Version classiqueVersion mobile

Trith-Saint-Léger

 | 
Odette Hardy-Hémery

Deuxième partie. À la recherche des identités

Chapitre V. Des patronats aux cadres

Texte intégral

Introduction. Diversités

1Les attitudes et la composition du patronat gardent des traces du passé. Même les structures et groupements qui vont coordonner les interventions patronales ne peuvent ignorer l’ensemble des liaisons ayant précédé les organisations structurantes. Ces relations qui reposent sur la sociabilité patronale, sur des réflexes collectifs anciens, constituent une protostructure, véritable préalable à des organisations plus tardives et plus formelles.

2Un autre trait caractérise le patronat trithois : il commande des branches qui, tout au long de la période, sont relativement dynamiques : une très forte croissance avant 1914, atténuée après 1930, puis renaissante après 1945. Cette longue croissance interne crée une stabilité permettant de placer des fils, même si le poste occupé n’apporte qu’un pouvoir relativement limité.

3On observe, dans la région de Trith, la coexistence, vérifiée au niveau du Valenciennois, entre deux types de patronats : un grand patronat, extérieur à la région, d'origine et de résidence lilloise ou parisienne : c’est celui qui prédomine aux Forges du Nord et de l’Est ; et un type de direction à dominante familiale qui caractérise Métalescaut : ici, la lignée des fondateurs se perpétue sans faille.

I. Sur le devant de la scène : les forges et aciéries du Nord et de l'Est

Des renouvellements liés aux restructurations

4L’ancienneté du patronat est souvent équivalente à celle de l’entreprise. Il semble bien que la fonction de certains administrateurs soit surtout de « donner à voir » la continuité de l’entreprise dans une double direction : vers l’extérieur (clients, concurrents, État, appareil législatif, souscripteurs, opinion) ; vers l’intérieur (subordonnés, salariés). Le temps, la durée sont porteurs de notoriété, d’expérience et d’autorité. Si tous les administrateurs ne sont pas des aristocrates à particules, on n’oubliera pas, lors de la nomination, de rappeler dans des phrases rituelles que certains nouveaux promus ont des attaches dans l’histoire de l’entreprise.

  • 1 Le processus est le même à Denain-Anzin avec l’arrivée à la direction des frères Talabot.

5Au Nord-Est, il apparaît que, dès la création, l’apport de capital, même s’il peut être dérisoire, les connaissances techniques, les clients potentiels ont constitué autant d’obstacles, empêchant les toutes premières générations de se perpétuer. En effet, si le premier démarrage de la métallurgie du fer dans les années 1830 est promu par un industriel local, Leclercq-Sézille, le passage à une échelle supérieure de production n'est assuré que par le relais de techniciens hommes d’affaires de dimensions nationales1. E Mais par la suite, des fusions et absorptions vont entourer ce noyau central d’une nébuleuse de personnalités qui sont constamment présentes.

  • 2 Voir chapitre II.

6C’est après une croissance industrielle impétueuse qu’est franchie l’étape menant à la prise de contrôle par un capitalisme de grande envergure. L’histoire mouvementée des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est va amener à la direction un nouveau personnel. Cette Société a comme ancêtre les usines Leclercq de Trith qui s’annexent celle de Jarville puis se transforment en 1873 en Mines et Usines du Nord et de l’Est. Lors de cette étape, le second de la dynastie, Leclercq-Mabille, possède pratiquement la moitié du capital. La banque belge et française devient cependant très importante et en 1881, lors de la création des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est, la famille fondatrice des Forges de Trith est complètement éliminée de la direction. La grande banque politico-financière, notamment celle de Paris et des Pays-Bas, cumule les principaux postes d’administrateurs. C’est l’époque où Eugène Duclerc et Edmond Joubert2, administrateurs de Paribas, jouent un rôle-clé aux Forges du Nord et de l’Est. S’adjoint à la direction la banque Goudchaux, dont le rôle politique est important dès 1848 : Edmond Goudchaux, décédé le 30 décembre 1907, entre au conseil d’administration des Forges du Nord et de l’Est en 1882 pour en devenir président en 1895. Le renouvellement profond de la direction symbolise bien cette seconde naissance du Nord-Est.

7De janvier 1908 à décembre 1925, le conseil d’administration du Nord-Est est présidé par Gaston Griolet, qui semble surtout occuper cette fonction comme président de la Banque de Paris et des Pays-Bas : il est en effet à la tête du conseil d'administration de cette banque de 1912 à 1925. À ses côtés, on remarque André Bénac : maître des requêtes au Conseil d’État et ayant fait partie de plusieurs cabinets ministériels, il quitte l’administration en 1903 pour devenir à la fois administrateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas et des Forges du Nord et de l'Est. La firme Leclercq est passée brutalement de la petite industrie à la grande par un financement externe provenant d'une grande banque, Paribas. Incontestablement, les payeurs furent ici les décideurs. Les règles successorales dans cette grande banque échappent aux lois de l’hérédité, ce qui se ressent au conseil d’administration du Nord-Est.

  • 3 Emmanuel Monick, né le 10 janvier 1893, est licencié es Lettres et en Droit et diplômé de l’École d (...)

8En janvier 1926, Gaston Griolet et André Bénac démissionnent du conseil d’administration des Forges du Nord et de l’Est. Cette sortie conjointe correspond à l’entrée par l’intermédiaire de Lens d’autres intérêts bancaires. Pour retrouver des administrateurs de Paribas dans cette firme sidérurgique, il faut attendre 1950 où est recruté Emmanuel Monick, lui aussi président du conseil d’administration de Paribas et homme-carrefour s’il en est : cet ancien inspecteur des Finances est en effet une personnalité importante de la diplomatie et de l’économie3.

9Le départ de Paribas correspond à la prise de pouvoir de la Société des Mines de Lens. Déjà en 1920, par l’apport-fusion de la Société Métallurgique de Pont-à-Vendin, quatre représentants de cette houillère sont entrés au conseil d’administration du Nord-Est : ainsi, Alfred Descamps-Poullier, administrateur de la Banque Générale du Nord qui fusionne en 1934 avec le Crédit du Nord, devient administrateur du Nord-Est le 29 octobre 1920. Le Conseil d’administration du Nord-Est dans ces années est pléthorique : 20 à 25 membres. Mais ceci est une autre histoire : il faut en effet faire une place aux représentants des sociétés absorbées. Ainsi en mars 1920, sept représentants de la Société de l'Espérance entrent au conseil d'administration du Nord-Est. Chacune des fusions amène à la direction de la firme à la fois des techniciens et des financiers. Jules Canard, administrateur du Nord-Est de 1926 à 1934, est représentatif du premier cas. À sa sortie de l’École Centrale, il est recruté en 1889 par la Société des Laminoirs de l’Espérance dont il devient directeur en 1897. En 1920, le Nord-Est absorbe la Société des Usines de l’Espérance et, le 16 mars 1920, Jules Canard est nommé directeur général des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est puis administrateur le 10 juillet 1926. Jacques Lehideux illustre le cas de financiers apparus au conseil d’administration du Nord-Est à la suite d’une fusion. Lors de sa nomination en novembre 1933 comme administrateur, il est à la fois banquier et ancien vice-président des Hauts Fourneaux et Laminoirs de Montataire et de la Sambre alors absorbés par le Nord-Est. Après la double fusion de 1933, avec d’une part Montataire-La Sambre et d’autre part la Basse-Loire, sur les 23 membres du conseil du Nord-Est, 14 proviennent de sociétés absorbées.

Et des héritiers d’anciennes dynasties

10Les Mines de Lens ont la caractéristique d’être dirigées par des représentants des grandes familles textiles lilloises. Ceci explique la présence de Descamps-Poullier et de Pierre Thiriez à la présidence du conseil du Nord-Est jusqu’au-delà des années 1950, quand le Nord-Est ne représente plus qu’un holding gérant une partie du capital d’Usinor.

11Après 1920, les Mines de Lens mettent à profit les besoins créés par la politique impérialiste du Nord-Est. Elles apportent à la société sidérurgique leur « aura » et souscrivent une partie de ses émissions. La part de Lens dans le capital du Nord-Est est ainsi portée de 18,9 % en décembre 1926 à 21 % en 1930 pour se stabiliser ensuite à 18 % de 1940 à 1944. La participation au capital est ici beaucoup plus conséquente que celle relevée pour les familles traditionnellement dirigeantes de Denain-Anzin. En échange de son appui, Lens obtient dès 1923 que la présidence du conseil d’administration des Forges du Nord et de l’Est lui soit réservée. Cette condition est remplie en janvier 1926.

  • 4 P. Pouchain, Les Maîtres du Nord du XIXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1998, 413 pages, p. 52.
  • 5 Ibid., p. 258.

12Parallèlement à la prise de pouvoir des Mines de Lens, les pouvoirs du conseil d’administration et de sa présidence sont renforcés. L’on retrouve alors au conseil d’administration du Nord-Est, quel que soit son effectif, quatre ou cinq représentants des Mines de Lens. Comme, depuis 1850, les capitalistes du textile lillois ont transféré leurs capitaux dans le placement le plus opportun, le charbon du Pas-de-Calais, « les hommes nouveaux » que nous trouvons au Nord-Est à compter des années 1920 sont en fait les héritiers de très anciennes dynasties bourgeoises. Ainsi, Alfred Descamps-Poullier cité plus haut, président du conseil d’administration du 14 décembre 1935 à sa disparition le 24 novembre 1942, descend d’une grande famille lilloise : son grand-père, Alfred Descamps-Danel (1806-1883), tenait dès avant 1842 une filature de coton à Lille ; le même ancêtre a participé en 1852 à la fondation des Mines de Lens, est devenu administrateur de la succursale lilloise de la Banque de France ; en 1866, il a été l’un des fondateurs de la Société de Crédit industriel et de Dépôts du Nord, l’actuel Crédit du Nord4. La famille Descamps appartient par toutes ses fibres à la grande nébuleuse en expansion du textile lillois. La grand-mère d’Alfred Descamps-Poullier est une Danel, sa mère est une Wallaert, deux noms qui restent symboliques de nos jours encore du Gotha des affaires lilloises. Alfred Descamps-Poullier se retrouve au conseil d’administration du Nord-Est en compagnie d’un assez nombreux cousinage. Ainsi, son successeur à la présidence de ce conseil de 1942 à 1950 n’est autre que Pierre Thiriez-Wallaert, descendant de la famille textile lilloise. Il est également membre du conseil d’administration des Mines de Lens, vice-président du Crédit du Nord, président de la Compagnie du Chemin de fer du Nord5 et de la Chambre de Commerce de Lille. Pierre Thiriez-Wallaert est le neveu de Maurice Wallaert-Barrois, lui-même administrateur des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est du 10 juillet 1926 à septembre 1940.

La part de l’illusion

13Au fond, ce qui pourrait apparaître comme un grand bouleversement dans les années 1920 au Nord-Est comporte une part d’illusion : le transfert d’un personnel nouveau à la tête de l’entreprise marque simplement un changement d’identité capitaliste. Reprenant une tradition bien affirmée à Denain-Anzin, ce personnel va se reproduire identiquement à lui-même, même s’il s’adjoint quelques diplômés non héritiers.

14Lors des apports-fusions de 1920 et de 1933, la signification des nouvelles nominations au conseil est bien inégale et les nouveaux administrateurs font un peu figure de potiches : le pouvoir qu’ils exercent est assez illusoire et s’évanouit à mesure que les fusions entrent dans les faits.

15Plus que dans toute autre firme, le conseil d’administration des Forges du Nord et de l’Est dans les années 1930 est un lieu où s’instaurent de multiples relations personnelles et industrielles. Quelques grandes firmes métallurgiques apparaissent dans ce conseil. En 1918, la direction du Nord-Est crée cinq nouveaux postes d’administrateurs et en offre quatre aux Aciéries de France, aux Usines Métallurgiques de la Basse-Loire, à Châtillon-Commentry et à La Marine et Homécourt, cette dernière entreprise étant représentée par Théodore Laurent, personnalité de premier plan de la sidérurgie nationale et internationale.

16La nomination au conseil d’administration du Nord-Est de représentants de firmes beaucoup plus régionales concrétise le tissu conjonctif unissant la grande firme aux petites entreprises. Ainsi entrent à ce conseil en 1920 des représentants de Delattre et Frouard et de la Boulonnerie et Ferronnerie de Thiant, l’une des trois affaires Sirot du Valenciennois. Certes, ces deux firmes possédaient des parts dans le capital de la Société de l’Espérance, alors absorbée ; mais l’on peut penser qu'elles assurent aussi, de cette manière, leur approvisionnement en métal.

17La prééminence au Nord-Est du textile lillois par le biais des Mines de Lens n’exclut pas le rôle de grands techniciens auxquels la direction délègue des pouvoirs. Au Nord-Est, un personnage de ce type est Ernest Cuvelette. Polytechnicien, il est passé par le corps des Mines et est devenu, bien avant 1913, directeur général des Mines de Lens. Entré par son mariage en 1909 dans la famille Kuhlmann, il siège dans 15 conseils d’administration dont celui du Nord-Est qu’il préside de 1926 à 1935. Même si son rôle dans la profession métallurgique n’équivaut pas à celui d’un Pralon à Denain-Anzin, Ernest Cuvelette appartient au monde des personnalités relais : ces grands techniciens, ne provenant pas de familles d’actionnaires, ont prouvé leur compétence par un long séjour dans des postes plutôt subalternes ; leur rôle réel dépasse leur fonction.

18La direction du Nord-Est est lointaine géographiquement et lointaine aussi par sa non-spécialisation dans le métier sidérurgique, même si la direction technique revient à des spécialistes tels Georges Crancée dans l’entre-deux-guerres. À l’inverse, on trouve à Métalescaut le moyen patronat, d’origine régionale, descendant d’une des grandes familles pionnières de la région, les Sirot.

II. Les patrons locaux

D’anciens techniciens autodidactes

19L’autre facette en effet du patronat représenté à Trith-Saint-Léger est celui des entrepreneurs moyens employant quelques centaines d’ouvriers. Dans le Valenciennois, ce groupe, fortement soudé, forme un véritable terreau pour l’industrie régionale. Malgré la dimension plus modeste de leurs établissements, le rôle global de ces chefs d’entreprise, en particulier sociologique, n’est ni négligeable, ni secondaire. Ce patronat moyen est diffus dans toutes les branches ; il inclut les Wagret et les Renard dans la verrerie, les Cuvelier à Eternit, les Dervaux et les Dorémieux en boulonnerie et en chaînerie.

20La maison Sirot, dont le berceau est à Trith, a essaimé aux Forges et Laminoirs de Saint-Amand et à la Boulonnerie de Thiant. Cette lignée, par son ancienneté, par sa pérennité, correspond à l’archétype de ce patronat d’envergure locale. Il adjoint à la qualité de technicien souvent autodidacte celle de propriétaire de l’entreprise.

21Reprenons le terme de technicien autodidacte. À l’époque en effet de la mise en place du puddlage, une base scientifique minimum suffit pour ordonner et comprendre ce savoir-faire. Il est typique que Pierre Sirot, qui dirige l’établissement de Trith-Saint-Léger jusqu’en 1854, revendique le titre de maître-ouvrier, désignant les travailleurs de 1847 par le terme de « compagnons ». Ceci signifie que l’on a affaire à un artisanat où l’apprentissage revêt une forme traditionnelle ; la formation s’acquiert lentement par une pratique répétée. C’est par des voyages à l’étranger et surtout en Angleterre aux alentours de 1800 que la connaissance du puddlage est assimilée par ces entrepreneurs. De tels voyages ne sont pas sans rappeler le compagnonnage.

22L’un des trois frères Sirot, installés respectivement à Thiant, Saint-Amand et Trith, a fait le voyage d’Angleterre et a ensuite initié ses meilleurs ouvriers. La tradition du père enseignant au fils est ici portée au paroxysme. Les qualités professionnelles du chef d’entreprise sont donc importantes.

23Ces entrepreneurs autochtones se rattachent à la région par un fonds familial commun, basé notamment sur les relations matrimoniales. En effet, les mariages unissent les Sirot aux Wagret de la verrerie, aux Raverdy des constructions de bateaux, aux Mallez et aux Gouvion de la sucrerie, aux Weill du textile. Ces firmes prennent appui sur la banque locale et sur le moyen capitalisme de la région lilloise. Ainsi, les Sirot s’appuient, à partir de 1899, sur le Crédit du Nord par les Dubrule et les Debiève. De cette époque date la transformation des trois firmes Sirot en sociétés anonymes. Les écrans protecteurs continuent à fonctionner et empêchent la pénétration par d’autres. L’un des ciments de ce monde des moyennes entreprises est la banque régionale, du Crédit du Nord aux Dupont et aux Piérard. Son réseau d’influence atteint dans l’entre-deux-guerres la totalité de l’industrie du Valenciennois.

César Sirot

César Sirot

Coll. Odette Hardy-Hémery

24L’harmonie de ce groupe avec la grande industrie n’est pas toujours évidente. Mais ces entrepreneurs moyens ont un poids décisif par leur dynamisme et par leur solidarité dans la formation de la conscience de groupe. Dans le Groupement des Industriels Métallurgistes formé en 1919, les PME ont su bien souvent imposer leur point de vue face aux grandes firmes sidérurgiques.

Les Sirot : un long rôle politique

25Enfin, les dirigeants de Métalescaut sont aussi plus proches du monde du travail par la manière dont ils ont longtemps assumé la représentation politique de cet arrondissement ouvrier. Les trois frères Sirot ont été députés républicains, dits aussi progressistes, à une époque où le mouvement ouvrier, embryonnaire, ne parvient pas à sécréter ses propres hommes politiques. Ils ont montré leurs sentiments républicains en s’opposant au régime du Second Empire. Tous les moyens entrepreneurs ne se rattachent pas à ce courant politique qui est, à la Chambre, l’adversaire du libéralisme et de ce que l’on appelle alors le cléricalisme.

26Un rôle particulièrement important est joué par César Sirot, maître de forges à la tête de Métalescaut et député de 1899 à 1902. Le premier des trois frères Sirot à être député est Jules Sirot, à la tête des Forges et Laminoirs de Saint-Amand. Il est député opportuniste pour la circonscription de Valenciennes II de 1889 à 1893. Puis, son frère, Pierre Hector Sirot-Mallez, fondateur de la Boulonnerie de Thiant, est élu député progressiste de la circonscription de Valenciennes III de 1893 à 1899 où il décède. Il est alors remplacé en janvier 1899 par son autre frère, César Sirot. À cette élection, César Sirot recueille 8977 voix contre 7600 au candidat socialiste.

27César Sirot a derrière lui une assez longue carrière politique ; élu conseiller d'arrondissement du canton de Valenciennes-Sud en 1883, il est réélu en 1889 contre le général Boulanger. Enfin, il est élu conseiller général en 1895 et réélu dans ce poste en 1898, 1904 et 1910 : à ce dernier scrutin, les socialistes lui ayant opposé un candidat, il obtient l'appui de la droite. Il est également maire de Trith pendant 33 ans, de 1879 à 1912. Comme député, César Sirot siège parmi la gauche radicale et vote la loi de 1901 qui vise essentiellement à diminuer le pouvoir de l’église. Petit à petit, son rôle politique s’éclipse, comme d’ailleurs celui de tout ce patronat moyen, dynamique économiquement. Le relais est pris par les socialistes. Aux législatives de 1902, César Sirot, arrivé en troisième position, est devancé par le socialiste Auguste Selle, en faveur duquel il se désiste. Pour la première fois, l’un des trois députés du Valenciennois, celui de la circonscription de Denain-Valenciennes-Sud, est socialiste. De 1906 à 1910, les trois sont socialistes. César Sirot reste conseiller général et ses votes se confondent avec ceux de Selle. En 1912, César Sirot perd la mairie de Trith au profit de la liste socialiste conduite par Jourdan. Désormais, la municipalité est dirigée par les socialistes.

28Le désistement en 1902 du patron de Métalescaut en faveur d’un candidat socialiste ne fut pas, à l’époque, un mince engagement. Voici en effet un extrait de la nécrologie de César Sirot que publie le 23 janvier 1914, un quotidien de tendance catholique, « le Valenciennois » : « Il commit la lourde faute de se désister en faveur de Selle et de s’en faire l’agent le plus actif ; grâce à ses efforts, Selle fut élu au scrutin de ballottage. Ce fut la première abdication qui devait conduire l'arrondissement de Valenciennes aux mains des révolutionnaires. Patron et industriel, il fit le lit du collectivisme. Il est pour une grande part 1 auteur de la situation troublée que nous connaissons aujourd'hui ».

29Le rôle politique dans les postes importants de ce moyen patronat disparaît après 1919. Avec le temps, les administrateurs sont de plus en plus diplômés, cette montée étant proportionnelle à la croissance du nombre de recrutés dans les grandes écoles. On peut distinguer deux types de diplômés : ceux qui adjoignent le diplôme à d’autres critères de choix (héritier, grande famille) et ceux qui, descendant des mobiles sociaux pour reprendre l’expression de Maurice Levy-Leboyer, n’ont d’autre titre pour être recrutés que leur diplôme. Pour ces derniers, l’entrée au conseil d’administration suppose une longue expérience de grands services rendus, notamment au sein de l’encadrement des usines.

III. L’encadrement

30En fait, l’autorité est exercée par les directeurs de l’usine : au Nord-Est, Jules Canard puis Edgard Riche dans les années 1930, Georges Crancée sous la seconde guerre mondiale. Ils ont une délégation de pouvoir pour régler la vie de l’entreprise.

Les ingénieurs : des vagues successives

  • 6 Une mission sidérurgique française en URSS en 1961 souligne la faiblesse de ce nombre dans la sidér (...)

31Les ingénieurs à la division de Valenciennes du Nord-Est puis au Groupe B d’Usinor sont relativement peu nombreux : 37 dans les années 1960 pour 4 000 ouvriers, soit moins de 1 pour cent ouvriers. Le Nord-Est a de l’ingénieur une conception assez répandue en France : d’une part en utiliser peu6, d’autre part les faire tourner quand ils tendent à devenir des potentats. La plupart tâchent de faire leur carrière sur place, passant de sous-chef à chef de service puis de division.

  • 7 Tout ce paragraphe sur les ingénieurs est rédigé avec l’aide exclusive et le précieux témoignage d’ (...)

32La première hiérarchie7 est relativement peu étoffée. Les cadres sont des hommes de terrain auprès du personnel dans le feu de l’action.

33L'atelier des Forges (Martelage) a été créé par Jean Lambert Thirion, formé chez Cockerill à Liège, embauché à l’âge de 19 ans pour rapidement devenir un professionnel averti dans le domaine de la forge des roues et essieux. Son père Jean-Pierre, était déjà chef de bureau à Seraing.

34Georges Thirion, fils de Jean Lambert, prend la succession après des études d'ingénieur à L’IDN. Le fils de ce dernier, Jean Thirion, docteur en Droit, va devenir chef des services Juridiques aux Services Centraux de Valenciennes jusqu’en 1985.

35Aux hauts fourneaux en 1912, le chef de service est M. Rigards. Formé à Charleroi, il apporte ses compétences jusqu'à la fin des années 1950 et à cette époque comme ingénieur conseil, cédant la direction à Jean Cyther.

Conseil d’administration de la Société de consommation des ouvriers des Forges et Aciéries de Trith-St-Léger en 1905.

Conseil d’administration de la Société de consommation des ouvriers des Forges et Aciéries de Trith-St-Léger en 1905.

Au fond, 2e à gauche : le père de Robert Jaillard. 1er rang, 3e à gauche : Jean-Lambert Thirion

Coll. Thirion

36À l’aciérie, le responsable est M. Manget, autodidacte d’origine allemande, sorti du même Institut de Liège, spécialisé dans l’élaboration des aciers.

37Le Service électrique est dirigé par M. Thonon jusqu’en 1935 pendant toute l’époque où la commande des machines s'effectuait à l'aide de combinateurs à courant total où les compétences s’obtiennent par l'apprentissage des métiers d'ajusteur puis d’électricien en option complémentaire.

38Au Service du personnel qu’on appelle à l’époque « Bureau des Salaires », Eugène Chariot règne en maître. Personnage d’une stature avantageuse, il est distingué, salue tout le monde le chapeau à la main, plaît aux dames, est populaire et chante à ravir notamment le « Minuit Chrétien ». Passionné d’arts lyriques, il est l’un des fondateurs du « Cercle lyrique et artistique » du Poirier. Il est originaire du Borinage. Sa personnalité faite de lumières, par contraste, peut laisser suggérer des zones d’ombre pas très bien identifiées.

39La Comptabilité est le domaine d'un autre Belge, M. Bourdoux, qui ne laissa aucune trace visible hormis le domaine fastidieux de la restitution des chiffres.

40Aux Services Centraux, bien plus tard, M. Godefroid, belge de naissance, est l’éminence grise de Jules Canard, Directeur des Usines. Son étoile pâlit avec l’arrivée, dans les années 1930, d’un encadrement d’origine française.

41Aux Travaux neufs et entretien, M. Thibaut est aussi d’origine belge. Ces cadres belges sont souvent venus avec leur environnement familial (frères, cousins). La famille Thirion est un exemple avec son apparentement collatéral Dargent-Donnay-Bastin, formant ainsi une tribu avec ses sphères d’influence dans l’usine et hors de l’usine (l’Hôtel des Forges en particulier, lieu symbolique de pouvoir où la fille de la patronne épousa Georges Thirion).

42On trouve aussi aux laminoirs des apparentements semblables entre les familles Verlinden-Lallemant d’origine française, bien que les premières soient flamandes.

43Au Service électrique, les familles Wuillot-Boutrouille, de père en fils, contrôlent pendant près d’un siècle l’atelier électrique dont le chef, Robert Bouchard, avait fait ses études à l’École Professionnelle d’État d’Erquelinnes près de Jeumont.

44Aux laminoirs, le père du futur directeur du Groupe B, Robert Jaillard, avait apporté ses compétences acquises par ailleurs pour démarrer les trains de laminoirs. On peut être surpris qu’à cette époque on puisse fabriquer des poutrelles de 300 sur une ligne de laminoirs inscrite dans le périmètre de l’atelier du martelage des années 50.

45Les ingénieurs français sont alors peu nombreux. On peut citer à l’Entretien mécanique Mrs Bertet et Thibaut et, au Service électrique, M. Thonon. Après la première guerre mondiale, la relève des cadres belges à l’approche de la retraite par des cadres français se précise.

46En 1930, l’usine et les Services centraux sont dirigés par Jules Canard, aux origines incertaines, personnage impressionnant qui habite à la « Maison Blanche » juste à l’entrée de la rue du Faubourg de Cambrai. Il est d'une rare sévérité. Lorsque sa canne scande la marche de ses pas dans les couloirs des bureaux, on ne trouve plus âme qui vive. Tout le monde se terre. C’était un monarque patron de droit divin. Était-il compétent ? Certes, car Alexis Aron, administrateur-directeur général des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est, patron éminemment estimé des cadres supérieurs, ne lui aurait pas confié ses responsabilités car de surcroît, il était, tout compte fait, de 1ère des bâtisseurs. Son fils, Robert Canard, ingénieur de l’École Centrale de Paris, est engagé dans les années 30 au Service métallurgique.

  • 8 En 1935, un grave accident sur une soufflante de la Centrale dont le volant s'était échappé des pal (...)

47L’organigramme de cette époque est le suivant : Jules Canard, Directeur ; M. Manget8, ingénieur en chef, remplacé par la suite par Marc Allard, futur patron de l’Institut de Recherche de la Sidérurgie.

48Après le décès de Jules Canard en 1933, Edgard Riche lui succède. Il a effectué sa carrière à Louvroil. C’est le début du transfert inter-usine des compétences profitant globalement aux cadres du bassin de la Sambre.

49M. Renaud, ingénieur des Mines de Saint-Étienne, a commencé sa carrière à Louvroil puis fait un stage au Service technique des approvisionnements, dirigé par M. Prevôt, sous la responsabilité de M. Thomès jusqu’au décès de Jules Canard pour rejoindre, sitôt l’arrivée d'Edgard Riche, l’aciérie de l’usine de Louvroil qui le propulse bien plus tard à l’usine de Valenciennes après la seconde guerre mondiale, pour terminer directeur de 1962 à 1965.

  • 9 Les abréviations des écoles d’ingénieurs citées sont les suivantes : ICL : Institut de Chimie de Li (...)

50Aux hauts fourneaux, toujours M. Rigards aux commandes, suivi bientôt de Jean Cyther, ingénieur ICL9, qui termine son apprentissage au Laboratoire de chimie dont le chef de service est M. Clowez père.

51À l’aciérie Thomas, le patron est Jean Théry, ingénieur ECP et aux laminoirs, M. Dourez d’origine belge ; André Lecoq au parachèvement et Aimé Lallemant aux laminoirs n’étaient pas encore cadres. L’aciérie Martin est dirigée par un Normand, M. Fauchon, licencié en chimie. À l’Entretien mécanique, on trouve M. Berthet, M. Thibaut, M. Boutillier, puis M. Lobet venant de Lorraine en 1938. M. Lobet, ingénieur Arts et Métiers, est alors engagé pour prendre la direction des Services Entretien mécanique avec, pour adjoint, M. Boutillier, lui-même ingénieur Arts et Métiers.

52Le Service métallurgique est dirigé par Robert Canard avec pour adjoint César Camut, ingénieur ICL, tandis que le Laboratoire de chimie est confié à M. Clowez père.

  • 10 Celui-ci décède en septembre 1939, sur le bateau qui l’emmenait au Liban pour rejoindre son unité d (...)

53Au Service électrique, M. Robinet, ingénieur EEMI, va très rapidement remplacer M. Thonon, un peu trop vieilli face à la montée en puissance des premiers mécanismes télécommandés. M. Robinet prend un adjoint, M. Canal, ingénieur EEMI10.

54Au Service du personnel, le responsable est M. Souville avec pour adjoint Eugène Chariot dont on a dessiné plus haut la personnalité. Le Service commercial est dirigé par M. Maistriaux de Charleroi et M. Lecat, de la grande bourgeoisie valenciennoise. Deux autres cadres du Borinage évoluent près de la Direction ; M. Godefroid déjà cité et M. Poncelet. Au Service mouvement, Roger Lemaire prend ses fonctions en commençant par la base.

55Pendant la guerre, une nouvelle vague d’ingénieurs démobilisés des obligations militaires, vient renforcer les Directions. Nous pouvons citer entre autres : M. Presles, ingénieur ECP, directeur du groupe B en 1947 ; Georges Crancée, futur directeur de l’usine de Trith ; M. Souville, chargé du personnel aux Services centraux ; M. Broch, ingénieur, démobilisé de l’armée du Levant ; M. Dany, ingénieur Arts et Métiers, au Bureau d’études ; M. Cabaret, ingénieur Arts et Métiers également, futur directeur de l’usine de Montataire ; ce dernier avait effectué son apprentissage professionnel aux Ateliers centraux de Trith.

56En 1945, après leur retour de captivité, M. Poulain, ingénieur ECP, est l’adjoint de Mrs. Fauchon et Liénard, ingénieurs A et M, puis prend la direction des laminoirs. Il avait aussi des intérêts industriels dans des usines du bassin de La Sambre notamment dans l’armement.

  • 11 M. Frappet, ingénieur ECP, aux hauts fourneaux, ne fait que passer, il poursuit sa carrière à la Ch (...)
  • 12 Ainsi, à l’aciérie Martin : 4 fours (2 x 40 tonnes + 2 x 25 tonnes), 4 ingénieurs : M. Fauchon, M. (...)

57La troisième vague de recrutement de jeunes ingénieurs débute dès 1947 et s’accélère jusqu’à la fin des années 5011. En 1955, les services sont particulièrement bien étoffés en ingénieurs et cadres, tous opérationnels sur le terrain selon le modèle défini par les anciens, maintenu contrairement à d’autres usines, jusqu’au bout12.

58La fusion des services électriques et mécaniques en 1966, pour créer des Services Électromécaniques de secteur et des Services Généraux (ateliers, méthode, dessin, approvisionnement) change radicalement la répartition des tâches, rapprochant les services de fabrication des secteurs, éloignant des outils de production les différents services généraux.

59Les Approvisionnements généraux et la Comptabilité sont directement en relation avec la Direction et par ce biais avec les chefs de service. À la Comptabilité, Marcel Delgrange fait les fonctions de chef de service.

60En 10 années, plus de 30 ingénieurs défilent dans l’un ou plusieurs services de la sidérurgie de Trith, soit pour effectuer leurs premiers apprentissages, soit pour se faire muter dans une autre usine selon le plan de carrière prédéfini par la Direction Générale ou bien pour quitter le métier de sidérurgiste en usine qui demande, outre des compétences techniques, une solide santé à l’épreuve d’interventions à toute heure sur des outils fonctionnant à feux continus.

61Il faut dire aussi qu’à la fin des années 60, le charbon et l’acier ont perdu leur côté mythique symbolisant la seconde révolution industrielle et que certains augures ont déjà, dès 1962, anticipé le déclin.

62Avec la montée en puissance de la technicité dans les contrôles des phases opératoires des processus de fabrication, petit à petit, les appareils de contrôle, de commande, sont plus sophistiqués pour tendre à réduire les marges d’incertitudes dans l’élaboration des process.

  • 13 Parmi les ingénieurs non cités jusque-là, qui ne firent qu’un passage dans les ateliers de l’usine (...)

63De l’empirisme du début du siècle, nous étions passés à la technique13. Celle-ci exige de plus en plus de compétence dans les Bureaux de Méthodes, d’Études Industrielles, d'informatique, pour élaborer les équations qui mettront bientôt en boucle fermée le fonctionnement des hauts fourneaux, convertisseurs d’aciéries, laminoirs, avec leurs systèmes experts pour arriver au plus près et au plus juste, au meilleur résultat en tendant vers le zéro défaut de la qualité totale. L’usine de Trith a tout juste abordé cette phase préparatoire, surtout au début des années 70, à l’aciérie OBM.

64Les services extérieurs aux lignes de production ont proliféré dans tous les domaines notamment dans les Services centraux qui ont employé plus de 700 personnes à la fin des années 70. Après la concentration des moyens de production et l’augmentation de la productivité de l’ordre de 3,5 % par an, les « cols bleus » ont pâti largement de la réduction des effectifs, en payant le prix fort ; aujourd’hui, les mêmes restructurations frappent les « cols blancs » dont les effectifs étaient supérieurs à ceux des opérationnels recrutés présentement au niveau Bac, Bac + 2, parfois plus.

65L’usine de Trith-Saint-Léger a été obligée de faire face, au début des années 1950, à l’ardente nécessité d’insuffler du sang nouveau donc des compétences auprès d’un encadrement figé qui se transmettait les savoir-faire à l’intérieur d'un réseau familial par le biais du « petit carnet » sur lequel on notait tous les incidents, leurs causes et leurs remèdes.

66La tâche des jeunes ingénieurs et des jeunes techniciens recrutés à l’École Nationale Professionnelle d’Armentières est précisément de se libérer de ces contraintes et de s’adapter d’urgence au monde nouveau. C’est donc la mise en place d’une politique de gros travaux d’entretien qui changent le paysage et ce faisant, l’apport des nouvelles technologies de l’époque avec au bout du compte la disparition des « petits carnets »...

  • 14 Daniel Belot, Gonzales par Louvroil, Martinage recruté au niveau Bac.
  • 15 Roger Sonneville au Service entretien, Pierre Vanderbecq, technicien ENP par la voie du CNAM.
  • 16 M. Camut, L’usine de la Société Usinor à Valenciennes et son influence sur le milieu, maîtrise de G (...)
  • 17 Pour l’année scolaire 1966-1967, il y a eu 23 admis sur 169 candidats, ibid.
  • 18 M. Camut, op. cit., p. 247.

67L’usine de Trith a disposé d’un Centre d’apprentissage performant qui recrutait sur concours pour former ses ouvriers et techniciens. Trois électriciens entrés en apprentissage sont devenus ingénieurs CNAM14. Quelques autres le sont devenus par la promotion du travail15. La formation donnée par l’usine est double, touchant à la fois les jeunes et les adultes. Une école d’apprentissage fonctionne ; dans les années 1960, elle a le statut d’établissement privé d’enseignement technique. Dans sa section technique, montre Michelle Camut16, elle prépare en trois ans les apprentis aux CAP d’entretien et de fabrication. Le recrutement de l’école se fait par concours et la sélection est assez sévère17. L’école forme dans ces années des mécaniciens, des ajusteurs et des soudeurs. Dans sa section pratique, elle accueille chaque année environ 20 à 30 enfants du personnel quelle forme en deux ans aux fonctions d’ouvriers spécialisés. L’entreprise poursuit également la formation des adultes. La formation sur le tas est un moyen très fréquent de promotion. Les éléments les plus doués gravissent tous les échelons de la hiérarchie professionnelle et peuvent devenir contremaîtres. Dans les années 1960, l’école assure également la préparation à certains brevets professionnels (électromécaniciens, mécaniciens d’usinage), ce qui intéresse le recrutement de la maîtrise. Le Nord-Est puis Usinor forme lui-même ses contremaîtres, leur assurant des cours préparant à l’exercice du commandement, aux relations humaines et à la sécurité. Enfin, l’entreprise envoie toujours, à la fin de la période considérée, certains membres de son personnel, des ouvriers et des agents de maîtrise, accomplir des stages à l’École de Metz. Usinor offre au personnel de maîtrise et aux techniciens la possibilité de suivre les cours de Promotion Supérieure du Travail, donnés par la section valenciennoise du Conservatoire National des Arts et Métiers. Les candidats acquièrent un diplôme d'Études Supérieures Techniques et peuvent ensuite préparer une formation d’ingénieur18.

Le milieu des contremaîtres

  • 19 Ce passage sur le milieu des contremaîtres est rédigé avec l’aide d’André Lespagnol. Qu’il en soit (...)

68Pour longtemps ce milieu se recrute assez naturellement, grâce en particulier à la tenue des petits carnets19. Le savoir est la capacité d’observer et de noter ses observations sur un carnet que l’on conserve précieusement. Il est le fruit de tout un travail cumulatif car la connaissance est de l’observation vivante sur des situations. Les petits carnets que l’on se transmet de génération en génération, de père en fils ou entre cousins, permettent de voir les services contrôlés pendant 40 à 50 ans par les mêmes familles. Ainsi, les Wuillot au bobinage de Trith : le père, l’oncle et le neveu y jouent un rôle-clé ; le père est contremaître à la bobineuse, le neveu termine chef d’atelier. Autre exemple convaincant : la famille Lallemant contrôle pendant trois générations l’atelier des tours à cylindres dont le rôle est essentiel dans le laminage. Et ceci, grâce à la compétence acquise à partir des renseignements apportés par la famille. Ces données aident à usiner correctement les cannelures des cylindres lors des différentes phases du laminage.

69Le système de la transmission familiale des savoirs dure jusqu’au début des années 1950, avec les grands travaux de gros entretien de maintenance. Ainsi à l’entretien, un bon ajusteur devenu électricien par option complémentaire peut dépanner les mécanismes car son intervention comporte plus d’ajustage que d’électricité. Dans les années 1955 arrivent des équipements de plus en plus difficiles à dépanner et les premiers automatismes où l'on miniaturise les commandes. L’automatisation des process commence. Les électriciens se mettent à lire des schémas électriques complexes et à dépanner par déduction plus large, ce qui suppose une réflexion alimentée par une culture technologique. De même se mettent en place les dossiers machines, les bureaux de méthodes et les bureaux techniques. L’entreprise prend soin de noter les observations et de contrôler les incidents.

70L’arrivée des trains universels en 1962 remet aussi en question la pratique ancienne puisqu’on ne lamine plus en déplaçant les produits par rapport à une cannelure ; le produit reste dans un même axe. Ce sont les cylindres qui se déplacent horizontalement et verticalement pour exécuter le travail : le train est continu. Avec les premiers calculateurs, on commence à mesurer : tout le positionnement des cylindres est corrigé avec compensation du cédage dû à la déformation des cylindres de la cage et de la température du produit. Le rôle des cannelures, essentiel auparavant, est supprimé. On peut désormais intégrer de plus en plus de paramètres dans les calculatrices qui permettent d’approcher de l’idéal. Désormais, la répétition sur le tas en fonction de compétences générées par des apports souvent familiaux n’a plus aucune importance. Les petits carnets sont devenus obsolètes. Pendant une dizaine d'années, les anciens s’occupent des mécanismes antérieurs et l’on forme massivement de nouveaux techniciens sortant de l'apprentissage ou des lycées techniques. Peu à peu, la rupture se fait entre deux générations. Par exemple, le train de 920 a démarré avec une équipe de jeunes électriciens de moins de 20 ans dont l’un fut plus tard ingénieur du CNAM et un autre contremaître à 22 ans.

Conclusion. Vers un syndicalisme patronal : « à la lutte des classes, opposer l’union des classes »

71On peut distinguer assez facilement deux axes d’action dans le syndicalisme patronal : la direction vers l’extérieur : marchés, regroupements, défense envers les pouvoirs publics, envers la fiscalité ; et la direction vers les sphères internes : abaissement du prix de revient par tout procédé allant de la mécanisation à la rationalisation du travail humain, à l’entretien et au développement de l’esprit maison. Dans les organisations structurantes, cette double division peut aisément se retrouver.

72Surtout après 1919, des organisations vont se développer pour prendre en charge les relations avec l’intérieur de l’entreprise : elles considèrent en effet le monde ouvrier comme un ensemble suffisamment unifié pour que l’on puisse lui appliquer des solutions standard d’une firme à l’autre. L’ensemble de ces organisations qui se fédèrent, se développent, vont unifier le patronat bien plus qu’il ne l’était au siècle précédent.

73Lorsqu’il se constitue le 9 août 1919 en fédérant une nébuleuse de 220 entreprises, le Groupement des Industriels Métallurgistes de l’Arrondissement de Valenciennes définit ainsi sa ligne d’action : « êtres forts à l'égard des syndicats ouvriers qui font bloc et sauvegarder la paix sociale ». Les adhérents sont répartis en huit sections, chacune comprenant un nombre de membres proportionnel à l’importance des industries représentées. Chaque section délègue un membre au conseil d’administration qui en comporte 21. Le Nord-Est appartient avec Denain-Anzin et Escaut et Meuse à la première section : grosse métallurgie et fabriques de tubes. Parallèlement, la firme du Nord et de l’Est appartient à une structure verticale propre aux sidérurgistes : le comité des Forges du Nord, fonctionnant déjà avant 1913 et rattaché au Comité des Forges de France ; Alexis Aron, administrateur-directeur général des Forges et Aciéries du Nord et de l’Est, est membre en 1937-1938 de la commission de direction de l’organisation parisienne.

  • 20 Ainsi le Groupement de Valenciennes, dans sa décision de baisse de salaires le 1er avril 1922, n'a (...)

74Le Groupement des Industriels Métallurgistes va se préoccuper de très nombreuses questions : taux des salaires, journée de 8 heures, apprentissage, main-d'œuvre étrangère, règlement des conflits du travail, assurances sociales, allocations familiales. Il intervient également sur les questions commerciales et juridiques en étudiant la fiscalité imposée à ses membres et les droits de douane. Le Groupement s’efforce de ne pas agir isolément : ainsi, il coordonne son intervention notamment au plan des salaires avec la Chambre Syndicale Métallurgique de Lille et environs et avec la Chambre Syndicale Patronale des Métaux de la Région de Maubeuge. Mais une politique commune sur cette question est difficilement obtenue20, l’entente se fait beaucoup mieux avec l'Union des Industries Métallurgiques et Minières.

75Le Groupement des Industriels Métallurgistes de Valenciennes va particulièrement aborder la mise en place de la caisse d’Assurances Sociales qui se réalise en fait au premier semestre 1931. En 1921 est organisée sous les auspices du même groupement la caisse d'Allocations Familiales. Dans cette organisation, le Groupement joue un rôle de précurseur. La caisse patronale des Allocations Familiales du Groupement des Industriels Métallurgistes de l’arrondissement de Valenciennes va se révéler attractive pour les industriels non métallurgistes et va adopter en 1925 une base interprofessionnelle. Le taux des allocations est encore modique : 15 à 25 francs par enfant par mois au départ. Mais la philosophie de cette création est clairement exprimée par le président du Groupement déclarant : « Nos caisses sont la preuve de la solidarité qui doit exister, qui existe entre employeurs et employés : à la lutte des classes, elles opposent l'union des classes ». La dualité caisse de mutuelle et assurances sociales va être utilisée pour tenter d’empêcher les ouvriers d'adhérer à d’autres caisses : ne pourront bénéficier des avantages de la Mutuelle familiale que les adhérents à la caisse d’Assurances Sociales.

761936 va être un grand moment de l’action du Groupement. Dès la réunion de son conseil d’administration extraordinaire, le 9 juin 1936, le président Lernand Vénot déclare.'« Il faut qu'il y ait une discipline suffisante pour que les grandes lignes des accords soient communes, principalement pour les salaires minima, les heures supplémentaires, la question du contrat collectif. Pour les congés payés, il faut répondre que c'est une question de loi ». Sur les salaires minima horaires par catégorie, une véritable partie de « bras de fer » s’engage avec le syndicat ouvrier. Le patronat va en conciliation au Ministère du Travail en novembre 1936. Les taux finalement accordés à la réunion du 4 décembre 1936 diffèrent peu des propositions patronales de fin novembre faite à la réunion de conciliation au Ministère du Travail (voir tableau 10). Ce que recherche le syndicat patronal est l’unanimité des adhérents dans l’application des décisions.

77Le 3 septembre 1936, le Groupement des Industriels Métallurgistes se transforme en chambre syndicale qui adhère à la Fédération des Chambres Syndicales Métallurgistes du Nord-Pas-de-Calais, créée en octobre 1936. De même, en janvier 1945, le comité des Forges du Nord auquel appartient le Nord-Est fait place à la Chambre Syndicale de la Sidérurgie du Nord de la France, parallèlement à la constitution de la Chambre Syndicale de la Sidérurgie Française.

  • 21 Formée en 1937, J. D. Reynaud, Les syndicats en France, collection U.A. Colin, 1963, 290 pages, p.  (...)

78Un autre trait de l’action du Groupement des Métallurgistes est son attitude envers les syndicats de cadres. Le patronat prend conscience de la nécessité absolue de ce corps intermédiaire pour guider l’économie. En 1936, beaucoup de cadres se tournent vers les syndicats nouveaux : le Syndicat des Ingénieurs et Agents de Maîtrise ou S.I.A.M. et le Syndicat Professionnel des Ingénieurs Diplômés Français ou S.P.I.D. Cette dualité n’est pas du goût de la Chambre Syndicale des Industriels Métallurgistes qui estime une division fondée sur les diplômes sans motif. Elle multiplie donc ses efforts pour rapprocher les deux syndicats de cadres. L’objectif est surtout d’opposer à la CGT un syndicat puissant regroupant les cadres moyens et supérieurs. Il faut attendre novembre 1944 pour que se crée un syndicat regroupant les cadres : le Syndicat des Ingénieurs et Cadres Supérieurs des Industries Métallurgiques de la Région de Valenciennes (SICSIM) ou section locale de la Fédération Nationale des Syndicats d'Ingénieurs21 (FNSI) et qui adhère très vite à la Confédération Générale des Cadres, elle-même formée à la fin de l’année 1944. Beaucoup d’ingénieurs à l’usine de Valenciennes d’Usinor ont ensuite adhéré à la CGC. Les plus actifs de ces syndicalistes, ceux qui ont su se montrer d’habiles négociateurs, ont nettement amélioré leur profil social. Le rôle des hommes et des opportunités est venu compléter, voire amplifier le cursus commencé par les écoles d’ingénieurs.

79Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ni le Nord-Est, ni Denain-Anzin n’ont modelé pour leurs besoins la Chambre Syndicale des Industriels Métallurgistes de l’Arrondissement de Valenciennes. Cet organisme, pendant toute l'entre-deux-guerres, est dirigé par un industriel modeste, Fernand Venot. Les nombreux entrepreneurs représentants de firmes moyennes parviennent à exercer une sorte d’hégémonie sur le syndicalisme patronal de la métallurgie. Les Sirot, les Venot ont su, au sein des organisations corporatives, préserver leurs intérêts face aux grands de la sidérurgie.

Tableau 10. Taux successifs des salaires horaires par catégorie proposés et acceptés au cours des réunions entre délégations patronale et ouvrière de la métallurgie du Valenciennois d'octobre à décembre 1936

Tableau 10. Taux successifs des salaires horaires par catégorie proposés et acceptés au cours des réunions entre délégations patronale et ouvrière de la métallurgie du Valenciennois d'octobre à décembre 1936

N.B. : Il s’agit ici des salaires de la grosse métallurgie en francs courants.

Notes

1 Le processus est le même à Denain-Anzin avec l’arrivée à la direction des frères Talabot.

2 Voir chapitre II.

3 Emmanuel Monick, né le 10 janvier 1893, est licencié es Lettres et en Droit et diplômé de l’École des Sciences Politiques. Il a été inspecteur général des Finances en 1923, attaché financier à l’Ambassade de France à Washington (1930-1934), à Londres (1934-1940), secrétaire général du gouvernement français au Maroc (1940), secrétaire général aux Finances (1944). Dans les années 1950, E. Monick est encore administrateur de 9 sociétés dont 5 banques (Crédit National, Banque d’État au Maroc, Banque de l’Indochine, Comité de Paris de la Banque Ottomane, etc.), Whos Who in France, 1957-1958et numéro spécial d’Économie et Politique, La France et les Trusts, 1954, numéros 5-6, p. 94.

4 P. Pouchain, Les Maîtres du Nord du XIXe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1998, 413 pages, p. 52.

5 Ibid., p. 258.

6 Une mission sidérurgique française en URSS en 1961 souligne la faiblesse de ce nombre dans la sidérurgie française : « On compte en URSS jusqu’à 60 ingénieurs dans un important service de hauts fourneaux. L'organisation technique sur le plan national apparaît nettement d’une réelle efficacité. Sans copier, peut-être pourrait-on s'en inspirer pour transposer à l'échelle plus modeste des dimensions de notre pays... peut-être verrions-nous aussi des ingénieurs plus détendus, car on ne peut s'empêcher de comparer les tâches importantes des ingénieurs russes et français, bien spécialisées pour les premiers et souvent cumulées pour les seconds », Chambre Syndicale de la Sidérurgie Française, compte-rendu de la mission sidérurgique française en URSS du 10 au 31 mai 1961, archives privées d'Usinor Valenciennes.

7 Tout ce paragraphe sur les ingénieurs est rédigé avec l’aide exclusive et le précieux témoignage d’André Lespagnol, ancien ingénieur électricien à Usinor Valenciennes.

8 En 1935, un grave accident sur une soufflante de la Centrale dont le volant s'était échappé des paliers provoque le licenciement de Mrs. Manget et Berthet ; M. Thibaut s'en tire d'extrême justesse et M. Thonon, qui n’y était pour rien, en pâtit par la suite. Il est fort probable qu’ils ont été les victimes d’une politique, voulue par la Direction mais occulte, de restrictions des achats de pièces de rechange dans l’optique de réduire les déficits dans un environnement de crise économique et de déflation monétaire.

9 Les abréviations des écoles d’ingénieurs citées sont les suivantes : ICL : Institut de Chimie de Lille, ECP : École Centrale de Paris, A et M : Arts et Métiers, EEMI : École d’Électricité et de Mécanique Industrielle, IEG : Institut Électrique de Grenoble, HEI : Hautes Études Industrielles de Lille, IDN : Institut Industriel du Nord, EBP : École Bréguet de Paris, ICAM : Institut Catholique des Arts et Métiers, ESME : École Spéciale de Mécanique et d’Électricité.

10 Celui-ci décède en septembre 1939, sur le bateau qui l’emmenait au Liban pour rejoindre son unité de l’armée du Levant.

11 M. Frappet, ingénieur ECP, aux hauts fourneaux, ne fait que passer, il poursuit sa carrière à la Chambre Syndicale de la Sidérurgie Française ; de même M. Sorel fait un court séjour à Usinor Valenciennes : il est appelé en Nouvelle Calédonie à la Société Le Nickel par M. Giard, ingénieur en chef aux laminoirs du Nord-Est avant 1939, lui-même parti après-guerre en Nouvelle-Calédonie. Tous deux y demeurent jusqu’en 1959 environ. Arthur Clowez fils, ingénieur ICL à l’aciérie Thomas ; Amédée Bodillard, ingénieur IEG et Robert Verline, ingénieur HEI, sont engagés au Service électrique. Serge Gorin, ingénieur A et M, au Service Entretien mécanique ; M. Trochu, ingénieur A et M, après avoir mis en route l’atelier des roues monobloc, est embauché en Nouvelle-Calédonie pour remplacer M. Giard ou M. Frappet. Jean Lhost, ingénieur IDN, aux Ateliers centraux et entretien du secteur rive droite de l’Escaut ; M. Durand, ingénieur ICL, au Service thermique ; M. Coffin, ingénieur A et M, aux laminoirs ; Marcel Lemaire, ingénieur ICL, aux hauts fourneaux puis au Service thermique enfin à l’aciérie Martin ; Norbert Philis, ingénieur ICL au Laboratoire de chimie ; André Lespagnol, ingénieur EBP, au Service électrique en remplacement de Robert Verline, ingénieur HEI, muté à Montataire ; Jean-Jacques Garnier, ingénieur IDN, en provenance de l’usine de Louvroil et d’Applevage (constructeur de ponts roulants) ; Philippe Pinon, ingénieur IDN, aux hauts fourneaux ; Pierre François, ingénieur IDN, à la Centrale ; Olivier Presles, ingénieur ESME, fils du directeur général Presles qui prit sa retraite en 1954 ; Amédée Lebrun, ingénieur ICAM, au Service entretien. Puis un peu plus tard, André-Jean Maeder, ingénieur EEMI, au Service électrique ; M. Nello Dalla Corte, ingénieur IDN, aux hauts fourneaux ; M. Caron aux hauts fourneaux après le départ de M. Pinon chez Sofresid pour étudier l’installation des hauts fourneaux de la future usine de Dunkerque ; M. Hayette, ingénieur IDN, à l’aciérie Thomas pour remplacer M. Clowez muté aux hauts fourneaux ; M. Théry, ingénieur HEI, fils de Jean Théry, à l’aciérie en remplacement de M. Hayette, etc...

12 Ainsi, à l’aciérie Martin : 4 fours (2 x 40 tonnes + 2 x 25 tonnes), 4 ingénieurs : M. Fauchon, M. Poulain (ingénieurs ECP), M. Maillard (ingénieur X), M. Durand (ingénieur ICL). Au martelage : M. Legay (ingénieur IDN), Francis Cornet (ingénieur IDN). Aux Roues monobloc : M. Trochu (ingénieur A et M) qui se charge de démarrer le nouvel atelier en 1950 avant de prendre la direction des Boulonneries de Thiant puis de s’expatrier en Nouvelle-Calédonie ; il a été remplacé par M. Coffin muté des laminoirs. Au Bureau d’études : M. Dany puis Jean Chaon (ingénieur A et M et ESE) en 1953, Etienne Lech assurant l’intérim. Aux hauts fourneaux : Jean Cyther (ingénieur ICL), Arthur Clowez (ingénieur ICL), Philippe Pinon (ingénieur IDN), Marcel Lemaire (ingénieur ICL), etc.

13 Parmi les ingénieurs non cités jusque-là, qui ne firent qu’un passage dans les ateliers de l’usine de Trith, on peut citer : M. Potiez (ingénieur A et M), M. Moyaux (ingénieur A et M), M. Maillard (ingénieur X), M. Mallet (ingénieur ESE), M. Parizet (ingénieur A et M), M. Hayette (ingénieur IDN), M. Caron (ingénieur IDN), M. Bertaux (ingénieur ESME), M. Kirsh (ingénieur EEMI), M. Valery (ingénieur EEMI), M. Peligat, M. Gorgeret, ingénieur A et M qui mit sur calculateur l’élaboration de l’acier par la méthode O.B.M. À noter que Jean-Bernard Cambier (ingénieur HEI) est, dans les temps ultimes, le dernier restant sur le site de Trith devenu Valpa.

14 Daniel Belot, Gonzales par Louvroil, Martinage recruté au niveau Bac.

15 Roger Sonneville au Service entretien, Pierre Vanderbecq, technicien ENP par la voie du CNAM.

16 M. Camut, L’usine de la Société Usinor à Valenciennes et son influence sur le milieu, maîtrise de Géographie, Lille, 1968, 333 pages, pp. 245-246.

17 Pour l’année scolaire 1966-1967, il y a eu 23 admis sur 169 candidats, ibid.

18 M. Camut, op. cit., p. 247.

19 Ce passage sur le milieu des contremaîtres est rédigé avec l’aide d’André Lespagnol. Qu’il en soit remercié.

20 Ainsi le Groupement de Valenciennes, dans sa décision de baisse de salaires le 1er avril 1922, n'a été suivi ni par Lille ni par Maubeuge.

21 Formée en 1937, J. D. Reynaud, Les syndicats en France, collection U.A. Colin, 1963, 290 pages, p. 99.

Table des illustrations

Titre César Sirot
Crédits Coll. Odette Hardy-Hémery
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Conseil d’administration de la Société de consommation des ouvriers des Forges et Aciéries de Trith-St-Léger en 1905.
Légende Au fond, 2e à gauche : le père de Robert Jaillard. 1er rang, 3e à gauche : Jean-Lambert Thirion
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau 10. Taux successifs des salaires horaires par catégorie proposés et acceptés au cours des réunions entre délégations patronale et ouvrière de la métallurgie du Valenciennois d'octobre à décembre 1936
Légende N.B. : Il s’agit ici des salaires de la grosse métallurgie en francs courants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search