Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Chapitre Premier. “Exilés dans leur patrie”

Texte intégral

  • 1 Chanoine Rolin, Histoire de l’Église. Les Éditions de l’École, 1957, p. 220.

1En 1957 encore, la cinquième édition de l’Histoire de l’Église du Chanoine Rolin, ouvrage “honoré de la bénédiction apostolique du Pape Pie XII et conforme au programme national d’enseignement religieux” ouvre sa leçon sur la période de 1870 à nos jours par ces mots : “L’offensive anticléricale des cinquante dernières années a été préparée dans les loges et les convents maçonniques et exécutée par des hommes d’État de la Troisième République […] Le but avoué […] était d’expulser l’Église de l’enseignement à tous les degrés et de préparer ainsi l’avènement d’une société complètement laïcisée, c’est à dire séparée de Dieu.1” A lire ces termes dénués de toute ambiguïté, expression d’une mentalité demeurée celle d’une communauté assiégée, on imagine sans peine le climat de méfiance qui oppose au début du siècle la plupart des catholiques au gouvernement.

  • 2 Voir sur ce point l’intéressante distinction opérée par René Rémond entre l’inspiration libérale de (...)
  • 3 Les deux formules sont de Gérard Cholvy, “Les deux France”, in Histoire religieuse de la France con (...)
  • 4 Michel Lagrée, “Exilés dans leur patrie. (1880/1920)”, in Histoire des catholiques en France, Franç (...)

2C’est que la République élève alors en France un rempart de sécularisation entre l’Église et la société. Aux lois de laïcité votées entre 1880 et 1905 se mêlent les mesures d’un anticléricalisme plus virulent2. Ainsi en va-t-il des conditions d’application de la loi de 1901 qui réglait l’autorisation des congrégations puis de la loi de 1904 interdisant à ces mêmes congrégations tout enseignement, qu’elles soient autorisées ou non. Après avoir mis “Dieu hors de l’école”, le bloc républicain décide de le pousser “hors de l’État”3 : la loi de décembre 1905 retire à l’Église son caractère d’institution publique et cantonne par là même la foi des catholiques dans la sphère privée. De pratique sociale généralement acceptée, le catholicisme devient affirmation d’appartenance à une communauté particulière. Les catholiques se sentent ainsi “séparés” des autres citoyens, “exilés dans leur patrie”, selon la belle expression de Michel Lagrée4. Ce sont là les circonstances dans lesquelles la génération de Jean de Fabrègues voit le jour. Elles expliquent en partie le succès de l’Action Française, qui a pris le parti de l’Église, dans le milieu catholique où la plupart de ses membres sont élevés. L’enfance du petit Jean présente en outre la particularité de se dérouler dans une famille conjuguant les contradictions politico-religieuses de l’époque, entre un père républicain et athée, une mère royaliste et croyante. La guerre ajoute à ce tableau sa couleur héroïque. Les tranchées ont rendu aux catholiques leur place dans la cité. Cette fois encore, la voix de Maurras a soutenu cette réhabilitation. Pour l’adolescent, la nation prend la dimension d’une mystique.

I. – Catholicisme et société avant 1914

3Au plan politique, deux autorités se font face : celle du Vatican et celle de l’État français. Peu de dialogue entre elles puisque les relations diplomatiques sont rompues entre Rome et Paris en 1904. Au plan spirituel, ce sont deux systèmes de pensée et même de croyance qui s’affrontent, science contre foi, finitude contre éternité, salut humain contre grâce divine. La condamnation de la Séparation par Pie X montre bien qu’au-delà d’une querelle de pouvoirs, ce sont deux visions du monde qui restent inconciliables. Le Pape n’admet pas la laïcité qu’il perçoit comme un laïcisme dans le climat d’intolérance de l’époque et assimile au refus du religieux par le politique. Sans revenir sur l’appel au ralliement lancé par son prédécesseur Léon XIII à l’égard du régime républicain, il encourage chez les catholiques le refus des idées modernes, positivisme et doctrines révolutionnaires, accusées de mener au matérialisme et à l’athéisme.

  • 5 Comme l’écrit Jean-Marie Donegani, caractérisant le catholicisme au début du siècle : “Dans sa form (...)

4Le principe de liberté individuelle, sur lequel s’est élaboré le système politique et social républicain, n’est applicable qu’éclairé par les lumières spirituelles de l’Église, car le rapport des hommes à la vérité ne peut être entièrement profane. Pour être viable, la démocratie doit reposer sur une législation chrétienne. Il apparaît que, par sa nature même de religion incarnée dans l’histoire, le catholicisme n’envisage pas de séparer les champs du politique et du religieux5. Cet intégralisme de la vision chrétienne se traduit, dans les circonstances de la crise moderniste, par un raidissement doctrinal et philosophique. De là le double mouvement qui se développe, intransigeant au plan de la croyance, intégral à celui de l’action.

Un catholicisme intransigeant

  • 6 Motu proprio Sacrorum antistitum du 1er septembre 1910.

5Devant les attaques de l’athéisme scientifique, l’Église fige son interprétation de la Bible et condamne les recherches de théologiens comme celles d’Alfred Loisy. Elle exige de ses prêtres un serment antimoderniste6. A l’élan vital de Bergson et à la philosophie de l’Action de Blondel, elle oppose la rigueur de la raison thomiste. L’expression de la foi se réfugie alors, pour le peuple des fidèles, aux deux extrêmes d’une littérature, conventionnelle et édifiante dans les romans d’Henry Bordeaux, de René Bazin et de Paul Bourget, exaltée et émouvante dans les écrits de Léon Bloy ou Charles Péguy.

  • 7 Sur les conversions d’intellectuels au catholicisme, on consultera Frédéric Gugelot, La Conversion (...)
  • 8 Voir à cet égard la biographie de Jacques et Raïssa Maritain, de Jean-Luc Barré, Jacques et Raïssa (...)

6Ces derniers forment d’ailleurs l’avant garde, avec Paul Verlaine, Joris-Karl Huysmans, Ferdinand Brunetière et Paul Claudel, d’une pléiade de convertis parmi lesquels s’inscrivent Jacques et Raïssa Maritain, Francis Jammes, Ernest Psichari7. Elle s’extériorise dans le culte marial, les pèlerinages comme celui de La Salette, la dévotion à Thérèse de Lisieux dont la béatification est introduite au printemps 1914. Au chrétien en recherche, peu de choix est ainsi laissé entre la discipline de l’enseignement catholique officiel et l’expérience mystique de quelques élus. De là la coexistence, chez de nombreux croyants comme Jacques Maritain, d’un souci de rigueur doctrinale, d’une approche raisonnée de la foi et d’une piété naïve, aux confins parfois de la crédulité8. Cependant, qu’elle s’exprime dans la tradition ou le mysticisme, la relation à Dieu présente chez tous la même caractéristique : elle inspire l’intégralité de la vie du croyant.

Un catholicisme intégral

7Au reste, la foi n’est rien sans les œuvres. Après avoir refondé la doctrine catholique sur le discernement thomiste (Encyclique Aeterni Patris, 1879) face aux avancées du scientisme et du positivisme, Léon XIII est passé à la reconquête politique et sociale en faisant pièce aux attaques du libéralisme et du socialisme déjà dénoncées par Pie IX dans le Syllabus (Encyclique Quanta Cura 1864), ce “catalogue des erreurs modernes”. Les encycliques Rerum Novarum (1891) puis Graves de commuai (1901), si elles traduisent une approche actualisée des réalités sociales et politiques, n’enracinent pas moins le combat de l’Église dans le sol d’une doctrine intransigeante qui donne le message chrétien pour seule réponse aux maux de la condition humaine.

  • 9 Voir en particulier sur ce thème, d’Emile Poulat, Eglise contre bourgeoisie et Catholicisme, démocr (...)
  • 10 L’Encyclique Rerum Novarum donne un bon exemple de la perspective spirituelle dans laquelle l’Églis (...)

8On connaît la thèse d’Emile Poulat selon laquelle la position de la Papauté a toujours échappé au clivage droite/gauche, clivage essentiellement politique et imposé par le regard libéral, pour s’établir au cœur du triangle idéologique de la lutte du catholicisme contre le libéralisme et le socialisme9. Le diagnostic ne souffre aucune critique à l’époque qui nous occupe. Ni la reconnaissance du mouvement ouvrier, ni celle de la République (encyclique Inter Sollicitudines en 1892), ni enfin l’acceptation de la “démocratie chrétienne” (encyclique Graves de communi) ne constituent en aucune façon un ralliement à des positions de gauche. Elles traduisent, en revanche, un effort de l’Église pour mieux appréhender la réalité sociale et politique. Si ce nouveau langage facilite l’engagement des catholiques dans le monde contemporain, il les met en garde dans le même temps contre les idéologies libérale et socialiste. Rendre sa dignité à l’ouvrier ne signifie pas promouvoir la révolution sociale ; accepter le régime républicain n’implique pas l’adhésion aux lois de laïcité ; par “démocratie chrétienne”, il faut entendre système de gouvernement inspiré des principes du christianisme10.

  • 11 Sur l’ACJF, voir en particulier Y.M. Hilaire, “L’ACJF, les étapes d’une histoire. (1886/1956)”, Rev (...)
  • 12 Sur le catholicisme social dans cette période, voir aussi. Henri Rollet, L’Action sociale des catho (...)

9Obéissant à l’ensemble de ces principes, les catholiques cherchent à se rendre présents dans l’organisation de la société. Le même mouvement généreux anime l’Œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers antérieure à l’Encyclique, les conseils d’usines de Léon Harmel, les jardins ouvriers de l’Abbé Lemire, les patronages qui se multiplient dans le cadre des paroisses, l’Association de la Jeunesse Catholique Française (A.C.J.F.), née en 188611. Entre cette date et 1914, une série de propositions de lois sont déposées au Parlement par les députés catholiques de Mun, Ramel, Lemire, Laurens-Castelet sur le repos hebdomadaire, les retraites, les accidents du travail. De nombreux syndicats catholiques voient le jour dans les entreprises. Marius Gonin fonde les Semaines Sociales en 1904. A travers diverses expressions, le discours et l’apostolat chrétiens manifestent ainsi, avant 1914, une unité d’inspiration à laquelle catholiques de droite et de gauche se référeront pareillement dans les années vingt12. Ils seront repris, en particulier, par Fabrègues et la Jeune Droite Catholique qui en feront leur credo dans la recherche d’un ordre politique chrétien.

II – La faveur des catholiques envers l’Action Française

10C’est un retour à l’expression politique qu’offre à beaucoup de catholiques la création de l’Action Française. Elle leur fournit en quelque sorte la doctrine qui leur manquait pour s’opposer au laïcisme républicain. La condamnation du Sillon par Pie X favorise en ce sens la propagande du mouvement nationaliste. Celle-ci séduit d’autant mieux les catholiques qu’elle rétablit leurs droits sur la nation. Ni le caractère antichrétien, ni l’intolérance et la violence de certaines prises de position maurrassiennes ne semblent répugner à la partie intransigeante de cette communauté, dont de nombreux membres se sentent comme dépossédés de leur citoyenneté.

Un retour à l’expression politique

  • 13 Sur Charles Maurras, en rapport avec le sujet traité ici : Henri Massis, Maurras et notre temps, Pl (...)
  • 14 Sur Marc Sangnier, voir en particulier : Jean de Fabrègues, Le Sillon de Marc Sangnier. Un tournant (...)
  • 15 Marc Sangnier crée Le Sillon en 1894, Charles Maurras rejoint le Comité d’Action Française en 1899 (...)

11Le mouvement maurrassien ne se contente pas de relever les persécutions dont le catholicisme fait l’objet, à ses yeux, de la part de l’État : il se présente comme le champion d’une cause donnée pour nécessaire à l’intérêt de la nation. Nul ne souligne mieux que lui l’importance du rôle de l’Église pour l’équilibre politique et la santé du corps social. Sur fond d’affaire Dreyfus et de querelle politico-religieuse, les premières années du siècle ont été animées par le débat de Maurras13 et de Sangnier14, le premier converti à la monarchie, le second à la démocratie, mais tous deux animés du désir de réintroduire les catholiques dans la sphère politique15. Si leur objectif est commun, leur démarche est inverse : Sangnier part de sa foi chrétienne pour aboutir à la démocratie comme expression la plus prometteuse de l’organisation sociale ; Maurras s’inspire de la monarchie comme régime le plus naturel à la société pour y affirmer la présence indispensable du catholicisme.

  • 16 Pie X, Notre charge apostolique, 25 août 1910.
  • 17 La Lettre pontificale concluait : “Oui, vraiment, on peut dire que le Sillon convoie le socialisme, (...)

12La condamnation du Sillon par Rome en 191016 n’est pas sans apporter de l’eau au moulin du raisonnement maurrassien : le Pape reproche à Sangnier le flou et l’idéalisme de ses positions en matière politique et craint un détournement du message chrétien. Dès lors L’Action Française – devenue quotidienne depuis 1908 – a beau jeu de souligner l’orthodoxie de sa propre pensée : le rétablissement d’un roi héréditaire comme système de gouvernement ayant fait la preuve par le passé de sa capacité à respecter la religion catholique et nulle chimère ne pouvant en résulter en matière de construction sociale17. Dans le contexte de conflit ouvert entre l’Église et l’État, le texte pontifical et la présentation qui en est faite par le mouvement maurrassien aggravent la confusion déjà présente dans l’esprit de nombreux catholiques. Négligeant le fond du débat – la nécessaire séparation des plans politique et religieux – beaucoup y voient une raison supplémentaire de refuser le ralliement à la République. L’heure est ainsi venue pour l’Action Française d’attirer une grande partie des catholiques français.

  • 18 René Rémond, op. cit., p. 49.

13Mais son emprise ne saurait s’expliquer par le seul motif religieux. Il offre aussi, à tous ceux qui associent anticléricalisme et système républicain, l’espoir d’une restauration monarchique qui, tout en s’appuyant sur la tradition, revêt la jeunesse d’une nouvelle synthèse. Or, les catholiques sont d’autant plus enclins à s’y rallier, qu’en deçà de leur sentiment d’exclusion, persiste une impression de dépossession nationale qui date de la révolution de 1789. René Rémond a montré combien la France d’Ancien régime avait obéi à la règle de l’“adéquation entre religion et nation, fidélité religieuse et patriotisme18.” Dès lors que le catholicisme n’était plus au fondement de leur patrie, celle-ci échappait aux catholiques.

14La crise boulangiste puis l’affaire Dreyfus avaient représenté d’ultimes tentatives de reconquête. Nombreux furent les notables catholiques au sein de la Ligue de la patrie française, antidreyfusarde. Le nationalisme catholique fonctionne alors comme une revendication de l’Honneur et de l’Armée. Sous l’emprise de la peur du laïcisme, il devient exclusif et irrationnel, dénonçant la triple conjuration du judaïsme, de la franc-maçonnerie et du protestantisme contre la vraie foi et la vraie France. C’est de l’ensemble de ces éléments que se nourrit l’influence de Maurras.

L’oubli des errements du maurrassisme

  • 19 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française. Etude des deux condamnations romaines, (...)

15Cette mentalité de réprouvés suffit-elle à expliquer, de la part de nombreux catholiques, l’apparente négligence envers l’antichristianisme de la pensée et les emportements du mouvement qui s’offraient à les défendre ? Jacques Prévotat a montré combien la détestation de Maurras pour le Christ avait horrifié ses amis, clercs et laïcs, qui semblent cependant n’en découvrir l’ampleur qu’à la veille de la condamnation de 1914. Ainsi de Mgr Penon, commentant la réédition d’Anthinéa non amendée et pour laquelle il craint à juste titre une condamnation de l’Index : “Quand j’ai lu ce blasphème contre ce qu’il y a de plus adorable, de plus sacré pour nous […] : la croix du Dieu souffrant qui a jeté la nuit sur le monde moderne, j’ai éprouvé, j’éprouve encore en y pensant une répulsion presque physique […], répulsion contre celui qui a écrit ces lignes, pareille à celle qu’il dit avoir éprouvé lui-même à la vue de cette image du Christ et contre notre Christ hélas !19

  • 20 Ibid., p. 422.

16Chacun étant libre alors de lire Anthinéa ou Le Chemin de paradis, d’où vient que, pour tant de catholiques, la répulsion n’ait pas entraîné le rejet de l’auteur de ces ouvrages ? Une première réponse réside dans le fait que les sympathisants de l’Action Française n’étaient pas forcément des lecteurs de Maurras. Un second élément vient de ce que beaucoup de catholiques discernaient alors l’œuvre du mouvement de celle de l’homme. Ces deux arguments figuraient d’ailleurs dans le raisonnement utilisé par le cardinal Billot pour persuader Pie X de surseoir à la condamnation : “Les livres de Maurras n’ont rien à voir avec l’Action Française20.” L’écrivain ne devait pas être confondu avec le penseur politique ; mieux il méritait que l’on prie pour sa conversion qui eût été si bénéfique à la lutte antilibérale et à la promotion de la religion catholique. Au reste, n’était-ce pas cette interprétation que Pie X semblait cautionner en ratifiant puis ajournant la publication du décret dûment voté en janvier 1914 par la Congrégation de l’Index contre le périodique d’Action Française et plusieurs œuvres de Maurras ? Il reste que ce mouvement prônait la violence et l’intolérance, l’antisémitisme en particulier, attitudes qu’un chrétien ne pouvait que réprouver, sauf à s’attarder sur une pratique médiévale de sa religion laissant peu de choix aux non-convertis entre la mort et l’adhésion.

  • 21 Employant cette formule, Eugen Weber remarque par ailleurs que les sympathies de l’Action Française (...)
  • 22 Les Camelots du Roi naissent en novembre 1908. En 1909, des combats de rue les opposent à la police (...)
  • 23 “Pour moi, j’admire de tout mon cœur ces vaillants de l’Action Française, ces vrais fils de Gaule, (...)

17Violente certes, l’Action Française l’était, en particulier à ses débuts où elle apparaissait “plus révolutionnaire que royaliste21.” La première année d’existence des Camelots du Roi est marquée par une suite ininterrompue de manifestations, de chahuts, de heurts avec la police22. C’est l’époque à laquelle un Georges Bernanos adhère au mouvement, comme emporté par un souffle épique23. La pensée de Sorel et la doctrine socialiste française font partie des références de l’Action Française qui rencontre le syndicalisme révolutionnaire à travers l’action de Georges Valois et de son Cercle Proudhon en 1911. Mise au service de la justice, la violence est salvatrice. Pour les catholiques qui la promeuvent, elle s’apparente à celle du Christ chassant les marchands du temple. Ce n’est pas un hasard si Jean de Fabrègues évoque cette image en conclusion du manifeste de sa première revue Réaction. Du reste, la violence, au moins dans la forme, n’est pas l’apanage de l’Action Française à l’époque. L’empoignade à la Chambre n’est pas rare et on verra avec quelle stupéfaction et souvent quel dégoût, les jeunes gens de la génération de Fabrègues découvrent le climat de la vie parlementaire. De même les journaux n’hésitent-ils pas à user de l’injure et L’Action Française, qui ne s’en privait guère, tranchait plutôt sur le reste de la presse française par la qualité de la verve d’un Léon Daudet et, plus généralement, l’intelligence de ses analyses sous la plume de Maurras ou de Bainville. En bref, la violence verbale et gestuelle faisait alors communément partie de la vie politique. De même l’intolérance dont elle était en partie l’expression.

  • 24 Lc. XXIII, 18/22. Mc. XV, 6/14. Mt. XXVII, 15/23.

18Mais l’antisémitisme ? Il est difficile, aujourd’hui où l’irréparable de la tentative de génocide contre les juifs s’est produite, de concevoir la banalité du sentiment antisémite au début du siècle. Comment, mieux encore, l’envisager de la part de croyants dont le Dieu a précisément choisi un membre du peuple hébreu pour s’incarner ? Plusieurs explications sont généralement évoquées en ce qui concerne les catholiques. Par ordre de complexité croissante, on en cite au moins trois : la première consiste en l’accusation de “peuple déicide” tirée du passage de l’Évangile où la foule refuse à Pilate la grâce de Jésus, lui préférant Barabbas et rendant ainsi inévitable la crucifixion24 ; la deuxième repose sur le reproche fait aux juifs de leur activité mercantile, plus particulièrement usurière, le prêt à intérêt étant interdit par l’Église au Moyen Âge ; la troisième remarque que l’attente du Messie amène la religion juive à privilégier le monde présent par rapport à l’au-delà et voit dans cette attitude l’origine d’un esprit révolutionnaire qui contraste avec la vertu d’abnégation chrétienne.

19Ainsi, pour beaucoup de catholiques intransigeants, l’influence juive se trouve-t-elle à l’origine du modernisme et de ses fruits les plus empoisonnés, le libéralisme, le capitalisme et le socialisme. Nombre de ces aspects apparaissent au tournant du siècle dans le succès de l’œuvre de Drumont ou dans l’affaire Dreyfus. La France juive, qui paraît en 1886, rassemble la plupart des pièces du procès qui sera fait aux juifs jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. D’une grande violence de ton, le livre dénonce la mainmise de la haute finance et du capitalisme juifs sur l’ensemble du système productif, politique et social français. La démonstration s’appuie sur la défaite de Sedan, les scandales financiers et l’anticléricalisme de la Troisième République. De ces trois séries d’éléments, que l’auteur considère comme d’impardonnables humiliations faites à l’honneur français, les juifs sont donnés pour responsables.

  • 25 Voir sur ce point P. Sorlin, La Croix et les Juifs. 1880/1899. Contribution à l’histoire de l’antis (...)

20Quant à l’affaire Dreyfus, elle dévoile, de l’avis d’un quotidien catholique comme La Croix, les dessous d’un complot où se rencontrent l’immoralité d’une République franc-maçonne, le cosmopolitisme juif et les menées d’un capitalisme pro-allemand25. Au-delà de cette emprise politique, le juif remplit un rôle symbolique : celui du traître car il est sans patrie, du bourgeois parce qu’il impose le règne de l’argent, de l’Antéchrist puisqu’il refuse la vraie religion. A cette “France juive” issue de la Révolution, on oppose celle du Moyen Âge chrétien. Malgré des accents lourdement antisémites, la thèse apparaît moins raciste que nationaliste et antimoderniste. Maurras ne s’y trompera pas qui verra dans l’antisémitisme l’un des ciments les plus sûrs de l’unité française autour de son nationalisme intégral. Drumont justifiera la fondation de sa Ligue française antisémite comme un devoir d’état.

21On se méprendrait, en revanche, en assimilant l’antisémitisme catholique aux thèses racistes d’un Gobineau ou d’un Vacher de Lapouge, inadmissibles pour des consciences chrétiennes. Georges Bernanos, dans sa Grande Peur des bien-pensants publiée en 1931, reprendra avec la plus grande conviction les arguments de celui qu’il appelle “son vieux Maître” : Drumont. A part l’accusation de déicide, les reproches adressés aux juifs le sont aussi aux protestants. Elevés dans cette atmosphère antimoderniste et nationaliste, bien des jeunes catholiques épouseront les thèses de Drumont et feront confiance à l’Action Française en dépit de son intolérance. On verra Jean de Fabrègues, jeune journaliste, se lancer dans l’écriture d’un manuscrit où sont repris tous les poncifs antisémites répandus à l’époque dans les milieux catholiques traditionalistes.

III.– Une enfance à l’image des conflits d’une époque

22Le milieu familial dans lequel naît Jean de Fabrègues illustre les contradictions politico-religieuses du début du siècle. L’ambiance dans laquelle il grandit, l’éducation qu’il reçoit ne sont pas sans expliquer les choix de vie fondamentaux qu’il fera par la suite.

De la noblesse à la bourgeoisie

23Le 8 janvier 1906, naît à Paris, rue de Lourmel, de Raymond d’Azémar et Marie-Louise Dufour, Jean, Guillaume, Robert, cinquième et dernier enfant d’une famille qui comptait déjà quatre filles. Du côté paternel, le nom d’Azémar et le patronyme de Fabrègues indiquent une origine languedocienne. Les Azémar occupent au milieu du dix-huitième siècle une position de notables : Antoine et Raymond d’Azémar sont alors Conseillers à la Cour des Comptes de Montpellier. Le berceau familial se situe dans la petite ville de Gignac proche de la terre de Fabrègues. La Révolution introduit un renversement de fortune : les mariages se font moins brillants, la famille se disperse. Casimir le grand-père de Jean, après une brève carrière militaire, s’installe à Toul en 1863. Il y rencontre une jeune badoise et l’épouse, ce qui explique la réputation faite ensuite à la famille de posséder des origines allemandes. La jeune fille est pauvre. Pour survivre, le ménage se lance dans le négoce.

24C’est donc dans un milieu de petite bourgeoisie que naît Raymond, le père de Jean, dont la carrière se fera tout entière à l’Administration des Postes et Télégraphes, comme d’ailleurs celle de sa femme, Marie Dufour, qui y travaille en qualité de “dame employée”. Les Dufour sont d’origine jurassienne – le grand-père paternel de Marie est notaire à Dole – et vivent alors à Paris dans une certaine aisance. Ainsi possèdent-ils, par exemple, une bibliothèque dont la richesse restera célèbre dans la famille et dont Jean profitera dans sa jeunesse. Le jeune couple s’installe rue de Lourmel. Cinq enfants naissent : Jeanne-Louise, le 9 août 1891, morte cinq mois plus tard, Madeleine le 5 avril 1893, Alice le 13 juin 1895, Jeanne le 2 mai 1898, enfin Jean le 8 janvier 1906.

  • 26 Sur 20. 950. 000 actifs, 7. 923. 000 sont alors des femmes, soit 37,8 %. Selon Gaétan Pirou et Char (...)

25Enfant tardif, puisque sa mère a quarante ans lorsqu’elle le met au monde, élevé en fils unique étant donné qu’il n’a pas de frère et que près de huit ans le séparent de sa dernière sœur, Jean est surtout un enfant seul. D’abord parce que Marie travaille, chose assez fréquente à l’époque puisque les statistiques estiment à un gros tiers la proportion de femmes dans la population active en 190 626, mais qui demeure plus rare dans la bourgeoisie non commerçante. Du fait aussi de l’étroitesse de son entourage familial où semble n’avoir existé qu’une tante du côté maternel, de surcroît sans enfant. Nulle bande de cousins ne vient égayer l’appartement de la rue de Lourmel où, jusqu’à la guerre, se déroule sa petite enfance.

Au cœur du conflit religieux-politique

  • 27 Le comité exécutif du parti radical se compose de membres désignés par départements et de membres d (...)
  • 28 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs.

26Très tôt, à lire ses “premiers souvenirs” rédigés sans date à l’âge adulte, il est atteint par le conflit du religieux et du politique qui s’incarne pour lui dans l’opposition de son père et de sa mère. Le premier est inscrit au parti radical et siégera au comité exécutif de celui-ci en qualité de délégué du département de la Seine en 193427. Dreyfusard, il se brouille avec son beau-père après une violente dispute et le petit Jean sera, dés lors, privé des visites de son grand-père maternel, tandis que celles de sa grand-mère devront se faire “à l’insu de son père28.”

27Anticlérical, Raymond d’Azémar supporte mal les manifestations religieuses dans sa propre famille. Dans un dialogue échangé en 1968 avec Pierre-Henri Simon, Jean de Fabrègues donnera ce témoignage qui traduit bien la contamination du climat familial par ce qu’il a ressenti comme le rejet absolu du catholicisme hors de la sphère politique : “J’ai vécu dans ma propre famille, tout près de moi, beaucoup plus qu’un anticléricalisme, vraiment un antithéisme. L’Église était l’ennemie, le prêtre l’homme qui représentait la mort de l’intelligence et de la liberté. J’ai vécu longtemps dans une maison dont jamais un prêtre n’avait pu franchir le seuil. J’ai entendu des hommes intelligents parler de la pénitence, de la confession, comme d’un procédé de gouvernement et même d’un procédé choisi pour séparer l’homme de la femme à l’intérieur de la famille. J’ai vu en particulier, de très près, ce parti radical-socialiste tel qu’il était à ce moment-là. Il avait à sa tête des hommes d’une grande culture et créait une solidarité de l’anticléricalisme qui, pour beaucoup, était aussi un antithéisme.”

  • 29 Philippe Ariès, “L’Action Française, qui était-elle, qu’en reste-t-il ?”, France-Forum, no 60, nove (...)
  • 30 Témoignage de René Vincent à l’auteur, 20 mai 1988.

28Radicalisme et “antithéisme” paternels n’ont d’égal que le royalisme et le catholicisme maternels. Marie Dufour est issue d’une tradition bourgeoise et de petite noblesse dans laquelle, comme le rappelle Philippe Ariès, “les filles gardaient la foi catholique et l’attachement royaliste de leur mère29.” “C’est elle qui m’a donné la foi”, confiera Jean, parlant de sa mère à son ami et collaborateur René Vincent30. Est-ce elle aussi qui le conduit à l’Action Française ? Elle lui transmet à coup sûr son attachement à la monarchie, mais il est de caractère plus sentimental et moins raisonné que celui professé par Maurras.

  • 31 Elle témoigne de cette “joie de croire” qu’évoque R.M. Alberès comme caractéristique du mouvement l (...)
  • 32 Aline Coutrot rappelle qu’à cette période : “Un tiers des normaliens vont à la messe, d’où leur nom (...)
  • 33 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, 1913. Sous ce pseudonyme se cachent Henri Massis et Alfred (...)
  • 34 Selon le témoignage de Monique de Fabrègues à l’auteur, 21 décembre 1987. Un autre signe de l’admir (...)

29La véritable initiatrice de Jean en la matière est sa sœur Madeleine. Croyante elle aussi, elle apporte à son expression religieuse une ferveur particulière née de la période exceptionnelle de conversion à laquelle elle a assisté dans son adolescence31 et de la recrudescence de la pratique catholique dans le milieu étudiant à la veille de la guerre de 191432. Elle y joint une perspective politique bien de son époque également. Alors qu’il est admis de remettre en question le caractère scientifique de la fameuse enquête d’Agathon33, la jeune fille suffirait à en prouver l’authenticité tant elle correspond au portrait que tracent les deux jeunes auteurs de leur génération : monarchiste et nationaliste. Ses modèles ne sont autres que Charles Maurras et Maurice Barrès. Elle a vingt et un ans en 1914 et représente aux yeux de son jeune frère une référence et un modèle : comme éducatrice, car elle achève alors des études d’institutrice et comme contre-pouvoir de l’autorité paternelle au travers des nombreuses discussions de caractère politique qui l’opposent à Raymond d’Azémar34. Pour Jean, de façon précoce, le monde apparaît donc partagé en deux camps irréductibles : celui de la pratique républicaine, dénuée de tout spiritualisme, dominant la vie politique et seule exemplaire pour son père ; celui de l’idéal catholique intimement mêlé à la nostalgie royaliste de sa mère, mais tirant la force de son actualité du maurrassisme de sa sœur aînée.

La découverte du mal et la passion de l’ordre

  • 35 Jean d’Azémar, Ma famille, 16 janvier 1914.

30Par son naturel, Jean tend vers sa mère plutôt que vers son père. Il fait preuve d’un tempérament précoce d’écrivain. Une vive sensibilité l’amène à prendre ses distances avec la réalité. Il cherche un refuge dans le travail et dans une organisation rigoureuse de son emploi du temps. Mais cette mise en retrait traduit aussi un refus du monde tel qu’il est, exprime une angoisse du mal et de la mort et l’amène à une quête religieuse. Ses confidences d’adolescent le montrent idéaliste et intransigeant. Il réprouve l’attitude individualiste et libérale paternelle au sein de la famille et lui préfère la rigueur de l’ordre. On a de lui, à l’âge de huit ans, calligraphié sur des imprimés de l’administration des postes probablement donnés par Marie, un étonnant petit cahier intitulé “Ma famille” où le jeune garçon présente les siens, avec un souci évident de mise en scène, non sans une certaine complaisance envers lui-même, n’hésitant pas à se dire “gentil naturellement, ayant des colères comme tous les enfants35”. Mais c’est à travers son journal intime, tenu au long des années 1923/1924, qu’on mesure le mieux son besoin d’écriture, né d’une volonté d’introspection autant que du désir d’exorciser les épreuves de la vie quotidienne. Quoique sans régularité, cette habitude de tenir un journal se poursuivra jusqu’à la fin de sa vie. Elle se transforme même en manie lorsqu’elle l’amène à jeter des notes sur tout ce qui tombe à portée de sa main : dos de lettres, prospectus, tickets de métro.

  • 36 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs, mots soulignés dans le texte.
  • 37 Ibid.

31Selon ses souvenirs, Jean fait très tôt l’expérience philosophique du mal : “Un matin, comme je joue sur le trottoir avec un tout petit train en fer, un enfant me le prend et le jette en ricanant dans le soupirail de la cave. Dans les sanglots, je demande à maman : “Mais pourquoi a-t-il fait cela ?” Immense sensation de découverte du mal. Vraiment découverte du mal et du pourquoi ? Seuil vraiment absolu36.” De même dira-t-il avoir ressenti à la mort de son grand-père Dufour en 1910. événement qui se surimposait dans son imagination enfantine avec celui des inondations de Paris, “une impression d’écrasante tristesse, de déréliction37.”

  • 38 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action Française, op. cit.
  • 39 Ibid., p. 172.
  • 40 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

32Cette extrême et précoce sensibilité au scandale du mal l’apparente à Maurras dont on sait combien une soudaine surdité, apparue à l’adolescence, a compté dans son premier détachement de la foi catholique38. Mais, au contraire de Maurras qui avoue lui-même s’être, à la suite de cette épreuve, “replié sur les livres (et) enfermé dans les idées”39, Jean, adolescent, trouve son salut dans l’Église. Il veut suivre “le conseil donné par le Ministre de Dieu : recourir à l’oraison, comme si on découvrait à nouveau une vieille arme invincible.”40 Comme Maurras, il n’en continue pas moins à chercher une réponse intellectuellement convaincante à la question du mal. Lorsqu’il étudiera le thomisme à l’Université, il lui sera reconnaissant de réconcilier sa raison avec sa quête religieuse. Alors que son enfance se déroule dans un climat d’intolérance entre science et religion, il apprendra avec soulagement qu’on peut-être philosophe et chrétien. Pour lui cependant, la nature humaine reste marquée par le péché. On parlera à son propos de pessimisme religieux. Il est vrai que son catholicisme revêt une coloration janséniste.

  • 41 Ibid.
  • 42 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.
  • 43 Ibid.

33Toutefois, si Jean fait confiance à la Grâce pour sauver l’homme, il n’en cultive pas moins, étant jeune, certaines vertus qui lui paraissent nécessaires à son salut : “le travail, la seule chose qui ne trompe pas, l’éducation de la volonté41”, bref tout ce qui peut concourir à maintenir en lui et autour de lui “l’ordre qu’il aime tant”, cet ordre qu’il désire passionnément “mettre dans l’âme, l’esprit, le cœur et dans cette petite société qu’est la famille42”. Pour cela, “il tient dans son lit son conseil”, fait ses “plans d’avance dans ses moments de solitude43.” Car la réalisation d’un ordre temporel qui reflète les valeurs de l’Église – autorité, hiérarchie, obéissance – lui semble une exigence chrétienne.

  • 44 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs.
  • 45 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.

34A ce devoir, il supporte mal qu’on manque. Déjà, enfant, confie-t-il, il détestait les séances de guignol où le conduisait son père : “Horreur de l’ironie, de la situation inversée : on rosse le gendarme44 !” Rien ne lui déplaît plus que les disputes fréquentes entre ses parents ou de Madeleine avec son père, les uns et les autres séparés par leurs conceptions politiques et religieuses : “Rêver de belles choses, de belles idées, lutter contre les mauvaises et les entendre dans la bouche de son père”, se lamente-t-il alors qu’il vient d’avoir dix-huit ans45. Le jeune homme en tient pour sa sœur et pour sa mère, confondant dans une même apologie l’ordre maurrassien et celui de l’Église catholique. Car il y voit également respectées les valeurs “de grandeur et de noblesse46”, y trouve mêlées nourriture de l’âme et de l’esprit. En décembre 1923, il a ce cri qui traduit tout son idéal : “Je ne suis plus qu’à vous, mon Dieu, à maman et à l’Action Française si elle peut instaurer votre règne47.”

35Ainsi est-ce bien, semble-t-il, l’aspiration avoir s’établir un ordre chrétien en ce monde qui fonde, à l’origine, la dévotion du jeune Jean d’Azémar envers Maurras. A la racine de son engagement politique se trouve une motivation religieuse. Il est en cela conforme à beaucoup de jeunes catholiques – Bernanos, Massis, Psichari – dont le ralliement à l’action politique de Maurras repose sur le désir d’instaurer une société chrétienne. Dans l’attirance de Jean envers les idées maurrassiennes, il y a aussi l’écho de l’attachement royaliste maternel et le rejet du républicanisme paternel. Mais on dénaturerait la nature et l’ampleur de son choix si l’on omettait une dernière raison qui le pousse vers l’Action Française : son patriotisme. C’est aussi à l’homme du nationalisme intégral qu’au sortir de la guerre il donne toute sa confiance.

IV.- Le culte des héros morts

36En ces temps de combats, l’enseignement comme l’ensemble des témoignages qui parviennent aux enfants constituent de fervents appels au patriotisme. L’héroïsation des tranchées s’ajoute au culte de la nation. Pour Jean qui vit dans une famille politiquement partagée, les manifestations réitérées d’attachement à l’Union nationale, lancées par l’Action Française, sont ressenties avec une reconnaissance toute particulière. Au lycée, où il poursuit ses études dans une atmosphère d’ardeur citoyenne, la propagande nationaliste n’est pas sans trouver d’écho. Sa formation catholique, centrée sur la maîtrise de soi et le service des autres, ajoute à cet ensemble une coloration religieuse.

De fervents appels au patriotisme

  • 48 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

37C’est en enfant que cette génération née au début du siècle vit les années de guerre. On peut imaginer, à travers le témoignage du journal de Jean, l’exaltation qui saisit un petit garçon au récit des combats. La famille d’Azémar a alors quitté son appartement parisien, devenu trop exigu, pour une maison à Clamart. Celle-ci se transforme en théâtre d’opérations : “Jeux où je mettais tout mon cœur, soldats de plomb ou de papier, dans le jardin, en bas, dans le grenier. En ai-je fait des installations, des combinaisons […] toutes les batailles, toutes celles du début de la guerre, les installations du soir aux bougies, avec pierre et terre, et celles qui, au grenier, duraient des jours et des jours […] C’était toute ma vie, j’y mettais toute mon ardeur48.”

  • 49 Pierre Andreu, Le Rouge et le Blanc, La Table Ronde, 1977, p. 22.
  • 50 Dans son Histoire économique de la France entre les deux guerres, Economica, 1984, Alfred Sauvy not (...)
  • 51 René Rémond, Notre Siècle, Fayard, 1988, p. 20.

38Mais le conflit effraie aussi, au rythme des raids de zeppelins et des grondements de la grosse Bertha. Pierre Andreu se souvient du refuge où on le faisait descendre, portant “un panier d’osier avec une tablette de chocolat, une pomme et une petite pelle pour nous dégager si nous étions ensevelis” et priant le soir, avant de s’endormir “pour que la guerre finisse bientôt49.” Il y a aussi les privations. Les cartes d’alimentation de la famille d’Azémar autorisent en décembre 1918 une consommation de pain de 500 grammes par jour et par personne, soit 21 kilos hebdomadaires pour l’ensemble des six membres de la famille. Loin d’être excessives, ces quantités indiquent au contraire un rationnement à une époque où l’alimentation reste basée sur le pain50. Le sucre et l’essence sont fortement limités. Toutefois, de l’ensemble de ces aspects, c’est surtout le premier, celui de l’héroïsme des combats, qui reste dans la mémoire des jeunes de cette génération dont René Rémond note “qu’elle grandit dans le culte des héros morts51.” Jean de Fabrègues en est l’exemple.

  • 52 G. Lambert, Lettre à Mme Commis, 29 août 1915.
  • 53 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 19 septembre 1923.
  • 54 Jean de Fabrègues, Le Sillon de Marc Sangnier, Librairie Académique Perrin, 1964.

39Comme la plupart des familles françaises, les d’Azémar ont payé leur tribut à la patrie en la personne d’un cousin, Raymond Commis, tué au combat de Marie-Thérèse le 1er août 1915. Selon les termes de la lettre qui annonce cette disparition, le corps “ayant été inhumé de façon à ce qu’après la guerre il puisse être retrouvé et transporté si on le désire52”, c’est en pèlerinage sur le champ de bataille que Jean se rend quelques années plus tard. Il s’attarde à Verdun, Florent sur Argonne, Sainte Menehould et commente avec passion dans son journal : “Heureux ceux qui sont morts sur le champ de bataille. Ils ont du moins de nobles funérailles. Et c’était la noblesse qu’il voulait53.” Si le sacrifice confère la noblesse, c’est autant pour des raisons patriotiques que religieuses. Raymond, ou “Ramon” comme préfère l’appeler Jean, était un sillonniste. Il appartenait à la Jeune Garde de Marc Sangnier. Le livre que consacrera plus tard Fabrègues au Sillon54 lui sera dédié : “A Ramon Commis, jeune garde, mon parrain devant Dieu”, la dédicace étant suivie de cette citation de Commis : “Le Sillon, c’est ma chevalerie”.

40Il importe de remarquer cette estime du Sillon, présente dès l’origine dans l’esprit de Jean. Elle ne l’abandonnera jamais. Dans des choix cruciaux de sa vie professionnelle, il y fera référence. Au premier mouvement qu’il dirigera, il donnera le titre de “Chevalerie”, celle-là “de Saint Michel”. En désaccord avec les choix politiques du mouvement sillonniste pendant l’entre-deux-guerres, il continuera cependant à célébrer la charité qui en inspire la démarche.

Le culte de la nation

  • 55 Le clergé est mobilisé au même titre que le reste des citoyens. De nombreux religieux exilés depuis (...)
  • 56 Lettre du 12 juin 1917 à Jean d’Azémar, signature illisible.

41Pour l’adolescent qu’il est encore alors, le sacrifice pour la patrie revêt une dimension chrétienne. Il le doit à son éducation religieuse, dont on trouve un aperçu dans une lettre reçue de son directeur de conscience au moment de sa communion solennelle. Le message arrive du front où le prêtre a été envoyé comme l’ensemble du clergé55 : “Vous n’oublierez jamais, cher Enfant, que l’on ne vaut sur la terre que par le don de soi. La plume qui vous écrit cela est comme trempée dans le sang. Depuis de longues et terribles années, elle vit sur le front les épouvantes de la grande et sublime guerre. Les échos parviennent sans cesse à vos oreilles. Ecoutez les bien et vous serez un homme parce que, en les écoutant, vous entendrez la voix du devoir malgré tout et, dans vos journées, vous ne vous pardonnerez rien de ce qui sentira la lâcheté ou la peur56.”

  • 57 Un décret du 2 août 1914 est revenu sur certaines mesures concernant les congrégations masculines, (...)
  • 58 Raoul Girardet, Le nationalisme français. (1871/1914), A. Colin, 1966, p. 25. Les mots en italiques (...)

42Dans l’atmosphère de ferveur nationale qui règne dans le pays, éducations laïque et religieuse semblent avoir usé d’un langage et d’une rigueur comparables. Jean effectue la totalité de sa scolarité au lycée. L’enseignement public s’impose alors à la grande majorité des catholiques étant donné l’expulsion des congrégations religieuses enseignantes57. Dans le cas du jeune d’Azémar, on peut supposer que s’est ajoutée la volonté paternelle de le voir bénéficier d’une formation républicaine. Exigences morale et de discipline président alors à l’éducation et, si l’enseignement de l’histoire s’inspire plutôt de Michelet que de Taine, il n’en est pas moins animé de la même exaltation nationale. Raoul Girardet, qui fera son expérience scolaire quelques années plus tard, remarque combien la conception républicaine de la nation diffère peu sur le fond de celle de l’Action Française : “Si à travers les ouvrages de Lavisse et les ouvrages de Bainville, par exemple, ce sont deux images nettement différenciées du passé national qui se trouvent préservées, il faut toutefois remarquer que la conception de l’histoire à laquelle toutes les deux se réfèrent reste celle d’une histoire essentiellement nationale : c’est celle de la genèse d’une patrie, de sa constitution territoriale, celle de la formation d’un patrimoine commun58.”

Une éducation républicaine à l’excellence

  • 59 Pierre Andreu, op. cit., p. 27, 28.
  • 60 René Vincent, lettre à l’auteur, 26 janvier 1989.
  • 61 Discours de Mr. Lichnerowicz, professeur de sixième au lycée Michelet de Vanves, 13 juillet 1922.
  • 62 Amédée d’Yvignac, Les années 30, Éditions Tequi, 1990, p. 34.

43A propos du lycée Buffon, Pierre Andreu se souvient que : “on entrait au tambour, on sortait au tambour. Des surveillants terrifiants faisaient régner une discipline sévère59.” A Henri IV, René Vincent, qui deviendra la cheville ouvrière de la Jeune Droite Catholique, assure avoir trouvé “une atmosphère de liberté qui n’excluait pas la bonne tenue60.” En ce qui le concerne, Jean devient en 1917 élève au lycée Michelet de Vanves où le ton des discours de fin d’année n’est pas sans rappeler celui de la lettre de son conseiller prêtre-soldat : “Mes chers amis […] les heures consacrées ici à votre développement intellectuel et à votre formation morale […] doivent aller de pair, car il faut que vous soyez intelligents et forts, que vous mettiez vos lumières au service d’une volonté bonne orientée vers autre chose que le simple succès personnel et des fins égoïstes61.” Amédée d’Yvignac, catholique et royaliste, qui le fera débuter dans la carrière de journaliste, disait garder de sa scolarité, toute entière effectuée elle aussi à l’école publique, un respect quasi religieux pour ses maîtres : “Les instituteurs étaient pour nous des pasteurs”, témoigne-t-il dans ses mémoires62.

  • 63 Maurice Donnay, Des souvenirs, Fayard, 1933, p. 36.
  • 64 En 1921, dans la tranche d’âge où se trouve Jean (quinze ans), seulement 153 enfants pour mille son (...)
  • 65 Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française. (1800-1950), Colin, 1979.

44Le niveau des études à Vanves est élevé : longtemps l’établissement a été relié à Louis-le-Grand où les élèves poursuivaient leur scolarité à partir de la troisième, acheminés grâce à un service d’omnibus qui empruntait la rue de Vaugirard et la rue Soufflot63. Sa devise, “Eximia eximiae juvenum sint praemia laudi”, prône “l’excellence comme meilleure récompense à des jeunes gens” qui sont alors l’expression d’une élite bourgeoise et aristocratique. Dans sa description de la jeunesse française du début du siècle, Maurice Crubellier note combien la démocratisation de l’école secondaire fut lente et faible64. Longtemps, le deuxième cycle intimide : il est encore largement soumis au règne des humanités classiques, c’est-à-dire à l’acquisition du latin, et coûte cher, sa gratuité ne commençant à apparaître qu’en 192865.

  • 66 Depuis 1874, le baccalauréat se passe en deux parties, la seconde partie offrant le choix, à partir (...)
  • 67 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.
  • 68 Ibid.

45Jean effectue un parcours scolaire sans faute, présentant la première partie du baccalauréat en section C (latin-sciences) et la seconde en section philosophie, ce qui, après un détour original hors de la section classique dominante (A, latin/grec), montre une orientation littéraire finale alors conforme à celle de la grande majorité66. Avec sérieux et ténacité, il s’efforce de correspondre à l’idéal moral et intellectuel, l’appartenance à une élite de l’esprit que lui propose cette éducation. Il étudie assidûment : “J’ai été dans les librairies chercher mes livres […] Que d’excellentes soirées d’esprit et d’action. C’est tout ce que j’ai de meilleur. Mon travail m’absorbe et le moindre mot, énervant, fait perdre un temps infini67.” Sa vie s’organise autour d’une exigence constante de maîtrise de soi : “Il faut aujourd’hui travailler de toutes façons. Il faut faire l’éducation de la volonté68.”

46Comme jeune aristocrate catholique, Jean n’aura donc pas été dépaysé dans cet univers républicain du lycée animé d’un souci éducatif comparable à celui de son éducation religieuse. L’instruction reçue l’aura également encouragé dans la ferveur patriotique dont il a puisé la source chez Maurras.

 

47L’enfance et l’adolescence de Jean de Fabrègues, comme celles de l’ensemble de cette génération née dans les premières années du siècle, restent profondément marquées par la guerre. Ces jeunes gens en héritent un puissant idéal patriotique, la nostalgie de l’union nationale autour d’une élite héroïque, le sens de l’effort et le goût de la discipline. L’ensemble n’est pas sans rappeler les vertus du scoutisme qui se développe au même moment.

48Mais il est également promu par l’Action Française qui se présente alors comme une force de rassemblement dans une perspective de victoire sur l’Allemagne. Le mouvement nationaliste exalte aussi le rôle du catholicisme dans la civilisation française et la place de l’Église parmi les institutions nécessaires à l’équilibre politique français. Plus que les autres, les jeunes catholiques se montrent sensibles à ce discours héroïque et rassembleur qui rend à leur communauté sa place dans la nation après le traumatisme de la Séparation. Nombre d’entre eux ne font pas le rapprochement entre l’athéisme de Maurras et ses conseils politiques considérant, comme Bernanos, Massis ou Maritain, que l’Action Française constitue le meilleur rempart de l’apostolat chrétien. La condamnation du Sillon les conforte dans le procès de laïcisme intenté à la République.

  • 69 Jean d’Azémar, Journal, 1923/1924.

49Jean de Fabrègues vit ce conflit politico-religieux au sein même de sa famille. Une grande soif spirituelle jointe à un appétit de savoir et à un besoin de comprendre le prédisposent à une foi qui ne s’appuie pas seulement sur l’émotion mystique mais aussi sur la raison. Il ne se satisfait pas du monde tel qu’il est et veut y mettre de l’ordre, un ordre qu’il pense intégralement conforme à l’exigence chrétienne, “l’ordre de Bourget surtout, de Maurras aussi69.”

Notes

1 Chanoine Rolin, Histoire de l’Église. Les Éditions de l’École, 1957, p. 220.

2 Voir sur ce point l’intéressante distinction opérée par René Rémond entre l’inspiration libérale de la laïcité et les aspects anticléricaux de la sécularisation : René Rémond, Religion et société en Europe, Le Seuil, 1998. Sur ces derniers, voir Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine, Flammarion, 1965.

3 Les deux formules sont de Gérard Cholvy, “Les deux France”, in Histoire religieuse de la France contemporaine, Tome II, Privat, 1989, p. 172.

4 Michel Lagrée, “Exilés dans leur patrie. (1880/1920)”, in Histoire des catholiques en France, François Lebrun (dir.), Privat, 1980.

5 Comme l’écrit Jean-Marie Donegani, caractérisant le catholicisme au début du siècle : “Dans sa formulation originelle, la pensée catholique a refusé la séparation des ordres entre politique, social et religieux et la distinction des sphères entre public et privé.” La liberté de choisir, FNSP, 1993, p. 170. Mais si cette séparation est aujourd’hui bien reconnue par l’Église comme institution dans l’exercice d’un éventuel pouvoir sur la vie publique, elle n’en reste pas moins niée en ce qui concerne la conduite des consciences, le chrétien se devant d’obéir à sa religion dans l’ensemble de ses actes.

6 Motu proprio Sacrorum antistitum du 1er septembre 1910.

7 Sur les conversions d’intellectuels au catholicisme, on consultera Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France. 1885-1935, CNRS éditions, 1998, et plus particulièrement, sur le cas d’Ernest Psichari, Frédéric Néau-Dufour, Ernest Psichari (1883-1914) : une vie, un mythe, thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Michel Winock, Paris, IEP, 1999.

8 Voir à cet égard la biographie de Jacques et Raïssa Maritain, de Jean-Luc Barré, Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du Ciel, Ed. Stock, 1995.

9 Voir en particulier sur ce thème, d’Emile Poulat, Eglise contre bourgeoisie et Catholicisme, démocratie et socialisme, Casterman, 1977.

10 L’Encyclique Rerum Novarum donne un bon exemple de la perspective spirituelle dans laquelle l’Église inscrit son action politique et sociale. Ainsi met-elle l’accent sur le devoir des chrétiens de travailler, par “une abondante effusion de charité (à) restaurer (dans l’ordre) naturel (qui) dans l’état des choses telles qu’elles sont” est celui des “funestes conséquences du péché”, l’égalité des âmes, l’union des classes (les corporations catholiques) et l’inspiration chrétienne des principes de gouvernement. Cet effort trouve sa logique ultime dans la foi en une vie éternelle, in Encycliques, messages et discours de Léon XIII, Pie XI, Pie XII sur les questions sociales, Éditions de la Croix du Nord, Lille, 1954. Voir aussi sur ce thème Hugues Portelli, Les socialismes dans le discours social catholique, Le Centurion, 1986.

11 Sur l’ACJF, voir en particulier Y.M. Hilaire, “L’ACJF, les étapes d’une histoire. (1886/1956)”, Revue du Nord, LXVI, 1984.

12 Sur le catholicisme social dans cette période, voir aussi. Henri Rollet, L’Action sociale des catholiques en France (1871/1901), Boivin et cie, 1947.

13 Sur Charles Maurras, en rapport avec le sujet traité ici : Henri Massis, Maurras et notre temps, Plon. 1961. Eugen Weber, L’Action Française, Stock, 1964. Colette Capitan Peter, Charles Maurras et l’idéologie d’Action Française, Le Seuil, 1972. Pierre Boutang, Maurras. La destinée et l’œuvre, Plon, 1984. Victor Nguyen, Aux origines de l’Action Française. Intelligence et politique à l’aube du xxe siècle, Fayard, 1991. François Huguenin, A l’école de l’Action Française. Un siècle de vie intellectuelle, J.C. Lattes, 1998. Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain, Le Cerf, 1999.

14 Sur Marc Sangnier, voir en particulier : Jean de Fabrègues, Le Sillon de Marc Sangnier. Un tournant majeur du mouvement social catholique, Perrin, 1964. M. Barthélémy-Madaule, Marc Sangnier, 1873/1950, Le Seuil, 1973. Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie Chrétienne, (xixe/xxe), Colin, 1980.

15 Marc Sangnier crée Le Sillon en 1894, Charles Maurras rejoint le Comité d’Action Française en 1899 et fait paraître le premier numéro de la Revue d’Action Française. La polémique entre les deux hommes commence en 1903. Maurras en publie l’essentiel dans Le Dilemme de Marc Sangnier en 1906.

16 Pie X, Notre charge apostolique, 25 août 1910.

17 La Lettre pontificale concluait : “Oui, vraiment, on peut dire que le Sillon convoie le socialisme, l’œil fixé sur une chimère”, Lettre de Pie X sur le Sillon, p. 13.

18 René Rémond, op. cit., p. 49.

19 Jacques Prévotat, Catholiques français et Action Française. Etude des deux condamnations romaines, Thèse sous la direction de René Rémond, 1994, p. 440, 441.

20 Ibid., p. 422.

21 Employant cette formule, Eugen Weber remarque par ailleurs que les sympathies de l’Action Française pour les mouvements de revendication de certains travailleurs (cheminots, postiers etc.) “faisaient enrager de nombreux conservateurs royalistes” in L’Action Française, Stock, 1964, p. 74, 75.

22 Les Camelots du Roi naissent en novembre 1908. En 1909, des combats de rue les opposent à la police à l’occasion de l’affaire Thalamas.

23 “Pour moi, j’admire de tout mon cœur ces vaillants de l’Action Française, ces vrais fils de Gaule, avec du bon sens et de la foi, qui ne reculent devant aucune idée, qui s’imposent gaillardement, qui se définissent sans phrases. Comme c’est clair ! Comme c’est à l’emporte-pièce !” écrit-il à l’Abbé Lagrange, in Max Milner, Georges Bernanos, Séguier, 1989, p. 33.

24 Lc. XXIII, 18/22. Mc. XV, 6/14. Mt. XXVII, 15/23.

25 Voir sur ce point P. Sorlin, La Croix et les Juifs. 1880/1899. Contribution à l’histoire de l’antisémitisme contemporain. Grasset, 1967.

26 Sur 20. 950. 000 actifs, 7. 923. 000 sont alors des femmes, soit 37,8 %. Selon Gaétan Pirou et Charles Rist, De la France d’avant-guerre à la France d’aujourd’hui, Sirey. 1939, p. 49.

27 Le comité exécutif du parti radical se compose de membres désignés par départements et de membres de droit (parlementaires, conseillers). En 1934, il ne compte pas moins de 2. 448 personnes. Selon Daniel Bardonnet, Évolution de la structure du parti radical, p. 100 à 105. Sur le parti radical, voir plus généralement Serge Berstein, Histoire du parti radical, T. 1, FNSP, 1980.

28 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs.

29 Philippe Ariès, “L’Action Française, qui était-elle, qu’en reste-t-il ?”, France-Forum, no 60, novembre 1964.

30 Témoignage de René Vincent à l’auteur, 20 mai 1988.

31 Elle témoigne de cette “joie de croire” qu’évoque R.M. Alberès comme caractéristique du mouvement littéraire d’alors, in L’aventure intellectuelle du xxe siècle. Albin Michel, 1969, p. 16.

32 Aline Coutrot rappelle qu’à cette période : “Un tiers des normaliens vont à la messe, d’où leur nom de talas”, in Les forces religieuses dans la société française, A. Colin, 1965.

33 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, 1913. Sous ce pseudonyme se cachent Henri Massis et Alfred de Tarde, avec l’ambition de décrire l’état d’esprit de leur génération. Jean-Jacques Becker, René Rémond et Raoul Girardet avaient déjà souligné le caractère partial de l’enquête. Plus récemment, J.F Sirinelli insiste sur le prosélytisme nationaliste des deux auteurs. Voir en particulier sur ce point : J.F. Sirinellii, Génération intellectuelle, op. cit., p. 226.

34 Selon le témoignage de Monique de Fabrègues à l’auteur, 21 décembre 1987. Un autre signe de l’admiration et de l’affection que Jean de Fabrègues ressentait envers sa sœur Madeleine réside dans le fait qu’il a conservé beaucoup de ses lettres et de ses poèmes, notamment ceux qui ont été publiés, comme par exemple dans le recueil : Les poètes de l’enseignement, sous la direction de Patrice Buet, Éditions de la Revue moderne, 1945.

35 Jean d’Azémar, Ma famille, 16 janvier 1914.

36 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs, mots soulignés dans le texte.

37 Ibid.

38 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action Française, op. cit.

39 Ibid., p. 172.

40 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

41 Ibid.

42 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

43 Ibid.

44 Jean de Fabrègues, Premiers souvenirs.

45 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

49 Pierre Andreu, Le Rouge et le Blanc, La Table Ronde, 1977, p. 22.

50 Dans son Histoire économique de la France entre les deux guerres, Economica, 1984, Alfred Sauvy note que la consommation de pain ne baisse que légèrement entre 1919 et 1939. Par contre celle de sucre augmente de moitié.

51 René Rémond, Notre Siècle, Fayard, 1988, p. 20.

52 G. Lambert, Lettre à Mme Commis, 29 août 1915.

53 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924, 19 septembre 1923.

54 Jean de Fabrègues, Le Sillon de Marc Sangnier, Librairie Académique Perrin, 1964.

55 Le clergé est mobilisé au même titre que le reste des citoyens. De nombreux religieux exilés depuis 1901 reviennent s’enrôler volontairement. Selon Michel Lagrée, le sort des prêtres se partage entre trois régimes : celui de l’aumônerie proprement dite, du non-combattant (brancardier ou infirmier) pour ceux qui étaient en poste concordataire avant 1905, celui de combattant dans les corps de troupe pour les autres. Le clergé paie un lourd tribut à la guerre puisque 3.100 prêtres et séminaristes et 1.500 religieux sont tués au combat, in Histoire des catholiques en France, op. cit., p. 443, 444.

56 Lettre du 12 juin 1917 à Jean d’Azémar, signature illisible.

57 Un décret du 2 août 1914 est revenu sur certaines mesures concernant les congrégations masculines, mais malgré un certain apaisement des relations entre l’Église et l’État lié à l’Union Sacrée, la Chambre élue au printemps 1914 demeure orientée à gauche et anticléricale.

58 Raoul Girardet, Le nationalisme français. (1871/1914), A. Colin, 1966, p. 25. Les mots en italiques sont entre guillemets dans le texte.

59 Pierre Andreu, op. cit., p. 27, 28.

60 René Vincent, lettre à l’auteur, 26 janvier 1989.

61 Discours de Mr. Lichnerowicz, professeur de sixième au lycée Michelet de Vanves, 13 juillet 1922.

62 Amédée d’Yvignac, Les années 30, Éditions Tequi, 1990, p. 34.

63 Maurice Donnay, Des souvenirs, Fayard, 1933, p. 36.

64 En 1921, dans la tranche d’âge où se trouve Jean (quinze ans), seulement 153 enfants pour mille sont scolarisés (Statistique selon A. Sauvy, op. cit. p. 144) et, selon Antoine Prost, en 1928 encore, sur quatre millions et demi d’enfants accueillis dans le primaire, seulement 291. 000 intègrent le secondaire, in Histoire générale de l’enseignement, Nouvelle librairie de France, 1981, p. 211.

65 Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française. (1800-1950), Colin, 1979.

66 Depuis 1874, le baccalauréat se passe en deux parties, la seconde partie offrant le choix, à partir de 1890, entre une série “Philosophie” et une série “Mathématiques élémentaires”. Quant à la première partie, elle se divise à partir de 1902 en quatre branches : A (latin/grec), B (lettres/langues), C (latin/sciences), D (sciences/langues). Malgré les efforts faits, notamment par Victor Duruy, pour attirer les candidats vers les filières non classiques, c’est à dire sans latin, celles-ci restent encore minoritaires à la fin des années vingt et l’écart s’accroît même entre le nombre des bacheliers de la série philosophie et ceux de la série mathématiques au détriment des seconds.

67 Jean d’Azémar, Journal 1923/1924.

68 Ibid.

69 Jean d’Azémar, Journal, 1923/1924.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search