Version classiqueVersion mobile

Eugène Spuller 1835-1896

 | 
Nathalie Bayon

Préface

Bernard Lacroix

Texte intégral

1« Nous ne sommes pas sans entretenir une certaine complaisance pour les explications historiques qui rendent compte des institutions sociales en les rapportant à quelque grand personnage qui en aurait été le créateur et pour ainsi dire l’inventeur », observait Émile Durkheim il y a tout juste un siècle. Et ce n’est pas le moindre des paradoxes des relations qu’entretiennent histoire et politique, toujours récurrent au cœur du travail historiographique, que de n’en avoir jamais fini avec quelques hommes supposés hors du commun, toujours suscités ou ressuscités à nouveaux frais, conformément aux enjeux politiques de l’heure. Cette philosophie de l’histoire simplette demeure ainsi paradoxalement un enjeu de lutte entre historiens à travers leurs affrontements feutrés sur les « bonnes façons » d’écrire l’histoire quoiqu’elle trouve, vraisemblablement, ses raisons d’être dans les fonctions sociales qu’elle remplit.

2Le premier mérite de l’enquête de Nathalie Bayon relative à Eugène Spuller est ainsi de ne pas s’en laisser imposer par la légende d’un Gambetta héros et fondateur de la République. Cette légende de nos enfances « IVe république », sans doute inspirée par l’image du patriote auquel le suffrage universel a donné raison à la suite d’un certain 16 mai, reste latente dans la mémoire politique de ce qu’une imagination cocardière, très actuelle, croit être l’État républicain. « L’opportunisme » et le « gambettisme » sa figure majeure, les plus avisés des historiens en conviennent depuis longtemps, sont d’abord la marque et le drapeau qui ont fait disparaître, après coup, l’entreprise politique dont ils procèdent, l’aventure de l’avant-garde qui les ont incarnés et l’effet d’une mobilisation provisoirement victorieuse. Mais à condition d’ajouter aussitôt, comme le fait voir une histoire structurale qui n’a pas les faveurs du jour, que cette réussite en politique transforme, outre les relations entre les membres du groupe, les conditions de l’exercice politique ; que la compétition électorale qui s’impose désormais collectivement à tous interdit l’élimination définitive d’adversaires prompts à se reprendre ; et enfin que l’entreprise doit pour l’essentiel son succès à l’irréductibilité des antagonismes qui opposent entre eux les désarrois conservateurs.

3À l’opposé des enchantements de la politique rétrospective conjecturale de la philosophie en vue, il faut bien commencer par se demander ce que la réussite de Gambetta et des républicains qui se reconnaissent en lui, doit à la guerre. Et l’enquête laisse penser que l’outsider bohème porté par la percée des avocats dans l’univers politique sous le Second Empire, exploitant la chance et la reconnaissance publique qu’offre la disqualification du personnel impérial, ne se serait pas relevé du double stigmate de s’être fait l’âme d’un pouvoir de fait, au demeurant défait au même titre que le pouvoir bonapartiste auquel il succède, sans l’investissement, l’appui et les efforts conjugués d’une pléiade d’affidés aujourd’hui oubliés : Ranc, Freycinet, Bert, Challemel-Lacour, Allain-Targé, Ordinaire, Scheurer-Kestner, Laurier, Péphau et quelques autres au nombre desquels Spuller justement. L’expérience collective d’un moment d’exception entre août 70 et mars 71, mais aussi d’une alliance d’affinités imposée et renforcée par les circonstances se survit ainsi à elle-même dans l’organisation d’un journal, entreprise à tous les sens du terme, au service d’une aspiration tribunitienne incarnée, dont le titre résume l’objectif, l’ambition, l’enjeu, l’horizon et le programme : La République française. Les associés ne peuvent pas savoir qu’en se dotant de cet outil de pédagogie politique, ils inventent dans le feu de l’action et sous l’empire d’une division du travail pragmatique, la figure de l’état-major des partis de demain.

4En ce sens, les propriétés sociales différenciées des conjurés gambettistes, la fenêtre d’opportunité offerte par une relève de personnel politique, l’objectivation du capital politique collectif dans la ligne qu’ils incarnent ensemble et la reconstruction du jeu politique qui s’en suit, donnent bien des clés pertinentes pour comprendre non seulement la « résistible » ascension de Gambetta (entre le discours de Belleville et son ministère) jusqu’à sa brutale disparition, mais également la carrière politique et gouvernementale de son fidèle second, celui-ci disparu. On voit, à suivre Nathalie Bayon, l’intérêt de se libérer de l’interprétation des dynamiques politiques à partir des issues et des résultats de celles-ci déposées dans l’inconscient politique de l’analyste et de construire résolument les mobilisations dont ces résultats sont la trace. La question du régime entre 1870 et 1890, loin d’être ainsi un problème qui s’impose a posteriori tout naturellement à l’analyste, et loin de se réduire à la question des « institutions » demeure en fait celle de l’enfermement des luttes politiques dans l’arène parlementaire : elle peut et doit donc être lue aussi comme une affaire de collusions inavouées, de réseaux qui s’organisent et de transactions multiples dans un espace politique qui s’autonomise en se professionnalisant.

5Sous cet angle, maintenant c’est déjà toute une réaction, disséminée mais convergente, qui s’exprime à l’occasion des élections d’octobre 1885. Catholiques, monarchistes, bonapartistes, thuriféraires désabusés par l’échec du vieux maréchal de Mac-Mahon, antirépublicains de tout bord, mais également républicains impatients se reprennent alors à espérer. Voilà l’optimisme des conjurés de La République française battu en brèche, contraint de revoir ses ambitions à la baisse, de composer et de s’opposer. Composer avec les nostalgies prêtes à voir un Napoléon de 1849 dans le premier officier beau-parleur venu qui leur sauvera la mise. S’opposer à tous ces radicaux qui comptent leurs hommes et leurs voix pour évincer les républicains de la première heure trop légalistes pour être sensibles aux misères du monde. Il ne leur reste qu’à se transformer en frères prêcheurs du « Ralliement » : ce sera à la faveur de la relève des années 90, leur contribution à la définition publique d’une république décidément conservatrice.

6Eugène Spuller peut ainsi être considéré comme l’analyseur d’une dynamique et d’une recomposition politique, à partir d’une vision renouvelée de l’avant-gardisme en politique. Cette vision conduit en effet à expliciter les conditions de la réussite d’un militant aspiré et inspiré par une conjoncture particulière confrontée bientôt à l’épreuve de la disqualification sous l’effet de la routinisation de la cause à laquelle il est identifié. À ce détail près et qui change tout : cette histoire « personnelle » est aussi l’histoire des enjeux contradictoires qui structurent la classe politique et des représentations « universelles » qu’elle invente pour affirmer son autorité sur le groupe national. En signifiant une perspective de rassemblement unanimiste avec laquelle elle finit par se confondre, la République devient un point de repère et un attracteur sémantique, une catégorie du sens commun politique en restant un enjeu des luttes parlementaires, conformément à la ligne de pente des luttes politiques à se refermer sur elles-mêmes au détriment des causes dont elles font leur drapeau.

7On mesure l’importance de l’examen relationnel des configurations successives pour comprendre les dynamiques dont l’histoire politique se contente d’enregistrer les résultats. Celui-ci permet de voir les acteurs historiques à l’échelle de leurs actions et de leurs entreprises, c’est-à-dire tout autrement qu’à travers l’héroïsation qui nourrit les légendes créées et entretenues par les cérémonies de consécration officielles. Cadet soumis à l’autorité d’un frère aîné, fils d’immigré contraint de renchérir dans une forme de docilité pour s’en sortir, chef du cabinet du Gambetta de la Défense nationale sans en avoir le titre officiel, délégué à l’organisation du travail au sein de La République française, sommé d’être à la hauteur du magistère militant de l’entreprise, petit-bourgeois parvenu à la force du poignet qui doit d’exister à l’ascétisme de toute une vie, socialisé par nécessité à occuper les seconds rôles contraint de faire la preuve que ces seconds rôles ne sont ni des positions de seconds rangs ni des avantages indus, Spuller est le modèle de l’oblat en politique : tout est dit alors d’une histoire qui le métamorphose en gestionnaire sourcilleux d’un patriotisme républicain un brin étriqué par-delà son unanimisme tacticien si raisonnable, en l’exposant évidemment au mépris, aux jalousies et aux sarcasmes que suscitent les réussites des parvenus. Ce portrait, que Nathalie Bayon donne au lecteur le loisir de poursuivre en livrant à celui-ci toutes les pièces du dossier, semble fort et sonne juste.

Auteur

Professeur de Science politique à l’université de Paris X-Nanterre.
Membre de l’Institut universitaire de France (chaire de sociologie historique de la politique)

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search