Version classiqueVersion mobile

Jean De Fabrègues et la jeune droite catholique

 | 
Véronique Auzépy-Chavagnac

Introduction

Texte intégral

1Jean de Fabrègues naît en 1906, à l’aube du vingtième siècle, comme beaucoup d’autres intellectuels catholiques qui marqueront de leur pensée les périodes de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation : publicistes comme Jean-Pierre Maxence, lui aussi de 1906, et Alexandre Marc ; philosophes comme Jean Guitton et Jean Lacroix tous deux de 1901, Gustave Thibon de 1903, Maurice de Gandillac, Emmanuel Mounier de 1905, Etienne Borne de 1907 ; historiens comme Robert Aron ; économistes comme François Perroux né en 1903, Henri Guitton en 1904, Louis Salleron en 1905 ; écrivains comme Robert Francis, Pierre-Henri Simon, Henri Daniel-Rops né en 1901. Ces hommes forment une génération de penseurs catholiques parvenue à l’âge d’homme entre 1925 et 1930 après avoir été confrontée aux mêmes événements politiques et religieux qui donnent au premier tiers du vingtième siècle un caractère crucial. Les sachant animés d’une foi commune, on ne peut manquer de s’étonner de les voir évoluer dans des directions politiques différentes, certains côtoyant l’extrême droite, d’autres l’extrême gauche, les uns s’affiliant à la démocratie-chrétienne, les autres à la droite traditionaliste.

  • 1 Jn. V, 1-16. Mc. VII, 8-23. Mt. XV, 3-20.
  • 2 Lc. XX, 20-26. Mc. XII, 13-17. Mt. XXII, 15-22.
  • 3 L’Evangile propose aussitôt de perfectionner la loi par une modification de l’attitude individuell (...)

2C’est toute la difficulté de l’engagement du catholique en politique qu’illustre semblable diversité, tenant à la spécificité d’une religion autant qu’à son histoire. Religion de l’Incarnation, le christianisme n’invite pas le croyant à suivre des règles mais à imiter un modèle. Or, en matière de pratique politique, le Christ donne l’image paradoxale d’un contestataire de la loi (non respect du Sabbat ou des règles de purification juive1) qui se soumet au pouvoir en place (dans le cas du paiement du tribut à César2). La logique d’un tel comportement n’apparaît que dans l’optique de dépassement personnel proposé aussitôt dans l’Evangile3. Il s’agit d’une révolution qui ne passe pas par les institutions mais par l’homme. C’est de la conversion intérieure de chacun que peut résulter le changement de l’ordre politique et non l’inverse. Ce qui signifie en clair que le propos du chrétien n’est pas de dicter les règles du gouvernement ou de la société, mais en les vivant chrétiennement, de les convertir aux valeurs de sa religion. Cependant le Christ ne donne pas seulement un exemple, il fonde aussi une Eglise. De sorte qu’au défi de l’attitude chrétienne en politique s’ajoute, pour le catholique, une seconde difficulté d’ordre plus historique, celle de l’obéissance à un pontife et à une institution qui, longtemps, représentèrent une autorité temporelle autant que spirituelle. Pris dans des contradictions et des états d’âme dont parfois les membres de la hiérarchie eux-mêmes n’étaient pas exempts, le fidèle se devait pourtant de jouer son rôle de citoyen.

3En France, c’est au tournant du siècle et dans le contexte républicain que la papauté entreprend de clarifier les relations du politique et du religieux, en affirmant la neutralité de l’Eglise envers le régime et en appelant les catholiques à l’accepter, puis en condamnant successivement deux mouvements qui prétendaient, chacun à sa façon, représenter l’idéal chrétien en politique : le Sillon et l’Action Française. Léon XIII, Pie X, Benoît XV puis Pie XI, selon des modalités différentes, poursuivent un même objectif : regrouper les catholiques français sur le seul terrain du témoignage et de l’apostolat religieux. Mais, tout en rendant son autonomie au politique, ils n’en gardent pas moins une position de prescripteur moral souvent hostile aux lois en vigueur. Aussi le discernement du véritable Bien commun demeure-t-il difficile pour de nombreux catholiques, déchirés entre leur conscience et leur pratique de la politique. La distinction de l’intervention “en chrétien” ou “en tant que chrétien”, proposée par Jacques Maritain afin de les guider, n’ôte rien à la complexité de leur position.

4Dans la période où se place ce récit, celle des années vingt, trente et quarante, la situation politique française devient, de fait, de plus en plus confuse. La Troisième République offre l’image d’un régime usé par les querelles de partis, miné par les scandales politico-financiers et trop souvent privé de capacité de décision politique. Les espoirs internationaux d’arbitrage et de paix, les projets de construction européenne, laissent bientôt place à la montée des nationalismes qui profitent de la faiblesse des démocraties pour déclencher la guerre. Pour la génération qui aborde la politique dans les années vingt, le sentiment d’une victoire confisquée et de réformes manquées explique la radicalisation de certains dans le combat d’extrême gauche ou d’extrême droite. Nombreux sont les intellectuels catholiques avides de faire leurs preuves qui prennent part au lancement d’une “Révolution nationale” dont la défaite et l’Occupation montreront le caractère illusoire.

5Jean de Fabrègues illustre à l’origine le choix d’une mouvance qui passe pour intégrale, puisqu’il s’agit de l’Action Française. Cette adhésion est le fruit d’un tempérament entier et exigeant. Elle traduit une fierté nationale héritée de l’exemple “des héros morts”. Mais cet intégralisme se nourrit tout autant de l’intransigeance d’une foi catholique forgée dans les remous de la Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il représente aussi l’image d’un intellectuel qui persiste à s’engager dans le combat politique, convaincu, à l’époque où Julien Benda évoque la trahison des clercs”, que son devoir est de montrer le chemin. Sa rupture avec l’Action Française, devenue inévitable après la condamnation pontificale de 1926, le prive d’une pensée et d’un mouvement qu’il croyait être l’expression politique de sa foi.

  • 4 René Rémond, Notre Siècle, Fayard, 1988, p. 115.
  • 5 Jean-Louis Loubet del Bayle, “L’esprit de 1930 : Une tentative de renouvellement de la pensée poli (...)

6Si la mise à l’index de certains ouvrages et du journal de Maurras ouvre alors la voie à “un renversement des alliances et plus encore à une mutation des mentalités”4 dans le catholicisme français, comme l’affirme René Rémond, elle ne légitime pas seulement la position de la minorité démocrate-chrétienne mais donne aussi son essor à une relecture par la majorité catholique de droite des modalités de son engagement politique. De ce mouvement, Jean de Fabrègues se fera le traducteur après 1930, rassemblant autour de lui, dans un ensemble de revues, une “Jeune Droite Catholique" faite d’écrivains, de philosophes, d’économistes, clercs et laïcs. Cette tendance intellectuelle prend d’abord place dans le milieu de jeunes contestataires des années trente que les travaux de Jean-Louis Loubet del Bayle ont fait mieux connaître sous l’appellation générale de “non-conformistes”5

  • 6 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité. 1930-1950, Le Seuil, 1975.

7Parmi eux, et face à la tendance de Fabrègues, se tient celle d’Emmanuel Mounier et d’Esprit dont l’étude a été menée à bien par Michel Winock et qu’on peut caractériser comme catholique de gauche6. Les deux écoles de pensée d’Esprit et du groupe Réaction se croisent et s’opposent au long de l’avant-guerre et de la guerre. Rapprochées par une commune dénonciation du désordre des temps et l’idéal d’une restauration chrétienne, elles se séparent sur les modalités de l’ordre à construire.

8C’est à percer les raisons profondes de telles divergences que ce livre voudrait s’attacher, en éclairant particulièrement la position de la tendance catholique de droite, moins étudiée jusqu’ici que celle de gauche, alors même qu’elle représentait, au moins jusqu’aux années soixante, la part prédominante du catholicisme français. Aussi intéressant soit-il d’éclairer le conflit politique entre deux intellectuels catholiques, il serait cependant trompeur de présenter ce récit comme celui d’un duel Mounier/Fabrègues. Ce dernier est en effet encore trop mal connu aujourd’hui pour qu’on ne fasse pas l’effort de lui consacrer d’abord une véritable étude.

9Qu’on ne s’attende pas, pour autant, à trouver ici une biographie, sinon partielle et d’ordre intellectuel. La plupart des aspects de la vie privée de Fabrègues sont volontairement laissés de côté, ceux qui sont évoqués ne visant qu’à éclairer son évolution d’esprit. La période étudiée se borne à l’entre-deux guerres et à la guerre. C’est alors qu’il effectue son plus gros effort de création journalistique et d’animateur de mouvement de pensée. Non que la direction de l’hebdomadaire La France Catholique qu’il assume après la Libération doive être négligée, mais elle s’inscrit dans la continuation d’une publication lancée par la Fédération Nationale Catholique, reprise par l’Action Catholique, et ne procède donc pas d’une initiative personnelle. Il réalise par ailleurs, dans cette seconde période de sa vie, une œuvre d’écrivain, à mi-chemin du moraliste et du philosophe, qui mériterait à elle seule un autre ouvrage. Plus que sa trajectoire personnelle, il s’agit ici de montrer son aptitude à fonder un mouvement intellectuel dont les problématiques sont encore présentes aujourd’hui.

10Fruit d’une génération catholique qui arrive à l’âge d’homme au milieu des années vingt, Jean de Fabrègues rassemble autour de lui une équipe de jeunes intellectuels thomistes et nationalistes que laisse à moitié orpheline la condamnation de l’Action Française. Tout l’effort de la Jeune Droite Catholique va dés lors porter sur la définition d’un ordre politique qui, sans renier l’héritage maurrassien, respecte la doctrine catholique. Pendant les années trente, qui sont celles de la montée des fascismes, puis la période de guerre et d’Occupation, cette recherche se poursuit, contraignant Fabrègues et son groupement à se démarquer des tendances extrémistes et à faire la preuve de leur différence. L’ensemble de cette expérience permet de mieux mesurer la complexité du témoignage catholique en politique et jette un nouvel éclairage sur l’histoire du catholicisme contemporain.

Notes

1 Jn. V, 1-16. Mc. VII, 8-23. Mt. XV, 3-20.

2 Lc. XX, 20-26. Mc. XII, 13-17. Mt. XXII, 15-22.

3 L’Evangile propose aussitôt de perfectionner la loi par une modification de l’attitude individuelle, par exemple en matière d’homicide, d’adultère, de répudiation, de faux serments, de pardon des offenses, d’amour des ennemis, Mt. V, VI, VII.

4 René Rémond, Notre Siècle, Fayard, 1988, p. 115.

5 Jean-Louis Loubet del Bayle, “L’esprit de 1930 : Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, thèse de doctorat sous la direction de Pierre Montane de La Roque, Faculté de Droit, Université de Toulouse, publiée sous le titre : Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française Le Seuil. 1969, édition revue et actualisée, 2001.

6 Michel Winock, “Esprit”. Des intellectuels dans la cité. 1930-1950, Le Seuil, 1975.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search