Version classiqueVersion mobile

Question nationale allemande et nationalisme

 | 
Hélène Miard-Delacroix

La division et son dépassement

Introduction de la partie

Texte intégral

  • 1 Maelstaf, Que faire, p. 213.

1Si c’est pour de multiples raisons que l’Allemagne pose un problème d’ordre national à ses gestionnaires et alliés, pour les Allemands le cœur de la question nationale est bien le problème de la division du pays. Semblant se figer en 1949 avec la création de deux États en Allemagne, elle est bien plus qu’une suite de l’occupation du pays assortie de la responsabilité à la fois collective et par zone des puissances victorieuses ; elle est aussi le résultat de l’opposition idéologique des deux blocs se formant autour de l’Union soviétique et des États-Unis ainsi que la conséquence de leur incapacité à s’entendre sur le traitement du vaincu. L’entrée et l’installation dans la guerre froide se mesurent à l’impossibilité de trouver des points d’accord tant sur la question des réparations que sur celle du traitement économique et politique de l’Allemagne. Au moment même de la création de la République fédérale d’Allemagne à la fin du printemps 1949, une nouvelle tentative pour restaurer l’unité allemande échoue : la conférence quadripartite dite du Palais Rose réunie du 23 mai au 20 juin à Paris confirme l’incompatibilité des positions. Les Soviétiques rejettent sans discussion la proposition alliée portant sur l’adhésion de la zone d’occupation soviétique à la constitution de Bonn et ils ne font eux-mêmes aucune offre spectaculaire visant à rétablir l’unité. Cette conférence des ministres des affaires étrangères se résume à un exercice de style dont l’absence de résultat satisfait finalement les alliés occidentaux et notamment les Français, inquiets à l’idée que Moscou aurait pu contrecarrer leurs projets pour l’Allemagne occidentale en faisant des offres alléchantes aux Allemands de l’Ouest1.

2Conformément au texte de la conférence de Potsdam spécifiant que les puissances d’occupation sont collectivement responsables de l’Allemagne dans son ensemble et de Berlin, le traitement de la division relève de la compétence des Grands et non des Allemands. Toutefois si ce sont à l’Ouest les trois alliés occidentaux qui en ont la charge dans le cadre du statut d’occupation, il est aussi du devoir des autorités allemandes, institutions du législatif, de l’exécutif et du judiciaire, comme par principe de tout citoyen, d’œuvrer en faveur de la réunification : ainsi que le précise le préambule de la Loi fondamentale « l’ensemble du peuple allemand est appelé à réaliser l’unité et la liberté de l’Allemagne ».

3C’est par cette double implication que la question de la division et de son dépassement se trouve au cœur de la problématique de l’éventuel nationalisme allemand et de sa perception par le Haut-commissariat français : il s’agit à la fois d’une réalité allemande relevant d’une compétence alliée, d’un objet d’attachement et d’identification pour la jeune République fédérale, d’un support de discours politique intérieur et d’un espace où pourrait se développer une activité autonome d’Allemands. En outre, le complexe division-réunification rassemble à la fois les caractéristiques d’une dure réalité et celles d’une aspiration très abstraite, propre à porter les représentations les plus irréalistes. Ce qui laisse un espace particulièrement vaste pour les interprétations les plus extensibles des intentions des uns et des autres.

  • 2 Foschepoth, « Westintegration statt Wiedervereinigung“, in : Foschepoth, Deutsche Frage.

4La recherche a en partie admis la thèse avancée par Adenauer selon laquelle son objectif aurait réellement été la réunification de l’Allemagne mais qu’il était auparavant indispensable d’ancrer l’Allemagne de l’Ouest dans le camp occidental et d’y réussir son intégration afin d’être suffisamment armé pour faire face à une réunification sans risquer l’absorption de l’Allemagne entière dans l’espace d’influence soviétique. Autrement dit, la politique d’intégration à l’Ouest, assortie du retour à la souveraineté était le seul moyen permettant la réunification, le gage d’une réunification future. Cependant, au regard de la priorité accordée par le Chancelier au succès de l’intégration à l’Ouest d’une République fédérale centrée sur le Rhin et surtout au vu de son attachement à la reconquête de la souveraineté et de l’égalité en droit, on a pu également considérer les choses à l’envers2 et envisager que la réunification n’aurait pas été un réel objectif pour le Chancelier, au fond inquiet face à la perspective d’une Allemagne centrée sur la Prusse. Dans ce sens, le discours en faveur de la réunification est placé au service de l’intégration à l’Ouest, la perspective de la réunification étant le moyen d’assurer, à l’intérieur, l’acceptation de la politique d’ancrage occidental de la seule partie libre de l’Allemagne.

5Au Haut-commissariat français, l’objectif du rétablissement de l’unité allemande est très théorique et de nature essentiellement déclamatoire. Si la France a abandonné ses projets d’affaiblissement de l’Allemagne par le biais de mesures de démembrement, de prélèvements économiques et de décentralisation extrême, il reste que la perspective d’une réunification est associée aux craintes les plus variées. C’est ici, entre Français et Allemands, le phénomène élaboré de va et vient, entre discours et perception, entre perception en miroir et jeu sur le discours de l’autre. On l’analysera en retraçant successivement la dimension juridique, la face diplomatique et déclamatoire pour finir avec l’épouvantail du neutralisme.

Notes

1 Maelstaf, Que faire, p. 213.

2 Foschepoth, « Westintegration statt Wiedervereinigung“, in : Foschepoth, Deutsche Frage.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search