Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Première partie. Jean de Fabrègues et sa génération

Introduction de la première partie

Texte intégral

Quelle place, en effet, nous était offerte dans ce monde de 1925/30 où nous avons fait nos premiers pas d’hommes ?
Jean de Fabrègues, La Revue du xxe Siècle, no 5, mars/avril 1935

  • 1 Sur le thème de la génération et son importance en histoire, on consultera : Jean-François Sirinell (...)

1Si l’on cherche dans le témoignage de Jean de Fabrègues et de ses compagnons les événements qui fondèrent la socialisation de cette génération1 catholique intransigeante née au début du vingtième siècle, on en découvre au moins deux : le premier d’ordre politique, l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches en 1924 ; le second religieux, la condamnation de l’Action Française par Pie XI en 1926. Tous deux plongent eux-mêmes l’origine de leur impact sur ces jeunes consciences d’environ vingt ans dans un double traumatisme également politique et religieux : celui de la Séparation de l’Église et de l’État d’une part, de la Grande guerre d’autre part. L’ensemble de ces expériences, vécues directement ou à travers le témoignage des aînés, les amène à une perception du monde où le religieux se mêle inextricablement au politique, composant une vision qu’on pourrait qualifier d’intégralement catholique et nationaliste. Loin d’être exceptionnelle jusqu’au milieu des années vingt, elle apparaît au contraire partagée par la majorité des catholiques, laïcs et clercs confondus. Le néo-thomisme de Jacques Maritain appuie le nationalisme de Charles Maurras.

2C’est la confusion entre les idées d’un chef politique incroyant et le catholicisme, que Pie XI veut détruire en publiant la mise à l’Index de certains ouvrages de Maurras et en interdisant aux catholiques la lecture de L’Action Française. Tel est le signe qui jette Jean de Fabrègues et les jeunes intellectuels qui l’entourent dans la recherche de nouvelles formules de politique chrétienne après une rupture plus ou moins rapide avec le mouvement maurrassien.

Notes

1 Sur le thème de la génération et son importance en histoire, on consultera : Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Fayard. 1988 et la revue Vingtième Siècle, no 22, avril/juin 1989, en particulier Jean-Pierre Azéma, “La clef générationnelle” et Michel Winock, “Les générations intellectuelles”. Sur le concept de socialisation politique, on se reportera aux travaux d’Annick Percheron et, sur le thème de la génération, à “Préférences idéologiques et morale quotidienne d'une génération à l’autre”, Revue française de science politique, no 32, avril 1982.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search