Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Chapitre V. Les prémices d’une revue

Texte intégral

1Sans doute la condamnation de l’Action Française ouvrait-elle les portes du réduit dans lequel s’étaient enfermés de nombreux catholiques, du fait de leur refus d’une modernité qu’ils qualifiaient de modernisme. Cependant, sans gardien et en but à toutes les tentations de l’athéisme et du matérialisme, la civilisation chrétienne pourrait-elle subsister ? Sur quelle autre doctrine que celle de Maurras un ordre politique catholique pourrait-il s’établir en France ? Ces questions hantent Jean de Fabrègues en cette fin des années vingt. Il a sous les yeux l’exemple de son ami Maxence qui vient de lancer ses Cahiers, mais dont l’orientation est officiellement antimaurrassienne. Bien que beaucoup de ses amis y participent, Jean ne peut s’y rallier.

  • 1 Cité par Jean de Fabrègues in Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 96.
  • 2 Ibid.

2Il rêve lui, à une autre Action Française où, comme le souhaiterait aussi Bernanos, “les catholiques prendront la place qui leur convient, la première1.” un mouvement laissant se développer un pôle spirituel et qui serait aussi moins “caduque2” intellectuellement. Au début de 1929, il reçoit le soutien de l’écrivain au manifeste qu’il a réussi à rédiger pour sa future revue avec un groupe de jeunes maurrassiens. Toutefois, la nécessité de remplir ses obligations militaires le force à repousser d’un an son projet. Devenu secrétaire de Maurras en janvier 1930, il cherche à le convaincre de son projet, mais l’Action Française est entrée dans une crise profonde et son chef demeure trop dogmatique pour admettre le renouvellement intellectuel et spirituel proposé par son jeune disciple. C’est au prix d’une rupture douloureuse que naît la première revue de la Jeune Droite Catholique : contre le “politique d’abord”.

I. Une revue concurrente des Cahiers de Maxence ?

  • 3 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 90.

3Cette fin des années vingt se montre, plus encore que le reste de la décennie, propice à la création de revues. Le climat d’union nationale et la prospérité économique qui prévalent sous les ministères Poincaré jusqu’en 1929, joints aux relents empoisonnés des affaires, donnent les moyens et le ressort à la jeunesse intellectuelle de critiquer la gestion politique de ses aînés. Et cette critique s’exprime fréquemment par le lancement d’un orphéon ou la régénération d’une vieille revue ronronnante. Leur tâche est facilitée par la valorisation de la jeunesse qui marque l’après-guerre. On a foi dans les jeunes talents, on donne du prix à l’insolence. “On criait partout, et jusque dans les antichambres ministérielles, place aux jeunes3 !” se souvient Jean-Pierre Maxence, évoquant cette période où les pouvoirs sont aux mains des anciens après l’hécatombe militaire de 1914/1918.

4Ces équipes de publicistes débutants se placent sous le patronage d’une personnalité ou dans la mouvance d’un groupe déjà constitué, après la rédaction d’un manifeste ou d’une déclaration prenant le contre-pied des idées ambiantes et proposant un programme. La revue est à l’intellectuel ce que le parti est au militant. Elle permet de rassembler les soutiens d’une cause, leur offre un prétoire. Par rapport au journalisme quotidien, elle autorise un rythme lent, favorable à une certaine distance envers les événements. A travers des prises de position politiques elle permet d’assouvir des ambitions littéraires, naturelles à une époque où les lettres jouissent encore, dans l’éducation et la culture, d’un statut prééminent.

5C’est ainsi qu’étaient nées autour de l’Action Française La Revue Universelle de Bainville et Massis en 1920, La Gazette Française d’Yvignac en 1924, Candide également en 1924, La Revue du Siècle de René Groos et Le Nouveau Siècle de Georges Valois en 1925, Les Cahiers d’Occident de Gérard de Catalogne en 1926. A gauche avaient répondu Europe de Romain Rolland et Jean Guéhenno en 1923, La Vie Catholique de Francisque Gay en 1924, Politique du parti démocrate populaire la même année et, chez les radicaux, La Revue des Vivants d’Henry de Jouvenel, Notre Temps de Jean Luchaire en 1927, La Voix d’Émile Roche en 1928. Quelques pôles éditoriaux aimantaient ces revues selon leur sensibilité. Pour l’Action Française, ce fut longtemps la Nouvelle Librairie Nationale. Elle servira ensuite à Georges Valois pour les jeunes radicaux dans le cadre de la création de la librairie Valois. Les catholiques de droite se rassemblaient au Roseau d’Or de Massis et Maritain, tandis que la NRF de Rivière puis de Paulhan attirait ceux de gauche.

Les Cahiers de Jean-Pierre Maxence

  • 4 Sur Les Cahiers de Jean-Pierre Maxence, on consultera l’ouvrage de Jean-Louis Loubet del Bayle, Les (...)
  • 5 La même année les dominicains de Juvisy lancent La Vie Intellectuelle avec les Pères Bernadot et La (...)

6En janvier 1928, Jean assiste à la naissance des Cahiers de son ami Jean-Pierre Maxence4 qui s’inscrivent ainsi dans une longue tradition. Après un passage non suivi d’engagement au séminaire d’Issy-les-Moulineaux en 1926 puis le temps du service militaire, Maxence est entré comme gérant aux Éditions Saint Michel, ce qui lui assure une position favorable à un projet éditorial. De son véritable nom Les Cahiers de littérature et de philosophie, la nouvelle revue est un mensuel qui prend le titre de l’année. Sa diffusion d’origine est bien modeste puisqu’elle ne dépasse pas cinq cents exemplaires. Elle offre la particularité d’être la première revue catholique laïque5 à naître depuis la condamnation de l’Action Française. Est-ce pour cela qu’elle offre tant de contradictions ? Elle devrait manifester clairement son hostilité à Maurras. Or, si la rupture apparaît bien au strict plan de l’engagement politique, les valeurs comme l’équipe restent profondément marquées par la vision du monde propre au milieu catholique maurrassien.

  • 6 Jean de Fabrègues, lettre à Thierry Maulnier, non datée, probablement 1936.
  • 7 Les Cahiers, Deuxième série, no 2, 1929, p. 152.
  • 8 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 50, 61.
  • 9 “Manifeste”, Les Cahiers, no 1, 1928.

7Selon le témoignage de Jean de Fabrègues, entre 1929 et 1932 la revue “lance feux et flammes […] contre l’Action Française6” Elle fraternise avec la démocratie chrétienne, organisant en 1929 sa publicité en commun avec La Vie Catholique et La Vie Intellectuelle et salue les dominicains de Juvisy comme ses “plus chers amis7.” Parallèlement cependant, Les Cahiers continuent de revendiquer pour les catholiques, au-delà de l’engagement social, le devoir de penser le politique. S’ils naissent dans la mouvance du Roseau d’Or, comme l’atteste Jean Pierre Maxence lui-même, ils tiennent aussitôt à se démarquer d’un milieu qui prend des airs de chapelle ou de “citadelle de convertis8” et affectent un ton d’insolence révolutionnaire qui frise l’anticléricalisme : “Nous n’avons rien d’autre à montrer que la figure de Jésus-Christ […] Il ne faudra pas nous demander de considérer l’intérêt de l’Église et d’éviter le scandale car nous ne connaissons pas les intérêts des chanoines9.”

  • 10 Jean-Pierre Maxence, Les Cahiers, 1928, première série, no 1.
  • 11 Robert Vallery-Radot, “L’énigme et le miroir”, ibid.
  • 12 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 91.

8Dans l’orientation de Maxence se prolongent les échos de l’antimodernisme qui avait rapproché Massis et Maritain de Maurras : un antimodernisme antimatérialiste : “Nous voulons tuer le monde moderne par les violences spirituelles10”, proclame le jeune éditorialiste dans la première livraison des Cahiers ; un antimodernisme contre-révolutionnaire : “Le monde moderne a nié les énigmes et brisé le miroir […] Un jour mémorable, en pleine assemblée du peuple, il s’est vanté […] d’avoir éteint dans le ciel des lumières qu’on ne rallumerait plus11”, déplore Robert Vallery-Radot dans le même numéro inaugural. Face à la “concentration matérialiste qui s’opérait, se fortifiait, grandissait et menait à la barbarie […], il fallait rompre !” se souvient Maxence, expliquant plus tard les motifs de son combat12. Comme Fabrègues et contre Benda il pense qu’il est du devoir de l’intellectuel d’intervenir dans la conception du politique et, pour le catholique, d’y inscrire le spirituel. Les Cahiers prennent Charles Péguy pour modèle, héros nationaliste et révolutionnaire, réaliste et mystique, revendiqué à la fois par la droite et la gauche catholiques.

  • 13 Paul de Longmar est le pseudonyme de Jean Chauvy. Ami de Jean de Fabrègues, Jean Chauvy entretient (...)

9Quant à l’équipe de rédaction, elle apparaît largement comme une émanation de celle qui fit le succès de La Gazette Française désormais agonisante. Le nom de Georges Bernanos s’étale en page de garde du premier numéro, aux côtés de ceux de Paul Gilson, Roger de Lafforest et Robert Vallery-Radot. Jean Daujat prend la responsabilité d’une chronique sur “Les sciences” dans le deuxième Cahier. Le patronage d’Henri Massis s’impose dans le troisième. Paul de Longmar écrit encore en 1929 à La Gazette, mais surtout aux Cahiers. “pour que la place ne fut pas occupée par un type de gauche13.” La même année interviennent Robert Francis et Maurice de Gandillac. En 1930 enfin, c’est le tour de Jean de Fabrègues qui a rompu avec Maurras. La clé de ces contradictions se trouve dans la fidélité des Cahiers à leurs origines thomistes autant que maurrassiennes face au choix pontifical d’un apostolat apolitique.

Un projet de revue concurrente

10En 1930, Fabrègues prendra conscience de la communauté d’inspiration qui rapproche sa démarche de celle de Maxence. Mais en 1928, pris dans la violence des remous de la condamnation de l’Action Française, il voit dans la tentative des Cahiers un itinéraire de fuite. Lui-même médite le lancement d’une revue où le nationalisme apparaîtrait clairement réconcilié avec le catholicisme. Il rassemble une équipe, rédige un manifeste, cherche un maître.

  • 14 Il deviendra un des rouages essentiels de l’UNESCO.
  • 15 René Vincent, “Souvenir de Jean de Fabrègues”, La Revue des Écrivains catholiques, no 52, décembre (...)
  • 16 Jean de Fabrègues, fragments de notes, non datés.

11Autour de lui se groupent des catholiques maurrassiens : Michel Dard, qui participe alors aux Cahiers et à La Revue Universelle14 ; Jacques de Montbrial, qui vient de L’Étudiant Français ; Albert Marty ancien de La Gazette Française ; Roger Magniez, assureur, constituent les plus âgés. Daniel Gallois et Louis Lemiels normaliens ; René Vincent, encore étudiant en droit, les plus jeunes. On cherche un titre et les thèmes d’un manifeste au cours de longues discussions où l’ouverture d’esprit du futur directeur fait merveille : “Fabrègues était un passionné d’idées”, se souvient René Vincent, “toujours prêt à la discussion, avec une honnêteté intellectuelle peu courante : être de foi, sans aucun fanatisme […] non par faiblesse pour la concession, non plus que par syncrétisme, mais par le fait d’une triple disposition qui le caractérisait et qui fut sienne toute sa vie : le respect de la liberté, la recherche de la vérité et une certaine politesse de cœur15.” Tour à tour sont envisagés “L’Esprit réactionnaire”, “Le Rempart”, “L’Occident”, puis, centrés sur la notion d’ordre, “Jeunesse de l’Ordre”, “Correspondances de l’Ordre” et, plus simplement encore, “L’Ordre”16.

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

12Jean précise qu’il s’agit “de développer les positions d’un état d’esprit classique chrétien” pour défendre “l’Occident entre deux barbaries : l’orientale et l’extrême occidentale17.” On retrouve le ton de Défense de l’Occident et de son article dans les Cahiers d’Occident. Il faut faire renaître “le temps où les nations civilisées acceptaient un certain nombre de normes communes”, ainsi que l’indiquent Charles Maurras et Henri Massis. Les intellectuels catholiques sont à convaincre : Chamson, Green, Daniel-Rops, mais aussi Guéhenno dont, non sans tolérance, il reconnaît “la sincérité de la recherche18.”

  • 19 Projet de manifeste, signé Marty, non daté.

13Le seul projet de manifeste conservé par Jean est celui de Marty, Il affecte une insolence et un ton révolutionnaires qui ne sont pas sans rappeler ceux de Bernanos et présagent l’orientation anticapitaliste et antibourgeoise de la revue à venir, déjà caractéristique des Cahiers : “A ce programme, voici des faces se congestionner. Têtes pesantes de leur vide, portefeuilles repus, ventres criblés d’honneurs à vil prix. Ils intitulent ordre : où l’on est bien assis. Ils en jugent par leur derrière. Qu’on tire le siège, les voilà cul par terre. De ce point de vue au nôtre, mesurez un peu l’écart. Ce n’est pas à leur siège que nous en voulons, ni à leurs fesses, Dieu merci ! Mais l’ordre de leurs commodités n’est pas l’ordre19.”

  • 20 Michel Dard, lettre à Jean de Fabrègues, non datée.

14Tant de passion ne pouvait rester stérile. Au printemps de 1928, la nouvelle revue semble prête à être lancée. Michel Dard se dit reconnaissant à Jean “de prendre notre revue en mains […] Toi seul avances et tout le monde ne demande qu’à te suivre”, félicite-t-il son jeune confrère. Il “ne demande pas mieux que de prendre la vie littéraire.” Son premier article sera “un Valéry”, car ce qui perd, selon lui, le poète et l’Occident, c’est de n’avoir pas compris que : “le fruit défendu n’est pas la connaissance, mais le mécanisme de la connaissance20.” Faut-il comprendre que la civilisation occidentale ne pèche pas tant par sa soif de connaître que par son absence de foi ? Jean a recopié la formule en haut de la lettre de son correspondant. Il en retiendra le sens pour son manifeste. Pourtant, malgré cet ensemble de signes annonciateurs, la revue ne voit pas le jour.

  • 21 Maurice de Gandillac, lettre à Jean d’Azémar, 25 septembre 1928. C’est Maurice de Gandillac qui sou (...)
  • 22 Ibid.

15Le 19 mai 1928, parvient à Jean, de René Vincent, un mot qui indique son inquiétude : “Mon cher ami, (j’apprends que) la parution du numéro un de ta revue serait reportée du1er juin à la rentrée. Est-ce exact ?” A l’automne suivant, Maurice de Gandillac auquel Jean a soumis son projet durant l’été, rend une réponse encourageante mais dilatoire : “Votre formule, souple et ferme, semble excellente : elle permettra d’éviter l’air chapelle et un certain dogmatisme formel que plusieurs de nos amis cultivent fâcheusement […] Je crois comme vous aux correspondances de l’ordre. Hélas ! Comme parfois cette symphonie se trouble. J’y songeais en recevant de Pie XI une bénédiction toute paternelle, au moment même où l’exemple de l’Italie fasciste et royale me persuadait mieux de certaines velléités qui passent aujourd’hui pour bien peu orthodoxes21.” La réalité politique se montre rebelle aux définitions simples et le jeune philosophe avoue son besoin “de se recueillir et de faire le point22.” Cet attentisme ne l’empêche pas, en revanche, de collaborer au même moment aux Cahiers de Maxence.

  • 23 Jacques de Montbrial, lettre à Jean de Fabrègues, 12 juin 1929. Les mots soulignés le sont dans le (...)

16Jacques de Montbrial fait défection l’année suivante, pour des raisons inverses tenant à l’efficacité du combat maurrassien : “Je me demande si notre tactique présente est la bonne […] Le silence serait préférable. Vous allez vous donner un mal fou pour édifier votre revue […] Vous dépenserez beaucoup d’argent pour une bataille où vous serez dupe car plus vous frapperez sur vos adversaires et plus vous les ferez connaître. Croyez-vous qu’il ne vaudrait pas mieux bloquer nos efforts sur L’Étudiant Français ? Tout ce qui ressemble à une bande à part. est une mauvaise action23.”

  • 24 On appelait ainsi, dans les milieux étudiants, ceux qui “allaient à la messe”, c’est-à-dire les cat (...)

17Jean devine-t-il que ce sont là les arguments dont usera Maurras quelques temps plus tard pour essayer de le décourager ? A la tête de sa petite troupe qui ressemble de plus en plus à une bande d’étudiants talas24, il décide de donner un maître catholique à sa revue.

Un maître catholique

  • 25 Roman de François Mauriac qui vient de paraître chez Grasset.
  • 26 René Vincent, lettre à Jean de Fabrègues, 19 mai 1928.
  • 27 Sur François Mauriac, on consultera en particulier : Jean de Fabrègues, Mauriac, Plon, 1971. José C (...)

18“En ce cas, il serait inutile que je fasse l’article promis sur Destins25. Je serais alors tout disposé à faire, pendant les vacances, une étude plus générale et plus complète sur Mauriac26”, poursuivait René Vincent dans sa lettre à Jean. L’écrivain bordelais a-t-il pu être un moment la grande figure recherchée27 ?

  • 28 André Gide, lettre à François Mauriac, 7 mai 1928, citée par Jean de Fabrègues, in Mauriac, op. cit (...)
  • 29 Jean de Fabrègues, Mauriac, op. cit. p. 122.

19Alors âgé de quarante-trois ans, il a derrière lui une œuvre déjà marquante. Il doit la célébrité à un roman, Génitrix, publié chez Grasset en 1923. Thérèse Desqueyroux est paru chez le même éditeur en 1927. La Vie de Jean Racine vient de sortir chez Plon. Il est en 1928 au centre d’une querelle autour de la problématique du romancier catholique : a-t-il le droit de dépeindre le péché, avec le talent que l’on sait, en prenant le risque d’y entraîner son lecteur ? “C’est avec de beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise littérature. La vôtre est excellente, cher Mauriac28 !”, le félicite André Gide, non sans perfidie, à la sortie de son livre. A Maritain qui accepte qu’on veuille décrire l’homme dans ses contradictions, mais à la condition qu’on “purifie la source”, Mauriac demande : “si l’on était des Saints, écrirait-on des romans29 ?”

  • 30 René Vincent, lettre à Jean d’Azémar, 19 mai 1928.

20On sait Jean sensible depuis l’enfance à ce souci du mal et à l’appel de la grâce qui marquent cette littérature. Mais ce ne sont pas les seules raisons de son attirance envers Mauriac. Il y a aussi le parcours politique de l’écrivain qui l’a fait passer d’une proximité au Sillon en 1906 à la rencontre avec des écrivains de droite catholique à partir de 1910 : l’amitié de Bourget puis de Barrés, qui feront connaître Les Mains jointes, celle de Vallery-Radot et des Daudet. Mauriac, il est vrai, a publié Le Fleuve de feu à la NRF en 1922 et ébauché alors une amitié avec Gide, mais il est revenu à la droite en cette fin des années vingt. C’est ce parcours que voudrait souligner René Vincent, proposant “de montrer comment le catholique Mauriac se dégage d’influences qui, si elles ne sont pas celles de Gide et de ses maîtres, lui ressemblent étrangement30.”

  • 31 Voir plus loin le numéro spécial que lui consacre La Revue du Siècle, no 4, juillet/août 1933.
  • 32 Jean de Fabrègues cite ici les Nouveaux mémoires intérieurs de Mauriac.
  • 33 Jean de Fabrègues, Mauriac, op. cit., p. 272.

21Or Mauriac n’est pas le maître attendu, du moins pas encore, car l’admiration que lui porte la Jeune Droite catholique en formation ne cessera de se développer les années suivantes. C’est ainsi qu’en 1933, elle rendra hommage à l’écrivain à l’occasion de son entrée à l’Académie Française et le prendra pour inspirateur de sa nouvelle publication, La Revue du Siècle31. Mais c’est dans la biographie qu’il lui consacrera plus tard que Fabrègues donne le motif profond de son accord avec Mauriac, au-delà des fréquentes variations politiques de l’écrivain, qui ne furent pas les siennes : “Il y a deux natures d’esprit : ceux qui acceptent un mal qui est le mal et c’est l’univers du péché et de la grâce. Et ceux pour qui il n’y a pas de faute hors ce qui lèse la collectivité. (Pour ceux-là) nos actes n’ont aucune portée métaphysique32. Là est le mépris de l’homme33.” Ainsi la problématique du mal dans le roman catholique, telle qu’elle avait surgi à la fin des années vingt, était-elle mal posée à ses yeux : ce n’est pas le péché qui menace le monde, mais l’incroyance.

22Si Mauriac n’a pas tenu Réaction sur les fonds baptismaux, il a fortement marqué la naissance des revues suivantes. Si ses choix politiques n’ont pas toujours concordé avec ceux de Fabrègues, les deux hommes ont cependant communié à la même éthique spiritualiste en politique.

Au service militaire

  • 34 René Follain, lettre à Jean de Fabrègues, 1er septembre 1930, fonds Fabrègues.

23A l’été de 1928, Jean ne peut surseoir plus longtemps à ses obligations militaires. Il part pour l’École Spéciale Militaire de Saint Cyr, où il intègre le peloton des officiers de réserve. Ensuite ce sera la garnison à Verdun où il est artilleur. Cette mise à l’écart des soucis immédiats d’études et de carrière lui laisse le temps de la réflexion et l’incline à faire des projets. Certes il veut enseigner et envisage déjà le diplôme d’études supérieures, mais la préparation en est par force renvoyée à 1930. L’éloignement n’empêche pas, en revanche, la correspondance avec ses anciennes connaissances de Faculté et de La Gazette Française. A Verdun, il reçoit L’Action Française, ton journal, comme tu disais34”, lui rappelle un ami de régiment devenu séminariste à Rouen en 1930. Les permissions permettent aussi rencontres et visites.

  • 35 Jean d’Azémar, notes, Verdun, 20 juillet 1929.

24Il a gardé l’habitude de noter ses pensées. Regret de l’incommunicabilité entre les êtres, angoisse face à l’obscurité de la volonté divine, présence du mal dans l’homme, ces thèmes, déjà présents chez l’enfant et l’adolescent, se prolongent chez l’adulte, expliquant sa vocation de créateur de revues politico-religieuses. A l’appui de sa réflexion, on retrouve Mauriac mais aussi, montrant le caractère d’abord religieux de ses choix littéraires, l’influence de Rivière qui dirigea la NRF, rivale du Roseau d’Or, jusqu’à sa mort : “Horreur des vies côte à côte, des âmes parallèles […] Cette remarque de Mauriac, on la refait à chaque pas. Elle vaut pour l’affection fraternelle […] filiale et, peut-être même maternelle. Elle doit valoir pour l’amour. Elle vaut en amitié […] Vérité de l’expression prostituée : royaume des ténèbres. L’admirable apologie de Rivière pour la prière : Seigneur, ce que nous demandons, ce dont nous avons besoin, vous le savez mieux que nous. Et toujours notre humanité nous reprend. Ce qui est terrible, c’est cette médiocrité quotidienne […] le langage sale et la vie bête […] tout ce qui nous retient dans l’eau tiède35.”

  • 36 Georges Bernanos, lettre à Jean d’Azémar de Fabrègues, 23 janvier 1929
  • 37 Ibid.

25Qui était mieux désigné que Georges Bernanos pour comprendre l’ensemble de cette démarche ? Le 23 janvier 1929 arrive à l’école spéciale militaire de Saint Cyr, à l’adresse de Jean, une réponse de l’écrivain à l’envoi du manifeste rédigé l’année précédente. La lettre s’ouvre par un “Cher Monsieur”, significatif de la distance séparant alors les deux hommes, que Jean aura soin de remplacer par “Mon cher Fabrègues”, lorsqu’il la publiera dans Réaction en mai 1931. Deux thèmes la dominent : l’ordre et la génération. La forme est encourageante, quasi paternelle. “Que vous ayez à poser de nouveau, si anxieusement, l’immense question de l’Ordre […] cela prouve trop que nous avons déçu vos âmes36”,. s’écrie Bernanos qui donne l’interruption causée par la guerre dans la succession des générations pour raison centrale de l’échec : “Par notre faute, le contact s’est trouvé rompu entre vous-mêmes et nos propres aînés, notre armée coupée en deux.” L’écrivain semble habité par un sentiment de culpabilité et de responsabilité envers la génération qui suit la sienne : “D’année en année, aujourd’hui plus que jamais, je sens bien qu’il vous faudra acheter demain, au même prix que nous, c’est à dire au prix du sang, la liberté un moment si près de nous, à notre portée, et que nous n’avons pas su garder.” Il désire réparer : “Mais alors, grâce à Dieu, vous verrez du moins que […] nous ne renions pas nos dettes et que nous faisons honneur à notre signature37.”

  • 38 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 5.
  • 39 Ibid., p. 10.

26Cet échange épistolaire est une rencontre : celle de deux générations, de deux esprits, de “deux âmes”, aurait dit Bernanos. “C’était d’abord une lumière, lumière sur la vie […], lumière sur nous-même, une libération, une révélation38”, écrira Jean plus tard, encore transporté. Si Maurras a dominé sa formation intellectuelle, Massis et Maritain son éducation spirituelle, c’est Bernanos qui l’a confirmé dans sa vocation de publiciste catholique et d’animateur d’une génération de droite catholique. Par son exemple et ses encouragements, il légitimait la volonté de lutte contre l’ordre établi que Jean avait jusque là manifestée au sein de l’Action Française et que la condamnation pontificale le poussait désormais à exprimer seul. “La vie engage, elle est choix, décision : vivre, c’est choisir […] Contre tout ce qui prétendait établir la vie et le monde, la politique et la foi, dans des perspectives qui se fermaient sur elles-mêmes […], Bernanos ouvrait toutes grandes des portes qui donnaient ailleurs39.” Cet ailleurs allait au-delà de l’Action Française. Il fallait en entretenir Maurras.

II. Convaincre Maurras

27A sa rentrée du service militaire, Jean devient secrétaire de Maurras. Il prend aussi la responsabilité d’une rubrique à L’Étudiant Français et continue de donner des conférences dans différents cercles nationalistes. Cette promotion au sein du mouvement récompense sa fidélité, mais aussi son talent de plume, puisqu’il sera appelé à rédiger le courrier du maître et à intervenir dans les colonnes de L’Action Française.

Secrétaire de Maurras

  • 40 Charlotte Montard, Quatre ans à l’Action Française, Les Éditions Lori, Neuilly-sur-Seine, 1931, p.  (...)

28C’est une marque d’honneur et de confiance dont ont profité avant lui Pierre Gaxotte puis Georges Dumézil auxquels il succède. Elle exige, en contrepartie, une totale disponibilité, le directeur de L’Action Française ne prenant presque jamais de repos : “Il écrit ou lit toute la nuit et une partie de la journée. Il ne dort que quelques heures dans la matinée chez lui, après son départ de l’imprimerie40.”

  • 41 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 12, 13. Les mots en italiq (...)

29De cette collaboration, Jean a donné un témoignage dans l’ouvrage qu’il a consacré à l’Action Française. Maurras y apparaît autoritaire, parfois irascible, et cependant attentif, amical, presque paternel : “Un soir où j’avais écrit le commentaire d’un article publié par un de ses anciens disciples, il me fit revenir d’urgence au journal. Vous avez, me dit-il, parlé aujourd’hui avec honneur de M. Savez-vous pourquoi il nous a quitté ? Il nous a quitté (jamais Maurras ne disait “je” mais toujours “nous”), parce qu’il prétendait que l’Action Française devint bergsonienne. Là, la colère s’enfla, la main tremblait sur mon épaule, tout l’être comme saisi d’une fureur sacrée : demain, cent mille personnes le connaîtront parce que vous en avez parlé, qui l’eussent ignoré. Je répondais (faiblement) que ses idées m’intéressaient, méritaient discussion. Eh bien, il fallait les rapporter en disant : un polygraphe obscur écrit41.” Cet exclusivisme intellectuel, qui ne provoqua d’abord de la part de Jean qu’une modeste résistance, ne devait pas tarder à le mener sur le chemin de la rupture.

  • 42 Ibid.

30Pourtant Maurras savait aussi se montrer ouvert à la discussion. Un jour où son secrétaire évoquait Saint Thomas, “pour délimiter l’empire de la raison ; il devait être passé minuit et la conversation se déroulait dans le petit bureau d’imprimerie où se traitaient les affaires importantes : Avez-vous un texte ? demanda Maurras. Comme j’annonçais que j’en aurai plusieurs, mais le lendemain, il haussa les épaules : Allez le chercher votre Saint Thomas, je le lirai cette nuit !42.”

  • 43 Jean de Fabrègues, Réponse écrite pour Charles Maurras à un correspondant bonapartiste, 1er février (...)

31Au reste, les deux hommes partageaient la même définition politique du nationalisme, mélange de fidélité royaliste, de rejet de la démocratie révolutionnaire et d’antimodernisme. Cette connivence ressort d’une lettre écrite par Jean pour Maurras, sur le thème du bonapartisme. A un correspondant qui prêchait pour le ralliement au “premier Prince qui réussisse, fut-il bonapartiste”, il réplique que “les Bonaparte doivent se retirer devant la Maison de France : les premiers sont nés de 89, la seconde avec l’unité française qu’elle fondait.” Un tel ralliement serait “la négation d’une doctrine, la nôtre, qui croit et qui prouve que l’intérêt national est souverain et que la volonté populaire ne sait pas le reconnaître.” D’un coup de crayon bleu, Maurras a rayé le mot “doctrine” et l’a remplacé par celui de “vérité”, puis il a barré l’en-tête de la lettre de ce jugement : “C’est très bien, mais trop long43.”

  • 44 Jean de Fabrègues, “Le mouvement réactionnaire en science sociale. La faillite de l’individualisme (...)
  • 45 Jean de Fabrègues, “Le mouvement réactionnaire en science sociale. Les constatations du réalisme so (...)

32De novembre 1929 à janvier 1930, Jean tient à L’Étudiant Français la rubrique intitulée “L’allée des philosophes”. Dans une série de trois articles, il apporte sa vision de l’organisation économique et sociale propre à remplacer la gestion démocratique qu’il condamne. Il y a contradiction à faire surgir de l’addition des individualités une volonté générale, à moins qu’il ne s’agisse du “bien commun (qui) exclut l’individualisme lui-même44”, commence-t-il par démontrer. Selon lui, “le dogme individualiste n’a pu supporter le choc de la vie réelle.” 11 a provoqué “l’esclavage du travailleur” et la naissance de sociétés où “la puissance publique est faible et contestée parce qu’elle a laissé échapper hors d’elle-même toute la substance sociale des forces collectives45.”

  • 46 Chartiste de formation. Lucien Romier se transforme en spécialiste de l’économie à l’occasion de la (...)
  • 47 Le livre, paru en 1927, a été mis à l’Index par un décret du Saint-Office le 13 janvier 1928. Jean (...)
  • 48 Jean de Fabrègues. “Le mouvement réactionnaire en science sociale. Les conclusions du réalisme soci (...)

33A l’appui de sa thèse, Jean cite “les voix sincères” de Lucien Romier et Henry de Jouvenel46. Il faut en venir aux “conclusions du réalisme social”, dictées par Marie de Roux dans Charles Maurras et le nationalisme d’Action française47, Jacques Valdour dans Les méthodes en science sociale, Charles Benoist dans Les lois de la politique française. Tous s’inspirent de La Tour du Pin, Maistre, Bonald et Blanc de Saint-Bonnet pour demander la réapparition des corps intermédiaires dans la représentation de la nation : “La vie du pays ne vient pas des individus mais des groupes sociaux. L’intérêt général n’est pas la somme des intérêts particuliers et ceux-ci diffèrent souvent de celui-là. Chacun d’eux doit donc avoir sa voix propre dans la vie du pays48.” Ainsi la critique de la démocratie individualiste débouche-t-elle sur l’apologie d’un ordre social catholique et corporatiste.

  • 49 Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930. Voir plus loin.
  • 50 Accords Mellon/Béranger ratifiés en juin/juillet 1929 par l’Assemblée Nationale française.
  • 51 Écrivains qui conduisent aux États-Unis la critique de l’American Way of Life à travers essais et m (...)
  • 52 Jean de Fabrègues, “Le mouvement humaniste aux États-Unis”, L’Action Française, 23 janvier 1930.

34Dans l’article qu’il signe pour L’Action Française le 23 janvier 1930 à propos du mouvement humaniste aux États-Unis, apparaissent les premiers signes de l’antiaméricanisme qui marquera les années trente et donnera lieu quelques mois plus tard à un numéro spécial de Réaction auquel s’associera Jean-Pierre Maxence49. Le thème s’enracine dans le contexte économique du paiement de la dette française que les États-Unis ont refusé de lier à l’exécution du plan Young par l’Allemagne50. Mais il n’est pas directement lié au krach de Wall Street sinon par le biais du reproche de matérialisme fait à l’ensemble de la démarche américaine. Il s’agit plutôt d’une critique d’ordre politique : “A l’heure où les lourdes chaînes de leurs dettes ont contraint les Français à regarder en face leur créancier américain, ils ont paru s’apercevoir qu’il n’était pas tout à fait l’homme supérieur qu’ils avaient pensé.” Jean pense tenir l’explication de cette déception dans ce qu’il appelle “la déficience de la culture américaine”. Il constate que cette démocratie qui passe pour “la plus avancée aux yeux du monde” se voit reprocher, par le mouvement de réaction de ses intellectuels : W.C.Brownell, Irving Babbitt, Paul Elmer More51, la double illusion sur laquelle elle repose : celle de la bonté et de l’égalité des hommes. Pourtant, voilà “vingt ans que l’Action Française répète que la bonté naturelle de l’homme est mensonge et l’égalitarisme bêtise52.”

  • 53 Jean de Fabrègues, “Taine et Michelet”, L’Étudiant Français, 25 mai 1928.
  • 54 Jean de Fabrègues, “Le mouvement humaniste aux États-Unis”, L’Action Française, 23 janvier 1930.

35Jean avait déjà abordé ce thème de la prétendue bonté humaine dans un rapide commentaire, donné à L’Étudiant Français, du livre de Guéhenno paru en 1928, L’Évangile éternel.. Selon lui, ce nouvel évangile racontait le sens humain de l’histoire, posait “l’homme parfait (en) nouveau Dieu.” A cette “mystique du moi-humanité” inspirée de Michelet, il opposait la position de Taine “objective, prête à servir l’empirisme organisateur53”. Dans le cas français comme dans le cas américain, un tel système de pensée, en déformant le sens de l’histoire, ne pouvait aboutir qu’à “la matérialisation des fins humaines54.”

Joindre les doctrines catholique et maurrassienne

  • 55 C’est le thème d’une conférence proposée par Jean de Fabrègues aux Dames d’Action Française en janv (...)

36Jean persiste en 1930, à vouloir convaincre Maurras de la nécessité de joindre les doctrines catholique et maurrassienne. Pour lui cette rencontre ne doit pas se faire seulement au niveau du mode de fonctionnement de la société, mais à celui de la conception qui le fonde. “L’Action Française doit reprendre sa place et son rôle dans la renaissance de l’esprit français55” et ne saurait le faire dans le sens de l’humain sans s’inspirer du christianisme.

  • 56 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, p. 332.

37“C’est un grand carrefour, à y réfléchir aujourd’hui, que l’année 1930”, écrit-il plus tard, “déjà l’hitlérisme monte au-delà du Rhin. Le temps des totalitarismes est arrivé : nul mieux que Maurras n’en a démantelé le nihilisme jacobin […] Mais ce qui lui manque, c’est le grand édifice de Vie et de Pensée auquel lui, incroyant, n’a cessé pourtant de s’adosser : l’Église. D’où l’affaiblissement, non de sa pensée, certes, mais de sa logique interne et, plus encore, de l’écho qu’elle pourrait avoir dans les milieux qui pourraient l’entendre le mieux : l’horizon catholique56.”

  • 57 L’Action Française, “Le parti socialiste-national allemand”, 30 avril et 3 mai 1930.
  • 58 Eugen Weber, L’Action Française, p. 312.
  • 59 Cité dans Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 333.

38La crise s’est abattue sur l’Amérique avec le krach de Wall Street. Aux élections de 1928, en Allemagne, le parti national-socialiste a remporté 800.000 voix, il en obtient 6.400.000 deux ans plus tard. L’Action Française signale cette évolution à ses lecteurs comme “un des plus grands dangers pour la France57.” En France, le pacifisme d’Aristide Briand triomphe avec le projet d’États-Unis d’Europe lancé à la Société des Nations. Son successeur André Tardieu, poursuivant la même politique, consent aux exigences américaines en ce qui concerne l’échelonnement des réparations et à l’évacuation totale de la Rhénanie. A la Chambre, les députés qui refusent la ratification du plan Young sont des royalistes. Pour les appuyer, les Camelots manifestent, lançant des tracts sur tout Paris et défilant devant le Palais Bourbon le 29 mars 193058. Au début d’avril, Maurras écrit : “Voilà donc notre œuvre d’avertissement terminée et terminée par un échec. Échec complet, tel que la responsabilité en retombe tout entière sur la République59.”

  • 60 Jean d’Azémar, Verdun, notes non datées.

39A Verdun déjà, Jean était bien conscient de ce changement d’atmosphère et y lisait la conséquence d’une absence de sens du spirituel : “A. Nous subissons une crise : a/Internationale ? Oui. b/Sociale ? Oui. Au fond de tout, il y a l’incertitude (qui) vient de la crise essentielle : crise de l’esprit60.” Aussi décide-t-il, au début de février 1930, de soumettre son manifeste à Maurras. Dans la lettre qui accompagne le texte, il explique le sens de sa démarche : “Maître, à chaque génération, c’est l’honneur des jeunes gens convaincus de la vérité de leurs idées que d’éprouver le besoin de les faire partager à leurs pairs. Vous nous avez enseigné cette vraie charité qui consiste à imposer la vérité. La génération qui arrive à sa majorité, à peu près la mienne, sent impérieusement ce besoin.”

  • 61 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, in Pierre-Jean Deschodt, Cher Maître, lettres à Charle (...)

40Le temps est venu d’affirmer “la conception d’un ordre plus complet, dominant tout l’humain”, ne donnant pas seulement satisfaction à ses besoins matériels, mais répondant aussi à ses exigences spirituelles. Or, “nous souffrons trop de voir, en face d’une synthèse aussi satisfaisante pour l’esprit et l’âme, des gens se contenter de ce que leur fournissent des revues comme Europe, Notre Temps ou les démocrates-chrétiens. Nous ne voulons pas qu’il puisse être dit que les nouveaux organes de la jeunesse appartiennent à la gauche61.” Jean propose donc de lancer une revue de droite qui serait, pour les jeunes, la modeste cadette de La Revue Universelle. Cette référence, comme le parrainage de Georges Bernanos dont il ne fait pas mystère, montrent le caractère spirituel qu’il entend donner au nouvel organe.

  • 62 Ce passage annonce l’insistance mise par Bergson sur la disproportion entre progrès technique et fa (...)

41L’intention ne serait-elle pas claire que le contenu du manifeste suffirait à renseigner Maurras. Le texte tente d’opérer la synthèse du nationalisme et du thomisme. Maritain ne pouvant être évoqué étant donné sa rupture avec l’Action Française, ce sont des allusions au bien commun et à l’Évangile qui complètent les citations de Maurras. Le ton est aussi inspiré de Massis. La naissance d’un ordre de droite catholique constitue aux yeux de Jean la seule réponse au constat qu’il fait d’entrée d’une “crise du monde moderne”. Cette crise que d’autres avant lui ont déjà diagnostiquée (Jean cite les œuvres de Guénon, Spengler, Valéry, Berdiaev) naît d’un progrès matériel et intellectuel aussi intense que la misère spirituelle qu’il a engendrée : nous découvrons “avec stupeur notre dénuement spirituel à côté du raffinement extrême de nos sensations et de nos raisonnements. Croyant gagner sa vie, l’homme a perdu la part éternelle de lui-même. Immense misère de l’homme sans Dieu ! […] Outil à faire des outils, il n’a plus de quiétude où se retrouver dans l’oraison62.”

42Refusant “l’ascétisme équivoque de l’Orient (et) la Révolution sociale (qui) ne cachent que la vieille hérésie du moi divinisé dont nous mourons”, le manifeste appelle à revenir au “principe de l’ordre”. C’est la deuxième partie du texte : après le diagnostic de crise, le remède en vue d’obtenir la guérison. L’ordre n’est ni économique (“ce n’est pas la protection des coffres-forts”), ni social (“ce n’est pas la défense des hommes en place”) ; l’ordre est ontologique : “c’est la loi de l’être, double mystère, chair et esprit. Chair, solidarité de la nature et des autres hommes, esprit qui est plus que l’intelligence, qui est l’âme éternelle fille de Dieu.”

43Il s’agit donc de rendre d’abord à l’homme sa dimension métaphysique. Aussi, et puisque cet oubli vient précisément du monde moderne, faut-il se tourner “vers le passé, réagir”. Cette attitude de réaction, qui donne son titre à la première revue de Fabrègues constitue, après la référence religieuse, la seconde caractéristique de la Jeune Droite Catholique. Elle la séparera des autres groupes non-conformistes dans les années trente : Esprit, L’Ordre Nouveau et même la Jeune Droite, plus révolutionnaire. “L’intelligence est réactionnaire !” proclame le manifeste, marquant sa filiation envers le parti de Massis et elle repose sur la raison dans l’esprit de Thomas d’Aquin : “C’est la leçon du xiiie siècle chrétien.”

44Pour renaître, l’ordre humain doit se fonder sur une triple réaction : en politique, il faut “édifier le concert spirituel où l’univers entier aura sa part sur la base de la patrie, à partir de l’élément naturel de la nation.” Mieux qu’un nationalisme ouvert, il s’agit ici d’une conception symbolique de la patrie dont la nation ne forme que l’élément naturel, et qui tient sa légitimité de l’Esprit. Bien au-delà de l’étroit ordre politique maurrassien, au-travers de cette exigence de spiritualité et d’universalité, c’est un ordre catholique que recherche la nouvelle équipe.

45Au niveau des institutions, “contre la décadence démocratique, fille du nombre et de la quantité […], en France, c’est la monarchie.” En matière sociale, “contre l’individualisme, l’étatisme et la lutte des classes, pour permettre le développement de la personne humaine libre dans ses cadres sociaux naturels”, la solution consiste à rétablir “la soumission de notre vie économique au bien commun”. On a là, précédant la théorisation que donnera quelques années plus tard Mounier du personnalisme, l’opposition clairement mise en valeur de l’individu, facteur de rupture du lien social et de la personne au sens chrétien du terme, élément fondateur de la communauté. On sait que cette opposition, déjà maintes fois soulignée par Jean dans ses articles, fonde son rejet de la démocratie. Enfin, récapitule le manifeste, la “renaissance” viendra de “l’ordre chrétien”.

46Bien au-delà du seul domaine institutionnel, le manifeste appelle donc à une véritable conversion. Il aspire à remettre la personne, dans toute sa dimension spirituelle, au centre de la construction de la cité humaine. On est loin du “politique d’abord” : les institutions ne s’imposent pas aux hommes, elles se déduisent de leur humanité. D’où l’intérêt de se tourner vers le passé pour y chercher des réponses. “Nous avons eu, mais nous avons perdu l’unité humaine”, rappelle le manifeste, citant ainsi Maurras dans la seule référence au gouvernement médiéval de la Chrétienté. A ce rétablissement de l’ordre, le texte convoque “tous ceux que tourmente l’inquiétude et, tous les premiers les clercs”, contestant sans équivoque la position de Julien Benda. Pour être réactionnaire, le combat n’en sera pas moins violent, semblable à la force avec laquelle “le Christ a chassé les vendeurs du temple.” L’appel se conclut ainsi par une référence directe à l’Évangile, soulignant le caractère chrétien de l’engagement.

III. Contre “le politique d’abord”

47Maurras lit le manifeste que son jeune disciple lui présente, mais ne fait aucun commentaire. Il est alors trop préoccupé par la crise interne qui se développe depuis quelques mois à l’Action Française et atteint à ce moment même son point culminant.

L’Action Française en crise

  • 63 Sur le personnage d’Henri Martin et sur la crise de l’Action Française en 1930, on consultera Pierr (...)

48Une querelle oppose de plus en plus violemment activistes et attentistes autour du sempiternel coup de force, toujours préparé et pourtant toujours remis à plus tard par la direction du mouvement. Henri Martin, responsable des Camelots du Roi63, s’est entendu avec le président de la Fédération de Paris, François de La Motte et son vice-président Paul Guérin, pour mettre au point une tactique insurrectionnelle permettant à l’Action Française de prendre le pouvoir. Maurice Pujo et Pierre Lecceur ont cherché à les en empêcher. Or, à l’automne 1929, le second a été nommé à la tête du mouvement tandis que l’un de ses fidèles prenait la direction des Camelots. Ulcérés de ce qu’ils considéraient à raison comme une désapprobation de leurs projets, Martin et Guérin ont dès lors entrepris une campagne de dénigrement envers Lecœur, l’accusant d’être un indicateur de police. Une enquête du Comité directeur de l’Action Française aussitôt diligentée, aboutit au début de 1930 à innocenter Lecœur. Martin et Guérin invités à reconnaître leur erreur s’y refusent et sont exclus du mouvement. Mais l’affaire ne s’arrête pas là : le 6 février, dans les locaux du journal, les partisans des activistes radiés sont châtiés à coups de cannes.

  • 64 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 344.

49La montée de ces désaccords et de ces violences internes, s’ajoutant au malaise né de la condamnation de 1926, provoquent une grave scission. Les dissidences, comme on dit autour de Maurras, se succèdent de la part de jeunes et de moins jeunes, de catholiques et d’incroyants, tous déçus de l’immobilisme du mouvement. Ainsi François de La Motte entraîne-t-il dans la rupture d’autre ligueurs, qualifiant l’Action Française de routinière, tandis que Bernard de Vésins emmène les catholiques désireux de retrouver une activité pleinement apostolique. “A plusieurs reprises, tout le Comité des Étudiants démissionne64”, se souvient Fabrègues. Lui-même entre dans une période de profonde remise en question de son engagement à l’Action Française. Les allusions qu’il en fait à Maurras restent sans effet. Aussi Raymond Damien, qui deviendra l’une des chevilles ouvrières de Réaction, revient-il à la charge auprès du Maître : “Il aurait dû se confier à moi en ami”, rétorque celui-ci.

  • 65 jean de Fabrègues, lettre à Maurras, brouillon non daté. Certains passages cités in Pierre-Jean Des (...)

50Jean se décide alors, toujours animé de son projet de revue et, avoue-t-il, “profondément ému par ces paroles”, à exposer par écrit ses observations à Maurras. Elles sont d’ordre moral, intellectuel et spirituel. Il n’apprécie pas la prise en mains de l’Action Française par “un groupe d’hommes de main qui ne sont pas dignes de conduire une véritable croisade comme celle qu’elle a entreprise, ou qui s’en montrent par incapacité d’esprit ou insuffisance d’âme vraiment trop incapables.” Cette maison, se permet-il de rappeler, est née d’une réaction intellectuelle. Or : “l’esprit n’y est plus maître et la violence n’est plus, au service de la raison, une vertu de force mais une violence sans frein.” L’Action Française n’a pas le droit de trahir sa mission “à l’heure où l’autre hiérarchie, la religieuse, piétine sa doctrine et l’intelligence. Il faut que, là où l’on défend la vérité, elle soit vraiment chez elle. Ce n’était plus ces temps derniers l’atmosphère de la rue de Rome.” Dans ce climat activiste et de “coups à effet, sous la direction des chefs actuels des Camelots du Roi”, il se demande s’il a “encore le droit, en conscience, de conduire des jeunes gens qui ont un esprit et une âme, qui croient au dévouement désintéressé65.”

Un profond désaccord

51La crise ouverte par Martin et Guérin amène ainsi Fabrègues à remettre en question son adhésion au mouvement, mais non à rompre avec lui. Il a besoin, pour se lancer dans l’aventure éditoriale, de l’approbation de Maurras, du soutien des organes de l’Action Française, sans doute aussi d’une aide financière. Le mois de mars est occupé par des échanges de courrier et par des rencontres où Jean tente d’amener le chef de l’Action Française à ses vues. Au fur et à mesure de ces discussions, lui-même prend mieux conscience de ce qu’il a reçu de son vieux Maître et de ce qui l’en sépare.

  • 66 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre/Henri Simon, feuillets dactylographiés, non datés, vraisemblable (...)
  • 67 Ibid., p. 9, 10

52Dans un dialogue échangé en 1968 avec Pierre-Henri Simon, il fait sur cette période une confidence éclairante : Maurras rendait possible à ce moment-là pour lui une synthèse conduisant à : “la définition de la République radicale comme un État théologico-politique66.” Il est permis de traduire : un État fondé sur l’éthique chrétienne et les structures de pouvoir conseillées par l’Action Française : hiérarchisées et décentralisées. Pierre-Henri Simon indique qu’il interprète bien dans ce sens la pensée de son interlocuteur, mais conteste la réussite d’un tel projet dans les circonstances des années trente marquées par la division des catholiques : les uns auraient refusé cet État parce qu’il leur serait apparu “forcément autoritaire et offensant les libertés démocratiques” ; les autres l’auraient soutenu, “constatant l’impuissance et l’anarchie dans lesquelles tombait déjà, il faut le reconnaître, la Troisième République démocratique67.” La Jeune Droite Catholique aurait, de toute évidence, appartenu au deuxième groupe. Cet État théologico-politique permettait le développement de la politique chrétienne tant désirée par Jacques Maritain, Henri Massis et Amédée d’Yvignac lors du lancement de La Gazette Française. Il assurait la synthèse que Georges Bernanos souhaitait confier aux catholiques de l’Action Française.

  • 68 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 13.

53Sous sa forme monarchique, il correspond au projet dont Jean veut convaincre Maurras avec son manifeste. Or, c’est une opposition qu’il rencontre. Elle vient de ce que les deux hommes ne se placent pas sur le même terrain : politique pour Maurras, spirituel pour son disciple. Le premier, positiviste et incroyant, voit dans l’Église une puissance d’ordre moral assurant la solidité des institutions politiques et la santé des mœurs en matière économique et sociale. Le second, spiritualiste et catholique, conçoit l’Église comme inspirant toute la vie de la cité, donnant par son enseignement leur véritable légitimité aux institutions et leur sens à l’organisation économique et sociale. Au-delà de ce profond désaccord et sur un plan plus général, Fabrègues rencontre chez le fondateur de l’Action Française une rigidité doctrinale qui rend toute entente impossible. “On ne retracera pas ici ces quelques huit soirées où, patiemment, calmement d’abord, il essaya de réduire nos oppositions, de répondre à nos objections. Sourde, ma voix venait mal à son oreille. Nous étions parfois assis côte à côte, parfois debout dans la proximité d’un combat déchirant”, raconte Fabrègues68.

  • 69 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, op. cit., p. 3.
  • 70 Ibid., p. 8.
  • 71 .Ibid., p. 3.
  • 72 L’ensemble de ces observations ressort du même dialogue Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon. En pa (...)

54A l’intérieur même de leur différend sur le contenu spirituel du politique, le jeune homme tente aussi d’amener Maurras à une plus grande tolérance intellectuelle. Il passe sans cesse d’un plan à l’autre. En matière philosophique, il salue la reconnaissance de la raison à travers le thomisme et dans le parti de l’intelligence, mais il rappelle que son admiration pour Massis allait aussi “à un homme qui avait aimé et compris Bergson, dont je sentais profondément que l’ouverture d’esprit pouvait aller bien au-delà d’une conception de la vie intellectuelle centrée sur une vision trop étroitement rationnelle de la vie69.” Il y ajoute le blondélisme auquel il avoue s’être ouvert70. Cette évolution s’est produite “dans le sillage d’hommes comme Bloy, Péguy, Claudel (marquant) une renaissance intellectuelle catholique […], une attitude d’esprit scrutant la valeur du temps, des événements, une espèce de prise de conscience du sens de l’histoire […], avant les problèmes politiques71.” Pour lui, c’est dans toute sa créativité et sa diversité que la pensée catholique est appelée à inspirer la vie de la cité. Passant ensuite au plan économique et social, Jean insiste sur son caractère singulier et crucial à l’égard du politique. Il évoque la nécessité d’harmoniser justice et ordre social, dit son hostilité au capitalisme autant qu’au communisme et revient à l’enseignement de l’Église et au catholicisme social72.

  • 73 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, p. 344.

55Les arguments s’échangent autour du manifeste de Réaction auquel le jeune disciple voudrait tant voir son Maître ne pas rester indifférent. Les deux hommes s’affrontent sur l’importance respective à donner aux institutions et à la formation humaine dans le processus de redressement national : “Un de ses disciples, se souvient Jean, lui fera un jour respectueusement remarquer, avant de le quitter, que les institutions ayant depuis trois quarts de siècle corrompu sans cesse les hommes, c’est à dire le pays réel, il faut bien poser la question de savoir comment on rendra force à ce qui reste du pays réel pour redresser le pays légal73.”

  • 74 Jean-Louis Loubet del Bayle, L’esprit des années 30, op cit., p. 81.
  • 75 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française., op. cit., p. 13.

56C’est finalement au niveau de la stratégie politique que s’opère la rupture. “Tout en reconnaissant le bien-fondé des positions exprimées, Maurras répondait : ce que vous réclamez, c’est notre pensée profonde, mais ne divisez pas le front du combat. En politique il faut réussir. Je fais de la politique. La droite française a été vaincue parce qu’elle s’est toujours divisée. Vous recommencez l’histoire de la guerre chouanne.74” Pour Jean, ce refus est un choc personnel et existentiel : “Quand on a dépassé à peine vingt ans et qu’on brise avec ce qui vous a fait jusqu’alors exister dans l’intelligence et conduit vers vos raisons de vivre, l’âme se brise. Il y eut des larmes dans mes yeux et, dans ceux de Maurras, une lumière étincelante75

Dissident d’Action Française

  • 76 Le 13 mai 1930, un rapport de police désigne Jean comme membre de la Fédération des Étudiants royal (...)
  • 77 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 22 février 1930, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 128.

57Le 29 mars 1930, un comité d’étudiants se forme en dissidence contre le mouvement. Il constitue la base de la Fédération des Étudiants royalistes. Si Fabrègues et la plupart de ses amis en font partie76, c’est “bien loin d’une pensée d’hostilité (et) unis pour continuer la lutte royaliste77.” Ils se veulent dissidents mais non schismatiques.

  • 78 Jean de Fabrègues, brouillon de lettre à Charles Maurras, non daté.

58Tout indique en effet que Jean a gardé intact son idéal monarchiste. Faisant allusion à la crise qui déchire l’Action Française, il interroge Maurras : “Maître, quand un régime est conduit par sa police, vous l’avez dit bien souvent, il est en péril de mort. C’est le cas de l’Action Française aujourd’hui […] Que veulent ces maîtres nouveaux ? […] Puis-je laisser des jeunes-gens s’embrigader dans une troupe où l’on ne demande plus même un acte d’adhésion à la monarchie, à défaut de cette admirable déclaration du ligueur78 ?”

  • 79 Jean de Fabrègues, autre brouillon de lettre à Charles Maurras, également non daté.
  • 80 Il s’agit du catholicisme.
  • 81 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 22 février 1930, in Pierre Deschodt, op. cit.

59Plus largement, cet idéal s’inspire de son éducation familiale et religieuse. Quelques temps plus tard, il écrit encore à Maurras : “Mon cher Maître, vous comprendrez pourquoi je me suis retiré dans le silence lorsque je vous aurai dit que, si je participe depuis six ans au mouvement d’Action Française […], c’est depuis plus longtemps encore que je m’étais donné en elle à la cause royaliste. Je me souviens des soirs d’hiver où, tout jeune homme, je sentais m’envahir la mélancolie d’une vie bornée. Alors je prenais les almanachs d’Action Française d’avant-guerre et je lisais l’histoire de vos premiers combats ou je cherchais dans les “tombeaux” la leçon des belles âmes que vous y avez glorifiées79.” Il conserve également son système de valeurs antimatérialiste et antimoderniste : “rien du programme qui était le nôtre avant cette crise ne sera changé. Nos réponses à l’inquiétude individuelle, notre position sur la seule internationale qui tienne80 ou sur le manichéisme américain ou la barbarie démocratique, ne sont heureusement en rien atteintes81.”

  • 82 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, non datée, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 126.
  • 83 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p 13, 14.

60Mais l’Action Française ne saurait admettre ni division ni concurrence, aussi modestes soient-elles. Georges Calzant, qui a repris la direction des Étudiants d’Action Française, fait déposer au greffe le titre d’une revue homonyme de Réaction dans le but d’empêcher la parution de celle de Fabrègues. Puis il ajoute la violence à la ruse en faisant refouler sans ménagement son ancien camarade venu assister à une conférence de Georges Bernanos. Pour Jean, la mesure est comble : il décide de couper toute relation avec son ancienne famille politique, “la séparation étant bien claire”, précise-t-il à Maurras, “entre le groupe de Réaction, dont Bernanos se porte garant, et ceux qu’on nomme les dissidents82.” Ce n’est pas sans douleur ni amertume : “Je ne devais jamais revenir”, se souvient-il, “j’ai su plus tard qu’au lendemain de ce dernier combat, il m’avait demandé. Et, comme on lui répondait que mon départ était sans retour, il eut comme pour lui-même ce mot : Et pourtant, il pleurait83.

61Fabrègues a échoué dans sa tentative de conversion de Maurras. Cet échec rend pour lui irréductible la position du mouvement face à la condamnation pontificale. L’incroyance de Maurras les sépare dans la mesure où elle traduit l’incapacité du maître à admettre un fondement divin à l’ordre politique. En dehors des reproches d’immobilisme intellectuel et d’activisme que le jeune homme adresse alors à l’Action Française, ce sont donc des motifs religieux qui le poussent à partir. En se plaçant sous le patronage de Bernanos, il indique clairement l’orientation catholique de son entreprise.

*

62Dissident des dissidents maurrassiens pour avoir maintenu l’exigence de sa foi chrétienne en politique, le groupe Réaction ne sera plus d’Action Française où Jean n’occupera plus de responsabilité. Quitter l’Action Française lui permet aussi de reprendre place parmi les jeunes catholiques que la condamnation de l’Église éloignait de Maurras, sans pour autant leur ôter leurs convictions politiques. Il se refuse à considérer l’attitude de Pie XI envers eux comme un second appel au ralliement. Crispée sur des lois de laïcité que la hiérarchie réprouve, la démocratie républicaine ne lui paraît pas chrétienne. Il n’abandonne quant à lui aucune de ses positions antérieures et propose une vision du monde où la foi catholique imprègne des principes politiques qui, pour être en partie hérités de l’enseignement de Maurras, ne lui doivent cependant pas tout.

63Ainsi son attachement monarchiste, selon son propre témoignage, a-t-il préexisté à l’expression qu’il en trouvera dans l’Action Française. Hérité de sa mère, c’est un attachement plus sentimental que raisonnable qui prend une dimension sacrée, à la mesure de la légitimité divine qu’il accorde à la fonction royale. Son modèle est moins Louis XIV que Saint Louis, la monarchie absolue que la Chrétienté.

64Sa conception de la nation emprunte son caractère patrimonial à Maurras et à Barrès. Mais elle tient aussi sa ferveur patriotique de l’enseignement républicain reçu au lycée. L’expérience de la Grande guerre lui donne toute sa puissance d’héroïsme. Elle tire sa dimension spirituelle et son caractère universel des valeurs chrétiennes qui la fondent : Massis rattache l’œuvre de La Gazette Française à Péguy et fait de la civilisation française le modèle de l’Occident. Certes elle n’exclut pas une certaine hostilité envers les juifs, les protestants, les francs-maçons et les modèles étrangers de civilisation, apprise de l’Action Française. Mais ces refus, aussi violemment soient-ils brandis par le nationalisme intégral, ne doivent pas à celui-ci leur apparition. L’antijudaïsme, en particulier, est alors assez largement répandu dans la société française. Pour beaucoup de catholiques, les juifs, par leur refus de la vraie foi, mettent en péril l’esprit même de la civilisation occidentale. Il faut donc les convertir ou les chasser. De cet ensemble de données découle chez le jeune Fabrègues une perception de la nation plus émotionnelle qu’idéologique.

65Albert de Mun et La Tour du Pin lui dictent une ferveur corporatiste nourrie de la doctrine sociale de l’Église. L’ordre voulu par Dieu repose sur l’association et non sur l’affrontement. L’existence du péché lui confère une inévitable imperfection. Le devoir du chrétien est de travailler à la restauration d’un monde humain, à la fois inaccompli et sauvé par la grâce du sacrifice divin, face aux idéologies capitaliste et socialiste qui le défigurent.

  • 84 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, op. cit., p. 7.

66Son catholicisme doit sa ferveur à l’éducation maternelle. Il en hérite une certaine ouverture de sentiment. Aussi thomiste soit-il, Fabrègues n’en approuve pas moins les apports de Bergson et de Blondel à la philosophie chrétienne. Il en apprécie les échos dans l’enseignement de Gilson qui dirigera sa formation de philosophe dans les années suivantes. Sa religion n’est pas toute de raison. Il ne cessera jamais de dire son respect et son admiration pour le versant apostolique de l’œuvre de Sangnier, appelant le Sillon et l’Action Française à unir la Charité et la Vérité dans la mise en place d’une “politique chrétienne”. Mais sa foi est aussi trempée à la violence des attaques antithéistes paternelles et à celle des mesures anticléricales de la République radicale. Fabrègues avoue avoir alors “perçu le phénomène politique et le phénomène religieux comme bloqués84.” De là sa volonté de faire du catholicisme une société visible et organisée. Son intransigeance découle de l’enseignement de Léon XIII et de Pie X qui a dominé sa formation religieuse et dont il perçoit l’écho antimatérialiste dans les années vingt. Il conçoit l’Église comme prescriptrice d’un ordre politique reconnaissant la religion chrétienne et obéissant à sa morale.

67Malgré sa longue résistance à la condamnation, il se veut catholique romain, au sens ultramontain du terme. Ses hésitations à obéir au Vatican ne trahissent pas un sentiment gallican, même s’il s’avère que celui-ci n’est pas absent de la réaction de l’Action Française. Encore moins s’agit-il d’anticléricalisme, sinon sous la forme de critiques faites aux clercs démocrates. S’il juge Pie XI injuste à l’égard de l’Action Française, il n’en “aboie” pas pour autant “aux Évêques”, comme d’Yvignac le reproche aux maurrassiens. Le Pape est trompé, mais reste le Pape. Les quelques années de désobéissance aux côtés de Maurras sont paradoxalement autant d’années de croisade pour défendre ce qu’il croit être la survie du catholicisme français.

68Pour cette génération de jeunes catholiques de droite que la condamnation romaine de la pensée maurrassienne a privé de la traduction politique de sa foi religieuse, ce profil fait de Fabrègues un bon rassembleur. Jean-Pierre Maxence l’a précédé dans la création d’un de ces orphéons destinés à défendre la pensée catholique de droite. Jean pourrait se joindre à lui. Mais par leur affiliation au groupe Maritain et leur caractère principalement littéraire, il lui semble que Les Cahiers n’engagent pas suffisamment le combat sur le terrain politique.

  • 85 Jean de Fabrègues, Le mouvement des idées de 1919 à 1948, op. cit., p.29.
  • 86 Jean de Fabrègues, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nati (...)

69Le lancement de Réaction répond aussi au désir de ne pas laisser, au lendemain de la condamnation pontificale, la jeunesse catholique d’Action Française sans expression politique face à une presse républicaine ou d’extrême gauche. Procédant plus tard à une étude de l’évolution intellectuelle de cette seconde partie des années vingt où va se dérouler son action, Fabrègues remarquera : “Certains ont pensé […] que le catholicisme, ainsi allégé d’alliances politiques, n’avait acquis que plus de rayonnement. Quoiqu’il en soit, les années qui suivent 1926 voient se produire un durcissement des positions intellectuelles. Jusqu’alors, les polémiques avaient été limitées au terrain des idées pures. Politique et idéologie vont désormais s’imbriquer de plus en plus85.” En privant la sphère politique de son soubassement religieux, il semblait au jeune homme qu’on la livrait à l’emprise de l’idéologie. C’est ce qu’il voulait éviter à tout prix. “J’ai senti pleinement le sens de la mission qui serait celle de notre génération”, confiait-il, relatant en 1927 sa rencontre avec Massis86. Cette mission serait de bâtir un ordre politique inspiré des principes d’organisation maurrassiens, mais fondé sur les valeurs chrétiennes. Il allait s’y dévouer en rassemblant un mouvement de pensée autour de plusieurs revues.

Notes

1 Cité par Jean de Fabrègues in Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 96.

2 Ibid.

3 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 90.

4 Sur Les Cahiers de Jean-Pierre Maxence, on consultera l’ouvrage de Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, op. cit. et la thèse de Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942), sous la direction de Jean-Marie Mayeur, Université de Paris IV-Sorbonne, 1998, parue sous le titre Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942). Une révolution conservatrice à la française, préface de Jean-Louis Loubet del Bayle, L’Harmattan, 2001.

5 La même année les dominicains de Juvisy lancent La Vie Intellectuelle avec les Pères Bernadot et Lajaunie.

6 Jean de Fabrègues, lettre à Thierry Maulnier, non datée, probablement 1936.

7 Les Cahiers, Deuxième série, no 2, 1929, p. 152.

8 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 50, 61.

9 “Manifeste”, Les Cahiers, no 1, 1928.

10 Jean-Pierre Maxence, Les Cahiers, 1928, première série, no 1.

11 Robert Vallery-Radot, “L’énigme et le miroir”, ibid.

12 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 91.

13 Paul de Longmar est le pseudonyme de Jean Chauvy. Ami de Jean de Fabrègues, Jean Chauvy entretient avec lui une correspondance suivie au début des années trente, alors qu’il est au séminaire. 11 deviendra prêtre de l’Oratoire.

14 Il deviendra un des rouages essentiels de l’UNESCO.

15 René Vincent, “Souvenir de Jean de Fabrègues”, La Revue des Écrivains catholiques, no 52, décembre 1992.

16 Jean de Fabrègues, fragments de notes, non datés.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Projet de manifeste, signé Marty, non daté.

20 Michel Dard, lettre à Jean de Fabrègues, non datée.

21 Maurice de Gandillac, lettre à Jean d’Azémar, 25 septembre 1928. C’est Maurice de Gandillac qui souligne.

22 Ibid.

23 Jacques de Montbrial, lettre à Jean de Fabrègues, 12 juin 1929. Les mots soulignés le sont dans le texte. Jacques de Montbrial meurt en 1932. La notice nécrologique publiée par L’Étudiant Français met son dévouement à la cause nationaliste à l’origine de son échec à l’École Normale en 1926. La notation est intéressante dans la mesure où Jean utilisera la même hypothèse pour expliquer l’échec de sa première tentative au Diplôme d’Études Supérieures. Montbrial avait suivi des études de lettres et de droit. Il était à Sciences-po lors de sa rupture avec Jean.

24 On appelait ainsi, dans les milieux étudiants, ceux qui “allaient à la messe”, c’est-à-dire les catholiques.

25 Roman de François Mauriac qui vient de paraître chez Grasset.

26 René Vincent, lettre à Jean de Fabrègues, 19 mai 1928.

27 Sur François Mauriac, on consultera en particulier : Jean de Fabrègues, Mauriac, Plon, 1971. José Cabanis, Mauriac, le roman et Dieu, Gallimard, 1991. Jean Lacouture, François Mauriac, Le Seuil, 1980. André Séailles, François Mauriac entre la gauche et la droite, Actes du colloque de la Sorbonne. (24/26 mai 1994), Klincksieck, 1995. Également Les Cahiers François Mauriac publiés chez Grasset.

28 André Gide, lettre à François Mauriac, 7 mai 1928, citée par Jean de Fabrègues, in Mauriac, op. cit., p. 115.

29 Jean de Fabrègues, Mauriac, op. cit. p. 122.

30 René Vincent, lettre à Jean d’Azémar, 19 mai 1928.

31 Voir plus loin le numéro spécial que lui consacre La Revue du Siècle, no 4, juillet/août 1933.

32 Jean de Fabrègues cite ici les Nouveaux mémoires intérieurs de Mauriac.

33 Jean de Fabrègues, Mauriac, op. cit., p. 272.

34 René Follain, lettre à Jean de Fabrègues, 1er septembre 1930, fonds Fabrègues.

35 Jean d’Azémar, notes, Verdun, 20 juillet 1929.

36 Georges Bernanos, lettre à Jean d’Azémar de Fabrègues, 23 janvier 1929

37 Ibid.

38 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 5.

39 Ibid., p. 10.

40 Charlotte Montard, Quatre ans à l’Action Française, Les Éditions Lori, Neuilly-sur-Seine, 1931, p. 54.

41 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 12, 13. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

42 Ibid.

43 Jean de Fabrègues, Réponse écrite pour Charles Maurras à un correspondant bonapartiste, 1er février 1930.

44 Jean de Fabrègues, “Le mouvement réactionnaire en science sociale. La faillite de l’individualisme et de la métaphysique démocratique”, L’Allée des philosophes, L’Étudiant Français, 10 novembre 1929.

45 Jean de Fabrègues, “Le mouvement réactionnaire en science sociale. Les constatations du réalisme social”, L’Allée des philosophes, L’Étudiant Français, 25 novembre 1929.

46 Chartiste de formation. Lucien Romier se transforme en spécialiste de l’économie à l’occasion de la guerre. C’est un catholique engagé aux Semaines Sociales. En 1925, il publie Explication de notre temps chez Grasset. Son intérêt pour le phénomène industriel l’amène à accepter du gouvernement, en 1927, une mission d’enquête aux États-Unis. Il se fait l’expression des réflexions conduites par les responsables politiques et intellectuels du “Redressement français” d’Ernest Mercier et écrit au Temps et à La Revue des deux mondes. Éditorialiste au Figaro, après le départ de Coty dans la seconde partie des années trente, il sera appelé par Pétain au gouvernement de Vichy en 1941. La régionalisation économique qu’il préconise se heurte à l’opposition de Laval. Il meurt en janvier 1944. Voir sa biographie par C. Roussel, Lucien Romier. 1885/1944, Ed. France-Empire, 1979. Henry de Jouvenel dirige le quotidien Le Matin. Il est le père de Bertrand de Jouvenel qui fait paraître en 1928 chez Georges Valois L’économie dirigée. Ce livre aura un grand retentissement sur les idées économiques de la génération de Jean de Fabrègues.

47 Le livre, paru en 1927, a été mis à l’Index par un décret du Saint-Office le 13 janvier 1928. Jean pouvait-il l’ignorer ?

48 Jean de Fabrègues. “Le mouvement réactionnaire en science sociale. Les conclusions du réalisme social”, L’Allée des philosophes, L’Étudiant Français. 10 janvier 1930.

49 Réaction, no 3/4, juin/juillet 1930. Voir plus loin.

50 Accords Mellon/Béranger ratifiés en juin/juillet 1929 par l’Assemblée Nationale française.

51 Écrivains qui conduisent aux États-Unis la critique de l’American Way of Life à travers essais et mouvements.

52 Jean de Fabrègues, “Le mouvement humaniste aux États-Unis”, L’Action Française, 23 janvier 1930.

53 Jean de Fabrègues, “Taine et Michelet”, L’Étudiant Français, 25 mai 1928.

54 Jean de Fabrègues, “Le mouvement humaniste aux États-Unis”, L’Action Française, 23 janvier 1930.

55 C’est le thème d’une conférence proposée par Jean de Fabrègues aux Dames d’Action Française en janvier 1930, selon une lettre de Mme Mallez-Labey du 17 janvier 1930, qui confirme en outre que le jeune homme est alors secrétaire de Maurras.

56 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, p. 332.

57 L’Action Française, “Le parti socialiste-national allemand”, 30 avril et 3 mai 1930.

58 Eugen Weber, L’Action Française, p. 312.

59 Cité dans Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 333.

60 Jean d’Azémar, Verdun, notes non datées.

61 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, in Pierre-Jean Deschodt, Cher Maître, lettres à Charles Maurras, Christian de Bartillat, 1995, p. 118.

62 Ce passage annonce l’insistance mise par Bergson sur la disproportion entre progrès technique et faiblesse morale dans Les Deux Sources de la morale et de la religion, Alcan, 1932.

63 Sur le personnage d’Henri Martin et sur la crise de l’Action Française en 1930, on consultera Pierre Péan, Le Mystérieux Docteur Martin, Fayard, 1993.

64 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 344.

65 jean de Fabrègues, lettre à Maurras, brouillon non daté. Certains passages cités in Pierre-Jean Deschodt, op. cit., p. 123, 124.

66 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre/Henri Simon, feuillets dactylographiés, non datés, vraisemblablement 1968, p. 8.

67 Ibid., p. 9, 10

68 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 13.

69 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, op. cit., p. 3.

70 Ibid., p. 8.

71 .Ibid., p. 3.

72 L’ensemble de ces observations ressort du même dialogue Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon. En particulier p. 13.

73 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, p. 344.

74 Jean-Louis Loubet del Bayle, L’esprit des années 30, op cit., p. 81.

75 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française., op. cit., p. 13.

76 Le 13 mai 1930, un rapport de police désigne Jean comme membre de la Fédération des Étudiants royalistes dissidents, Archives Nationales, F (7) 13241.

77 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 22 février 1930, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 128.

78 Jean de Fabrègues, brouillon de lettre à Charles Maurras, non daté.

79 Jean de Fabrègues, autre brouillon de lettre à Charles Maurras, également non daté.

80 Il s’agit du catholicisme.

81 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, 22 février 1930, in Pierre Deschodt, op. cit.

82 Jean de Fabrègues, lettre à Charles Maurras, non datée, in P.J. Deschodt, op. cit., p. 126.

83 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p 13, 14.

84 Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, op. cit., p. 7.

85 Jean de Fabrègues, Le mouvement des idées de 1919 à 1948, op. cit., p.29.

86 Jean de Fabrègues, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nations, op. cit, p. 238.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search