Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Chapitre III. Contre le Cartel des Gauches

Texte intégral

1Dans la perspective des élections législatives, la gauche républicaine est en effet groupée, mettant en péril la majorité de Bloc national et sa politique religieuse. Elle propose, en outre, une politique extérieure pacifiste et de révision des réparations, laissant craindre à la droite qu’au danger allemand, toujours redouté, vienne s’ajouter celui du bolchevisme. C’est dans un esprit de lutte électorale que beaucoup de jeunes catholiques entrent alors dans des mouvements nés pour défendre une politique chrétienne. Rares sont ceux qui, comme les membres du jeune parti démocrate populaire ou les disciples de Sangnier et de la Jeune République, envisagent une véritable réconciliation avec le régime. La victoire du Cartel inquiète la majeure partie des catholiques qui se rassemble à droite, ce qui fait la part d’autant plus belle à l’influence de l’Action Française. Jean de Fabrègues, à l’aube de ses études de lettres en Sorbonne, s’engage dans des organes de soutien à la pensée maurrassienne dont le principal, La Gazette Française, se veut aussi d’obédience catholique, sous la houlette, cette fois, de Jacques Maritain.

I. La mobilisation catholique

  • 1 Les listes de droite obtiennent 4,5 millions de voix, celles de gauche, y compris le parti communis (...)
  • 2 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 13.

2Le 11 mai 1924, le mode de scrutin fait de la droite, majoritaire en voix dans le pays, un ensemble minoritaire en sièges à la Chambre1. Cette situation ne laisse pas d’alimenter la colère de. l’Action Française, qui avait appelé à l’union, et voit ses candidats et ceux des listes royalistes qu’elle avait soutenus pour la plupart balayés : Léon Daudet, lui-même, n’est pas réélu. Le mouvement se voit confirmé dans la certitude que le pays légal usurpe la place du pays réel. Maurras se souviendra peut-être de cette expérience lorsqu’il remarquera, devant son jeune disciple Fabrègues, non sans désabusement : “En politique, il faut réussir. Je fais de la politique. La droite française a été vaincue parce qu’elle s’est toujours divisée2.”

Dans l’opposition au gouvernement Herriot

  • 3 Aux termes du Protocole de Genève adopté à la SDN le 6 septembre 1924.

3Édouard Herriot, qui forme le ministère, est animé d’un zèle républicain que justifient des mois de craintes devant la remise en cause du principe de démocratie parlementaire, tant par les prétentions d’autorité du Président Millerand (il sera forcé de démissionner le 11 juin et remplacé par Gaston Doumergue) que par la pratique des décrets-lois instaurée par le gouvernement Poincaré (aussitôt abandonnée par le nouveau gouvernement). Il reprend aussi la politique étrangère, axée sur “l’arbitrage, la sécurité et le désarmement3” dans le cadre de la SDN, déjà suggérée par Briand, poursuivie d’ailleurs par celui-ci, à partir de l’année suivante jusqu’au début des années trente. Cette nouvelle orientation l’amène à troquer un échelonnement du paiement des réparations contre l’évacuation de la Ruhr et à reconnaître de jure le gouvernement soviétique.

4Ces décisions ne peuvent que révolter une droite majoritairement interventionniste et nationaliste. Elles sont aussi mal comprises par une grande partie de l’opinion catholique, patriote quasi religieusement, et inquiète de l’expansion des idéologies socialistes. L’inquiétude sera portée à son comble par le défilé des 50.000 manifestants communistes brandissant des drapeaux rouges, venus se joindre au cortège qui conduisait les cendres de Jean Jaurès au Panthéon, le 23 novembre 1924, à Paris. “La menace révolutionnaire semblait visible à tous et l’alarme qu’elle causait provoqua la constitution, dans la capitale et en province, de nombreux groupes de défense sociale et nationale”, écrivit Pujo dans L’Action française du 1er décembre 1925, constatant un an plus tard la réactivation des ligues qui suivit la manifestation.

  • 4 Édouard Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, Tome IV PUF, 1956, p. 43.

5Au mois de novembre 1924 se formait, pour coiffer les groupements de droite, un peu dans l’esprit de la Ligue de la République pour le Cartel, la Ligue Républicaine Nationale, dont Alexandre Millerand prenait la tête. L’ancien Président de la République assurait aussi la direction de la Ligue des Patriotes devenue orpheline depuis la mort de Maurice Barrés en 1923. A l’extrême droite, Pierre Taittinger, député bonapartiste proche des milieux monarchistes, créait la Ligue des Jeunesses Patriotes. Cette droite, rassemblée autour de motifs politiques, allait trouver d’autres raisons de se fédérer dans la perspective d’un retour à l’anticléricalisme qui inquiétait au même moment la plus grande partie du monde catholique. En effet, dans son ardeur à effacer ce qu’il considérait comme les méfaits du Bloc National, le Cartel envisageait d’appliquer, dans toute leur sévérité, les lois laïques votées à l’époque du combisme. La déclaration ministérielle d’Édouard Herriot, le 25 juillet, laissait craindre “quatre refus : de maintenir l’Alsace-Lorraine sous un régime concordataire, de conserver une ambassade au Vatican, de tolérer les congrégations, de poursuivre la création des associations diocésaines4.”

  • 5 Gaëtan Bernoville, Les Lettres, avril 1922.
  • 6 René Johannet, “Le laïcisme et la conduite de l’État”, La Documentation Catholique, no 158, 24 juin (...)

6Dans ce programme de laïcité, peu nombreux étaient ceux qui ne lisaient pas “laïcisme”. Pourtant, dans la revue Les Lettres et lors de la Semaine des Écrivains Catholiques qui se tenait sur ce thème deux ans plus tôt, témoignant de la constance de la sensibilité catholiques à cet égard, Gaëtan Bernoville et René Johannet s’étaient appliqués à établir la différence entre les deux termes, le second représentant, selon eux “une idéologie antireligieuse et individualiste qui élimine de la vie nationale toute idée religieuse et surtout toute vie catholique5”, le premier “comportant sur le terrain politique un aspect parfaitement orthodoxe, celui de la distinction des pouvoirs directement issue de l’Évangile6.” Mais tant de subtilité s’effaçait devant le passage de la théorie à la pratique. L’ensemble des catholiques marquait son soutien à l’agitation née en Alsace de la perspective d’une suppression du Concordat.

7Au début d’août, sous l’influence du père jésuite Doncœur, se forme la Ligue des religieux anciens combattants qui revendique pour tous, religieux et laïcs, l’égalité des droits “comme au front”. A l’automne, le décret de dissolution de la congrégation des clarisses à Alençon puis la suppression des crédits de l’ambassade de France auprès du Vatican semblent donner raison aux plus pessimistes. Une lettre des cardinaux français (25 septembre 1924) qualifie de “lois de persécution” les mesures imposées aux religieux et religieuses. L’archevêque de Bordeaux, Mgr Andrieu, qui sera deux ans plus tard chargé de porter les premières accusations contre l’Action Française, figure alors parmi les plus chauds partisans de l’opposition au gouvernement.

8Au début de 1925, la politique du Cartel a provoqué une radicalisation de la position du clergé et de l’opinion catholique. Le général de Castelnau, père héroïque (trois de ses fils ont été tués à la guerre), ancien député du Bloc national et auteur d’une brochure expliquant la politique religieuse du Cartel par l’action occulte de la franc-maçonnerie, se donne pour mission, avec l’approbation de la Commission de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques, de rassembler les catholiques en un front commun. Celui-ci prend, en février, la forme de la Fédération Nationale Catholique. La FNC reçoit le soutien de la droite républicaine. Le général de Castelnau co-préside en effet la Ligue des Patriotes et L’Echo de Paris d’Henri de Kerillis lance plusieurs appels en faveur de la nouvelle fédération. Elle reçoit aussi le soutien d’une partie de l’extrême droite. C’est avec l’approbation de Castelnau que Pierre Taittinger a créé les Jeunesses Patriotes et le vice-président de la FNC, Jean Le Cour Grand-maison, a été candidat sur une liste d’Action Française aux élections de 1919. Au comité exécutif de la fédération figurent côte à côte le père Janvier et Xavier Vallat, député de l’Ardèche. Tous veulent, à l’image du slogan de la FNC, “restaurer l’ordre social chrétien.”

Au Quartier latin

  • 7 Raïssa Maritain crut pouvoir certifier, après la mort de Bergson le 4 janvier 1941, qu’il avait reç (...)

9Le quartier latin ne reste pas indifférent à ce conflit politico-religieux. Jean de Fabrègues prépare alors à la Sorbonne un certificat de psychologie. C’est le professeur Delacroix qui est en charge de l’enseignement. Au programme, rien que de très classique : la pensée, le langage, l’intelligence, le rêve. L’étudiant reprend scrupuleusement ses notes après les cours. Celles-ci montrent qu’il entre alors en contact avec l’œuvre de Bergson. Il aborde L’essai sur les données immédiates de la conscience et L’Evolution créatrice parues respectivement en 1889 et 1907. Cet intérêt pour une philosophie de l’intuition qui s’oppose au déterminisme et à l’intellectualisme de la science le rapproche de Péguy et l’éloigne de la rigueur maurrassienne comme d’une certaine rigidité thomiste. Son attirance pour Bergson tient aussi à son antimatérialisme : les craintes du philosophe à l’égard d’une mécanisation de l’âme humaine influenceront le manifeste de sa première revue, Réaction. Henri Bergson reçoit le prix Nobel de littérature en 1927. Après la publication des Deux sources de la morale et de la religion en 1932, on parlera, à son propos, d’une quasi conversion au catholicisme7. Mais aucun argument n’aura pu, entre-temps, convaincre Maurras de porter attention à une œuvre qui ne s’appuie pas sur la raison. Cette fermeture d’esprit sera un des motifs de la rupture de Jean avec l’Action Française.

  • 8 Adrien Dansette, Destin du catholicisme français (1926/1956), Flammarion, 1957, p. 102.
  • 9 Roland Alix, La nouvelle jeunesse. Enquête auprès des jeunes gens d’aujourd’hui. Bibliothèque syndi (...)

10A l’université, il trouve aussi un terrain plus propice que celui du lycée à son épanouissement religieux. Depuis le début des années vingt, on assiste en effet à une recrudescence de la pratique chrétienne parmi les étudiants. Aux cercles universitaires viennent se joindre les groupes catholiques des grandes écoles créés sur le modèle de celui de l’École Normale. “La messe pascale réunit leurs membres, de plus en plus nombreux d’année en année”, constate Adrien Dansette8, notation confirmée par Roland Alix, conduisant une enquête dans les universités en 1927/1928 : “Parmi les étudiants de Sorbonne ou de l’École de droit, nous avons l’indication qu’il y a depuis quelques années un grand mouvement religieux9.”

11Cette montée du sentiment catholique est mise à profit par l’Action Française, lors de l’affaire Scelle par exemple. Georges Scelle a été nommé professeur à la Faculté de Droit de Paris, de préférence à Louis Le Fur, catholique mais non royaliste, dont le nom venait pourtant en premier sur la liste. La décision du Ministre de l’Instruction publique, François Albert, non dénuée, semble-t-il, de favoritisme, suit d’un mois à peine la suppression des crédits de l’ambassade de France au Vatican. Les étudiants royalistes s’en saisissent alors pour la monter en scandale politique. Tout au long du mois de mars 1925, leurs manifestations, au cri de : “Au violon, Scelle !”, bloquent l’accès de la Faculté de Droit. Les troubles sont si graves que le doyen Barthélémy (futur Ministre de la Justice de Vichy) est suspendu. Poussant alors leur avantage, les étudiants d’Action Française réussissent à convaincre l’Association Générale des Étudiants de Paris de lancer un mot d’ordre de grève à l’ensemble des universités. Celui-ci est suivi jusqu’en province. Seuls les étudiants de la Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste (LAURS), née en 1924 et dirigée par Pierre Mendès France, s’opposent ouvertement aux grévistes. L’ampleur de cette réaction n’est pas sans influencer la chute du gouvernement Herriot qui se produit en avril, même si les projets financiers en sont la cause immédiate. Quelques jours plus tard, Georges Scelle démissionne à son tour. L’Action Française a gagné.

  • 10 J.F.Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 275.
  • 11 A la fin des années vingt, Georges Valois s’est brouillé avec l’Action Française et a évolué vers l (...)
  • 12 Roland Alix, La nouvelle-jeunesse, op. cit., p.98.

12Cette affaire et d’autres qui suivront en 1925/1926, manifestent l’impact du mouvement maurrassien sur l’ensemble de cette génération étudiante. “L’Action Française a exercé à cette date une incontestable influence intellectuelle sur nombre de jeunes gens qui ont ensuite voyagé dans toutes les directions du paysage politique français10”, remarque Jean-François Sirinelli. A l’occasion de ces échauffourées, Jean s’est familiarisé avec les groupes de jeunes qui se partagent alors le milieu estudiantin : “Les communistes adhèrent à l’Union Fédérale des Étudiants. Les socialistes, les radicaux, les républicains socialistes et quelques sympathisants de gauche sont de la Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste. Les Jeunes Républicains (JR) et les Démocrates Populaires (PDP), ainsi que les Républicains Syndicalistes (Parti Georges Valois)11 ont des formations particulières ou se tournent plutôt du côté de la LAURS. Les jeunes gens de droite, anticommunistes, Union Nationale, se rangent sous la bannière de Taittinger tandis que les royalistes se plient à la discipline des Camelots du Roi ou des Commissaires d’Action française12.” Ce brassage d’origine n’est pas sans lui avoir ouvert l’esprit.

  • 13 Selon son propre témoignage in Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, notes dactylographié (...)
  • 14 Pierre-Henri Simon, Ce que je crois. Grasset, 1966, p. 35.
  • 15 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, Plon, 1941, p. 22.

13Dans le climat exalté mais somme toute fraternel de la communauté d’âge du quartier latin, Jean fréquente alors Pierre Mendès France et Paul Nizan “qu’il aimait beaucoup”13. Celui-ci appartient à la mouvance des républicains syndicalistes de Valois et participe depuis 1923 à La Revue sans titre auprès de Jean-Paul Sartre. Il voit aussi Pierre-Henri Simon qui dirige alors le groupe universitaire des Jeunesses Patriotes14. C’est de cette époque que naît son amitié pour André Piettre et pour René Vincent qui font leurs études de droit. A la Faculté des Lettres, il est le condisciple de Maurice de Gandillac. Tous deux obtiendront leur licence en 1927. Il croise également Robert Brasillach et Jacques Talagrand (futur Thierry Maulnier), un peu plus jeunes. On peut les imaginer tels que Brasillach les décrit dans ses souvenirs : “Les garçons d’alors arboraient très volontiers des costumes de couleur mauve ou vieux rose et des cravates de “batik”, tissus légers imprimés à la cire, que l’on portait avec de très petits cols durs hauts d’un demi centimètre. En 1925, les pantalons étaient rétrécis dans le bas. Brusquement, l’année d’après, ils devinrent très larges […] Les étudiants d’alors avaient souvent des cannes […] Les camelots du Roi portaient la grosse canne recourbée. Nous étions déjà presque tous des va-nu-tête15.”

14Cette évocation de la jeunesse étudiante, au milieu des années vingt, laisse l’image d’une génération habitée d’aspirations disparates, mais partageant le désir de s’engager religieusement ou politiquement. Emmanuel Mounier évoquera l’importance de “l’éthique de l’engagement” au cours des années trente. Les germes en sont déjà présents dans le cœur et l’esprit de ces garçons. Tous tendent cependant alors à se déterminer plus ou moins nettement par rapport au pôle intellectuel constitué par l’Action Française. Ce climat banalise, d’une certaine façon, la précocité de l’orientation, à la fois catholique et maurrassienne, de Jean de Fabrègues et confère, en revanche, une certaine originalité à cette ouverture d’esprit qui le tourne vers des philosophies et des amitiés variées.

II. La querelle droite/gauche au sein du catholicisme

  • 16 Sur ce thème, voir : Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Pierre Colin (dir.), Les Éd (...)
  • 17 On peut donner une idée de ces générations en précisant l’âge des principaux acteurs du débat en 19 (...)

15La première moitié des années vingt voit se développer les réseaux et les revues autour du thème général de l’élaboration d’un message chrétien en matière politique, économique et sociale16. Au seuil de ce projet, le problème du ralliement à la République continue d’opposer une gauche et une droite catholiques, mais elle cache une querelle plus profonde autour de la question même de la connaissance et recoupe celle du modernisme. Trop jeunes pour se saisir des rênes, les jeunes gens de 1905 ont les yeux fixés sur les quelques intellectuels épargnés par la guerre prêts à leur montrer la voie d’un renouveau. Cette génération de “quadras” regarde elle-même vers quelques grands aînés dont elle s’inspire17.

Une querelle philosophico-religieuse

  • 18 Sur les courants de pensée philosophiques et religieux des années vingt et leur entourage intellect (...)
  • 19 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 674.
  • 20 Maurice Blondel, Le procès de l’intelligence, Bloud et Gay, 1922, p. 265.

16On voit ainsi deux principales tendances s’exprimer : celle du néo-thomisme et celle de la philosophie blondelienne18, autour desquelles se rassemblent les réseaux, plus ou moins structurés, des catholiques maurrassiens, d’une part, démocrates de l’autre. Jacques Prévotat montre clairement, dans sa thèse, l’âpreté du combat qui les oppose en 1924/192519. Au centre du deuxième groupe, Maurice Blondel se pose comme contestataire de la philosophie thomiste dominante. Sa thèse, L’Action. Essai d’une critique de la vie et d’une science de la pratique, a été publiée en 1893. Avec Lucien Laberthonnière, il a dirigé Les Annales de philosophie chrétienne, un an avant que celui-ci soit condamné pour modernisme (1906). Il enseigne à l’Université d’Aix-en-Provence jusqu’à sa retraite, en 1927. A travers une conception de l’action “comme condition de la connaissance réelle20”, le philosophe apporte une définition de l’intelligence enveloppant les différents modes d’approche de l’esprit humain : non seulement l’intelligence notionnelle, mais la volonté et l’amour. Ainsi la connaissance de l’être, du divin, serait-elle le résultat d’une solidarité de toutes les facultés dans l’unité de l’esprit.

  • 21 Le rétablissement de la philosophie thomiste dans les Écoles chrétiennes date de l’encyclique Aeter (...)
  • 22 Jacques Maritain, Réflexions sur l’intelligence et sur sa vie propre, op. cit.
  • 23 Sur la personnalité et l’ensemble de l’itinéraire de Jacques Maritain, voir en particulier : Raïssa (...)

17Cette conception se situe à l’opposé de celle son cadet de vingt ans, Jacques Maritain. Depuis 1914, il enseigne l’histoire de la philosophie moderne à l’Institut Catholique de Paris. C’est le philosophe de l’anti-modernisme, avec Antimoderne publié en 1922. Il s’est donné pour tâche d’éclairer et de répandre le thomisme, doctrine officielle de l’Église catholique21. Dans ses Réflexions sur l’Intelligence et sur sa vie propre, parues en 1924 à La Nouvelle Librairie Nationale, organe de l’Action Française dirigé depuis 1912 par Georges Valois, il insiste sur l’autonomie de l’intelligence par rapport aux autres facultés humaines et sur son impérieuse dignité. C’est par la raison que nous connaissons “l’être intelligible qui est au cœur du réel22” et que nous pouvons démontrer son existence. Si la raison ne suffit pas à démontrer les vérités de foi, alors vaine est la métaphysique comme science. Cela ne remet pas en question la connaissance mystique, celle que les Saints peuvent recevoir de Dieu, par la grâce. Mais il y a grand danger à mélanger les plans de la vie courante et de la philosophie, du naturel et du surnaturel23.

  • 24 Jean Guitton rendra célèbre le personnage de son vieux maître aveugle avec le Portrait de Monsieur (...)

18Entre Blondel et Maritain, plus proche de la pensée de Bergson, se place le groupe de Jacques Chevalier auquel se joindra l’un de ses étudiants, Emmanuel Mounier. Sans organe de publication, il fonctionne plutôt comme un laboratoire d’idées. Jean Guitton y participe, recevant aux côtés de Chevalier l’enseignement du vieux lazariste Guillaume Pouget24. Le philosophe thomiste Étienne Gilson, qui occupe une chaire d’histoire de la philosophie du Moyen Âge à la Sorbonne, reste en liaison avec ce groupe, reconnaissant l’apport intellectuel de Bergson à la métaphysique, alors que celui-ci, déjà retiré de l’enseignement, prépare la publication des Deux Sources de la morale et de la religion. Jean apprécie cet espace ouvert à la diversité de l’expression scientifique. C’est à Gilson qu’il demande de diriger son Diplôme d’Études Supérieures en philosophie. De même trouvera-t-il en Jean Guitton un collaborateur pendant les années trente et quarante.

Une opposition politique

19Autour de ces philosophies le combat se poursuit entre gauche et droite catholiques. A droite, Jacques Maritain fait le lien avec l’Action française. Il collabore à La Revue Universelle, apparue en 1920 autour du parti de l’Intelligence d’Henri Massis et de Jacques Bainville. En 1921, il prend la direction d’une “Bibliothèque française de philosophie” à La Nouvelle Librairie Nationale. Un commun attachement à la prééminence de l’intelligence rationnelle comme outil de connaissance et d’organisation du monde lie Maritain et Maurras. Pour le premier, cette affirmation est d’abord religieuse. La création divine est harmonie et l’esprit de l’homme apte à en saisir le sens. Pour le second, elle est politique, l’ordre émanant de l’effort humain, à l’image de l’esthétique chez les Grecs ou de la philosophie comtienne. Mais, dans les deux cas, l’ordre du monde est lié à celui de la raison. Dans la mesure où l’Église affirme cette royauté de l’intelligence, elle fait le lien entre la foi catholique du philosophe et la démarche positiviste du penseur politique.

20La mouvance néo-thomiste et sympathisante maurrassienne s’élargit à un plus vaste public à travers un grand nombre de publications qui marquent la première moitié des années vingt. Ainsi Maritain est-il présent par exemple dans la revue de Gaëtan Bernoville, Les Lettres, et aux Semaines des Écrivains Catholiques. En 1925, pour contrebalancer l’influence de la NRF, il lance chez Plon la collection du Roseau d’or. L’Action Française étend son influence à La Revue des Jeunes, à laquelle participe René Benjamin. Le quotidien La Croix ne cache pas ses préférences envers un catholicisme de tradition, souvent proche des positions adoptées par les maurrassiens, de même que La Revue Française d’Antoine Rédier, hebdomadaire placé sous le patronage du général de Castelnau et de Maurice Barrés, auquel collaborent René Benjamin et Henri Ghéon. Il en va de même de La Revue Universelle déjà citée.

  • 25 Voir l’analyse de cette revue in Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, p. 650 (...)
  • 26 Sur les courants intransigeant, démocrate et social dans le catholicisme français, voir Jean-Marie (...)

21Dans l’autre camp, l’Abbé Lugan, philosophe lui aussi, lance en 1923, contre l’école nationaliste, Le Mouvement des faits et des idées qui appelle les catholiques à la démocratie. Y souscrivent l’Abbé Lemire et Jacques Piou. Le mensuel rend hommage à Marc Sangnier25. En 1924, la lutte contre l’influence maurrassienne s’intensifie avec la création, coup sur coup, de La Vie catholique de Francisque Gay et des Cahiers de la Nouvelle Journée avec Paul Archambault, disciple de Maurice Blondel. L’ensemble reçoit l’hospitalité éditoriale de la librairie Bloud et Gay. L’Association Catholique de la Jeunesse Française (ACJF), sous la direction de Charles Flory de 1922 à 1926, et les Semaines Sociales se rapprochent de la mouvance démocrate26.

22La querelle droite/gauche, au sein du catholicisme, se nourrit de thèmes de discussion politiques, autant que philosophiques et religieux. Ou plutôt ces thèmes s’ordonnent-ils en systèmes de pensée, exclusifs l’un de l’autre, où la réflexion philosophique et religieuse se prolonge en prises de positions politiques. Ainsi, à droite, une conception thomiste de la foi catholique nourrit-elle une vision rationnelle et réaliste de la vie politique, qui est celle du parti de l’Intelligence. Maurras, Massis et Maritain offrent ensemble une explication du monde dont la cohérence séduit alors la plus grande partie des catholiques français. A gauche, une approche plus libérale du catholicisme incline à un humanisme porteur d’idéal politique.

23Mais l’image que donnent les catholiques démocrates n’a ni la même harmonie ni la même capacité de conviction que celle des traditionalistes. Sangnier, Gay et Blondel ne présentent pas l’unité d’action du trio adverse. C’est précisément la conscience de la force du modèle maurrassien et du danger qu’il présente à leurs yeux en matière religieuse qui incitent les catholiques libéraux à intensifier leurs efforts pour obtenir enfin de Rome la condamnation de l’Action Française. En 1924/1925, la rumeur monte autour d’une telle éventualité. Cette fois ce sont les catholiques d’Action française qui se mobilisent et lancent La Gazette Française en mai 1924. Jean de Fabrègues y participe dés l’été. Malgré son très jeune âge (il n’a que 19 ans), ce sont quarante articles qu’il rédige pour la nouvelle revue pendant ces deux années, sous les pseudonymes de Guy de Montferrand et de Pierre Travers.

III. A La Gazette Française27

  • 27 Pour l’histoire de cette publication, voir : Véronique Auzépy-Chavagnac, “A La Gazette Française, p (...)
  • 28 La Gazette Française, 31 janvier 1925.

24Il n’est pas indifférent de noter que le premier engagement de Jean se produit dans une publication de caractère à la fois catholique et maurrassien. Il y écrit, selon le témoignage de la rédaction, “des articles de doctrine religieuse28” : il faut comprendre des articles exprimant le point de vue du catholicisme.

Une revue catholique et maurrassienne

  • 29 Elle prévoit par exemple des facilités d’abonnements pour les prêtres et recommande la lecture des (...)
  • 30 Jean-Louis Loubet del Bayle, “Jacques Maritain et les non-conformistes des années trente”, communic (...)

25Le nom de Gazette Française n’est pas sans rappeler celui de l’ancien organe royaliste, La Gazette de France. La revue se situe, dans le cadre de la lutte contre le cartel des gauches, aux confins de la droite traditionaliste et de la droite maurrassienne. Elle s’adresse aux laïcs comme au clergé29. D’une part elle s’inspire de mots d’ordre voisins de ceux de la FNC : son ambition d’instaurer “une politique chrétienne” et “une nouvelle royauté sociale du Christ” répond à celle de “restaurer un ordre social chrétien” du général de Castelnau. D’autre part elle prend place dans le combat que mène l’Action Française pour asseoir son influence sur l’ensemble des royalistes et des catholiques. Selon l’heureuse formulation de Jean-Louis Loubet del Bayle : “cette jeune publication entendait être l’instrument d’une politique chrétienne. s’attaquant au laïcisme des sociétés modernes, tandis que ses choix politiques concrets rejoignaient les orientations de l’Action Française.” En cela, “elle n’était pas sans manifester un malaise latent chez certains catholiques d’Action Française qui, tout en restant fidèles à la politique maurrassienne, entendaient cependant affirmer leur identité catholique30.” Ses trois principaux fondateurs, Amédée d’Yvignac, Henri Massis et Jacques Maritain manifestaient clairement cette orientation.

  • 31 Sur Amédée d’Yvignac, on consultera ses souvenirs recueillis par Jean de Miollis, Propos d’un conte (...)
  • 32 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française. 1 décembre 1924.

26Le premier représente la cheville ouvrière de la revue : c’est un homme de vingt-neuf ans, catholique et royaliste de tradition, maurrassien et thomiste de conviction31. Sa rencontre avec Maurras est avant tout de l’ordre de l’éblouissement intellectuel, au travers de l’ouvrage Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve, découvert en 1909. Avec la même précocité que Jean de Fabrègues, il adhère au mouvement nationaliste à l’âge de dix-sept ans, devenant Camelot du Roi sous l’emprise de Marius Plateau. C’est à l’occasion de ses études supérieures qu’il découvre la philosophie thomiste, dans les cours professés à l’Institut Catholique de Paris par l’abbé Lallement, le père Pécoul et Jacques Maritain. Dès lors il croit certain de pouvoir mener une politique chrétienne fondée sur un ordre monarchique et catholique. Il a découvert, selon ses propres termes “sa vocation de politique chrétien”32. Aussi se réjouit-il de trouver, en plus de l’appui de Maurras, celui de Maritain à son projet de revue. Au-delà de la volonté de lutter contre un éventuel retour des lois laïques, La Gazette Française se situe aussi, en effet, dans la querelle philosophique et religieuse qui oppose alors droite et gauche catholiques.

  • 33 Jacques Maritain, Réflexions sur l’intelligence et sur sa vie propre, op. cit. L’engagement maurras (...)
  • 34 Jacques Maritain, “Le retour à la métaphysique”, La Gazette Française, 3 mai 1924.
  • 35 Guy de Montferrand, La Gazette française, 31 décembre 1925.
  • 36 Antimoderne paraît aux éditions de La Revue des Jeunes en 1922.

27En acceptant de parrainer ce nouvel organe, Maritain en attend une tribune où il exprimera sa foi en une rencontre du catholicisme et du maurrassisme dans un attachement commun à l’œuvre de la raison, selon le projet qu’il a formé dans ses Réflexions sur l’intelligence : “Maurras a construit une doctrine politique qu’il appartient au métaphysicien et au théologien de compléter, mais non point de renverser car il travaille à restituer, sur des points vitaux, l’ordre naturel et la santé de la raison.33”. L’article qu’il signe en page de garde du premier numéro de la revue, daté du 3 mai 1924, insiste sur la nécessité d’un “retour à la métaphysique” et exprime sa conception de l’intelligence, non pas fondée sur “un pragmatisme de fait qui risque de ruiner la civilisation occidentale”, mais sur “la longue patience des disciplines de la raison34.” Ce parrainage compte autant pour Jean que celui de l’Action Française. On peut supposer que c’est à La Gazette Française qu’il fait la connaissance de Jacques Maritain. Cette rencontre fonde sa deuxième filiation, après celle qui le rattache à Maurras. “Qui dira ce que nous devons à Maritain !35” s’exclame-t-il dans les colonnes de la revue. Toute sa reconnaissance pour l’auteur d’Antimoderne tient dans cette exclamation36.

28Henri Massis représente le troisième inspirateur de la nouvelle publication et un motif supplémentaire pour Jean, qui lui voue l’admiration que nous savons, d’y participer. L’amitié de Massis et de Maritain est alors intime, à l’image de leur collaboration. Cette même année, Massis dédicace le premier tome de ses Jugements à Maritain en des termes qui affirment leur communauté de vues : “Ce témoignage de notre commun espoir en la restauration métaphysique”. C’est ensemble que les deux hommes lancent la collection du Roseau d’Or chez Plon qui, selon les termes de son catalogue, entreprend de travailler “au redressement spirituel de notre époque”. Massis apporte toute l’influence de son parti pour l’Intelligence. Il est aussi auréolé de son courage d’ancien combattant blessé au front. Si sa participation à La Gazette Française se révèle épisodique, sa pensée est en revanche présente à travers la collaboration régulière d’Henri Ghéon. De son véritable nom Henri Vangeon, celui-ci a signé, en son temps, le manifeste du parti de l’Intelligence et s’exprime dans plusieurs revues proches de l’Action Française comme La Revue Française et La Revue d’Occident. Comme Massis et comme Maritain, c’est un converti dont toute la fougue catholique s’exprime dans des œuvres d’inspiration religieuse, à l’image de ce Pauvre sous l’escalier qu’il fait représenter au théâtre en 1925. La Gazette fait une large publicité à son dernier ouvrage, Parti pris, où il expose des positions proches de celles de Massis.

L’origine de la Jeune Droite Catholique

  • 37 La Gazette Française, no 1, 3 mai 1924. Les abonnements sont gérés par l’administrateur de la revue (...)

29Tout en cherchant à toucher un large public de droite catholique, La Gazette Française s’adresse cependant avant tout aux jeunes. “Nous sommes tous des jeunes gens, nous voulons faire une feuille pour les jeunes gens”, affirme en guise d’argumentaire la rubrique des abonnements37. La tranche d’âge visée correspond à celle de Jean ; elle concerne la génération de ceux qui n’ont pas fait la guerre et ont reçu la victoire des mains de leurs aînés. La vocation affirmée, le 3 mai 1924, par le sous-titre du premier numéro de la revue, alors bi-mensuelle, est de promouvoir une “rencontre de générations”.

  • 38 Amédée d’Yvignac, Propos d’un contestataire, op. cit.
  • 39 Amédée d’Yvignac, “Perspectives”, La Gazette Française, 3 mai 1924.

30Dans son éditorial intitulé sobrement “Perspectives”, Amédée d’Yvignac brosse avec lyrisme une allégorie toute maurrassienne. Sous un portique (qu’on suppose athénien comme il l’écrira plus tard non sans humour38) “ouvert sur les perspectives d’un jardin français”, sont rassemblés deux groupes de jeunes hommes. Le premier, debout, “respire la grandeur et commande le respect”. Il se penche vers le second “paré des grâces de l’adolescence […] le visage empreint […] d’une réflexion pieuse et attentive.” Précisant le sens du message, une banderole tendue au-dessus d’eux, “dans le ciel d’île de France”, proclame : “La génération sacrifiée instruit la génération de la victoire39.”

31Autant que la scène, le nom de ceux qui forment le groupe des aînés renseigne sur les intentions de l’éditorialiste : Ernest Psichari, Léon de Montesquiou, Pierre Gilbert, Jean-Marc Bernard, tous disparus pendant le conflit, tous sympathisants de Maurras, tous convertis au catholicisme. Pour faire bonne mesure, d’Yvignac n’hésite pas à y joindre celui de Charles Péguy, lui aussi disparu, lui aussi converti, annexé par la gauche autant que par la droite catholiques, selon les épisodes de son parcours choisis en référence. Massis, qui patronne également La Gazette Française, revendiquera pour elle le même héritage lors de la journée anniversaire de sa création, la comparant aux Cahiers de la Quinzaine.

32Cependant, si la revue affirme son inspiration nationaliste, elle marque aussi, par le recours à ces différents patronages, un retour aux sources et une certaine distance au regard de l’orthodoxie maurrassienne du moment. Ainsi Gilbert et Bernard furent-ils de ceux qui lancèrent La Revue Critique et s’opposèrent à Maurras. D’Yvignac se réfère à la première Action Française, celle qui dialoguait avec la gauche et se voulait novatrice en matière sociale. Avec Massis et Maritain, il y ajoute son inspiration catholique.

33Ce sont autant les accents vibrant de foi patriotique et chrétienne que les clins d’œil manifestant l’originalité doctrinale de la revue qui séduisent une cohorte de jeunes gens aspirant, comme Jean de Fabrègues, à voir la France retrouver sa vocation de grande nation chrétienne. Leur rassemblement au sein de La Gazette Française forme l’origine de la Jeune Droite Catholique. Sont en effet réunis là, tout à la fois thomistes et royalistes, sympathisants d’Action Française et, faisant leurs premières armes de journalistes : Jean Daujat, Maurice de Gandillac, Pierre Arthuys, Louis Salleron, Jean-Pierre Maxence et Robert Francis (qui signent alors de leurs vrais noms, Pierre et Jean Godmé), Paul Gilson, Roger de Lafforest. Les deux derniers confèrent un caractère littéraire à la revue et même un petit côté d’avant-garde.

  • 40 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, Gallimard, 1939, p. 135. Sur les relations de Jean Coctea (...)
  • 41 Paul Gilson, La Gazette Française, 14 juin 1925.

34Paul Gilson, qui assume la direction de l’ensemble en 1924 avant de se consacrer à la seule partie littéraire en mai 1925, d’Yvignac prenant alors le titre de directeur-fondateur, est un jeune poète qui vient de la classe de philosophie de Sainte-Croix de Neuilly où d’Yvignac est surveillant. Proche de Jacques Maritain et de l’esprit des réunions de Meudon, “il ne jurait que par Jean Cocteau”, selon le souvenir de Jean-Pierre Maxence, par sensibilité religieuse autant peut-être que littéraire40.. Allant dans le sens d’un rajeunissement de l’esthétique d’Action Française, il assure “vouloir réconcilier la poésie moderne avec Maurras41.” Son ami, Roger de Lafforest, lui aussi poète débutant et thomiste fervent, occupe, pendant les premiers mois, le poste de secrétaire général.

  • 42 Jean Daujat, Propos d’un contestataire, Préface, op. cit., p. 8.
  • 43 Sur Jean-Pierre Maxence et Robert Francis, on consultera Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. (...)
  • 44 Jean Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 60.
  • 45 Ibid., p. 9. Jacques Arthuys, son frère, ancien combattant et industriel du Nord, proche de Georges (...)

35Mais La Gazette Française se veut aussi organe de réflexion et cette orientation ressort de la participation de futurs philosophes. Jean Daujat, alors âgé de dix-huit ans, disciple de Maritain, royaliste, admirateur, selon ses propres dires, du combat mené par l’Action Française “avec énergie pour la défense de l’Église contre la politique anticléricale du cartel des gauches42.” Maurice Patronier de Gandillac vient d’entrer à l’École Normale Supérieure. Fidèle de Jacques Maritain, il collabore à La Revue Universelle. Lui aussi croit alors à une possible adéquation entre thomisme et maurrassisme. Jean (Robert Francis) et Pierre Godmé (Jean-Pierre Maxence) sont tous deux des familiers de Jacques Maritain43. Des deux frères Godmé, Pierre est celui qui intervient le plus régulièrement à La Gazette où il lui arrive, parfois déjà, de signer du pseudonyme de Maxence. Il est, avec Jean de Fabrègues, parmi les jeunes recrues, l’un des piliers principaux de la revue. Tous deux partagent la même conception d’un “nationalisme qui s’élargit à l’universel dans le catholicisme44.” D’autres jeunes gens, pour la plupart encore étudiants, figurent également dans l’équipe de rédaction. Pierre Arthuys, ingénieur, est, selon le témoignage de Jean Daujat, “un profond penseur formé à l’école des bénédictins de Solesmes45.” Bernard du Halda est étudiant en droit. Louis Salleron, catholique et royaliste, n’a que dix-neuf ans, mais montre déjà une grande sensibilité aux questions sociales. Il cherche à lier corporatisme et doctrine sociale de l’Église.

  • 46 Amédée d’Yvignac, Propos d’un contestataire, op. cit., p. 54.
  • 47 Jacques Chombart de Lauwe, Henri d’Astier de La Vigerie, Bertrand de Lur-Saluces.
  • 48 La Société Générale d’Éducation et d’Enseignement travaille, depuis la fin du Second Empire, au dév (...)
  • 49 Proche d’Henri Massis, il sera responsable de la page littéraire de L’Action Française. Il collabor (...)

36Avec la bénédiction de Charles Maurras qui se dit “enchanté” de sa naissance46, les subsides de quelques généreux bienfaiteurs royalistes47, la revue d’abord bi-mensuelle, devint hebdomadaire en mai 1925 et attira des collaborateurs plus chevronnés venus de La Revue Française : José Vincent qui était aussi le critique littéraire de La Croix ; Robert Vallery-Radot qui tenta, sans succès, d’imposer son ami Georges Bernanos, encore inconnu, comme polémiste auprès du comité de rédaction ; le romancier René Benjamin, familier de l’Action Française, venu de la mouvance sorellienne ; Henry d’Yvignac, le frère aîné d’Amédée, de dix ans plus âgé et feuilletoniste. Manifestent l’intérêt de La Gazette pour les problèmes d’éducation les participations de la femme de lettres Marie Gasquet, d’Antoine Lestra et de Charles Baussan, issus tous deux de la Société d’Éducation Générale et d’Enseignement48. D’autres maurrassiens, plus jeunes, viennent enfin se joindre à la revue dans ces années d’expansion : Pierre Varillon qui se prépare à publier Fausse Route au Roseau d’Or49 et René Groos, qui compte parmi les quelques recrues juives du mouvement nationaliste et fonde en 1925 une revue amie, La Revue du Siècle, à l’existence éphémère.

  • 50 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 60.

37Cette volonté de rendre à la France son idéal politique et religieux et cette recherche d’ouverture intellectuelle, notamment en matière économique et sociale, caractérisent la démarche de La Gazette Française “petit organe”, selon le témoignage de Jean-Pierre Maxence, “où l’on était […] fort loin de manquer de lucidité et de tolérance, qui avait tenté d’opérer, en marge de l’Action Française, un groupement d’esprits convaincus de la nécessité d’un nationalisme, mais qui refusaient, du moins implicitement, de lier leur sort. soit à un pseudo-classiscisme qui ne semblait plus que souvenir, soit à des positions sociales conservatrices50.”

Lier l’esprit de charité du Sillon et de vérité de l’Action Française

38Jean s’investit totalement dans ce premier engagement qui lui ressemble et comble son besoin de trouver une famille intellectuelle. Sans aucune rémunération (l’ensemble des rédacteurs est bénévole, à l’exception d’Amédée d’Yvignac), il multiplie les articles en 1924/1925, prenant le titre de secrétaire de rédaction et la responsabilité de la chronique “de la cité de Dieu”, c’est-à-dire d’une sorte de rubrique religieuse où l’on cherche à mettre en regard vie politique et exigences chrétiennes. Dans cette seconde tâche, il fait équipe avec Pierre Godmé, alias Jean-Pierre Maxence.

  • 51 Se répondent ici quatre personnages emblématiques de l’Action Française et du Sillon. L’opposition (...)

39“Si vous parlez de tout cela avec Maxence”, écrira Fabrègues à Maulnier, évoquant cette époque, dans un esprit de mise au point à la fin des années trente, “rappelez-lui que nous étions d’accord, vers 1924/1925, sur ceci : “il nous faudra lier étroitement l’esprit de charité du Sillon de 1900 avec l’esprit de vérité de l’Action Française de 1910” et nous aimions ensemble Henry du Roure et Henri Lagrange, Léonard Constant et le R P.Clérissac51.

  • 52 Guy de Montferrand, La Gazette Française, janvier 1924.
  • 53 Guy de Montferrand, “Pour la tradition, sur les traces de la génération sacrifiée” et “Témoignage d (...)

40Tel apparaît bien, en effet, le sens de son effort à La Gazette Française. Avec toute l’ardeur de ses dix-huit ans, il définit sa foi de jeune patriote attaché au message d’amour de l’Evangile et à l’idéal d’harmonie de l’ordre maurrassien : “Nous, jeunes gens de France, nous adorons le Dieu du Golgotha, le Dieu d’amour et de pardon, le Dieu de Rome qui sut dispenser au monde l’équilibre […] Clamons que nous sommes romains comme Charles Maurras mais qu’aussi nous sommes catholiques52.” Loin d’opposer le Christ à son Église, à la façon maurrassienne, le jeune Fabrègues souhaite concilier la folie de la Croix et la sagesse de Rome. Ce sont ces deux fidélités qui fonderont, sa vie durant, la cohérence de sa démarche. En ce début des années vingt, il pense trouver dans la pensée d’Action Française la traduction politique de la doctrine thomiste : “La raison, (dont) la source est divine, parle pour la tradition […] La force de l’esprit est faite d’ordre et de certitude. Voilà pourquoi nous aimons, nous pratiquons les Jugements d’un Massis, les Partis pris d’un Ghéon, toute la critique d’un Dubech. Ils nous offrent […] une règle […] au seuil de laquelle nous conduisit notre maître Maurras : c’est la tradition d’accord avec la raison53.”

  • 54 Guy de Montferrand, “Frédéric Le Play, un méconnu”, La Gazette française, 11 juin 1925.
  • 55 Selon sa réponse à L’enquête sur la monarchie de Charles Maurras en 1900. Voir C. Maurras, “Enquête (...)
  • 56 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

41Avec Frédéric Le Play, Jean s’accorde à penser que “la tradition est un progrès perpétuel basé sur l’expérience54”. Avec Paul Bourget, il tient que l’ordre est basé sur “la trilogie morale, religion, tradition, la morale étant subordonnée à la religion55”. Ainsi demande-t-il à Dieu, dans son Journal, “l’ordre de nos Pères, l’ordre de Bourget surtout, de Maurras aussi56

IV. L’appel à l’union des catholiques

42De façon plus circonstancielle, en ces années de lutte contre la politique anticléricale du Cartel des Gauches, ses articles se centrent autour de l’appel à l’union des catholiques. La critique du manque de rigueur doctrinale du Sillon accompagne le rejet du régime et des lois laïques. Jean met aussi l’accent sur l’urgence d’une réforme sociale inspirée des principes du catholicisme face au danger communiste.

“L’erreur démocratique” du Sillon

43Les personnages du nationaliste Henri Lagrange et du sillonniste Henry du Roure, mis en scène par le jeune journaliste dans ses premiers articles, symbolisent l’harmonie qu’il souhaite établir entre les deux pôles de la “vérité” et de la “charité”. De la part du second, la ferveur de l’apostolat n’excuse pas ce qu’il considère comme une faiblesse des principes politiques.

  • 57 Selon Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, op. cit., p. 228. Le Cercle Proudhon se présente comm (...)
  • 58 Guy de Montferrand, “L’un d’eux, Henri Lagrange”, La Gazette Française, 28 juin 1924.

44Henri Lagrange réunit les qualités du héros maurrassien : camelot du Roi à l’âge de quinze ans en 1909, créateur en 1912 du groupe parisien des lycéens d’Action Française. Il apporte aussi un zèle réformateur en matière économique et social puisqu’il est un des fondateurs, en 1913, du Cercle Proudhon, où des maurrassiens recherchent, avec des syndicalistes qui s’inspirent des idées de Sorel, des formules de gestion politique et sociale autres que celles de la démocratie républicaine57. A cette activité militante, Lagrange joint un don d’écrivain : collaborateur à La Revue critique, auteur de Vingt ans en 1914. Tué au combat pendant la guerre, il est revenu à la foi chrétienne peu avant de mourir. “Nationaliste par Barrés, monarchiste par Maurras, qui de vous n’a point pleuré sur cette âme et voulu lui ressembler ?58”, s’interroge Jean non sans exaltation. Henri Lagrange réunit à ses yeux les qualités d’un patriote, d’un militant et d’un intellectuel engagé, comme il souhaiterait l’être aussi, dans le combat politique pour refaire de la France une grande nation chrétienne.

  • 59 Jean de Fabrègues, Le “Sillon” de Marc Sangnier, Perrin, 1964, p. 271.
  • 60 Ibid., Fabrègues citant Léonard Constant, p. 272.
  • 61 Le 18 août, il note dans son journal : “Je prie Dieu qu’il fasse pour d’autres du repos avec ma fat (...)

45Henry du Roure incarne, lui, le “croisé pris dans l’aventure du Sillon comme dans une ascèse personnelle au moins autant que dans une action sociale […] Le Sillon, pour lui, c’est le christianisme […] C’est parce que chrétien qu’il est démocrate59”. Membre du mouvement de Marc Sangnier depuis l’âge de dix-sept ans et devenu l’ami de son fondateur, du Roure est durement frappé dans son idéal par la condamnation pontificale du Sillon en 1910. Il s’y plie cependant avec humilité. Commence alors, selon Fabrègues qui cite le témoignage de Léonard Constant à l’appui de ses dires, une réflexion sur la réalité de la nation et la nécessité de défendre, à l’approche de la guerre, les valeurs sur lesquelles elle repose : “patrie, famille, travail […] qu’il faut d’abord subir et aimer avant de prétendre à les spiritualiser60.” Le 21 septembre 1914, du Roure est tué au front, laissant le souvenir d’un saint à ses supérieurs61.

  • 62 Jean de Fabrègues, Le “Sillon” de Marc Sangnier, op. cit., p. 227.
  • 63 Ibid., p. 227, 228.

46Jean estime à sa juste valeur le dévouement apostolique du Sillon “mouvement d’âmes”, mais il regrette son absence de doctrine et son caractère trop personnel : “Ce qui reparaît toujours, c’est une fidélité plus qu’une logique”, écrit-il plus tard, “et souvent une fidélité au chef plus qu’une référence à un appareil intellectuel62”. Il manque, à l’origine du Sillon, “la renaissance de l’intellectualisme thomiste (qui) n’a pas encore pointé […] Ni Sertillanges, ni Maritain, ni Rousselot, ni le cardinal Mercier, ni Gilson, ni Garrigou-Lagrange n’ont encore étendu la vigueur de leurs ailes63

  • 64 Étienne Borne, Lettre du 11 décembre 1992 à Jacques Prévotat, Catholiques français et Action França (...)

47D’où la critique majeure, au plan politique, qu’il adresse au mouvement de Sangnier : l’“erreur démocratique” est, à ses yeux, une conséquence de ce manque de rigueur doctrinale. Étienne Borne attribue à Maurras la même analyse lorsqu’il remarque que : “Pour Maurras, la démocratie, c’est l’antiphusis grecque, l’antinature, un ordre artificiel non viable. C’est cela la nuée. Par là s’est nouée la convergence entre l’empirisme organisateur et le néo-thomisme64

  • 65 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.
  • 66 Guy de Montferrand, “La moisson sur les tombeaux. Quelques idées d’Augustin Cochin”, La Gazette Fra (...)
  • 67 Cité par Jean de Fabrègues, Le Sillon” de Marc Sangnier, p. 242.
  • 68 Augustin Cochin (1876/1916), chartiste mort à la guerre, est le petit-fils du publiciste Augustin C (...)
  • 69 Guy de Montferrand, “La moisson sur les tombeaux”, ibid.

48Si le Pape a condamné l’œuvre de Sangnier, affirme Jean, c’est en raison de la “confusion” opérée par celui-ci entre “démocratie et charité chrétienne”65. Au-delà de son principe, (“la liberté sur laquelle le régime repose est doublement néfaste parce qu’elle est anarchie et individualisme66”), c’est la pratique démocratique républicaine qu’il condamne. Appliquant aux années vingt les sombres prédictions de Tocqueville : “s’il venait jamais à se fonder une république démocratique comme celle des Etats-Unis dans un pays où le pouvoir d’un seul aurait déjà établi et fait passer, dans les habitudes comme dans les lois, la centralisation administrative, je ne crains pas de le dire, dans une semblable république, le despotisme deviendrait plus intolérable que sous aucune des monarchies de l’Europe67”, Jean met à profit la publication par La Revue Universelle des bonnes feuilles d’une étude d’Augustin Cochin68 sur Les sociétés de pensée et la révolution en Bretagne (1er juillet 1924) pour dénoncer l’influence des “meneurs” et des sociétés de pensée dans le maintien de la République. “Le système a substitué le machinisme des sociétés à la vraie politique ; le solidarisme, c’est à dire la surveillance jalouse et réciproque au loyalisme ; l’État, pouvoir de contrainte physique, à l’État dominateur moral69.”

  • 70 Guy de Montferrand, “Histoire, doctrine, action de la Jeune République”, La Gazette Française, 3 se (...)

49Sur un plan plus économique et social, l’accusation de ploutocratie revient aussi fréquemment sous la plume du jeune homme pour caractériser la démocratie de l’après-guerre, “où le pouvoir est plus à la richesse qu’au nombre70” Orgueilleuse, irréaliste, libérale, individualiste, jacobine et ploutocratique, on a là disposé l’essentiel de l’appareil critique qui sera celui de la Jeune Droite Catholique envers la démocratie républicaine pendant les années trente.

Le refus des lois laïques

  • 71 Ibid.
  • 72 Guy de Montferrand, “Pour l’union des catholiques. Politique et religion”, La Gazette Française, 17 (...)

50Le Sillon se trompe s’il espère qu’un tel système politique puisse s’améliorer : “l’amélioration de l’homme pêcheur, marqué du sceau adamique” ne viendra pas de la seule “éducation morale et civique71” D’autant que le retour des lois laïques manifeste clairement le refus républicain de toute inspiration chrétienne. “Citant l’encyclique Gravissimam dans laquelle Pie XI vient de refuser : de se réconcilier avec les lois laïques, car ce que Pie X a condamné, Nous le condamnons aussi, Jean affirme en janvier 1925 : “La doctrine catholique n’admet pas la laïcité de l’État […] Le Pape a condamné le laïcisme, il nous ordonne de le combattre. Tous doivent obéir. Ce n’est point une question d’opinion personnelle72

  • 73 Déclaration des Cardinaux et Archevêques, 11 mars 1925, in Adrien Dansette, Histoire religieuse de (...)

51Cette assimilation de la législation religieuse du Cartel à une politique de laïcisme est partagée par la majorité des responsables de l’Église de France. Le 11 mars 1925 paraît une déclaration des Cardinaux et Archevêques français affirmant la légitimité de l’intervention de la religion dans la vie de l’individu comme dans les affaires de la cité. Il ne doit y avoir ni laïcité de l’enseignement, ni laïcité de la législation. “Il faut déclarer la guerre au laïcisme et à ses principes jusqu’à l’abolition des lois iniques qui en émanent73”. La sévérité de ce jugement est à peine atténuée par l’homélie de Mgr Dubois, quelques jours plus tard à Notre Dame de Paris, visant à en restreindre la portée au seul domaine religieux. La déclaration suscite la division des catholiques entre libéraux et intransigeants, jusqu’à la Chambre où les premiers groupés autour de l’Abbé Lemire affrontent les seconds rassemblés derrière Léon Bérard et son admonestation “de faire sans nous votre salut laïque.”

  • 74 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 30 mars 1925.
  • 75 Guy de Montferrand, “Léon XIII et le laïcisme d’État”, La Gazette Française, 15 mars 1925.
  • 76 Guy de Montferrand, “Pour l’union des catholiques. Pie X et Léon XIII”, La Gazette Française, septe (...)

52La Gazette Française exulte de voir ses positions ainsi soutenues par les plus hautes instances catholiques : “Depuis dix mois qu’elle existe, (notre revue) n’avait pas d’autre langage. Étions-nous de jeunes aventureux, sympathiques mais un peu casse-cou ou tout simplement de jeunes hommes, puisant dans leur fidélité aux enseignements de l’Église et dans leur méditation des enseignements de l’histoire, une vue nette de la situation74. ?” Pour ces jeunes catholiques qui ont le sentiment de trouver dans les principes politiques maurrassiens l’application des préceptes de leur religion, l’union des catholiques s’impose autour de la nécessaire reconnaissance par l’État de la puissance spirituelle : “Il faut qu’il soit en liaison avec elle. Il ne faut pas, comme c’est le cas dans la laïcité, qu’il l’ignore75”. Pourtant, ripostent leurs adversaires démocrates, Léon XIII n’a-t-il pas appelé les catholiques au ralliement à la République ? Certes, convient Jean, “il a tenté une expérience et dit : le fait du développement du libéralisme étant patent, il importe de voir si l’Église peut, sans aller à l’encontre d’aucun de ses dogmes, s’adapter à ces données nouvelles76

  • 77 Guy de Montferrand, “Unité de la politique chrétienne”, La Gazette Française, 3 décembre 1925.

53Ce qui ne signifie pas qu’elle doive cesser de lutter contre les erreurs du modernisme et les crimes du libéralisme. Le jeune homme n’a de cesse, dans cette querelle, d’affirmer l’unité de la politique chrétienne, c’est-à-dire la continuité de l’enseignement pontifical, en dépit des modifications de circonstances : “L’Église ne va pas au hasard. Sa méthode consiste à tenter d’abord de temporiser. Ensuite vient la période de défense des principes. Enfin, lorsque l’ennemi se fatigue, celle de la pacification. Selon qu’un pontife régnera au cours de l’une de ces périodes, il aura, c’est évident, une attitude différente77

“Briser la ceinture rouge”

  • 78 J.J. Becker. S. Berstein, Victoire et frustrations (1914-1929), op. cit., p. 353.

54Sous-jacent au thème de la lutte contre les lois laïques vient celui du combat contre l’expansion du “bolchevisme” dans le monde du travail. Dans leur histoire de l’après-guerre, J.J. Becker et S. Berstein rappellent que “les années vingt sont le moment où l’habitat ouvrier […] émigre dans les banlieues […] sans plan d’urbanisme […] Cette concentration des ouvriers à la périphérie des villes (la banlieue rouge de Paris par exemple) y développe une conscience de classe dans laquelle le parti communiste trouvera l’un des principaux leviers de son action. Isolement et ségrégation (y) rendent […] théorique l’idéal de promotion sociale de la Troisième République […] Les ghettos ouvriers des banlieues rouges offrent des possibilités quasi nulles d’entrer dans l’enseignement secondaire ou supérieur (ou d’accéder) à la culture de l’élite78

  • 79 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 24 septembre 1925.
  • 80 Selon la réponse de Paul Bourget à l’Enquête sur la monarchie de Charles Maurras.
  • 81 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 10 septembre 1925.
  • 82 Ibid., 17 décembre 1925.

55En novembre 1925, Pierre Godmé, alias Jean-Pierre Maxence, inaugure une nouvelle rubrique : “Nos enquêtes ouvrières”. Dans le même esprit, Jean déplore l’absence, dans les lotissements autour de Paris, de nourriture spirituelle et intellectuelle : “Prenez-y garde, catholiques, là est le danger. C’est la ceinture rouge. Si vous ne la brisez de votre apostolat, elle vous étranglera79” Le catholicisme doit se trouver “au cœur de l’ordre social”80 et en restaurer les structures : “la famille” d’abord, que Jean confiait dans son journal intime à la protection de Dieu et dont il donne ici une acception barrèsienne : “petite société qui appartient à la Maison, c’est à dire ce qu’ont élevé ces morts vers qui toujours vont nos pensées81.” Les “associations” ensuite, “professionnelles et provinciales […] pour lesquelles La Tour du Pin, le grand Mun, les Cercles d’ouvriers et l’Association Catholique combattirent82.” Les principes d’un ordre social traditionnel rejoignent ceux de l’Église.

 

56Née de la volonté de lutter contre les lois laïques et du désir de Maritain et de Massis de démontrer les correspondances entre thomisme et maurrassisme autour de la raison et de l’intelligence, tournée vers la jeune génération dont elle veut exalter le sentiment patriotique, décidée à renouveler les conceptions de l’Action Française en matière économique, sociale et artistique, La Gazette Française entame en 1925 le début d’une carrière journalistique qui se présente sous les meilleures auspices. Elle a réussi à attirer une brillante cohorte de jeunes catholiques royalistes : Daujat, Gandillac, Arthuys, Salleron, Maxence, Francis, Gilson, Lafforest, qui tous, à l’image de leur compagnon Jean de Fabrègues, souhaitent réconcilier l’esprit du Sillon et celui de l’Action Française, en mariant charité apostolique et réalisme politique, c’est à dire catholicisme social et prise en compte des enseignements de l’histoire sous les auspices de la tradition qui est constante adaptation des principes au réel.

57Ils sont tout sauf des conservateurs, veulent changer le monde, se tournent vers Péguy et Bergson, à la différence de Maurras qui ne les aime pas. La revue appelle à l’union des catholiques contre les erreurs de la démocratie, les dangers du libéralisme et ceux du communisme. Dans ce combat, elle trouve l’appui d’une grande partie de la hiérarchie catholique, restée mal disposée envers la République et parmi laquelle la politique cartelliste a ranimé les feux de la révolte.

58Or c’est le moment choisi par le Vatican pour porter un coup d’arrêt à ce qui semble une mainmise croissante de l’Action Française sur les fidèles. Le temps est venu pour la Jeune Droite Catholique d’entrer dans le “grand orage”.

Notes

1 Les listes de droite obtiennent 4,5 millions de voix, celles de gauche, y compris le parti communiste, 4,2. Le système électoral, par le jeu de la prime à la majorité absolue et la répartition des restes à la plus forte moyenne, favorise la gauche mieux unie que la droite.

2 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, op. cit., p. 13.

3 Aux termes du Protocole de Genève adopté à la SDN le 6 septembre 1924.

4 Édouard Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, Tome IV PUF, 1956, p. 43.

5 Gaëtan Bernoville, Les Lettres, avril 1922.

6 René Johannet, “Le laïcisme et la conduite de l’État”, La Documentation Catholique, no 158, 24 juin 1922, deuxième Semaine des Écrivains Catholiques.

7 Raïssa Maritain crut pouvoir certifier, après la mort de Bergson le 4 janvier 1941, qu’il avait reçu le baptême. Mais, selon Michel Toda, il faudrait plutôt croire un testament du philosophe, daté du 8 février 1937, selon lequel il avait renoncé à cette conversion pour partager le sort de ses frères contre lesquels il sentait monter la persécution. Michel Toda, op. cit, p. 73.

8 Adrien Dansette, Destin du catholicisme français (1926/1956), Flammarion, 1957, p. 102.

9 Roland Alix, La nouvelle jeunesse. Enquête auprès des jeunes gens d’aujourd’hui. Bibliothèque syndicaliste. Librairie Valois, 1930.

10 J.F.Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 275.

11 A la fin des années vingt, Georges Valois s’est brouillé avec l’Action Française et a évolué vers la gauche.

12 Roland Alix, La nouvelle-jeunesse, op. cit., p.98.

13 Selon son propre témoignage in Entretien Jean de Fabrègues/Pierre-Henri Simon, notes dactylographiées, non datées, vraisemblablement 1968.

14 Pierre-Henri Simon, Ce que je crois. Grasset, 1966, p. 35.

15 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, Plon, 1941, p. 22.

16 Sur ce thème, voir : Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Pierre Colin (dir.), Les Éditions du Cerf, 1997.

17 On peut donner une idée de ces générations en précisant l’âge des principaux acteurs du débat en 1925 : Maurice Blondel a 64 ans, Charles Maurras 57 ans. Ils devancent une génération de “quadras” ou “quasi-quadras” : Jacques Maritain (43 ans), Paul Archambault (42 ans), Étienne Gilson (41 ans), Henri Massis (39 ans), Georges Bernanos, qui va les rejoindre, 37 ans.

18 Sur les courants de pensée philosophiques et religieux des années vingt et leur entourage intellectuel catholique, voir en particulier : Jacques Prévotat, Théologiens laïcs des années trente, Les Quatre Fleuves, 1983. Pierre Colin, “Les philosophes et la religion”, in Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Pierre Colin (dir.), Cerf, 1997. Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II. (1914/1962), Cerf, 1999. Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain. Une génération intellectuelle catholique. 1920/1930, Cerf, 1999.

19 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 674.

20 Maurice Blondel, Le procès de l’intelligence, Bloud et Gay, 1922, p. 265.

21 Le rétablissement de la philosophie thomiste dans les Écoles chrétiennes date de l’encyclique Aeterni Patris de Léon XIII en 1879. En 1923, dans son encyclique Studiorum Ducem, Pie XI répète l’obligation de passer par l’enseignement du “Docteur commun”.

22 Jacques Maritain, Réflexions sur l’intelligence et sur sa vie propre, op. cit.

23 Sur la personnalité et l’ensemble de l’itinéraire de Jacques Maritain, voir en particulier : Raïssa Maritain, Les Grandes Amitiés, N.Y., 1944 et Paris, Desclée de Brouwer, 1963. Également Jean-Luc Barré, Jacques et Raïssa Maritain. Les mendiants du ciel, op cit. Henri Bars, Maritain en notre temps, Paris, Grasset, 1959. Jean Daujat, Un maître pour notre temps. Paris, Tequi, 1978. L’ensemble de la collection des Cahiers Jacques Maritain.

24 Jean Guitton rendra célèbre le personnage de son vieux maître aveugle avec le Portrait de Monsieur Pouget paru chez Gallimard en 1941

25 Voir l’analyse de cette revue in Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, p. 650 à 654.

26 Sur les courants intransigeant, démocrate et social dans le catholicisme français, voir Jean-Marie Mayeur, Catholicisme et démocratie chrétienne. Principes romains. Expériences françaises, Paris, Le Cerf, 1986, et Catholicisme intransigeant, catholicisme social. Démocratie chrétienne, Annales ESC, mars/avril 1972. En plus d’une proximité de pensée, Maurice Blondel a acquis des liens familiaux avec l’ACJF et les Semaines Sociales puisque son fils Charles a épousé la fille du troisième président de l’association, Henri Bazire et que sa fille Élizabeth est la femme de Charles Flory. Il est aussi le beau-frère d’Adéodat Boissard, membre fondateur des Semaines Sociales. Sur ce point, voir Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 161.

27 Pour l’histoire de cette publication, voir : Véronique Auzépy-Chavagnac, “A La Gazette Française, pendant l’entre-deux-guerres”, Transversalités, Revue de l’Institut Catholique de Paris, no 57, janvier-mars 1996.

28 La Gazette Française, 31 janvier 1925.

29 Elle prévoit par exemple des facilités d’abonnements pour les prêtres et recommande la lecture des œuvres de théologiens traditionalistes comme celles du Père Garrigou-Lagrange ou de l’Abbé Lallement. Voir notamment La Gazette Française, 14 juin et 15 novembre 1924.

30 Jean-Louis Loubet del Bayle, “Jacques Maritain et les non-conformistes des années trente”, communication au colloque : Jacques Maritain, de l’Action Française à la France des années 30, Institut Catholique de Toulouse, 6, 7 juin 1998.

31 Sur Amédée d’Yvignac, on consultera ses souvenirs recueillis par Jean de Miollis, Propos d’un contestataire, Amédée d’Yvignac, les années 30, Préface de Jean Daujat, Éditions Tequi, 1990 et son ouvrage publié en 1928, Vers une politique chrétienne, Éditions de la Gazette Française.

32 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française. 1 décembre 1924.

33 Jacques Maritain, Réflexions sur l’intelligence et sur sa vie propre, op. cit. L’engagement maurrassien de Jacques Maritain date de sa rencontre avant guerre avec le père dominicain Clérissac qui l’a convaincu de la valeur des idées nationalistes pour la défense d’un ordre catholique. Raïssa Maritain, dans Les grandes amitiés, et Maritain lui-même dans ses écrits postérieurs à la condamnation de Maurras par le Pape, expliqueront leur ralliement à l’Action Française par une certaine ignorance du domaine politique. Henri Massis, dans ses mémoires, donne à leur démarche un sens plus volontariste. Il affirme que Jacques Maritain fut royaliste dés 1912 et ironise : “Il me reprochait alors de ne pas l’être’’, Maurras et notre temps, op. cit., p. 146.

34 Jacques Maritain, “Le retour à la métaphysique”, La Gazette Française, 3 mai 1924.

35 Guy de Montferrand, La Gazette française, 31 décembre 1925.

36 Antimoderne paraît aux éditions de La Revue des Jeunes en 1922.

37 La Gazette Française, no 1, 3 mai 1924. Les abonnements sont gérés par l’administrateur de la revue, Amédée Piedvache. Celui-ci n’est autre que d’Yvignac qui a quitté là son élégant pseudonyme.

38 Amédée d’Yvignac, Propos d’un contestataire, op. cit.

39 Amédée d’Yvignac, “Perspectives”, La Gazette Française, 3 mai 1924.

40 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, Gallimard, 1939, p. 135. Sur les relations de Jean Cocteau et des Maritain, voir Jean-Luc Barré, Jacques et Raïssa Maritain. Les mendiants du ciel, op. cit.

41 Paul Gilson, La Gazette Française, 14 juin 1925.

42 Jean Daujat, Propos d’un contestataire, Préface, op. cit., p. 8.

43 Sur Jean-Pierre Maxence et Robert Francis, on consultera Robert Brasillach, Notre avant-guerre, op. cit. Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit. Jean-Luc Maxence, L’ombre d’un père, Ed. Hallier, 1978.

44 Jean Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 60.

45 Ibid., p. 9. Jacques Arthuys, son frère, ancien combattant et industriel du Nord, proche de Georges Valois, apparaît dans la revue comme souscripteur.

46 Amédée d’Yvignac, Propos d’un contestataire, op. cit., p. 54.

47 Jacques Chombart de Lauwe, Henri d’Astier de La Vigerie, Bertrand de Lur-Saluces.

48 La Société Générale d’Éducation et d’Enseignement travaille, depuis la fin du Second Empire, au développement de l’instruction fondée sur l’éducation religieuse. En 1921, elle a fait naître le Comité pour la Répartition Proportionnelle Scolaire. En 1924/1925, elle soutient la cause de l’Alsace et celle des congrégations, fournit des conférenciers à la Fédération Nationale Catholique. Elle est présidée par le Colonel Keller.

49 Proche d’Henri Massis, il sera responsable de la page littéraire de L’Action Française. Il collaborera à Je Suis Partout avant 1941.

50 Jean-Pierre Maxence, Histoire de dix ans, op. cit., p. 60.

51 Se répondent ici quatre personnages emblématiques de l’Action Française et du Sillon. L’opposition du maurrassien Henri Lagrange et du sillonniste Henry du Roure est évoquée plus loin. De même le Père Clérissac et Léonard Constant sont-ils placés face à face. Le Père Humbert de Clérissac avait été désigné par Dom Delatte comme directeur de conscience pour accompagner Jacques et Raïssa Maritain convertis à la foi chrétienne. Entré à seize ans dans l’ordre de Saint Dominique, d’une grande intensité de foi, thomiste et confiant en l’ordre politique maurrassien, le Père Clérissac représentait l’exemple même du théologien d’Action Française. Il meurt en 1914. Un autre dominicain lui succède auprès des Maritain, le Père Garrigou-Lagrange, qui prêche régulièrement la retraite du Cercle thomiste à Meudon. Léonard Constant a vingt-trois ans lorsqu’il rencontre Marc Sangnier en 1903. Il devient alors membre du Sillon. Agrégé de philosophie, il s’engage dans une carrière de professeur de lycée, ce qui ne l’empêche pas de créer des Cercles d’études dans le but de convertir ses élèves. Il meurt au lendemain de la seconde guerre mondiale.

52 Guy de Montferrand, La Gazette Française, janvier 1924.

53 Guy de Montferrand, “Pour la tradition, sur les traces de la génération sacrifiée” et “Témoignage d’Anatole France”, La Gazette Française, janvier 1925. Massis, Ghéon, Dubech, ces trois auteurs ne sont pas choisis au hasard. Ils partagent la même foi catholique et nationaliste. Les Jugements paraissent en 1923, Parti pris en 1924.

54 Guy de Montferrand, “Frédéric Le Play, un méconnu”, La Gazette française, 11 juin 1925.

55 Selon sa réponse à L’enquête sur la monarchie de Charles Maurras en 1900. Voir C. Maurras, “Enquête sur la monarchie”, Nouvelle Librairie Nationale, 1924.

56 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

57 Selon Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, op. cit., p. 228. Le Cercle Proudhon se présente comme “un cercle d’études sociales fondé par des nationalistes, des syndicalistes anti-démocrates et des fédéralistes pour combattre les institutions démocratiques dans l’économie et dans la politique”. Co-animé par Henri Lagrange et Georges Valois, il a pour organe Les Cahiers du Cercle Proudhon auxquels collaborent également Pierre Gilbert, Eugène Marsan, Jean-Marc Bernard, Henri Massis.

58 Guy de Montferrand, “L’un d’eux, Henri Lagrange”, La Gazette Française, 28 juin 1924.

59 Jean de Fabrègues, Le “Sillon” de Marc Sangnier, Perrin, 1964, p. 271.

60 Ibid., Fabrègues citant Léonard Constant, p. 272.

61 Le 18 août, il note dans son journal : “Je prie Dieu qu’il fasse pour d’autres du repos avec ma fatigue”, in Jean de Fabrègues, Ibid., p. 276.

62 Jean de Fabrègues, Le “Sillon” de Marc Sangnier, op. cit., p. 227.

63 Ibid., p. 227, 228.

64 Étienne Borne, Lettre du 11 décembre 1992 à Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit.. p. 595.

65 Guy de Montferrand, “Henry du Roure ou la charité raisonnable”, La Gazette Française, 13 août 1925.

66 Guy de Montferrand, “La moisson sur les tombeaux. Quelques idées d’Augustin Cochin”, La Gazette Française, 16 août 1924.

67 Cité par Jean de Fabrègues, Le Sillon” de Marc Sangnier, p. 242.

68 Augustin Cochin (1876/1916), chartiste mort à la guerre, est le petit-fils du publiciste Augustin Cochin et le fils de Denys Cochin, homme politique et écrivain sous la Troisième République. Dans L’Esprit jacobin, il se livre à une étude détaillée des causes et de l’installation de la Révolution française.

69 Guy de Montferrand, “La moisson sur les tombeaux”, ibid.

70 Guy de Montferrand, “Histoire, doctrine, action de la Jeune République”, La Gazette Française, 3 septembre 1925.

71 Ibid.

72 Guy de Montferrand, “Pour l’union des catholiques. Politique et religion”, La Gazette Française, 17 octobre 1925. Les citations en italiques sont entre guillemets dans le texte.

73 Déclaration des Cardinaux et Archevêques, 11 mars 1925, in Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine, Flammarion, 1965, p. 536.

74 Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 30 mars 1925.

75 Guy de Montferrand, “Léon XIII et le laïcisme d’État”, La Gazette Française, 15 mars 1925.

76 Guy de Montferrand, “Pour l’union des catholiques. Pie X et Léon XIII”, La Gazette Française, septembre 1924.

77 Guy de Montferrand, “Unité de la politique chrétienne”, La Gazette Française, 3 décembre 1925.

78 J.J. Becker. S. Berstein, Victoire et frustrations (1914-1929), op. cit., p. 353.

79 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 24 septembre 1925.

80 Selon la réponse de Paul Bourget à l’Enquête sur la monarchie de Charles Maurras.

81 Guy de Montferrand, La Gazette Française, 10 septembre 1925.

82 Ibid., 17 décembre 1925.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search