit […] constamment dressé contre le monde. Mais ce qui nous menace le plus dans le monde tel qu’il va, c’est nous-mêmes26.”

Ni gauche, ni droite

  • 27 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934. Les mots son (...)
  • 28 Ibid.

20Aussi est-il irréaliste de prêcher la rébellion contre l’ordre existant au nom d’un prétendu progrès de l’homme. Aucune révolution, qu’elle soit de gauche ou de droite, ne changera la nature humaine : “MM. Aron et Dandieu ont fait naître ici une monstrueuse équivoque27.” Quant à Esprit, il se rend coupable d’“angélisme” en voulant détruire le matérialisme sans en reconnaître l’expression : la démocratie individualiste. “Ne vous laissez pas prendre aux discours de ceux qui crient nous sommes avec ceux qui souffrent, mais regardez d’où vient la souffrance. : elle vient de la démocratie bourgeoise et matérialiste […] Ce n’est pas nous, vous devez bien le voir, qui cacherons les responsabilités de ces groupes sociaux, aristocratie du xviiie, bourgeoisie du xixe, qui se sont faits les introducteurs du mal. Mais il faut dénoncer tous les instruments de celui-ci et les rejeter tous en bloc, le socialisme et la démocratie compris. Ce que vous ne faites pas28.”

  • 29 Jean de Fabrègues, “Prendre parti mais reconstruire”, La Revue du Siècle, no 11/12, mars/avril 1934

21Ni gauche, ni droite reste donc le slogan de la Jeune Droite Catholique, convaincue que l’ordre n’est pas d’essence politique, mais repose sur la reconnaissance de la dignité spirituelle de l’homme : “Nous avons des ennemis. Nous les désignons. Ils sont l’oubli du destin spirituel des hommes, l’esclavage de la matière et leurs serviteurs sont nos ennemis eux-mêmes. Suivant qu’ils apparaissent sur les bancs de la droite ou de la gauche, nos ennemis sont à gauche ou à droite29.”

  • 30 Emmanuel Mounier, “Réponse à L’Ordre Nouveau, Esprit, no 19, 1er avril 1934.

22Dans le numéro d’Esprit du 1er avril 1934, Emmanuel Mounier prend ses distances à l’égard des autres jeunes groupes non conformistes et choisit son camp : “Nous avons écrit nous aussi ni droite, ni gauche […] Nous ne disons pas qu’il y ait duplicité chez les membres de L’Ordre Nouveau. quand ils se couvrent de cette formule. Mais nous devons bien constater que le poids de leurs instincts […] les entraîne […] vers les revues de […] la Jeune Droite. Nous n’en jugeons pas, quoiqu’on insinue, avec un symétrique réflexe de gauche […] Nous pensons seulement qu’aujourd’hui, à gauche, il y a le peuple, non la masse, mais les millions d’hommes où vivent encore le plus généreusement, conscientes ou non, les valeurs que nous défendons30.”

  • 31 J. F., “Nos adversaires et nos voisins”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

23C’est parce qu’il est inquiet de ces querelles et se dit habité par l’angoisse de voir sa génération s’engager “sur une route mauvaise31” que Fabrègues lance alors le groupe du xxe Siècle.

Le Groupe du xxe Siècle

24“Nous ne croyons pas qu’un monde nouveau ait commencé le 6 février ; mais ce jour-là ont éclaté les conséquences d’un état de fait depuis longtemps établi. Ceux qui signent ces lignes le dénoncent depuis qu’ils tiennent une plume. Aussi est-ce avec joie qu’ils voient s’écrouler sous leurs yeux les idéologies démocratique, individualiste et matérialiste.” Par ce bulletin de victoire s’ouvre le Manifeste du groupe du xxe Siècle publié dans le dernier numéro de La Revue du Siècle. On y retrouve plus précises et concrètes les positions déjà exprimées au temps de Réaction.

  • 32 “Manifeste du Groupe xxe Siècle”, La Revue du Siècle, no 13, mai 1934. Les mots en italiques le son (...)

25Pour succéder au libéralisme déclinant et écarter le communisme dont le danger s’accroît d’autant à ses yeux, la Jeune Droite Catholique refuse de se contenter du plan politique. Sans nier la nécessité d’une révolution dans ce domaine et dans l’ordre social, elle affirme vouloir : “plus que cela […], essentiellement une révolution spirituelle, rendre à l’homme le sens des fins de sa vie.” Un humanisme chrétien doit présider à la naissance d’un nouvel ordre politique qui lui serve de garant. Aussi le groupe du xxe Siècle se proclame-t-il “antidémocrate, anticapitaliste et spiritualiste.” Il propose : la monarchie, car “délibérer pour éclairer est le fait de tous. Prévoir pour gouverner est celui d’un seul […], une économie disciplinée par la corporation et rendant leur place légitime au travail créateur et à la responsabilité sociale […], un ordre qui, étant humain est vrai pour tout homme, étant vrai est chrétien pour le chrétien32.”

26Afin de créer, dit-il, un état d’esprit, xxe Siècle convie ses abonnés à une permanence au premier étage du Café de la Mairie dans le sixième arrondissement de Paris. Six mois s’écoulent avant que le nouveau rassemblement, confronté aux dettes laissées par la gestion précédente, donne naissance à La Revue du xxe Siècle en novembre 1934. En attendant ce nouveau moyen d’expression, le groupe lance des dîners de propagande qui survivront à la revue et se tiendront jusqu’en 1938.

III. La Revue du xxe Siècle

27La Revue du xxe Siècle se veut l’héritière de La Revue du Siècle dont elle reprend la parution mensuelle, le format, les couleurs et le graphisme, mais au-delà, de l’œuvre de Fabrègues lui-même, puisqu’elle porte en sous-titre : “anciennement Réaction” et pousse la filiation avec cette publication d’origine jusqu’à renouer avec l’enquête sur l’Ordre qui en avait été le fil rouge. Son équipe de rédaction marque la même volonté de continuité avec le début des années trente en intégrant les anciens dirigeants des Cahiers et de La Revue Française. Toutefois, ce rapprochement, comme le large renouvellement de nombreux collaborateurs, sans rompre avec la tradition catholique, témoigne beaucoup plus clairement qu’auparavant de convictions royalistes et corporatistes. C’est que, loin de marquer une simple redite des publications précédentes, La Revue du xxe Siècle manifeste au contraire une importante nouveauté. Conséquence directe de la révolution de février 1934 et de la bipolarisation fasciste/antifasciste qui s’ensuit, elle représente l’engagement du groupe Fabrègues au plan politique.

Une équipe de rédaction royaliste

28Sous la direction de Fabrègues qui garde aussi le pseudonyme de Pierre Gignac, le noyau de la rédaction est constitué des anciens de Réaction : René Vincent, qui signe toujours également Alain Palante, Émile Vaast et Maurice Blanchot, ainsi que des trois pivots royalistes de l’ex-Revue Française : Robert Francis, Jean-Pierre Maxence et Thierry Maulnier. En accueillant la Jeune Droite, ce sont ses options monarchistes que veut afficher la Jeune Droite Catholique.

  • 33 Il y a dans cette participation un certain caractère involontaire de la part de Rougemont qui écrit (...)

29Pour le reste de ses membres, l’équipe fait l’objet d’un certain renouvellement. De La Revue du Siècle ne subsistent que Jean Saillenfest qui se charge d’encaisser les abonnements, Jean Loisy qui tient la rubrique des Idées, Jules Roy qui se consacre à des articles de morale sociale et religieuse, Charles Mauban qui publie des extraits de ses nouvelles et Jean Terrai qui inaugure une chronique théâtrale. Denis de Rougemont honore le premier numéro de la revue d’un article sur “la jeunesse déracinée” par les méfaits de l’urbanisation33. Nombreux sont en revanche les nouveaux venus : le poète catholique Noël Mathieu ; Pierre Loyer qui prend en charge l’actualité politique ; le philosophe Roger Manaud et Jacques de Broze qui se consacrent à la réflexion politique ; les corporatistes Georges Viance (de son vrai nom Coquelle-Viance), Jacques Saint-Germain, Georges Verdeil et Jacques de Maupéou ; Georges Roux, dont la revue salue avec satisfaction la conversion au rejet de la démocratie depuis qu’il a cessé de collaborer à République et Notre Temps ; Claude Alby qui prend la rubrique du Cinéma et Pierre Amandry qui accompagne René Vincent dans sa chronique Les livres. Enfin la revue s’adjoint la collaboration du jeune Claude Orland : il a vingt ans et ne signe pas encore Claude Roy.

30Si la plupart de ces intervenants sont catholiques, tous sont sympathisants royalistes.

Le refus du face à face fascisme/antifascisme

  • 34 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 108.

31La Revue du xxe Siècle voit le jour dans un contexte politique bien différent de celui des autres revues de Fabrègues. Malgré son caractère d’union nationale, le gouvernement Flandin, sous lequel se déroule l’existence de la revue (novembre 1934-mai 1935), ne réussit pas mieux que le ministère Doumergue à réformer les institutions. La volonté révolutionnaire qui s’est exprimée en février 1934 débouche sur une union des gauches favorisée par un changement de stratégie du parti communiste : du slogan classe contre classe, Maurice Thorez passe à celui d’alliance des classes moyennes avec la classe ouvrière. La main tendue aux partis bourgeois radical et socialiste veut ouvrir la voie à un rassemblement populaire antifasciste. Cette nouvelle attitude correspond à la prise de conscience du danger fasciste par l’Internationale qui, selon Serge Berstein, a constaté que “l’arrivée au pouvoir de Hitler a mis fin tout à la fois au communisme, au socialisme et à la démocratie34.”

  • 35 Le Front national comprenait les Jeunesses Patriotes, la Solidarité Française, la Fédération des Co (...)
  • 36 Ibid., p. 393.

32L’unité d’action s’organise donc d’abord entre communistes et socialistes à partir de juillet 1934, puis avec les radicaux au lendemain de la signature du pacte franco-soviétique de mai 1935. Dans le même temps, un Front national s’est constitué regroupant les ligues d’extrême droite autour d’une déclaration d’alliance de l’Action Française35. Les Croix de Feu, qui n’en font pas partie, connaissent à cette période une forte croissance de leurs effectifs. Au sein des gouvernements d’union nationale qui se succèdent, droite et gauche cohabitent difficilement, tandis que le parlementarisme est de plus en plus discrédité dans l’opinion publique. “Une période de lutte ouverte commençait en France. Une fois de plus ne comptaient que les extrêmes”, constate Eugen Weber36. Le temps était venu du face à face fascistes/antifascistes.

  • 37 Première tentative de rassemblement des partis de gauche, le Front Commun est créé en mars 1933, à (...)
  • 38 Le 12 février 1934, la CGT, le parti socialiste, le parti communiste et la CGTU manifestent de conc (...)
  • 39 Pierre Loyer, “La politique intérieure. Période de transition”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novem (...)

33La Jeune Droite catholique ne voit que simplification abusive et mystification dans la constitution de ce nouveau clivage droite/gauche. Il n’a pour but à ses yeux que de couvrir l’entreprise de domination matérialiste joignant le parti communiste et les tenants d’une démocratie antichrétienne que sont pour elle les socialistes et les radicaux. Dans l’union des gauches qui se met en place, elle lit la conjonction d’un complot marxiste et maçonnique. La franc-maçonnerie, accuse-t-elle, a empêché le six février de jeter à bas le régime et a ensuite trouvé la complicité des socialistes et des communistes pour assurer son œuvre : “Le Front Commun de Bergery37 ne battait que d’une aile à la veille du 6 février ; après l’échec de la tentative de mobilisation du 12 février38, il s’est vu soudain gonflé de l’appui combiné des Loges et des partis socialistes. Bergery battu, disparu du plateau, son œuvre prenait une nouvelle force […] Ce conservatisme révolutionnaire. a fort bien réussi. Il ne s’agissait de rien moins que de garder pour soi, grâce au peuple, les bénéfices du pouvoir. Une alliance paradoxale s’est nouée entre les pires profiteurs et les plus révoltés des prolétaires39.”

  • 40 Jean de Fabrègues, “A propos du Bien Commun. Nécessité de s’engager”, La Revue du xxe Siècle, no 1, (...)

34Face à un rassemblement qu’il soupçonne d’opportunisme politique, Fabrègues fait plus confiance aux nationaux, comme il appelle cette droite indistincte dite fasciste mais qui, pour inégalement respectable qu’elle soit, lui paraît s’inspirer des valeurs traditionnelles françaises : “Entre l’activité et la personne de tel chef national et les idées qui sont le drapeau de son groupe apparaît trop souvent une scandaleuse rupture : il nous appartient, à nous chrétiens, de le dire et de le faire cesser […] N’existe-t-il pas, dans les troupes de ces partis nationaux, une masse d’hommes qui s’efforcent de vivre une vie juste et conforme à la vérité sociale ou religieuse40 ?”

“Tout catholique est un politique”

  • 41 Ibid.

35Dans le premier numéro de La Revue du xxe Siècle, Fabrègues proclame, pour les catholiques, la nécessité de s’engager : “Sous nos yeux, un monde se défait et par là même se juge. Une succession est ouverte, des âmes sont en jeu par milliers. Au milieu de cette immense partie qui se joue, les catholiques ont un rôle à remplir. Tout catholique est un politique41.”

  • 42 Roger Manaud, “Sur le Bien Commun”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novembre 1934.
  • 43 Jean de Fabrègues, “A propos du Bien Commun. Nécessité de s’engager”, La Revue du xxe Siècle, no 1, (...)
  • 44 Ibid.

36Cette prise de position vient en réponse au Manifeste pour le Bien Commun paru quelques semaines auparavant sous les auspices de Jacques Maritain et d’Esprit. Selon Roger Manaud, qui en rappelle le contenu aux lecteurs de La Revue du xxe Siècle, “l’essence de ce manifeste réside dans le double non. qu’il oppose aux idéologies d’extrême droite comme au bolchevisme42.” La Jeune Droite Catholique refuse ce parallélisme entre “le communisme (qui) est essentiellement une conception antichrétienne de la nature humaine (et) le matérialisme des droites – quel magma sous ce nom – qui n’est à tout prendre que l’usage d’un calicot spiritualiste par des hommes non qualifiés43.” Elle ne se cache pas “le tragique dilemme” que pose le choix entre ces deux maux, mais estime le premier irréparable, contrairement au second : on ne saurait convertir les communistes, tandis qu’il est possible “de lever et de déchirer s’il le faut le voile d’odieuse hypocrisie des profiteurs du bien-pensantisme44.”

  • 45 Ibid.

37Si l’on suit les auteurs du manifeste, la seule voie qui reste ouverte est celle du parlementarisme. Or, cette solution a été définitivement désavouée par le 6 février 1934 aux yeux de Fabrègues, pour qui la seule issue réaliste à la crise est désormais celle de la révolution : “Si nous demandons une position révolutionnaire (c’est que) nous entendons bien […] nous poser sur un terrain de réalités […] La Déclaration pour le Bien Commun,. parce qu’elle refuse de poser le problème tel qu’il est, en regardant les partis opposés comme capables ou non de laisser renaître l’influence du christianisme, est une déclaration d’évasion.” Les catholiques doivent “prendre parti : c’est en s’exilant à l’intérieur qu’ils livrent la France au matérialisme45.”

  • 46 Thierry Maulnier, “Dernière chance de la liberté”, La Revue du xxe Siècle, no 5, mars/avril 1935.

38Si ce parti n’est pas celui de la démocratie, il n’est pas non plus celui de la dictature, qu’elle vienne de gauche ou de droite, affirme hautement Maulnier dans une allocution à un dîner de La Revue du xxe Siècle : “Nos adversaires de gauche, enveloppant tous leurs ennemis du même qualificatif de fascistes,. laissent volontiers entendre que toutes les forces nationales françaises travaillent pour une certaine dictature, pour une certaine nation totalitaire, comparable à l’Allemagne nationale-socialiste […] Les partis de gauche ne sont pas les seuls à envisager la possibilité de ce fascisme dictatorial français. Parmi les troupes nationales, parmi les ligues nationales […] il en est pour qui la restauration nécessaire de l’autorité, de la nation, de l’État, prend trop aisément la forme d’un fascisme français ou d’un hitlérisme français46.” La révolution prônée par la Jeune Droite Catholique se doit donc d’accoucher d’un régime différent de tous les régimes existants. Fort de cette certitude, Fabrègues engage délibérément son mouvement derrière le Comte de Paris.

Derrière le Comte de Paris

  • 47 Henri, comte de Paris, Mémoires d’exil et de combat, Marcel Jullian, 1979, p. 188.
  • 48 Courrier Royal, no 3, 10 février 1935.

39Choisir le parti du Comte de Paris en 1934/1935 n’est pas anodin. Cela revient à se dresser contre Maurras. Le six février a donné en effet à la Maison de France des envies d’indépendance envers un mouvement dont elle estime qu’il a mal profité d’une bonne occasion de renverser la République. Au printemps 1934, le duc de Guise a publié un message appelant “les Français de tous partis, de toutes conditions, de toutes origines”, à se rallier, après “une chute de plus en plus accélérée (de) soixante années de république et de gouvernements de partis […] au principe monarchique sur lequel a été fondée et s’est perpétuée depuis des siècles la grandeur de la France47.” Quelques temps plus tard, recevant les dirigeants d’Action Française, le jeune Comte de Paris leur a notifié son intention de créer une publication royaliste autonome du mouvement. Le premier numéro du Courrier Royal. paraît le 10 décembre 1934. Malgré les exigences de Maurras pour y conserver son autorité, le mensuel ne tarde pas à prendre des allures d’indépendance. Lors de l’anniversaire du six février, un placard évoque “la révolte du pays tout entier autour du Roi Justicier48.”

40Ce ton plaît aux collaborateurs de La Revue du xxe Siècle déjà séduits par la personne du Prétendant depuis leur première rencontre avec lui à l’aube des années trente. Mais Fabrègues apprécie surtout en lui une volonté révolutionnaire qui fut en partie à l’origine de sa propre séparation de l’Action Française. Définissant les “Éléments de notre politique”, le Groupe xxe Siècle rejoint les valeurs dont s’inspire l’action du jeune Prince et se range avec enthousiasme sous sa bannière. Mais il en profite aussi pour définir l’ordre qu’il souhaite : on pourrait le qualifier de monarchie personnaliste.

  • 49 Robert Francis, J.P. Maxence, Thierry Maulnier, Jean de Fabrègues, “Une politique vivante”, La Revu (...)

41“Rien de moins engagé à une vraie politique que l’état démocratique : il doit escamoter à chaque instant sa propre autorité pour se mettre (ou paraître) dans le sens des intérêts immédiats.” Si l’on ajoute à “ce désordre le formidable rut des nationalismes démocratiques”, on conviendra que “jamais époque n’aura eu besoin pareil d’une politique”, remarque l’équipe de rédaction réunie pour ouvrir le numéro de janvier 193549. Autour de quatorze principes dont sept concernent l’homme et sept autres la société, la Jeune Droite Catholique propose un ordre politique où l’autorité soit séparée de la représentation, les libertés soient assurées par les corps sociaux, l’éthique résulte du respect de l’humanisme chrétien.

  • 50 ***, “Principes”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.

42C’est la personne qui est au fondement de l’ensemble de cette construction, c’est à dire un homme dont la liberté est inséparable de la raison et de la volonté, dévoué au bien commun, ordonné à Dieu avant toute chose. La société requiert une autorité dont “les droits découlent des seules exigences du bien commun” ; elle s’organise selon une hiérarchie qui traduit des inégalités inévitables dans une “société temporelle”, mais ne doit jamais nier l’égalité. ontologique des personnes humaines “de même nature raisonnable et toutes appelées à une même fin surnaturelle.” La “communauté” ainsi réalisée repose sur les “vertus de prudence, de justice et de charité”. Elle est formée d’une juxtaposition de “corps sociaux” qui s’articulent, de la famille jusqu’à l’État, comme une “multitude de sociétés intermédiaires : métiers, entreprises, communes, associations diverses50.”

  • 51 Jacques de Broze, “Essai sur la notion d’État”, La Revue du xxe Siècle. no 3, janvier 1935.
  • 52 Ibid.

43Jacques de Broze insiste sur la cohérence et l’unité de cet édifice : “Un État fondé sur la personne, sur la dignité de la nature de l’homme en tant qu’elle participe à la nature divine, est un organe superposé aux communautés nationales préexistantes ; il ne détruit pas les corps sociaux, il n’accapare pas les fonctions que peuvent assumer les initiatives privées et les associations naturelles : il administre seulement ce qui est commun à toutes51.” Cette conception, qui est celle de La Tour du Pin, s’oppose absolument aussi bien à “l’État soviétique […], forme la plus poussée de l’État-monstre, (qu’aux) deux autres expériences d’États totalitaires : l’expérience fasciste (qui) reconnaît les cadres nouveaux et les conserve (mais) aboutit à une conception panthéiste de l’État ; l’Hitlérisme […] compromis entre l’État – monstre soviétique et l’État fondé sur l’individu – nombre52.”

  • 53 Ibid.
  • 54 Jean Saillenfest, “Pour un régime des libertés”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.
  • 55 Thierry Maulnier, "Dernière chance de liberté”, La Revue du xxe Siècle, no 35, mars/avril 1935.

44Pour administrer le bien commun, “servir de contrepoids aux diverses oligarchies qui tendent à accaparer la puissance publique […], il faut un État fort […], un gouvernement […] centralisateur. Cette conception de l’État fut celle de l’ancienne France53.” Seul un Roi, par l’hérédité, dispose pour son gouvernement d’une origine différente de celle du Parlement qui assure la représentation, précise Jean Saillenfest54. Et Thierry Maulnier, dans une belle synthèse, s’écrie : “Il faut que l’exercice de la puissance publique soit soustrait aux ingérences de l’individu, ce qui suppose un État indépendant du suffrage et exclut l’hypothèse démocratique. Il faut que l’exercice des activités individuelles soit soustrait à l’ingérence de l’État, ce qui exclut la nation autoritaire, totalitaire et dictatoriale. Des deux côtés nous nous trouvons donc ramenés à la seule solution possible : la monarchie. La monarchie n’est pas seulement pour nous la dernière chance de la collectivité française menacée, la dernière chance de l’autorité, la dernière chance de l’ordre : elle est aussi, elle est surtout, la dernière chance de la liberté55.”

  • 56 Henri, Comte de Paris, “La Relève”, Courrier Royal, no 3, 10 février 1935.
  • 57 Henri, Comte de Paris, “Trois régimes”, Prospectus non daté. Cité par Nicolas Kessler, Histoire pol (...)
  • 58 J. de Fabrègues, R. Francis, J.P. Maxence, T. Maulnier, “Une politique vivante”, La Revue du xxe Si (...)

45L’ensemble de ce discours rejoint celui que tient au même moment le jeune Comte de Paris dans Courrier Royal où se dessine l’image d’un Roi-arbitre, partisan “d’une plus grande liberté (pour les) représentants de l’économie dans le cadre de la région56”, un Souverain aimant son peuple comme un “père de famille ses enfants”, jouissant de l’indépendance et de la stabilité nécessaires à la gestion de leur avenir57. Une interview donnée à Bertrand de Jouvenel pour Le Petit Journal, où le jeune Prince se montre généreux et inventif en matière sociale, achève de lui rallier la Jeune Droite Catholique. La Revue du xxe Siècle. retranscrit avec approbation sa proposition de “garantie d’un minimum vital à chaque famille française58.”

  • 59 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 447.

46Cette fibre sociale comme la perspective spirituelle qui animent les propos du Prétendant tranchent avec l’étroitesse intellectuelle dont continue de faire preuve le mouvement maurrassien. Selon Eugen Weber, malgré une grande proximité doctrinale avec l’Action Française, “le prince était bien moins conservateur que Maurras ne l’était devenu”. Par son souci des ouvriers et des paysans et par sa conception de l’autorité royale, “il prenait les Capétiens pour exemple là où Maurras voyait le roi comme un personnage autoritaire symbolisé par Louis XIV59.” La première vision avait plus pour séduire la Jeune Droite Catholique que la seconde.

47Aussi une partie de l’équipe de La Revue du xxe Siècle s’engage-telle à Courrier Royal : à l’exception de Maulnier, il s’agit surtout des catholiques. Fabrègues, Loisy, Saint-Germain retrouvent auprès du Prince d’anciens proches de Réaction et de La Revue du Siècle, Georges Bernanos, Jean Héritier, Louis Salleron, Gabriel Marcel. La nouvelle tribune n’est pas à dédaigner car la publication atteint 40.000 abonnés en 1935 tandis que sa parution devient hebdomadaire. Elle ne manque pas de faire concurrence à La Revue du xxe Siècle qui peine à paraître jusqu’au printemps et disparaît à son cinquième numéro. Seul demeure le groupe formé par Fabrègues qui continue de se réunir place Saint-Sulpice et d’organiser des rencontres intellectuelles.

48Est-ce un échec ? Plutôt un temps de maturation. La “révolution” du 6 février 1934, en laissant croire à un rassemblement populaire contre la démocratie, a fait basculer l’analyse de la Jeune Droite Catholique dans le champ des institutions. C’en est bien fini de cette période romantique que fut le non-conformisme purement intellectuel du début des années trente. Contraints de s’engager dans la sphère concrète de la vie politique, ces frères ennemis dans le catholicisme que sont Fabrègues et Mounier voient se préciser leurs oppositions. Il s’avère que leur vision du monde respective repose sur une conception différente de la nature humaine : double pour Fabrègues qui souligne la tentation permanente du corps pour l’esprit ; une aux yeux de Mounier pour qui l’homme, dans une perspective d’amélioration, est toute aspiration vers le spirituel.

49De cette opposition d’un pessimisme et d’un optimisme chrétiens surgit une plus forte demande institutionnelle de la part de Fabrègues que de celle de Mounier. De là le reproche d’“angélisme” du premier au second et le retrait d’Esprit devant le réalisme politique de la Jeune Droite Catholique. Leur rejet jusque là commun de la démocratie parlementaire, qui s’exprimait dans le slogan ni droite, ni gauche, s’estompe dès lors au profit d’une sympathie inverse pour l’un des deux camps. A droite, Fabrègues apprécie les valeurs d’autorité et de hiérarchie sans lesquelles n’existe pas, à ses yeux, de véritable liberté. Le programme politique de la Revue du xxe Siècle suggère la naissance d’une monarchie personnaliste. A gauche, Mounier admire la confiance dans le libre-arbitre et la recherche d’égalité. Son évolution annonce la proposition de démocratie personnaliste qui sera celle d’Esprit à la veille de la guerre.

50Une même foi chrétienne les empêche, l’un comme l’autre, de se porter aux extrêmes : le ralliement de la Jeune Droite Catholique au Comte de Paris se fait au nom du refus de tout totalitarisme ; le rapprochement d’Esprit du rassemblement populaire ne convertit pas la revue à la doctrine communiste. C’est cette modération que les crises qui se succèdent à partir de 1935 mettront parfois à rude épreuve. Pour Fabrègues comme pour Mounier, les années trente-cinq/trente-sept seront celles de la tentation révolutionnaire.

Notas

1 Sur le six février 1934, on lira en particulier : Eugen Weber, L’Action Française, ch. 17, op. cit. Serge Berstein, Le 6 février 1934. Choix de textes, Gallimard, 1975. La France des années 30. Colin, 1988. Maurice Chavardès, Une campagne de presse. La droite française et le 6 février 1934, Flammarion, 1970.

2 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 360.

3 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 70.

4 Les principaux points de ce récit sont tirés de celui d’Eugen Weber in L’Action Française, op. cit., p. 374 à 376.

5 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 375.

6 Jacques Reynaud, “C’est une révolution”, La Revue du Siècle. no 10, février 1934.

7 Robert Vallery-Radot, “Dictature de la Maçonnerie”, La Revue du Siècle, no 13, mai 1934. L’article est tiré du livre qui paraît sous ce titre chez Grasset.

8 Robert Vallery-Radot. Ibid. Les mots en italiques le sont dans le texte.

9 J. F., “Nos adversaires et nos voisins”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

10 J F. ibid.

11 Ibid.

12 Jean de Fabrègues, “Esprit et la condition humaine”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934. Voir en particulier sur cette querelle déjà évoquée plus haut : Thierry-Maulnier, “La révolution aristocratique”, La Revue du Siècle, no 4, 25 avril 1933 ; Jean de Fabrègues, “Quelle révolution”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

13 Ainsi dans le no 10 de La Revue du Siècle de février 1934, p. 5 : “Vous, catholique et, je le sais, bon catholique, devant la vie personnelle et l’honneur de qui, ici, nous nous inclinons tous.”

14 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

15 Ibid.

16 Jean de Fabrègues, “Esprit et la condition humaine”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

17 Émile Vaast, Réflexions sur “Esprit” et “L’Ordre Nouveau”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

18 Marcel Desrois, “Individu et personnalité”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

19 Ibid.

20 Ibid. Les mots en italiques sont soulignés dans le texte.

21 Ibid.

22 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

23 Jean Terrai, “Esprit devant la patrie”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Jean de Fabrègues, “L’Ordre Nouveau et nous”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934. Les mots sont en italiques dans le texte.

28 Ibid.

29 Jean de Fabrègues, “Prendre parti mais reconstruire”, La Revue du Siècle, no 11/12, mars/avril 1934.

30 Emmanuel Mounier, “Réponse à L’Ordre Nouveau, Esprit, no 19, 1er avril 1934.

31 J. F., “Nos adversaires et nos voisins”, La Revue du Siècle, no 10, février 1934.

32 “Manifeste du Groupe xxe Siècle”, La Revue du Siècle, no 13, mai 1934. Les mots en italiques le sont dans le texte.

33 Il y a dans cette participation un certain caractère involontaire de la part de Rougemont qui écrit à Fabrègues le 3 février 1935 : “Jacques Saint-Germain m’avait promis le service de la revue, mais je n’ai reçu que le premier numéro où j’ai eu la surprise de voir figurer le petit résumé que je vous avais envoyé il y a un an et qui n’était pas destiné à figurer au sommaire d’une revue […] C’était le plan d’un ou deux chapitres d’un livre projeté, intitulé “N’habitez pas les villes. Il remercie en revanche son correspondant de la note consacrée dans la livraison de janvier 1935 à son livre, Politique de la personne. Problème, doctrine et tactique de la révolution personnaliste, qui vient de paraître aux éditions “Je sers” : “La confiance que vous m’accordez m’est précieuse, m’encourage et parfois m’angoisse aussi un peu […] Mais, après tout si peu de choses dépendent de nous.” Dans sa recension, Fabrègues saluait “cette liaison intime et personnelle de chacun avec sa destinée que M. de Rougemont veut voir renaître” et citait l’auteur : “la vocation d’un homme n’est pas un droit, mais une charge, sa raison d’être.” Il manifestait toutefois sa déception par rapport à la seconde partie du livre traitant de la fondation d’un État fédéraliste, thème récurrent de L’Ordre Nouveau. Dans sa lettre, Rougemont s’accorde à cette critique et souligne qu’elle lui vient “d’esprits aussi différents que Ferrero, Fernandez et Fondane” et l’encourage “à travailler davantage, plus profondément à L’Ordre Nouveau”, Lettre de Denis de Rougemont à Jean de Fabrègues, Anduze, le 3 février 1935, fonds Fabrègues.

34 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 108.

35 Le Front national comprenait les Jeunesses Patriotes, la Solidarité Française, la Fédération des Contribuables, la Ligue des Chefs de Section, organisation d’anciens combattants proche de l’Action Française. Selon Eugen Weber, “il devait servir d’organe de coordination de tous les mouvements d’extrême droite au cours des années de l’avant-guerre”, à l’exception des “Croix de Feu réfractaires et des mouvements ouvertement nazis comme les Francistes de Marcel Bucard”, in L’Action Française, op. cit., p. 388.

36 Ibid., p. 393.

37 Première tentative de rassemblement des partis de gauche, le Front Commun est créé en mars 1933, à l’initiative du député radical Gaston Bergery, avec le socialiste Georges Monnet, le sympathisant communiste Paul Langevin et le président de la Ligue Internationale contre l’antisémitisme (LICA), Bernard Lecache.

38 Le 12 février 1934, la CGT, le parti socialiste, le parti communiste et la CGTU manifestent de concert à Paris après avoir lancé un mot d’ordre de grève générale.

39 Pierre Loyer, “La politique intérieure. Période de transition”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novembre 1934. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

40 Jean de Fabrègues, “A propos du Bien Commun. Nécessité de s’engager”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novembre 1934.

41 Ibid.

42 Roger Manaud, “Sur le Bien Commun”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novembre 1934.

43 Jean de Fabrègues, “A propos du Bien Commun. Nécessité de s’engager”, La Revue du xxe Siècle, no 1, novembre 1934.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Thierry Maulnier, “Dernière chance de la liberté”, La Revue du xxe Siècle, no 5, mars/avril 1935.

47 Henri, comte de Paris, Mémoires d’exil et de combat, Marcel Jullian, 1979, p. 188.

48 Courrier Royal, no 3, 10 février 1935.

49 Robert Francis, J.P. Maxence, Thierry Maulnier, Jean de Fabrègues, “Une politique vivante”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.

50 ***, “Principes”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.

51 Jacques de Broze, “Essai sur la notion d’État”, La Revue du xxe Siècle. no 3, janvier 1935.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Jean Saillenfest, “Pour un régime des libertés”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.

55 Thierry Maulnier, "Dernière chance de liberté”, La Revue du xxe Siècle, no 35, mars/avril 1935.

56 Henri, Comte de Paris, “La Relève”, Courrier Royal, no 3, 10 février 1935.

57 Henri, Comte de Paris, “Trois régimes”, Prospectus non daté. Cité par Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite, op. cit., p. 492.

58 J. de Fabrègues, R. Francis, J.P. Maxence, T. Maulnier, “Une politique vivante”, La Revue du xxe Siècle, no 3, janvier 1935.

59 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 447.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search