Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Chapitre IV. Dans “le grand orage”

Texte intégral

1Si les jeunes catholiques nés vers 1905 trouvèrent dans l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches leur événement politique fondateur, c’est dans la condamnation de l’Action Française qu’ils vécurent l’aggiornamento de leur foi religieuse. En frappant d’interdit la pensée maurrassienne, Pie XI avait voulu empêcher que des chrétiens attachent à leur nation une valeur aussi absolue qu’à leur religion, cette forme d’idolâtrie étant favorisée par le positivisme et l’incroyance du chef nationaliste. Mais telle n’était pas la tentation de La Gazette Française et de son équipe pour lesquelles l’enjeu consistait à rendre sa grandeur à la France, en remettant le catholicisme au centre de la vie politique et sociale. Il s’agissait moins pour eux de nationalisme intégral que de nationalisme intégralement catholique.

2Ce parti pris était celui de Massis, Maritain, Bernanos, ce dernier bientôt entré dans la mouvance du Roseau d’Or, et de l’ensemble des jeunes rédacteurs. Tous priaient pour que Maurras trouve enfin la foi. Leurs hésitations, la plus ou moins grande rapidité de leur ralliement à la position pontificale, jusqu’au refus d’obéissance d’un Massis, allaient montrer combien leur était difficile de faire la part des convictions politiques et de la foi chrétienne. Elles manifesteraient aussi la puissance de l’emprise de Maurras sur leur esprit et leur sensibilité. Ainsi se trouverait justifiée la condamnation, aux dires mêmes d’un Jacques Maritain. Mais le prix serait lourd à payer pour les catholiques d’Action Française plongés, à l’image de Jean de Fabrègues, dans le pénible dilemme d’avoir à choisir entre idéal national et fidélité religieuse.

I. Un nationalisme intégralement catholique

3Dans les mois qui précèdent la condamnation de l’Action Française par le Vatican, le mouvement nationaliste atteint l’apogée de son influence parmi les catholiques. Les efforts des catholiques libéraux freinent en effet de mieux en mieux sa progression. La montée de la Fédération Nationale Catholique, respectueuse pour sa part des institutions, offre par ailleurs au pape une solution acceptable à droite. Politiquement aussi, l’Action Française voit ses positions contredites par la diplomatie briandiste.

4Jusqu’au deuxième semestre de 1926, le syncrétisme politico-religieux de La Gazette Française s’accentue et sa place s’affermit au sein de la mouvance maurrassienne. Jean de Fabrègues est de ceux que comble cette évolution. Avec l’équipe des jeunes rédacteurs de La Gazette et des camarades d’université, il fonde la Milice des Chevaliers de Saint Michel chargée de rétablir les droits de Dieu dans une société accusée de ne plus connaître que ceux de l’homme. Il élargit ses participations à de nouveaux journaux, exploitant en particulier le thème de la défense de l’Occident face aux modèles de pensée étrangers venus d’Asie. A travers une telle conception de la politique chrétienne, cependant, sans que leurs auteurs semblent en avoir eu conscience dans l’atmosphère de querelle Église/État particulière aux années vingt, perce comme une prétention à dicter la mise en œuvre du plan divin. Les principes maurrassiens deviennent ceux d’un ordre naturel voulu par Dieu. Cette dérive, sans rapport avec l’incroyance de Maurras souvent mise en avant pour expliquer la condamnation romaine, apparente l’erreur de ces catholiques intransigeants à celle du Sillon.

L’Action Française à son apogée parmi les catholiques

  • 1 Selon Eugen Weber, le quotidien nationaliste compte en 1926 45.000 abonnés et le même nombre d’ache (...)
  • 2 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 238.

5En avril 1925, la chute du gouvernement Herriot et son remplacement par un ministère Painlevé, au programme religieux plus modéré, apaisent les craintes catholiques. Il semble que les efforts de la Fédération Nationale Catholique, mais ceux aussi de l’Action Française, aient porté leurs fruits. Dans les milieux traditionalistes, la réputation de cette dernière apparaît de plus en plus flatteuse. On a vu l’influence qu’elle exerce à travers ses nombreux organes de presse1 et les succès qu’elle obtient au quartier latin. L’affaire Scelle, en effet, est suivie de beaucoup d’autres en 1926 : perturbation, en janvier, au Collège de France, du cours de Paul Langevin qui ne cachait pas ses sympathies communistes ; interruption, en février, d’une réunion de la LAURS organisée par Pierre Mendès France au café Procope ; bagarre, en mars, à la salle des Sociétés Savantes, contre le parti communiste. Au quartier latin, “les commandos de l’Action Française entendent garder le monopole de l’expression2”, constate J.F. Sirinelli. Mais l’originalité du mouvement nationaliste tient moins à ses manifestations qu’à son poids intellectuel et spirituel.

  • 3 Appel de la Ligue d’Action Française, “Aux Jeunes Français”, Revue d’Action Française, 15 février 1 (...)
  • 4 Dom Besse, maître des novices à. Notre Dame de Ligugé, a guidé les premiers pas de Georges Bernanos (...)

6Jamais dans le siècle, mouvement politique n’aura tenu un tel rôle de prescripteur moral et religieux. Depuis 1906, dans le cadre de l’Institut d’Action Française, la chaire du Syllabus dite de “Politique catholique” veut enseigner “la substance de la doctrine catholique3”. Elle a été inaugurée par Paul Bourget, symbole littéraire de la tradition et modèle de l’écrivain catholique. Maurras lui-même a publié en 1912 un livre intitulé La politique religieuse, où il démontre les points de rencontre entre ses idées politiques et la doctrine catholique (rejet de l’individualisme protestant et démocratique, approbation du Syllabus) et rappelle la défense des intérêts de l’Église assurée par son mouvement lors de la Séparation. On compte un nombre respectable de membres du clergé, et non parmi les moins puissants, sympathisants de l’Action Française : Dom Besse4, les cardinaux Billot, Maurin, Charost, Andrieu, les Pères Clérissac, Garrigou-Lagrange, de Pascal, de la Brière, Pègues, de Tonquédec, Janvier, Le Floch ont été ou sont proches de l’Action Française.

  • 5 Selon son témoignage du 5 juillet 1990 à Jacques Prévotat, op. cit., p. 593.
  • 6 J.F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 277.

7Parmi les jeunes écrivains catholiques dont la carrière se précise au milieu des années vingt, il en est peu qui nient ou ignorent l’apport intellectuel de Maurras : on a cité Jean-Pierre Maxence, Maurice de Gandillac, Pierre-Henri Simon. On peut ajouter Étienne Borne qui reconnaît avoir vécu “une brève saison maurrassienne5” avant 1926 et se dit “impressionné […], moins par l’Action Française que par le prestige intellectuel de Maurras6” ; Mauriac publie dans La Revue Universelle ; Bernanos fait paraître son premier roman Sous le soleil de Satan au Roseau d’or en 1926 et doit son succès à la critique élogieuse de Léon Daudet dans L’Action Française ; Montherlant, éloigné il est vrai du catholicisme après 1927, se présente comme un héritier de Barrés et salue Maurras du titre de “maître” dans la préface de L’exil en 1929. La pensée maurrassienne est véhiculée par le fervent catholique André Bellessort à Louis-le-Grand, qui compte parmi ses élèves Henri Petiot, alias Henri Daniel-Rops. Sans compter, du côté des incroyants, Malraux et sa préface admirative à la réédition de Mademoiselle Monck en 1923, et Drieu La Rochelle qui publie Mesure de la France en 1922.

  • 7 La Libre Belgique, 24 juillet 1925.
  • 8 Lettre d’Étienne Borne du 11 décembre 1992 à Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Franç (...)

8La mode des enquêtes, si particulière à cette époque, permet de constater coup sur coup, en 1922 et 1925, l’importance de la pensée maurrassienne pour la jeune génération. L’Enquête sur les Maîtres de la Jeune Littérature conduite par Pierre Varillon et Henri Rambaud et publiée en 1922 par La Revue Hebdomadaire puis, sous forme d’ouvrage par la librairie Bloud et Gay, donne Barrès, Bourget et Maurras comme les plus souvent cités. Et ce sont les trois mêmes noms, mais dans l’ordre de priorité inverse, qui arrivent encore en tête d’une enquête lancée en juillet 1925 par Les Cahiers de l’Association Catholique de la Jeunesse Belge : “Dans le vide de la pensée contemporaine […], sur la plaine dévastée par les gaz asphyxiants du dogmatisme libéral, Maurras reste seul debout7”, commente l’Abbé Leclercq, aumônier-directeur des Cahiers. Le succès des idées nationalistes est vif alors en Belgique où des universités comme celle de Louvain leur sont gagnées. “On n’imagine pas aujourd’hui comment Maurras a pu envoûter et fasciner à ce point une grande part de l’intelligentsia catholique, cardinaux et évêques compris”, témoigne Étienne Borne auprès de Jacques Prévotat, évoquant l’influence de la doctrine maurrassienne sur la pensée catholique8.

  • 9 Selon Jacques Prévotat, Ibid. p. 659.

9Mais une telle résonance est peu évoquée dans les querelles qui opposent alors gauche et droite catholiques avec, bien souvent, des airs de chapelle qui ne prêtent pas à la profondeur de la réflexion. Au milieu des années vingt, cette lutte n’a rien perdu de son âpreté. Ceux de gauche ont repris courage depuis l’élection de Pie XI qu’on sait affligé par le manque de foi de certains dirigeants de l’Action Française. Depuis 1923, en particulier, une polémique s’est ouverte autour des romans de Léon Daudet, jugés pornographiques par le Vatican. Les rangs d’un clergé démocrate se sont petit à petit épaissis derrière l’Abbé Lemire, avec les Abbés Jules Pierre, Lugan, Trochu, Mgrs Tiberghien, Vanneufville. La nonciature à Paris de Mgr Cerretti a fait évoluer les positions du cardinal Dubois dans un sens défavorable aux maurrassiens9.

  • 10 Symbole du retournement de tendance, il avait aussi été préféré à Maurras pour un siège à l’Académi (...)
  • 11 Dans son ouvrage sur Maurras, Jean de Fabrègues demande qu’on ne réduise pas le catholicisme intran (...)

10Même si l’Action Française a encore des défenseurs auprès du Saint Siège, elle ne bénéficie plus d’un aussi grand nombre de soutiens qu’autrefois. Ainsi est-ce une forte personnalité, briandiste et très influente dans le centre droit républicain, Célestin Jonnart, qui a été nommé à Rome dans le climat apaisé du rétablissement des relations diplomatiques avec le Vatican10. La puissante société secrète Sodalitium planum, dite “la Sapinière”, qui servait auprès du Pape les intérêts antimodernistes de la droite intégriste, a été dissoute en 192111. Plus généralement enfin, et sur le plan international, l’Action Française voit son influence mise en échec par la politique pacifiste d’Aristide Briand qui conduit plusieurs ministères en 1925/1926 et dont l’action est récompensée en décembre 1926 par l’attribution du prix Nobel de la paix. La conciliation envers l’Allemagne va à l’inverse des appels de Maurras et de Bainville en vue d’une armée puissante et d’une position dominante de la France en Europe. Les efforts briandistes trouvent l’appui du parti démocrate populaire et de la Jeune République.

  • 12 La Libre Belgique, 19 septembre 1925.
  • 13 Selon l’hypothèse de Jacques Prévotat qui en a eu confirmation par une lettre de Charles Flory du 1 (...)

11Le Vatican est favorable à l’apaisement international et souhaite l’union des catholiques. Bientôt Pie XI fera naître les premières actions d’apostolat de milieux. A partir de l’été 1925, inquiets des apparents progrès de l’Action Française dans les milieux de jeunes catholiques, les libéraux reprennent de plus belle l’offensive. C’est d’abord, en Belgique, la campagne de presse du Pays Wallon puis de La Libre Belgique, le premier fournissant une contre-enquête à celle des Cahiers de l’ACJB, où nombre de personnalités politiques et universitaires expriment leur hostilité à Maurras, le second publiant les critiques d’un journaliste et avocat proche des Jésuites, Fernand Passelecq, envers “cette extraordinaire entreprise d’un antichrétien déclaré qui se présente comme le défenseur et le seul champion pour ainsi dire du catholicisme12.” En France, l’Association Catholique de la Jeunesse Française s’émeut fort de cette polémique. Le 31 janvier 1926, Georges Bidault, qui en est alors vice-président, dénonce la formule du “politique d’abord” devant le Conseil fédéral de l’Association. En février suivant, la contre-enquête du Pays Wallon paraît sous la forme d’une brochure que le père Corbillé, aumônier national de l’ACJF, se charge de faire circuler dans le mouvement. Un rapport, accusant l’Action Française de détourner les jeunes catholiques de l’apostolat vers le combat politique, est envoyé à Rome par le président Charles Flory, selon son propre témoignage13.

Dans la stratégie de défense des catholiques maurrassiens

12Face à cette avalanche de critiques et au danger de condamnation qu’elles font resurgir, La Gazette Française et le message politico-religieux qu’elle veut communiquer deviennent un élément important de la stratégie de défense des catholiques d’Action Française. On a vu combien l’équipe de rédaction s’étoffait en 1925/1926, une trentaine de nouveaux collaborateurs venant prêter main forte au petit groupe d’origine. C’est aussi l’époque où la parution devient hebdomadaire (mai 1925) et où le sous-titre devient “Organe de la politique chrétienne” (juin). La revue a trouvé son emploi et le proclame. Son directeur, Amédée d’Yvignac, fait carrière au sein du mouvement nationaliste : en septembre, il est nommé responsable de la revue de presse de L’Action Française, puis appelé à prendre l’intérim de Maurras, alors que celui-ci est parti assister aux obsèques du duc d’Orléans, en mars 1926. A l’heure où la Maison de France change de chef et où l’Action Française doit s’assurer de la pérennité de ses relations avec elle, cette marque de confiance envers le jeune directeur de La Gazette rejaillit sur l’ensemble du comité de rédaction et sa ligne éditoriale. Son discours s’oriente alors clairement dans le sens d’un nationalisme intégralement catholique et Jean de Fabrègues n’en est pas le moindre des auteurs.

  • 14 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

13Le jeune homme a mûri et pris toute sa place dans la revue dont il est devenu membre de la rédaction. Le 31 janvier 1925, il a eu la douleur de perdre sa mère, morte prématurément à l’âge de cinquante-neuf ans. Cruel en tout état de cause, ce deuil le laisse particulièrement démuni. Face à la ferveur républicaine et anticléricale de son père, Jean avait toujours trouvé l’appui de l’amour maternel, “la seule chose, avec le travail, qui ne trompe pas14.” C’est à sa mère qu’il dédiait les confidences de son journal d’adolescent, pour elle qu’il s’efforçait de réussir dans ses études. Il fallait désormais trouver de nouvelles raisons de vivre. Le soutien à la cause de l’Action Française allait l’y aider.

  • 15 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 17 décembre 1925.

14Le 17 décembre 1925, Amédée d’Yvignac se plaint, dans La Gazette, d’une “agression sillonniste à Rennes” au cours de laquelle sa revue a été accusée d’être “grossièrement antireligieuse” et de servir “les préjugés politiques, les égoïsmes et les mesquineries, mais ni l’Église, ni la vérité catholiques15.”

  • 16 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.
  • 17 Guy de Montferrand, “La royauté de Jésus-Christ”, La Gazette Française, 12 juillet 1925.

15Jean se saisit des critiques du Sillon pour dénoncer à son tour les illusions d’un mouvement qui inscrit sa religion dans la démocratie, ce pourquoi il a encouru la condamnation romaine16. Selon lui, le combat des catholiques d’Action Française va à l’inverse : il vise à spiritualiser la pensée maurrassienne, c’est-à-dire à placer les principes catholiques au centre de l’ordre social. “Nous demandons la proclamation et la reconnaissance de la royauté sociale intégrale de Jésus-Christ. Nous voulons cette royauté dans et par la divine Eucharistie, dans et par son cœur eucharistique, dans et par l’Église, sous la protection de la Reine universelle de toute société17.”

  • 18 Paul Bourget, lettre à Jean de Fabrègues, 20 septembre 1926.
  • 19 Guy de Montferrand, “Le mystère de la messe”, La Gazette Française, 26 novembre 1925.
  • 20 Guy de Montferrand, “Les canonisations”, La Gazette Française, 11 juin 1925.
  • 21 Guy de Montferrand, “Le deuxième pèlerinage de la jeunesse française à Rouen”, La Gazette Française (...)

16Au même moment Jean correspond avec Paul Bourget, le remerciant “d’avoir creusé un sillon”, mot qui n’a peut être pas été choisi au hasard. Le jeune journaliste opte pour le sillon de la tradition et reçoit de l’auteur du Disciple une approbation en forme de viatique : “Dégager dans la grande expérience collective qu’est la tradition les lois qui dureront et y rattacher son effort, c’est à mon sens toute l’éthique intellectuelle18.” Pour Jean, l’aspiration religieuse rejoint l’idéal politique du nationalisme maurrassien : dans le sacrifice de la messe, il voit “un Dieu qui se penche […] vers nous […], nous élève vers lui […] Sans doute le peuple français remonte la pente, il a commencé de ressaisir le sens de sa foi19.” Les canonisations de Thérèse de l’Enfant Jésus et du Curé d’Ars en 1925, réjouissent en lui le chrétien tout autant que le patriote : “Qu’il est doux à nos cœurs de Français de voir tant des nôtres portés sur les autels de. l’Église universelle20.” A l’image de Jeanne d’Arc, qui menait combat pour libérer son pays, ces jeunes catholiques sont entrés dans une “guerre civile” dont “Plateau, Daudet, les victimes de Marseille et de la rue Damrémont (sont) des héros21.”

  • 22 Jacques Maritain, “En lisant Georges Valois”, La Gazette Française, 28 mai 1925.

17L’ordre catholique ne repose ni sur la société, ni sur les idéologies modernes. Il est “ni droite, ni gauche”, comme le diront un peu plus tard les non-conformistes des années trente. Pour l’heure, c’est Jacques Maritain qui le proclame dans La Gazette Française, citant un passage de son ouvrage Antimoderne : “Nous luttons pour sauvegarder les éléments de justice et de vérité, les restes du patrimoine humain, les réserves divines qui subsistent sur la terre et pour préparer et réaliser l’ordre nouveau qui doit remplacer le présent désordre. Nous haïssons l’iniquité révolutionnaire bourgeoise qui enveloppe et vicie aujourd’hui la civilisation, comme nous haïssons l’iniquité révolutionnaire prolétarienne qui veut l’anéantir. C’est pour Dieu, ce n’est pas pour la société moderne que nous voulons travailler22.

La Milice des Chevaliers de Saint Michel

  • 23 La Gazette Française, 19 novembre 1925.
  • 24 Monarchiste et militant d’Action Française, Henri d’Astier de La Vigerie préparera le débarquement (...)
  • 25 Rédemptoriste, auteur d’un Catéchisme des droits divins dans l’ordre social
  • 26 Lettre du Cardinal Gasparri au Père Philippe transmettant l’approbation du Pape Benoît XV à la “Lig (...)
  • 27 “Les idées gouvernent le monde”, selon son manifeste.

18Mais la pensée est aussi action. En novembre 1925, La Gazette Française. annonce la fondation de “la Milice des Chevaliers de Saint Michel, groupement jeune, ardent et décidé à promouvoir les idées qui nous réunissent, fermement résolu à contribuer à la restauration d’un État inspiré des grands principes de l’ordre naturel et chrétien23.” Le texte est signé Amédée d’Yvignac, Pierre Arthuys, Henri d’Astier de La Vigerie24 et Guy de Montferrand. La jeune organisation se place sous le patronage de la Ligue Apostolique du Christ-Roi et des Nations fondée par le père Philippe25 à l’issue de la première guerre mondiale. Le 18 novembre 1918, elle a reçu l’approbation du Saint Siège, par la plume du cardinal Gasparri, qui “souhaite qu’à cette Ligue adhèrent tous les catholiques dignes de ce nom26.” Son but est de ramener “l’ordre social tout entier à Dieu et à son Christ par la Sainte Église.” Elle se présente avant tout comme un mouvement d’idées27 et dispose, pour répandre les siennes, d’un Bulletin mensuel international dont le titre reprend celui de la Ligue.

  • 28 Témoignage de Jean Daujat à l’auteur, entretien du 20 janvier 1991.
  • 29 Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ-Roi et des Nations, déclaration en (...)

19Son programme pourrait se résumer en une phrase : substituer dans l’ordre social les droits de Dieu à ceux de l’homme. Du témoignage même de Jean Daujat28, les jeunes catholiques de La Gazette Française adhèrent tous à la déclaration qui ouvre le manifeste de la Ligue : “La Société se doit à Dieu au titre de créature comme l’individu et la famille. Dans la société actuelle tout est renversé. L’homme a usurpé la place de Dieu, de Jésus-Christ, de l’Évangile, de l’Église. Par la déclaration de ses droits, il a établi sa pensée maîtresse souveraine des destinées de la société et des lois. Il n’est soumis à rien, pas même à la vérité que sa pensée remplace […] Nous devons exiger un état social qui, d’une part ne soit pas pour Dieu une injure, pour l’erreur et le mal une protection, qui d’autre part contribue à donner à la vérité son plein développement, à Dieu sa gloire, aux âmes les facilités de se sauver et qui, conséquemment, ruine l’œuvre sociale de l’erreur et du mal29.”

  • 30 Père Le Floch, lettre à Lucien Corpechot, Le Gaulois, 4 décembre 1927.

20Un Congrès de la Ligue qui a lieu en février 1926 et dont rend compte Jean de Fabrègues pour La Gazette Française, permet de situer ses principaux animateurs : pour le clergé, l’abbé Lallement, les pères Chaineux et Joly, Mgrs Izart, Baudrillart, Roland-Gosselin ; pour les laïcs, Robert Vallery-Radot, Bernard de Vésins, Albert Kéragnel. Dans l’assistance, Henri Massis, Antoine Lestra, Robert Havard de La Montagne, le prince-abbé Ghika, ami de Jacques Maritain, le bâtonnier de Roux, les députés Grousseau, La Ferronays, Juigné, Le Cour Grand-maison, madame de Lur-Saluces. Sont réunis là les représentants d’un catholicisme intransigeant et néo-thomiste, proche de l’Action Française, dont les motivations sont, à peu de choses près, celles que décrira le Père Le Floch, cherchant à se justifier au lendemain de la condamnation du quotidien maurrassien : “Nous luttions contre le libéralisme, le laïcisme, les principes de la Révolution au point de vue doctrinal. Or il s’est rencontré que l’Action française luttait contre ces mêmes fléaux mais au point de vue politique30.”

  • 31 Amédée d’Yvignac, “La politique chrétienne”, La Gazette Française, 11 février 1926.

21En se plaçant sous l’autorité de la Ligue, les Chevaliers de Saint Michel avaient le sentiment de donner à leur combat toute sa cohérence politico-religieuse. Ils s’offraient même le luxe de prétendre à la légitimité catholique et Amédée d’Yvignac ne se privait pas de l’opposer avec ironie à l’erreur du Sillon : “Non, Messeigneurs, vous n’aurez pas à gémir sur les jeunes laïcs qui se permettent de se faire chefs et d’établir une hiérarchie à côté de la Hiérarchie (car ils sont) conduits par des prêtres de jugement sûr et de ferme doctrine (afin de) mener en sécurité le bon combat pour la restauration de la politique chrétienne31.”

22Sous la direction d’Amédée d’Yvignac et de Pierre Arthuys qui en sont “capitaines généraux”, Jean de Fabrègues, alias Guy de Montferrand, prend la tête de la milice avec le titre de “Lieutenant Général”. Des groupes se forment dans plusieurs arrondissements de Paris et en banlieue, rassemblant une bonne centaine de “miliciens”, parmi lesquels on relève les noms de Pierre Ousset, Pierre et Jean Godmé, Jean d’Arc Maillot, Jean Daujat, Alexis Redier. Tous participeront aux revues de la Jeune Droite Catholique après 1930 : Ousset sous le pseudonyme de Burgos, les frères Godmé sous ceux de Maxence et Francis. D’autres aussi, qui auront accompagné le lancement du mouvement à la fin des années vingt, resteront proches de Jean de Fabrègues, comme Jacques Bassot qu’il retrouvera à la revue fédéraliste La Fédération après la seconde guerre mondiale, ou André Piettre alors à la Faculté de droit.

  • 32 Jacques Maritain, “La journée de la Gazette Française”, La Gazette Française, 28 janvier 1926.
  • 33 Henri Massis, ibid.

23Lors d’une solennelle journée de rentrée, le 28 janvier 1926, Jean est appelé à présenter la nouvelle association qui tient depuis quelques semaines déjà une chronique dans La Gazette Française. Après une messe en la crypte de l’Église des Carmes, un déjeuner est offert à plus de soixante-dix convives dans la grande salle du restaurant Procope. Devant ce public choisi, les deux inspirateurs de La Gazette Française, Jacques Maritain et Henri Massis, se partagent les différents aspects de la mission assignée à la revue. Le premier insiste sur son caractère catholique, dans la fidélité “à une position supérieure aux partis politiques […], au plan de l’Église qui est universel32”, le second sur les valeurs dont elle s’inspire : la tradition non pas conçue comme immobile et passéiste, mais comme “vivante et en perpétuelle réinvention” ; le réalisme, c’est à dire “la vérité jaillissant de l’expérience” ; le nationalisme, enfin : “ce nationalisme français qui, pour notre maître Maurras, n’est qu’une expérience reposant sur l’histoire.” Toutefois, ce catalogue d’idées d’Action française ne vaut, pour lui, que “dépassé par l’audace de la théologie” et il rattache “l’esprit” de la revue à celui des Cahiers de la Quinzaine. : “Maritain, Péguy, Psichari, rêvaient alors d’un hebdomadaire destiné à défendre dans leur intégrité tous les principes catholiques33.”

  • 34 Guy de Montferrand, ibid.
  • 35 Ibid.

24Comme pour illustrer cette volonté de spiritualiser la doctrine maurrassienne, Jean est appelé à présenter sa Milice. Il le fait en termes d’apostolat et de croisade, les deux directions qu’il continue de vouloir donner à son action. Les Chevaliers, répète-t-il, “devront unir la charité d’un Henry du Roure à la force fidèle d’un Dom Besse34.” Il s’agit, “sans jamais se soustraire à l’autorité du Cercle Pie X qui nous apprend à connaître notre doctrine”, d’arracher “la France catholique du vingtième siècle aux persécutions de ses ennemis qui usent contre elle d’une puissance politique usurpée. Où sont ces grands moines des croisades, les capucins de la Ligue, les jésuites des Compagnies du Saint Sacrement ? La Chevalerie que nous voulons doit fournir des chefs et des cadres. Vienne un Saint Bernard qui les conduise et la milice chrétienne serait invincible35.”

  • 36 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 24 décembre 1925.
  • 37 Guy de Montferrand, “De la suprématie romaine”, La Gazette Française, 28 janvier 1926.
  • 38 Jacques Maritain, “En lisant Georges Valois”, La Gazette Française, 28 mai 1925.
  • 39 Henri Massis, La Gazette Française, 28 janvier 1926.
  • 40 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.

25Pour arriver à ses fins, la Milice des Chevaliers de Saint Michel emploiera les moyens recommandés par la Ligue dont elle se dit le groupement de jeunesse : “la parole, la prière, le sacrifice36.” Sous la conduite de Massis et de Maritain, Jean est ainsi amené à transposer sa foi dans un ordre social et politique catholique : “Qu’est-ce d’abord que notre catholicisme ? C’est la conception selon laquelle le christianisme n’est pas regardé simplement comme une doctrine de salut individuel et assuré par l’action intérieure de l’esprit mais comme une société visible et organisée. Notre politique ne vise qu’à faire reconnaître cela37.” Certes l’Évangile, ni l’Église, ne donnent de recettes d’organisation politique. Il faut donc les chercher ailleurs et considérer celles qui offrent les meilleures chances de développement aux valeurs chrétiennes. A en croire Maritain, ce sera un ordre naissant d’“une révolution complète instituant l’État national à la place de l’État bourgeois (et comportant) une reconnaissance publique de la royauté de Jésus-Christ38”. Selon Henri Massis s’adressant aux Chevaliers de Saint Michel : “Vous ne pouvez être hérésiarques aux yeux d’aucune personne sensée lorsque vous proclamez la nécessité en France de la monarchie39”. Enfin pour Jean, l’Action Française s’accorde avec l’Église pour conclure que “la société, selon Dieu, ne naîtra ici bas que sous l’égide de l’ordre et de la discipline40.” Dans le champ politique, tous s’accordent à penser que l’ordre catholique n’est autre que l’ordre maurrassien.

Les Cahiers d’Occident

  • 41 Condisciple de Jean à la Sorbonne, il présente son DES de philosophie en juin 1928 sur “L’esthétiqu (...)

26En mai 1926, Jean entame une collaboration aux Cahiers d’Occident, nouveau mensuel proche de Massis, animé par des catholiques sympathisants d’Action Française, dont un grand nombre vient de La Gazette Française. Ainsi, sous la direction de Gérard de Catalogne jeune licencié en lettres41 et d’Émile Dufour, se rassemblent : René Groos, secrétaire général, Amédée d’Yvignac, Jean-Pierre Godmé, Bernard du Halda, Maurice de Gandillac, Jean Héritier, Jacques de Montbrial, Gonzague Truc, Tristan Derême. La publication mêle le témoignage doctrinal au souci esthétique. Chaque livraison est consacrée à une œuvre dont l’auteur est représenté par un dessin original d’artiste. Certains numéros atteignent près de deux cents pages. Le premier est consacré à Maurras, les suivants à Bainville, Ghéon, Dubech. Jean signe cette fois du nom de Fabrègues.

  • 42 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. cit., p. 32.
  • 43 Jean de Fabrègues, Christianisme et civilisations, Éditions de Gigord, 1966, p. 460. Les mots sont (...)

27Comme son titre l’indique, la revue a pour ambition de magnifier la civilisation occidentale, en particulier dans ce qu’elle a de fondamentalement chrétien, et de la défendre contre les empiétements des autre cultures. Elle élargit à l’Europe le raisonnement tenu jusque-là pour la France : il existe un corpus de valeurs exclusivement occidentales, parce que seules à mêler inextricablement révélation et raison. Elle introduit Défense de l’Occident, l’ouvrage de Massis qui paraîtra l’année suivante. Ce thème domine les années vingt, comme le remarque Robert Brasillach dans ses mémoires42. Il restera essentiel pour Fabrègues, le conduisant à publier en 1966 son ouvrage philosophique majeur, Christianisme et civilisations, dans lequel persiste et s’affirme sa certitude du caractère unique et absolument original de la civilisation occidentale : “Si polluée, si infidèle à son message qu’on la juge, (il y a en elle) quelque chose qui, cependant, n’est pas du même ordre. que tout ce qui peut se trouver dans les autres civilisations. Ceci non parce qu’elle est “occidentale”, mais parce qu’elle a reçu quelque chose que les autres n’ont pas reçu43.” Sur une feuille volante glissée dans le livre, il note cette confidence de Bergson à Jean Wahl : “Avec Jésus est entré dans le monde quelque chose qui n’est pas du monde”.

  • 44 L’intérêt de Romain Rolland pour l’hindouisme et la non-violence apparaît dès la fondation de sa re (...)
  • 45 Jacques Maritain, “Le retour à la métaphysique”, La Gazette Française, 3 mai 1924.

28Cette conception métaphysique de la civilisation occidentale est déjà celle des catholiques de La Gazette mais elle prend alors un caractère défensif. L’époque est caractérisée par les efforts de Romain Rolland pour traduire et faire connaître en France la poésie de Rabindranah Tàgore et les essais du Mahatma Gandhi44. Une telle évolution préoccupe Maritain au point de représenter un argument de lancement de la revue : “Nous voyons aujourd’hui beaucoup d’esprits qui commencent à se rendre compte de l’immense prévarication dont nous nous sommes rendus coupables depuis trois ou quatre siècles dans l’usage de l’intelligence, se tourner vers l’Orient, vers l’Inde surtout, pour lui demander une condamnation motivée du matérialisme occidental et les moyens d’un retour à la spiritualité45.”

  • 46 Jean de Fabrègues, “Mahatma Ghandi, traditionaliste hindou”, Les Cahiers d’Occident, mai 1926.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid.

29Ces catholiques intransigeants ne voient là que déviations nouvelles qui s’ajoutent à celles du protestantisme, à la recherche individualiste d’un Gide par exemple. “Ce mouvement est surtout sensible en Allemagne et dans les pays protestants”, poursuit Maritain, “comment s’étonner que des esprits, qui ne connaissent du christianisme que sa contre-façon luthérienne ou calviniste, se laissent entraîner vers les yoghi par les besoins mêmes d’une spiritualité sans aliments ? “Et Jean de renchérir : “Pourquoi s’étonner de la rencontre de Rolland avec Gandhi et de leur accord […], de celle de Gide avec Tàgore ? Ce sont là des signes […] de ce que toutes les sociétés séparées se réunissent dans la haine du catholicisme unitaire […] L’immoralisme destructeur de Gide, le dilettantisme de Rolland […] devaient trouver avantage à conduire l’Europe vers la dissociation intellectuelle impliquée par l’hindouisme46.” Exotiques ou domestiques, ces interprétations religieuses sont finalement unies dans le même complot : jetant le doute sur l’exclusivité de la vérité catholique, elles aboutissent au libéralisme politique : “Et le mythe de Rousseau reparaît : l’homme est à lui-même sa propre fin.47” Qu’ils soient internes ou externes, “c’est à une dispersion définitive de l’héritage de notre culture, à une démission radicale de la raison et du jugement, à un mortel abandon de l’effort scientifique et de la cohérence morale, bref à une abdication de la vocation propre de l’Occident48”, que l’ensemble de ces dangers conduit.

30On le voit, à la veille de la condamnation romaine, l’Action Française n’a jamais été plus influente parmi les catholiques. Sa réputation de mouvement défendant un ordre politique conforme aux vœux de l’Église semble bien établi. La Gazette Française et son idéal de politique chrétienne ne font que prolonger les recherches de politique catholique qui sont celles de Maurras et de son Institut depuis le début du siècle. Leur discours vise à montrer la continuité de la position pontificale : à l’exemple de Pie X, Benoît XV a appelé à rétablir les droits de Dieu dans une société travaillée de libéralisme et de marxisme. La démocratie à laquelle Léon XIII a invité les catholiques à se rallier ressemble peu au régime individualiste et athée de la Troisième République. La laïcité n’est pas catholique. Pourtant, les efforts des catholiques libéraux, pour détruire ce qui leur apparaît comme un glacis politico-religieux, commencent à porter leurs fruits. On dit Pie XI sensible à leurs arguments et peu enclin à choisir l’Action Française comme expression des valeurs morales du catholicisme, en particulier auprès de la jeunesse. Jean de Fabrègues et ses Chevaliers de Saint Michel sont-ils conscients, sous la direction de leurs maîtres Massis et Maritain, des ambiguïtés et des possibles dérives de ce nationalisme qui se voudrait catholiquement intégral ? Au moins dans un premier temps, leur attitude face à la condamnation de l’Action Française par Pie XI tendrait à prouver que non.

II. La condamnation de l’Action Française49

  • 49 Sur l’ensemble de cette condamnation, on consultera en particulier : Henri Massis, Maurras et notre (...)
  • 50 R. Dalbin, lettre à Guy de Montferrand, 12 avril 1926.

31“Votre journal m’avait donné beaucoup d’espoir un moment. Vous vous affranchissiez totalement des erreurs libérales, révolutionnaires et individualistes, mais je me demandais si vous éviteriez de vous briser sur l’écueil opposé : l’asservissement à la politique de Maurras et aux erreurs sur les rapports de la politique et de la morale. Je vous supplie devant Dieu de réfléchir à votre devoir vis à vis de la défense de ses droits et de ceux de son Église. Ils ont été méconnus par Maurras et vous avez gardé le silence sur ce mal50.”

32Le reproche est lancé à Guy de Montferrand par un lecteur de La Gazette Française le 12 avril 1926. De façon plus générale, le texte accuse la revue de méconnaître “le pouvoir indirect du pape”. La critique vient de R. Dalbin, professeur de philosophie, enseignant au lycée de Laval, dont on ne peut douter de l’engagement chrétien puisqu’il fait suivre sa signature de la formule “in Xto”. Cette lettre annonce, plusieurs mois avant la condamnation officielle, le déchirement qu’auront à vivre les catholiques maurrassiens entre Rome et l’Action Française. Elle prouve que La Gazette Française fut un véritable prescripteur d’opinion pour un milieu intellectuel catholique. Le simple fait que Jean l’ait conservée dans ses archives est le signe de l’impact qu’elle dut avoir sur son esprit. Mais peut-être faut-il surtout remarquer qu’elle tranche très à l’avance le point essentiel de la controverse qui éclatera entre Rome et les nationalistes après décembre 1926, en affirmant que le Pape est fondé à juger l’œuvre de l’Action Française selon son pouvoir indirect. Que signifiait ce terme ? Il ne consistait nullement à rendre à Pie XI une quelconque autorité en matière politique (l’Église ne prétendait pas dicter un mode de gouvernement), mais à savoir si la façon dont l’Action Française guidait les catholiques en ce domaine ne portait pas atteinte à leur salut. Au nom de son pouvoir direct sur les âmes, le Pape s’introduisait dans le domaine temporel pour poser la question de la validité morale des principes politiques maurrassiens.

33Cette position, qui sera celle de Pie XI, ne provoque pas, dans l’immédiat de la part de Jacques Maritain, une approbation semblable à celle de son collègue Dalbin. Comme nombre d’intellectuels catholiques, clercs et fidèles, il manifeste d’abord une grande réticence à voir s’ouvrir le procès de la pensée politique maurrassienne. Georges Bernanos se porte lui aussi, mais avec emportement, aux côtés de l’Action Française. Henri Massis reste fidèle à Maurras. Jean suit leur exemple, dans un sentiment de rébellion plutôt que de conciliation.

Une affaire mal engagée

34Il faut avouer que l’affaire n’est pas engagée par Rome de la façon la plus habile. De ce qui semble, en août 1926, un avertissement lancé en termes maladroits par le cardinal Andrieu dans sa lettre diocésaine à Bordeaux, L’Aquitaine, on passe en quelques mois à la condamnation sans recours du Vatican.

  • 51 Réponse de Son Éminence le cardinal-archevêque de Bordeaux à une question posée par un groupe de je (...)

35Les conseils prodigués dans L’Aquitaine du 27 août visaient à prévenir la jeunesse catholique contre les détournements spirituels que lui faisait courir la doctrine nationaliste. Ils ne remettaient pas en question la lutte soutenue par le mouvement contre les lois laïques ni même contre le régime républicain. Ils se plaçaient d’emblée sur le terrain de la foi. Le message était donc déjà clairement conforme à la volonté du pape. Mais le malheur voulait que les termes des accusations portées fussent mal choisis : “Athéisme, agnosticisme, antichristianisme, anticatholicisme, amoralisme de l’individu et de la société, nécessité pour maintenir l’ordre, en dépit de ces dénégations subversives, de restaurer le paganisme avec toutes ses injustices et toutes ses violences, voilà mes chers amis ce que les dirigeants de l’Action Française enseignent à leurs disciples et que vous devez éviter d’entendre51.” Le mouvement maurrassien était même soupçonné de vouloir “rétablir l’esclavage” et accusé d’avoir fait “défense à Dieu d’entrer dans ses observatoires.”

  • 52 Bierville était le lieu d’une propriété de Marc Sangnier où étaient organisées des manifestations d (...)
  • 53 L’Action Française, “Revue de presse”, 9 septembre 1926.

36Comment Maritain, Massis, d’Yvignac auraient-ils accepté ces reproches alors que tous leurs efforts visaient à spiritualiser l’Action Française ? Comment Jean de Fabrègues, particulièrement concerné étant donné son âge, aurait-il compris ce total renversement du sens de son idéal ? Tous enfourchent une explication qui s’impose alors parmi les dirigeants du mouvement : celle du complot. C’est la thèse que défend le secrétaire général de l’Action Française, le colonel Larpent, qui attribue le coup porté par cet ancien sympathisant des idées maurrassiennes que fut Paulin Andrieu, aux menées des démocrates désireux de venger la condamnation du Sillon et des briandistes avides de mettre fin à l’influence de l’Église en France. Dans L’Action Française où il assure l’intérim de la revue de presse, Amédée d’Yvignac, après avoir lié “l’offensive contre l’Action Française (à) la vague pacifiste démocratique du congrès de Bierville52, les troubles en Espagne, l’entrée de l’Allemagne à la SDN”, en vient à penser “que tout se passe comme si les cadres du désordre universel préparaient leur campagne d’hiver53.”

  • 54 Adresses des dirigeants catholiques d’Action Française le 8 septembre, des Étudiants, Camelots du r (...)
  • 55 Documentation Catholique, T. XVI, 23 octobre 1926, 701.

37Mais il devient difficile de considérer les accusations du cardinal comme des outrances malveillantes à partir de la publication, dans l’Osservatore Romano du 8 septembre, d’une lettre de Pie XI insistant sur le danger de “paganisme” qu’un “nouveau système religieux, moral et social” fait courir à la conduite de la politique. Le Pape va jusqu’à accuser l’Action Française d’être contaminée par l’esprit même des adversaires qu’elle prétend poursuivre, étant adepte d’un “naturalisme […] puisé inconsciemment, croyons-Nous […] dans l’enseignement public de cette école moderne et laïque, empoisonneuse de la jeunesse.” C’est la consternation chez les catholiques d’Action française qui s’épuisent en adresses destinées à prouver leur sincérité religieuse au Vatican54. Celle des Étudiants d’Action Française rappelle qu’ils ont appris dans les Encycliques pontificales “à combattre le laïcisme et le modernisme” et que, “en travaillant à restaurer les traditions nationales de la France […], ils s’engagent à n’oublier jamais que la tradition chrétienne figure au premier plan.” Se donnant pour programme le titre du livre de La Tour du Pin, Vers un ordre social chrétien, ils s’engagent à “mettre les conceptions qu’ils voudraient réaliser sous l’étroite dépendance de la vérité catholique55.”

Les catholiques maurrassiens au secours de l’Action Française

38Dans ce drame qui se noue à partir de tant de maladresses et de malentendus, la défense de l’Action Française s’organise entre catholiques maurrassiens.

  • 56 Parmi les innombrables ouvrages consacrés à Georges Bernanos, on consultera en particulier sur le t (...)
  • 57 Georges Bernanos, Les Enfants humiliés, Gallimard, 1949, p. 11 à 23. Sur un autre registre, Bernano (...)

39Un nouvel acteur apparaît, dont l’influence sur Jean de Fabrègues va devenir prédominante : Georges Bernanos56. Auréolé du succès de Sous le soleil de Satan paru chez Plon cette même année 1926 dans la collection du Roseau d’Or, l’écrivain s’est rapproché de Massis et de Maritain. Cet ancien camelot du roi avait rompu avec l’Action française au lendemain de la guerre, lui reprochant d’avoir trahi son idéal politique : au lieu de travailler à la naissance d’un nouveau monde, elle s’était contentée d’épouser l’ancien en entrant dans le système parlementaire. Cette façon de transiger avec “le Derrière” comme il appelait l’Arrière, le laissait, lui et ses camarades revenus du front, enfermés dans une victoire “muette” qui lui fera constater plus tard : “Nous avons totalement raté la rédemption de la guerre57.”

  • 58 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit., p. 188.

40Avec une telle conception de l’action politique, Bernanos ne pouvait que se sentir concerné par les accusations de l’Église envers l’Action Française. Le souvenir du patriotisme témoigné par Maurras pendant le conflit et celui de sa défense du catholicisme lui faisaient un point d’honneur d’intervenir. Enfin, c’est à Léon Daudet et à son article élogieux de L’Action Française. qu’il devait la plus belle publicité faite à son livre. Mais surtout, c’était tout l’effort de la droite catholique pour rendre son âme à la France qui lui paraissait compromis si la pensée maurrassienne était condamnée : “Les explications et les distingo viendront plus tard”, écrit-il à Massis, “ce qui nous est demandé, c’est de nous compromettre jusqu’à la gauche. La cause nationale exige la caution de nos consciences et de notre honneur […] L’œuvre entreprise par vous et par Maritain […] devient impossible, inconcevable même, Maurras écrasé58.”

  • 59 Bernanos fait ici référence à la suspension par Pie X en janvier 1914 du décret de la Congrégation (...)
  • 60 Pie X meurt en 1914. Bernanos fait ici référence à la condamnation du modernisme et du Sillon en 19 (...)
  • 61 Georges Bernanos, La Gazette Française, 16 septembre 1926.

41Et il se jette dans la bataille, publiant sa première lettre à Maurras dans La Gazette Française, l’organe des catholiques maurrassiens, l’enfant de Massis et de Maritain. Il y crie son regret de l’incroyance du chef politique, mais sa certitude de l’œuvre de salut menée par l’Action Française : “C’est à l’un de nos plus grands papes, et qui vous honorait de son amitié paternelle59, que nous devons d’avoir vu jetés dehors ou réduits à l’impuissance des malheureux, prêtres ou laïques, qui rêvaient une réconciliation de la religion et de la science en accord avec leurs conceptions de primaires, leur envie démocratique et le cri de leurs entrailles. Tandis que la grande voix, qui a trop tôt fait silence, les retranchait de l’Église, les annulait60, vous apportiez votre témoignage, vous faisiez justice de leur dégoûtante anarchie au nom de l’ordre et de la raison […] Ils ne vous pardonneront jamais […] Votre œuvre demeure et quelques blasphèmes que nous désavouons de toutes nos forces n’en effaceront pas le bienfait. Pas un ennemi de l’Église qui ne vous honore de sa haine. Cela vous sera compté devant Dieu, Maurras61.”

  • 62 L’ensemble de cette impression se dégage du commentaire de l’ouvrage donné par Jean de Fabrègues da (...)

42C’est alors que Jean fait la connaissance de celui qui deviendra le parrain de sa première revue. Il a été bouleversé par le sentiment du mal qui se dégage du Soleil de Satan, ramené au souvenir de son expérience précoce du péché, inexplicable, semblable à celle que vit l’abbé Donissan62. Il rencontre Bernanos à de fréquentes occasions, non seulement lors de ses visites à La Gazette, mais aussi aux réunions des Étudiants d’Action Française que l’écrivain prend l’habitude de fréquenter à partir de 1926.

  • 63 Voir Jacques Prévotat, “Les réactions de l’épiscopat français devant la condamnation de l’Action Fr (...)

43La défense de l’Action Française s’organise au nom des catholiques maurrassiens entre Maritain, Massis et Bernanos, avec l’appui d’un grand nombre d’ecclésiastiques : Mgr Penon, consulté par Maurras lui-même, qui se rend auprès de son ancien maître en avion. Dom Delatte que Maritain vient interroger à l’abbaye bénédictine de Solesmes, le cardinal Billot, Mgr Maurin, archevêque de Lyon, Mgr Grellier, évêque de Laval. Leur position à tous rejoint la conclusion de Dom Delatte : “La vérité, c’est Maurras et le Pape” et le souhait du cardinal Maurin : “que l’affaire en reste là63 !”

  • 64 Jacques Maritain, Une opinion sur Charles Maurras et le devoir des catholique Plon 1926.

44C’est donc en vue de trouver une solution acceptable par l’ensemble des protagonistes à ce qu’il pense n’être encore qu’une querelle de famille mal engagée que Jacques Maritain publie le 2 octobre Une opinion sur Charles Maurras et le devoir des catholiques.. Son objectif est de parvenir à “une synthèse véritablement catholique […] sous l’indispensable lumière de la sagesse théologique” entre recherche des fins spirituelles du Bien commun et choix des moyens temporels pour les atteindre. Il ne résiste pas au désir de rendre d’abord hommage à Charles Maurras : “Sa grandeur, le ressort profond de son activité, c’est avant tout, selon moi, le sens du bien commun de la cité (qui) me le fait regarder comme un exemplaire de vertu civique, un de ces vrais républicains dont le type a été formé dans les petites cités de la Grèce ou les municipes de la Renaissance. Il est celui qui ne désespère jamais du salut de la patrie64.”

  • 65 Ibid.

45Maritain pense pouvoir séparer, dans l’œuvre de Maurras, les principes de philosophie politique, contestés par Rome pour leur paganisme, des bases doctrinales et concrètes proposées à l’organisation de la vie politique. Sa conviction est que les catholiques français peuvent associer foi chrétienne et méthode maurrassienne : cet homme, dit-il du chef de l’Action Française, a “la tête politique la plus solide de son âge et de son pays” ; l’empirisme organisateur, tiré de l’expérience et de l’histoire, fonde “sa critique de l’idéologie libérale et des dogmes révolutionnaires (et) le bien commun de la cité.” S’agit-il, pour les catholiques, “d’abandonner les directions politiques de Maurras ? Allons donc, la lettre du Saint Père ne dit rien de semblable. Il s’agit de trouver un moyen de garantir les intérêts de la foi et de l’esprit catholique dans l’association elle-même qui les réunit65.”

  • 66 Ibid.
  • 67 Parmi eux, Mgr Nègre, archevêque de Tours, Mgr Cézerac, archevêque d’Albi, Mgr. Germain, archevêque (...)

46Le 12 octobre, Maurras adresse à Pie XI une lettre de justification qui ne sera rendue publique qu’en février suivant. A l’image de Psichari, pour qui le dévouement de l’Action Française à l’Église tenait précisément sa puissance de démonstration de l’incroyance de son Chef, il présente son combat comme la preuve du “bienfait universel de la religion pour la patrie et pour le genre humain” et rappelle les conversions dues à l’influence de l’Action Française. Convaincu que le Pape ne saurait condamner l’œuvre maurrassienne de renaissance nationale construite sur la tradition catholique, Maritain, de son côté, se préoccupe d’offrir une solution préservant la pureté religieuse et morale de la jeunesse catholique d’Action Française : “Pourquoi les catholiques d’Action Française ne s’organiseraient-ils pas entre eux, au sein même de leur parti, en un groupement spécial, religieux et non politique, ayant pour objet […]. l’étude de la doctrine catholique, groupement constitué par des cercles d’études, dirigé par des théologiens et directement contrôlé par l’autorité ecclésiastique ? Ainsi seraient publiquement garanti le maintien de l’intégrité de la doctrine et de la morale chrétienne parmi la jeunesse adhérente à l’Action Française66.” Approuvant cette suggestion, plusieurs archevêques et évêques acceptent de donner des aumôniers aux groupements royalistes de leur diocèse67. Au congrès annuel de la Ligue, du 22 au 26 novembre 1926, Bernard de Vésins annonce la réouverture de l’Institut d’Action Française et de la chaire du Syllabus qui avait été inaugurée au début du siècle par Dom Besse. Il fait part de la demande de théologiens pour l’instruction des catholiques du mouvement qu’il vient de transmettre à Mgr Dubois, archevêque de Paris.

  • 68 “Chronique des Chevaliers de Saint-Michel”, La Gazette Française, 25 novembre 1926.
  • 69 Il manifestait aussi de cette façon sa méfiance envers Maurras : lors de la condamnation du Sillon, (...)

47Comme en écho, dans La Gazette Française du 25 novembre 1926, Guy de Montferrand, au titre de sa chronique des Chevaliers de Saint Michel, relate : “Plus de vingt chevaliers étaient présents à notre réunion présidée par Amédée d’Yvignac. Celui-ci exposa les motifs pour lesquels nous devions attendre encore un peu la présence d’un aumônier parmi nous. Pour l’instant, groupons-nous fortement et organisons-nous afin d’être prêts le jour prochain où les chevaliers de Saint Michel, groupe de jeunesse de la ligue apostolique, guidés par le prince-abbé Wladimir Ghika et dirigés par un directeur spirituel, deviendront un foyer d’apostolat et un centre d’action pour la restauration des droits de Dieu68.” Ce jour ne devait jamais arriver, une circulaire du nouveau nonce Mgr Maglione ayant interdit l’envoi d’aumôniers aux groupements d’Action Française début décembre et le cardinal Dubois ayant repoussé la requête de Bernard de Vésins. Ainsi le Pape signifiait-il qu’en cette affaire il ne croyait pas souhaitable de séparer politique et religieux69.

  • 70 L’Action Française, 15 décembre 1926.
  • 71 Ibid., 18 décembre 1926.

48Dans les semaines qui suivirent, l’Osservatore Romano et L’Action Française se livrèrent une guerre d’arguties qui fit apparaître un manque total d’esprit de soumission de la part de la seconde. Adoptant un ton gallican dans une rubrique “Rome et la France”, le quotidien nationaliste mettait délibérément l’accent sur le caractère politique de la querelle, accusant l’organe romain de déformer la pensée de Pie XI qu’il prétendait incapable “d’avoir donné aux anonymes de la rue Germanicus […] à une petite bande d’agents simoniaques […] la liberté honteuse d’offenser des Français dans leur conscience de croyants et dans leur honneur d’homme70.” Cet orgueil et ce recours à une basse polémique concordaient mal avec le respect que Maurras prétendait ressentir envers le Saint-Siège. Il convenait mal aussi à son accord donné au même moment à l’interprétation du “Politique d’abord” proposée par Jacques Maritain dans sa défense des catholiques : “politique d’abord, dans l’ordre des moyens, non dans celui des fins71.”

49Pie XI ne pouvait tolérer plus longtemps que soient mis sur le même plan le Saint Siège et un parti politique, encore moins que le second convoque le premier à son tribunal. Lors de son allocution consistoriale du 20 décembre 1926, le Pape prononça l’interdiction faite “aux catholiques d’adhérer au programme comme à l’école de ceux qui placent les intérêts de parti avant la religion et font servir celle-ci à celle-là […] de soutenir, d’encourager et de lire les journaux publiés par des hommes dont les écrits s’écartent de notre dogme et de notre morale.”

  • 72 Ibid., 24 décembre 1926.

50Devant le danger, l’Action Française pouvait encore se soumettre. Mais la perspective en était insupportable à Maurras qui voyait dans son mouvement le rempart de la nation. Non sans provocation, l’Action Française. parut la veille de Noël 1926 barré d’un large titre : “Non possumus”, les mots par lesquels l’apôtre Pierre refusa d’abjurer sa foi devant la persécution romaine, avec cette explication : “L’acte de tuer l’Action Française est un acte non purement, ni même principalement religieux, c’est un acte politique au premier chef, acte qui porterait un grave préjudice à la France. Il lui serait nuisible mortellement. Favoriser cet acte serait trahir. Nous ne trahirons pas72.”

51Ainsi les catholiques d’Action Française refusent-ils de choisir entre leurs deux fidélités : catholiques et nationalistes, pour eux, c’est tout un. C’est en catholiques qu’ils affectent d’interpréter la décision du Pape comme le fruit de son seul pouvoir indirect et s’autorisent à ne pas lui obéir. C’est en nationalistes qu’ils affirment leur volonté farouche d’appartenance à une nation dont les valeurs chrétiennes forment le patrimoine. Le 29 décembre suivant, un décret du Saint-Office rend public le texte de la mise à l’Index des œuvres de Maurras du 29 janvier 1914 qui avait été suspendu par Pie X. Il y ajoute le quotidien L’Action Française “tel qu’il est publié aujourd’hui.” L’irréparable s’est donc produit entre le Vatican et l’Action Française : Maurras ne pourra plus désormais présenter son mouvement comme le rempart du catholicisme.

L’exemple discordant des aînés

52Jean et ses jeunes compagnons de La Gazette Française ont sous les yeux, pendant l’année 1927 où la condamnation pontificale ne fait que s’alourdir, l’exemple discordant des aînés : Maritain, Massis, Bernanos, d’Yvignac.

  • 73 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit.

53Pour Maritain, l’Action Française doit faire son examen de conscience. Le 24 décembre 1926, il confie à Massis : “Mon coeur va vers vous dans cette grande tristesse qui passe sur nous tous. On peut prévoir une série de déchirements sans fin dans le pays. Le non possumus de l’Action Française se justifie très bien humainement. Mais c’est encore et toujours du négatif. Et derrière les justifications humaines, n’y a-t-il pas des réalités plus profondes que nous devons tâcher de voir ? Sous la lettre de l’Archevêque de Bordeaux, qui apparaît comme manifestement entachée d’injustice, n’y a t il pas un esprit de justice qui frappe l’Action Française pour un tas de fautes et surtout d’omissions accumulées depuis des années73 ?”

  • 74 Ibid., p. 197.

54Bernanos insiste, pour sa part, sur la mission nationale des catholiques d’Action Française : “Dès lors que le Pape avait parlé, Maurras devait passer à l’arrière-plan ou plutôt (je m’exprime mal), on ne devait plus entendre que nous. Nos cris d’indignation et de douleur eussent sans doute amené à des éclaircissements, à des précisions indispensables […] La multitude des catholiques d’Action Française eut ainsi pris conscience d’elle-même en tant que force indépendante et le projet tout théorique de Maritain fut devenu une réalité vivante74.” Ainsi, dès l’origine, les deux hommes se placent-ils sur un plan différent, éthique pour Maritain, instrumental pour Bernanos, ce qui explique leur rapide divergence qui ne doit donc pas tout à l’aggravation de la crise entre Rome et l’Action Française. Maritain réagit en métaphysicien, Bernanos en militant.

  • 75 Jacques Maritain. “Lettre à Charles Maurras”, Études maurrassiennes, no 5, Deuxième partie, Aix-en- (...)
  • 76 “Lettre à Charles Maurras de cinq jeunes catholiques royalistes qui se désolidarisent du “non possu (...)

55Quoiqu’il lui en coûte, Maritain décide de se soumettre à la sentence pontificale et l’explique à Maurras dans une lettre du 11 janvier 1927 où il souligne le caractère “protestant” de la révolte de l’Action Française75 et le “scandale” qu’elle représente “pour beaucoup”, en particulier de le part d’un admirateur de l’autorité de l’Église. Au même moment, une partie de l’équipe de rédaction de La Gazette Française, avec Paul Gilson et Roger de Lafforest, s’adresse également à Maurras pour “lui faire respectueusement remarquer que cette attitude est en contradiction formelle avec ce que vous nous avez enseigné76.”

  • 77 Il en restera convaincu jusqu’à la fin de sa vie, ce qui ressort aussi bien de ses mémoires que de (...)
  • 78 Lors d’un entretien, le 11 janvier 1991, Jean Daujat m’a confirmé que les milieux d’Action français (...)
  • 79 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit., p. 156
  • 80 Amédée d’Yvignac, Les années 30, op. cit., p. 74
  • 81 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 17 février 1927.

56Désemparé par cette série de désaffections, Amédée d’Yvignac hésite, parvenant mal à se défaire du soupçon d’un complot démocrate-chrétien et briandiste contre l’Action Française77. L’Église ne s’est-elle pas prêtée à une stratégie de second ralliement ? Les événements se chargent de le tirer d’embarras : la modération de La Gazette. ayant attiré les critiques du camp maurrassien, d’Yvignac demande des explications à Bernard de Vésins. Celui-ci, chargé depuis le début de la crise des affaires religieuses du mouvement, justifie la résistance de l’Action Française par l’intervention de “trois très hautes autorités religieuses l’ayant conjuré de ne pas obéir au Pape pour le bien et le salut de l’Eglise78.” Et comme d’Yvignac ayant, selon le témoignage de Bernanos, reçu “une semonce publique de Maritain et de l’Abbé Lallement79”, rappelle la primauté de l’autorité pontificale, il lui est répondu que, dans ces conditions, l’Action Française préfère se séparer de La Gazette susceptible de représenter désormais, par rapport au mouvement, “une porte de sortie” pour les catholiques maurrassiens80. Dans La Gazette Française. du 17 février 1927, d’Yvignac proclame donc à son tour sa soumission à Rome : “La parole pontificale nous a fait un devoir de quitter cette obédience, celle d’Action Française, qui d’ailleurs ne se situait que dans l’ordre de l’action politique, non dans celui de la doctrine81.”

  • 82 Jacques Maritain, Primauté du spirituel, Plon, 1927.

57En juillet 1927, Maritain fait paraître Primauté du spirituel au Roseau d’Or. Il y livre un message d’une forte spiritualité, laissant son autonomie à la pratique politique, mais l’ordonnant à la “contemplation”, c’est-à-dire à la recherche d’un “seul esprit avec Dieu.” C’est au nom de cette exigence et donc de son pouvoir direct que le Saint Père, “Autorité vivante”, a condamné l’Action Française comme il l’a fait pour d’autres par le passé, “frappant tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.” Les chrétiens sont appelés à bâtir, avec l’aide de la doctrine thomiste, “un universalisme intégral développé dans la raison sous la lumière de la foi […] C’est à une expansion universelle de l’intelligence que nous sommes appelés par l’amour. Il est temps. L’âme demande à adhérer purement à l’absolutisme de la vérité et de la charité. Il doit venir des hommes libres de tout sauf de Jésus82.” Ainsi l’Intelligence n’a-t-elle ni parti, ni patrie. Vérité et Charité sont liées dans la lumière de la foi. Il n’y a qu’une façon universelle de vivre le catholicisme. Maritain résilie son abonnement à L’Action Française puis quitte La Revue Universelle, laissant la responsabilité de la rubrique philosophique à son élève Maurice de Gandillac. Avec l’abbé Lallement, il signera à la fin de 1927 un ouvrage collectif, Pourquoi Rome a parlé, qui fait de lui l’interprète de la pensée pontificale.

  • 83 Ceux de Mgrs Penon, de Llobet, Marty. Mgr Penon, le vieux professeur de Maurras, persistera jusqu’à (...)

58Face à ce qu’on ne tarde pas à appeler à l’Action Française “le groupe Maritain”, Henri Massis et Georges Bernanos choisissent le camp de la résistance. Ils sont imités en cela par de nombreux royalistes qui se retirent alors de l’Action Catholique et d’autres œuvres. La majorité des dirigeants de la FNC, Grousseau, Castelnau et Vallat en particulier, juge excessive la condamnation et ne se prive pas de le faire savoir. Le journal La Croix, sans prendre ouvertement leur parti, évite de les blâmer et se contente de publier les déclarations officielles du Vatican. Une déclaration de loyauté exigée par l’Église de tous les ordinaires début mars demeure incomplète, certains noms persistant à manquer83.

59Ce climat de sympathie ne pouvait qu’encourager L’Action Française à durcir sa position. Elle ne tardera pas à répondre au livre dirigé par Maritain par un autre ouvrage : Comment Rome est trompé. Effrayé par l’ampleur de cette rébellion dans le clergé comme chez les laïcs, Pie XI s’était entre-temps résigné à prendre des mesures extrêmes : le 8 mars, un rescrit de la Sacrée Pénitencerie prévoyait que les ecclésiastiques coupables d’encourager la fréquentation du mouvement pourraient être suspendus a divinis, les séminaristes interdits de séminaire, les laïcs privés de sacrements et de la sépulture chrétienne.

  • 84 Georges Bernanos, lettre à Henri Massis, 28 mars 1927, citée par Jean de Fabrègues in Bernanos tel (...)

60Tandis que le quotidien nationaliste ouvrait une rubrique intitulée “Sous la terreur” et que le mouvement publiait, en forme de règlement de comptes L’Action Française et le Vatican, Georges Bernanos écrivait à Massis : “Vous devez avoir de la peine aujourd’hui comme moi. C’est l’instant ou jamais de nous souvenir que notre Père est dans les cieux. Que peut-il nous arriver de pire ? Quel plus grand effort a jamais été fait pour arracher, pour déraciner des âmes ? Je meurs de honte et de dégoût. J’ai peur de ces gens d’Église tout écumants. Je mets mes deux mains sur les yeux pour ne plus les voir. Je ne veux plus être qu’un pauvre pécheur dans les plis du manteau de Notre-Dame. Qui viendra nous chercher là84 ?”

Défense de l’Occident

  • 85 Le concept d’Occident n’appartient pas aux catholiques maurrassiens. De nombreux ouvrages l’utilise (...)
  • 86 Henri Massis, Les Cahiers de littérature et de philosophie, Cinquième Cahier. 1928.

61Cette même année 1927, Henri Massis publie au Roseau d’Or sa Défense de l’Occident, hymne à l’irremplaçable valeur de la civilisation chrétienne et occidentale face aux doctrines idéologiques et religieuses venues d’Asie85. Appuyant le lancement des Cahiers. de Jean Pierre Maxence, il s’écrie : “Tradition, culture, lumière, tout ce que nous avons reçu en partage, renoncera-t-il à exercer ses bienfaits ? Il y a l’unité morale de l’Europe à refaire, les conditions d’un langage commun à retrouver, la philosophie de l’ordre à répandre, la notion de l’homme et de Dieu à rendre manifeste dans les idées et dans les mœurs. Pour restaurer ces grands biens spirituels qui sont perdus, la France est la plus nécessaire de toutes les nations86.”

  • 87 Henri Massis, Mourras et notre temps, op. cit., p. 170.
  • 88 C’est en 1926/1929 que sont lancés les mouvements catholiques spécialisés, Jeunesses Ouvrière, Agri (...)

62Aux yeux de ces catholiques nationalistes, c’est à l’âme de la France et à celle de l’Occident que l’Église a porté atteinte. En condamnant l’Action Française, elle livre la civilisation chrétienne aux dangers du laïcisme et de l’athéisme. Massis accuse Maritain “d’avoir changé trois fois de position doctrinale, cherchant d’abord les conciliations possibles, expliquant ensuite l’intervention romaine en fonction du pouvoir indirect puis en fonction du pouvoir direct87”. A l’inspiration théologique et religieuse de Pie XI qui souhaite dégager l’Église du piège du pouvoir pour en faire une force d’animation spirituelle et sociale88, s’oppose la démarche culturelle et politique de catholiques qui craignent la capacité de destruction d’un État libéral devenu tout-puissant. Pour eux, le “Politique d’abord” ne vise qu’à prévenir la destruction du religieux.

  • 89 Le manuscrit n’est pas daté.

63Jean de Fabrègues est sensible à ce message. Lui aussi enrage de voir interdite, avec une si grande sévérité, la seule doctrine capable à ses yeux de relever et protéger la civilisation française et occidentale. Il consacre un roman demeuré inédit à l’ensemble de ces évènements89. Toute sa révolte contre des mesures qui condamnent les valeurs d’une grande partie de la droite catholique et punissent parfois les plus vieux serviteurs de l’Église, apparaît dans ce récit.

  • 90 Jean de Fabrègues, Les corps portent les âmes, manuscrit inédit. L’auteur fait ici référence à la p (...)

64Les corps portent les âmes (c’est le titre du manuscrit) met en scène l’un de ces gentilshommes frappé par les sanctions ecclésiastiques, Armand de Verménil, descendant d’une famille catholique et royaliste du sud de la France et dont la vie n’a été qu’une longue fidélité à la tradition monarchiste et chrétienne : “Comme chaque matin, depuis tant d’années, M. de Verménil gagna la table sainte […] Soudain il eut dans l’oreille le bruit des pas remontant vers l’autel […] Le coup ne le surprenait point : il avait vu la veille que l’Abbé Magnin s’était enquis de savoir s’il recevait toujours L’Action Française. […] La messe dite, son action de grâces achevée, le prêtre passa près de M. de Verménil. Il était à dix pas quand monta du parvis, sous l’immense voûte, l’écho de la voix du vieillard : Monsieur l’Abbé, vous êtes un imposteur ! […] Sur la place, il eut un long regard sur sa cathédrale. Combien de Verménil y étaient venus pour le baptême, pour le mariage, pour la communion, pour la mort ? Et lui-même, il se souvenait de cette longue journée bivouaquant derrière les grandes portes closes. Il était encore député : le préfet n’avait pas osé le heurter de front90.”

  • 91 Xavier Vallat, Le nez de Cléopâtre. Souvenirs d’un homme de droite. (1918/1945), Les Quatre Fils Ay (...)

65Dans la peinture de ce vieillard trahi par son Église après l’avoir été par le gouvernement de son pays, Jean s’est inspiré de multiples témoignages rapportés dans les milieux de droite catholique, dont un homme comme Bernanos, par exemple, n’était pas avare. La Varende brosse un tableau semblable dans ses Manants du Roi. Jean. avait d’ailleurs sous les yeux l’exemple même de ce type d’homme en la personne de Bernard de Vésins : “descendant d’une vieille famille rouergate […], prototype de ces gentilshommes de province pleins d’honneur et de bravoure, ne connaissant qu’une consigne, le service de la France, lecteur passionné de Bonald, de Blanc de Saint-Bonnet et de La Tour du Pin, catholique fervent […] venu à l’Action Française avec enthousiasme parce qu’il trouvait dans sa doctrine la synthèse harmonieuse de sa fidélité au Roi, de son goût de justice sociale et des ses croyances91.”

  • 92 Jean de Fabrègues, Les corps portent les âmes, Ibid.
  • 93 Jean de Fabrègues. ibid.

66La suite de l’histoire éclaire mieux encore la mentalité de ce milieu catholique intransigeant que Jean souhaite dépeindre. Le fils d’Armand de Verménil, Donatien, s’est engagé dans la carrière politique. Il a épousé une demi-juive, Aymée, qui l’a introduit dans le monde de la finance et guidé vers la sphère du pouvoir. Mais cette ascension s’est faite au prix du sacrifice de sa foi chrétienne. De cette faute découlera l’échec familial, la mort de ses deux fils, sa lucidité tardive quant à la vanité de sa réussite, puisque : “Les corps portent les âmes […] Bailleurs commence dans l’ici, l’au-delà dans la joie d’aujourd’hui92.” C’est l’univers libéral et capitaliste que le roman condamne à travers celui des affaires et de la politique symbolisé par la bourgeoisie et la fortune israélite. A Aymée qui s’écrie : “Nous aussi nous avons été des bâtisseurs. Nos guerres, nos croisades, c’est la banque qui nous les a donnés !”, son beau-père réplique : “Nous avions donné du sang, vous avez cru tout faire avec de l’argent93.”

  • 94 Dans La Grande Peur des bien-pensants qui paraît chez Grasset en 1931.

67Jean se révèle ici l’expression d’une tradition catholique légitimiste, contre-révolutionnaire, anticapitaliste et antisémite, à la manière d’un Drumont dont Bernanos va bientôt ressusciter les incriminations de La France Juive94. En sous-titre de son roman figure cette citation de l’Ecclésiaste : “Celui qui creuse une fosse y tombe. Celui qui rompt une haie, le serpent le mord.” Donatien de Verménil a piétiné ses valeurs ancestrales, il en paie le prix par l’extinction de sa race. Jean revendique ici le caractère intransigeant du catholicisme comme condition de sa survie. A trop pactiser avec le siècle, les libéraux lui font courir un risque de mort.

III. Le refus du dilemme

68Une telle attitude laisserait à penser qu’entre l’exemple de Maritain d’une part, celui de Bernanos et de Massis de l’autre, le jeune-homme n’a pas eu grand mal à se déterminer. Il ne faut cependant pas faire fi du dilemme dans lequel l’enferme la condamnation de l’Action Française. Ce sont ses vingt ans qu’il a engagés derrière Maurras, tout son parcours personnel et professionnel, son idéal intellectuel. Quant à désobéir au pape, cela signifie remettre en question son appartenance au catholicisme, la religion qu’il a apprise de sa mère, l’expression même de sa foi chrétienne. Entre ces deux exigences, Jean se refuse à choisir : l’ordre politique ne saurait se concevoir sans une inspiration spirituelle, ni la survie du catholicisme, au fondement de cet ordre, sans l’Action Française. Le pape ne peut l’ignorer. Il suffit de lui faire savoir que les catholiques maurrassiens ne cherchent pas leur doctrine religieuse chez Maurras.

69Après la condamnation pontificale cependant, l’Action Française perd une grande part de son influence dans les milieux catholiques et universitaires. Où porter sa croisade à partir du moment où un organe comme La Gazette Française se sent forcé de répudier son orientation politico-religieuse ? Reprenant la direction proposée à Pie XI par les Étudiants d’Action Française dans leur adresse, Jean partage ses activités entre les Étudiants d’Action Française et la recherche d’un “ordre social chrétien” dans le cadre de l’Union des Corporations Françaises. Cette première promotion dans les activités du mouvement maurrassien est facilitée par l’obtention de sa licence de lettres.

Défendre une Action Française en déclin

  • 95 Vingt mille abonnés à L’Action Française contre vingt-quatre mille au Populaire in Eugen Weber, L’A (...)
  • 96 Roland Alix était l’ancien président du “Club du Carrefour” proche des démocrates populaires.

70La condamnation de 1926 ne met pas le mouvement maurrassien immédiatement en péril. Toutefois, la baisse de son influence se fait sentir dès 1928, tant dans les abonnements au quotidien que sur la jeunesse intellectuelle. Selon Eugen Weber, l’Action Française possède moins d’abonnés en 1930 que Le Populaire socialiste95. Fin 1928, début 1929, une “enquête auprès des étudiants d’aujourd’hui” paraît dans Les Nouvelles Littéraires, sous les signatures de Gérard de Catalogne et de Roland Alix, un peu à la manière d’Agathon. Or, contrairement à l’enquête de Massis dix ans plus tôt, celle-ci manifeste le déclin de la prééminence de la pensée de Charles Maurras. Malgré les dénégations de Maurice de Gandillac dans L’Étudiant Français et la démission de Gérard de Catalogne, accusant Roland Alix de partialité en raison de ses sympathies démocrates96, les conclusions de la recherche semblent bien exactes. Elles sont confirmées par la montée, au quartier latin, de nouveaux groupes, comme les Phalanges universitaires, qui supplantent les Camelots du Roi.

  • 97 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 89.

71Cet affaiblissement de l’Action Française résulte aussi de la vigueur des attaques venues du camp libéral. Contre l’ennemi enfin démasqué, un des auteurs les plus attachés à démontrer l’existence du “Sodalitium Planum”, Nicolas Fontaine (alias Louis Canet) n’a pas d’accusations assez dures dans son ouvrage paru en 1928 : Saint-Siège, Action Française et catholiques intégraux. Francisque Gay mène comme une croisade sa conquête de l’opinion dans La Vie Catholique. A Pâques 1929, il organise un pèlerinage à Rome pour réparer les outrages faits au pape par une fraction de la jeunesse française. Les critiques de la revue dominicaine, La Vie Intellectuelle, contre le “Politique d’abord”, renvoient les catholiques demeurés maurrassiens à la seule action sociale. Dans la fidélité de Jean à Maurras pourraient donc compter aussi des sentiments d’honneur bafoué et d’injustice, nourrissant un refus de la condamnation d’une œuvre qu’il admire. Il rejoindrait l’analyse de Bernanos convaincu d’avoir à défendre “la grande âme écrasée” et de devoir rester “avant tout […] fidèle, question d’honneur97.”

  • 98 La Gazette Française, janvier 1929.
  • 99 De son véritable nom Spoturno, ce riche parfumeur avait acheté Le Figaro, en 1923, puis Le Gaulois.(...)

72Amédée d’Yvignac a fait prendre, dès 1927, à La Gazette Française le tournant de la soumission aux directives pontificales. Mais il tient à lui garder son étiquette royaliste, espérant ainsi offrir aux catholiques anciennement maurrassiens la porte de sortie redoutée par Vésins. La revue se donne pour le “seul organe royaliste français qui n’aboie pas aux évêques98.” Petit à petit, cependant, la plupart des anciens rédacteurs s’en vont : La Gazette est devenue politiquement compromettante, aussi bien pour les soumis, puisqu’elle ne se rallie pas à la République, que pour les résistants, n’étant plus maurrassienne. Massis et Bernanos s’en écartent. Maritain lui reste d’abord fidèle puis s’éloigne après 1928. La revue survit mal en dépit des soins d’Antoine de La Bouillerie qui prend sa direction en novembre 1930. Elle disparaît le 28 décembre suivant. Grâce à l’aide de Paul Bourget, Amédée d’Yvignac a trouvé entre temps refuge à L’Ami du peuple, quotidien que vient de fonder François Coty99. Honorable mais décevante issue d’une carrière qui aurait dû le conduire à l’un des postes clés de l’Action Française.

  • 100 Entretien de l’auteur avec A d’Yvignac, 11 février 1987.

73Parmi les jeunes collaborateurs de La Gazette, deux camps se forment en 1927/1928 : le premier, celui de Jean Daujat et Jean-Pierre Maxence (il signe alors Jean Maxence), qui suit Maritain dans sa soumission à Rome en rompant officiellement avec l’Action Française et reste à la revue ; le second, celui de Jean de Fabrègues et de Maurice de Gandillac, qui quitte La Gazette et demeure proche du mouvement maurrassien. Clairement marquée au début, la différence entre les deux groupes tend ensuite à se brouiller, Gandillac s’éloignant de Fabrègues et Maxence s’en rapprochant en 1929 et 1930. Amédée d’Yvignac ne pardonnera pas à Jean son départ, l’interprétant comme l’expression d’un souci carriériste. Évoquant cette période des années plus tard, il traitera de “petite vipère” ce jeune collaborateur qu’il soupçonnait de vouloir prendre sa place auprès de Maurras100.

Un engagement plus intense dans le mouvement

  • 101 Le dossier de Jean d’Azémar trouvé aux Archives Nationales, malgré le caractère incomplet du Fonds (...)

74Il est vrai que Jean, loin de s’écarter de l’Action Française, y multiplie les interventions : il reste membre des Étudiants d’Action Française et se fait conférencier à l’Union des Corporations Françaises. Le mouvement ne dédaigne pas la collaboration de ce jeune philosophe qui vient de passer son dernier certificat de licence en Sorbonne à la session de juin 1927101.

75Cette intensification de son activité militante contraste avec l’apaisement de la vie politique et sociale au même moment. C’est en effet le temps de la stabilisation autour des modérés que les élections législatives de 1928 ont affermis au pouvoir et de la gestion de Poincaré. La croissance s’accompagne de l’amélioration de la protection sociale avec le vote, en 1928, de la première grande loi garantissant les salariés modestes contre les principaux risques. Le pacifisme triomphe, au plan international, avec la signature du pacte Briand/Kellogg. En matière religieuse, une meilleure tolérance du gouvernement amène l’autorisation des congrégations missionnaires et la restitution aux associations diocésaines du reliquat des biens dévolus aux cultuelles en 1906.

76Mais Jean ne se fait pas l’écho de ces progrès. Pour lui, les mesures ne vont pas dans la bonne voie. Le pacifisme briandiste n’est que le voile jeté sur une politique d’abaissement national. 11 s’inquiète de la montée des communistes aux élections de 1928, de leurs menées dans l’armée, et de leur vogue parmi les intellectuels. Les améliorations de la législation sociale vont à l’encontre de l’accession à la propriété de la classe ouvrière que proposait le député Xavier Vallat. Comme l’Action Française, il est aussi sensible aux querelles partisanes et aux compromissions que recouvrent les accords politiques. La prospérité n’est que financière et sert une bourgeoisie capitaliste et une classe parlementaire dont les sordides calculs font scandale : ceux de l’ancien ministre Klotz, de Marthe Hanau en 1928, bientôt d’Oustric en 1930. La tolérance religieuse de Poincaré ne lui suffit pas. Seule la restauration d’un ordre politique et social chrétien peut faire pièce à l’individualisme, au matérialisme et au communisme qui mettent la France en péril. Une telle œuvre résultera des efforts des catholiques d’Action Française.

  • 102 Le 1er février 1927, l’ACJF déclare qu’aucun de ses membres ne pourra désormais participer à un mou (...)
  • 103 Jean de Fabrègues, Henri Babize, Louis de Condé, Maurice de Gandillac, Michel Sépulchre, Bulletin m (...)

77Rencontrant l’hostilité de l’Association Catholique de la jeunesse Française102, Fabrègues, Gandillac et l’association des Chevaliers de Saint Michel envoient, par l’entremise du Bulletin de la Ligue des Nations où ils ont gardé une chronique, un message à l’ACJB (Action Catholique de la Jeunesse Belge) rappelant leur action et les principes qu’ils défendent. La nouvelle orientation de l’Église y est interprétée comme la poursuite du “souhait de Léon XIII : Voir pénétrer dans tous les ordres de l’État et y recevoir leur application les principes chrétiens. Le temps n’est plus où certains catholiques pouvaient admettre que la religion était affaire purement individuelle : Rome, une fois de plus, l’a proclamé à la face du monde, le Christ est le Roi des nations et de toute société comme il l’est des hommes. Il n’est plus question de pactiser avec le siècle ou d’accorder l’Église avec les libertés modernes. Nous nous tenons fermes à la vérité, à l’enseignement constant de Rome103.”

  • 104 Julien Benda, La Trahison des clercs, Grasset, 1927.
  • 105 Jean d’Azémar, Notes, Verdun, septembre, sans précision d’année, vraisemblablement 1929.

78Pour les catholiques d’Action Française, l’heure est plus que jamais venue de l’engagement au sens le plus large du terme. C’est le désengagement du politique qui constitue à leurs yeux la véritable Trahison des clercs, contrairement à ce que prétend démontrer le livre de Julien Benda paru en 1927. Celui-ci condamne en effet l’engagement des intellectuels dans les passions “dites politiques […] dont les principales sont les passions de race, les passions de classes, les passions nationales104.” Concluant que les intellectuels catholiques de droite sont les premiers visés, Jean accuse à son tour les penseurs qui se veulent “détachés de la vérité et du réel105” d’être les véritables traîtres. La crise de l’esprit provient d’une trahison de l’esprit.

  • 106 Robert Aron, Arnaud Dandieu, Décadence de la nation française, Rieder, 1931, p. 73.
  • 107 Jean de Fabrègues, Le mouvement des idées de 1919 à 1948, in Trente ans d’histoire (1918-1945), ouv (...)
  • 108 Georges Bernanos, “Discours aux Étudiants d’Action Française”, L’Étudiant Français, 25 décembre 192 (...)

79Dans Décadence de la Nation française, publié en 1931, Robert Aron et Arnaud Dandieu ne diront pas autre chose : “La fuite devant le concret, voilà la véritable trahison des clercs, celle dont la lâcheté idéaliste menace la France et le monde106.” Des années plus tard Fabrègues confirmera : “Des maîtres intellectuels incapables d’étreindre les vrais problèmes humains, les vrais problèmes de la vie, voilà la véritable trahison des clercs107.” En décembre 1928, il acquiesce avec passion à l’appel lancé par Bernanos aux Étudiants d’Action Française d’avoir à se battre contre “un opportunisme dégradé où se réconcilient l’homme d’affaires, le moraliste, le prêtre et le politicien […] où, sous le nom de démocratie, d’internationalisme, de progrès social et de pacifisme, les puissance de l’Or et celles de l’Esprit s’efforcent de se joindre108.”

Pour un réalisme catholique de droite

80Aussi le jeune homme se charge-t-il de l’organisation des conférences aux Étudiants d’Action Française et à l’Union des Corporations Françaises dans le souci d’intervenir au cœur même de la conception du combat politique. Il y insiste sur la nécessité du réalisme.

  • 109 Le livre est publié par les éditions de Georges Valois en 1929.

81L’insistance sur ce thème traduit d’abord un effet de mode. Déjà présent dans l’enquête d’Agathon, il rend un son “moderne” qui s’impose à l’ensemble des jeunes intellectuels, transcendant les opinions politiques. A la fin des années vingt, il est devenu, pour une jeunesse assoiffée de réformes, synonyme de renouveau. C’est en ce sens que Jean Luchaire, un des fondateurs du jeune parti radical, se flattera d’appartenir à Une génération réaliste109.

  • 110 Henri Reynald de Simony, “Le réalisme de notre temps”, Les Cahiers, lie série, no 2, 1929.
  • 111 Jean Maxence, “Le réalisme de Notre Temps”, Les Cahiers, IIe série, no 2, 1929.

82Pour les jeunes catholiques de droite, le concept revêt toutefois aussi une signification contestataire. Ceux qui ont été proches de l’Action Française, les rédacteurs des Cahiers. de Maxence par exemple, n’ont que mépris pour ce qu’ils estiment être “un faux réalisme” de la part des républicains. Sous leur volonté de progrès européen et économique, ils incriminent leur pacifisme et leur affairisme. Ainsi Henri Reynald de Simony évoquant “ceux des États-Unis d’Europe, de l’Union Économique et Douanière ; ceux de Paris et ceux de Genève, les comptables de la BOP et les comptables de la République110.” et Maxence, comme son frère Robert Francis, assimilant un tel réalisme à un pur et simple matérialisme : “L’amour, l’amitié, la méditation, la prière disparaissent devant la machine et les aperçus démographiques. Et l’intelligence ne sert plus guère qu’à chanter les progrès techniques111.” De cette “crise de l’esprit” dénoncée par Maxence en 1929, Jean de Fabrègues saura se souvenir lorsqu’il lancera Réaction et son appel à remédier à une crise de civilisation l’année suivante.

83Déjà cependant, et malgré leurs divergences du moment à l’égard de l’Action Française, Fabrègues et ses amis ne sont pas sans rejoindre les critiques d’affairisme et de technocratisme faites par Les Cahiers au réalisme des radicaux. Mais ils vont plus loin, en proposant une interprétation positive du concept où se répondent la pensée maurrassienne et la doctrine catholique. Le réalisme consiste, pour eux, à reconnaître l’adéquation de l’ordre naturel, tel qu’il est appréhendé par la méthode maurrassienne, avec l’ordre temporel, tel qu’il est apprécié par l’Église. Ainsi l’empirisme organisateur et la prise en compte des enseignements de l’histoire serviraient-ils la conception catholique de l’homme, voulu par Dieu à son image, mais blessé par le péché. Pensée maurrassienne et doctrine catholique aboutiraient à un même système de valeurs et à une même organisation de la société.

  • 112 Seule l’invitation envoyée à l’occasion de cette conférence a été conservée par Jean.
  • 113 Maurice de Gandillac, lettre à Jean de Fabrègues, 5 mai 1927.

84Tel est le sens de la conférence que Jean donne le 13 janvier 1927 à l’Action Française : “Une leçon de réalisme : Bonald”112 ou de la prestation que propose au printemps suivant Maurice de Gandillac. Le jeune normalien vient, lui aussi, d’obtenir sa licence de philosophie. En juin 1926, il a publié aux Cahiers d’Occident un article intitulé : “Le réalisme politique de Saint Thomas d’Aquin.” C’est le sujet qu’il propose à son camarade le 5 mai 1927, admettant que “décidément, réflexion faite”, il ne voit plus “aucune opposition à ce que sa conférence soit faite rue Saint André.” Son propos vise à montrer clairement les points communs des principes politiques maurrassiens et de la doctrine thomiste. “Fixez-moi une date afin que je puisse rédiger mes notes pour les soumettre à Maurras”, poursuit-il. Toutefois et contrairement à son ami, Gandillac tient à garder un certain anonymat : “Je ne tiens pas à ce que mon nom paraisse dans L’Action Française ni qu’on en parle à ceux de nos amis qui ont pris une attitude hostile à l’Action Française (Daujat par exemple) et le groupe Maritain ou Gazette113.” Cette prudence illustre la désorientation des jeunes catholiques de droite à cette période. Un grand nombre d’entre eux, alors disséminés entre La Gazette Française, Les Cahiers, Les Cahiers d’Occident, se retrouveront autour de Jean de Fabrègues et de son mouvement Réaction, lorsque ceux-ci auront pris leurs distances à l’égard de Maurras.

A l’Union des Corporations Françaises

85Pour l’heure, et tout à ce combat pour la victoire d’un réalisme politique fondé sur les principes catholiques et la méthode maurrassienne, Jean donne sa première conférence à l’Union des Corporations Françaises le 4 février 1927. Une autre suivra le 26 mars 1928.

  • 114 De son véritable nom Georges Gressent, cet autodidacte qui avait voyagé partout dans le monde avait (...)

86Lorsqu’il entre dans l’organisation, celle-ci est déjà orpheline de son fondateur, Georges Valois, depuis trois ans114. Avec Jacques Arthuys, Firmin Baconnier et Georges Coquelle-Viance, il avait lancé en mars 1920 la Confédération de l’Intelligence et de la Production Française afin de rebâtir l’économie du pays sur une base corporative. Son entreprise avait attiré l’intérêt d’un certain nombre de patrons, comme Eugène Mathon, propriétaire d’un groupe d’usines textiles dans le Nord. En 1924, la CIPF était devenue l’Union des Corporations Françaises (UCF). Mais, l’année suivante, la rupture était consommée entre Valois et Maurras. Accusé de faire concurrence à l’Action Française, Valois voyait son journal Le Nouveau Siècle et ses légions devenues Faisceau mis au ban des nationalistes. A partir de 1927, Valois tournera ses recherches vers la gauche d’où étaient venues ses premières intuitions au temps des travaux du Cercle Proudhon et le Faisceau disparaîtra en 1928.

  • 115 Les chiffres concernant les centres d’information sont donnés par Eugen Weber in L’Action Française (...)
  • 116 En 1871, Albert de Mun et le marquis de La Tour du Pin fondent l’Œuvre des Cercles Catholiques d’Ou (...)

87Mais la dissidence de Valois affaiblit intellectuellement l’Action Française dont il était un des rares économistes. De l’équipe fondatrice seul Firmin Baconnier est resté, la présidence étant assurée par le propriétaire des poêles Salamandre, Pierre Chaboche. A l’arrivée de Jean en 1927, il n’est donc plus question d’aventure et de créativité en matière économique et sociale mais seulement de remettre l’UCF sur les rails d’un corporatisme non révolutionnaire. La propagande ne s’en intensifie pas moins à travers l’ouverture de centres d’information dont le nombre se multiplie en province, passant de vingt-six à quatre-vingt-neuf entre 1927 et 1928 et la parution d’un mensuel, La Production Française, auxquels s’ajoute un bi-mensuel, Les Cahiers de la Corporation, publiant in extenso les textes des conférences115. On y expose les solides recettes du corporatisme catholique de La Tour du Pin116 auxquelles Maurras adhère sans discussion.

88Ce choix convient à Jean qui y retrouve le respect de l’ordre naturel prôné par les encycliques de Léon XIII et sa mise en garde contre les idéologies libérale et socialiste. Il fait sienne l’idée de promouvoir la propriété ouvrière et de réconcilier patronat et syndicats dans une hiérarchie professionnelle rendue à son sens exclusive ment fonctionnelle. L’organisation sociale corporative qui reproduit l’ordre familial, du village à la région et de l’échoppe à l’entreprise industrielle, pour se sublimer en un État monarchique protecteur et garant du bien commun, répond à ses exigences politiques et religieuses.

  • 117 Jean de Fabrègues, “La Cité antique”, Les Cahiers de la Corporation, no 4, 4 février 1927.

89Pour sa première intervention, le 4 février 1927, le jeune orateur choisit le thème de “La Cité antique”, conduisant une réflexion autour de l’ouvrage de Fustel de Coulanges paru en 1864. Cet intérêt de l’Action française pour la pensée de l’historien ne se démentira pas. Elle donne naissance l’année suivante à la création par Henri Boegner du Cercle Fustel de Coulanges chargé de convertir les milieux de l’enseignement aux idées corporatistes. Lors de cette conférence à l’UCF, Jean reprend la célèbre théorie de l’historien selon laquelle, dans la cité antique, le sentiment religieux fondait l’ordre familial et social. Il nourrit son argumentation de thèmes chers à Maurras (rejet de la démocratie, du parlementarisme et de la toute-puissance de l’État) et à Maritain (thomisme, référence à la personne). Cependant, la cité antique a succombé sous le poids d’un “vice profond, un vice fondamental, l’esclavage”, méconnaissance de “la dignité essentielle de la personne humaine commune à tous.” C’est là sa différence avec “notre civilisation chrétienne117.”

  • 118 Ibid.

90Et Jean d’ironiser, faisant référence aux accusations portées quelques mois plus tôt envers l’Action Française par le cardinal Andrieu : “Permettez-moi de remarquer en passant, avec un sourire, mais un triste sourire qui cache beaucoup de douleurs, combien nous venons de répondre, sans le vouloir, aux incroyables accusations de Mgr de Bordeaux118.” On devine l’intérêt d’un tel témoignage pour l’Action Française en ces temps de dénigrement par Rome de son apport politique.

  • 119 Ibid.

91Quelles leçons tirer pour aujourd’hui de l’expérience des Anciens ?, s’interroge le jeune catholique maurrassien : que la “conception religieuse (et non) le consentement des foules” base l’association des hommes ; que l’harmonie sociale résulte d’une “hiérarchie des groupes sociaux prouvée expérimentalement quinze siècles avant qu’un Saint Thomas vint le démontrer à tous” ; qu’il est impossible “de ne pas donner aux associations de toutes origines une part importante dans la conduite des affaires”, sans tomber dans une société “où l’homme est entièrement au service de l’État, où la personne humaine n’a aucun droit, aucune liberté” ;. qu’il est nécessaire enfin de fonder l’ordre social “non sur l’individu qui ne représente rien, mais sur la famille.” Et d’achever sa démonstration par une évocation de la décadence antique préfigurant à ses yeux celle de la Troisième République : “Elle se livrera aux gabegies de l’éloquence parlementaire. Elle oubliera la nécessité d’une autorité supérieure aux hommes119.”

92Le rejet de la démocratie républicaine est d’autant plus marqué chez Jean à cette époque qu’il lui reproche sa complicité avec le communisme. C’est l’autre thème de ses conférences à l’UFC. En 1927, l’Internationale communiste impose aux partis nationaux la tactique classe contre classe, c’est à dire l’ordre de combattre l’ensemble des partis bourgeois donnés pour fascistes, qu’ils soient conservateurs ou socialistes, le fascisme étant considéré par l’Internationale communiste comme la phase finale du capitalisme. En France, les manifestations de rue s’ajoutent aux articles de presse, les critiques communistes s’organisent contre l’armée, la colonisation et, plus généralement les valeurs nationales.

  • 120 J.P. Maxence, Histoire de dix ans, op. cit.
  • 121 Jean de Fabrègues, “L’erreur communiste”, Les Cahiers de la Corporation, 26 mars 1928.

93Le 23 août 1927, une émeute communiste marque particulièrement l’opinion par son caractère sanglant et provocateur. J.P. Maxence se souvient avoir vu des manifestants “cracher sous l’Arc de triomphe sur la tombe du soldat inconnu120.” Jean est saisi de colère et de frayeur : “Lorsque, le 23 août dernier, des troupes armées sont apparues soudain en plusieurs points du centre de Paris à l’ordre reçu des faubourgs, on a pu comprendre que le danger si souvent dénoncé n’était pas un mythe. La révolution est chez nous, c’est un fait. Elle a ses représentants au Parlement, pour quelques-uns amis de nos gouvernants. Elle a son torchon de haine et de guerre sociale. Le gouvernement démocratique n’y touche et n’y touchera pas121.” Le pouvoir réagit pourtant, après l’accusation lancée de Constantine par Albert Sarraut : “le communisme, voilà l’ennemi !”. Les députés Cachin, Doriot et Vaillant-Couturier sont incarcérés en janvier 1928 pour incitation de soldats à la désobéissance.

  • 122 Ibid.
  • 123 Ibid.

94Mais ce ne sont pas de telles mesures qui feront changer Jean d’avis. Pour lui, entre démocratie et communisme, la collusion est trop profonde. Les deux systèmes dérivent du libéralisme : à l’image de celui-ci, le marxisme considère l’homme “comme une machine à produire et oublie son esprit122.” La “sociologie marxiste (vise) à supprimer tout ce qui s’oppose à la marche de l’évolution historique”, et Jean cite : la famille, le métier, les cadres communaux, provinciaux, nationaux. Or, constate-t-il, les promoteurs de la démocratie ne tiennent pas un autre discours : “Remarquons la parenté de ce point de départ avec celui de Rousseau. C’est la société qui a corrompu l’homme et il faut l’empêcher de continuer.” Comme le marxisme, la démocratie découle bien du système libéral : “En ôtant au travailleur les protections naturelles contre le malheur possible, en tranchant les liens qui lui faisaient sentir sa solidarité avec le bien commun, il l’a préparé à se croire isolé, paria, prolétaire.” Dans sa “morale d’intérêts, sa mystique du prolétariat”, enfin, le marxisme dérive directement de la tradition révolutionnaire : “C’est l’homme fait Dieu pour l’homme […] Là encore la logique marxiste pousse à ses dernières conséquences la grande tradition individualiste123.”

  • 124 Ibid. L’économiste allemand Werner Sombart rattachait au judaïsme l’apparition du capitalisme, nota (...)
  • 125 Voir sur ce point Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.. p. 278.

95Morale d’intérêts, individualisme, voilà des thèmes qui, dans l’esprit de Jean, rappellent les accusations de Drumont et ses propres interprétations romanesques contre le peuple juif : “La révolution russe (qui est l’aboutissement) de l’erreur communiste [… ], n’a pas été une révolution de classe, moins encore une révolution prolétarienne (mais) un mouvement d’esprit et de race […] Elle est le fait d’intellectuels énervés, de juifs possédés de l’éternelle colère de leur race, de chinois passifs et de brigands de tous genres. Les juifs marxistes, écrit Sombart, ont conçu et médité le système, les tartares l’ont mis à exécution, les slaves le subissent. Il n’est pas nécessaire de rappeler ici que les neuf dixièmes des chefs bolchevistes sont juifs124.” La critique conduite par Jean de l’individualisme démocratique et du communisme, ses commentaires antisémites et xénophobes, viennent en droite ligne des positions de l’Action Française à ce moment. Ils coïncident avec le discours que Georges Bernanos tient alors aux Étudiants d’Action Française dans ses conférences sur Drumont qui lui fournissent les premières bases de La Grande Peur des bien-pensants125.

 

96Ainsi, alors même que l’Action Française voit décroître son règne dans la jeunesse intellectuelle, Jean s’investit toujours plus dans le mouvement. Il a quitté La Gazette Française, dont l’orientation devenue strictement royaliste ne comble plus son besoin de cohérence intellectuelle entre politique et religieux. Les Chevaliers de Saint Michel, qu’il s’efforce d’animer encore quelques temps avec Maurice de Gandillac, ne survivent pas aux années vingt. Sa conception de l’engagement le jette dans une activité de conférencier au service de l’Action Française. Il s’efforce de proposer un ordre alternatif à celui de la démocratie qu’il accuse d’être individualiste et de se transformer en fourrier du communisme. Toute la faute retombe à ses yeux sur le libéralisme.

  • 126 Jean d’Azémar, notes non datées.
  • 127 Bulletin de la société des Amis de Georges Bernanos, no 17 à 20, Noël 1953.

97Pendant ce temps, Jacques Maritain s’éloigne du mouvement nationaliste. Il se rallie totalement à la recherche d’ouverture au siècle de l’Église. Jean parle à son propos d’“abandon”126 et se tourne vers un nouveau maître : Bernanos. Tous deux partagent la même certitude de l’existence d’un ordre catholique dont Maurras aurait su percevoir la nécessité sans en comprendre le sens. En condamnant la pensée maurrassienne, Rome a porté atteinte à l’œuvre et ouvert la voie à l’anarchie. C’est Bernanos qui fournit la meilleure clé de la désobéissance de Jean à son Église et de sa fidélité à l’Action Française, lorsqu’il écrit à Massis : “Ce n’est pas en tant que royalistes mais en tant que catholiques que nous sommes absolument résolus à briser toute nouvelle tentative de ralliement […] Une nouvelle invasion moderniste commence. Je crois que nos fils verront le gros des troupes de l’Église du côté des forces de mort. Je serai fusillé par des prêtres bolcheviks qui auront le Contrat social dans la poche et la croix sur la poitrine127.”

Notes

1 Selon Eugen Weber, le quotidien nationaliste compte en 1926 45.000 abonnés et le même nombre d’acheteurs au numéro, L’Action Française, op. cit., p. 212. La Revue Universelle se vend à 9.000 exemplaires en 1930.

2 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 238.

3 Appel de la Ligue d’Action Française, “Aux Jeunes Français”, Revue d’Action Française, 15 février 1906, p. 301 et 302.

4 Dom Besse, maître des novices à. Notre Dame de Ligugé, a guidé les premiers pas de Georges Bernanos vers l’Action Française.

5 Selon son témoignage du 5 juillet 1990 à Jacques Prévotat, op. cit., p. 593.

6 J.F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 277.

7 La Libre Belgique, 24 juillet 1925.

8 Lettre d’Étienne Borne du 11 décembre 1992 à Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 586.

9 Selon Jacques Prévotat, Ibid. p. 659.

10 Symbole du retournement de tendance, il avait aussi été préféré à Maurras pour un siège à l’Académie Française en 1922. Ce dernier s’en moquait en montrant un volume, intitulé Œuvres complètes de Célestin Jonnart, qui ne contenait, à l’ouverture, que des feuilles vides, in Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 165.

11 Dans son ouvrage sur Maurras, Jean de Fabrègues demande qu’on ne réduise pas le catholicisme intransigeant à l’esprit ni aux moyens de ce groupement. Il apporte un “témoignage personnel” selon lequel : “Maurras ne souffrait lui-même les milieux intégristes qu’avec peine. Il les jugeait intellectuellement très médiocres […], refusait ce qu’il appelait cette internationale blanche, (le) blocage sans nuances du politique et du spirituel, le principe religieux commandant à toute la politique”, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 299, 300.

12 La Libre Belgique, 19 septembre 1925.

13 Selon l’hypothèse de Jacques Prévotat qui en a eu confirmation par une lettre de Charles Flory du 15 avril 1964 in Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 803, 804.

14 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

15 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 17 décembre 1925.

16 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.

17 Guy de Montferrand, “La royauté de Jésus-Christ”, La Gazette Française, 12 juillet 1925.

18 Paul Bourget, lettre à Jean de Fabrègues, 20 septembre 1926.

19 Guy de Montferrand, “Le mystère de la messe”, La Gazette Française, 26 novembre 1925.

20 Guy de Montferrand, “Les canonisations”, La Gazette Française, 11 juin 1925.

21 Guy de Montferrand, “Le deuxième pèlerinage de la jeunesse française à Rouen”, La Gazette Française, 4 juin 1925. Sous la direction de l’Abbé Guinchard, directeur des Amitiés franco-rhénanes, ce pèlerinage avait réuni soixante jeunes gens, venus de nombreux groupements : les Etudiants d’Action Française, les Étudiants de l’Institut Catholique, les Jeunesses Patriotes, les Canadiens Français, les Plébiscitaires, les Amitiés franco-rhénanes.

22 Jacques Maritain, “En lisant Georges Valois”, La Gazette Française, 28 mai 1925.

23 La Gazette Française, 19 novembre 1925.

24 Monarchiste et militant d’Action Française, Henri d’Astier de La Vigerie préparera le débarquement américain en Afrique du Nord au sein du fameux “comité des cinq” pendant la deuxième guerre mondiale. C’est le frère d’Emmanuel et de François d’Astier de La Vigerie, tous deux partisans du général de Gaulle à Londres.

25 Rédemptoriste, auteur d’un Catéchisme des droits divins dans l’ordre social

26 Lettre du Cardinal Gasparri au Père Philippe transmettant l’approbation du Pape Benoît XV à la “Ligue Apostolique”, accordant à ses membres différentes indulgences et à ses prêtres le privilège de donner la bénédiction apostolique lors de ses réunions solennelles (18 novembre 1918).

27 “Les idées gouvernent le monde”, selon son manifeste.

28 Témoignage de Jean Daujat à l’auteur, entretien du 20 janvier 1991.

29 Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ-Roi et des Nations, déclaration en couverture intérieure.

30 Père Le Floch, lettre à Lucien Corpechot, Le Gaulois, 4 décembre 1927.

31 Amédée d’Yvignac, “La politique chrétienne”, La Gazette Française, 11 février 1926.

32 Jacques Maritain, “La journée de la Gazette Française”, La Gazette Française, 28 janvier 1926.

33 Henri Massis, ibid.

34 Guy de Montferrand, ibid.

35 Ibid.

36 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 24 décembre 1925.

37 Guy de Montferrand, “De la suprématie romaine”, La Gazette Française, 28 janvier 1926.

38 Jacques Maritain, “En lisant Georges Valois”, La Gazette Française, 28 mai 1925.

39 Henri Massis, La Gazette Française, 28 janvier 1926.

40 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.

41 Condisciple de Jean à la Sorbonne, il présente son DES de philosophie en juin 1928 sur “L’esthétique sociologique de Zola d’après les Rougon-Macquart” et s’illustre l’année suivante par une enquête sur la jeunesse qui se voudrait la continuation de celle d’Agathon.

42 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. cit., p. 32.

43 Jean de Fabrègues, Christianisme et civilisations, Éditions de Gigord, 1966, p. 460. Les mots sont en italiques dans le texte.

44 L’intérêt de Romain Rolland pour l’hindouisme et la non-violence apparaît dès la fondation de sa revue Europe en 1922. Il fait paraître un ouvrage sur Mahatma Gandhi en 1923. Rabindranah Tagore a reçu le prix Nobel de poésie en 1913.

45 Jacques Maritain, “Le retour à la métaphysique”, La Gazette Française, 3 mai 1924.

46 Jean de Fabrègues, “Mahatma Ghandi, traditionaliste hindou”, Les Cahiers d’Occident, mai 1926.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Sur l’ensemble de cette condamnation, on consultera en particulier : Henri Massis, Maurras et notre temps, La Palatine, 1951. Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, Perrin, 1966. Charles Maurras, Le bienheureux Pie X Sauveur de la France, Plon, 1953. La correspondance Georges Bernanos/Jacques Maritain in Georges Bernanos, Correspondance, Tome I, (1904/1934), Plon, 1971. Philippe Bénéton, “Jacques Maritain et l’Action Française”, Revue Française de Science Politique, décembre 1973. Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française, op. cit.

50 R. Dalbin, lettre à Guy de Montferrand, 12 avril 1926.

51 Réponse de Son Éminence le cardinal-archevêque de Bordeaux à une question posée par un groupe de jeunes catholiques au sujet de l’Action Française, L’Aquitaine, 27 août 1926.

52 Bierville était le lieu d’une propriété de Marc Sangnier où étaient organisées des manifestations démocratiques et pacifistes. Le premier congrès pacifiste organisé par Marc Sangnier se tint à Bierville.

53 L’Action Française, “Revue de presse”, 9 septembre 1926.

54 Adresses des dirigeants catholiques d’Action Française le 8 septembre, des Étudiants, Camelots du roi et Commissaires d’Action Française catholiques le 13 septembre, de soumission du Président de la Ligue Bernard de Vésins le 16 septembre.

55 Documentation Catholique, T. XVI, 23 octobre 1926, 701.

56 Parmi les innombrables ouvrages consacrés à Georges Bernanos, on consultera en particulier sur le thème traité ici : Luc Estang, Présence de Bernanos, Plon, 1947. Albert Béguin, Bernanos par lui-même. Le Seuil, 1954. Hans Urs von Balthazar, Le chrétien Bernanos, traduit de l’allemand par M. de Gandillac, Le Seuil, 1956. Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, Marne, 1963. Jean-Louis Loubet del Bayle, Politique et civilisation, Presses de l’IEP de Toulouse, 1981. Michel Winock, Le cas Bernanos. Édouard Drumont et Cie, Le Seuil, 1982. Également le Bulletin de la Société des Amis de Georges Bernanos et les Études bernanosiennes.

57 Georges Bernanos, Les Enfants humiliés, Gallimard, 1949, p. 11 à 23. Sur un autre registre, Bernanos condamnait les complaisances de l’Action Française envers la littérature purement esthétique d’un Anatole France ou d’un Stendhal. Il estimait que de telles dérives avaient aussi perdu le mouvement dans l’esprit du Pape. Cf. Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit

58 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit., p. 188.

59 Bernanos fait ici référence à la suspension par Pie X en janvier 1914 du décret de la Congrégation de l’Index condamnant sept livres de Maurras et la Revue de l’Action Française. Des bruits avaient aussi couru, propagés notamment par Camille Béllaigue, monarchiste et camérier du pape honoraire, d’une prédilection de Pie X pour l’Action Française.

60 Pie X meurt en 1914. Bernanos fait ici référence à la condamnation du modernisme et du Sillon en 1910.

61 Georges Bernanos, La Gazette Française, 16 septembre 1926.

62 L’ensemble de cette impression se dégage du commentaire de l’ouvrage donné par Jean de Fabrègues dans son livre Bernanos tel qu’il était publié chez Marne en 1963, notamment des pages 81 et suivantes.

63 Voir Jacques Prévotat, “Les réactions de l’épiscopat français devant la condamnation de l’Action Française. 1926/1927”, Études maurrassiennes, V, I, Aix-en-Provence, p. 373 à 395.

64 Jacques Maritain, Une opinion sur Charles Maurras et le devoir des catholique Plon 1926.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Parmi eux, Mgr Nègre, archevêque de Tours, Mgr Cézerac, archevêque d’Albi, Mgr. Germain, archevêque de Toulouse.

68 “Chronique des Chevaliers de Saint-Michel”, La Gazette Française, 25 novembre 1926.

69 Il manifestait aussi de cette façon sa méfiance envers Maurras : lors de la condamnation du Sillon, une demande symétrique à celle de Jacques Maritain avait été faite par plusieurs personnalités et cette demande avait été acceptée par Rome.

70 L’Action Française, 15 décembre 1926.

71 Ibid., 18 décembre 1926.

72 Ibid., 24 décembre 1926.

73 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit.

74 Ibid., p. 197.

75 Jacques Maritain. “Lettre à Charles Maurras”, Études maurrassiennes, no 5, Deuxième partie, Aix-en-Provence, 1986, p. 650 à 653.

76 “Lettre à Charles Maurras de cinq jeunes catholiques royalistes qui se désolidarisent du “non possumus” in Études maurrassiennes, no 5, Deuxième partie, Aix en Provence, 1986.

77 Il en restera convaincu jusqu’à la fin de sa vie, ce qui ressort aussi bien de ses mémoires que de l’entretien qu’il m’accorda le 11 février 1987.

78 Lors d’un entretien, le 11 janvier 1991, Jean Daujat m’a confirmé que les milieux d’Action française bruissaient alors de la rumeur selon laquelle certains ecclésiastiques recommandaient la résistance au Pape en le disant trompé. On prononçait les noms du cardinal Billot, de Mgr Charost et du père Le Floch.

79 Henri Massis, Maurras et notre temps, op. cit., p. 156

80 Amédée d’Yvignac, Les années 30, op. cit., p. 74

81 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 17 février 1927.

82 Jacques Maritain, Primauté du spirituel, Plon, 1927.

83 Ceux de Mgrs Penon, de Llobet, Marty. Mgr Penon, le vieux professeur de Maurras, persistera jusqu’à sa mort dans le refus. Mgr Marty fera amende honorable, puis reviendra sur sa position. Mgr de Llobet prétendra avoir omis de signer pour avoir été mal renseigné. Des sanctions frapperont le Père Le Floch et le cardinal Billot. L’Abbé Bertoye, qui dirigeait La Croix, laisse la place au Père Léon Merklen. Sur ces réactions, voir Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 276. Sur la FNC, la thèse de C. Bonafoux-Verrax, La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), dir. S. Berstein.

84 Georges Bernanos, lettre à Henri Massis, 28 mars 1927, citée par Jean de Fabrègues in Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 92.

85 Le concept d’Occident n’appartient pas aux catholiques maurrassiens. De nombreux ouvrages l’utilisent, dés le lendemain de la guerre, pour proclamer le déclin de l’Europe (Oswald Spengler, Albert Demangeon). En 1926 encore, André Malraux fustige La tentation de l’Occident. Mais les catholiques maurrassiens s’en saisissent ici dans un esprit de restauration plutôt que de critique.

86 Henri Massis, Les Cahiers de littérature et de philosophie, Cinquième Cahier. 1928.

87 Henri Massis, Mourras et notre temps, op. cit., p. 170.

88 C’est en 1926/1929 que sont lancés les mouvements catholiques spécialisés, Jeunesses Ouvrière, Agricole, Étudiante etc., les JOC, JAC, JEC. En 1928, Pie XI appuie la naissance de La Vie Intellectuelle avec le Père Bernadot.

89 Le manuscrit n’est pas daté.

90 Jean de Fabrègues, Les corps portent les âmes, manuscrit inédit. L’auteur fait ici référence à la période des Inventaires, au moment de la Séparation de l’Église et de l’État, où des catholiques occupèrent les églises pour empêcher la réquisition des biens ecclésiastiques.

91 Xavier Vallat, Le nez de Cléopâtre. Souvenirs d’un homme de droite. (1918/1945), Les Quatre Fils Aymon, 1957, p. 87.

92 Jean de Fabrègues, Les corps portent les âmes, Ibid.

93 Jean de Fabrègues. ibid.

94 Dans La Grande Peur des bien-pensants qui paraît chez Grasset en 1931.

95 Vingt mille abonnés à L’Action Française contre vingt-quatre mille au Populaire in Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 294.

96 Roland Alix était l’ancien président du “Club du Carrefour” proche des démocrates populaires.

97 Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit., p. 89.

98 La Gazette Française, janvier 1929.

99 De son véritable nom Spoturno, ce riche parfumeur avait acheté Le Figaro, en 1923, puis Le Gaulois. Il soutenait L’Action Française de ses subsides et avait participé au lancement du Nouveau Siècle de Georges Valois. Il lance L’Ami du peuple en 1928 ainsi que L’Ami du peuple du soir. Il meurt ruiné en 1934, un an après avoir financé la “Solidarité Française” de Jean Renaud en 1933.

100 Entretien de l’auteur avec A d’Yvignac, 11 février 1987.

101 Le dossier de Jean d’Azémar trouvé aux Archives Nationales, malgré le caractère incomplet du Fonds de la Faculté des Lettres versé par l’Université de Paris III et IV en 1972 (Fonds AJ 16), indique que le jeune-homme a successivement obtenu les certificats de psychologie, de morale et de sociologie, d’histoire de la philosophie, de logique et de philosophie générale.

102 Le 1er février 1927, l’ACJF déclare qu’aucun de ses membres ne pourra désormais participer à un mouvement d’Action Française, ni en lire le journal.

103 Jean de Fabrègues, Henri Babize, Louis de Condé, Maurice de Gandillac, Michel Sépulchre, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nations, “Message des Chevaliers de Saint-Michel.”, no 10, octobre 1927, p. 254. La citation en italiques est entre guillemets dans le texte.

104 Julien Benda, La Trahison des clercs, Grasset, 1927.

105 Jean d’Azémar, Notes, Verdun, septembre, sans précision d’année, vraisemblablement 1929.

106 Robert Aron, Arnaud Dandieu, Décadence de la nation française, Rieder, 1931, p. 73.

107 Jean de Fabrègues, Le mouvement des idées de 1919 à 1948, in Trente ans d’histoire (1918-1945), ouvrage collectif, Nouvelle Librairie de France, 1949, p. 32.

108 Georges Bernanos, “Discours aux Étudiants d’Action Française”, L’Étudiant Français, 25 décembre 1928.

109 Le livre est publié par les éditions de Georges Valois en 1929.

110 Henri Reynald de Simony, “Le réalisme de notre temps”, Les Cahiers, lie série, no 2, 1929.

111 Jean Maxence, “Le réalisme de Notre Temps”, Les Cahiers, IIe série, no 2, 1929.

112 Seule l’invitation envoyée à l’occasion de cette conférence a été conservée par Jean.

113 Maurice de Gandillac, lettre à Jean de Fabrègues, 5 mai 1927.

114 De son véritable nom Georges Gressent, cet autodidacte qui avait voyagé partout dans le monde avait impressionné Maurras par son premier livre, L’homme qui vient, publié en 1907, à l’âge de vingt-neuf ans. Il y développait une conception de l’autorité inspirée de Nietzsche et des idées sociales proches de celles de Sorel et de Proudhon. C’est Maurras qui le fit entrer à La Nouvelle Librairie Nationale, sans se douter qu’il s’en emparerait à la fin des années vingt Le Cercle Proudhon fut fondé avec la bénédiction de l’Action Française par Georges Valois, Henri Lagrange, Édouard Berth (un disciple de Sorel), Gilbert Maire, René de Marans. Jusqu’à la guerre de 1914, où beaucoup de ses membres furent tués, le Cercle Proudhon fit paraître des Cahiers où l’on développait une vision de la société anticapitaliste, anti-individualiste et anti-égalitaire fondée sur la rencontre du syndicalisme et du nationalisme.

115 Les chiffres concernant les centres d’information sont donnés par Eugen Weber in L’Action Française, op. cit., p. 243. Trois conférences ont précédé celle de Jean de Fabrègues dans Les Cahiers de la Corporation : “L’étude des sciences sociales et économiques”, par Bernard de Vésins ; “L’ouvrier français” et “Les sources des erreurs ouvrières”, par Jacques Valdour qui vient de publier son ouvrage. Les méthodes en sciences sociales. On voit que le jeune conférencier était en flatteuse compagnie.

116 En 1871, Albert de Mun et le marquis de La Tour du Pin fondent l’Œuvre des Cercles Catholiques d’Ouvriers qui doit réconcilier capital et travail par le corporatisme chrétien. Tandis qu’Albert de Mun accepte le ralliement, La Tour du Pin le refuse, reste royaliste et adhère à l’Action Française en 1905.

117 Jean de Fabrègues, “La Cité antique”, Les Cahiers de la Corporation, no 4, 4 février 1927.

118 Ibid.

119 Ibid.

120 J.P. Maxence, Histoire de dix ans, op. cit.

121 Jean de Fabrègues, “L’erreur communiste”, Les Cahiers de la Corporation, 26 mars 1928.

122 Ibid.

123 Ibid.

124 Ibid. L’économiste allemand Werner Sombart rattachait au judaïsme l’apparition du capitalisme, notamment dans Le capitalisme moderne écrit entre 1902 et 1928.

125 Voir sur ce point Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu’il était, op. cit.. p. 278.

126 Jean d’Azémar, notes non datées.

127 Bulletin de la société des Amis de Georges Bernanos, no 17 à 20, Noël 1953.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search