Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Chapitre II. Un nationalisme catholique ?

Texte intégral

  • 1 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, Librairie Académique Perrin, Paris, 196 (...)

1Au début des années vingt triomphe l’union nationale autour du culte des héros morts. Par leur héroïsme, les catholiques ont acquis le droit d’en faire partie. Mais ils doivent également cette reconnaissance à l’Action Française, dont ils partagent la conception de la nation, dans certains de ses aspects essentiels. L’évolution économique et politique donne aussi l’occasion au mouvement qui, pour la première fois, a envoyé des représentants à la Chambre, de critiquer le régime de l’intérieur. “Dans ces années 1920/1924, l’Action Française est au comble de son rayonnement, de son influence1”, se souviendra Jean de Fabrègues, évoquant plus tard cette période. C’est un véritable magistère intellectuel que Maurras exerce alors, en effet, sur une grande partie de la jeunesse catholique. Jean y est particulièrement sensible, ajoutant à cette emprise celle de Massis, au travers de sa sensibilité religieuse, et faisant de son entrée à l’Action Française un engagement de vie.

I. Conception de la nation et Action Française

2L’Union Nationale, réalisée à l’occasion du conflit, s’était d’abord prolongée par le Bloc du même nom, dans une atmosphère bleu-horizon : celle de la Chambre de 1919 où dominaient les anciens combattants. A cette unanimité politique s’ajoutait un apaisement religieux.

Une atmosphère d’Union Nationale

  • 2 On peut donner pour exemplaire de cette génération de prêtres-soldats le Père Doncœur qui fut aumôn (...)

3Dans les tranchées s’était constituée une fraternité d’armes entre prêtres et laïcs, croyants et incroyants. Le régime qui avait envoyé au front “les curés sacs au dos” ne pouvait ignorer leur civisme2. Ainsi s’éteignait la “rumeur infâme” d’intelligence avec l’ennemi qui, un moment, avait couru sur le compte de Benoît XV et du clergé catholique, en raison de la neutralité de l’Église dans le conflit. Dans la défense de l’honneur catholique, nul n’ignorait la part prise par l’Action française. Eugen Weber rappelle que : “entre septembre 1914 et décembre 1916, Maurras écrivit cent trente neuf grands articles défendant le Pape, l’Église et le clergé”. Réunis en ouvrage, ils parurent après la guerre avec un grand succès.

  • 3 Personnage d’autant plus familier pour le jeune Fabrègues qu’il avait effectué en son temps une par (...)

4Aussi les gouvernements d’Alexandre Millerand3, d’Aristide Briand puis de Raymond Poincaré conduisent-ils une politique d’apaisement religieux : maintien de l’Alsace-Lorraine sous la loi concordataire (on ne lui impose donc pas la Séparation), tolérance pour les congréganistes revenus pour combattre dans les rangs de l’armée, rétablissement des relations diplomatiques avec la papauté, constitution d’associations diocésaines pour gérer les biens ecclésiastiques. Les catholiques se trouvent ainsi réintégrés dans la communauté nationale et rétablis dans leur droit au patriotisme. La canonisation de Jeanne d’Arc à Rome le 16 mai 1920, à laquelle assistent quatre-vingt parlementaires, symbolise ce relèvement. Dans la séduction exercée par l’Action Française sur une partie de plus en plus grande des catholiques pendant la première partie des années vingt se mêlent donc les efforts de défense du catholicisme fournis par le mouvement lui-même et le droit retrouvé des catholiques à une juste fierté nationale.

  • 4 Maurice Vaussard est né en 1888. Il est rédacteur au Correspondant depuis 1913, à La Revue des Jeun (...)
  • 5 Voir sur ce point Véronique Chavagnac, “Les écrivains catholiques et l’esprit des années vingt”, in(...)

5Dépossédés depuis de longues années de leur prétention à fonder l’histoire et la tradition françaises, nombreux étaient ceux qui se reconnaissaient dans la définition maurrassienne de la nation comme société naturelle et historique plutôt que comme acte contractant. Les témoignages sont multiples qui montrent que le terme de nationalisme est alors chargé, pour les catholiques même modérés, d’une forte teneur culturelle et religieuse qui lui confère une valeur positive. Il n’a de connotation négative que lorsqu’il s’accompagne d’un caractère excessif, absolu. On a ainsi les témoignages d’une part de la première Semaine des Écrivains Catholiques en 1921, d’autre part de l’enquête menée par Maurice Vaussard4 pour la revue Les Lettres de janvier 1923 à février 1924 sur “Le nationalisme et la conscience catholique”5.

Le nationalisme selon les Écrivains catholiques

  • 6 Henri Massis est alors converti au catholicisme et rallié à l’Action Française. Voir plus loin son (...)
  • 7 “Les organisations nouvelles d’après leurs promoteurs”, La Documentation catholique, no 107, 7 mai (...)
  • 8 Journaliste proche de l’Action Française, René Johannet collabore alors aux Lettres, au Corresponda (...)
  • 9 Directeur des études littéraires à Stanislas.
  • 10 En-dehors des Lettres, revue organisatrice, sont réunies aux Semaines : La Nouvelle Journée avec Pa (...)

6L’initiative de la Semaine des Écrivains Catholiques vient d’Henri Massis et de François Hepp qui lancent en 1920 dans La Revue des Jeunes l’idée d’une fédération des intellectuels catholiques6. Quelques temps plus tard, le père Bessières, rédacteur aux Études, propose des Journées des Écrivains catholiques dont le but apparaît clairement lié à la définition d’un patriotisme catholique : “Énoncer un programme minimum que nul écrivain catholique désireux de servir la France ne puisse récuser raisonnablement7.” Gaëtan Bernoville accepte alors d’organiser avec René Johannet8, Maurice Vaussard et l’abbé Jean Calvet9, des réunions annuelles auxquelles se joignent l’ensemble des publications catholiques, toutes tendances confondues10.

  • 11 Gonzague de Reynold, “Réponse à l’enquête des Lettres”, Les Lettres, novembre/décembre 1923.
  • 12 “L’enquête des Lettres sur le nationalisme”, La Documentation Catholique, no 231, 9 février 1924. P (...)

7Dans les conclusions de l’enquête des Lettres, Maurice Vaussard constate que nationalisme et internationalisme deviennent aussi “hérétiques” l’un que l’autre, dès lors qu’ils sont poussés à leur degré extrême, c’est-à-dire qu’ils se déclarent “au-dessus de la morale”. Il remarque que, selon Gonzague de Reynold, dans la pratique, le nationalisme “conserve les patries, les traditions, les autorités que l’internationalisme cherche à détruire11.” Le père de la Brière déclare les deux concepts, pris dans leur sens absolu, “coupables de matérialisme”. Loin de récuser l’utilisation des termes, tous s’accordent donc à penser que nationalisme et internationalisme conviennent au catholicisme à condition de ne pas se transformer en idoles. Dans “Le dernier mot des Lettres”, Gaëtan Bernoville insiste sur le double danger d’un “nationalitarisme” (le mot est de René Johannet), offrant un “culte” à la patrie et d’un “internationalisme” qui la nie. Il condamne à cet égard ce qu’il appelle “l’esprit de confusion de Marc Sangnier12.”

  • 13 “Controverse et projets : l’internationale catholique”, La Documentation Catholique, no 109, 21, 28 (...)

8Réunis à la Semaine de 1921, les Écrivains catholiques n’éprouvent le besoin de faire aucune critique à l’intervention du Prince Ghika, proche de Jacques Maritain et d’Henri Massis, qui affecte le nationalisme français d’un contenu religieux : faire confiance, “pour instaurer la chrétienté (à) l’initiative française” car c’est en France, “pays de sainte Jeanne d’Arc et de saint Louis, de sainte Marguerite-Marie et de saint Vincent-de-Paul (que) la Providence semble avoir, à dessein, concentré les éléments à cette fin13.”

En coïncidence avec le nationalisme maurrassien

  • 14 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

9La ferveur de ces déclarations ne le cède en rien à celle, toute profane, de l’Action Française. Pour un jeune catholique de l’époque, la différence entre ces conceptions de la nation se résume à un contenu de foi : Maurras serait-il croyant qu’elles pourraient se rejoindre. On s’étonne moins, dès lors, de voir le jeune Jean d’Azémar, achevant le récit de son pèlerinage sur les champs de bataille, s’écrier : “Comme tout cela raffermit certaines idées ! Écrirai-je à Maurras14 ?”

  • 15 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, Librairie Académique Perrin, 1966, p. 1 (...)

10De même, devenu l’écrivain Jean de Fabrègues, dans l’ouvrage qu’il consacre plus tard au maître de l’Action Française, insiste-t-il sur la faille spirituelle suggérée par Maurras lui-même dans sa correspondance avec Barrés à propos du nationalisme : “Comme il convient d’être dupe de quelque chose, je l’ai été et je le suis de cette idée de nationalisme. Et dans une autre lettre : J’ai confiance dans la raison […] Je n’ai pas confiance dans la conscience, la sensibilité, la volonté ou l’intelligence de la nation. Nulle trace ici d’une hyperbolisation de la nation, nulle déesse France à l’horizon […] C’est toujours Aristote et toujours Platon, et c’est aussi Thomas d’Aquin”, constate Fabrègues. À partir d’une nouvelle citation de Maurras à Barrés : Faut-il vous confier mon secret optimisme : l’opinion que le monde est secrètement accordé à l’esprit humain, il suggère le caractère supra-politique de l’ordre maurassien : “Quoiqu’en ait professé celui qui l’a formulée, c’est là une assertion proprement métaphysique, ontologique […] Toute la politique maurrassienne est née de cette méditation15”.

  • 16 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 586.

11Bien qu’il ne prononce pas le nom de Jacques Maritain, on peut voir dans le caractère métaphysique prêté par Fabrègues à l’élaboration d’un ordre politique chez Maurras, la marque de la synthèse qu’il a souhaité, dès l’origine, instaurer entre doctrines thomiste et nationaliste. Ce sera l’objectif essentiel de sa première revue : Réaction, sous-titrée “pour l’ordre”. Ainsi le nationalisme maurrassien ne serait-il que l’expression d’une espérance plus vaste et profonde : retrouver la secrète coïncidence entre la création et l’Esprit, l’organisation politique et la raison. Dans le même sens, Etienne Borne, qui s’approchera brièvement de l’Action Française dans sa jeunesse, a témoigné auprès de Jacques Prévotat du caractère profond, “métaphysique”, de la notion d’ordre chez Maurras16.

II. L’écho des critiques anti-gouvernementales de l’Action Française

  • 17 Le premier numéro de Candide sort en mars 1924. Bainville y donne un article politique hebdomadaire (...)

12L’Action Française accompagne son influence intellectuelle et philosophique sur les catholiques d’une critique incessante envers la politique du gouvernement accusée de ne pas défendre correctement les intérêts du pays. Aux élections de 1919, elle soutient pour la première fois des candidats, et réussit à faire élire Léon Daudet à Paris. La Chambre retentit dès lors de ses effets de voix, exigeant le paiement des réparations par l’Allemagne, ridiculisant la SDN et dénonçant le danger bolchevique. Ses exigences sont relayées par les articles plus subtilement clairvoyants de Jacques Bainville dans L’Action Française, La Revue Universelle, puis Candide17 ainsi que par ses ouvrages historiques (Histoire de trois générations en 1918, Histoire de France en 1924) dont le succès fait la fortune des éditions Fayard.

Un discours antipacifiste

13Dans cette analyse, l’ensemble des maux politiques de la France d’alors provient du caractère libéral de la Révolution française, prise à son propre piège par l’exportation de son idéologie à l’Allemagne. Seul le démembrement et l’occupation partielle du territoire allemand par la France pourraient mettre fin à l’expansionnisme ainsi encouragé. Le traité de Versailles, trop dur pour ce qu’il a de mou, trop mou dans ce qu’il a de dur, doit être refusé, de même que le pacifisme de la Société des Nations. A trop vouloir ménager l’Allemagne, on risquerait de la voir se rapprocher de l’URSS.

  • 18 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, 1958, p. 48.

14De nombreux éléments donnent à penser que ce discours passe bien auprès d’une grande partie de l’opinion publique. Dans ses mémoires, Simone de Beauvoir évoque la figure de son père, significative de la perception qu’on pouvait avoir dans son milieu du nationalisme d’Action Française : “Sans être affilié à l’Action Française, il avait des amis parmi les Camelots du Roi et il admirait Maurras et Daudet. Il interdisait qu’on mît en question les principes du nationalisme. Son amour de la patrie se situait au-delà des arguments et des mots. C’est ma seule religion, disait-il. Il détestait les métèques, s’indignait qu’on permît aux juifs de se mêler des affaires du pays et il était aussi convaincu de la culpabilité de Dreyfus que ma mère de l’existence de Dieu18.”

  • 19 Gonzague de Reynold, “Réponse à l’enquête des Lettres, op. cit.

15On a aussi des échos des critiques de l’Action Française dans les débats des Écrivains catholiques déjà cités qui en montrent la portée. Par exemple dans la réponse donnée par Gonzague de Reynold à l’enquête de Maurice Vaussard où la SDN est affublée du sobriquet de “compagnie internationale des nuages19.”

  • 20 A Cannes se tient en janvier 1922 la conférence interalliée des réparations où la droite accuse Ari (...)
  • 21 Par le traité de Rapallo, Soviétiques et Allemands renonçaient à toutes réparations réciproques.
  • 22 Bien réelle si l’on en juge par leur correspondance (seize lettres de 1918 à 1925) sans que, pour a (...)

16De même l’évolution politique a-t-elle pu, aux yeux de nombreux contemporains, donner des points aux arguments de l’Action française. Le retour d’Aristide Briand de la conférence de Cannes20, puis sa démission (janvier 1922), n’étaient pas sans rapport avec les critiques de Léon Daudet. La conclusion du traité de Rapallo21 confirmait les prédictions de Bainville. La décision de Poincaré d’occuper la Ruhr le 11 janvier 1923 témoignait de l’influence de Maurras22.

Contre “la vie chère” et le danger bolchevique

  • 23 Philippe Bernard, La fin d’un monde (1914/1929), Le Seuil, 1975.
  • 24 Édouard Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, Tome III, PUF, 1956.

17Mais le discours nationaliste porte aussi sur nombre de citoyens pour des motifs plus économiques. La volonté gouvernementale de voir les Allemands payer leurs dettes n’est pas le fruit du seul esprit de revanche. Elle témoigne de l’appauvrissement du pays, condamné à importer de quoi survivre et reconstruire, sans moyens de paiement : la valeur du franc chute de plus des deux-tiers entre décembre 1919 et décembre 1920, tandis que dans le même temps, les exportations ne couvrent que la moitié des importations en valeur23. La crise de la vie chère s’ensuit. De l’indice 100 en juillet 1914, les prix à la consommation passent à 589 en 192024. Le chômage augmente avec les faillites.

  • 25 Sur la politique française envers l’Allemagne, en particulier sur le thème des réparations, voir Ja (...)

18Pénurie et inflation provoquent des grèves, dont la plus forte, générale, éclate le 1er mai 1920 entraînant plusieurs morts et blessés. La décision d’occuper la Ruhr est prise à un moment où le franc, après s’être redressé, est retombé à son plus bas niveau dans ce qui semble au pays la plus parfaite indifférence de nos alliés25.

19Une virulente campagne du parti communiste s’organise alors contre la politique française vis à vis de l’Allemagne. Au nom des Jeunesses communistes, Jacques Doriot appelle à la fraternisation avec les ouvriers allemands de la Ruhr. En mai, Marcel Cachin et d’autres dirigeants communistes sont accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat. L’Action Française travaille, quant à elle, à convaincre l’opinion publique de l’imminence de la révolution et du devoir de résistance au bolchevisme.

  • 26 Sur la comparaison des deux mouvements dans la période 1922/1923, voir en particulier Eugen Weber, (...)

20Les convictions anticommunistes des jeunes catholiques des années vingt poussent dans cette période leurs racines politiques. Elles les conduisent aussi à une forme de reconnaissance pour la première réaction fasciste. En 1923, beaucoup de contemporains voient en Maurras le maître à penser de Mussolini qui vient de prendre le pouvoir à Rome l’année précédente après deux ans de lutte contre la gauche italienne. Tant L’Action Française que La Revue Universelle présentent alors le fascisme comme un réflexe de défense nationale face au communisme, même si elles soulignent par ailleurs l’originalité absolue du nationalisme intégral26.

  • 27 Alastair Hamilton, L’Illusion fasciste. Les intellectuels et le fascisme. 1919/1945, Gallimard, 197 (...)

21Entrée dans le Bloc national, l’Action française offre ainsi un visage beaucoup plus respectable qu’avant la guerre. Participant au jeu parlementaire, semblant inspirer la fermeté de Poincaré en matière de politique extérieure, cléricale et mettant en garde contre la propagande communiste, elle semble avoir renoncé à ses allures chahuteuses. Aussi l’audience de son quotidien s’en ressent-elle, le nombre d’abonnés passant de 20.000 à 48.000 et le tirage de 41.000 à 55.000 exemplaires entre 1921 et 192527. C’est le journal de la bourgeoisie catholique conservatrice et d’une bonne partie du clergé au plus haut niveau.

III. Un engagement de vie

  • 28 Les Camelots du Roi naissent en 1908 et se consacrent à la distribution de L’Action Française qui v (...)
  • 29 La Ligue d’Action Française est née en 1905.
  • 30 Marc Sangnier est un des quatorze députés de Paris élus à la Chambre. Il se présentait sur la liste (...)
  • 31 On a sur ce point le témoignage de Simone de Beauvoir qui se souvient de l’hilarité de son père et (...)

22Cependant l’assassinat de Marius Plateau, Secrétaire Général des Camelots du Roi28 et de la Ligue29, par l’anarchiste Germaine Berton le 22 janvier 1923, réveille l’ardeur antirépublicaine des nationalistes. Le 31 mai 1923, deux députés, venus participer à une réunion contre la politique allemande de Poincaré, sont pris à partie par les Camelots. Si le socialiste Marius Moutet est seulement bousculé, on ne peut en dire autant de Marc Sangnier30, resté la bête noire des maurrassiens en raison de ses déclaration démocratiques et pacifistes à la Chambre. En décembre 1921, il a fondé une Internationale démocratique qui appelle à tendre la main aux pacifistes allemands. De ce qu’ils estiment comme une trahison, les Camelots se vengent sur le malheureux en l’enduisant de coaltar et en lui faisant boire de l’huile de ricin à la manière fasciste, mettant de surcroît les rieurs de leur côté31.

  • 32 Charles Maurras a consacré un ouvrage au Dilemme de Marc Sangnier en 1906 et Jean de Fabrègues écri (...)
  • 33 Jean d’Azémar, Journal, septembre et novembre 1923.

23Il ne semble pas que Jean ait participé à ce chahut. Est-ce en raison de son estime pour Sangnier et du respect que Maurras avait à l’origine porté à celui-ci32, il n’évoque pas l’incident du 31 mai dans son Journal. Ce sont moins les manifestations de rue qui semblent avoir attiré ses premiers engagements à l’Action Française que la volonté de se dévouer à un idéal, presque de remplir une mission. La politique politicienne ne semble guère le préoccuper tandis que la situation politique et sociale nourrit sa réflexion sur son avenir. Que vaut-il mieux, se demande-t-il : “donner un article à La Revue critique ou à La Revue des Jeunes” ? […] Fonder une section d’Action Française ? Une équipe sociale33 ?” Aucun de ces engagements n’a le même sens ni la même portée, mais le simple fait que le jeune-homme les mette sur le même plan montre quelle valeur de témoignage revêt à ses yeux le mouvement maurrassien.

Se dévouer à un idéal

24La Revue Critique était apparue en 1908 avec, pour rédacteur en chef, Pierre Gilbert. Son titre complet était : La Revue Critique des Idées et des Livres. Elle gêna assez vite Maurras par un parti pris d’autonomie autour des idées de Sorel, des débats du Cercle Proudhon, puis de l’œuvre de Stendhal, qui lui faisaient craindre une condamnation de Rome. Celle-ci ayant été écartée après 1914, la réconciliation put avoir lieu et fut facilitée par la mort de Pierre Gilbert sur le champ de bataille. La revue passait pour un modèle de conception journalistique auprès des étudiants désireux de renouveler la presse maurrassienne après la guerre. Ainsi Jacques de Montbrial en fera-t-il l’éloge à Jean au moment où celui-ci envisagera sa première publication.

  • 34 Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine. (1898/1930), Flammarion, 1965, p.  (...)
  • 35 Simone de Beauvoir, Mémoires d’un jeune fille rangée, op. cit.

25La Revue des Jeunes, en revanche, n’avait pas de lien avec l’Action Française. Elle avait été lancée par les dominicains. Robert Garric, fondateur des Équipes Sociales en 1921, en était le responsable depuis 1924. Ce normalien s’était donné pour but, depuis la guerre, de faire l’éducation des jeunes ouvriers en les mêlant à des étudiants chrétiens au sein d’équipes mixtes. Selon Adrien Dansette, un tel engagement manifestait “une prise de conscience de ses responsabilités par la jeune bourgeoisie”34. Simone de Beauvoir s’enflammera un moment pour Robert Garric et participera à une équipe sociale35. Dans la tradition du catholicisme social, en particulier de l’Œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers, ce type d’entreprise pouvait aussi éveiller dans l’esprit de Jean la référence souvent évoquée par l’Action Française à la doctrine de La Tour du Pin.

  • 36 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit, p. 206.

26En revanche, fonder une section d’Action Française ressortait de l’action politique. Eugen Weber rappelle qu’une section devait “comprendre au moins quarante membres payant une cotisation”, posséder “un comité régulièrement constitué et une salle de rencontre permanente36.” Ces règles avaient été établies par Marius Plateau lui-même et son assassinat n’était peut-être pas sans influence sur le désir de Jean de se dévouer à la cause. Dans son Journal, il accordait une grande place à la mort du ligueur, la considérant comme celle d’un héros, non seulement au titre de l’Action Française mais aussi de la grande guerre dont Plateau était revenu mutilé.

  • 37 Fils aîné de Léon Daudet, Philippe avait alors quatorze ans.
  • 38 L’Abbé Mugnier, Journal. 1879/1939, Mercure de France, 1985, p. 426, 431.
  • 39 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

27Mieux encore, il associait l’événement à la disparition de Philippe Daudet37 trouvé dans un taxi mortellement atteint d’une balle de revolver le 24 novembre 1923. Était-ce un suicide ou un meurtre ? Les nombreuses fugues de l’adolescent, son exaltation, accréditaient la première explication, tandis que l’étrangeté de certains indices demeurés inexpliqués inclinaient à retenir la seconde. L’Abbé Mugnier, en visite chez Madame Alphonse Daudet le 27 novembre, témoigne des hésitations de la famille Daudet elle-même envers ce qui restera également une énigme pour l’histoire38. L’Action Française annonce la mort du jeune garçon le 27 novembre 1923 puis, le 2 décembre suivant, son assassinat. Écrivant le 6 décembre dans son Journal, Jean adhère sans hésitation à la seconde version et commente : “Philippe n’avait-il pas fait ses preuves dans l’affaire Plateau39 ?” Il donne ainsi raison à la thèse nationaliste selon laquelle les anarchistes seraient responsables de l’assassinat de Philippe Daudet.

  • 40 Ibid.

28Ce sera d’ailleurs la position de Léon Daudet qui porte plainte devant la justice. Toutefois l’atmosphère du procès ne tarde pas à s’alourdir après l’acquittement de Germaine Berton le 24 décembre et les outrances verbales qu’il provoque de la part du député nationaliste. Les recherches sur la mort de Philippe ne donnant pas de résultats, le tribunal classe l’affaire en 1925, non sans que Léon Daudet et d’autres responsables de l’Action Française aient été condamnés à des peines d’amende et d’emprisonnement pour diffamation envers le pouvoir et le chauffeur du funeste taxi. Pour Jean, cette sanction est inique. Les morts de Marius Plateau et de Philippe Daudet demeurent le fruit d’un complot ourdi par les ennemis d’un ordre chrétien. Mieux que des héros, ils sont devenus des martyrs. “Ce matin, à St. Séverin, messe pour Plateau et Philippe Daudet. Nef pleine, recueillement qui fait du bien40”, note-t-il le 8 avril 1924.

Le choix de l’action politique

  • 41 Le siège des étudiants d’Action Française se trouve au deuxième étage d’un hôtel particulier du xvi (...)
  • 42 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 9 octobre 1923.

29Ainsi à l’action sociale finit-il par préférer l’action politique. C’est alors qu’il commence à fréquenter les réunions d’étudiants de la rue Saint André des Arts41 : “Là tout n’est que pensée […] désintéressement, action et vie […] C’est là que mon âme aura su apprendre ce qu’on ressent dans la lutte pour l’idéal du cœur et de l’esprit42.”

30Des arguments de terrain viennent soutenir son idéal nationaliste et catholique. La décision d’occuper la Ruhr a rencontré l’hostilité des radicaux au gouvernement. Leur opposition systématique à la politique de Poincaré, notamment au retour des congrégations et à la création des associations diocésaines, n’inquiète pas trop les catholiques tant qu’elle reste isolée. Mais, à partir du début de 1924, les socialistes, restés jusque là hésitants à s’allier avec un parti considéré par beaucoup d’entre eux comme bourgeois, acceptent de signer avec lui une alliance électorale baptisée “Cartel des gauches”. La situation du Bloc national est aussi fragilisée par la reprise de la crise financière qui voit la valeur du franc recommencer à chuter de façon vertigineuse. Le déficit budgétaire se creuse. La spéculation se déchaîne face à l’énormité des gains que permet le pari sur l’évolution du cours des devises, phénomène inexistant avant-guerre où régnait l’étalon or.

  • 43 Cité par Michel Toda, Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, La Table Ronde, 1987, p. (...)

31Le mépris montré par Fabrègues et la Jeune Droite Catholique envers la bourgeoisie d’affaires, pendant les années trente, n’est-il pas né du spectacle inédit de ces enrichissements, aussi rapides que choquants, dans l’ambiance de reconstruction du début de la décennie ? Mépris qu’exprimait aussi Maurras comme il venait de recevoir, par moitié avec Maritain, le legs du soldat catholique, Pierre Villard, tombé à Verdun : “Ce n’était pas pour établir la sale royauté de l’or ou du papier que sont tombés tant de héros pleins d’intelligence et de vie. Devant la dictature financière que prépare la République, le souvenir des morts, royalistes ou non, ordonne d’en finir au plus tôt avec ce régime43.”

  • 44 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 27 mars 1924.

32Sous la pression des Américains, qui monnayent ainsi leur soutien au franc, le gouvernement est contraint à la rigueur budgétaire et à l’abandon de sa politique de fermeté envers l’Allemagne : il accepte les conclusions du plan Dawes qui prévoit un rééchelonnement du paiement des réparations en fonction du redressement économique allemand et l’évacuation de la Ruhr. En mars 1924, alors que la banque américaine Morgan vient de débloquer un prêt qui sauve le franc in extremis, mais que le ministère Poincaré a été mis en minorité sur la question de l’élargissement du régime des pensions et retraites (séance du 26 mars), le jeune homme assiste pour la première fois aux débats de la Chambre : “Ce n’est pas beau à voir”, commente-t-il, “et dire que c’est cette cohue hurlante de chacals qui ne savent que se demander si la prochaine législature les reverra là (les élections sont dans six semaines) qui nous gouverne. Cela ne raccommode pas avec le régime44.”

  • 45 “Que le pouvoir législatif se contente de légiférer et de contrôler”, proclame-t-il dans son discou (...)
  • 46 Selon Eugen Weber, le comité de propagande de l’Action Française organisé en 1920 multiplia les con (...)
  • 47 L’émotion du jeune homme était compréhensible : Maurice Pujo avait été à l’origine, avec Henri Vaug (...)
  • 48 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 12 mars et 30 avril 1924.
  • 49 Ibid., 27 mars 1924.

33L’antiparlementarisme s’accentue à droite. Au mépris de la tradition républicaine, le Président Millerand prend la tête d’une coalition et réclame le renforcement de l’exécutif45. Jean assiste, à cette même période, à une conférence organisée à Vanves par le comité de propagande de l’Action Française46 : “Mon cœur a battu”, confie-t-il à son journal, évoquant la présence de Pujo, Daudet et Gazave47, “c’était vraiment beau48.” Une section d’Action Française se crée ensuite à Clamart, où la famille d’Azémar habite depuis le début de la guerre. Jean en deviendra président. Il s’enorgueillit aussi de distribuer le quotidien nationaliste “à la porte de l’église49”, appartenant dés cette époque aux Camelots du Roi à qui cette fonction était réservée.

Des modèles maurrassiens

  • 50 René Vincent, Souvenir de Jean de Fabrègues, 10 novembre 1986.

34Jean avait trouvé sa cause. Il lui restait à en rencontrer les propagateurs. C’est chose faite en 1924. Bachelier depuis juillet, le jeune homme s’inscrit, à la rentrée, en licence de lettres à la Sorbonne. Le voici étudiant et, comme tel, assistant à des réunions de l’Action Française auxquelles, écrit René Vincent qui fait alors la connaissance de celui dont il deviendra l’inséparable second, “Maurras participait avec toute sa flamme militante50.”

  • 51 Henri Massis, Maurras et notre temps, La Palatine, Paris/Genève, 1951, Tome I, p. 120, 121.
  • 52 Guy de Montferrand, “La parole de Charles Maurras”, La Gazette Française, septembre 1924.
  • 53 J.F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 277.

35Maurras ! On a peine à imaginer la séduction exercée sur des jeunes gens par ce petit homme sec qui a alors largement dépassé la cinquantaine. Elle est avant tout d’ordre intellectuel. “Il allait, il venait à travers tous les champs de la pensée et il parlait avec une éloquence singulière, vivante, le tout offrant à l’intelligence captivée le plus étonnant des spectacles51”, se souvient Henri Massis. Et Jean de reprendre dans ce qui sera son premier article : “Les mots sont brefs, vives les phrases, mais plus encore l’est la pensée et chaque phrase à peine commencée, chaque idée plutôt, en appelle cent autres52”. Alors qu’ils sont pourtant éloignés de son influence, Edgar Faure, Paul Nizan confirmeront le souvenir d’Etienne Borne d’avoir été à cette époque “impressionné moins par l’Action Française que par le prestige intellectuel de Maurras53.”

  • 54 Sur Henri Massis, on consultera en particulier : le numéro spécial de la revue Itinéraires publié à (...)

36Pourtant, au-delà du talent de l’intelligence, c’est aussi le contremodèle offert par le nationalisme d’Action Française qu’apprécie une grande partie de cette génération catholique révoltée par une République qu’elle juge hostile et peu respectable. Ainsi de Jean et de ceux qu’il rencontre au quartier latin, les René Vincent, Maurice de Gandillac, Gérard de Catalogne, Pierre-Henri Simon (qui dirige alors le groupe universitaire des Jeunesses Patriotes), André Piettre. L’accent mis sur le rôle de l’Église, l’anti-individualisme, la promotion de l’ordre, sont des vertus qu’ils prisent et leur restauration grâce à la monarchie satisfait à la fois leur soif de changement et leur goût de la tradition. Nombreux, parmi ces jeunes gens, sont ceux qui brûlent de reprendre le flambeau tombé des mains de la génération sacrifiée, elle aussi si souvent touchée par la pensée maurrassienne, comme Psichari et Lagrange. Ceux qui reviennent en héros de la grande guerre, deviennent leurs modèles. C’est le cas d’Henri Massis54, plus tard ce sera celui de Georges Bernanos, alors encore inconnu.

  • 55 Jean de Fabrègues, “Revue des idées et de la presse : Henri Massis”, Bulletin mensuel international (...)
  • 56 Cité dans Michel Toda, Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, op. cit., p. 193.

37“Il est des heures qui, dans la vie d’un homme, comptent effroyablement et lui donnent son sens tout entier”, se souvient Jean, non sans lyrisme, évoquant ces années, “j’en vois peut-être, pour ma part, quatre ou cinq sur lesquelles j’en dois deux à Massis. Je le vis et l’entendis pour la première fois en novembre 1924 aux Sociétés Savantes. C’est ce soir là que j’ai senti pleinement le sens de la mission qui serait celle de notre génération55.” Henri Massis a alors trente-huit ans. Il est auréolé d’une réputation de grand témoin et de moraliste. Avec Alfred de Tarde, sous le pseudonyme d’Agathon, il a fait paraître en 1913 une enquête sur Les Jeunes Gens d’aujourd’hui où le goût de l’action, la foi patriotique, la renaissance catholique et le réalisme politique (ainsi les jeunes auteurs avaient-ils sérié les résultats de leur enquête) fondaient l’inspiration de la génération d’avant-guerre. Il récidive en 1919, cette fois avec un manifeste, celui de l’Intelligence paru dans Le Figaro du 19 juillet. On y retrouve la même ferveur patriotique jointe à la volonté de s’opposer “aux forces de désagrégation montante” pour se mettre “au service de la vérité qui est la seule force qui rassemble”56. Massis qui s’était converti au catholicisme en 1913, a aussi rejoint l’Action Française. La Revue Universelle, qui naît le 1er avril 1920, est donc le résultat d’une double démarche, nationaliste et catholique. A ses côtés comme rédacteur en chef, la présence de Jacques Bainville à la direction et celle de Jacques Maritain à la rubrique philosophique en sont l’illustration.

  • 57 Jean de Fabrègues, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nati (...)

38Jean salue l’ensemble de cette démarche comme seule porteuse “d’une esthétique de la vérité : dès son enquête sur Les Jeunes Gens d’aujourd’hui, Massis avait choisi l’unique réponse, celle que dicte le réel et c’est ainsi que naquit l’esthétique de la vérité qui lui fournit l’angle d’où l’on peut juger définitivement57.” Entre l’empirisme organisateur de Maurras qui magnifie la leçon du réel et la fécondation de cette même réalité par l’esprit chrétien, Massis opère la synthèse recherchée par Jean à la veille de son engagement dans la vie. C’est le nom de Psichari qui vient alors tout naturellement sous sa plume : Ernest Psichari, lui aussi converti au catholicisme et séduit par Maurras, héros d’une grande partie de ces jeunes catholiques des années vingt, dont Pierre Godmé, par exemple, s’inspirera dans le choix de son pseudonyme, Jean-Pierre Maxence, “Maxence” étant le nom du personnage principal du Voyage du Centurion : “Il est le signe de ce temps. Il incarne cette communion de la vérité et du réel”, conclut Jean, qui lit dans le sacrifice du jeune soldat le sens de la mission de sa propre génération.

39Ainsi l’attirance d’un jeune catholique envers l’Action Française pouvait elle être marquée en 1924 du goût enivrant de l’idéal. Appuyée sur une conception antilibérale, héréditaire et religieuse de la nation, la tradition catholique répandue à l’époque n’était pas sans accointances avec le nationalisme maurrassien. Celui-ci magnifiait, en outre, les vertus patriotiques propres à enflammer cette “génération de la victoire”. Pour Jean de Fabrègues, l’Action Française revêtait la noblesse d’une cause : généreuse dans ses impératifs d’action sociale, martyre avec les morts de Plateau et de Philippe Daudet, moralement et politiquement nécessaire contre le laxisme parlementaire, la faiblesse envers l’Allemagne, la montée du bolchevisme. Maurras, Massis et Maritain en étaient les docteurs admirés.

40Mais d’où viendrait pour lui et ceux de sa génération le contact avec le “réel” ? Au-delà de la grande guerre, dont ils étaient trop jeunes pour gérer directement l’héritage, quel événement fonderait leur socialisation politique ? Il semble que l’élection du Cartel des Gauches ait joué ce rôle, notamment en raison de la mobilisation qu’elle provoqua dans les rangs catholiques. Nombre de jeunes intellectuels s’engagèrent alors dans des revues, souvent proches de l’Action Française, aux côtés d’Henri Massis et de Jacques Maritain. Ce furent là les prémices de la Jeune Droite Catholique qui devait se réunir autour de Jean de Fabrègues.

Notes

1 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, Librairie Académique Perrin, Paris, 1966, p. 279.

2 On peut donner pour exemplaire de cette génération de prêtres-soldats le Père Doncœur qui fut aumônier militaire pendant la première guerre. Face aux rumeurs de nouvelles lois laïques dans les années vingt, alors qu’il s’est lancé dans l’évangélisation des banlieues, il lance le fameux “Nous ne partirons pas !”. Sur le père Doncœur, voir Dominique Avon, Paul Doncœur S.J., un croisé dans le siècle, Les Éditions du Cerf, 2001.

3 Personnage d’autant plus familier pour le jeune Fabrègues qu’il avait effectué en son temps une partie de sa scolarité au lycée Michelet de Vanves, ce dont l’établissement se glorifiait.

4 Maurice Vaussard est né en 1888. Il est rédacteur au Correspondant depuis 1913, à La Revue des Jeunes et aux Nouvelles religieuses. C’est un modéré qui recherche les positions d’équilibre, témoin le choix de ses parrains pour son introduction au Syndicat des journalistes chrétiens : Victor Bucaille (Le Figaro) et Charles Pichon (La Nouvelle Journée), le premier conservateur, le second démocrate.

5 Voir sur ce point Véronique Chavagnac, “Les écrivains catholiques et l’esprit des années vingt”, in Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Pierre Colin (dir.), Le Cerf, Paris, 1997.

6 Henri Massis est alors converti au catholicisme et rallié à l’Action Française. Voir plus loin son rôle auprès de Jean de Fabrègues.

7 “Les organisations nouvelles d’après leurs promoteurs”, La Documentation catholique, no 107, 7 mai 1921.

8 Journaliste proche de l’Action Française, René Johannet collabore alors aux Lettres, au Correspondant, à La Croix, à La Documentation Catholique, à La Revue catholique des Idées et des Faits, à La Revue Universelle, à La Revue Française.

9 Directeur des études littéraires à Stanislas.

10 En-dehors des Lettres, revue organisatrice, sont réunies aux Semaines : La Nouvelle Journée avec Paul Archambault, Charles Pichon et Maurice Brillant ; La Revue des Jeunes avec le R.P. Barges, François Hepp, René Salomé ; Les Études avec le R.P. Bessières et Paul Jury ; Le Correspondant avec Maurice Brillant ; Le Figaro avec Victor Bucaille ; La Nouvelle Revue Française avec Henri Ghéon ; La Revue Universelle avec Jacques Maritain et Henri Massis ; La Revue Française avec Antoine Rédier ; La Revue Catholique des Idées et des Faits avec René Johannet ; La Revue Hebdomadaire avec Robert Vallery-Radot ; Le Bulletin des Écrivains et Publicistes catholiques avec Charles Luce. Les réunions se tiennent dans les locaux du collège Stanislas ou de l’institut Catholique.

11 Gonzague de Reynold, “Réponse à l’enquête des Lettres”, Les Lettres, novembre/décembre 1923.

12 “L’enquête des Lettres sur le nationalisme”, La Documentation Catholique, no 231, 9 février 1924. Parmi la soixantaine de réponses publiées, figurent celle du père de la Brière, du baron Seillère, de René Pinon, d’Hilaire Belloc, d’Émile Baumann, de Gonzague de Reynold, de René Johannet, du père Vermeersch, de Maurice Blondel, de Jacques Chevalier, du prince Ghika, du juriste Le Fur.

13 “Controverse et projets : l’internationale catholique”, La Documentation Catholique, no 109, 21, 28 mai 1921.

14 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

15 Jean de Fabrègues, Charles Maurras et son Action Française, Librairie Académique Perrin, 1966, p. 163, 164. Les phrases en italiques sont entre guillemets dans le texte.

16 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française, op. cit., p. 586.

17 Le premier numéro de Candide sort en mars 1924. Bainville y donne un article politique hebdomadaire anonyme qui se veut d’une haute qualité littéraire et se spécialise bientôt dans la satire de la République.

18 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Gallimard, 1958, p. 48.

19 Gonzague de Reynold, “Réponse à l’enquête des Lettres, op. cit.

20 A Cannes se tient en janvier 1922 la conférence interalliée des réparations où la droite accuse Aristide Briand d’adopter une attitude de compromission.

21 Par le traité de Rapallo, Soviétiques et Allemands renonçaient à toutes réparations réciproques.

22 Bien réelle si l’on en juge par leur correspondance (seize lettres de 1918 à 1925) sans que, pour autant, on puisse parler de communauté d’action politique entre les deux hommes. Sur ce point, voir Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 162.

23 Philippe Bernard, La fin d’un monde (1914/1929), Le Seuil, 1975.

24 Édouard Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, Tome III, PUF, 1956.

25 Sur la politique française envers l’Allemagne, en particulier sur le thème des réparations, voir Jacques Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Publications de la Sorbonne, Série internationale, 8, Pédone, 1977.

26 Sur la comparaison des deux mouvements dans la période 1922/1923, voir en particulier Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 156, 157.

27 Alastair Hamilton, L’Illusion fasciste. Les intellectuels et le fascisme. 1919/1945, Gallimard, 1971, p. 196.

28 Les Camelots du Roi naissent en 1908 et se consacrent à la distribution de L’Action Française qui vient de devenir quotidienne. Leur recrutement se révèle éclectique : leur premier président, Maxime Réal del Sarte, est un étudiant, tandis que d’autres membres actifs, comme Lucien Moreau ou Marius Plateau, sont respectivement menuisier et garçon de course. Georges Bernanos a été camelot. Très vite, ils vont aussi se consacrer à la visibilité du mouvement : organisation de défilés, manifestations, farces de plus ou moins bon goût, l’essentiel étant de maintenir l’agitation partout où elle peut gêner le pouvoir républicain et servir de propagande. Les Camelots étaient encadrés par des commissaires, armés de gourdins et de cannes, qui servaient de service d’ordre.

29 La Ligue d’Action Française est née en 1905.

30 Marc Sangnier est un des quatorze députés de Paris élus à la Chambre. Il se présentait sur la liste de l’Entente Républicaine Démocratique mais siégeait parmi les non-inscrits.

31 On a sur ce point le témoignage de Simone de Beauvoir qui se souvient de l’hilarité de son père et de son propre amusement devant cette farce. Voir Mémoires d’une jeune-fille rangée. Gallimard, 1958, p.189.

32 Charles Maurras a consacré un ouvrage au Dilemme de Marc Sangnier en 1906 et Jean de Fabrègues écrira lui-même une histoire du Sillon où transparaît sa sympathie profonde pour l’homme et le chrétien : Le Sillon de Marc Sangnier, op. cit.

33 Jean d’Azémar, Journal, septembre et novembre 1923.

34 Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine. (1898/1930), Flammarion, 1965, p. 544.

35 Simone de Beauvoir, Mémoires d’un jeune fille rangée, op. cit.

36 Eugen Weber, L’Action Française, op. cit, p. 206.

37 Fils aîné de Léon Daudet, Philippe avait alors quatorze ans.

38 L’Abbé Mugnier, Journal. 1879/1939, Mercure de France, 1985, p. 426, 431.

39 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

40 Ibid.

41 Le siège des étudiants d’Action Française se trouve au deuxième étage d’un hôtel particulier du xviiie siècle, au 33 rue Saint André des Arts.

42 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 9 octobre 1923.

43 Cité par Michel Toda, Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, La Table Ronde, 1987, p. 196.

44 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 27 mars 1924.

45 “Que le pouvoir législatif se contente de légiférer et de contrôler”, proclame-t-il dans son discours d’Evreux, en octobre 1923, in JJ. Becker, S. Berstein, Victoire et frustrations. (1914/1929), Le Seuil, 1990, p. 243.

46 Selon Eugen Weber, le comité de propagande de l’Action Française organisé en 1920 multiplia les conférences, qui furent au nombre de 136 en 1923/1924, in Eugen Weber, L’Action Française, op. cit., p. 206.

47 L’émotion du jeune homme était compréhensible : Maurice Pujo avait été à l’origine, avec Henri Vaugeois, du premier comité d’Action Française en 1898. Léon Daudet était l’éditorialiste que l’on sait. Quant à Jean Gazave, il était alors l’auteur d’une brochure de propagande sur l’Action Française qui rencontrait un vif succès.

48 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 12 mars et 30 avril 1924.

49 Ibid., 27 mars 1924.

50 René Vincent, Souvenir de Jean de Fabrègues, 10 novembre 1986.

51 Henri Massis, Maurras et notre temps, La Palatine, Paris/Genève, 1951, Tome I, p. 120, 121.

52 Guy de Montferrand, “La parole de Charles Maurras”, La Gazette Française, septembre 1924.

53 J.F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 277.

54 Sur Henri Massis, on consultera en particulier : le numéro spécial de la revue Itinéraires publié à l’occasion de son entrée à l’Académie Française, no 49, janvier 1961, et Michel Toda, Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, op. cit.

55 Jean de Fabrègues, “Revue des idées et de la presse : Henri Massis”, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nations, no 10, octobre 1927, p. 237, 238.

56 Cité dans Michel Toda, Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, op. cit., p. 193.

57 Jean de Fabrègues, Bulletin mensuel international de la Ligue Apostolique du Christ Roi et des Nations, op. cit. p. 239.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search