Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Deuxième partie. La Jeune Droite Catholique

Chapitre VI. Le groupe Réaction

Texte intégral

1La crise de 1929, qui gagne insidieusement la France à partir de l’automne 1931, donne tout son climat délétère à la période. Elle mine la société française, l’encourageant au pessimisme et au moindre effort. La stagnation démographique et le passage du rang de troisième puissance mondiale au rang de quatrième sont le prix à payer pour cette évolution. Trop bien protégée de la concurrence extérieure par ses tarifs douaniers, refusant de tirer les conséquences des dévaluations de la livre puis du dollar sur la force de sa propre monnaie, l’économie française s’affaiblit plus lentement que les autres économies européennes, mais tout aussi sûrement. Au plan politique, les critiques apportées au régime s’alimentent à une source toujours plus vive. Le reproche d’inefficacité fait au parlementarisme se nourrit de l’échec de la lutte contre la dépression et de l’arrêt du paiement des réparations par l’Allemagne.

2Conformément à son idéal de catholicisme intégral, Jean de Fabrègues continue de vouloir construire un ordre temporel inspiré des principes catholiques. A Réaction, encouragé par Georges Bernanos, il rassemble une équipe de jeunes intellectuels. L’expérience ne manque pas d’intéresser Jean-Pierre Maxence qui a pris la responsabilité de La Revue Française. Elle attire aussi le regard de Robert Francis, son frère, resté à la tête des Cahiers. Les jeunes équipes s’invitent mutuellement dans leurs publications respectives. Robert Aron et Arnaud Dandieu, qui sont à la veille de fonder le mouvement de L’Ordre Nouveau, y participent. Le rassemblement d’une Jeune Droite catholique s’élabore autour de Réaction qui apparaît ainsi comme la revue d’un mouvement de pensée : le groupe Réaction.

I. Réaction

  • 1 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.
  • 2 Jean-Louis Loubet del Bayle, “La revue Réaction.”, Politique, no 33 - 36, 1966.

3“Cette revue est née au milieu des plus profondes et des plus cruelles équivoques. Nous n’avions ni amis, ni chefs, ni argent1”, rappelle Jean de Fabrègues. Dans le climat de crise où se trouve plongée l’Action Française en 1930, son initiative ne rencontre que critiques ou trahisons. Maurras a laissé partir son ancien disciple et semble se détourner de lui. Le mouvement mena “une assez vive campagne contre nous, surtout de bouche à oreille, et tenta de récupérer individuellement quelques-uns de ceux qui nous avaient suivis. De notre côté, nous essayions de rester justes […] tout en volant de nos propres ailes”, confiera plus tard Fabrègues à Jean-Louis Loubet del Bayle2.

4L’aspect du petit cahier qui paraît le 5 avril 1930 ne détonne pas par rapport à l’ensemble des jeunes revues de l’époque. 11 ressemble à s’y méprendre aux Cahiers de Jean-Pierre Maxence et à La Revue Française, telle qu’elle se présentera sous la direction de ce dernier. Esprit et L’Ordre Nouveau emprunteront la même couleur de papier et un format à peu de chose près similaire. Seule note de couleur sur la couverture écrue, le titre rouge sang, en lettres capitales : RÉACTION. Le sous-titre, de taille beaucoup plus réduite, en noir cette fois : Pour l’ordre. Réaction, l’ordre : deux mots clés repris plusieurs fois, comme martelés, dans le manifeste rédigé en 1928 qui ouvre la première livraison. D’une trentaine de pages, chiffre augmentant dans les numéros suivants sans jamais dépasser toutefois la soixantaine, la revue annonce une parution mensuelle. Pourtant dix exemplaires seulement verront le jour jusqu’à sa disparition en juin/juillet 1932. Malgré cette parution irrégulière, Réaction parviendra à doubler son tirage durant sa courte vie, passant de sept cents exemplaires environ à mille cinq cents. Cette diffusion la rend tout à fait comparable, cette fois encore, aux Cahiers de Maxence qui débutent avec mille lecteurs et iront jusqu’à deux mille.

De nombreuses participations, une rédaction réduite

5Parmi les participants au premier numéro, certains cesseront ensuite leur collaboration. Ils paraissent n’avoir servi qu’à prêter leur appui au lancement de la jeune revue. Ainsi de neuf signataires, sur les dix-neuf au total, du manifeste. En dehors de Charles Vergnaud, qui dirige Le Courrier de Lorraine à Nancy et de Christian de La Taille, employé de banque, il s’agit d’étudiants qui viennent tous de rompre avec l’Action Française à la suite de Fabrègues, Parmi eux, la présence de Félicien Maudet, ex-secrétaire général des Étudiants d’Action Française, marque bien l’intention des jeunes du mouvement à l’origine de la création de Réaction : se séparer de l’Action Française sans pour autant abandonner leur attachement aux principes politiques maurrassiens. Aux côtés de Maudet se trouvent : Émile Girard ; Maurice Chuzel, plus tard responsable de l’information religieuse à l’Agence France-presse ; Robert Buron, qui sera membre du Mouvement des Républicains Populaires et plusieurs fois ministre sous les Quatrième et Cinquième Républiques ; André Piettre, futur professeur des Universités et membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques ; Jean Sainte-Fare-Garnot ; enfin le normalien Louis Lemiels, mort un mois plus tard à l’âge de vingt ans.

6Les dix autres signataires du manifeste demeureront rédacteurs dans les revues de la Jeune Droite Catholique : derrière Jean de Fabrègues figurent Roger Magniez, l’un des collaborateurs les plus actifs dans la préparation de la revue. Proche de la quarantaine, directeur d’un service de la compagnie d’assurances La Paix, président du Cercle La Tour du Pin, il domine l’équipe par l’âge et les responsabilités. Raymond Damien, parmi les aînés lui aussi, est administrateur-gérant de Réaction jusqu’en février 1931 où Christian Chenut le remplace. Ce dernier achève un doctorat de droit et soutient financièrement la revue. Marcel Noël est instituteur, Pierre Burgos (Ousset de son véritable nom), enseignant ; Bernard du Halda assureur comme Magniez. Jacques-Marie Thomas fréquente encore le lycée : il n’a que dix-sept ans. René Vincent, aux côtés de Jean depuis le début de l’entreprise, est étudiant en droit comme Jean Le Marchand et tous deux sont dissidents de l’Action Française.

  • 3 Jean de Fabrègues, lettre à Maurras, non datée, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 116.

7Les membres de l’équipe qui lancent Réaction possèdent au moins deux points communs, formant comme la marque de fabrique de la Jeune Droite Catholique : ils ont été au moins sympathisants, sinon membres de l’Action Française et sont chrétiens. Tous, ainsi que l’écrivait Jean à Maurras, se placent “sous la direction de Georges Bernanos et Robert Vallery-Radot” qui représentent pour eux “un symbole” et affirment : “Nous voulons mettre un moyen nouveau, une bonne volonté nouvelle au service du redressement intellectuel et non l’alourdir […] Nous ne venons pas vous demander un appui, ce serait à l’opposé de notre but […] Nous. venons seulement vous demander de considérer (notre effort) comme une aile humble du vôtre3.”

  • 4 Seront interrogés : Paul Valéry, Alain, Émile Buré, André Malraux, W. Foerster (professeur allemand (...)

8En réalité Réaction repose sur une équipe réduite. D’abord sur Jean de Fabrègues lui-même, à la fois directeur, rédacteur en chef et auteur d’un bon tiers des articles dans chaque livraison, sous son propre nom et deux pseudonymes : Pierre Gignac et René Dufort. Plus encore que le nombre de ses interventions, c’est la structure même de la revue qui porte sa marque. Une enquête sur l’ordre tisse comme un fil rouge entre les sept premiers numéros. Idée de lancement pour la revue, elle ne laisse pas de rappeler par sa démarche l’Enquête sur la monarchie lancée par Maurras en son temps et son souci de “l’immense question de l’Ordre”. Mais elle appartient aussi au registre de l’ordre catholique, ordre moral et ordre social. Elle permet à Fabrègues de conduire des entretiens avec une partie des plus grands écrivains, poètes et philosophes du siècle, croyants et incroyants4. Une série de thèmes vient l’appuyer, formant les arguments d’une démonstration autour de laquelle se groupent plusieurs numéros : le “Procès de l’Amérique” ; le “Visage de la paix” ; “Où est l’Après-guerre ?” ; un numéro spécial sur Georges Bernanos saluant en 1931 la sortie de La Grande Peur des bien-pensants ; “Capitalisme, ordre et révolution” ; “La querelle de l’humanisme”. Au fur et à mesure des livraisons, des chroniques se précisent : Les Idées, Les Livres, Le Théâtre, Les Revues, Les Faits, Faits divers, La Politique, La Philosophie, L’Histoire.

  • 5 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.
  • 6 Jacques Laurent, Histoire égoïste, La Table Ronde, 1976, p. 200.

9La revue doit aussi son existence au dévouement de “quelques cinq ou six qui se jetaient dans cette aventure sans issue […], mus par le sentiment d’un pressant devoir5”, comme le rappellera Fabrègues dans son dernier éditorial. A ses côtés, formant en quelque sorte la cheville ouvrière de la rédaction, figure son ami René Vincent qui signe aussi du pseudonyme d’Alain Palante la rubrique des Faits divers ou celle du Théâtre. C’est un royaliste, fervent catholique. Il joue surtout le rôle de critique littéraire, mais assure également les tâches de mise en page et d’impression, de sorte qu’aucune livraison ne sort sans son intervention. Jacques Laurent, qui fera sa connaissance quelques années plus tard à Combat, le décrit comme un “homme grand, grave, maigre, vêtu et ganté de noir, qui tenait toujours un livre pressé sous son aisselle et nous impressionnait par son visage savonarolien”, Cet extérieur sévère cachait un immense dévouement à l’œuvre de Fabrègues et un certain sens de la dérision : “Il nous fallut un bon moment pour découvrir l’ironie et la chaleur de son regard6”, ajoute Jacques Laurent.

  • 7 Pierre Andreu qu’il “épatait”, se souvient qu’il lui confia peu de temps après qu’ils se fussent co (...)

10Roger Magniez est le troisième homme de Réaction. Lors des réunions de réflexion du groupe sur le manifeste, il avait essayé d’imposer le titre “L’Ordre” à la future revue et l’on peut supposer que le sous-titre “Pour l’ordre”, précisé sur les deux premiers numéros, fut ajouté pour lui donner satisfaction. Il représente la puissance de la doctrine corporatiste, exerçant sa critique sur le développement et les conséquences du modernisme. Ayant résidé sept ans en Allemagne, il témoigne d’une connaissance de la psychologie allemande précieuse pour commenter l’actualité. Viennent ensuite Marcel Noël, poète catholique fervent ; Jacques-Marie Thomas, pétri de dons selon Pierre Andreu : il peint, écrit et s’est lancé, après une licence de philosophie, dans ce qui sera la recherche de sa vie : Pascal et le jansénisme. Il signe aussi Jacques-François Thomas et se réserve plutôt des articles de réflexion religieuse7. Jean lui accorde toute sa confiance : le siège de la revue se trouve au domicile de ses parents, encadreurs rue du Dragon et le compte-chèque postal à son nom. Enfin Christian Chenut se charge de l’administration.

11Un nouveau venu, en février 1931, ne tarde pas à devenir à son tour un pilier de la rédaction. Il s’agit d’Émile Vaast, de son véritable nom Émile Béchet, Vaast étant celui de sa mère. Il a fait la connaissance de Jean de Fabrègues au lycée de Laon où tous deux sont professeurs de lettres. Âgé de quarante deux ans, son expérience intéresse à plusieurs titres l’équipe de Réaction. Après une année de séminaire à Bayeux en 1908/1909, il a dû abandonner la prêtrise pour raisons de santé. Sillonniste jusqu’en 1910, il se rapproche des nationalistes après la condamnation du mouvement de Sangnier. Sa carrière d’enseignant l’amène au Cercle Fustel de Coulanges fondé par Henri Boegner à la fin des années vingt. Boegner, philosophe nourri des idées de Sorel et de Valois, disciple de Maurras malgré des origines protestantes et républicaines, voue son œuvre à la conversion du milieu enseignant à la cause corporatiste. Vaast est l’un de ses plus brillants adeptes : il collabore aux Cahiers du Cercle et s’est fait d’utiles relations parmi les chroniqueurs de L’Action Française, Robert Havard de La Montagne et René Brécy par exemple.

12A Réaction, c’est la voix même du nationalisme, s’inspirant à la fois de la sensualité barrèsienne, de la rigueur maurrassienne et du lyrisme de Bernanos. En dehors de ses articles, il tient aussi en 1932 une chronique politique où il ne ménage pas ses critiques envers l’action du gouvernement ni à l’égard des hommes en place. Il n’est pas indifférent de voir Fabrègues confier la responsabilité de la tribune politique à ce catholique fervent qui est aussi ancien sillonniste. Ce détail signe l’intérêt qu’il porte dès l’origine au mouvement de Sangnier et dont il ne se départira jamais.

Le parrainage de Georges Bernanos

  • 8 Émile Vaast, “Querelle de générations”, Réaction no 8/9, janvier/février 1932.
  • 9 Un travail dans des conditions bien peu favorables comme il le souligne dans sa lettre : “Je suis p (...)

13La petite équipe, assez disparate en âge et en expérience qui se lance dans l’aventure de Réaction, trouve son unité dans le parrainage d’une personnalité de choix : Georges Bernanos. Par son catholicisme, son royalisme et son nationalisme, il fait l’unanimité des rédacteurs. Comme l’écrit Émile Vaast : il représente “l’esprit du groupe Réaction.8” Jean a poursuivi ses relations avec lui depuis l’envoi de son manifeste et l’accueil favorable que celui-ci avait reçu. Entre eux est née une amitié qui a toute la chaleur que l’écrivain sait mettre dans ses sentiments et la ferveur d’un jeune catholique royaliste envers un ancien Camelot, qui plus est romancier de génie. En 1930 en effet, Bernanos, devenu un auteur célèbre, n’est plus obligé de vendre des assurances pour assurer la subsistance de sa déjà nombreuse famille. Après Sous le soleil de Satan, il a publié L’imposture puis La Joie qui a obtenu le prix Fémina. Au moment du lancement de Réaction, il travaille à “son Drumont” comme il l’écrit à Jean9.

  • 10 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.
  • 11 Georges Bernanos, “Message aux jeunes Français”, Réaction, no 1, 5 avril 1930.

14Son soutien à une revue dissidente de l’Action Française le montre lui aussi en train de s’éloigner de Maurras, ce que confirme Fabrègues dans le livre qu’il lui consacrera plus tard10. Il semble cependant qu’il se soit, à l’origine, un peu méfié de l’enthousiasme manifesté par les jeunes gens à son endroit. Non qu’il ait répugné à donner son appui à la nouvelle revue, mais plutôt par une sorte de pudeur, de défiance envers ses propres foucades, ainsi qu’en témoigne son envoi dans le numéro inaugural de Réaction. L’allusion au Martégal apparaît transparente dans la confidence faite à Réaction selon laquelle il n’est pas : “de ces arpenteurs […] qui savent exactement d’où ils viennent, où ils vont.” Lui affirme n’être “le maître de personne”. Que ces jeunes gens se rassurent, ils ne trouveront pas en lui trace des étroitesses du “catéchisme” d’Action Française. Il en vient cependant à se placer personnellement aux côtés de l’entreprise : “A la première page de notre Revue, écrivons […] : Ici la vérité est aimée et servie pour elle-même11.” L’emploi de ce “notre” ne laisse aucun doute sur son engagement auprès de Réaction.

  • 12 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, 27 mai 1930, fonds Fabrègues.

15L’affection de Bernanos pour la jeune équipe de rédacteurs, et d’abord pour son chef, ne se démentira pas. Dès l’été 1930, il confie à la revue un long extrait de l’ouvrage qui deviendra La Grande Peur des bien-pensants. Le texte, encore manuscrit, parvient à Fabrègues par le truchement de Vallery-Radot qui vient de publier un article dans le numéro précédent et que Bernanos recommande comme “déchiffrant très bien son écriture”. Il propose lui-même un titre qui ne déflorera pas l’œuvre à paraître : Le gouvernement de l’ordre moral ou la restauration manquée12. Il s’agit en fait d’une bonne partie du quatrième chapitre intitulé “Le Maréchal Gribouille” dans le livre qui paraîtra l’année suivante. Le texte, émaillé de citations de Drumont, éreinte la bourgeoisie libérale et, plus généralement, l’esprit conservateur. Il sert d’introduction au numéro que la Jeune Droite Catholique consacre au “Procès de l’Amérique”.

  • 13 Georges Bertnanos, lettre à jean de Fabrègues, 15 août 1931, fonds Fabrègues.

16La profonde affinité de pensée que Fabrègues ressent avec Bernanos l’incite à aller de l’avant. Se considérant désormais comme le porte-parole de l’écrivain auprès de sa génération, il décide de saluer la parution de La Grande Peur des bien-pensants par un numéro spécial qui sort en mai 1931. La livraison s’ouvre sur une “Lettre à Réaction” qui n’est autre que la réponse envoyée par Bernanos au reçu du manifeste en 1929. Une telle marque de reconnaissance suscite un débordement d’affection de la part de l’écrivain : “Je ne suis pas digne d’une telle amitié”, écrit-il à Fabrègues, “d’un si magnifique don de vous-mêmes. Mais, du moins, puis-je vous promettre – et je le fais devant Dieu avec une grande profondeur de tendresse et de gratitude – d’y répondre fidèlement […] Non, non, je ne vous manquerai jamais !” Et il conclut familièrement : “Je vous embrasse, mon vieux frère13 !”

  • 14 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, 11 mars 1930 fonds Fabrègues.
  • 15 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 100.

17Dans l’ouvrage qu’il consacrera plus tard à Bernanos, Fabrègues témoigne de la durée de leur amitié. Les brouilles successives de l’écrivain avec Massis puis Maurras l’atteindront, mais n’y mettront pas fin. Bernanos rompt avec le premier en mars 1930. Une conversation les avait vivement opposés à propos d’un ami commun et Massis avait pris ombrage des paroles de Bernanos. Peu de temps après, ce dernier perdait sa mère. La carte qu’il envoie alors à Jean témoigne de son besoin d’être entouré : “Je viens de perdre brusquement ma pauvre Maman […] Je serais content de vous embrasser14.” Fabrègues se souvient : “Un service fut célébré à Clermont. Bernanos attendait Massis et quand fut arrivé le train qui m’amenait avec d’autres, et non Massis, sa peine éclata : ce n’est pas possible, il ne me laissera pas seul aujourd’hui15 !” La réconciliation devenait impossible.

  • 16 Coty reprendra ainsi plusieurs journaux, bâtissant un véritable empire de presse : Le Gaulois, Figa (...)
  • 17 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p 102.
  • 18 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, non datée, vraisemblablement octobre 1931, fonds Fabr (...)

18Robert Vallery-Radot qui reste un ami fidèle de l’écrivain, voyant qu’il peine à trouver l’inspiration après ces épreuves, s’offre à le présenter au parfumeur François Coty qui vient de reprendre Figaro16. Selon le témoignage de Fabrègues : “Le personnage a étonné Bernanos et, par son côté de puissance solitaire, lui a plu17.” Bernanos donne sa collaboration au journal à partir de 1931, plutôt à contre cœur cependant et par nécessité. Il écrit à Fabrègues : “J’ai envie d’essayer une Enquête sur la jeunesse à Figaro. Je n’ai pas trouvé un sujet qui me permit mieux de dire ce que je pense. Mais acceptera-t-on ? Ce public m’écœure […] Depuis trois semaines, je lutte pour essayer de lui parler, je déchire le lendemain ce que j’ai écrit la veille. Et pourtant, j’ai bougrement besoin – oui, bougrement besoin – des cinq billets du Maître des Parfums. Écrivez-moi. Votre amitié à tous m’est tellement plus nécessaire que vous ne pouvez penser18.”

  • 19 Ibid. Fidèle à son attitude de résistance, Larpent sera le seul chef de l’Action Française à refuse (...)
  • 20 Georges Bernanos, L’Ami du Peuple et Figaro. 21 mai 1932.

19Dans le même temps, l’enlisement de l’Action Française dans sa lutte contre le Vatican semble l’agacer de plus en plus : “Connaissez-vous le secrétaire dont le colonel Larpent vient de s’assurer les services et qui répond je crois au nom de Charles Maurras ? Il y en a un autre du même type au Courrier de Lorraine qui s’appelle Ch. Vergnaud19.” Aussi lorsque Maurras et Coty, qui s’étaient momentanément rapprochés dans le soutien d’un candidat aux élections législatives de 1932, se rejettent mutuellement l’un sur l’autre la responsabilité de l’échec de leur poulain, Bernanos prend le parti du parfumeur. L’accusation de “ploutocratie” lancée par L’Action Française envers le patron d’un journal où lui-même écrit, l’a touché au plus vif. Dans L’Ami du Peuple du 15 mai 1932, il avoue “son humiliation et son dégoût” et déclare : “je n’ai réellement plus rien ni personne à ménager. Qu’on ne me ménage pas non plus”, conseil que devait suivre à la lettre le quotidien nationaliste qui poursuivit Bernanos de sa vindicte jusqu’en décembre 1932 où l’écrivain rompit définitivement : “Nous vous aurons tout donné Maurras, qu’il me soit permis de vous le rappeler après cette exécution sommaire […] A Dieu Maurras ! A la douce pitié de Dieu20.” La séparation de Maurras, n’offrait pas cependant le même caractère douloureux que celle de Massis. Bernanos témoignera qu’il n’avait jamais été question de sa part d’amitié envers le chef nationaliste, mais d’admiration intellectuelle et de respect pour l’œuvre politique.

  • 21 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.. p. 102, 103.

20Dans cette querelle, les jeunes non-conformistes de Réaction comprennent mal la passion avec laquelle Bernanos défend Coty, un homme qui leur apparaît comme l’image même du bourgeois enrichi, magnat d’une presse de droite conservatrice. “Le personnage méritait-il l’appui que lui apportait l’auteur de La Grande Peur des bien-pensants et les accents qu’il prenait21 ?” se demandera encore Jean plusieurs années plus tard. En mai 1932, il n’hésite pas à répondre par la négative.

  • 22 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 135, 136. Les mots en i (...)
  • 23 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 104.
  • 24 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse” et René Vincent, “Tout revient à l’essentiel” (...)

21L’attitude de Bernanos l’amène à se rapprocher de Maurras dont le jeune groupe n’a jamais caché qu’il continuait de s’inspirer au strict plan politique. Dans une lettre au chef de l’Action Française, Fabrègues fait part de son irritation : “J’apprends que Bernanos se plaint de mon silence et que je n’ai pas écrit publiquement je suis à vos côtés. C’est vraiment trop d’inconscience. Il vous écrit : Nous vous avons tout donné. Et nous alors ? Quelle attitude sera la nôtre, maintenant, devant tous les démocrates-chrétiens à qui nous avions brandi La Grande Peur en disant : ce n’est pas seulement un livre, c’est la voix d’un homme ? Tout cela est bien dur. Je crois que je m’arrête à la seule solution possible qui est que mes amis et moi, à notre tour, nous disions : Adieu Bernanos.22” S’il n’y a pas rupture personnelle de Jean avec Bernanos, auquel il rend visite à deux reprises à La Bayorre23, du moins y a-t-il dès ce moment éloignement de l’équipe de Réaction à l’égard de l’écrivain, ne serait-ce qu’à cause des circonstances. Ayant quitté Figaro pour lequel il n’était décidément pas fait, Bernanos, contraint par le besoin, s’exile à Majorque l’année suivante, avec pour tout bagage un engagement d’achat à la page de l’éditeur Plon pour le Journal d’un curé de campagne. Cependant, lorsque Réaction disparaît à l’été 1932, elle tient à rappeler une dernière fois son mépris des bien-pensants et son admiration pour l’œuvre de Bernanos placée par René Vincent à la même hauteur que celle de Péguy et de Claudel24.

  • 25 Jean de Fabrègues, “Les Livres”, Réaction, no 5, février 1931.
  • 26 Lettre d’André Malraux à Jean de Fabrègues sur papier à en-tête de la NRF, 13 février 1931, fonds F (...)

22Grâce à ce prestigieux parrainage et à des sympathies comme celles de Robert Vallery-Radot et d’André Rousseaux, Réaction ne tarde pas à prendre l’une des premières places dans le paysage des jeunes revues intellectuelles et politiques du début des années trente. Elle profite de la célébrité des personnalités interrogées dans le cadre de l’Enquête sur l’ordre, dont les noms viennent orner sa couverture comme ceux d’autant de collaborateurs prestigieux. Elle est servie par sa qualité d’esprit qui lui attire souvent le respect de ses adversaires, par exemple celui d’André Malraux écrivant à Fabrègues à la suite d’une recension donnée par celui-ci dans Réaction du premier tome de La Voie royale25 : “Merci de votre étude qui ne vise que l’essentiel et, du point de vue de l’adversaire – je ne dis pas de l’ennemi – le traite bien. J’aurai plaisir à vous envoyer la suite26.”

  • 27 “Réaction et la presse”, Réaction, no 10, mars 1932.
  • 28 “A nos abonnés, à nos amis”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

23La presse fait écho à ses débats. Ainsi de celui de “L’après-guerre” qui, selon la rédaction, a été commenté dans Figaro, Comoedia, L’Intransigeant, La Liberté, l’Ordre, Le Mercure de France, Le Journal de Rouen, L’Express du Midi et donne lieu à un échange d’arguments avec les jeunes radicaux de Notre Temps27. Dans d’autre numéros de Réaction, on évoque la sympathie de L’Ami du Peuple du Soir, de L’Éclair de Montpellier, l’accueil de Jules Roy dans La Presse Libre d’Alger, l’intérêt de L’Avenir du Loir et Cher, de La Province28. Une telle réputation naissante ne pouvait laisser indifférentes les jeunes revues voisines.

II. Avec la Jeune Droite non conformiste

24La parution de Réaction de 1930 à 1932 s’inscrit dans le sillage d’une Jeune Droite non conformiste, mais ne se confond cependant pas avec elle. Au titre de cette Jeune Droite, Les Cahiers puis La Revue Française réunissent des équipes qui, pour sympathisantes qu’elles soient envers les idées maurrassiennes, ne peuvent ressentir à l’égard de l’Action Française l’admiration et le respect quasi religieux qui sont ceux d’un Bernanos ou d’un Fabrègues. Maxence, Francis, Maulnier ou Brasillach n’ont pas été camelots ni inscrits à la Ligue. L’idéal de nationalisme intégral n’est pas chargé pour eux de cet esprit de croisade qui animait Massis et Maritain avant 1926. Il témoigne plutôt de leur anticonformisme et se teinte d’anarchisme. Tous, à part Maulnier, ont reçu une formation catholique, mais tous n’éprouvent pas le désir d’imposer une lecture religieuse du politique, au même titre que Fabrègues dont ce fut l’un des principaux motifs de rupture avec Maurras. Lorsque Maxence reprend La Revue Française, il y attire une Jeune Droite moins préoccupée de politique chrétienne que de politique tout court.

Les Cahiers

  • 29 Jean Maxence, “Réaction”, Les Cahiers, Deuxième série, mai 1930. De l’anglais, l’expression peut êt (...)
  • 30 “Réaction et la presse”, Réaction, no 3/4. 1930” désigne Les Cahiers.
  • 31 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p.37.
  • 32 J. de F. “Les Livres. Jean Maxence. Positions. Éditions Saint Michel”, Réaction, no 5, février 1931 (...)

25Lorsque paraît le premier numéro de Réaction, Les Cahiers de Jean-Pierre Maxence font figure de revue volant de ses propres ailes. On se souvient que, malgré leur proximité avec Maritain, ils n’ont jamais désavoué une certaine fidélité à la pensée politique de Maurras, comptant dés l’origine parmi leurs collaborateurs Georges Bernanos et Henri Massis. Il n’est donc pas surprenant de les voir réserver le meilleur accueil à un organe en rupture morale et religieuse, mais en accord politique avec l’Action Française : “Il faut aider nos camarades. The more, the merrier”, écrit Maxence en mai 193029. Et Fabrègues commente en juillet : “1930 publie sur Réaction. de bienveillantes remarques30.” En outre au fil des années après la condamnation de l’Action Française, un rapprochement notable de leurs positions s’est produit. En effet, tandis que. Fabrègues se séparait de Maurras, Maxence s’émancipait de la tutelle de Maritain. Alors que le premier s’opposait de plus en plus ouvertement au “politique d’abord”, à une action politique qui n’obéirait pas à une démarche chrétienne avant tout, le second s’irritait d’une “primauté du spirituel” confinant à la tentation, pour les catholiques, “d’abandonner la politique, de s’évader de la cité terrestre, de n’attendre que du ciel le salut temporel31.” Fabrègues fait grand éloge dans Réaction du livre de son ami Jean Maxence, Positions, paru en 1930, le félicitant de “s’attaquer à la reconstruction (et) d’avoir su montrer ce qui est nécessaire pour vivre en homme32.”

  • 33 Ibid., p. 146.
  • 34 Raymond Damien, “Notes”, Réaction, no 2, 5 mai 1930
  • 35 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 152.

26Péguy reste le modèle des Cahiers, mais ceux-ci en soulignent surtout en 1930 l’engagement total, le souci d’être au monde. Ils invoquent : “ce Péguy solide, opiniâtre, douloureux, acharné, ce Péguy tout appliqué à diagnostiquer, à souligner, à éclairer les maux de son temps, les événements contemporains, attaché à eux étroitement, comme le corps du Christ au bois de la croix33.” Ce langage convient à Réaction qui salue avec enthousiasme la parution en 1930 du Porche à l’œuvre de Charles Péguy à l’édition des Cahiers34. Pour les deux jeunes équipes, “choisir Péguy, c’est refuser Benda35.” Et elles communient dans une même admiration pour Léon Bloy et Georges Bernanos.

  • 36 Jean Maxence, “Georges Bernanos ou la fidélité totale”, Réaction, no 7, mai 1931.
  • 37 Jean Maxence, L’Amérique intérieure, no 3/4, juin/juillet 1930.

27Aussi les participations croisées se multiplient-elles entre les deux revues. Au premier numéro des Cahiers, placé en partie sous le patronage de Bloy, fait écho celui de Réaction en février 1931, où René Vincent témoigne de “L’actualité de Léon Bloy”. Jean Pierre Maxence, qui signe alors Jean Maxence, dédie un vibrant article à Georges Bernanos dans le numéro spécial que Réaction consacre à l’écrivain36. Il avait auparavant participé au “Procès de l’Amérique” dans le numéro de Réaction de juin/juillet 193037. René Vincent et Jean Maxence se partagent la rubrique des Livres aux Cahiers dès 1930 et à Réaction à partir de 1931. On a vu également combien la revue de Maxence, parallèlement à son inspiration maritainienne, restait influencée par le nationalisme maurrassien. Il est significatif, à cet égard, de voir Émile Vaast, chantre du nationalisme, prendre la responsabilité de la rubrique “La politique” dans Les Cahiers de 1931, avant même de l’ouvrir dans Réaction en 1932.

  • 38 Jean Chauvy, lettre à Jean de Fabrègues, 8 juin 1933, fonds Fabrègues.

28Aux Cahiers, il succède à Paul de Longmar. De son vrai nom Jean Chauvy, Longmar prendra en charge “La philosophie” dans le dernier numéro de Réaction. On le retrouve à La Revue Française puis, devenu prêtre de l’Oratoire, aux côtés de Fabrègues après février 1934. Une lettre qu’il lui écrit en 1933 montre le mélange d’influences thomiste et nationaliste, héritées de La Gazette Française, qui domine Les Cahiers en 1930/1932 : “J’avais été voir les gens de La Gazette Française et, de là, avais été conduit à découper des articles de journaux politiques pour Les Cahiers de Pierre Godmé. J’ai cru un instant que Les Cahiers. pouvaient être un point de départ d’idées et d’expressions moins usé que le Roseau d’Or d’alors et n’y apportais des notes que comme on y aurait apporté des sous et pour que la place ne fut pas occupée par un type de gauche. Paul de Longmar n’a pas d’autre signification38.” Dans le dernier numéro des Cahiers, celui de juillet 1931, ce sont les membres principaux de l’équipe de Réaction qui se trouvent présents : Jean de Fabrègues à la rubrique de “La philosophie”, Émile Vaast à celle de “La politique” et René Vincent à celle des “Livres”.

La Revue Française

29A cette date cependant, une nouvelle revue est venue se joindre aux deux précédentes dans la dénonciation de la crise du monde moderne : La Revue Française. Nouvelle, elle ne l’est pas par l’âge puisqu’elle est née en 1905, en pleine séparation de l’Église et de l’État. Catholique et de droite, elle s’est placée en 1921 sous le patronage du Général de Castelnau, de Maurice Barrés, d’Henry Bordeaux, de Paul Bourget, comptant parmi ses collaborateurs René Benjamin, Henri Ghéon, René Johannet, François Mauriac, Robert Vallery-Radot, Henry d’Yvignac, toutes vieilles connaissances de Maxence et Fabrègues au temps de La Gazette Française.

  • 39 Il est l’auteur de nombreux livres sur des thèmes patriotiques, religieux et éducatifs. Par exemple (...)
  • 40 Il publie en 1935 une Histoire du cinéma rédigée en collaboration avec son beau-frère Robert Brasil (...)
  • 41 Brasillach est alors élève de l’École Normale Supérieure et âgé de vingt-et-un ans. Sympathisant de (...)

30La nouveauté vient de ce que l’ancienne équipe, dirigée par le respectable Antoine Rédier39, décide, en novembre 1930, de se rajeunir en s’adjoignant Maxence comme rédacteur en chef. Derrière lui, c’est une cohorte de jeunes non-conformistes qui va se presser désormais à la rédaction : Thierry Maulnier et Robert Brasillach rencontrés chez Henri Massis et, derrière eux, venant aussi de L’Étudiant Français, Maurice Bardèche et Georges Blond. Maurice Blanchot, enfin, se joint à l’équipe. A part Bardèche qui se spécialise très tôt dans le domaine artistique et littéraire40, tous écriront dans les revues de Fabrègues : Maulnier et Blanchot dès Réaction, tandis que Brasillach et Blond attendront la codirection de Maulnier et de Fabrègues à Combat en 1936 pour participer au mouvement41.

  • 42 Sur Thierry Maulnier, on consultera en particulier : Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformis (...)
  • 43 Dans Le Dieu masqué publié en 1985, Thierry Maulnier exprime de façon poignante sa quête spirituell (...)
  • 44 Thierry-Maulnier (sic). La crise est dans l’homme, Rédier, 1932.

31Thierry Maulnier, de son véritable nom Jacques Talagrand42, est né en 1909 et n’a pas reçu d’éducation religieuse. Toutefois, en classe d’hypokhâgne à Louis-le-Grand, il suit les cours du catholique et maurrassien André Bellessort et découvre Pascal et Bernanos. Son diplôme d’études supérieures, préparé à l’issue de ses années d’École Normale et de licence de lettres, porte sur l’œuvre de Racine dont il admire le classicisme mais dont le jansénisme ne le laisse pas non plus indifférent. Enfin, si sa toute première expérience de journaliste se fait à L’Étudiant Français, c’est à La Revue Universelle, sous la houlette d’Henri Massis qu’il entreprend la carrière de critique littéraire qui va l’amener en 1931 à donner des chroniques régulières à L’Action Française. Lorsqu’il entre à La Revue Française en novembre 1930, il apporte donc un regard certes agnostique, mais humaniste et de sensibilité chrétienne43. Le jugement qu’il porte sur son époque le rend proche de Fabrègues qui trouve repris dans La crise est dans l’homme44 nombre d’arguments présents dans le manifeste de Réaction.

  • 45 Les Cahiers. No 7, juillet 1931.
  • 46 La Revue Française, 25 août 1932.
  • 47 Sur Maurice Blanchot, on consultera F. Collin, Maurice Blanchot et la question de l’écriture, Galli (...)

32Contrairement au précédent, Maurice Blanchot est un catholique pratiquant. Journaliste talentueux, il prend la rédaction de politique étrangère au Journal des débats. Les thèmes de certains de ses articles dans Les Cahiers et à La Revue Française rendent un son familier aux oreilles de Fabrègues : “Mahatma Gandhi45”, “Le monde sans âme46”. Aussi celui-ci l’invite-t-il à collaborer à Réaction dès l’été 1931. Blanchot ne cessera plus de participer au mouvement jusqu’à l’expérience de Combat47.

33Ainsi se trouve réunie à La Revue Française, dès le début des années trente, une mouvance qu’on peut identifier comme celle de Maulnier par opposition à celle de Fabrègues : moins tournée vers le religieux, plus polémique, elle côtoie la Jeune Droite Catholique mais ne se mélange pas avec elle.

L’échec d’un projet de revue et de mouvement communs

  • 48 Sur la préparation d’Esprit, voir Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité. op. cit.(...)

34Le projet d’une fusion entre Les Cahiers et Réaction, fournissant la base d’un mouvement commun entre Jeune Droite et Jeune Droite Catholique, a pourtant vu le jour au printemps 1931. Il est intéressant de constater que ce projet est contemporain de celui que font Mounier, Izard et Deléage d’une revue et d’un mouvement qui deviendront l’année suivante ceux d’Esprit48.

35C’est Robert Francis qui prend l’initiative, après avoir reçu du secrétaire général des Cahiers Georges Raeders, l’engagement de publier une quatrième série de dix numéros de la revue en octobre suivant. Raeders est aussi codirecteur avec Fernand Sorlot, des Nouvelles Éditions Latines et c’est au siège de ces éditions que sont gérées l’administration et la publicité des Cahiers en 1931.

  • 49 Jean Godmé, lettre à Jean de Fabrègues non datée. Le texte suggère mai-juin 1931. Fonds Fabrègues.

36Francis a donc “la promesse de ses amis de faire des Cahiers matériellement une grande revue catholique”, écrit-il à Fabrègues. Et pour achever de le tenter, il ajoute un rien flagorneur : “Vous me semblez être le seul parmi les jeunes écrivains de mon âge à savoir ce que c’est qu’un mouvement intellectuel. Voulez-vous collaborer au nôtre, le développer avec nous en écrivant des articles du style éditoriaux dans Les Cahiers, en un mot en étant tout à fait des nôtres, en considérant Les Cahiers comme votre moyen d’expression ? Voulez-vous, soit que nous réunissions Les Cahiers à Réaction, soit Réaction aux Cahiers ? Je m’excuse de la brutalité de cette offre. Vous êtes absolument le seul à qui je ne craigne pas de la faire. Le mouvement pourrait être lancé en octobre et, sinon officiellement, du moins en fait, Maxence en serait l’année prochaine49

  • 50 Maurice Blanchot, lettre à Jean de Fabrègues, 7 janvier 1932, fonds Fabrègues.

37Comment une telle proposition aurait-elle laissé indifférent le directeur d’une jeune revue, dénué de moyens financiers et habité des plus grandes ambitions pour la diffusion de ses idées ? Il semble bien qu’à l’été 1931, un rapprochement se soit ébauché entre Réaction et Les Cahiers. C’est le moment, en effet, où les principaux rédacteurs de Réaction, Fabrègues, Vincent et Vaast, prennent chacun leur chronique dans le dernier numéro des Cahiers (juillet 1931). A l’été cependant, aucune des deux revues ne reparaît. Au début de 1932, une lettre de Maurice Blanchot à Fabrègues indique clairement l’existence du regroupement des deux publications : “Je serais très heureux de savoir où en sont Les Cahiers-Réaction. et ce que je pourrais faire pour vous aider. Je forme pour eux les vœux les plus vifs. A ce moment où une période semble s’achever sans que l’avenir annonce rien, il semble plus que jamais nécessaire de récupérer, sous les formules vieillies et abstraites qui les couvrent, le sens vivant des principes50

  • 51 Réaction, no 8/9, janvier/février 1932, intérieur de la couverture.

38Pourtant, en janvier/février 1932, seule Réaction renaît sous la forme d’un numéro double, avec une discrète adresse à ses lecteurs : “Des accords projetés avec une maison d’édition et une revue amie ont retardé jusqu’à ce jour la parution annoncée dès novembre de ce numéro51” Ainsi le mariage projeté a échoué. Trois numéros de Réaction suivront encore, marqués par des thèmes importants – L’après-guerre ; Capitalisme, Ordre et Révolution ; La querelle de l’humanisme – et la participation majeure de Maxence, moindre de Blanchot et de Longmar. En fait, l’équipe des Cahiers dans son ensemble a rejoint La Revue Française et Fabrègues doit chercher ailleurs subsides et collaborations à une autre “grande revue catholique” : ce sera La Revue du Siècle, après la mort de Réaction à l’été 1932. Pour quelles raisons la Jeune Droite et la Jeune Droite Catholique ne se sont-elles finalement pas rejointes ? Il ne pouvait s’agir de questions de personnes, étant donné les nombreuses participations croisées joignant les deux groupes. La solution ne pouvait résider que dans une différence de positions intellectuelles.

III. Un message antimoderniste et antimatérialiste

39L’originalité de Réaction réside dans le mariage de foi catholique et de principes politiques maurrassiens qui inspire en permanence le jugement qu’elle porte sur les événements de son époque et le nouvel ordre qu’elle préconise. Ce qu’Émile Vaast traduit en faisant de Bernanos l’inspirateur de Réaction. La jeune revue incrimine le mélange de matérialisme, d’individualisme et de modernisme, caractéristique à ses yeux du monde qui l’entoure et dont le modèle américain lui semble particulièrement exemplaire.

Bernanos : l’esprit du groupe Réaction

  • 52 Émile Vaast, “Maurras sans Maurras”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.
  • 53 Jean de Fabrègues, “Georges Bernanos. Présence de l’autre nature”. Réaction. no 7, mai 1931.
  • 54 Personnages de Sous le soleil de Satan, de L’Imposture et de La Joie.

40“Bernanos représente l’esprit du groupe Réaction : un pur alliage de mysticisme et de réalisme52”, s’écrie Émile Vaast au début de 1932. L’année précédente, la revue a consacré à l’écrivain un numéro spécial qui, par l’enthousiasme suscité chez Robert Francis, a été à l’origine du projet de rapprochement entre Les Cahiers et Réaction. Fabrègues a placé en introduction la lettre si encourageante reçue de Bernanos après l’envoi de son manifeste en 1928. Pour bien marquer sa filiation à l’égard de l’écrivain, il continue par l’évocation de sa propre démarche, celle “d’un garçon qui cherche SA liberté, (après) le 14 juillet 1919 […], une immense imposture” et qui découvre que “c’est au cœur de nous-mêmes que le surnaturel est caché53.” En Mouchette, en Cénabre, en Chantal de Clergerie54, l’œuvre de Bernanos a fait la preuve pour Jean de “la présence d’une autre nature”, de l’inscription du spirituel au sein même du temporel.

  • 55 Jean Maxence, “Georges Bernanos ou la fidélité totale”, Réaction, no 7, mai 1931.

41A cette première clé de l’engagement de la Jeune Droite Catholique s’en joint une seconde également donnée par Bernanos : la fidélité. Fidélité à des valeurs, à une tradition que Maxence, à son tour, place dans l’héritage de L’Imposture et de La Grande Peur des bien-pensants et dont il déplore que désormais les catholiques aient oublié le sens : “Ils vous avaient acclamé jadis quand parut Sous le soleil de Satan. […] En ce temps là ils aimaient la France […] Ils n’opposaient pas dans Péguy l’héroïsme et la sainteté55.” Nécessité de témoigner dans le monde de l’amour de Dieu dont celui de la patrie est une des expressions, c’est là l’idéal de Bernanos, c’est aussi celui de ses jeunes amis. Mais avant de l’imposer Réaction doit d’abord passer par une série de rejets, une sorte de jeu de massacre des valeurs du monde moderne.

L’Amérique, symbole de la crise du monde moderne

42On se souvient de la dénonciation du monde moderne dans Les Cahiers et de la place qu’elle tient dans le manifeste de Réaction rédigé en 1928. Le thème prend toute son importance dans le numéro spécial que Réaction consacre au “Procès de l’Amérique” en juin/juillet 1930. Ce procès ne se limite pas à une simple dénonciation du productivisme et de la mécanisation : l’Amérique offre, beaucoup plus profondément, l’image d’un monde déspiritualisé, déshumanisé. Elle joue le rôle de thème-pivot pour l’ensemble des critiques de la Jeune Droite Catholique envers le modernisme : royaume de la démocratie individualiste et du capitalisme, l’Amérique incarne la crise de la civilisation occidentale. Loin de représenter un progrès pour l’Europe, elle est le résultat de ses erreurs, un modèle déjà intériorisé dont le code d’accès est le matérialisme. D’où sa proximité à l’autre système de mort pour la civilisation occidentale qu’est le communisme.

  • 56 Jean de Fabrègues, “Procès de l’Amérique”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

43C’est Jean de Fabrègues qui lance le débat avec un parti pris clairement antimatérialiste : “L’on pourra faire le tour de la terre en moins que rien. Mais ce ne sera jamais que la terre temporelle”, déclare-t-il, citant Péguy. Puis, après avoir appelé à témoigner Georges Duhamel qui vient de publier au Mercure de France des Scènes de la vie future, en réalité de la vie américaine, il énonce froidement : “Nous sommes dans l’Occident coupable de Rousseau, dans l’Occident sauvé de Saint François, pour ou contre le péché. L’Amérique en a perdu la notion. Voilà pourquoi nous ouvrons son procès. Nous l’accusons d’avoir tué l’essentiel de l’homme : sa vie intérieure et le sens du péché. L’Amérique est le monde où la chose a tué l’homme. Sur la même pente, l’Europe est engagée déjà56.”

  • 57 René Vincent, “Démission de l’homme”. Réaction, no 10, mars 1932.

44Ce n’est pas la mécanisation qui est reprochée au modèle américain, mais l’idolâtrie qu’il porte à celle-ci, son culte du productivisme : “Ce n’est pas au machinisme que nous nous en prenons […] A part les fatales perturbations qu’apporte, d’ailleurs, chaque modification au régime économique toujours lent à s’adapter, c’est un bien. La machine épargne à l’homme le travail physique le plus pénible, le dispense des automatismes les plus fastidieux, multiplie sa puissance. Mais par quelle inconcevable aberration l’homme, créateur de la machine, a-t-il été amené à s’agenouiller devant elle comme devant tous les instruments de production ou signes de richesse ? […] Ce n’est pas le machinisme, c’est le matérialisme – les deux ne vont pas de pair – qui le veut : l’homme n’est plus qu’un instrument qui produit et consomme57.”

  • 58 Jean Maxence, “L’Amérique intérieure”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

45De cette accusation de matérialisme lancée par son camarade à la civilisation américaine, Jean-Pierre Maxence passe, dans le même numéro, au registre du lyrisme et de la dérision : “Trop longtemps, l’Europe a trouvé son salut dans la vérité, jetée une fois pour toutes par un crucifié délirant du haut d’un gibet d’infamie à l’orient d’un ciel obscur. Le salut maintenant vient de l’ouest et il est annoncé chaque jour par les sirènes des usines qui crient ensemble, aux mêmes heures, les mêmes tâches mécaniques58.”

  • 59 Pierre Lucius, “Les deux faillites du matérialisme”, Réaction, no 10, mars 1932.

46“Certes nous reconnaissons que l’Amérique jouit actuellement d’une prospérité peut-être sans précédent dans l’histoire”, intervient Roger Magniez, plus raisonnablement. Mais c’est pour souligner aussitôt qu’“avec la standardisation et le taylorisme, l’intelligence et la culture ne servent de rien. La notion d’efficacité dans le rendement prime tout : la liberté, l’originalité, tout, jusqu’aux plaisirs, est passé au laminoir de l’uniformité et de la conformité”. L’Amérique a commis “la vieille erreur qui dissocie la nature humaine et n’en fait considérer qu’une face […] Ce fut la face matérielle par laquelle l’homme, participant à la multiplicité et au nombre, est un individu qui doit s’ordonner aux autres individus pour former une société aux lois de laquelle il est soumis”. Et Pierre Lucius fait le sombre constat de “deux faillites du matérialisme, l’économie soviétique, comme sa sœur l’économie américaine, filles légitimes du capitalisme libéral59.”

47Commentant la sortie en 1931 du Cancer américain de Robert Aron et Arnaud Dandieu, Fabrègues approuve : “Lorsque nous lisons que le mal de l’Europe est un renoncement à soi-même, nous ne pouvons qu’applaudir. Si l’on nous dit qu’il faut s’attaquer au mythe de la production et à la religion de la technique, faire une révolution spirituelle, nous ne demandons qu’à répondre oui”.

  • 60 Jean de Fabrègues, “Les Livres. Robert Aron et Arnaud Dandieu. Le cancer américain. (Rieder)”, Réac (...)
  • 61 “Il nous est particulièrement agréable de pouvoir engager un débat sincère et complet avec les émin (...)
  • 62 Quarante cinq numéros de ce mensuel paraîtront de mai 1933 à septembre 1938. Sur L’Ordre Nouveau, v (...)

48Les deux auteurs qui font ainsi leur entrée dans l’environnement de Réaction, viennent aussi de publier Décadence de la nation française qui a donné lieu à une appréciation positive, mais prudente, de Jean-Pierre Maxence dans le précédent numéro de la revue. “Quelle fin proposons-nous à la vie des hommes ? C’est ce qu’il faut d’abord préciser60”, demande cette fois Fabrègues, qui reste lui aussi dans l’expectative. Cette attitude s’explique par la position politique ambiguë des deux jeunes auteurs qui, d’une part écrivent dans la revue Europe de Guéhenno, proche d’une gauche révolutionnaire, d’autre part fondent en 1932 le groupe de L’Ordre Nouveau avec Alexandre Marc et Henri Daniel-Rops. C’est avec la plus grande sympathie, cependant, que Réaction salue cette naissance61. La Jeune Droite Catholique réservera un accueil semblable à la revue du même nom parue en mai 193362.

49Fruit de la critique d’une jeunesse non-conformiste, venue aussi bien des Cahiers que de L’Ordre Nouveau et de Réaction, l’antiaméricanisme ouvre le procès d’une époque.

IV. Le procès d’une époque

  • 63 Émile Vaast, “Maurras sans Maurras ?”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

50Dans ce registre inévitablement politique, Réaction garde à côté de son inspiration catholique un maître à penser : Charles Maurras. Émile Vaast traduit bien cet état d’esprit lorsqu’il récuse l’accusation lancée par l’organe des Jeunes Radicaux, Notre Temps, de pratiquer “Maurras sans Maurras” : “M. Crouzet croit nous embarrasser en nous jetant ce nom, comme si nous ne l’avions pas écrit les premiers et sans équivoque : notre Maurras. Nous saluons en lui non seulement l’initiateur de la renaissance royaliste mais encore un type d’homme, de héros, qui domine de haut toute notre époque. Seulement nous ne lui demandons pas de leçons de catéchisme, ni même un art poétique63.” Prenant une position que les non-conformistes traduiront un peu plus tard par le slogan “ni droite, ni gauche”, Réaction récuse les idéologies et met en question le pacifisme et l’après-guerre. Elle pose la question de la révolution en termes religieux.

Le refus des idéologies

51Pour Réaction, au début des années trente, le monde n’est encore partagé qu’entre deux grandes idéologies : le capitalisme libéral et le socialisme. Fascisme et hitlérisme ne sont évoqués que dans leur contexte national. Mais les uns comme les autres sont renvoyés dos à dos, avec une argumentation où le catholicisme intervient pour corriger ce que le raisonnement maurrassien pourrait avoir d’insuffisance spirituelle.

  • 64 Jean de Fabrègues, “Capital et capitalisme”. Réaction, no 10, mars 1932. Les citations en italiques (...)

52Dans le numéro de mars 1932, consacré au thème “Capitalisme, ordre et révolution”, Jean de Fabrègues, s’appuyant sur les arguments respectifs de l’Église et de Maurras, met sur le même plan la déformation introduite par les idéologies libérale et socialiste dans les relations du capital et du travail : “Dans la matière et dans l’esprit, (le capital) est l’organe de la continuité des hommes […], du salaire transformé, selon les lignes admirables de Léon XIII. Parti du seul empirisme sain, M. Charles Maurras aboutit à de semblables conclusions : L’unité du genre humain pourrait-elle exister sans ce capital que les révolutionnaires de ma jeunesse surnommaient infâme et que moi j’appelais divin64 ? “A cette définition du capital comme héritage sacré du travail, le directeur de Réaction souscrit : “Qu’est le capital s’il n’est pas la voix d’une personnalité qui s’attache et se veut continuer ? […] Ce qui définit le capitalisme libéral, c’est un profit sans norme et sans justification […] Courbé sur une besogne qui ne créée plus rien pour ses fils, le travailleur est ravalé au rang de la bête […] C’est encore la bête que l’homme réalise par le socialisme. On nie les conditions mêmes de la vie humaine en retirant aux hommes le motif et l’objet de leur effort. Ici capitalisme et socialisme se rejoignent.”

  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid.

53Un encart cite en appui une lettre pastorale du 28 février 1932 de Mgr du Bois de La Villerabel : “A côté du capitalisme légitime et nécessaire, il en est un autre qui abuse de ses richesses […] A côté du travail chrétien avec ses légitimes revendications, il en est un autre, révolutionnaire, qui prétend tout bouleverser65.” Devant cette double faute, Jean se plaît à souligner la nécessité de tenir compte de la réalité de la condition humaine : “L’un et l’autre nient pratiquement la famille, le métier et la patrie. C’est ce qui les oppose à l’éternelle condition de l’homme qui ne saurait vivre, lui, sans secours et sans appui. Nous n’avons point d’ailes pour voler dans les nues, il nous faut bien marcher sur la terre66.”

54Fascisme et nazisme n’accèdent pas encore au statut d’idéologie et seul le premier représente alors un système de gouvernement. En revanche, l’Italie et surtout l’Allemagne font l’objet de plusieurs articles, à la fois comme pays et dans leur rapport à l’identité européenne. L’ensemble de cette réflexion trahit une grande réserve de la part de Réaction.

  • 67 Roger Magniez, “Notes. Antieuropa”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

55En 1930, la jeune revue fasciste Antieuropa fait l’objet de critiques de la part de Roger Magniez. Sous prétexte d’un retour à “la romanité”, elle déclare la guerre à “l’Europe moderne, au faux-semblant d’Occident”. Si le journaliste applaudit à l’appel à la tradition, il dénonce l’équivoque et l’outrance de cette croisade : “La véritable Europe, c’est le testament de Rome, c’est à dire cette synthèse de l’esprit grec et de l’esprit latin couronné par le christianisme […] L’Europe n’est pas enfermée dans les murs de la ville éternelle. Elle existe partout où ce testament est encore vivant […] Si l’idée de Romanité ne devait être utilisée qu’à alimenter un nationalisme étroit, elle ne servirait qu’à créer une autre Antieurope et même une autre Antirome67.

  • 68 Jean de Fabrègues, “Les Livres. Georges Roux. L’Italie fasciste. (Stock. Ed.)”, Réaction, no 10, ma (...)

56A propos du fascisme proprement dit, Fabrègues donne deux ans plus tard la recension d’un livre de Georges Roux, L’Italie fasciste.. Du régime, seuls son dynamisme et sa capacité à mobiliser la jeunesse éveillent son admiration : “Un chapitre sur la jeunesse montre quelle sève, quel réel avenir montent derrière le fascisme”. Quant au reste, le jugement, au nom de sa foi chrétienne, ne souffre aucune ambiguïté : l’auteur “montre avec objectivité les inconvénients politiques et spirituels de l’étatisme fasciste […] (Il) demande si, entre le fascisme et l’anarchie, il n’y aurait pas quelque chose de plus solide que l’anarchie, de moins inhumain que le fascisme. Nous lui répondons : l’ordre justifié, l’État chrétien, la chrétienté68.”

57L’Allemagne occupe une place plus importante dans les préoccupations de Réaction. En raison de la montée de la popularité d’Hitler, Christian Chenut consacre une chronique à “La France et l’Allemagne” dans le numéro de Réaction de janvier/février 1932. On y trouve déjà l’essentiel de la position de Fabrègues, telle qu’elle va se préciser pendant les années trente. Face à “ces sinistres auspices […], pour écarter les risques de guerre”, Chenut renvoie dos à dos deux politiques, celle recommandée par Jacques Bainville qui consiste à affaiblir l’Allemagne en y favorisant l’anarchie et celle qui conseille de se joindre à l’Angleterre pour y rétablir l’unité. La première ne serait pas catholique (“Nous catholiques devons faire des vœux pour que l’ordre règne partout.”), tandis que la seconde est qualifiée d’“audacieuse parce qu’elle revient à nous faire souhaiter l’avènement prochain de la dictature hitlérienne […], c’est-à-dire le triomphe du pangermanisme et de l’idée de revanche”. C’est à la fin de la guerre qu’une politique allemande eût pu être vraiment efficace : “nos hommes d’État se sont révélés trop petits et notre régime politique trop instable.” La seule solution reste aujourd’hui “l’expectative, sans oublier que l’ordre a, hélas, besoin d’être restauré, non seulement en Allemagne mais aussi chez nous.”

  • 69 Walter Ruthenau, “Aperçus de l’Allemagne spirituelle”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

58Jean de Fabrègues ajoute à cette appréciation les “Aperçus de l’Allemagne spirituelle” de Walter Ruthenau traduits pour Réaction grâce à sa maîtrise de la langue. L’auteur allemand conteste l’existence d’un esprit et d’un corps propres à son pays. Seules les philosophies de Kant et Hegel ont donné à l’Allemagne l’ambition de se créer. Dans cet après-guerre où elle retrouve toute sa puissance industrielle, “l’Allemagne éternelle” resurgit et représente tous les dangers : “pays où les démons métaphysiques sont lâchés […] les plus cruels ennemis des hommes, lorsqu’ils sont, par le malheur des temps, exilés de la vie chrétienne69.”

Le procès de la paix

  • 70 René Vincent, “Démission de l’homme”, Réaction, no 10, mars 1932.
  • 71 L’Action Française, 2 février 1932. Cité par René Vincent in “Démission de l’homme”, Réaction, no 1 (...)

59Les idéologies modernes et l’appétit de puissance des États sont fauteurs de guerre. “Cette fureur d’accaparement, cette dispute fiévreuse des biens matériels, met aux prises les nations, comme elle divise entre eux les hommes70”, constate René Vincent qui cite Maurras s’appuyant sur l’Église : “Cette rage d’avoir […], l’orgueilleux besoin de s’étendre, de dominer […] Voilà le centre et le foyer moral (ou si l’on préfère immoral) des pires agitations où s’emportent les peuples […] La prédication catholique, la civilisation catholique, en s’attaquant de façon directe, continue et habituelle au siège de ces vices et de ces passions tend à faire tomber les armes des mains71.”

60Le thème de la paix fait l’objet d’un numéro spécial de Réaction : “Visage de la paix”, au début de 1931. Il est l’écho d’une querelle entre intellectuels déclenchée le 18 janvier par la publication d’une “Protestation contre l’esprit de guerre et les excès du nationalisme” dans l’organe des Jeunes Radicaux, Notre Temps. Cent quatre-vingt-deux signataires se sont réunis, derrière Julien Benda, Emmanuel Berl et Jean Luchaire, au nom de la politique d’apaisement de Briand. Une semaine plus tard, piqué au vif, un groupe de jeunes hommes, mettant en avant son âge (“le plus âgé n’a pas trente ans”) et son indépendance d’esprit (“en dehors de tout parti et de toute confession religieuse”), publie dans La Revue Française un contremanifeste, celui des “Jeunes intellectuels “mobilisables” contre la démission de la France.” C’est Jean Maxence qui a pris l’initiative du texte et rassemblé les deux cent deux signatures parmi lesquelles figurent celles de nombreux rédacteurs et amis de Réaction : Jean de Fabrègues, Émile Vaast, René Vincent, Christian Chenut, Jacques-Marie Thomas, Maurice Chuzel, Émile Girard, Jean Le Marchand, Félicien Maudet.

  • 72 “Manifeste des jeunes intellectuels “mobilisables” contre la démission de la France”, La Revue Fran (...)

61L’enjeu du débat revient à définir le sens et le prix de la paix. Les jeunes signataires refusent d’y voir le résultat de la politique de Briand qu’ils accusent de compromissions envers l’Allemagne : “Désirant la paix plus que quiconque, nous estimons qu’elle ne saurait consister en des reniements successifs et des ajustements précaires d’intérêts économiques qui, par la seule attention qu’on leur accorde, finiront par s’opposer à tel point qu’ils amèneront de nouveaux conflits. Nous ne pouvons accepter que, sous prétexte d’accomplir une œuvre de justice par la révision des traités, on nous invite à un état d’esprit qui amènerait presque immédiatement un nouveau partage de la Pologne et des atteintes réitérées à notre frontière rhénane72.”

  • 73 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la paix ?”, Réaction, no 6, 1931.

62“Qu’est-ce que la paix ?” se demande en écho Jean de Fabrègues dans Réaction. Et il accuse d’“imposture” celle que proposent “Jean Luchaire ou Son Excellence Briand […] Nous haïssons de verser le sang des hommes en vain […] Ce n’est pas de chez nous qu’est parti le mouvement fou des nationalismes révolutionnaires générateurs des guerres d’enfer.” Il ne suffit pas, avec “la paix boiteuse de Genève […] de crier : la guerre est désormais hors-la-loi. Tout cela n’est que du vent […] La vraie paix, au contraire, est juste équilibre entre les nations […], tranquillité de l’ordre, dit Saint Augustin, choix conquérant du Bien sur le Mal, du Vrai sur le Faux, de l’Effort sur l’Abandon […] Mais qu’importe au monde moderne ? Il veut qu’on lui f…. la paix. Il accepte pour cela l’esclavage de la bête. Il porte dans la vie internationale le lâche abandon dont il a fait le principe de sa vie personnelle73.” Douteux et dangereux pacifisme, selon la Jeune Droite Catholique, d’une génération qui n’a pas su gérer l’après-guerre.

Le procès de l’après-guerre

  • 74 C’est le titre même du numéro 8/9 que Réaction consacre à ce thème en janvier/février 1932.

63Le procès de l’après-guerre est lancé à l’été 1931 par une enquête de Robert Brasillach dans Candide, à laquelle Jean Maxence à La Revue Française, Thierry Maulnier à L’Action Française, Henri Massis à La Revue Universelle ont fait écho. Jean de Fabrègues entreprend à son tour dans Réaction de prendre position. Où est l’après-guerre ? se demande-t-il74. Son échec est-il imputable à une génération, à une époque ?

  • 75 Marcel Arland, “Le procès de l’après-guerre”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.
  • 76 Dans son ouvrage, Notre inquiétude, publié en 1927. Marcel Arland avait aussi écrit sur ce thème dè (...)
  • 77 Jean de Fabrègues, “Les Livres”, Réaction, no 7, mai 1931.

64Marcel Arland introduit le sujet avec un “Procès de l’après-guerre” qui se place sur le plan de l’analyse psychologique. Au-delà “d’une foncière anarchie […], d’une impuissance à sortir de soi […], d’un mépris sans exemple de la chose française […], d’une douteuse mysticité”, Arland distingue chez les écrivains des années vingt “un goût de sincérité […], une aristocratie particulière […], moins le sens d’une supériorité que celui d’une différence […], leur soif de rien d’autre que l’absolu75” La question se trouve ainsi posée sous l’angle de la génération, celle “de l’inquiétude” comme l’a désignée Henri Daniel-Rops quelques années plus tôt76. Avec Marcel Arland et la reprise du regard générationnel, c’est la mouvance d’Esprit qui intervient à Réaction. Cet écrivain de trente-quatre ans, auréolé du prestige d’un prix Goncourt pour son roman L’Ordre en 1929, participe en effet aux réunions qui préparent la naissance de la revue de Mounier. Fabrègues n’ignore rien de son passage par le dadaïsme et le surréalisme et a marqué son intérêt pour “l’absolue sincérité” des Essais critiques qu’Arland a publié en 1931 à la N.R.F.77

  • 78 Thierry Maulnier, “Témoignage pour l’évidence”. Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

65“Qu’on ne nous parle point d’âges ni de générations”, riposte Thierry Maulnier au nom de la Jeune Droite. Pour lui, les coupables ne sont pas des hommes, ni des œuvres, mais “un esprit (et des) valeurs […], cette manie philosophe, pédante et en fin de compte oratoire […] L’anormal érigé en règle, l’insignifiant en essentiel.” Il aspire à la “délivrance” et en cite parmi les signes annonciateurs le dernier ouvrage de Jean-Richard Bloch, Destin du siècle, où il décèle “une foi nouvelle, une espérance régénéré78.”

  • 79 Émile Vaast, “Querelle de générations”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.
  • 80 René Vincent, “L’Après-guerre s’embourgeoise”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.
  • 81 Le premier tome est paru en 1931 chez Plon et le second est publié en 1932 dans La Revue Française.
  • 82 Jean de Fabrègues, “Rencontre de générations”. Réaction, no 8/9, janvier/février 1932. La citation (...)

66Émile Vaast, René Vincent et Jean de Fabrègues n’affichent pas le même optimisme. “L’inquiétude gidienne continue à porter ses fruits d’anarchie, de matérialisme et de mort79”, assure Vaast et il regrette l’indulgence envers l’écrivain montrée par Léon Daudet dans Candide. Pire, “l’Après-guerre s’embourgeoise”, s’exclame Vincent80. Fabrègues revient sur la continuité des générations. Il rappelle la voix de Bernanos : “Nous arrivions là, si las, avec ce terrible goût de vivre. Or le monde où les guerriers revenus avaient à prendre place […] se transformait en un gigantesque affaire.” Devant “ce vide de l’esprit”, deux réactions étaient possibles : se livrer “aux caprices, au désespoir, à l’inquiétude, au départ, à la gratuité”, sous la conduite de maîtres tels que Proust, Pirandello, Gide surtout, dignes émules de leurs aînés, Tolstoï, Ibsen, Freud. Ou bien : “chercher Dieu […] dans l’expérience humaine déjà réalisée : dans la terre charnelle que nous rend Péguy, dans l’amour divin que nous rend Psichari, dans Les Evocations81 de Massis.” Si dans l’héritage, c’est “l’hérédité des erreurs” qui l’a emporté, alors “c’est un procès plus grand qu’il faut ouvrir ici (et) le maintenir ouvert82.”

67Il le sera encore huit ans plus tard, lorsqu’à la veille de la guerre, la Jeune Droite Catholique retrouve les mêmes accents pour dénoncer la décadence de la France. Comment mettre fin à ces erreurs du monde moderne ? Faut-il envisager une révolution ?

Révolution et religion

  • 83 Robert Aron et Arnaud Dandieu, “Révolution et religion”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

68C’est un procès de la capacité révolutionnaire du catholicisme qu’ouvrent Robert Aron et Arnaud Dandieu dans les colonnes de Réaction au début de 1932. Vivement intéressée par les échos antimodernistes de Décadence de la nation française et du Cancer américain, Réaction a en effet invité les deux auteurs à venir témoigner de leur méthode de combat pour ses lecteurs. Ils annoncent leur ambition de construire “une doctrine révolutionnaire neuve sur des bases spirituelles” et présentent le débat avec brutalité : “La religion saura-t-elle se souvenir qu’elle fut à son origine un mouvement non-conformiste ? Sera-t-elle révolutionnaire ? Sinon, quelle déchéance et, plus encore, quelle duperie !” Dans cette optique, ils discernent dans “le désespoir de Bernanos un caractère nostalgique et une couleur passéiste : c’est à la mesure d’un passé et rien que d’un passé qu’il juge les erreurs présentes.” La véritable façon de traiter le problème religieux consiste à le laisser s’effacer en quelque sorte “par rapport au problème central de la révolution […] L’esprit, c’est essentiellement la puissance créatrice dont l’homme dispose […], son mode spécifique est l’explosion violente […], son but : opérer un radical changement de plan83.”

  • 84 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

69Dans sa réponse, Réaction refuse de se laisser entraîner sur un terrain où le religieux serait escamoté au profit du politique. Pour elle l’action de l’Église, malgré des défaillances partielles qu’elle reconnaît : “n’est pas au futur […] C’est une règle de vie et une constante protestation intérieure de l’esprit contre le poids des choses […] La vérité chrétienne n’est pas désintéressée […] de la matière : elle prend l’homme tel qu’il est et lui rallume au cœur l’éternelle étincelle de l’esprit. Ainsi l’esprit ne vient-il pas contre le monde mais pour lui et en lui.” La véritable révolution se livre dans chaque conscience, au regard du devoir du chrétien “de se donner tout entier pour les autres. Quelle révolution osa jamais pareille exigence ?” Alors les jeunes catholiques de Réaction veulent bien partager l’accusation de désespoir lancée à Bernanos : “Nous acceptons le mot. Il suffit d’en voir le sens. Nous ne croyons pas qu’aujourd’hui l’homme se puisse sauver lui-même […] Mais notre désespoir est le visage d’une immense espérance […] Chaque matin, après le Notre Père, nous sommes de nouveau prêts à l’assaut. Le monde moderne ne nous sèmera pas sur sa route84.”

70Par cette profession de foi, Réaction signe une fois pour toutes ce qui fait le fond de son attitude en politique : l’esprit chrétien. La Jeune Droite Catholique ne se départira jamais de son refus d’une révolution réduisant la religion à une puissance de destruction. Certes il faut changer le monde, mais en sachant comment et où le conduire. De là son attachement à la Tradition, de là aussi sa recherche d’un ordre qui ne donne pas seulement au religieux droit de cité, mais fasse du spirituel le principe même du politique.

V. L’enquête sur l’Ordre

71Les enquêtes sont à la mode en ce début des années trente. Enquêtes sur la jeunesse, la paix, l’après-guerre. C’est un phénomène de génération : Catalogne, Luchaire, Brasillach ont donné l’exemple. Mais en lançant la sienne, Réaction n’obéit pas seulement à une vogue. Pour Fabrègues, l’enjeu est à la fois personnel et crucial. Personnel, si l’on se souvient de l’attachement qu’il montrait à l’ordre dans son journal d’adolescent : “J’aime tant l’ordre ! […] L’ordre de Maurras, de Bourget surtout”. Mais aussi crucial, dans la mesure où la condamnation de l’Action Française le force à définir un ordre politique qui soit l’expression de sa foi religieuse et non déconnecté du christianisme, fondé sur un catholicisme utilitaire, comme il l’était pour Maurras. A l’exemple de Bernanos, c’est à résoudre enfin “l’immense question de l’ordre” qu’il désire se dévouer.

  • 85 Jean de Fabrègues, “Enquête sur l’Ordre”, Réaction, no l, 5 avril 1930.

72Aussi l’enquête sur l’Ordre commence-t-elle dès le premier numéro de la revue et couvre-t-elle la moitié de son existence. La question posée introduit l’alternative suivante : “L’homme crée-t-il […] l’ordre qui lui convient (ou) doit-il […] s’incliner devant un ordre éternel85 ?” Le choix de la réponse oriente celui des valeurs et des institutions.

La personne et la nation

  • 86 Réaction, “Manifeste”, no l, 5 avril 1930.

73Disséminées dans l’ensemble de la revue, les démonstrations confluent vers deux grandeurs qui demeureront les piliers de l’ordre de la Jeune Droite Catholique : la personne et la nation. Elles fondent l’ordre humain parce qu’elles témoignent à la fois du réel et du spirituel, de la chair et de l’esprit. “L’ordre, c’est la loi de l’être. Reconnaître l’ordre, c’est reconnaître notre double mystère : chair et esprit86”, proclame le manifeste.

  • 87 Jacques Maritain, Trois réformateurs, Plon, 1925.
  • 88 Réaction. “Manifeste”, no 1, 5 avril 1930.
  • 89 René Dufort (pseudonyme de Jean de Fabrègues), “Revue des revues”, Réaction, no 5, février 1931.

74On ne peut encore parler de personnalisme dans Réaction. Le concept devra sa construction philosophique à Denis de Rougemont puis surtout à Emmanuel Mounier quelques années plus tard. Des équivoques soulignées par Blondel en 1934 ne seront pas sans planer sur la notion et le sens que lui donnent ses différents promoteurs. Mounier, comme d’ailleurs les animateurs de L’Ordre Nouveau à ses débuts (Gabriel Marcel, Denis de Rougemont, Alexandre Marc) et Fabrègues le premier, n’ignorent pas ce qu’ils doivent à Maritain, relayant Saint Thomas et l’enseignement de l’Église, dans la définition de la notion de personne. Tous ont retenu la façon dont elle s’oppose à celle d’individu : “Selon l’enseignement de Saint Thomas, l’homme […], comme individu, est […] ordonné au bien de la cité, comme la partie est ordonnée au bien du tout.” Mais, à l’inverse, c’est aux “intérêts éternels et au bien propre” de la personne que “la cité est ordonnée […] La cité chrétienne est aussi foncièrement antiindividualiste que foncièrement personnaliste87” La Jeune Droite Catholique s’accorde à ce point de vue. “L’individu n’est rien, la personne est tout” proclame Jean de Fabrègues. Il trouve dans la condamnation de l’individu par le thomisme une justification de la critique politique contre-révolutionnaire et maurrassienne de l’ordre libéral et démocratique. Le manifeste de Réaction considère la personne comme le remède “à l’individualisme, à l’étatisme et à la lutte des classes88” qui considèrent l’homme comme “un élément de pure numération, un chiffre anonyme, une bête humaine”. Fabrègues affirme : “C’est à la personne humaine que nous ordonnons la Cité89

  • 90 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 10 mars 1932 in Pierre-Jean Deschodt, op. cit., p. 133
  • 91 Jean de Fabrègues, “La querelle de l’humanisme”, Réaction, no 10, mars 1932.

75Il écrit à Maurras : “J’avais été si heureux, il y a un mois, de vous voir faire cette lumineuse distinction entre les biens spirituels, qui s’accroissent en partage, et ceux qui, matériels, ne sauraient être partagés sans diminution. Hier encore, votre distinction de l’individu et de la personne […] A ce propos, il me semble que le point de vue de la personne une fois substitué à celui de l’individu, l’opposition disparaît entre le point de vue du sujet et celui du gouvernement-objet. L’intérêt général ou bien commun, en effet, n’est autre que l’intérêt, non de l’individu mais de la personne, c’est à dire ce qu’il y a de plus constant, élevé, libérant, dans la matière en nous90” Et dans Réaction. il évoque “le propre de notre humanité, cette soif d’aller ailleurs et plus loin (qui) fait (de) la personne (la) subsistance évidente de nos destins éternels91” Dans cette élection précoce de la notion de “personne” par Réaction, apparaît le désir de fonder l’ordre sur l’homme total, chair et esprit, être social et religieux, dans un esprit de réconciliation entre thomisme et maurrassisme. Le concept réconcilie pouvoir et société, gouvernants et gouvernés dans le respect des mêmes valeurs spirituelles.

  • 92 Ouvrages parus respectivement en 1925 aux Cahiers verts, chez Grasset, et en 1927.
  • 93 Jean de Fabrègues, “Lettre à André Chamson sur le nationalisme”, Réaction, no 2, 5 mai 1930. Ce dia (...)

76Un sort semblable est réservé à l’idée de nation. Celle-ci possède également un caractère tout à la fois charnel et spirituel. Pour Fabrègues, la nation est le prolongement de la personne, son aire naturel d’expression. La Jeune Droite Catholique ne récuse pas le terme de nationalisme mais elle lui donne sa propre définition. “C’est sur la base certaine de la patrie, à partir de l’élément naturel de la nation que nous voulons édifier le concert spirituel où l’univers entier aura sa part”, affirme déjà le manifeste de Réaction. Dans une “Lettre à André Chamson sur le nationalisme”, Jean de Fabrègues ouvre avec l’auteur de Roux le bandit et de L’homme contre l’histoire92 un dialogue qu’il poursuivra dans son enquête sur l’ordre. Il a apprécié chez ce jeune radical la veine barrèsienne et traditionaliste que rendent ses évocations de “la terre et des morts comme substance du nationalisme et décor de nos civilisations.” Mais il dénonce sa conclusion selon laquelle il faut défendre ces valeurs contre le nationalisme lui-même, du moins s’il s’agit de celui de Réaction. Celui-ci, en effet, n’est ni le “nationalisme déchaîné de la révolution, des conquêtes au nom du principe des nationalités, (ni) un nationalisme mystique, exaltation de la volonté de puissance d’un peuple ou d’une nation : cela s’appelle l’impérialisme et ses conséquences le confondent avec le nationalisme révolutionnaire. Il est réaction de défense de ce corps vivant : la France93.”

  • 94 Jean de Fabrègues, “Les Idées. Le catholicisme et la paix”, Réaction. no 6, 1931.
  • 95 Ibid.
  • 96 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932. (...)
  • 97 Émile Vaast., “Défense de la France”, Réaction, no 6, 1931.

77En ce sens, il s’assimile au patriotisme. Mais c’est un patriotisme marqué par la vision catholique traditionnelle. D’abord par la reconnaissance de l’imperfection de la nature humaine : comme l’ensemble des rapports sociaux, les relations internationales sont marquées par le péché. D’où la nécessité pour la France de se défendre contre les conceptions idéologiques, mystiques et agressives de la nation. En ce sens, c’est un nationalisme par défaut : “Si. le lourd héritage des orgueils, des haines et des querelles des humains ne chargeait pas nos épaules, nous n’aurions pas besoin d’être nationalistes94”. Plus positivement, le patriotisme est une vertu qui fait partie de la tradition morale catholique et entre dans le devoir du chrétien : “La doctrine que nous avons reconnue pour maîtresse de vie, le catholicisme […] fait du patriotisme une vertu annexe de la justice […] La première (vertu), c’est l’amour de Dieu, la seconde c’est le patriotisme. Il nous permet d’aimer et de défendre ce qui nous a permis de naître et de vivre. Il nous refuse le droit d’abdiquer notre dignité, notre passé et nos consciences. Nous obéissons95”. De cette position qu’elle considère comme étant celle d’un réalisme chrétien, Réaction donne son nationalisme pour “une raisonnable, nécessaire, mais limitée. réaction de défense de la vie96”. Ce qu’Émile Vaast traduit plus prosaïquement par la formule : “On n’échappe pas aux patries. Qui refuse d’être nationaliste pour son pays favorise les nationalismes voisins97.”

78Cependant, une vision surtout négative et défensive de la nation ne saurait fonder la conception d’un ordre. Elle doit aussi manifester un sentiment de fierté. Aussi est-ce en exaltant le rôle messianique de la France dans le monde que la Jeune Droite Catholique complète sa définition. Elle hérite en cela d’une conviction fort répandue dans la nation victorieuse des années vingt, chez les Écrivains Catholiques comme dans les manuels d’éducation républicaine. Mais elle met l’accent sur les valeurs chrétiennes qui fondent, à ses yeux, l’universalité de la civilisation française.

  • 98 Ibid.
  • 99 Jean de Fabrègues, “Lettre à André Chamson sur le nationalisme”, Réaction, no 2, 5 mai 1930.

79Émile Vaast s’écrie : “La France […], quelle patrie mérite mieux d’être aimée, d’être sauvée ? Chez nous, aucun soleil dévorant, mais plutôt comme un arc-en-ciel dont la courbe parfaite relie la terre aux astres. S’il est vrai, en effet, que la dignité de l’espèce humaine consiste en la pensée, notre nation a bien mérité de l’homme98.” Jean de Fabrègues va plus loin, passant du niveau de l’esprit à celui de l’âme. Par la force de spiritualité qu’elle incarne, la patrie aide l’homme à sortir de son égoïsme et à sublimer sa vie : “La France, dans le chaos, a conservé quelques-unes des plus hautes traditions spirituelles de l’humanité et les donne au monde avec foi […] Échappant à la servitude de la matière, en nous effaçant devant le pays, nous nous effacions devant le plus profond de nous-mêmes. Surtout, absolument, nous nous effacions et c’était l’essentiel […] C’est en tant qu’il nous rattache encore à l’essentiel que notre pays nous est cher […] Il y a une culture humaine. Un nationalisme n’est pour nous cligne de ce nom que s’il y achemine99.”

  • 100 Quelques lignes plus haut, Fabrègues a cité la célèbre réflexion de Maurras : “C’est le malheur des (...)
  • 101 Henri Massis.
  • 102 Ibid.

80Enfin, parce qu’il est spirituel et universel, le nationalisme de la Jeune Droite Catholique est appelé à disparaître, à se dissoudre dans une unité occidentale qui en reconnaîtrait les principes, comme ce fut le cas à l’époque de la Chrétienté : “C’est en elle que communiaient les membres de la république chrétienne médiévale. Par elle que nous souhaitons avec Charles Maurras100, avec l’auteur de La Défense de l’Occident101, voir renaître une vie internationale. Là où le nationalisme révolutionnaire exalte les antagonismes, le nôtre apprend à l’homme qu’il est fait pour aimer et servir102.”

  • 103 C’est dans le cadre de la querelle sur la paix que Réaction est amenée à faire la mise au point que (...)
  • 104 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.
  • 105 Émile Vaast, “Défense de la France”, Réaction, no 6, 1931.

81L’ensemble de cette conception oppose la Jeune Droite Catholique aux auteurs de Décadence de la France et du Cancer américain, Aron et Dandieu, comme aux démocrates de Notre Temps103, pour qui le nationalisme revêt le sens politique habituel d’“un violent sentiment instinctif104.” Mais plus profondément et au-delà de ce qui pourrait n’être qu’une querelle de mots, elle montre combien le jeune Fabrègues a désiré reprendre des mains de Maritain le flambeau, qu’il estimait abandonné, de la spiritualisation de la pensée maurrassienne. Une querelle entre Réaction et le philosophe révèle la distance séparant désormais le jeune mouvement de son premier inspirateur. Dans un article de Réaction intitulé “Défense de la France”, Émile Vaast avait indirectement accusé la conduite de Maritain et de ses disciples d’être l’“illustration de la plus noble, de la plus subtile, de la plus pernicieuse erreur : au nom de la primauté du spirituel, on se résignerait facilement à la disparition de la France”. Il opposait à cette démission le réalisme de Bernanos : “Notre patrie, elle, n’a pas de promesses d’éternité105.”

  • 106 “Enquête sur l’ordre. Réponse de Jacques Maritain.”, Réaction, no 7, mai 1931.
  • 107 Émile Vaast, “A propos de la Primauté du spirituel”, Réaction, no 7, mai 1931.

82Maritain profita de sa réponse à l’enquête sur l’ordre pour se plaindre de “cette sanglante injustice” et demander à son tour : “Trouverait-il exact qu’on dise de lui que, parce qu’il est chrétien et aime Dieu par-dessus toutes choses, il est prêt à livrer son père et sa mère aux assassins106 ?” Réaction. donna à son collaborateur un droit de réponse : “Je ne trouverais pas ce raisonnement exact en effet”, accorda Émile Vaast qui en appela au réalisme maurrassien : “Ce n’est pas l’amour de Dieu que j’incrimine, mais bien la notion que M. Maritain veut nous imposer […] Je ne vis pas dans les nuages ; mes pieds posent sur la terre, je respire en tel point de l’espace et du temps et c’est pour avoir établi une simple coordonnée que je crains pour ma patrie107.”

  • 108 N.D.L.R., Ibid.
  • 109 Réaction, Manifeste, no 1, 5 avril 1930.

83Une note de la rédaction lui donna toute l’approbation de la revue : “Comme M. Maritain, c’est à la vérité entière que nous aspirons mais pour nous, réalistes aussi, les faits ne peuvent être oubliés : il ne sera construit d’édifice durable que sur une vérité qui n’aura pas méconnu le réel. Nous qui gardons à l’auteur des Trois Réformateurs, d’Antimoderne et des Réflexions sur l’Intelligence la même reconnaissante admiration, nous ne pouvons suivre telles pages de Primauté du Spirituel qui méprisent la recherche des causes. Il nous faut dire qu’Émile Vaast n’est pas engagé seul ici108.” On retrouvait l’argumentation du manifeste qui définissait le véritable réalisme comme la “perception de la chaîne des causes” et affirmait : “Il y a une voix de la réalité : c’est le passé qui nous conte la grande aventure humaine109.” Ce réalisme, qui demeurera une dimension fondamentale de la pensée de la Jeune Droite Catholique, la mettait à l’abri, pensait-elle, aussi bien de l’abstraction des idéologies que de l’angélisme démocrate-chrétien.

84Ainsi cinq ans après la condamnation de l’Action Française, la Jeune Droite Catholique reste-t-elle fidèle à une conception des valeurs chrétiennes dans toutes leurs dimensions traditionalistes et maurrassiennes. Quelles institutions propose-t-elle pour la mettre en pratique ?

Monarchie et corporatisme

  • 110 Ibid.

85De la même façon que ses valeurs fondamentales, l’ordre institutionnel voulu par le groupe Réaction tient à la fois de la doctrine catholique et de la pensée politique maurrassienne. Le manifeste de la revue insiste sur son caractère réactionnaire : “Réaction en politique contre la décadence démocratique, fille du nombre et de la quantité […] Réaction sociale contre l’individualisme, l’étatisme et la lutte des classes.” Mais elle ambitionne aussi de dire les conditions nécessaires d’“une renaissance : politique, c’est en France la Monarchie ; sociale, c’est la soumission de notre vie économique au bien commun ; spirituelle, c’est l’ordre chrétien110.”

86Peu d’articles de la revue font directement référence à son attachement à la monarchie. Il suffit cependant de lire quelques noms célèbres de rédacteurs sur sa couverture pour ne pas douter de son engagement à cet égard : ceux de Georges Bernanos et de Robert Vallery-Radot par exemple. Le royalisme du groupe Réaction se veut à la fois d’origine religieuse, historique et politique : c’est tout l’aspect contre-révolutionnaire de son discours qui suggère le recours à une monarchie chrétienne.

  • 111 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. cit., p. 87.
  • 112 Réaction, “Les Chroniques. Mariage royal”, Réaction, no 7, mai 1931.

87Il faut d’abord évoquer l’attirance de cette jeune génération catholique pour un souverain de son âge (le Prétendant est né en 1908) que l’exil pare de l’attrait du martyr. Le 8 mars 1930, le Comte de Paris a consenti à recevoir Jean de Fabrègues à Bruxelles dans le plus grand secret. Marque incontestable d’intérêt, l’octroi d’une telle entrevue n’était cependant pas rare. Quelques semaines plus tôt Thierry Maulnier et Robert Brasillach avaient obtenu le même privilège. Ils étaient revenus éblouis de leur rendez-vous : “Le Comte de Paris avait alors vingt-deux ans”, se souviendra Brasillach, “il était d’une extraordinaire séduction et nous frappa par son prodigieux art d’écouter […] Il levait sur nous ses beaux yeux pâles, sur son visage de Valois peint par Clouet, ses fines mains asiatiques111.” Un an plus tard, Réaction assiste au mariage du prince et de la princesse Isabelle d’Orléans-Bragance à Palerme. On peut supposer que c’est Fabrègues lui-même qui a représenté la revue et écrit au retour, encore dans le ravissement : “Vraiment vous êtes, Monseigneur, le point où tous nos rêves les plus chers se font chair et réalité […] Nous avons rêvé, nous rêvons, de ramener ce monde à la fidélité, à l’espérance, à la foi. Vous êtes, Monseigneur, notre chef dans la croisade112.”

  • 113 Robert Vallery-Radot, “Qui t’a fait Roi”, Réaction, no 2, 5 mai 1930.
  • 114 Ibid.

88Pour la Jeune Droite Catholique, seul un Roi peut unir le ciel et la terre, constituer le lien tant souhaité du spirituel et du temporel. Seul aussi il peut représenter l’idéal contre-révolutionnaire et maurrassien qui est le sien : n’incarne-t-il pas la personne opposée à l’individu, par cette fonction royale qui dépasse l’homme et n’est-il pas le seul à pouvoir ainsi symboliser la continuité de la nation ? Qui pourrait donc prétendre, plus durablement que lui, assurer l’autorité de l’État ? “Jadis […], l’autorité du chef était regardée comme une émanation de la puissance divine […] C’était la charge qu’on vénérait ainsi et non l’homme qu’elle élevait au-dessus de ses semblables. Des complots renversaient le souverain […] Mais c’était l’homme qu’on dépouillait ainsi de son sceptre et non le sceptre qu’on brisait […] L’usurpateur reprenait la suite du prince déchu […] Le principe restait sauf113.” Au contraire, dans le système démocratique, “ce n’est plus la Toute Puissance éternelle que (le prince) représente, mais le Peuple qui l’a élu. Né de celui-ci, ne tenant son pouvoir que de lui, sa fonction ne peut plus être de le régir mais de lui complaire114.” De ce fait, le principe d’autorité disparaît. Subsisterait-il qu’il ne saurait survivre à l’homme qui l’incarne.

  • 115 René Vincent, “Tout revient à l’essentiel”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.
  • 116 Jean Maxence, “La querelle de l’humanisme”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.
  • 117 René Vincent, “Tout revient à l’essentiel”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

89Aux yeux de la Jeune Droite Catholique, ces principes de gouvernement mettent en jeu des postulats opposés en matière d’humanisme : une conception chrétienne de l’homme, bon mais marqué par le péché donc faillible, s’affronte à une vue révolutionnaire de l’homme sans faute originelle, naturellement raisonnable et maître de sa morale. “Le problème politique nous apparaît dans ce dilemme : autorité ou anarchie, c’est à dire monarchie (qui) demande seulement à l’homme la reconnaissance de son imperfection ou communisme qui est […] la forme parfaite de l’idéal démocratique115.” Mais Réaction doute que “Marx soit l’évangéliste de l’homme moderne116” et préfère s’en tenir à l’expérience de la monarchie chrétienne : “Si nous avons souvent ici fait l’éloge du xiiie siècle, ce n’est pas, est-il besoin de le dire, par admiration d’un passé mort […], mais parce que le siècle de la chrétienté représente justement à nos yeux cette image de l’harmonie sociale et de l’ordre que nous voulons construire et qui peut naître aussi bien demain qu’hier parce que les nécessités spirituelles humaines sont permanentes117.”

  • 118 Réaction, “Manifeste”, Réaction, no 1, 5 avril 1930.
  • 119 Ouvrage de La Tour du Pin publié en 1907.

90L’autorité royale ne saurait assurer le bien commun sans le relais des corporations. Ce sont, comme le proclame le manifeste, “les cadres sociaux naturels (de) la personne humaine libre118.” Elles doivent donc s’organiser et prendre place en face de l’État. Fabrègues, qui a gardé ses responsabilités à l’Union des Corporations Françaises dissidente, a fait de Vers un ordre social chrétien119 son livre de chevet. Il voit dans le corporatisme catholique la seule solution à la crise économique et au problème du prolétariat. Mais l’inspiration maurrassienne est aussi présente : l’organisation corporative de l’économie et de la société permettrait de décentraliser le pouvoir et de limiter l’intervention de l’État.

  • 120 Christian Chenut, “Chronique sociale”, Réaction. no 5, février 1931.

91A ses côtés Christian Chenut est chargé de démontrer les mérites du corporatisme aux lecteurs de Réaction : “Réadaptée aux nécessités de la civilisation moderne par des maîtres comme Le Play et La Tour du Pin […], la doctrine corporative représente actuellement un ensemble d’idées qui, tout en étant imprégnées des principes d’une société vraiment chrétienne, sont tout aussi capables que le communisme de passionner les élites ouvrières.” Le corporatisme, assure-t-il, est basé sur l’opposition de : “l’ordre à l’anarchie ; la famille, véritable cellule sociale à l’individu abandonné à lui-même ; l’ouvrier propriétaire du patrimoine corporatif et assuré de la sécurité du lendemain au prolétaire ; l’organisation corporative à l’étatisme ruineux ; la défense des producteurs à leur asservissement par les intermédiaires interlopes et les financiers120.”

  • 121 Christian Chenut, “Finance ou production”, Réaction, no 10, mars 1932.
  • 122 Ibid. On retrouve dans ce schéma la plupart des éléments de l’idéal corporatiste de Vichy.
  • 123 Jean de Fabrègues, “Charles Maurras ou la Beauté de l’Ordre”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

92S’inspirant du corporatisme agricole, le même imagine un an plus tard la France couverte “de corporations de ce genre”, et la création du “Conseil de la Corporation qui régulariserait la production, arbitrerait les conflits et défendrait auprès de l’État les intérêts de la profession121.” Une telle organisation aurait des conséquences considérables : “politiquement l’État, débarrassé des innombrables métiers qui l’accablent, pourrait enfin s’occuper exclusivement de ses deux grandes fonctions : faire régner la justice, maintenir l’ordre et la paix. Économiquement, la production serait dirigée par les producteurs eux-mêmes. Socialement, patrons et ouvriers (rechercheraient) une solidarité (et) la question de la répartition serait tranchée le moins injustement possible par les règlements corporatifs122.” L’organisation corporative viendrait ainsi prêter main forte à la solution du problème de l’État : “Dès lors l’État ne sera plus le tyran qu’on dit”, se réjouit Jean de Fabrègues mais, “selon M Maurras, le fonctionnaire des sociétés. Qu’est-ce à dire ? C’est que les organes de l’État ne sont qu’instruments au service de ces cadres humains : famille, métier, province123.”

 

93Ainsi Réaction dessine-t-elle un nouvel ordre institutionnel dont les principes ne varieront plus dans les projets ultérieurs de la Jeune Droite Catholique. Doctrine catholique et principes politiques maurrassiens s’y mêlent, les seconds servant d’instruments à la première. Une troisième voie s’ouvre entre libéralisme et socialisme. Malgré la passion juvénile de certaines expressions, l’ensemble de cette construction intellectuelle ne manque pas de cohérence.

94L’échec de la fusion de Réaction avec Les Cahiers et La Revue Française semble avoir arrêté la croissance du groupe, Fabrègues et ses amis n’ayant apparemment pas trouvé les bases d’une entente suffisante avec la Jeune Droite. En effet, si tous sont royalistes et révolutionnaires, leur degré de filiation à l’égard des doctrines maurrassienne et chrétienne diffère alors sensiblement. Fabrègues a pris ses distances vis à vis de l’Action Française, au moment où Maxence s’en rapprochait et où Maulnier s’y affiliait. Peut-être, cependant, un avenir subsiste-t-il dans une rencontre entre le christianisme des deux premiers et l’humanisme du dernier : d’autres rassemblements pourraient alors se produire.

Notes

1 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

2 Jean-Louis Loubet del Bayle, “La revue Réaction.”, Politique, no 33 - 36, 1966.

3 Jean de Fabrègues, lettre à Maurras, non datée, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 116.

4 Seront interrogés : Paul Valéry, Alain, Émile Buré, André Malraux, W. Foerster (professeur allemand exilé en Suisse, fédéraliste et converti au catholicisme), le philosophe russe et orthodoxe Nicolas Berdiaeff, Daniel Halévy, André Chamson, Emmanuel Berl, Jacques Maritain.

5 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

6 Jacques Laurent, Histoire égoïste, La Table Ronde, 1976, p. 200.

7 Pierre Andreu qu’il “épatait”, se souvient qu’il lui confia peu de temps après qu’ils se fussent connus, en 1930 : “Si je cessais de croire en Dieu, je me tuerais !” in Le Rouge et le Blanc, op. cit., p. 54.

8 Émile Vaast, “Querelle de générations”, Réaction no 8/9, janvier/février 1932.

9 Un travail dans des conditions bien peu favorables comme il le souligne dans sa lettre : “Je suis plutôt malade, comme l’adresse ci-dessus le prouve assez (Divonne-les-Bains). On me douche. Mais la douche terminée, je me remets à mon Drumont et je recommence à flamber. Alors ça peut durer longtemps ! De cœur à vous et à vos amis.” Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, 10 mai 1930, fonds Fabrègues.

10 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.

11 Georges Bernanos, “Message aux jeunes Français”, Réaction, no 1, 5 avril 1930.

12 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, 27 mai 1930, fonds Fabrègues.

13 Georges Bertnanos, lettre à jean de Fabrègues, 15 août 1931, fonds Fabrègues.

14 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, 11 mars 1930 fonds Fabrègues.

15 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 100.

16 Coty reprendra ainsi plusieurs journaux, bâtissant un véritable empire de presse : Le Gaulois, Figaro, L’Ami du Peuple, L’Ami du Peuple du Soir.

17 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p 102.

18 Georges Bernanos, lettre à Jean de Fabrègues, non datée, vraisemblablement octobre 1931, fonds Fabrègues.

19 Ibid. Fidèle à son attitude de résistance, Larpent sera le seul chef de l’Action Française à refuser de signer en 1939 la lettre de soumission de Maurras au Pape, in Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 283. Cette allusion à l’attitude de Charles Vergnaud pourrait expliquer l’éloignement de celui-ci de Réaction alors qu’il avait signé son manifeste.

20 Georges Bernanos, L’Ami du Peuple et Figaro. 21 mai 1932.

21 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.. p. 102, 103.

22 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 135, 136. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

23 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 104.

24 Jean de Fabrègues, “L’étape glorieuse et douloureuse” et René Vincent, “Tout revient à l’essentiel”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

25 Jean de Fabrègues, “Les Livres”, Réaction, no 5, février 1931.

26 Lettre d’André Malraux à Jean de Fabrègues sur papier à en-tête de la NRF, 13 février 1931, fonds Fabrègues.

27 “Réaction et la presse”, Réaction, no 10, mars 1932.

28 “A nos abonnés, à nos amis”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

29 Jean Maxence, “Réaction”, Les Cahiers, Deuxième série, mai 1930. De l’anglais, l’expression peut être traduite par “Plus on est de fous, plus on rit.”

30 “Réaction et la presse”, Réaction, no 3/4. 1930” désigne Les Cahiers.

31 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p.37.

32 J. de F. “Les Livres. Jean Maxence. Positions. Éditions Saint Michel”, Réaction, no 5, février 1931. Les mots soulignés le sont dans le texte.

33 Ibid., p. 146.

34 Raymond Damien, “Notes”, Réaction, no 2, 5 mai 1930

35 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 152.

36 Jean Maxence, “Georges Bernanos ou la fidélité totale”, Réaction, no 7, mai 1931.

37 Jean Maxence, L’Amérique intérieure, no 3/4, juin/juillet 1930.

38 Jean Chauvy, lettre à Jean de Fabrègues, 8 juin 1933, fonds Fabrègues.

39 Il est l’auteur de nombreux livres sur des thèmes patriotiques, religieux et éducatifs. Par exemple : Méditation dans la tranchée en 1916, La vraie vie de Saint Vincent de Paul ou Mes garçons et vos filles parus chez Grasset respectivement en 1925 et 1927. Son ouvrage, Le Capitaine, dialogues sur le commandement, paru en 1919, sera réédité en 1941.

40 Il publie en 1935 une Histoire du cinéma rédigée en collaboration avec son beau-frère Robert Brasillach.

41 Brasillach est alors élève de l’École Normale Supérieure et âgé de vingt-et-un ans. Sympathisant de l’Action Française, il a collaboré à L’Étudiant Français laissé sans comité de rédaction par le départ de Jean et de ses amis. Georges Blond travaille comme secrétaire d’édition chez Fayard Leur itinéraire à tous deux est retracé plus loin, lors de leur collaboration à Combat.

42 Sur Thierry Maulnier, on consultera en particulier : Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30. op. cit. Paul Sérant, Les dissidents de l’Action Française, Copernic, 1979. Pierre Andreu, Révoltes de l’esprit. Les revues des années 30, Kimé, 1991. Surtout Étienne de Montéty, Thierry Maulnier. Julliard, 1994.

43 Dans Le Dieu masqué publié en 1985, Thierry Maulnier exprime de façon poignante sa quête spirituelle et le père Carré, qui préside à ses obsèques religieuses trois ans plus tard, après avoir rappelé qu’il ne fut jamais chrétien, insiste sur “sa défense obstinée des valeurs s’inspirant du christianisme”, in Étienne de Montéty, Thierry Maulnier, op. cit. p. 350.

44 Thierry-Maulnier (sic). La crise est dans l’homme, Rédier, 1932.

45 Les Cahiers. No 7, juillet 1931.

46 La Revue Française, 25 août 1932.

47 Sur Maurice Blanchot, on consultera F. Collin, Maurice Blanchot et la question de l’écriture, Gallimard. 1971 ; Philippe Mesnard, Maurice Blanchot, le sujet de l’engagement, L’Harmattan, 1996

48 Sur la préparation d’Esprit, voir Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité. op. cit. En particulier le chapitre 2. Également Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, op. cit., p. 178.

49 Jean Godmé, lettre à Jean de Fabrègues non datée. Le texte suggère mai-juin 1931. Fonds Fabrègues.

50 Maurice Blanchot, lettre à Jean de Fabrègues, 7 janvier 1932, fonds Fabrègues.

51 Réaction, no 8/9, janvier/février 1932, intérieur de la couverture.

52 Émile Vaast, “Maurras sans Maurras”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

53 Jean de Fabrègues, “Georges Bernanos. Présence de l’autre nature”. Réaction. no 7, mai 1931.

54 Personnages de Sous le soleil de Satan, de L’Imposture et de La Joie.

55 Jean Maxence, “Georges Bernanos ou la fidélité totale”, Réaction, no 7, mai 1931.

56 Jean de Fabrègues, “Procès de l’Amérique”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

57 René Vincent, “Démission de l’homme”. Réaction, no 10, mars 1932.

58 Jean Maxence, “L’Amérique intérieure”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

59 Pierre Lucius, “Les deux faillites du matérialisme”, Réaction, no 10, mars 1932.

60 Jean de Fabrègues, “Les Livres. Robert Aron et Arnaud Dandieu. Le cancer américain. (Rieder)”, Réaction, no 10, mars 1932.

61 “Il nous est particulièrement agréable de pouvoir engager un débat sincère et complet avec les éminents collaborateurs d’Europe et de Plans qui viennent de fonder le groupe de L’Ordre Nouveau”, N.D.L.R, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

62 Quarante cinq numéros de ce mensuel paraîtront de mai 1933 à septembre 1938. Sur L’Ordre Nouveau, voir : E. Lipiansky et B. Rettenbach, Ordre et démocratie : deux sociétés de pensée. De l’Ordre Nouveau au Club Jean Moulin, PUF, 1967 et J.L. Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente, op. cit.

63 Émile Vaast, “Maurras sans Maurras ?”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

64 Jean de Fabrègues, “Capital et capitalisme”. Réaction, no 10, mars 1932. Les citations en italiques sont entre guillemets dans le texte.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Roger Magniez, “Notes. Antieuropa”, Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930.

68 Jean de Fabrègues, “Les Livres. Georges Roux. L’Italie fasciste. (Stock. Ed.)”, Réaction, no 10, mars 1932.

69 Walter Ruthenau, “Aperçus de l’Allemagne spirituelle”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

70 René Vincent, “Démission de l’homme”, Réaction, no 10, mars 1932.

71 L’Action Française, 2 février 1932. Cité par René Vincent in “Démission de l’homme”, Réaction, no 10, mars 1932.

72 “Manifeste des jeunes intellectuels “mobilisables” contre la démission de la France”, La Revue Française, janvier 1931.

73 Jean de Fabrègues, “Qu’est-ce que la paix ?”, Réaction, no 6, 1931.

74 C’est le titre même du numéro 8/9 que Réaction consacre à ce thème en janvier/février 1932.

75 Marcel Arland, “Le procès de l’après-guerre”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

76 Dans son ouvrage, Notre inquiétude, publié en 1927. Marcel Arland avait aussi écrit sur ce thème dès 1924 : Sur un nouveau mal du siècle.

77 Jean de Fabrègues, “Les Livres”, Réaction, no 7, mai 1931.

78 Thierry Maulnier, “Témoignage pour l’évidence”. Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

79 Émile Vaast, “Querelle de générations”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

80 René Vincent, “L’Après-guerre s’embourgeoise”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

81 Le premier tome est paru en 1931 chez Plon et le second est publié en 1932 dans La Revue Française.

82 Jean de Fabrègues, “Rencontre de générations”. Réaction, no 8/9, janvier/février 1932. La citation en italiques est entre guillemets dans le texte.

83 Robert Aron et Arnaud Dandieu, “Révolution et religion”, Réaction, no 8/9, janvier/février 1932.

84 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

85 Jean de Fabrègues, “Enquête sur l’Ordre”, Réaction, no l, 5 avril 1930.

86 Réaction, “Manifeste”, no l, 5 avril 1930.

87 Jacques Maritain, Trois réformateurs, Plon, 1925.

88 Réaction. “Manifeste”, no 1, 5 avril 1930.

89 René Dufort (pseudonyme de Jean de Fabrègues), “Revue des revues”, Réaction, no 5, février 1931.

90 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 10 mars 1932 in Pierre-Jean Deschodt, op. cit., p. 133.

91 Jean de Fabrègues, “La querelle de l’humanisme”, Réaction, no 10, mars 1932.

92 Ouvrages parus respectivement en 1925 aux Cahiers verts, chez Grasset, et en 1927.

93 Jean de Fabrègues, “Lettre à André Chamson sur le nationalisme”, Réaction, no 2, 5 mai 1930. Ce dialogue est d’autant plus intéressant que Chamson, qui est presque de la même génération que Jean (il est né en 1900), a engagé une réflexion sur les rapports de l’action politique et de l’histoire qui contredit, dans une certaine mesure, celle de la nécessité de l’engagement de l’intellectuel en politique, prônée par la Jeune Droite Catholique. Il est aussi proche de Daniel Halévy qui dirige alors la collection des Cahiers verts chez Grasset et sera interrogé par Réaction dans le cadre de l’enquête sur l’ordre. Halévy fera par la suite partie des proches collaborateurs de Fabrègues.

94 Jean de Fabrègues, “Les Idées. Le catholicisme et la paix”, Réaction. no 6, 1931.

95 Ibid.

96 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932. C’est la revue qui souligne.

97 Émile Vaast., “Défense de la France”, Réaction, no 6, 1931.

98 Ibid.

99 Jean de Fabrègues, “Lettre à André Chamson sur le nationalisme”, Réaction, no 2, 5 mai 1930.

100 Quelques lignes plus haut, Fabrègues a cité la célèbre réflexion de Maurras : “C’est le malheur des siècles et la suite funeste de nos révolutions qui ont voulu que, de nos jours, les nations deviennent les intermédiaires inévitables pour ces rapports lointains qui, sans elles, s’effondreraient. Il n’en a pas toujours été ainsi. Il fut un temps où l’Internationale ne dépendait pas des nations mais les présidait et les commandait. Avant d’être Français, Italien, Anglais ou Germain, l’homme du Moyen Âge fut citoyen d’une civilisation générale qui avait sa langue, son esprit, ses mœurs, sa foi, sa science, son art, ses façons de sentir, sans aucun souci de la baisse des États. La vraie frontière, le frontière religieuse s’étendait jusqu’à la rencontre de la barbarie. Il ne faut pas craindre de le redire : cela était, cela n’est plus. Nous avons eu mais nous avons perdu l’unité humaine.”

101 Henri Massis.

102 Ibid.

103 C’est dans le cadre de la querelle sur la paix que Réaction est amenée à faire la mise au point que nous citions plus haut sur la demande de Guy Crouzet de définir “le lien” entre son nationalisme et sa foi chrétienne. Voir Jean de Fabrègues, “Les Idées. Le catholicisme et la paix”, Réaction, no 6, 1931.

104 Réaction, “Religion et révolution. Réponse à MM. Aron et Dandieu”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

105 Émile Vaast, “Défense de la France”, Réaction, no 6, 1931.

106 “Enquête sur l’ordre. Réponse de Jacques Maritain.”, Réaction, no 7, mai 1931.

107 Émile Vaast, “A propos de la Primauté du spirituel”, Réaction, no 7, mai 1931.

108 N.D.L.R., Ibid.

109 Réaction, Manifeste, no 1, 5 avril 1930.

110 Ibid.

111 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. cit., p. 87.

112 Réaction, “Les Chroniques. Mariage royal”, Réaction, no 7, mai 1931.

113 Robert Vallery-Radot, “Qui t’a fait Roi”, Réaction, no 2, 5 mai 1930.

114 Ibid.

115 René Vincent, “Tout revient à l’essentiel”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

116 Jean Maxence, “La querelle de l’humanisme”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

117 René Vincent, “Tout revient à l’essentiel”, Réaction, no 12, juin/juillet 1932.

118 Réaction, “Manifeste”, Réaction, no 1, 5 avril 1930.

119 Ouvrage de La Tour du Pin publié en 1907.

120 Christian Chenut, “Chronique sociale”, Réaction. no 5, février 1931.

121 Christian Chenut, “Finance ou production”, Réaction, no 10, mars 1932.

122 Ibid. On retrouve dans ce schéma la plupart des éléments de l’idéal corporatiste de Vichy.

123 Jean de Fabrègues, “Charles Maurras ou la Beauté de l’Ordre”, Réaction, no 11, avril/mai 1932.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search