Version classiqueVersion mobile

Question nationale allemande et nationalisme

 | 
Hélène Miard-Delacroix

La souveraineté – continuité et mémoire en question

Introduction de la partie

Texte intégral

  • 1 Maelstaf, Que faire, p. 224.

1Faire retrouver à l’Allemagne de l’Ouest l’essentiel de sa souveraineté est, tant pour l’équipe d’Adenauer que pour les puissances occidentales, un processus indissociablement lié à l’arrimage du pays au monde occidental. Cette communauté d’analyse n’en recouvre pas moins des différences de vues quant à la fonction respective des deux phénomènes. Le Chancelier, tout en étant sincèrement attaché au projet d’intégration occidentale qu’il envisage comme le seul moyen de sauver l’Allemagne de l’abîme communiste où il pense que Moscou pourrait l’entraîner, considère malgré tout cette intégration au monde occidental comme un moyen de recouvrer rapidement les attributs de la souveraineté - non de la Nation entière mais au moins de l’État ouest-allemand. Les Occidentaux en revanche, et en particulier les Français, vont être avant tout attachés à l’arrimage occidental de la République fédérale : l’objectif est de la protéger et de se protéger ensemble face à la menace communiste, mais aussi de protéger l’Allemagne contre elle-même et protéger le monde occidental contre une éventuelle nouvelle menace allemande. Dans ce projet, permettre aux Allemands de l’Ouest de recouvrer une partie de leur souveraineté est une concession, incontournable1, pour obtenir l’ancrage de la République fédérale dans les structures de l’Ouest ; l’égalité en droit accordée aux Allemands est conçue majoritairement, du côté français, comme l’inévitable prix à payer. Donc, si entre Allemands et occupants les objectifs se rencontrent, les intentions et les arrière-pensées divergent largement.

2L’intégration de l’Allemagne fédérale à l’Occident ne recouvre pas seulement des réalités juridiques, économiques et militaires mais elle correspond aussi à une conception et une pratique de la démocratie parlementaire. Comme les Américains et plus que les Britanniques, les Français vont se montrer pointilleux sur cette question, essentiellement en raison de la crainte omniprésente de voir les forces du passé reprendre le pouvoir. Le développement de la démocratie ainsi que la rupture avec le personnel et les pratiques du pouvoir d’avant-guerre sont les aunes auxquelles on va mesurer l’opportunité de lever les contrôles encore imposés à l’Allemagne.

3Cet aspect particulier de la question nationale allemande (l’accession à la souveraineté et la levée des contrôles mais aussi le problème de la rupture avec une continuité de l’histoire allemande) croise en de nombreux points la question du nationalisme. Si, pour d’autres aspects de la question nationale étudiés dans les précédentes parties, diverses dimensions du concept ont dominé (« ethniciste », militariste, neutraliste), ce sont ici de nouvelles acceptions du terme qui vont apparaître au premier plan, et que l’on peut regrouper sous le qualificatif global d’égoïsme national.

4La complexité de la réalité et du soupçon de nationalisme apparaît en particulier dans le cadre européen de l’intégration occidentale qui permet aussi de remplacer un contrôle de l’Allemagne par un autre. Dans ce cadre, la complexité des soupçons du Haut-commissariat français est évidente : le qualificatif de nationaliste est un recours quasi automatique pour dénoncer le comportement et les intentions de ceux qui s’opposent au choix occidental de Adenauer ; mais ce même qualificatif apparaît avec la même célérité pour qualifier le comportement et les intentions de celui-là même qui fait le choix occidental et en particulier pour ce qui accompagne son choix, c’est à dire les revendications et manifestations d’une égalité entre partenaires européens. Aussi le recours français au qualificatif nationaliste est-il, en l’occurrence, le signe d’une désapprobation française dès qu’il y a un décalage entre le comportement réel des Allemands et le comportement non point attendu, mais souhaité par les représentants français.

Notes

1 Maelstaf, Que faire, p. 224.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search