Version classiqueVersion mobile

Question nationale allemande et nationalisme

 | 
Hélène Miard-Delacroix

Militaires et potentiel danger de l’extrême droite

Introduction de la partie

Texte intégral

1A peine cinq ans après la victoire des Alliés sur l’Allemagne hitlérienne l’éventualité de faire participer les Allemands de l’Ouest à la défense de l’Occident ravive des craintes chez les voisins mais aussi en Allemagne même. L’importance de ces craintes tient au fait que le débat sur le réarmement de l’Allemagne soit concomitant avec la libéralisation complète de la vie politique et associative et donc que, en même temps que sont envisagées la création de divisions et la réapparition d’uniformes allemands, fleurissent des groupuscules s’inspirant d’une idéologie largement antidémocratique. Malgré la faible importance numérique du second, ces deux phénomènes sont mis en rapport tant par les occupants occidentaux que par l’opposition sociale-démocrate et par certains membres de la majorité gouvernementale. Mais tandis que la cause est vite entendue du côté des Américains pour des raisons stratégiques, et du côté des Britanniques pour des raisons économiques, les Français demeurent réticents : pour des raisons de sécurité face au danger allemand potentiel et pour des raisons de stratégie face à l’éventuelle concurrence allemande en matière de position sur le continent. Les Français étant aussi ceux, des trois Alliés occidentaux, qui ont vécu et subi sur leur sol la puissance de la Wehrmacht et l’occupation allemande, ce sont ceux qui associent le plus automatiquement les notions d’armée allemande, de militarisme et de nazisme. Comme le militarisme est intimement lié, dans l’histoire de la Prusse et de l’Allemagne, au développement de la pensée antidémocratique, et comme il est considéré à la fois comme le terreau et comme l’engrais du national-socialisme, la réapparition d’arguments et de slogans réactionnaires, voire racistes et antisémites chez des groupes associatifs et politiques allemands au début des années cinquante est suivie avec une attention extrême, de même que l’est l’attitude des autorités policières et de la justice allemande face à des délits commis par les membres de tels groupes.

2Il existe cependant un net décalage entre d’un côté les représentations qu’on se fait en France d’un militarisme nationaliste perdurant dans la population allemande, et de l’autre la dévalorisation générale des militaires et de leurs valeurs dans cette même population : elle est un effet de la catastrophe et de la rééducation et conduit au très large mouvement de résistance au réarmement appelé Ohne mich. La perception concomitante d’un regain de la pensée militaire et d’un désengagement de la population nourrit alors une autre crainte face à un avatar du nationalisme allemand qui serait cette fois caractérisé par une nouvelle répartition du militarisme et de l’égoïsme.

3Avant d’observer l’agitation nationaliste et d’étudier, entre crainte et réalité, les menaces d’une extrême-droite ouest-allemande au début des années cinquante, avant d’analyser comment le soupçon de l’extrémisme se combine à celui du militarisme, on s’arrêtera d’abord sur les phénomènes associés au débat sur le réarmement en centrant le propos sur les prises de position et les jugements des opposants allemands et du Haut-commissariat français sur la contribution allemande à la défense de l’Occident et ce, autour des questions principales : que penser des groupements et associations d’anciens militaires ? Comment éviter que le recrutement de cadres pour la nouvelle armée fasse revivre le militarisme ? La démocratisation de la chose militaire est-elle possible ou bien faut-il craindre la permanence d’une pensée militariste en Allemagne ?

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search