Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Deuxième partie. La Jeune Droite Catholique

Chapitre VII. La Revue du Siècle : un non-conformisme de droite catholique

Texte intégral

1De l’été 1932 où disparaît Réaction, à avril 1933 où naît La Revue du Siècle, Fabrègues et son équipe trouvent refuge à La Revue Française où Jean-Pierre Maxence, Thierry Maulnier et Robert Brasillach entretiennent la flamme maurrassienne, sans véritable souci d’un quelconque engagement catholique. Fabrègues s’intéresse à leur tentative pour prendre la tête d’une jeunesse contestataire et fonder “le front de la jeunesse française”. A cette ambition s’oppose Esprit qui propose sa propre conception du témoignage chrétien. C’est finalement à La Revue du Siècle que Fabrègues lui donnera la réplique, dans un effort pour théoriser les grandes lignes d’un ordre catholique. L’ensemble de cette aventure se déroule après qu’il ait renoncé à se présenter à l’agrégation et se soit définitivement consacré à la création d’un mouvement de pensée.

I. Une vocation d’animateur de mouvement de pensée

  • 1 Jean d’Azémar, Projet de DES, 35 pages, non daté.

2En 1932 le jeune homme se destine à la fois à l’enseignement et à l’animation d’un mouvement de pensée. Parallèlement à l’expérience de Réaction, il a poursuivi ses études en vue d’obtenir une agrégation. Désirant approfondir sa connaissance de la doctrine thomiste, il prépare un Diplôme d’Études Supérieures, sous la direction d’Étienne Gilson, sur “la notion de juste prix chez saint Thomas d’Aquin”. De ce travail reste un brouillon de plan détaillé qui autorise au moins une conclusion : l’auteur souhaitait proposer, grâce au thomisme, une troisième voie entre libéralisme et marxisme qui eût réconcilié catholiques de droite et de gauche. “Les économistes voient en saint Thomas leur maître”, écrivait-il. “L’école dite de la démocratie chrétienne l’a montré précurseur du marxisme et de la théorie de la valeur-travail. Entre ces deux routes, peu de chercheurs impartiaux se sont engagés.” Pourtant, démontre-t-il, loi de justice et valeur économique se réconcilient dans la pensée thomiste qui soumet l’estimation de la valeur des biens, comme celle de l’effort humain, à la même “finalité, la vie humaine1”.

  • 2 Fabrègues n’avait pas hésité à citer en référence de son travail la thèse de doctorat de droit d’Al (...)
  • 3 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, p. 87.
  • 4 On en a pour preuve une lettre de René Vincent à Jean de Fabrègues, du 29 janvier 1932, où le premi (...)

3Deux soutenances furent nécessaires, respectivement en juin 1931 et 1932, pour l’obtention du diplôme. Ce demi échec fit naître dans l’esprit de Jean de Fabrègues le soupçon d’une opposition universitaire, de caractère politique, à sa candidature2. Car l’épreuve, à en croire ses contemporains, n’avait rien de très difficile. Ainsi Robert Brasillach se souvenait-il que “ce fut l’année la plus charmante de ses études3.” On racontait même que Thierry Maulnier avait achevé son mémoire en faisant la queue pour remettre son manuscrit. Il est vrai qu’aucun d’entre eux ne s’était alors rapproché de l’Action Française. Peu d’étudiants faisaient preuve d’une activité politique aussi précoce que celle de Jean. Celui-ci fut si frappé de son aventure qu’il envisagea d’abord l’abandon de sa carrière de publiciste pour ne pas mettre en péril son agrégation4. D’autant que ces tribulations coïncidaient avec l’échec de son projet de rapprochement des Cahiers et de La Revue Française.

  • 5 Notice d’inspection générale. Monsieur d’Azémar, professeur titulaire délégué en seconde. Notes et (...)

4Quoiqu’il en soit, Jean rencontre dans les années suivantes d’autres motifs de crainte qui le confirment dans ses soupçons quant à ses chances à l’agrégation. Alors qu’il vient d’être titularisé comme professeur délégué de seconde au lycée de Laon, un rapport d’inspection de mai 1934 rend en effet un son inquiétant. Si le jeune professeur est décrit comme doué de “qualités pédagogiques réelles”, il est en revanche accusé de “faux-sens” dans l’explication du texte (une lettre de Voltaire) présenté à ses élèves5. L’incident mit-il en péril sa carrière à Laon et découragea-t-il ses ambitions universitaires ? Toujours est-il qu’en 1935, il démissionnait de son poste “pour convenances personnelles” et prenait la direction des publications scolaires aux Éditions Masson.

  • 6 Le créateur d’Esprit écrivait en 1928 : “Il faut à tout prix que nous fassions quelque chose de not (...)

5Une autre explication peut être envisagée à l’abandon de son projet d’agrégation : celle de son mariage. En novembre 1933, il épousait une jeune fille d’origine paloise, Monique Mignot : la fondation d’une famille (elle lui donnera cinq fils) nécessitait un revenu supérieur à celui d’un professeur délégué et ne permettait peut-être plus d’attendre le succès hypothétique à un concours universitaire. Enfin, l’idéal politique et religieux qui l’animait à l’aube de sa vie professionnelle n’aurait-il pas suffi à justifier un engagement intellectuel total dans l’aventure d’un mouvement d’idées ? Cette motivation l’apparentait à Mounier qui préféra dévouer sa vie à sa revue plutôt que de briguer une chaire à l’Université6.

II. L’échec d’un Front commun de la Jeunesse Française

  • 7 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 69.

6Le début des années trente marque “la fin de l’après-guerre”, selon la conclusion de l’enquête menée par Robert Brasillach en 1931. La dépression économique a désormais largement atteint la France et les radicaux comme les socialistes, qui se succèdent après le succès de la gauche aux élections législatives de 1932, ne parviennent pas à la faire reculer. Les scandales financiers qui éclatent à la fin de 1933 et au début de 1934 (affaire Stavisky, escroquerie du banquier Sacazan) révèlent un régime “à bout de souffle”, selon l’expression de Serge Berstein7.

7Les partis politiques traditionnels se défendent mal : leur immobilisme et leur manque d’originalité doctrinale contrastent avec le dynamisme des extrêmes qui regardent vers les expériences soviétique, italienne et allemande. Les critiques internes se multiplient, à gauche comme à droite : celles des Jeunes Turcs au parti radical (Bertrand de Jouvenel, Jacques Kayser, Pierre Mendès France), des néo-socialistes à la SFIO (Marcel Déat, Albert Marquet), d’André Tardieu pour la droite libérale. Elles viennent aussi de l’extérieur, notamment des ligues qui se nourrissent de la déconsidération croissante du parlementarisme : à l’Action Française, à la FNC de Castelnau, aux Jeunesses Patriotes de Taittinger, viennent se joindre les Croix de Feu du colonel de La Rocque et son groupe des Volontaires Nationaux dès la fin des années vingt, le Francisme de Marcel Bucard et la Solidarité Française de François Coty et Jean Renaud en 1933. Pour ces deux dernières surtout, l’exemple des sections d’assaut d’Hitler, arrivé au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, et celui des faisceaux de Mussolini en Italie servent de source d’inspiration : défilés de style militaire, uniformes et emblèmes illustrent l’ambition de remplacer la démocratie parlementaire par un régime autoritaire et corporatiste.

  • 8 Sur la revue Plans et Philippe Lamour, voir Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des a (...)

8C’est dans ce climat de contestation que Réaction disparaît à l’été 1932. Fabrègues et son équipe rejoignent momentanément La Revue Française. De nouvelles revues non-conformistes naissent : Plans de Philippe Lamour en janvier 19318, Esprit de Mounier et Izard en octobre 1932, L’Ordre Nouveau d’Aron et Dandieu en mai 1933. Toutes dénoncent une crise des valeurs, une inadaptation du régime politique, une nécessité de réformes économiques et sociales. Toutes s’intéressent aux expériences étrangères. Toutes proclament la mission révolutionnaire de la jeunesse. Cependant, cette unanimité dans la critique ne se retrouve pas dans le choix des propositions constructives : à l’idéal national de La Revue Française et de L’Ordre Nouveau s’oppose l’internationalisme d’Esprit. A l’ouverture interconfessionnelle et au parti pris d’humanisme d’Esprit et de L’Ordre Nouveau répond le caractère globalement français et catholique de La Revue Française. Ce regard qui s’inverse en passant du plan politique au plan religieux fait de L’Ordre Nouveau l’intermédiaire entre les deux autres groupes.

Esprit et L’Ordre Nouveau

9Emmanuel Mounier et Georges Izard créent la revue Esprit et le mouvement politique de la Troisième Force en octobre et novembre 1932. Auprès d’eux se tiennent André Deléage, André Ullmann, Pierre-Aimé Touchard, Etienne Borne, Jean Lacroix, Jacques Maritain, André Philip, Pierre-Henri Simon, Nicolas Berdiaeff, Daniel Halévy, Charles-Ferdinand Ramuz, René Schwob. L’équipe frappe par sa diversité. Nombreux sont ceux qui sont passés par l’Action Française (Jean Lacroix, Jacques Maritain, Pierre-Henri Simon) ou ont eu des sympathies pour elle (Etienne Borne) puis ont bifurqué vers la démocratie chrétienne. Si la plupart sont catholiques, certains sont incroyants (Ullmann, Touchard), d’autres protestants (Philip), orthodoxe (Berdiaeff) ou juif (Schwob). Il y a une majorité d’universitaires mais aussi des artistes (Maximilien Vox a dessiné la couverture de la revue). Parmi les Français, des étrangers : Berdiaeff, d’origine russe, Ramuz d’origine suisse. La revue se présente comme non confessionnelle, humaniste et internationale. A la Troisième Force revient le devoir de répandre les idées du groupe en matière politique.

  • 9 Sur L’Ordre Nouveau, on consultera : J.L. Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, op. (...)
  • 10 Le premier numéro de la revue, paru en mai 1933, s’intitule “Mission ou démission de la France”.

10Comme Esprit, L’Ordre Nouveau9 se veut interconfessionnel mais, à sa différence, il a une orientation nationale. Ce second élément le rapproche de la Jeune Droite. A l’origine, en 1931, le groupe a trouvé asile dans la revue de Guéhenno Europe, ce qui pouvait tromper sur sa véritable nature en laissant supposer une coloration internationaliste et de gauche. Mais son attachement à la défense d’une “mission de la France10” manifeste vite son caractère national. Il réunit, sous la direction de Robert Aron et Arnaud Dandieu, un comité de rédaction où figurent Claude Chevalley, René Dupuis, Henri Daniel-Rops, Jean Jardin (qui écrivait sous le pseudonyme de Dominique Ardouint), Alexandre Marc et Denis de Rougemont.

11Après la mort subite d’Arnaud Dandieu en août 1933, d’autres collaborateurs sont associés à la revue, comme Robert Loustau et Dominique Gibrat, deux polytechniciens qui ouvrent le mouvement aux idées du groupe “X-Crise” et accentuent son évolution vers l’adaptation de sa doctrine à la société par la propagande de petits groupes spécialisés. L’équipe d’Esprit présente la même diversité que celle de L’Ordre Nouveau. Au point de vue religieux, les catholiques Daniel-Rops et Alexandre Marc (qui se convertit à la suite du décès de Dandieu), voisinent avec le protestant Rougemont et le juif Aron. Au point de vue des nationalités : Alexandre-Marc Lipiansky qui signera de ses seuls prénoms est d’origine russe, Rougemont est suisse. Elle prolonge ses positions doctrinales par un travail de terrain, plus social il est vrai, que l’action de la Troisième Force.

Esprit contre Réaction

12Dès sa première livraison, la revue de Mounier prend ses distances à l’égard du groupe Réaction/La Revue Française, confondant les équipes de Fabrègues et de Maulnier dans une même accusation de maurrassisme.

  • 11 Jean Guéhenno, “Contre-révolution”, Europe, août 1932. L’allusion est clairement faite à l’ouvrage (...)

13A l’hiver 1932, Jean Guéhenno avait accusé les rédacteurs de Réaction. et Daniel-Rops : “d’inviter à un voyage métaphysique de jeunes bourgeois un peu dégoûtés d’eux-mêmes et des leurs, et à qui il déplairait cependant de renoncer aux biens que ce monde (tel qu’il est, sans âme), leur a dispensés11.” Georges Izard reprend ces critiques dans le numéro inaugural d’Esprit, en s’adressant aux seuls Maulnier, Fabrègues et Maxence, qu’il traite “de jeunes écrivains plus ou moins directement inspirés par les doctrines d’Action Française.” Il affirme ne pas hésiter entre “deux tendances représentées par Réaction et La Revue Française, d’une part, de l’autre par Europe, Monde etc. Ceux de nos amis qui sont catholiques se sentent incomparablement plus accordés à un antireligieux dont l’action est généreuse qu’au dévot le plus intellectuellement orthodoxe”, et il oppose Guéhenno, “un compagnon (à) Monsieur Maxence, un bourgeois, un conservateur”, traité de “faux spiritualiste” avec l’ensemble des rédacteurs de Réaction et La Revue Française.

  • 12 Emmanuel Mounier, “Refaire la Renaissance”, Esprit, octobre 1932, p. 15.
  • 13 Le témoignage est celui de Sylveyre et s’intitule “Contre ?”. L’article de Berdiaeff a pour titre “ (...)
  • 14 Pierre Traval, “Les catholiques et les socialistes après l’Encyclique” “Quadrasegimo Anno”, Esprit,(...)

14Au même moment, Mounier décèle dans “la méthode marxiste des vérités qu’elle détourne ou atrophie12.” Dans la suite du numéro inaugural d’octobre 1932, une confrontation est ouverte entre le communisme et l’Occident au travers d’un témoignage très favorable au système soviétique et d’un article de Berdiaeff “pour servir à la compréhension de la religion communiste13.” Un peu plus tard, alors que l’Encyclique Quadragesimo anno a réitéré la condamnation du socialisme non sans reconnaître à certaines de ses œuvres, une inspiration proche de celle du christianisme, Esprit. tient à souligner qu’il existe “un socialisme positif14.”

15L’opposition Mounier/Fabrègues serait donc à placer dès l’origine au double plan idéologique capitalisme/communisme et spirituel maurrassisme/catholicisme. Du moins est-ce ainsi qu’Esprit semble voir les choses. Son directeur ne faisait-il pas confiance à la réalité de la rupture entre la Jeune Droite Catholique et l’Action Française ? Considérait-il qu’en rejoignant La Revue Française, les anciens membres de Réaction avaient abandonné leur Évangile pour celui de Maurras ? Car ce qui frappe dans le jugement d’Esprit, c’est moins l’accusation de capitalisme, dont Fabrègues n’avait pas de mal à se disculper étant donné ses campagnes précédentes, que celle de maurrassisme déniant de sa part toute volonté sincère d’explorer le politique avec une exigence spirituelle. De son côté pourtant, Fabrègues ne mettra jamais en doute la qualité de l’approche religieuse de Mounier, malgré l’intérêt de celui-ci pour le socialisme et une certaine pratique communiste.

L’Ordre Nouveau : entre Esprit et Jeune Droite Catholique

  • 15 L’Ordre Nouveau, no 1, mai 1933.
  • 16 Placard publicitaire de L’Ordre Nouveau.

16Entre la Jeune Droite Catholique et Esprit, L’Ordre Nouveau fait alors le lien, au moins jusqu’en 1934. Dans son premier numéro, intitulé “Mission ou démission de la France”, L’Ordre Nouveau énonçait son programme avec verve : “Contre le désordre capitaliste et l’oppression communiste, contre le nationalisme homicide et l’internationalisme impuissant, contre le parlementarisme et le fascisme, L’Ordre Nouveau. met les institutions au service de la personnalité et subordonne l’État à l’homme15.” On ne pouvait mieux se situer hors de tous les systèmes de gouvernement existants : seule importait la primauté de la personne au nom de laquelle il fallait réaliser “la révolution de l’ordre16.”

  • 17 Robert Aron, Arnaud Dandieu, La Révolution nécessaire. Grasset, 1933, p. 275.

17Un livre qui fit beaucoup de bruit dans les milieux intellectuels vint en 1933 préciser la position du groupe : La Révolution nécessaire. où Robert Aron et Arnaud Dandieu (celui-ci à titre posthume) énonçaient la “méthode dichotomique” qui devait, à leurs yeux, remplacer le cartésianisme libéral, comme la dialectique marxiste, dans la gestion des phénomènes humains : un espace serait réservé à la capacité créatrice de la personne, les besoins humains essentiels étant assurés par une production commune, “par exemple, le travail qui doit rester indifférencié ou automatique pour être productif sera l’apanage du service social temporaire. Au contraire le travail qualifié ou créateur sera libéré du joug capitaliste et étatique et deviendra à la fois personnel et corporatif17.”

18Par sa façon d’insister sur la dimension spirituelle de l’ordre politique, de se placer à l’écart des idéologies et de donner priorité à la personne, L’Ordre Nouveau rejoignait la contestation de la jeune Droite Catholique et d’Esprit. De nombreux contacts furent pris avec Esprit auquel Mounier invita Arnaud Dandieu, Denis de Rougemont et Alexandre Marc à participer à plusieurs reprises jusqu’à la fin de 1933. Les mêmes devaient aussi collaborer à la revue de Jean de Fabrègues née cette année-là : La Revue du Siècle. L’Ordre Nouveau joua ainsi les intermédiaires entre deux groupes qui, sans lui, auraient risqué de s’ignorer, non par la faute de Fabrègues qui s’intéressa toujours aux travaux d’Esprit, mais du fait de l’hostilité de Mounier qui ne reconnut que du bout des lèvres la spécificité de la Jeune Droite Catholique après la naissance de La Revue du Siècle.

L’échec d’un Front commun

  • 18 Denis de Rougemont, “Cahier de Revendications”, La Nouvelle Revue Française, décembre 1932. Le grou (...)

19Malgré leurs différences, l’idée d’un fédération de la jeunesse demeurait entre les mouvements non-conformistes. La montée de l’intolérance, précédant en Allemagne l’arrivée d’Hitler, rendait toutefois la perspective européenne moins attrayante. Les non-conformistes français eurent dès lors à cœur de démontrer la supériorité des solutions de rechange nationales au “désordre démocratique” par rapport au fascisme, à l’hitlérisme, au communisme et à l’américanisme. Dès la fin de 1932, la Nouvelle Revue Française publia un Cahier de Revendications, sous la direction de Denis de Rougemont, qui laissait entrevoir “une cause commune de la jeunesse française : des groupes tels que L’Ordre Nouveau, Combat, Esprit, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture et plus encore par leurs revendications constructives, révèlent peut-être dans leur diversité les premières lignes de force d’une nouvelle révolution française18.”

  • 19 L’Union pour la Vérité était une association fondée par R Desjardins pour organiser des réunions co (...)
  • 20 Daniel Rops, “Positions générales”, La Revue Française, no 4, 25 avril 1933. C’est ainsi qu’il sign (...)

20Aussi les fondements d’un “Front commun de la Jeunesse Française” furent-ils jetés en février 1933, lors d’une réunion publique à l’Union pour la Vérité19 à laquelle participèrent tous les groupes cités par Rougemont. L’accent était mis sur le caractère non marxiste de la recherche révolutionnaire des participants. De cette réunion naquit un numéro de La Revue Française en avril suivant, donnant les témoignages de la jeunesse française. Parmi eux manquait celui d’Esprit. Pourtant la synthèse proposée par Daniel Rops semblait respecter les convictions de l’ensemble des groupes, y compris celles d’Esprit. Premier point commun, soulignait le collaborateur de L’Ordre Nouveau : ces groupes sont “révolutionnaires (porteurs d’un) refus total à la fois contre le capitalisme et le stalinisme (représentés) par deux grandes tentatives : la rationalisation machiniste américaine, la tentative russe pour identifier à la mécanique l’homme et le monde20.” On retrouve le rejet de Ford et de Staline des Cahiers et de Réaction. Cette dénonciation du caractère matérialiste des modèles soviétique et américain n’aurait pas dû déplaire à Esprit.

  • 21 Ibid. Le mot en italiques est entre guillemets dans le texte.
  • 22 Ibid.

21“La base commune de tous ces groupes est de vouloir travailler pour l’esprit”, posait ensuite Daniel Rops. Ce sont des “spiritualistes (mais) eux-mêmes emploient plus volontiers le terme de personnalistes, (car) les données qu’ils préconisent sont telles que la foi religieuse peut s’accorder à elles sans en être une condition sine qua non21.” Sur une telle position pouvaient se retrouver des agnostiques humanistes comme Thierry Maulnier et des croyants de toutes confessions comme Fabrègues, Aron, Rougemont. La définition convenait aussi à Esprit. Ce regard personnaliste les amène à une “conception de la patrie et du métier (qui) enracine l’homme en son milieu, sa région, ses croyances, sa profession, ses intérêts22.” La rédaction est propre ici à contenter les disciples de Péguy aussi bien que ceux de Maurras. Elle est moins dans le ton d’Esprit.

22Enfin dernier élément qui joint ces révolutionnaires : leur hostilité à la démocratie, “La Tour Eiffel était en puissance dans la Déclaration des droits de l’homme”, ironise Daniel Rops, citant un journaliste de 1889, pour illustrer la relation “philosophique (de la démocratie) au système d’oppression mécanique dont souffre l’homme moderne.” Le même rejet prévaut envers le parlementarisme accusé de “désordre et d’incohérence (qui) ne représente qu’un élément abstrait de l’homme, l’électeur défini par son idéologie et ses intérêts immédiats.” Il faut se réjouir de la “vague d’antiparlementarisme spontanée due aux faute et aux atermoiements des politiciens.”

  • 23 Ibid.
  • 24 Michel Winock, “Esprit, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 83.

23Bref, de ce régime, les jeunes groupes repoussent tous les aspects, en particulier le classement partisan droite/gauche : “Changer de place, ne pas rester dans l’orbite de la politique, voilà le but (et) s’il faut absolument nous situer en termes parlementaires, nous dirions que nous sommes à mi-chemin entre l’extrême droite et l’extrême gauche, par derrière le président, tournant le dos à l’assemblée23.” Nulle différence cette fois encore avec les positions de Mounier, dont Michel Winock rappelle que : “loin de s’aligner sur. les positions de ceux qui, comme les démocrates-chrétiens, voulaient réconcilier complètement l’Église et la République, il reprenait à son compte la critique de la démocratie libérale et parlementaire24.”

  • 25 “Confrontation”, Esprit, no 6, 1er mars 1933.

24Malgré sa proximité à l’ensemble de ces positions, Esprit avait préféré, pour sa part, publier sa propre vision de la “rupture entre l’ordre chrétien et le désordre établi” dans le numéro du 1er mars 1933. L’équipe de Mounier semblait ainsi indiquer son refus de voir le plan chrétien défini par une spécificité non marxiste, la soupçonnant d’être en réalité capitaliste. Le message était délivré sous la forme d’une confrontation entre deux catholiques : Emmanuel Mounier et Jacques Maritain ; deux protestants : Denis de Rougemont et André Philip. Un orthodoxe, Nicolas Berdiaeff et un homme annoncé comme “de gauche” et incroyant, Charles Dulot, complétaient le champ de ce rassemblement humaniste intégral dans le ton des convictions de Jacques Maritain. La direction était ainsi suggérée d’une capacité de la doctrine chrétienne à embrasser tout le champ de l’humain. Tel était la coalition que revendiquait Mounier face aux autre groupement non-conformistes : “Front commun mais dans le respect des diversités25.” Suivait une charge vivement dirigée contre le capitalisme.

25Dans la “Confession pour nous autres chrétiens” qui constituait son apport au débat, Mounier disait son “horreur de tous les libéralismes”. De l’Église, il affirmait la “réalité transcendante à toute réalité naturelle”, mais ajoutait aussitôt que “la vie de la terre (imposait) un ordre naturel chrétien […] déchiré par les deux pesanteurs, celle du haut exigeante, celle du bas prometteuse.” Or, dans cette compromission, accusait-il, le christianisme ne s’était pas commis au seul plan politique mais aussi à celui de l’esprit, par le truchement de la bourgeoisie. Celle-ci avait usé de la religion pour ses intérêts, occupant la gauche comme la droite et rendant “inextricable la confusion que couvrent ces deux concepts […] Il y a une question et une seule, le règne de l’argent […], l’on ne peut être chrétien sans être révolté.”

  • 26 Emmanuel Mounier, “Confession pour nous autres chrétiens”, Esprit, no 6, 1er mars 1933.

26Mounier récusait l’accusation de l’Action Française selon laquelle Esprit “confondrait communisme et communion, car le royaume de Dieu n’est pas seulement en nous, il est parmi. nous.” “La clé de toute la pensée catholique”, affirmait-il, se trouve dans cette doctrine selon laquelle “l’homme a été blessé mais non pas vicié à la racine par la chute originelle.” D’où la pertinence de la question suivante : “Pourquoi cette réussite contre le péché que le saint réalise dans sa vie, les sociétés ne l’amorceraient-elles pas entre elles ?” Le chrétien a le devoir de se dresser contre le pouvoir dès lors qu’il devient tyrannique. Or quel plus grand tyran fut jamais que le capitalisme ? “Jamais tyran ne disposa d’un aussi universel pouvoir de broyer les hommes par la misère ou par la guerre d’un bout à l’autre de la terre.” Face à lui, “le parlementarisme a montré son impuissance, la presse est jugulée par l’argent : les deux instruments de la démocratie sont hors de service.” L’insurrection s’imposerait donc “si une révolution ne risquait d’ouvrir les voies aujourd’hui à une prise de pouvoir communiste : le dernier et sans doute le seul cas de conscience que des révolutionnaires chrétiens aient à se poser.” “L’antéchrist”, cependant, demeure “le Bourgeois, entité morale : l’homme qui a perdu le sens de l’être […], l’homme qui a perdu l’Amour26.”

  • 27 Jean de Fabrègues, “Quelle révolution ?”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

27Dans la première livraison de La Revue du Siècle qu’il crée le mois suivant, Fabrègues écrira qu’il aurait pu “signer des deux mains” le témoignage de Mounier27. Effectivement, rien dans ce texte d’Esprit ne contredit les positions de la Jeune Droite Catholique. Celles-ci s’accordent avec la reconnaissance de la transcendance de l’Église comme avec celle de la blessure en l’homme du péché originel. L’insistance de Mounier sur le rôle particulièrement néfaste de la bourgeoisie dans l’évolution du monde moderne rejoint le discours anticapitaliste de Réaction.

28Toutefois l’exclusivité de la condamnation envers le capitalisme et le Bourgeois, pouvaient laisser entendre que la révolution appartenait, par symétrie, au communisme et au prolétariat. L’allusion faite dans le texte à une telle solution comme à un cas de conscience pour le chrétien suffisait-elle à en écarter la plausibilité ? D’autant que, dans le même temps, Izard orientait le mouvement vers l’extrême gauche.

  • 28 Mounier et sa génération, op. cit.
  • 29 L’Écho de Paris, mars 1933. Étaient en cause en particulier les déclarations de la revue sur un “so (...)
  • 30 Le fait est rappelé par Jean-Louis Loubet del Bayle qui suppose que Maritain joua en cette affaire (...)

29Jacques Maritain et François Mauriac ne s’y trompèrent pas et tirèrent, chacun à sa façon, la sonnette d’alarme. Le premier accusa Esprit de pratiquer une mystique révolutionnaire ambiguë et s’inquiéta des “niaiseries kérenskystes” de la Troisième Force28 qui s’était rapprochée du marxisme. Le second retourna contre l’équipe de Mounier les accusations, lancées auparavant par Guéhenno à celle de Fabrègues, de “jeunes bourgeois révolutionnaires29.” La hiérarchie catholique elle-même s’inquiéta en mai des positions de Mounier, les jugeant aventureuses et demanda un rapport sur Esprit30. On aboutissait au paradoxe selon lequel, par souci de morale religieuse, la revue de Mounier se ralliait à la plus radicale des expressions politiques.

30La conception révolutionnaire de la Jeune Droite et de la Jeune Droite Catholique qui s’exprime au même moment dans La Revue Française ne fait pour sa part aucune différence entre les solutions communiste, fasciste et nationale-socialiste : toutes trois sont également jugées et condamnées comme aboutissement totalitaire du système démocratique. C’est Thierry Maulnier qui instruit la cause, mettant en regard “collectivisme russe, fascisme et national-socialisme”, dans lesquels il discerne “non les chutes mais les triomphes les plus dangereux de la démocratie (car) nous n’assistons pas à un recul de la démocratie, mais à une évolution de la démocratie, évolution singulièrement dangereuse, de la forme libérale à la forme autoritaire et mystique”.

  • 31 Thierry-Maulnier, “La révolution aristocratique”, La Revue Française, no 4, 25 avril 1933. Les mots (...)

31Son estime pour “une foi, une énergie, un esprit de sacrifice […] dans le travail de l’ouvrier russe (comme) dans les manifestations des sections hitlériennes” ne l’empêche pas de “perdre une seconde de vue que ces très enviables vertus sont mises au service d’une notion inacceptable de l’homme et de l’univers […] La cité socialiste, la race, l’État, redoutables idoles apprêtées pour les communions collectives, valeurs pour le grand nombre et faites à la mesure du grand nombre, sont érigées en cultes absolus […] Le socialisme russe comme les révolutions nationalistes […] ont prétendu créer une humanité nouvelle, enseigner une attitude totale en face de la vie […] On ne propose rien à l’homme qu’une certaine forme de la société comme seul objet de son action et comme seul espoir possible d’une vie supérieure : rien au-delà” C’est en ce sens que ces systèmes sont “dangereux et vulgaires”. Aussi souhaite-t-il que “les jeunes Français, le jour où ils se réveilleront, prennent d’autres chemins que les chemins qui leur sont indiqués par l’Europe d’aujourd’hui, ceux d’une révolution aristocratique (dictée par) la culture française31.”

32Ainsi, dès avril 1933, celui qui deviendra le collaborateur puis le codirecteur des revues de Jean de Fabrègues condamne-t-il globalement communisme, fascisme et national-socialisme qu’il taxe du même esprit totalitaire et antispirituel. Contre-paradoxe, si l’on peut dire, que de voir cette fois une conclusion de nature spirituelle surgir d’une évaluation politique. L’humanisme de Maulnier rejoint ici clairement le catholicisme de Fabrègues. De là son encouragement et une brève participation à La Revue du Siècle fondée peu après. Parallèle troublant qu’on ne manquera pas de faire, par ailleurs, entre la faveur témoignée alors par Mounier envers les recettes marxistes et celle que manifeste Fabrègues à l’égard des méthodes du maurrassisme, tous deux en contradiction avec l’Église, comme si l’un et l’autre revendiquaient l’efficacité de ces doctrines au strict plan politique. Seul Esprit cependant est inquiété et le fait se renouvellera à plusieurs reprises, alors que le cas ne se produira jamais pour les revues de Fabrègues.

33Pendant cette brève période après la disparition de Réaction où le groupe Fabrègues est resté sans organe d’expression original, le paysage des jeunes mouvements non-conformistes s’est mis en place. Nombreux sont les catholiques autour de La Revue Française comme de L’Ordre Nouveau et d’Esprit. Même si les uns et les autres refusent alors le clivage gauche/droite, on est déjà tenté de le leur appliquer. Avec La Revue du Siècle c’est une Jeune Droite Catholique qui s’individualise.

III. La Revue du Siècle

34De toutes les revues dirigées par Fabrègues pendant l’entre deux-guerres, La Revue du Siècle est celle qui donna le plus d’éclat au témoignage de la Jeune Droite Catholique. Par son apparence et son nombre de pages, elle impressionne beaucoup plus que les minces fascicules de Réaction qui l’avaient précédée. Elle résulte du rapprochement de trois organes catholiques de sensibilité politique maurrassienne. L’équipe de rédaction est uniformément catholique et royaliste. Amplifiant le projet de Réaction, elle se veut l’organe d’une génération. Se situant pour la presque totalité de ses livraisons avant février 1934, elle s’exprime avec une inventivité et une liberté de ton que ne permettra plus la simplification du débat politique dans la seconde moitié des années trente. L’ensemble n’est pas sans évoquer une publication concurrente d’Esprit.

La fusion de revues de droite catholique

35La Revue du Siècle naît en avril 1933 de la fusion de Réaction, des Cahiers d’Occident et de Latinité (appelée aussi “le groupe des amis de Jacques Reynaud”). Les Cahiers d’Occident sont cette grosse publication, inspirée par Massis et dirigée par Gérard de Catalogne, à laquelle Fabrègues avait participé en 1926. Latinité est née en 1929 de l’ambition du poète catholique Jacques Reynaud et du régionaliste Charles Forot, tous deux sympathisants maurrassiens, de créer une grande revue littéraire. Le 1er janvier 1929, l’Action Française saluait la naissance de cette “revue de France, jeune, ardente, combative” et précisait, dans un placard publicitaire le 3 janvier suivant : “Entre les revues dites d’avant-garde et les revues d’ordre général, il y a une place à occuper. La Revue Critique, mutilée par la guerre, n’a pu donner ce qu’elle promettait. La Nouvelle Revue Française est retombée dans l’individualisme et dans l’anarchie.”

36Le nouveau groupe dispose des Éditions du Siècle, que dirige Gérard de Catalogne, où sont publiées Les années tournantes de Daniel Rops, Le monde à l’envers de René de Planhol, Bismarck de Jacques Bainville, Louis XIV et Mlle de la Vallière de Gonzague Truc et les oeuvres traduites en français de Thomas Hardy, Mary Webb, Vicki Baum. La librairie du Siècle, rue Tronchet, assure les ventes. Il semble que Georges Raeders, l’ancien secrétaire général des Cahiers et codirecteur des Éditions Latines, ait tenu auprès du nouveau groupe la promesse de financement faite en 1931 à Robert Francis. Son nom figure en effet sur la liste des principaux collaborateurs et au bas d’un article sur l’Amérique Latine, à la rubrique des correspondances, dans le numéro de septembre 1933.

  • 32 Sur 1933 et Rempart, voir Robert Brasillach, Notre Avant-guerre, op. cit. et Nicolas Kessler, Histo (...)

37Peu de traces, dans l’entreprise, de La Revue Française défunte : les projets caressés par Francis d’organe commun avec la Jeune Droite ne sont plus d’actualité. Thierry Maulnier, Maurice Blanchot et Robert Francis ne font qu’une brève apparition dans les premiers numéros de La Revue du Siècle. Maxence n’apparaît quasiment pas. En réalité, la Jeune Droite s’est investie dans le lancement de deux nouvelles publications : un hebdomadaire des éditions Plon dirigé par Massis intitulé 1933 en souvenir des Cahiers et Rempart, un quotidien qui se veut “indépendant de tous les pouvoirs”, publié par Paul Lévy32. Maxence, Bardèche, Blanchot, Maulnier et Brasillach y conjuguent leurs talents, sans oublier pour ces deux derniers la participation à la page littéraire de L’Action Française. Francis reçoit le prix Femina pour son roman Le grange aux trois belles et se consacre dés lors de plus en plus à son activité littéraire.

38A l’écart de ces expériences La Revue du Siècle tente, quant à elle, de réaliser l’idéal ébauché dans Réaction : devenir l’organe d’une Jeune Droite Catholique représentative de la jeunesse française. Le rapprochement des trois publications donne le jour à un mensuel d’une grosse centaine de pages, à la couverture élégamment habillée de blanc et de gris, sur laquelle se détache en rouge le titre de la revue en anglaises et, en noir, le contenu des différentes rubriques. Des reproductions de portraits et de dessins illustrent plusieurs numéros. Le format est le même que celui d’Esprit, mais le nombre de pages moindre de près de moitié. La structure de la revue est immuable : une série d’articles de fond et d’extraits d’ouvrages qui permettent la présence de quelques signatures prestigieuses, puis deux rubriques : “Chronique de France”, regroupant des aperçus politiques, économiques et culturels de la vie nationale et “Correspondances”, des échos des pays étrangers. Enfin “Les guêpes”, rubrique fourre-tout qui rappelle celle de La Revue critique et donne asile à des nouvelles brèves ainsi qu’à de rapides jugements sur les célébrités ou les scandales du moment.

39Par rapport à Esprit, l’ensemble revêt un aspect moins intellectuel et plus ouvertement engagé sur un plan confessionnel. La présence du groupe Latinité accentue le caractère littéraire avec la publication de poèmes de Jacques Reynaud et la fréquente participation de Marguerite-Yerta Melera qui signe aussi Marguerite Yourcenar. Une partie notable de chaque livraison est consacrée à la reproduction d’extraits de romans ou d’essais. La Revue du Siècle se contente par ailleurs d’enquêtes, là où celle de Mounier cultive les confrontations d’idées. Fabrègues reprend en effet la formule qui a fait ses preuves à Réaction et ouvre dans le deuxième numéro une enquête sur la jeunesse française devant l’Allemagne. Les articles d’Esprit sont souvent particulièrement longs et tiennent de la démonstration, là où ceux de La Revue du Siècle dépassent rarement quelques pages et appartiennent au registre de la conviction.

40Mais surtout, le groupe montre sa volonté de sortir du moule classique de la revue intellectuelle pour se recentrer sur le thème du témoignage catholique en consacrant à celui-ci plus de la moitié de ses livraisons : “Points de départ” dans le numéro de juin 1933 ; celui de juillet-août consacré à François Mauriac ; “Pour un état d’esprit catholique” en novembre ; “L’École, la personne et la vie nationale” en décembre ; “Nos directions” en janvier 1934 ; “Nos adversaires et nos voisins” en février ; “Pour le centenaire de La Tour du Pin” en mars-avril. Face à la démarche plus largement chrétienne et humaniste de Mounier, Fabrègues situe ici son orientation dans le sens plus strict du catholicisme. Cette intention apparaît clairement dans la relation privilégiée établie avec François Mauriac qui joue pour La Revue du Siècle, un rôle tutélaire, s’inscrivant dans la suite du parrainage assumé par Bernanos auprès de Réaction.

Une équipe de rédaction dominée par Réaction

41La Revue du Siècle se veut “l’organe mensuel de la génération nouvelle.” A son comité de rédaction siègent au même niveau les animateurs des publications d’origine : Gérard de Catalogne pour Les Cahiers d’Occident, Jean de Fabrègues et Christian Chenut pour Réaction, Charles Forot et Jacques Reynaud pour Latinité. Mais cet équilibre est trompeur : des trois équipes présentes, celle de Réaction l’emporte largement. Leur rapprochement provoque une forte augmentation du nombre des collaborateurs.

42Aux côtés de Fabrègues, qui signe également des pseudonymes de Pierre Gignac et René Dufort, et de Christian Chenut qui garde des responsabilités administratives, figure l’équipe réduite qui présidait déjà aux destinées de Réaction : René Vincent, toujours chargé de la rubrique littéraire, signe aussi Hugues Favart ; Roger Magniez poursuit son enseignement corporatiste ; Marcel Noël commente la doctrine chrétienne ; Jacques-Marie Thomas signe des articles sur l’Allemagne ; Émile Vaast reste le chroniqueur politique de la revue.

43A ces fidèles se joignent d’anciens amis venus de l’époque de La Gazette Française : Henri Ghéon donne un extrait de sa comédie Violante au premier numéro de la revue, Henri Massis insiste sur “la continuité spirituelle” de la pensée du groupe en octobre 1933, Maurice de Gandillac s’associe à l’ensemble de la démarche de Fabrègues, Pierre-Henri Simon participe au débat sur l’École en décembre 1933. Des proches ou des collaborateurs moins réguliers, apparus à l’époque de Réaction, apportent une contribution cette fois plus marquante : André Rousseaux, le propagandiste de Réaction dans la grande presse, participe à plusieurs livraisons en 1933 ; Jean Héritier signe des articles d’histoire ; Gonzague Truc oppose “esprit moderne et christianisme” dans la Chronique de France de septembre 1933. On a là une participation notable de fidèles catholiques maurrassiens auxquels se joignent de nouvelles recrues : Hilaire Belloc apporte un témoignage d’une grande ferveur chrétienne ; Jules Roy, déjà sympathisant depuis Alger, publie une lettre ouverte à Fabrègues sur le thème du paganisme de l’œuvre de Montherlant en mars-avril 1934 ; Robert Vallery-Radot dénonce la “dictature de la franc-maçonnerie” dans le dernier numéro daté de mai.

  • 33 Le philosophe et homme de lettres Gabriel Marcel (1889/1973) ne fait qu’une brève apparition à La R (...)

44Des signatures épisodiques apparaissent, montrant l’extrême porosité des jeunes groupes d’intellectuels catholiques malgré le désir d’autonomie d’un Mounier : Gabriel Marcel33 et Alexandre Marc, qui ont été à la naissance de L’Ordre Nouveau et à celle d’Esprit, participent aussi à La Revue du Siècle. De même Henri Daniel-Rops, Denis de Rougemont et René Dupuis. C’est aussi le cas de Pierre-Henri Simon, comme on vient de le voir. Une telle réunion rappelle l’époque du Roseau d’Or, comme si La Revue du Siècle cherchait à retrouver l’unité catholique symbolisée pour elle par la collaboration de Maritain et de Massis avant la condamnation de 1926. Le retour au spirituel n’exclut pas, pour tous ces hommes, la continuité d’une recherche de position proprement catholique en politique et, sans le contredire, ce choix dévie de l’effort conduit alors par Esprit dans le sens d’un témoignage élargi à l’ensemble des familles de pensée humanistes.

45Plusieurs collaborations, régulières cette fois, s’imposent aussi : Jean Loisy, juriste et membre de l’agence de publicité Wallace et Draeger, participe à la rubrique des Idées à partir de 1934. Il a 33 ans. Francis Veillet-Lavallée, né en 1904, agrégé d’anglais, enseignant à Tulle, se charge dès l’origine de la correspondance avec l’Angleterre. Jean Saillenfest, né en 1912, employé à la Caisse des dépôts, est le petit-fils d’Augustin Gazier. Royaliste et catholique comme les précédents, il ne tarde pas, malgré son jeune âge, à devenir un des piliers de la rédaction. G.M.Tracy se saisit de la correspondance avec l’Amérique et inaugure ainsi une collaboration avec Fabrègues qui se poursuivra au-delà de la guerre, à La France Catholique. Charles Mauban (de son véritable nom Henri Caillemer) entre lui aussi dans le groupe pour ne plus le quitter. Il vient de publier chez Grasset Les Feux du matin que Fabrègues a salué, dans La Revue du Siècle d’octobre 1933, de “livre d’âme”. Il est un de ceux qui participent à la livraison de février 1934 où la Jeune Droite Catholique désigne ses “adversaires et ses voisins” dans un effort de positionnement doctrinal. C’est également le cas de Jean Terral.

46Enfin, divers essayistes et romanciers laissent publier des extraits de leurs œuvres : Valéry Larbaud, Henri Pourrat, Bernard Faÿ, Lucien Marsaux, Maurice Baring, Raymond Schwab, Francis Jammes.

IV. L’organe de la Jeune Droite Catholique

47Avec ce nouvel organe, Fabrègues entend moins innover que préciser le message déjà exprimé dans Réaction puis à La Revue Française : celui d’une Jeune Droite Catholique. L’effort de définition doctrinal se veut conçu dans un état d’esprit catholique dont le groupe Fabrègues fait une spécificité : le catholicisme pénètre la logique même de l’organisation et de l’action politiques qui se trouvent ainsi justifiées. L’idée de révolution est au centre de la réflexion et de la période. C’est une critique politique plus concrète qui apparaît face à la république et aux systèmes de gouvernement de nos voisins étrangers. De la dénonciation des idéologies on passe à celle des régimes, tous également condamnés. On délaisse la lointaine Amérique pour l’Europe. L’approche de la guerre se fait sentir dans la comparaison de l’agressivité hitlérienne et de la faiblesse des démocraties parlementaires. Face à tous ces dangers, La Revue du Siècle recommande un ordre catholique. A bien des égards, l’intransigeance de cette conception la sépare d’Esprit.

“Pour un état d’esprit catholique”

48Un nouveau manifeste du groupe Fabrègues, intitulé “Pour un état d’esprit catholique”, paraît dans le numéro sept de La Revue du Siècle en novembre 1933. C’est en fait une reprise de celui de Réaction, avec une modification importante toutefois : parmi les symptômes de la crise du monde moderne, il convient d’ajouter au “malaise économique de l’Occident et de l’Amérique […], les témoignages divers mais convergents […] du fascisme, du bolchevisme, de l’hitlérisme.”

49Face à cette évolution considérée comme une aggravation constante des maux du modernisme, le seul remède consiste à appeler au combat le catholicisme le plus intransigeant. Telle est la position qu’expriment de concert Jean de Fabrègues, Marcel Hofer, Marcel Noël, René Vincent et toute la rédaction de La Revue du Siècle sous le sigle collectif X.X.X. Ce manifeste peut être placé en regard de la déclaration d’Emmanuel Mounier, “Refaire la Renaissance”, qui ouvrait le premier numéro d’Esprit près d’un an plus tôt. La comparaison des textes montre deux conceptions opposées des relations du politique et du religieux : l’une traditionnelle, où le religieux imprègne le champ personnel et politique, l’autre moderne où le religieux se privatise, laissant le politique appartenir à l’ordre humaniste. Une même foi dans la rédemption du Christ les anime mais tout oppose leur vision du monde : représentation du témoignage chrétien, du rôle de l’État, du rapport autorité/liberté, de l’importance du péché originel.

  • 34 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.
  • 35 X.X.X, “La vérité et la pratique (Thèse et Hypothèse)”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.
  • 36 La meilleure définition en serait celle d’“État théologico-politique” proposée par Fabrègues dans s (...)

50“Je suis le chemin, la vérité et la vie”, rappelle Fabrègues citant le Christ dans l’Evangile pour signifier que “le catholicisme établit entre l’homme et la vérité une relation intime (qui) est notre guide, bien plus, notre substance, notre être.” Or les catholiques, par crainte de paraître démodés, ont galvaudé ce message à travers les masques et les caricatures qu’offre le monde moderne : “l’infamie du capitalisme libéral […], le freudisme […], la façade d’un moralisme ou d’un socialisme. On ne demande plus aux hommes de croire […] à la valeur de la foi, mais de vivre et de penser comme s’ils y croyaient34” Aujourd’hui encore il y a “comme un relent nauséabond de cette grande peur du catholicisme35” face au modernisme. Selon Fabrègues, l’ordre politique ne saurait être respectueux de la personne sans la reconnaissance officielle de la vérité catholique. Ce qui ne signifie nullement la naissance d’une théocratie, mais d’un État appuyant sa légitimité et son rôle sur les valeurs du christianisme reconnues pour telles36.

  • 37 Emmanuel Mounier, “Refaire la Renaissance”, Esprit, no 1, octobre 1932, p. 25.
  • 38 Ibid., p. 10.
  • 39 Ibid., p. 25 et 51.

51Pour Mounier en revanche, l’ordre humain est naturellement ordonné à la vérité chrétienne. Il n’a besoin pour devenir ce qu’il est que du témoignage personnel de chacun. Dans le numéro inaugural d’Esprit, il propose un “humanisme (qui) s’ouvre plus ou moins largement, selon les métaphysiques de chacun de nous, sur ce qui est en dehors et au-dessus de l’homme37.” Tandis que Fabrègues ne dissocie pas l’esprit des institutions qui l’incarnent et reste fidèle au concept de Chrétienté dont il attend la protection et comme la garantie de l’ordre spirituel, Mounier se donne pour “tâche de dissocier le spirituel d’avec le politique38” et veut refaire la renaissance, supposant que l’ordre découlera de la nature spirituelle de l’humanité : “L’esprit en qui toutes choses sont libres, en même temps que solides, assure la cohésion de l’univers parce que le principe n’en est ni dans les éléments anarchiques, ni dans une force. imposée, mais dans l’aspiration qui soulève l’ensemble et y répand une fraternité descendue des sommets39.”

  • 40 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.
  • 41 René Vincent, “Les catholiques de France en péril de mort”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933
  • 42 X.X.X, “La vérité et la pratique (Thèse et hypothèse)”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.
  • 43 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

52A cette conception ouverte et conciliante du christianisme s’oppose la vision catholique intransigeante de Fabrègues : “C’est justement partout où, par peur du monde moderne et pour se modeler sur lui, l’Église a voulu abandonner ses positions propres, qu’elle apparaît aujourd’hui démodée ou même vaincue40”. Et René Vincent rappelle, non sans cruauté, la remarque ironique de Jaurès lors de la discussion sur la loi de Séparation : “Nos adversaires […] ont-ils eu le courage de dresser contre la pensée de la révolution l’entière pensée catholique qui revendique pour Dieu, pour le Dieu de la révélation chrétienne, le droit non seulement d’inspirer et de guider les sociétés spirituelles, mais de façonner la société civile ? Non, ils se sont dérobés41.”. C’est qu’on ne peut séparer “la Thèse de l’Hypothèse, la vérité de la pratique42.” Les catholiques “doivent aujourd’hui oser être ce qu’ils sont : les possesseurs de la seule explication authentique de l’énigme humaine43.”

  • 44 René Vincent, “Les catholiques de France en péril de mort”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933
  • 45 Marcel Noël, “Poésie, roman et morale”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.
  • 46 Jean de Fabrègues, Mauriac. Plon, 1971.

53Ranimant les courages, René Vincent appelle à s’unir pour agir : “Il ne peut y avoir entre les catholiques quels qu’ils soient le moindre divorce […] Étincelle ou brasier, une même foi les unit […] Jamais le catholicisme n’est en péril. Ce sont les catholiques de France qui sont aujourd’hui en danger de mort44.” De ce catholicisme de combat, la meilleure expression littéraire est celle de François Mauriac que Marcel Noël oppose à “cet idéal au rabais que proposent les publications catholiques.” Comme Réaction l’avait fait avant elle, La Revue du Siècle prend le parti de “ce romancier du péché contre certains milieux bien-pensants” en rappelant que ses livres sont aussi le lieu du “triomphe de la grâce45.” Mauriac et sa conception de l’homme pécheur, marqué par la faute originelle et ne devant son salut qu’à la seule miséricorde de Dieu, sont bien dans le sens des convictions de Fabrègues qui consacrera plus tard une biographie toute d’accord spirituel au romancier46.

54Au fondement de l’ensemble du désaccord entre les tendances de Fabrègues et de Mounier se tient une appréciation différente du poids du péché originel dans la nature humaine et, partant une conception opposée de la révolution à accomplir. Au pessimisme catholique, qui pense nécessaire d’encadrer la liberté humaine dans les garde fous de l’autorité et de la tradition, s’oppose un optimisme qu’on pourrait qualifier de révolutionnaire, au sens des principes de 1789, en ce qu’il fait confiance à la bonté de l’homme, mise sur sa liberté et prend le risque de l’inconnu. Présentes dès l’origine de la parution d’Esprit et des métamorphoses de Réaction, ces différences iront en s’accentuant pour produire toutes leurs conséquences dans la période troublée de la guerre.

  • 47 Roland Alix, Gérard de Catalogne, Daniel-Rops, A. de Falgairolle, Marguerite-Yerta Melera, Jean Hér (...)
  • 48 Jean Cocteau, Pierre Drieu-La-Rochelle, Georges Duhamel, Henri Ghéon, Daniel Halévy, Jacques de Lac (...)
  • 49 Jean de Fabrègues, “Humanité de François Mauriac”, La Revue du Siècle, no 4, juillet/août 1933.

55A l’occasion de son élection à l’Académie Française en 1933, Mauriac devient la nouvelle égérie de la Jeune Droite Catholique. La Revue du Siècle lui consacre son numéro de juillet/août en publiant une trentaine de témoignages où sont soulignées les différentes facettes de son talent. La rédaction de la revue47 est entourée de signatures déjà ou bientôt prestigieuses dans le monde des Lettres48. Dans sa conclusion, Fabrègues insiste sur “l’humanisme catholique de François Mauriac qui rejoint, par delà l’hypocrite silence du siècle de l’éclectisme, la vraie tradition psychologique du christianisme.” L’homme est bien “une chair baignée d’âme […] Dans ce qu’il est, dans ce qu’il aime, déjà se trouve la préfiguration de ce qu’il pourrait être, de ce qu’il devrait aimer […] Ce partage à faire, qui est notre souffrance, il est la preuve de l’humanité du christianisme49.”

56Un grand banquet fit suite à cet hommage, organisé lui aussi par La Revue du Siècle, au cours duquel Fabrègues fut chargé de saluer le nouvel académicien au nom des jeunes écrivains catholiques. Dans les salons de l’hôtel Lutétia étaient réunies deux cent vingt-cinq personnes. A la table d’honneur, le couple Mauriac et les jeunes organisateurs, Fabrègues, Catalogne et Reynaud, étaient entourés des couples Maurois et Bainville, de Jean Giraudoux, Henry Bordeaux, Edmond Jaloux, Louis Artus, Henri Massis, Jérôme Tharaud, Henry de Montherlant, Ramon Fernandez, Daniel Rops. Aux autres tables se côtoyaient des jeunes intellectuels venus de différents horizons, Jeune Droite Catholique, N.R.F. et L’Ordre Nouveau en particulier. Autour de Claude Mauriac étaient ainsi mêlés : Robert Aron, Christian Chenut, Jean Chauvy, Charles Forot, Robert Gibrat, Daniel Halévy, Jean Jardin, Jean Le Marchand, Marguerite Melera, Xavier de Magallon, Alexandre Marc, Jean Paulhan, Jean Schlumberger. Mais ni Mounier, ni Maxence n’étaient venus représenter Esprit et la Jeune Droite.

  • 50 “Le dîner de La Revue du Siècle. Discours de Jean de Fabrègues”, La Revue du Siècle, no 8, décembre (...)

57Le discours adressé par Fabrègues à Mauriac exprimait tout l’idéal de la Jeune Droite Catholique. Sa déception devant le désordre de l’après-guerre : “Nous avions vu les plus belles vies, les plus chers de nos aînés disparaître dans une guerre infernale. Et l’on nous avait dit qu’ils étaient tombés pour l’ordre et pour le droit […] Était-ce donc là l’ordre qui régnait autour de nous ? […] Des règles de conduite extérieure […], non pas des sacrifices sur nous-mêmes […] mais une morale d’apparence.” Son parti-pris d’anticonformisme : “Ce sera l’honneur de notre génération d’avoir rejeté ce manteau d’arlequin, d’avoir osé crier, avec des tons dont la discordance même disait la sincérité, que la dignité de l’homme lui imposait de ne bâtir sa vie que sur la vérité.” Sa reconnaissance envers Mauriac pour l’envoi donné à ce qu’elle croit être sa mission : “Ce que nous voulions, c’était une justification de notre destin. Or vous nous montriez de jeunes êtres déchirés comme nous et, à leur côté, des groupes sociaux étrangers à leur drame ou qui refusaient de le voir.” Enfin la confirmation du lien qu’elle veut affirmer entre l’ordre personnel et celui de la cité : “Nous n’eussions jamais admis qu’il y eût en l’homme deux parts, celle de la vie intime où le drame se jouait, celle de la vie sociale toute faite d’apparences. Vous nous avez montré […] que les problèmes de la cité n’étaient que le prolongement de nos passions50.”

58La peinture que fait le romancier d’une nature humaine déchirée entre mal et bien, chair et esprit, et cependant d’un seul tenant, unie dans son être et dans son action, à jamais marquée par le péché et pourtant sauvée par l’amour et le sacrifice du Christ, cette peinture justifie l’ambition du groupe Fabrègues de restructurer l’ordre social et politique autour des principes du catholicisme. Pour la jeune Droite Catholique, morale et politique n’ont de chance de se rejoindre qu’au travers de la foi religieuse. Dans cet état d’esprit catholique, on retrouve l’intransigeance affirmée un mois plus tôt face au modernisme.

Une révolution contre toutes les formes de matérialisme

  • 51 Alexandre Marc, “La mort des mensonges”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

59La Revue du Siècle, se situant dans l’héritage de Réaction, n’abandonne aucune des luttes qui ont amené le groupe Fabrègues à se former : matérialisme et individualisme sont toujours dénoncés comme ferments du modernisme et attaqués à travers le fonctionnement pernicieux du système démocratique. La crise n’est que l’expression de cette faillite, ainsi que le proclame Alexandre Marc dans le numéro de juin 1933 où le groupe fixe ses “points de départ”51. Communisme et fascismes en sont les tragiques conséquences.

  • 52 Maurice de Gandillac, “Valeur de la liberté”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933. Les mots sont so (...)

60En reprenant la critique de l’individualisme démocratique né de la révolution française, Maurice de Gandillac s’accorde pleinement au combat de la Jeune Droite Catholique : “La grande faiblesse des Jacobins fut d’ériger en système abstrait la plus vivante des réalités spirituelles. En libérant le travailleur de la tyrannie corporative, ils préparaient la guerre des classes et leurs petits-fils plus tard ont préparé de la même manière la guerre des races en libérant les minorités La véritable valeur de la personne humaine ne réside pas plus dans l’isolement d’une monade close que le prix d’une civilisation ne se mesure à ces barrières douanières et culturelles qui donnent à l’Europe d’aujourd’hui l’aspect d’une mosaïque de places forte52.”

  • 53 René Vincent, “Réhabilitation de la politique”, La Revue Française, no 3, juin 1933. Les mots en it (...)
  • 54 Alexandre Marc, “La mort des mensonges”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.
  • 55 Jean de Fabrègues, Quelle révolution ? “La Revue du Siècle, no 1, avril 1933. Les mots en italique (...)
  • 56 Pierre Gan, “Communisme et humanité”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

61L’époque est cette fois plus à l’engagement de terrain qu’à la réflexion philosophique. La Revue du Siècle observe avec attention l’évolution des régimes soviétique, italien et allemand. Si elle condamne également l’ensemble de ces expériences, elle se définit avant tout contre le socialisme marxiste. “Il est donc convenu d’appeler révolutionnaires non marxistes ces jeunes mouvements d’idées qui, révoltés par la barbarie du monde moderne, refusent de lui substituer un monde nouveau où le matérialisme pèserait plus lourd encore”, résume René Vincent53. La revue s’élève contre la prétention des “adeptes du collectivisme” à monopoliser la révolution : “la Révolution n’appartient à personne !” scande Alexandre Marc54. “Tomber du matérialisme bourgeois dans le matérialisme socialiste ne nous servira de rien”, insiste Jean de Fabrègues, “non, nous ne croyons pas suffisante cette révolution qui consiste à être avec les pauvres contre les riches. Allons plus loin : nous ne la croyons pas même valable. D’abord parce qu’elle brouille les réalités, ensuite parce qu’elle met au cœur des hommes la haine qui borne et tue, non l’amour qui donne la vie […] Lorsqu’il est le plus généreux et le plus large, le socialisme non marxiste […] se sépare de l’odieuse division des classes (mais) il ne sort pas du plan matérialiste55.” Passant à l’analyse du système bolchevique proprement dit, Pierre Gan en dénonce “l’aspect inhumain […], l’atmosphère spirituelle où la réalisation de l’État prolétarien est la seule fin reconnue56.”

62La détermination de cet engagement non marxiste de la Jeune Droite Catholique, formulée implicitement contre la position plus favorable d’Esprit, avait-il pour conséquence une attirance corrélative envers les régimes fascistes ? Il ne fait aucun doute qu’au début des années trente cet intérêt existe. D’abord parce que les gouvernements italien et allemand semblent favorables à la religion catholique. Ensuite parce qu’ils ont l’attrait de la nouveauté et que leurs doctrines demeurent encore mal connues.

  • 57 Il s’agit du futur Pie XII.

63Malgré la lutte ouverte du fascisme mussolinien contre l’Action Catholique italienne pendant les années trente, le Duce reste pour beaucoup de catholiques l’homme qui a rendu au Pape sa liberté par la conciliation du Latran. La même illusion de tolérance religieuse prévaut momentanément en faveur d’Hitler lors du concordat accordé à l’Église allemande en juillet 1933 dont l’ancien nonce Pacelli57, devenu Secrétaire d’État, se réjouit ouvertement.

  • 58 Benito Mussolini, “Idées fondamentales du fascisme”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

64Tout en ne cachant pas son intérêt pour les expériences allemande et italienne, la Jeune Droite Catholique ne se laisse cependant pas abuser par ce qu’elle considère comme des faux-semblants et en tente une analyse qu’elle veut objective. L’hypothèse de son attirance envers la doctrine mussolinienne tient en particulier aux nombreux éléments que celle-ci emprunte à la pensée politique maurrassienne. Sous le titre d’“Idées fondamentales du fascisme”, la Revue du Siècle publie en juin 1933 un extrait de l’ouvrage de Mussolini, Le Fascisme, à paraître chez Denoël. L’inspiration maurrassienne du texte jointe à ses affirmations spiritualistes, au sens humaniste du terme, composent incontestablement un ensemble qui va dans le sens des conceptions anti-individualistes et nationalistes du groupe Fabrègues : on y trouve magnifiées les notions de nation, patrie, tradition et bannies celles d’individu et d’instinct. Dans une note de bas de page cependant la Rédaction prend soin de préciser que ce “document essentiel” n’est pas sans appeler des “réserves” de sa part58.

  • 59 Thierry-Maulnier, “Réponse à l’enquête sur la jeunesse française envers l’Allemagne nouvelle”, La R (...)
  • 60 Jean-Pierre Maxence, ibid.

65La Revue du Siècle lance une enquête sur la jeunesse française devant l’Allemagne dans son numéro de mai 1933. Comme dans le fascisme mussolinien, elle admire dans le national-socialisme l’exigence de sacrifice individuel envers la patrie. Au nationalisme allemand, elle trouve une motivation supplémentaire dans l’injustice du traité de Versailles. Il faut noter que les commentaires favorables à l’expérience allemande viennent surtout des intervenants de la Jeune Droite, Maulnier et Maxence, et procèdent de leur attitude critique envers la démocratie. Selon le premier : “Le régime hitlérien n’est ni plus absurde, ni plus odieux, ni plus ridicule que notre propre régime ; il possède assurément plus de dignité, de spiritualité, de grandeur. La comparaison entre un discours de Hitler et un discours de Briand montre quel est celui des deux peuples qui se satisfait le plus naïvement de vaines formules et de creuse éloquence59.” Et le second renchérit : “Son état d’esprit révolutionnaire et personnaliste, sa critique du prêt à intérêt, son défi (apparent du moins) porté au préjugé démocratique, son attitude aussi antimarxiste qu’antilibérale procèdent des seuls principes qui puissent permettre à l’Europe de trouver un avenir60.”

  • 61 Daniel-Rops, ibid.
  • 62 Robert Aron et Arnaud Dandieu, ibid.
  • 63 Claude Chevalley et Alexandre Marc, ibid.

66Mais cette sympathie des représentants de la Jeune Droite pour certains aspects supposés des nouvelles révolutions italienne et allemande ne les empêchent pas de porter sur elles, avec la Jeune Droite Catholique, une condamnation de principe aussi radicale que sur la révolution soviétique. En ce qui concerne le fascisme italien, Daniel-Rops estime qu’il “inverse la hiérarchie primordiale et tend à considérer l’homme comme créé pour les institutions et non les institutions pour l’homme61.” Aron et Dandieu jugent que : “Communisme industrialiste, étatisme fasciste ou nationalisme raciste ne sont que l’exaspération contemporaine […] de vices, de pensée et d’action qui, du matérialisme au nationalisme, empoisonnent depuis Bonaparte, Ford ou Hoover, l’existence mondiale62. Claude Chevalley et Alexandre Marc constatent de leur côté : “Après avoir semblé triompher en Russie, en Italie et en Allemagne, la jeunesse s’est trouvée en réalité asservie à de nouveaux mythes inhumains. Il apparaît de plus en plus nettement que les régimes soi-disant révolutionnaires sacrifient une fois de plus l’homme : même quand ils exaltent la vie, ils sont déjà marqués par la mort63.”

  • 64 Thierry Maulnier, ibid.
  • 65 Jean-Pierre Maxence, ibid.
  • 66 J. F., ibid.

67Thierry-Maulnier et Jean-Pierre Maxence, tout admiratifs qu’ils soient envers la vigueur de la révolution allemande, n’en veulent en aucun cas pour la France. Le premier remarque : “Le racisme et le collectivisme que le national-socialisme propose nous paraissent contradictoires avec la forme de civilisation qui constitue la structure de la France et le sens de sa mission éternelle64.” Et le second ajoute : “Il serait dangereux et absurde de convier la jeunesse française à un pseudo-hitlérisme. Le racisme répugne à l’esprit français. Il y a dans le nationalisme français des valeurs universelles et assurées qui se refusent à toute attitude agressive ou impérialiste65.” Enfin Jean de Fabrègues résume : “L’hitlérisme ou le fascisme ne charment aucun des hommes de notre génération66.”

Relever le défi au “manque d’âme de la jeunesse française”

68Conformément à la tradition chrétienne, la Jeune Droite Catholique ne manque pas de faire la différence entre les doctrines et les personnes. Aussi la condamnation morale qu’elle porte sur les idéaux de ces régimes ne l’empêche-t-elle pas d’apprécier l’ardeur toute humaine des peuples qui s’y soumettent. En outre cette génération déçue par l’après-guerre ne se fait aucune illusion sur l’avenir des relations internationales : c’est un conflit qui se prépare. L’accusation de déchéance qu’elle porte envers la France, en particulier de manque d’âme reprochée à sa jeunesse, vise avant tout à ranimer des courages estimés défaillants. Nietzsche et Péguy sont tour à tour évoqués. En URSS comme en Allemagne et en Italie, le paradoxe le plus tragique veut qu’une “mystique idéologique” soit venue abuser la jeunesse tandis qu’en France le système démocratique la privait de l’idéal chrétien.

  • 67 Thierry Maulnier, “Nietzsche ou la mort rajeunie”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.
  • 68 Jean de Fabrègues, “Le témoignage de Nietzsche”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.
  • 69 Jean de Fabrègues, “Péguy prophète et guide”, La Revue du Siècle, no 6, octobre 1933.

69Dans un esprit d’exaltation du dépassement de soi, Thierry Maulnier publie en 1933 un Nietzsche dont La Revue du Siècle donne un extrait dans sa livraison inaugurale. On y trouve exposée “la théorie nietzschéenne de la démesure (qui) n’est que la recherche de la mesure essentielle.” L’auteur déplore la médiocrité de l’homme moderne et son incapacité à la dépasser autrement que dans la mort67. Sans nier la grandeur de l’expérience nietzschéenne, Fabrègues y apporte le correctif de sa foi chrétienne. Il souligne le tragique de ce destin qui veut “passer l’homme” en refusant Dieu et remarque que “Nietzsche est ici à mi-chemin de Pascal68.” Son véritable contre-exemple, c’est Péguy qui lui aussi passe l’humain et a le droit d’être “juge du monde moderne parce qu’il a d’abord signé son alliance avec la pauvreté, l’héroïsme et la mort.” Ainsi conduit-il “à la vraie vie”, écrit encore Fabrègues, reprenant cette fois des passages de l’ouvrage de Daniel-Rops, Chefs de fils récemment paru69.

  • 70 Elles proviennent de Georges Dupeyron qui est un collaborateur de la revue Europe et a aussi partic (...)
  • 71 Jean de Fabrègues, “La jeunesse française devant l’Allemagne nouvelle”, La Revue du Siècle, no 2, m (...)
  • 72 G. Dupeyron, R. Aron, A. Dandieu D. de Rougemont, “Réponses à l’enquête sur la jeunesse française d (...)
  • 73 R. Dupuis. A. Marc, “État de la jeunesse soviétique”, La Gazette Française, no 7, novembre 1933.

70Dans sa synthèse de l’enquête sur la jeunesse française devant l’Allemagne, Jean de Fabrègues souligne que les réponses70 montrent “l’attention et le respect (de) la jeunesse française devant les jeunes communistes, jeunes hitlériens, jeunes fascistes […] soucieux de servir un idéal […], d’accepter pour lui des sacrifices personnels.” Il voit là un “signe dans le matérialisme” ambiant, un “défi lancé à notre déchéance”71. En effet, “la jeunesse française manque d’âme” acquiesce Dupeyron. “Elle doit tenir le plus grand compte de l’importance pratique des mouvements jeunes qui se développent actuellement en URSS, en Italie, en Allemagne”, renchérissent Aron et Dandieu. “La France n’est plus contemporaine des nations qui l’entourent et qui la menacent […] Elle souffre d’une carence aiguë de la jeunesse”, déplore Rougemont72. La première, la révolution russe a voulu faire surgir “un homme nouveau, le fabriquer en séries au moyen de l’éducation […] fortement attaché au régime soviétique […] Il connaît un élan mystique qui transforme le sacrifice quotidien en une forme nouvelle d’existence […]. Il a “le sens du collectif”, remarquent René Dupuis et Alexandre Marc décrivant l’état de la jeunesse soviétique. Toutefois, il leur semble aujourd’hui que “la jeune Russie […] est lasse. Son héroïsme, son esprit d’abnégation, son dévouement semblent frappés d’impuissance.” Et ils doutent que “le matérialisme le plus brutal (puisse) se vanter d’avoir définitivement domestiqué l’homme73.”

  • 74 Jean Saillenfest, “Mystique nécessaire”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934. Le mot en italique (...)

71L’aspect le plus dangereux de l’ensemble de ces régimes réside dans leur prétention à une mystique qui usurpe l’esprit chrétien. Jean Saillenfest voit dans “ces courants d’idéologie qui soulèvent des peuples entiers dans un élan où la générosité se mêle à la barbarie (la conséquence du) mysticisme démocratique (qui) exclut le surnaturel au profit d’entités plus ou moins nébuleuses […] La défense de la laïcité. succède à la Raison, le culte du Plan Quinquennal marche de pair avec celui de la race aryenne.” Il souhaite qu’on rende à “cette jeunesse déchristianisée par la démocratie une espérance […], qu’il appartienne à la jeunesse française de jeter bas ces derniers vestiges d’un monde disparu et d’achever son œuvre par une autre Renaissance, celle de l’âme et de toutes les valeurs spirituelles74.”

  • 75 Jean de Fabrègues, “Les Idées. La révolution nécessaire”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.
  • 76 Roger Magniez, “Les origines romantiques de l’hitlérisme”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

72Certes la révolution est nécessaire, comme l’indique le livre de Robert Aron et Arnaud Dandieu qui paraît alors chez Grasset et auquel Fabrègues fait un accueil élogieux dans sa revue, mais les modèles étrangers qui en existent sont à combattre plutôt qu’à imiter : il faut “ruiner à la base l’édifice étatiste qui va de Moscou à nos assurances sociales, en passant par Rome et Berlin75.” Roger Magniez réserve un traitement particulièrement sévère à “l’hitlérianisme” qui lui apparaît comme l’expression des “théories romantiques, images du génie profond de l’Allemagne : le nationalisme et le socialisme […], nationalisme d’une qualité différente de notre nationalisme français […] qui n’est qu’un moyen de défense. Il s’agit au contraire ici d’un véritable impérialisme. Théorie du socialisme allemand (qui) aboutit à un effacement de la personne humaine devant le mythe collectif […] De telles aspirations ne peuvent conduire qu’à la guerre ou à la révolution, ou aux deux à la fois76.”

  • 77 Jean de Fabrègues, “Les Idées. La révolution nécessaire”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.
  • 78 Maurice de Gandillac, “L’Église et le Prince”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934. Les mots son (...)

73Aucune tentative contemporaine n’offre à la Jeune Droite Catholique l’exemple de la révolution qu’elle recherche. Jean de Fabrègues constate : “Aucun des mouvements qui se sont manifestés ces temps-ci sur divers points du globe n’a apporté aux hommes ce dont ils sentent l’irrépressible besoin. Et, chez nous, la Révolution française a fini en bureaucratie et en césarisme77.” Maurice de Gandillac se gausse “des religieuses fascistes qui défilent au pas cadencé […], de M. Hitler (qui) nous fait savoir publiquement qu’il est le messie ou peu s’en faut.” En vérité remarque-t-il, “entre le corps terrestre du peuple et le corps céleste du Christ, il manque cet intermédiaire dont la plus authentique tradition nous enseigne l’importance : le corps visible mais surnaturel. de la sainte Église catholique78.”

74Ainsi, plus encore qu’Esprit qui critique la doctrine communiste avec une certaine bienveillance, la Jeune Droite Catholique placet-elle absolument sur le même plan les expériences communiste, fasciste et national-socialiste. Elle admire chez toutes un même dynamisme, réprouve chez toutes un matérialisme et une mystique impérialiste identiques. Ces expériences ne font en réalité que défigurer et détourner à leur profit les vertus de l’ordre véritable qui, lui, est catholique.

Un ordre catholique

75Quels sont donc aux yeux de La Revue du Siècle les caractéristiques d’un ordre catholique ? C’est un ordre qui construit la personne humaine par l’éducation, le cadre de vie, les institutions, dans le respect d’une liberté véritable et d’une tradition vivante. Il est contre-révolutionnaire, corporatiste, et monarchiste.

  • 79 Jean de Fabrègues, “Quelle révolution”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.
  • 80 Ibid.

76“A l’individualisme qui permet aux plus forts de dominer sans contrôle, nous voulons opposer le personnalisme chrétien” écrit Jean de Fabrègues79. Qu’est-ce à dire ? Une doctrine qui s’inscrive à la fois contre le capitalisme : “Le christianisme n’accepte pas que le maître de l’entreprise en tire un bénéfice dont le mérite reviendrait à ses serviteurs”, et contre le socialisme car “tomber du matérialisme bourgeois dans le matérialisme socialiste ne nous servira de rien.” Une doctrine qui “élève l’homme au-dessus de cette. matière qui le retient comme une gangue, le borne et le limite […] Nous voyons que l’homme se porte aisément du côté de son corps et qu’il faut l’intéresser aux besognes que l’âme doit conduire. Nous voyons là, vérification du dogme chrétien du péché originel. C’est l’homme tout entier que nous voulons sauver80.”

  • 81 Pierre Gignac, “Où allons-nous ?”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.
  • 82 Roger Magniez, “La doctrine corporative et l’école”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

77C’est à l’éducation que revient d’abord le rôle de former la personne humaine. Or le socialisme veut remettre à l’État tout le soin de cette éducation. La Revue du Siècle consacre à ce thème un numéro spécial en décembre 1933. Selon Pierre Gignac (alias Jean de Fabrègues), le projet d’École Unique, sous ses dehors généreux et égalitaires, cache en France le monopole de l’État sur l’enseignement, le terme d’école publique celui d’école laïque et les débats parlementaires masquent la stratégie de la Franc-maçonnerie81. De façon plus ancienne, ajoute Roger Magniez, “l’école moderne […] a été créée à une époque où le régime politique, pour triompher, devait s’opposer au passé national. Elle a été conçue comme un instrument de politique. C’est là qu’il faut chercher la cause de l’anarchie spirituelle de notre peuple […] Bien mieux, comme il est impossible […] de se passer d’une doctrine, l’État […] donna également une doctrine civique et philosophique, le laïcisme82.”

  • 83 Jean de Fabrègues, “Si l’enseignement forme des hommes”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.
  • 84 Roger Magniez, “La doctrine corporative et l’école”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

78Jean de Fabrègues n’hésite pas à comparer le projet français d’école unique aux expériences conduites en Russie, en Italie et en Allemagne, concluant que “toute culture n’apparaît plus que comme l’expression d’un groupe et le moyen de sa domination […] La Russie soviétique désirant changer la face du monde a monté le plus vaste ensemble d’enseignement prolétarien qu’on puisse imaginer. Et ce qu’elle donne, c’est une culture prolétarienne. Qu’on se tourne vers les Balillas fascistes ou la jeunesse hitlérienne, le même spectacle nous est offert83.” Aussi faut-il inverser le processus, conseille Roger Magniez, et confiner l’État dans un “simple rôle de surveillant” en rendant aux sociétés naturelles et spirituelles : la famille, la commune, la corporation, les Églises, leur rôle éducatif. Le but est de rétablir les corps sociaux “dans leur dignité et non d’organiser l’évasion des mieux doués hors de la classe laborieuse où ils sont nés.” Cet ordre social corporatif assurerait entre les hommes des relations personnelles et non individuelles84.

  • 85 Roger Magniez, “Vers une doctrine corporative”, La Revue du Siècle, no 11/12, mars/avril 1934.

79Dans le numéro qu’elle consacre au centenaire de La Tour du Pin, la revue insiste sur le caractère réaliste de la doctrine corporative par opposition au caractère abstrait de l’individualisme démocratique qui laisse l’homme seul face à sa liberté au lieu de l’encadrer dans ses cadres sociaux naturels. Un article de trente pages permet à Roger Magniez de décrire les principes de l’organisation corporative à mettre en place : coexistence de la propriété individuelle, “récompense de l’effort personnel” et de patrimoines de toutes sortes nécessaires à la satisfaction d’un bien commun : “patrimoines corporatifs et de corps sociaux tels que les universités, les églises, les communes etc.” ; organisation du travail fondée, pour chaque profession, sur le fonctionnement simultané de “syndicats de défense catégoriels”, de corporations réunissant tous les syndicats, de “corps d’État” rassemblant l’ensemble des ateliers exerçant le même métier ; pouvoir confié à des “conseils corporatifs mixtes et paritaires”, c’est-à-dire également partagés entre représentants des patrons et des ouvriers ou employés, élus au triple niveau local, régional et national. L’insistance est mise sur la conformité de cet ordre avec la doctrine sociale de l’Église, en particulier avec l’encyclique Quadragesimo anno85.

  • 86 René Vincent, “Réhabilitation de la politique”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

80L’effacement du rôle de l’État qu’un tel projet suppose doit s’accompagner d’une réhabilitation de la politique86, conseille René Vincent. Il faut mettre fin à la “démocratie diviseuse où les partis sont de simples coteries” grâce à la création d’institutions “où le spirituel prendra corps et chair”, confier le pouvoir à “la monarchie telle que nous la concevons”, c’est à dire personnaliste : “Quel meilleur moyen de restaurer la personne que de placer au sommet de l’État […] une personne, c’est à dire un homme encadré dans sa famille, première cellule sociale, dans son métier, son métier de roi.”

  • 87 Jean de Fabrègues, “Quand l’homme fut libre”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934.
  • 88 Henri Massis, “La continuité spirituelle”, La Revue du Siècle, no 6, octobre 1933.

81De l’ensemble de ce schéma politique et social, Jean de Fabrègues attend le rétablissement d’une liberté humaine véritable, non pas la liberté “née de la Réforme, de la Renaissance et de la découverte de la Science physique” qui fait de l’homme la mesure de toutes choses, mais celle qu’il conquiert sur lui-même, qui provient de “la maîtrise de soi” et, selon Bossuet, le construit “à l’image de Dieu87.” Henri Massis confirme : “L’orgueil du progrès a vécu. Nous sommes des héritiers, les héritiers d’une civilisation que nous n’avons pas faite mais qui nous a faits […] Il y a une image de l’homme à reconstruire, une civilisation à sauver […] La tradition est essentiellement vivante, car elle est la vérité même, c’est à dire une perpétuelle jeunesse et une perpétuelle réinvention. Loin de se figer dans les formules d’un catéchisme, il faut que la jeunesse qui se groupe autour de La Revue du Siècle, les éprouvant au réel, leur fasse manifester leur jaillissante et éternelle nouveauté88.”

 

  • 89 Selon le témoignage à l’auteur de Monique de Fabrègues qui éclairait et confirmait ainsi ce que son (...)
  • 90 Post-scriptum à son article “Quand l’homme fut libre”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934.

82En dépit de ses ambitions, La Revue du Siècle disparaît en mai 1934. Elle meurt, semble-t-il, de l’indélicatesse de Gérard de Catalogne qui aurait confondu sa caisse avec celle, lourdement déficitaire, des Éditions du Siècle dont il était directeur89. Peut-être pour éviter d’avoir à se défendre, il avait cherché querelle dans les numéros huit et neuf de la revue à Jean-Pierre Maxence et aux frères Rédier, les accusant de mauvaise gestion et même pour ces derniers, de malversations. Fabrègues, alors retenu par son mariage, n’avait pas suivi l’affaire et s’était contenté de manifester son étonnement, sans prendre parti90.

83Au moment de sa disparition, La Revue du Siècle tire environ à trois mille exemplaires, comme Esprit. Avec elle, l’équipe de Réaction s’est encore un peu mieux soudée autour de Jean de Fabrègues. Mais elle a aussi gagné la collaboration des membres de L’Ordre Nouveau et retrouvé certaines participations qui s’étaient portées vers Esprit comme celles de Maurice de Gandillac et de Pierre-Henri Simon. C’est que, même diversement exprimée, une foi commune relie les démarches de ces intellectuels qui se croisent et se décroisent sans cesse de ce fait.

84Situé dans le prolongement de celui de Réaction, le message de La Revue du Siècle s’est précisé et construit. Au plan religieux il représente un catholicisme intransigeant là où celui d’Esprit exprime un humanisme chrétien. Tandis que Mounier fait confiance à l’homme, Fabrègues se défie de son péché. La présence de François Mauriac aux côtés de La Revue du Siècle souligne le réalisme chrétien dont elle s’enorgueillit.

85Cette différence d’appréciation de la nature humaine se traduit dans l’ordre politique. Puisque l’homme est pécheur pense Fabrègues, sa liberté ne peut se construire sans l’aide d’institutions parées d’une certaine autorité. Puisque l’homme est bon parie Mounier, un ordre chrétien naîtra nécessairement du respect de sa liberté. La séduction sur ce milieu intellectuel catholique des modèles de gouvernement expérimentés en URSS, en Italie et en Allemagne trouve sa source dans une douloureuse déception à l’égard de la démocratie accusée d’étouffer les valeurs chrétiennes. La réputation de laboratoire d’innovation sociale alors attachée au communisme attire la sympathie d’Esprit, tandis que la promotion des vertus de patriotisme et d’honneur par les modèles fascistes provoque celle de La Revue du Siècle. L’attention portée par Fabrègues et Mounier aux idéologies contemporaines ne fait pas d’eux pour autant des révolutionnaires fascistes ou communistes : c’est une monarchie corporatiste que recommande La Revue du Siècle et, si l’expression de “socialisme positif” employée par Esprit inquiète un moment les autorités vaticanes, on peut penser qu’elle traduit en réalité moins un intérêt idéologique qu’une recherche de justice.

86Avec La Revue du Siècle apparaissent nettement les contours d’une Jeune Droite Catholique qui revendique un nationalisme français protecteur d’un civilisation chrétienne. A l’encontre de la mouvance d’Esprit, elle ambitionne la direction de la génération des années vingt qui arrive alors aux responsabilités. L’opposition des deux groupes, déjà représentatifs d’une Jeune Droite et d’une Jeune Gauche catholiques, ne semble pas alors irréductible. En laissant croire à la possibilité d’un renversement de la république libérale, le 6 février 1934 ouvre une page moins conciliante dans leurs rapports.

Notes

1 Jean d’Azémar, Projet de DES, 35 pages, non daté.

2 Fabrègues n’avait pas hésité à citer en référence de son travail la thèse de doctorat de droit d’Alfred de Tarde, le complice de Massis dans l’enquête d’Agathon, qui portait précisément le titre : “L’idée du juste prix”.

3 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, p. 87.

4 On en a pour preuve une lettre de René Vincent à Jean de Fabrègues, du 29 janvier 1932, où le premier cherche à raisonner le second : “N’y a-t-il pas d’autres universitaires, et peut-être plus en vue, qui ne sont sans doute nullement conformistes à la doctrine officielle de l’université et qui ne sont pas, que je sache, persécutés ?” Gilson, thomiste en pleine Sorbonne, Garric qui dirige au vu et au su de tous La Nouvelle Revue des Jeunes et “Les Équipes Sociales ?”, fonds Fabrègues.

5 Notice d’inspection générale. Monsieur d’Azémar, professeur titulaire délégué en seconde. Notes et propositions de M. Parodi, Inspecteur général. Date de l’inspection : 29 mai 1934.

6 Le créateur d’Esprit écrivait en 1928 : “Il faut à tout prix que nous fassions quelque chose de notre vie. Non pas ce que les autres voient et admirent, mais ce tour de force qui consiste à y imprimer l’infini”, Mounier et sa génération, Le Seuil, 1957, p. 28.

7 Serge Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 69.

8 Sur la revue Plans et Philippe Lamour, voir Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, op. cit. et Pierre Andreu, Révoltés de l’esprit. Les revues des années 30, Kimé, 1991.

9 Sur L’Ordre Nouveau, on consultera : J.L. Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, op. cit. E. Lipiansky et B. Rettenbach, “L’Ordre Nouveau” in Ordre et démocratie, deux sociétés de pensée, PUF, 1967. D. Bonnaud-Lamotte et J.L. Rispail, Intellectuels des années 30, CNRS, 1990.

10 Le premier numéro de la revue, paru en mai 1933, s’intitule “Mission ou démission de la France”.

11 Jean Guéhenno, “Contre-révolution”, Europe, août 1932. L’allusion est clairement faite à l’ouvrage de Daniel-Rops, Le monde sans âme, qui vient de paraître chez Plon.

12 Emmanuel Mounier, “Refaire la Renaissance”, Esprit, octobre 1932, p. 15.

13 Le témoignage est celui de Sylveyre et s’intitule “Contre ?”. L’article de Berdiaeff a pour titre “Vérité et mensonge du communisme”. L’ensemble se situe en pleine période de dékoulakisation, Esprit, no 1, octobre 1932.

14 Pierre Traval, “Les catholiques et les socialistes après l’Encyclique” “Quadrasegimo Anno”, Esprit, no 6, 1er mars 1933.

15 L’Ordre Nouveau, no 1, mai 1933.

16 Placard publicitaire de L’Ordre Nouveau.

17 Robert Aron, Arnaud Dandieu, La Révolution nécessaire. Grasset, 1933, p. 275.

18 Denis de Rougemont, “Cahier de Revendications”, La Nouvelle Revue Française, décembre 1932. Le groupe Combat était une invention de Denis de Rougemont.

19 L’Union pour la Vérité était une association fondée par R Desjardins pour organiser des réunions contradictoires entre familles de pensée.

20 Daniel Rops, “Positions générales”, La Revue Française, no 4, 25 avril 1933. C’est ainsi qu’il signe alors.

21 Ibid. Le mot en italiques est entre guillemets dans le texte.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Michel Winock, “Esprit, Des intellectuels dans la cité, op. cit., p. 83.

25 “Confrontation”, Esprit, no 6, 1er mars 1933.

26 Emmanuel Mounier, “Confession pour nous autres chrétiens”, Esprit, no 6, 1er mars 1933.

27 Jean de Fabrègues, “Quelle révolution ?”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

28 Mounier et sa génération, op. cit.

29 L’Écho de Paris, mars 1933. Étaient en cause en particulier les déclarations de la revue sur un “socialisme positif” évoquées plus haut.

30 Le fait est rappelé par Jean-Louis Loubet del Bayle qui suppose que Maritain joua en cette affaire comme en d’autres circonstances des difficultés d’Esprit avec l’Église, un rôle “de caution morale et doctrinale”.

31 Thierry-Maulnier, “La révolution aristocratique”, La Revue Française, no 4, 25 avril 1933. Les mots sont soulignés dans le texte. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

32 Sur 1933 et Rempart, voir Robert Brasillach, Notre Avant-guerre, op. cit. et Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite, op. cit., p. 455.

33 Le philosophe et homme de lettres Gabriel Marcel (1889/1973) ne fait qu’une brève apparition à La Revue du Siècle dans le numéro de septembre 1933. Il a publié son Journal métaphysique en 1928 à la N.R.F. Son amitié avec Mauriac n’est pas sans expliquer son rapprochement du groupe Fabrègues. Désormais son rôle auprès de ce dernier ne va plus cesser de s’intensifier comme on le verra plus loin.

34 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

35 X.X.X, “La vérité et la pratique (Thèse et Hypothèse)”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

36 La meilleure définition en serait celle d’“État théologico-politique” proposée par Fabrègues dans son dialogue évoqué plus haut avec Pierre-Henri Simon.

37 Emmanuel Mounier, “Refaire la Renaissance”, Esprit, no 1, octobre 1932, p. 25.

38 Ibid., p. 10.

39 Ibid., p. 25 et 51.

40 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

41 René Vincent, “Les catholiques de France en péril de mort”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

42 X.X.X, “La vérité et la pratique (Thèse et hypothèse)”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

43 Jean de Fabrègues, “Si la vérité est une”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

44 René Vincent, “Les catholiques de France en péril de mort”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

45 Marcel Noël, “Poésie, roman et morale”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

46 Jean de Fabrègues, Mauriac. Plon, 1971.

47 Roland Alix, Gérard de Catalogne, Daniel-Rops, A. de Falgairolle, Marguerite-Yerta Melera, Jean Héritier, Jacques Reynaud, André Rousseaux, Gonzague Truc, Robert Vallery-Radot, Émile Vaast, Francis Veillet-Lavallée.

48 Jean Cocteau, Pierre Drieu-La-Rochelle, Georges Duhamel, Henri Ghéon, Daniel Halévy, Jacques de Lacretelle, Roger Martin du Gard, André Maurois, Henry de Montherlant, Paul Morand, Jean Schlumberger.

49 Jean de Fabrègues, “Humanité de François Mauriac”, La Revue du Siècle, no 4, juillet/août 1933.

50 “Le dîner de La Revue du Siècle. Discours de Jean de Fabrègues”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

51 Alexandre Marc, “La mort des mensonges”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

52 Maurice de Gandillac, “Valeur de la liberté”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933. Les mots sont soulignés dans le texte

53 René Vincent, “Réhabilitation de la politique”, La Revue Française, no 3, juin 1933. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

54 Alexandre Marc, “La mort des mensonges”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

55 Jean de Fabrègues, Quelle révolution ? “La Revue du Siècle, no 1, avril 1933. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

56 Pierre Gan, “Communisme et humanité”, La Revue du Siècle, no 7, novembre 1933.

57 Il s’agit du futur Pie XII.

58 Benito Mussolini, “Idées fondamentales du fascisme”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

59 Thierry-Maulnier, “Réponse à l’enquête sur la jeunesse française envers l’Allemagne nouvelle”, La Revue du Siècle, no 2, mai 1933.

60 Jean-Pierre Maxence, ibid.

61 Daniel-Rops, ibid.

62 Robert Aron et Arnaud Dandieu, ibid.

63 Claude Chevalley et Alexandre Marc, ibid.

64 Thierry Maulnier, ibid.

65 Jean-Pierre Maxence, ibid.

66 J. F., ibid.

67 Thierry Maulnier, “Nietzsche ou la mort rajeunie”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

68 Jean de Fabrègues, “Le témoignage de Nietzsche”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

69 Jean de Fabrègues, “Péguy prophète et guide”, La Revue du Siècle, no 6, octobre 1933.

70 Elles proviennent de Georges Dupeyron qui est un collaborateur de la revue Europe et a aussi participé à Plans et à Monde, d’Alexandre Marc, Claude Chevalley, Robert Aron, Arnaud Dandieu, Denis de Rougemont présentés comme représentants du groupe L’Ordre Nouveau, de Jean-Pierre Maxence, Thierry Maulnier, Robert Francis et Daniel Rops. Dans ce rassemblement des “quelques écrivains les plus représentatifs de la nouvelle génération littéraire”, selon les enquêteurs, les collaborateurs d’Esprit ne figurent pas en tant que tels.

71 Jean de Fabrègues, “La jeunesse française devant l’Allemagne nouvelle”, La Revue du Siècle, no 2, mai 1933.

72 G. Dupeyron, R. Aron, A. Dandieu D. de Rougemont, “Réponses à l’enquête sur la jeunesse française devant l’Allemagne”, La Revue du Siècle, no 2, mai 1933.

73 R. Dupuis. A. Marc, “État de la jeunesse soviétique”, La Gazette Française, no 7, novembre 1933.

74 Jean Saillenfest, “Mystique nécessaire”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934. Le mot en italiques est entre guillemets dans le texte.

75 Jean de Fabrègues, “Les Idées. La révolution nécessaire”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

76 Roger Magniez, “Les origines romantiques de l’hitlérisme”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

77 Jean de Fabrègues, “Les Idées. La révolution nécessaire”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

78 Maurice de Gandillac, “L’Église et le Prince”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934. Les mots sont soulignés dans le texte.

79 Jean de Fabrègues, “Quelle révolution”, La Revue du Siècle, no 1, avril 1933.

80 Ibid.

81 Pierre Gignac, “Où allons-nous ?”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

82 Roger Magniez, “La doctrine corporative et l’école”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

83 Jean de Fabrègues, “Si l’enseignement forme des hommes”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

84 Roger Magniez, “La doctrine corporative et l’école”, La Revue du Siècle, no 8, décembre 1933.

85 Roger Magniez, “Vers une doctrine corporative”, La Revue du Siècle, no 11/12, mars/avril 1934.

86 René Vincent, “Réhabilitation de la politique”, La Revue du Siècle, no 3, juin 1933.

87 Jean de Fabrègues, “Quand l’homme fut libre”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934.

88 Henri Massis, “La continuité spirituelle”, La Revue du Siècle, no 6, octobre 1933.

89 Selon le témoignage à l’auteur de Monique de Fabrègues qui éclairait et confirmait ainsi ce que son mari écrivait dans le numéro 4 de La Revue du XXe Siècle : “En août dernier, l’imposture d’un “éditeur” qui s’était servi de nos idées et de nos noms pour couvrir sa firme d’un manteau d’honneur, nous laissait sans organe, sans ressources, puisque ces “éditions” avaient reçu tout l’argent de nos abonnements”, Jean de Fabrègues, “Lettre à l’abonné, à l’ami, au lecteur d’occasion”, La Revue du XXe Siècle, no 4, février 1935.

90 Post-scriptum à son article “Quand l’homme fut libre”, La Revue du Siècle, no 9, janvier 1934.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search