Version classiqueVersion mobile

Présence de l’au-delà

 | 
Henri Platelle

Deuxième partie. Les structures religieuses

XII. Le pouvoir religieux dans les communautés rurales de 1100 à 1500 environ (département actuels du Nord et du Pas-de-Calais)

Note de l’éditeur

Extrait de Les structures du pouvoir dans les communautés rurales de Belgique et dans les pays limitrophes ( xiie-xxe siècles) Actes du 13e colloque international de Spa, septembre 1986, Bruxelles, 1988, p. 347-373.

Texte intégral

Introduction

1Comme on peut s’y attendre dans une société où le sacré et le profane sont intimement mêlés, le pouvoir religieux, tel qu’il se manifeste dans les communautés rurales du Moyen Âge, est une réalité multiforme, difficile à cerner. Tantôt il a un caractère sacré quand il s’agit des prérogatives découlant de la cura animarum. C’est la base de l’autorité du curé, mais aussi, par delà, de toutes les instances supérieures jusqu’à l’évêque. Tantôt ce pouvoir présente un visage tout profane, puisque très souvent des institutions religieuses possèdent sur le terroir des seigneuries, des terres, des droits – sources de multiples opérations juridiques et de conflits divers. Enfin on pourrait parler d’un troisième aspect, où se mêlent les deux précédents, par exemple dans les affaires d’excommunication ou tout simplement dans les contestations du curé quant à sa « portion congrue ».

  • 1 Sur le texte du pape Gélase Ier (492496) - qui oppose l’auctoritas des pontifes et la potestas des (...)
  • 2 Voir une transposition de ce genre dans H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, Berlin, p. 50 (le (...)

2Pour définir une matière aussi fluente, il peut être commode d’avoir recours aux vieux concepts d’auctoritas et de potestas, si courants chez les canonistes pour définir l’organisation des pouvoirs dans le monde1. En transposant ces mots dans un domaine nouveau, on pourrait dire que l’auctoritas désigne les pouvoirs sacrés, charismatiques, surhumains que possèdent les dignitaires ecclésiastiques, du plus petit au plus grand. La potestas au contraire, c’est un pouvoir séculier, une pure puissance et à ce titre les hommes de Dieu ressemblent aux autres seigneurs2. Ces deux notions permettraient de faire l’inventaire de toutes les sources de force dont disposent les gens d’Église ; et sur cette base on pourrait ensuite étudier la réponse de la communauté, c’est-à-dire voir comment la communitas soutient ou combat cette auctoritas et cette potestas dont nous avons parlé.

  • 3 Dans la zone ici considérée, il faut tenir compte non seulement et comme partout de la peste noire (...)

3Ce vaste problème présente certains aspects permanents à travers toute l’époque ici considérée (de 1100 à 1500 environ) ; mais il a subi aussi la marque du milieu et du moment. Les xiie et xiiie siècles voient une forte avancée du réseau paroissial et l’apparition d’une importante législation synodale : double phénomène qui éclaire et qui commande les relations du curé avec ses fidèles. Plus tard, durant les temps difficiles, le passage des fléaux3 ruine beaucoup de bénéfices ecclésiastiques, à commencer par les plus faibles, ceux des paroisses ; de là la vogue du cumul – comme remède à la pauvreté – un usage qui se maintient par la suite pour d’autres raisons. Les mentalités religieuses elles-mêmes évoluent : c’est le temps de la hantise de la mort et du rôle accru de la messe comme viatique essentiel pour le grand voyage, ce qui entraîne fondations pieuses, chapellenies et sans doute un recrutement sacerdotal élargi. Tous ces éléments qui jalonnent l’écoulement du temps figureront à l’arrière-plan de notre exposé, qui pourtant, par la force des choses, sera centré sur les structures permanentes.

4Notre travail repose sur de nombreux sondages effectués tout le long de la frontière, dans la partie actuellement française des anciens Pays-Bas. Les textes concernent surtout l’Avesnois, le Cambrésis, le Tournaisis français, la châtellenie de Lille. Quelques emprunts seulement ont été faits aux sources artésiennes, étudiées actuellement sur le plan religieux par Bernard Delmaire. Notre essai d’interprétation – dans la ligne indiquée plus haut – se rattache constamment à cette documentation et conserve de ce fait – nous l’espérons du moins – un caractère très concret.

  • 4 La bibliographie sur la paroisse en général est immense. Voici au moins quelques synthèses commode (...)

5Bien entendu, pour répondre au but du colloque, nous nous sommes limité aux situations rurales repérées sur la base d’une distinction tout empirique entre ville et village. Ce n’était pas le lieu de trancher ici ce délicat problème. On pourra d’ailleurs constater que bon nombre de nos observations ou analyses conserveraient leur valeur à l’intérieur du cadre urbain4. La ville et le village ne sont pas des notions canoniques.

Première partie : Auctoritas

1. Un texte de Gratien

  • 5 Gratien, Decretum, II, causa XII, q. 1, c. 7, dans P. L., t. 187, c. 884-885.
  • 6 G. le Bras, Institutions ecclésiastiques de la chrétienté médiévale, Préliminaires et 1re partie, (...)
  • 7 Sur la liturgie de l’ordination, cf. M. Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, 3 vol., Rome, (...)
  • 8 Nous revenons plus loin sur le rôle du patron et de l’évêque (1ère partie, 5, « Le poids de la dép (...)

6Un texte fameux de Gratien peut servir à illustrer la relation d’autorité entre le curé de paroisse et le peuple des laïques qui l’entourent5. Duo sunt genera christianorum dit le Décret. La première de ces deux espèces – celle des clercs – a une vocation divine et royale. Choisis par Dieu (d’où leur nom, car klêros veut dire sors), ils doivent diriger les hommes dans le chemin de la vertu. Leur autorité royale est rappelée par leur couronne, tandis que la tonsure proprement dite – au sein de cette couronne – exprime leur renoncement aux biens matériels. Toute différente est la condition des laïques, un nom sous lequel il faut entendre le peuple chrétien dans son ensemble. Ses droits dans la société et dans l’Église dérivent de simples tolérances (licet, concessum est), ce qui établit sa condition inférieure. Ces laïques « peuvent » ainsi posséder des biens matériels ; ils « ont le droit » de se marier, de cultiver la terre, de juger, de plaider, de présenter des offrandes à l’autel et… de payer les dîmes. Bref, pour parler comme G. Le Bras, « l’exaltation des clercs » s’oppose dans ce texte à « la fortune oscillante des laïques »6. Le passage de Gratien n’indique en somme qu’une direction. Les vraies bases de l’autorité du curé sont ailleurs : dans les pouvoirs singuliers que lui confère l’ordination (offrir le sacrifice eucharistique, bénir, présider)7, dans le choix que le patron a fait en sa faveur et enfin dans la cura animarum que l’évêque lui a déléguée8. Les synodes diocésains n’ont pas cessé au cours des siècles de préciser les droits et les devoirs qui découlaient pour le curé d’une telle situation.

2. Des lieux privilégiés

  • 9 J. Ramackers, Papsturkunden in Frankreich, Band III, Artois, Berlin, 1940, no 88.
  • 10 Droit d’asile, 4 mars 1469 n.s., lettre de l’official de Tournai au doyen de chrétienté ; 5 mars 1 (...)

7Avant d’arriver jusqu’à la personne du curé, nous devons tout d’abord traverser un territoire, un cimetière, une église : des lieux sur lesquels il exerce son privilège pastoral et qui de ce fait peuvent être considérés eux-mêmes comme privilégiés. La paroisse, c’est en effet tout d’abord un territoire bien délimité sur lequel résident tous ceux qui doivent recevoir du curé leurs jura christianitatis. De là l’importance des problèmes de bornage, qui mettent parfois en jeu les plus hautes autorités. En 1171, Didier, évêque des Morins, explique au pape Alexandre III comment il s’est acquitté de la mission qui lui avait été confiée touchant la délimitation de deux paroisses voisines. L’affaire a été tranchée sur place par une commission d’arbitres, composée de deux abbés, deux archidiacres, trois prêtres paroissiaux, un moine cistercien et un chevalier. Le résultat de leur travail est d’ailleurs consigné dans cette même lettre9. La paroisse, c’est également une église et un cimetière, espaces sacrés naturellement, mais aussi lieux de réunion, de paix, de refuge. C’est l’origine de toutes les affaires de droit d’asile qui surgissent si fréquemment en ville (où les autorités sont particulièrement sourcilleuses sur ce point), mais qui sont également attestées à la campagne. En voici un exemple bien circonstancié. En 1469 un certain nombre de personnages – apparemment des malfaiteurs – avaient cherché leur salut dans les églises de Baisieux et de Tressin, mais pour s’y trouver ensuite bloqués par les soldats du bailliage qui cherchaient à s’en rendre maîtres « fame et penuria »10. L’évêque de Tournai intervint et envoya sur place le doyen de chrétienté. Celui-ci se rendit donc à Baisieux et constata que les assiégeants avaient cloué sur les portes des bandes de fer. A force de cris, il engagea donc le dialogue avec les prisonniers qui réclamaient le droit de jouir « privilegio emunitatis et libertate dicte ecclesie ». Le délégué épiscopal ordonna la levée du siège sous peine d’excommunication et d’interdit, en attendant une décision ultérieure. Les trois soldats formant le piquet de surveillance s’exécutèrent.

  • 11 I. de Coussemaker, Cartulaire de l’abbaye de Cysoing, Lille, 188. (sic) p. 309. Louvil, Nord, arr. (...)
  • 12 R. van Caenegem, Les arrêts et les jugés du Parlement de Paris sur appels flamands conservés dans (...)
  • 13 Nous renvoyons ici au ms. Lille 795 (ancien 452) datant du xve siècle. C’est un recueil hagiograph (...)

8Les violences ou les crimes accomplis dans de tels lieux sacrés entraînaient des réparations et parfois des réconciliations liturgiques. A Louvil en 1383, c’est le cimetière pollué par un meurtre qui doit être rendu à son usage religieux11 ; en 1437, à Seclin, des coups et blessures dans l’église valent au coupable une amende de 20 livres à utiliser pour l’érection d’un vitrail12. De la franchise des lieux, on passe aisément à la franchise des personnes. Le curé naturellement est un clerc et à ce titre bénéficie du privilège du for. Il ne relève en principe que de la justice ecclésiastique : avantage considérable que les autorités séculières et surtout urbaines ont constamment cherché à réduire, mais qui couvre évidemment le moindre curé de village. Des traités de piété du xve siècle rappellent les chrétiens au respect de ce privilège octroyé aux gens d’Église « non point pour yauls, mais pour l’honneur de Dieu » (ce qui élimine l’objection venant de l’indignité possible de certains clercs)13.

3. Le « rector parochialis » et son monopole

  • 14 Voir note 6.
  • 15 Le monopole du curé en matière de confession est implicitement indiqué dans les statuts tournaisie (...)
  • 16 J. le Groux, Ibid., pp. 12-15 (1366) et 88 (1481).
  • 17 Voir P.C. Boeren, « Les plus anciens statuts du diocèse de Cambrai » dans Revue de droit canonique (...)
  • 18 Tournai, le Groux, pp. 23-24 (1366) ; Cambrai, Boeren, 1953, p. 161 (1238-1240).
  • 19 Voir note 12.

9Nous voici arrivé à la personne même du curé considéré dans sa position éminente, au sein d’une paroisse qui est à la fois un peuple et un territoire. Les principes, bien entendu, sont les mêmes en ville et à la campagne ; seules diffèrent les conditions d’exercice. C’est de son ordination et de la cura animarum déléguée par l’évêque que le curé tire son autorité et son rôle de médiateur14. Son monopole pastoral demeure bien affirmé par les statuts synodaux, malgré la concurrence légitime des frères mendiants. Selon les statuts tournaisiens de 1366 et 1481, c’est au curé ou à un prêtre approuvé par lui que doit être faite la confession pascale et c’est lui qui dispense normalement les sacrements : telle est la raison pour laquelle il est appelé rector parochialis ou mieux proprius sacerdos15. Il est vraiment le chef de la communauté qui se serre autour de lui aux fêtes solennelles et même aux messes dominicales. On le voit aux mesures qu’il doit prendre contre les absents (dénoncer à l’évêque ceux qui n’ont pas fait leurs Pâques ou ceux qui s’absentent trois dimanches de suite) et contre les étrangers (qui ne peuvent communier sans avoir produit une lettre de leur curé attestant qu’ils se sont confessés)16. Les statuts synodaux de Cambrai beaucoup plus anciens fournissent la même image seigneuriale du curé, appuyée sur des droits identiques. On y trouve pourtant un accent différent. Dans la version de Guyard de Laon (1238-1240) les religieux mendiants sont chaudement recommandés aux curés et une addition de 1287 avance même des considérations terribles sur l’indignité de beaucoup de curés pour justifier les privilèges des frères mendiants17. Le curé est encore revêtu d’autorité quand il enseigne ses paroissiens. Les statuts de Cambrai et de Tournai lui demandent d’apprendre aux fidèles la manière de bien vivre, d’exposer chaque dimanche quelque article du symbole et, s’ils ne savent prêcher, de faire appel, au moins une fois par mois, à un prédicateur18. Il est probable que la morale occupait plus de place que le dogme dans ces exhortations et nous retrouvons là l’image d’une religion qui commande, tout comme dans ce commentaire des dix commandements dont nous avons déjà parlé19.

  • 20 Pour l’explication de ce genre de textes, voir L. Genicot, Une source mal connue de revenus parois (...)
  • 21 Archives de l’État à Mons, Obituaires no 43, obituaire de 1434 de l’église d’Onnaing. Voir aussi J (...)
  • 22 Voir à ce sujet H. Platelle, « Les fondations de messes à Saint-Amand à la fin du Moyen Âge » dans (...)

10Autre poste riche d’influence et de prestige : la célébration de services funèbres et d’obits. Le curé y apparaît dans son rôle de médiateur entre ce monde et l’Au-delà, entre les vivants et les morts séparés par une frontière si perméable. C’est précisément l’un des aspects du ministère pastoral que les archives éclairent le mieux grâce aux chartes de fondations pieuses et à ces recueils nommés obituaires ou nécrologes20. Contentons-nous de quelques exemples ruraux. A Onnaing, village de 105 feux en 1469, un obituaire quelque peu antérieur (1434) fait état de plus de 150 services anniversaires, assis dans leur quasi-totalité sur des terres appartenant à des particuliers21. Un tout petit nombre était gagé sur des terres léguées à l’église ou à la table des pauvres. La part du curé était de deux ou trois sous, celle du clerc de six à huit deniers. On connaît bien l’inspiration d’un tel mouvement : l’estime de plus en plus grande pour la messe, le désir d’avoir des prières bien individualisées et personnalisées, le souci obsédant de la mort. Tout cela ne pouvait que conforter la situation du curé et pousser à l’augmentation du nombre des prêtres22.

  • 23 Cette requête se trouve imprimée comme pièce justificative dans J. Desilve, Histoire de Quarouble, (...)

11Le système avait pourtant ses faiblesses, car les rentes qui servaient d’assiette aux services avaient une fâcheuse tendance à s’éteindre après un certain temps, soit par la mauvaise volonté des héritiers, soit plus souvent par la ruine ou la confiscation de la terre. C’est ainsi qu’en 1338 le curé d’Onnaing fait appel au seigneur – le chapitre de Cambrai – pour qu’il fasse pression sur des tenanciers récalcitrants à propos de trois fondations funéraires. Et il fait valoir avec un beau réalisme que c’est à la fois l’intérêt des trépassés – pour qu’ils ne soient pas privés de leur droit – et celui du curé qui risquerait de perdre « chose de quoy il doit vivre »23.

4. Le relais des autorités supérieures

  • 24 P.C. Boeren, (voir note 16), 1953, pp. 405-407.
  • 25 Cf. H. Platelle, La vie religieuse à Lille, pp. 366-367, dans L. Trénard, Histoire de Lille, t. I, (...)

12À cette autorité ordinaire le curé pouvait joindre à l’occasion des compétences extraordinaires comme délégué des instances ecclésiastiques supérieures : doyen, archidiacre, évêque, synode diocésain. C’est ainsi qu’il avait très souvent à brandir la menace d’excommunication et parfois à promulguer des listes nominatives. Les statuts synodaux de Cambrai de 1278 contiennent une série de cas passibles de l’excommunication que le pasteur devait proclamer en chaire tous les mois24. Il s’agit des fiançailles traitées comme des mariages, des mariages clandestins, des obstacles mis à la juridiction ecclésiastique, des conspirations contre les prélats et spécialement contre l’évêque de Cambrai… En tête de chaque article on trouve la formule impérieuse « tout cil sont escumeniet ». Une pratique du même genre existait certainement dans le diocèse de Tournai, comme le prouve une liste de cas analogues retrouvée dans les archives communales de Lille et datant des années 1318-1341. Elle vise ici avec prédilection les atteintes à la juridiction ecclésiastique et les affaires de « sorcherie » (en fait des sortilèges)25.

  • 26 20 mars 1229 n.s., I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 123. Cysoing, Nord, arr. Lille, ch (...)
  • 27 Cartulaire de Cysoing, p. 468. Bouvines, Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

13Le curé devait s’avancer parfois au-delà des généralités et promulguer une sentence précise. C’est ainsi que le 20 mars 1229 tous les prêtres établis à Cysoing et dans les environs reçoivent de l’évêque de Tournai l’ordre d’excommunier solennellement le sire de Cysoing coupable de violences contre l’abbaye26. Ils devront même suspendre le culte si l’intéressé est sur place ; à Cysoing cet interdit sera tout à fait strict. Autre exemple pris dans la même région : en 1473 le curé de Bouvines instrumente au nom de l’official de Tournai à l’intérieur de l’abbaye de Cysoing27. Mais comme cette maison est exempte, le mandataire imprudent doit peu après annuler et révoquer son intervention, etc.

  • 28 D. Lambrecht, De parochiale synode in het oude bisdom Doornik gesitueerd in de Europese ontwikkeli (...)

14En dehors de ces affaires d’excommunication, le curé pouvait être appelé à collaborer à une autre forme de justice épiscopale : le synode paroissial. Cette institution d’origine carolingienne découlait du droit de visite exercé par l’évêque sur les laïques et avait pour pendant naturel le synode diocésain qui, lui, concernait les clercs. Elle a connu une longue survie dans les pays de mouvance germanique, ainsi d’ailleurs que dans le diocèse de Tournai où elle vient de faire l’objet d’une étude approfondie28.

  • 29 Nous trouvons des allusions très nettes à ce synode paroissial dans les actes suivants : 19 févr. (...)

15Ce synode paroissial qui se réunissait en principe tous les ans, mais en fait tous les trois ou quatre ans – se tenait dans l’église paroissiale ou dans une église servant de lieu de rassemblement à un certain nombre de villages29. C’était l’évêque qui présidait ou plus souvent son représentant, l’archidiacre ou le doyen. Tout le système reposait sur les « témoins ou échevins synodaux » (ce mot « échevins » rappelant les temps carolingiens) désignés à l’origine à vie, puis plus tard avant chaque réunion. Ils avaient pour obligation de répondre à un questionnaire et ainsi de dénoncer un certain nombre de délits qui constituaient des infractions publiques à la législation ecclésiastique, c’est-à-dire les affaires de mœurs, d’usure, de travail du dimanche. Il s’agissait en somme de permettre la poursuite de délits restés impunis faute d’accusateur. Cette procédure servit aussi de modèle à celle qui fut mise en place après 1184 contre l’hérésie (concile de Vérone). Nous n’avons pas ici à examiner comment ce groupe de « témoins synodaux » passa du rôle de jury d’accusation (ce qui ouvrait la voie à une défense) à celui de jury de preuve (dans ce cas, celui qui était dénoncé par deux témoins synodaux était réputé coupable sans possibilité de se défendre).

  • 30 26 mars 1349 n.s., Archives de l’État à Tournai, cart. 74, fo 133 v° ; Annœullin, Nord, arr. Lille (...)

16Relevons seulement le rôle du curé au long de cette session judiciaire exceptionnelle, qui se tient, ne l’oublions pas, dans l’église paroissiale. En 1349, à Annoeullin près de Lille, nous voyons que les « synodaux » sont choisis chaque année par le curé de concert avec les échevins seigneuriaux30. Il n’en était peut-être pas ainsi dans les grandes villes. En tout cas, après le synode quand les pénalités avaient été proclamées, c’était le curé qui, en chaire, invitait les coupables à payer les amendes, forme habituelle de la sanction. On imagine aisément quel surcroît de prestige mais aussi de souci de telles prérogatives pouvaient valoir au curé de la paroisse.

  • 31 Sur ce sujet, cf. Th. Leuridan, « Statistique féodale du département du Nord. La châtellenie de Li (...)

17Chose curieuse, cette justice synodale exercée au niveau paroissial, échappa parfois aux autorités légitimes pour être rendue par divers seigneurs laïques ou ecclésiastiques. C’est très nettement le cas dans la région de Lille où l’on voit le « droit de senne » détenu par l’abbaye de Cysoing ou par quelques potentats qui pouvaient ainsi frapper de lourdes amendes des paysans ayant travaillé un jour de fête31. On voit même des victimes contester à l’abbaye en question le droit d’exercer une telle justice, car, affirment-ils, cette justice de nature spirituelle devrait appartenir à l’évêque – ce qui n’était pas mal vu…

  • 32 Sur cette institution des bancroix ou croix-banales (« croix » voulant dire procession), cf. U. Be (...)
  • 33 Cf. plus loin à propos de « la religion festive ».

18De cette intervention du curé dans le synode paroissial, on peut rapprocher le rôle qu’il jouait dans les processions de doyennés, appelées bancroix32. Cet usage largement attesté dans le pays de Liège et en Allemagne existait dans la région de Lille, qui relevait, comme on le sait, du diocèse de Tournai. Chaque année, toutes les paroisses du décanat de Lille devaient se rendre en procession à la collégiale Saint-Piat à Seclin le vendredi après la Pentecôte. En 1369 le décanat de Lille fut scindé en deux (par l’apparition d’un décanat de Seclin) mais le rite continua, les deux unités – soit 80 paroisses au xve siècle ayant désormais chacune leur jour particulier. À cette procession – qui s’appelait bancroix ou par déformation blanquecroix – devaient participer des représentants de toutes les familles sous la direction du curé. L’origine générale de cette pratique est obscure, mais il est certain qu’elle ne peut dériver que d’une décision épiscopale, vu la coïncidence du ressort avec une circonscription ecclésiastique. Ici encore le curé agissait donc avec autorité sur ordre supérieur. Dans la région de Lille – qui semble avoir été très conservatrice – le rite se maintint longtemps, mais en se dégradant d’une manière étonnante33.

  • 34 Cf. H. Platelle, « Mœurs populaires dans la seigneurie de Saint-Amand d’après les documents judici (...)
  • 35 8 juillet 1437, cf. R. van Caenegem, Les arrêts… (voir n. 11), t. I, pp. 384-385. Herlies, Nord, a (...)
  • 36 Voir à titre de comparaison ce qui se passait à Saint-Amand, H. Platelle, La justice seigneuriale (...)

19Tous les cas qui viennent d’être envisagés se situent dans le domaine religieux, mais le curé était aussi appelé à servir de relais à la justice séculière. C’est dans son église que beaucoup de drames sanglants trouvaient leur issue à la suite d’une sentence ou d’un arbitrage : on y célébrait les « trentels » de messes pour le défunt, on y faisait les amendes honorables et enfin dans le cas très fréquent des pèlerinages judiciaires, c’est là que le coupable prenait « eskerpe et bourdon » devant les bonnes gens du lieu avec l’obligation de partir avant le soleil couchant et de revenir muni de lettres testimoniales34. C’est ainsi qu’en 1437 le souverain bailliage de Lille condamna un homme du village de Herlies à deux pèlerinages pour une affaire de coups et blessures35. Il devait partir pour Saint-Nicolas de Varengéville et Notre-Dame de Boulogne ; mais auparavant il devait dans l’église du village reconnaître qu’il avait à tort frappé son adversaire et qu’il lui demandait pardon. On sait aussi que c’est dans l’église, édifice de pierre couvert par une immunité spéciale, qu’on conservait souvent le coffre échevinal. C’est là en tout cas que la population se réfugiait aux heures de danger. Tout cela ne pouvait que consolider la position du curé de la paroisse36.

5. Le poids de la dépendance

  • 37 Mat. VIII 9, à propos du centurion de Capharnaüm.

20Malgré tant de compétences diverses exercées à titre ordinaire ou extraordinaire, le curé était bien loin d’être le maître absolu dans son territoire. Tout d’abord, il était un homme sub potestate constitutus37. Il se trouvait par son état et son bénéfice sous la dépendance à la fois de l’évêque et du patron de la paroisse. Ces deux autorités avaient collaboré pour sa nomination : le patron – presque toujours un établissement ecclésiastique – l’avait choisi puis proposé à l’évêque et celui-ci à son tour lui avait accordé la cura animarum

21 Voir par exemple dans les statuts synodaux tournaisiens de 1336 le chapitre 13 du titre VII « Ne aliqui in beneficiis intrudantur, canonica collatione non praehabita » (Le Groux, p. 33). Cet abus s’était, paraît-il, répandu dans le diocèse « occasione guerrae praeteritae ».

  • 38 Exemple pour Liessies en 1313-1330, cf. J. Peter, L’abbaye de Liessies, Lille, 1912, p. 159, note (...)
  • 39 10 juin 1248, I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 144.

22Ces deux interventions qui ne se situaient pas sur le même plan étaient essentielles l’une comme l’autre, mais toute l’importance pratique était du côté de la première, celle du patron. Le rôle du collateur était une chose si normale qu’il existait dans les archives des monastères des formules toutes faites pour la présentation aux cures38. Ce droit si bien établi subit à partir du xiiie siècle la concurrence de la curie pontificale qui entendait disposer librement des bénéfices ecclésiastiques. C’est pourquoi en 1248 l’abbé de Cysoing chercha à se prémunir contre cet abus par… une décision pontificale l’autorisant à s’opposer à de telles provisions, sauf si celles-ci faisaient mention de cette protection39 !

  • 40 Assistance au synode, Le Groux, 1366, p. 2 ; aux réunions des doyens, Ibid., 1481, p. 113.
  • 41 Abbé Broutin, « Visites pastorales de l’évêque de Tournai en 1466 » dans Bulletin de la société d’ (...)

23Une fois installé, le curé ne perdait pas le contact avec ces hautes autorités : il devait assister chaque année au synode diocésain qui jouait un peu le rôle de session de recyclage ; il devait aussi fréquenter les réunions tenues par les doyens de chrétienté et toutes ces assemblées donnaient occasion au versement de taxes40. L’évêque ou son délégué pouvait faire sentir son autorité de plus près au moment d’une visite pastorale. Le compte rendu de la tournée effectuée en 1466 à travers 19 paroisses du Tournaisis (de part et d’autre de l’actuelle frontière) nous montre le prélat surtout soucieux de l’état matériel de l’église et de l’équipement de la sacristie (livres et ornements). A ce titre, passant par-dessus la tête du curé, l’évêque visiteur était amené à dialoguer avec le patron et avec les marguilliers41.

  • 42 À titre de comparaison, bon exposé de ces problèmes dans R. Fietier, P. Gresser, R. Locatelli et P (...)

24Le patron en effet détenait une part variable, mais toujours importante des revenus paroissiaux (dotation foncière, dîmes, oblations). C’est que la paroisse en question était en vérité incorporée à son patrimoine et qu’à ce titre, il en était le véritable curé. Le desservant nommé par ses soins n’était qu’un lieutenant qui ne jouissait que d’une part modique des ressources paroissiales : celle que le patron et la tradition voulaient bien lui laisser. On comprend aussi que le patron qui prélevait la plus grosse partie de la dîme ait eu aussi des obligations relativement à l’entretien des bâtiments : il était obligé d’entretenir et de réparer le chœur de l’église42.

  • 43 Exemples concernant les paroisses à la collation de l’abbaye de Saint-Amand (H. Platelle, Le tempo (...)
  • 44 J. Peter, l’Abbaye de Liessies, p. 163. Glageon, Nord, arr. Avesnes-sur-Helpe, c. Trélon.

25Ces deux problèmes (la rétribution du prêtre et la participation aux dépenses d’entretien de l’église) étaient d’une importance vitale pour le curé et la communauté paroissiale. On voit au xiiie siècle de nombreux conflits à propos de la revalorisation du bénéfice paroissial et certaines de ces affaires sont allées jusqu’à Rome43. Les problèmes d’entretien semblent avoir été plus difficile encore, car il s’agissait de dépenses importantes et sans périodicité. L’attitude des patrons est l’objet de vives critiques dans la visite pastorale de 1466. Deux fois même l’évêque excédé menace les patrons négligents de la saisie de leurs revenus. Retenons à titre d’exemple le conflit pittoresque qui éclata à Glageon en 1454 : l’abbaye de Liessies refusait de réparer le chœur de cette église qui était pourtant de sa collation. Le curé irrité eut recours à un chantage : il profita du passage des moines porteurs des reliques de saint Etton pour retenir en otage le corps saint44

6. Auxiliaires et concurrents

  • 45 Nous avons étudié le cas de ces chapelains ruraux dans L. Trenard, Histoire de Lille, t. I, p. 352 (...)

26La présence d’autres prêtres – plus ou moins à demeure – sur le territoire paroissial pouvait suivant les cas apparaître au curé comme une aide ou comme une concurrence. Il y avait par exemple les titulaires d’une chapellenie fondée dans l’église ou bien dans le château du seigneur. Ce petit bénéfice qui obligeait seulement à quelques messes hebdomadaires ou mensuelles pouvait être desservi par un prêtre de passage, souvent lui-même en remplacement du titulaire ; mais il arrivait aussi que ces chapelains aient eu certaines responsabilités pastorales qui en faisaient des sortes de vicaires. Parfois même ils devaient chanter les heures canoniales en compagnie du curé45. Il n’est pas sûr que ce voisinage et cette éventuelle collaboration aient toujours été pacifiques.

27On peut se poser la même question à propos du moine-prévôt ou des quelques moines qui peuplaient un prieuré rural. Chargés avant tout de tâches administratives vis-à-vis des domaines de leur maison, ils avaient nécessairement une activité religieuse, quand ce ne serait qu’en propageant la dévotion au saint protecteur. Une certaine collaboration s’établissait avec le curé, d’autant plus délicate que l’abbaye en question détenait souvent la collation de la cure.

  • 46 Cf. H. Platelle, « Crime et châtiment à Marchiennes. Etude sur la conception et le fonctionnement (...)
  • 47 Cf. plus haut et note 41.

28Les Miracles de sainte Rictrude font revivre tous ces contacts dans un cadre rural46. On est mieux renseigné sur les marguilliers (gliserii, gliseurs, égliseurs) qui administraient les biens de la paroisse et qui par ce biais pouvaient largement s’immiscer dans le domaine spirituel. C’étaient donc des gens très importants qui pouvaient suivant les cas seconder ou entraver l’action du curé. Nous avons déjà dit qu’au moment des visites pastorales, ils étaient les interlocuteurs normaux de l’évêque par-dessus la tête du curé. Rien d’étonnant à cela, puisque c’était eux qui devaient débourser les sommes correspondant aux dépenses exigées par le prélat. C’était eux encore qui dénonçaient avec vigueur la négligence des patrons à entretenir le chœur de l’église. Sur tous ces points, on peut penser que leurs positions coïncidaient souvent avec celles du curé, avec cette différence toutefois qu’ils avaient une plus grande liberté de parole47.

  • 48 30 mars 1352 n.s., Archives de l’État à Tournai, cartulaire 74, fo 104. Mouvaux, Nord, arr. Lille, (...)
  • 49 12 juin 1338, sentence du vicaire général de Tournai, Archives départementales du Nord, 12 H 3, fo(...)
  • 50 J. Peter, L’abbaye de Liessies, p. 373. Dompierre, Nord, arr. et c. d’Avesnes-sur-Helpe.

29Le partage de certaines quêtes était un sujet plus délicat. En 1352 le curé de Mouvaux était en procès avec ses marguilliers et l’ensemble de ses paroissiens à propos de l’apportus (quête) et des oblationes du pèlerinage de saint Germain qui avait son siège dans son église. Un arbitrage de l’évêque de Tournai accorda au curé le quart de ce revenu, le reste allant à la paroisse ad opus fabrice48. D’autres fois et sans doute plus souvent c’est avec le patron que se produisaient de telles difficultés : ainsi en est-il à Thun en 1338, face à l’abbaye de Saint-Amand49, et à Dompierre en 1551, face l’abbaye de Liessies50. Le texte relatif à Thun est particulièrement intéressant : il précise que les marguilliers continueront à être élus chaque année, que les quêtes et offrandes contestées seront conservées dans un tronc fermé de deux clés et enfin que les comptes seront rendus annuellement en présence du doyen de chrétienté et de représentants du patron. Ici encore le curé ne semble jouer qu’un rôle secondaire.

Deuxième partie : Potestas

30Nous avons jusqu’ici étudié le pouvoir religieux en partant de sa nature intime qui est d’ordre spirituel ; mais, chemin faisant, nous avons pu constater que cette autorité n’a rien de désincarné : son exercice suppose résolues des conditions matérielles (d’où les problèmes avec le patron et les marguilliers) et il entraîne aussi des conséquences très concrètes (comme dans le cas des excommunications). Nous allons maintenant renverser la perspective, en partant cette fois de l’aspect matériel et en considérant les hommes et les institutions d’Église comme des seigneurs ordinaires. Nécessairement d’ailleurs, ce point de vue nous fera retrouver l’image spirituelle, mais pour la nuancer et la compléter. Bien entendu, notre analyse demeurera limitée aux seules situations rurales.

1. Une vue d’ensemble de 1455

  • 51 « État bénéficial de la Flandre et du Tournaisis au temps de Philippe le Bon (1455) » dans Analect (...)

31Pour réaliser une telle saisie aucun document n’est mieux adapté que l’État bénéficial du diocèse de Tournai dressé en 145551. Rappelons-en l’occasion : le duc Philippe le Bon avait pris la croix en 1454 au banquet du Faisan à Lille, après quoi le pape lui avait accordé une décime afin de l’aider à réaliser ce projet. Pour faciliter la levée de cet impôt et assurer son rendement maximum, l’évêque de Tournai Jean Chevrot, tout dévoué à la maison de Bourgogne, fit établir au plus juste une estimation de tous les revenus ecclésiastiques, qui remplacerait l’antique taxation complètement inadaptée. L’enquête devait même porter sur les bénéfices minimes jusque-là non taxés et relever également les propriétés et les droits détenus sur le terroir du village. En somme, le point de vue de l’évêque était exactement le même que le nôtre : la coïncidence est parfaite.

32Avant d’exploiter ce document, relevons tout d’abord combien la notion même de décime révèle le mélange inextricable de spirituel et de temporel qui caractérise les situations ecclésiastiques du Moyen Âge. À l’origine on trouve une idée religieuse (Dieu véritable propriétaire des bénéfices ecclésiastiques), mais cette idée religieuse se traduit par une levée d’argent supérieurement organisée, laquelle à son tour tend de plus en plus à glisser des mains du pape dans celles des princes… Et l’image religieuse de l’Église en est inévitablement affectée. C’est à peu près le genre d’aller et retour que nous allons faire maintenant au niveau du village.

33Dans chaque article nous trouvons en premier lieu – et parfois uniquement – le bénéfice du curé avec ses ressources et ses charges. Ces ressources ont une triple origine : la dotation foncière de la paroisse (le presbytère, quelques terres), une part plus ou moins grande dans la dîme grosse et menue (assez souvent le tiers de la première et la moitié de la seconde), enfin les oblations et les obits (dont le profit est ici encore l’objet d’un partage avec le patron).

  • 52 Ms. Boulogne-sur-Mer 119, fo 82-88, procès relatif à la requête du village d’Allennes-les-Marais d (...)
  • 53 1590-1591, Relevé des biens des églises et des chapellenies, Archives capitulaires de Tournai, reg (...)

34Nous parlerons plus loin des dîmes. À propos des oblations, relevons deux indications assez divergentes. Dans la requête des environs de 1200 visant à obtenir la création d’une paroisse nouvelle à Allennes-les-Marais52, les avocats font valoir le gros rapport des munera et munuscula recueillis à l’occasion des confessions ou des services anniversaires : il dépasserait, à les entendre, le volume des autres revenus. L’affirmation est à retenir, même si elle est tendancieuse, dictée par le souci de prouver que la paroisse primitive pouvait allégrement supporter une amputation. Le second témoignage est de 1590 environ et provient d’un document assez semblable à celui de 1455. Voici ce que dit le curé de Mouvaux, près de Lille : « Si le dict curé veult dire journellement la messe, faire le peult ; mais pour en retenir quelque récompense temporelle, il luy convient tous les jours se trouver à Lille ou quelque fois à Tourcoing, pour attendre la dévotion des gens de bien. Quant au dit Mouvaux en ung an il n’auroit point une messe de dévotion, si ce n’est par accident de mort »53.

  • 54 État bénéficial (cf. note 51). Nous avons tiré ces observations des articles concernant le décanat (...)

35Revenons maintenant aux charges du curé signalées par l’État bénéficial de 1455. Elles varient sans doute beaucoup, mais il y est souvent question du « clerc » qu’il faut « livrer et payer », de la « songnie » – droit de gîte – dont il faut s’acquitter en diverses occasions et notamment au moment des synodes diocésains ; on rencontre encore le louage d’une grange dîmière, les frais occasionnés par le charroi des dîmes, etc. On comprend donc que notre document distingue assez souvent le revenu net du revenu brut54.

  • 55 Baisieux, Nord, arr. Lille, c. Lannoy ; Beuvry, Nord, arr. Douai, c. Orchies. Ces paroisses releva (...)

36Ces bénéfices ruraux sont généralement modestes, mais certains d’entre eux ont pourtant assez de substance pour devenir la base d’opérations d’affermage : le curé titulaire engage un prêtre-fermier qui, moyennant le paiement d’une « pension » annuelle aura la jouissance des revenus paroissiaux. À Baisieux, par exemple, la cure valait 80 livres et la pension s’élevait à 48 livres ; mais à Beuvry (près d’Orchies) les chiffres correspondants étaient de 40 1. et de 23 1. : l’espace vital du desservant était donc beaucoup plus réduit dans les petites paroisses55. Ce régime avait quelque chose de choquant en établissant une dissociation entre les revenus paroissiaux et les devoirs pastoraux qui en étaient normalement la contrepartie. On peut aussi penser que le prêtre gagé, souvent famélique, n’était pas placé dans les meilleures conditions pour bien s’acquitter de sa tâche. Pourtant on ne sait pas vraiment dans quelle mesure les paroissiens saisissaient la différence entre le titulaire et le remplaçant, puisqu’ils ne connaissaient pratiquement que le second.

  • 56 Cf. H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand, passim (à l’index sous le nom de Lecelles (...)
  • 57 Relevé des droits en tête du missel, cf. État bénéficial, 1911, p. 103 (à propos de la paroisse de (...)

37Le patron – dont nous avons déjà dit les compétences diverses – figure toujours dans ce relevé. C’est qu’il possédait dans le village d’importants droits de dîmes et qu’en outre, il figurait souvent au nombre des principaux seigneurs ou propriétaires du pays. Certains cas sont spectaculaires : dans le village de Lecelles, limitrophe de Saint-Amand, l’abbaye de ce nom détenait non seulement le droit de patronage sur la paroisse, la totalité de la justice, l’essentiel de la dîme, mais aussi quatre ou cinq grosses fermes faisant ensemble plus de 300 ha56. Cette situation de monopole est plutôt exceptionnelle, généralement la propriété ecclésiastique est répartie entre de nombreuses maisons ou institutions, toutes énumérées dans le document de 1455. La précision de ces indications lui donne même parfois l’allure d’un papier-terrier. Notons encore un détail curieux et significatif. Il est dit parfois que les droits et les charges du curé sont inscrits en tête du missel de l’église. C’est là une très vieille précaution que recommandaient déjà les statuts synodaux de Cambrai en 1238-124057. Elle protégeait contre l’oubli, mais elle soulignait aussi le caractère sacré de ces obligations réciproques.

2. Les dîmes et leurs problèmes

38Ces possessions temporelles, de forme souvent seigneuriale, engageaient les hommes et les institutions d’Église – y compris la paroisse – dans tout un cycle d’opérations juridiques compliquées et dans de fréquents conflits ; c’est peut-être l’aspect le plus visible de cette potestas religieuse, au sens précis que nous avons donné à ce mot.

  • 58 À titre d’exemple, cf. H. Platelle, Le temporel…. p. 206.
  • 59 À propos du « rachat » des dîmes par l’Église (ce terme « rachat » soulignant le droit primitif de (...)

39La matière privilégiée de ces tractations était formée par les dîmes, revenus importants et convoités, mais difficiles à faire rentrer. Les abbayes et les chapitres avaient eu aux xiie et xiiie siècles une véritable politique d’acquisition en ce domaine, en ayant soin d’obtenir au passage la transformation en alleux de ces dîmes jusque-là inféodées58. Tout cela exigeait le report de ce fief à la cour du seigneur supérieur et le désintéressement de celui-ci. Une autre difficulté s’y ajoutait, du fait que le droit canon affectait de considérer les dîmes comme des « choses saintes » même quand elles étaient entre les mains des laïques. Il était donc impossible en théorie d’en trafiquer sans encourir le reproche de « simonie »59.

  • 60 18 déc. 1182, Archives capitulaires de Tournai, fonds Phalempin. Pont-à-Vendin, Pas-de-Calais, arr (...)
  • 61 Mai 1235, cf. E. Hautcoeur Cartulaire de Flines, Lille, 1873, t. I, p. 12. Cette abbaye de cisterc (...)
  • 62 On peut rapprocher de ce geste l’accord donné le 30 mai, 1290 par le curé de Tressin à l’acquisiti (...)

40C’est pourquoi on voit l’évêque intervenir dans de telles opérations, non pas au nom du droit féodal, mais parce que selon les idées grégoriennes un laïque ne pouvait pas conserver ni transmettre de dîmes sans l’autorisation de l’ordinaire. Tout cela s’observe parfaitement dans un acte du 18 décembre 1182 concernant une dîme acquise au village de Pont-à-Vendin par l’abbaye de Phalempin60. Le rôle de l’évêque en ces affaires était d’autant plus nécessaire qu’en théorie les « restitutions » de dîmes auraient dû se faire au bénéfice des églises paroissiales, les destinataires normaux de cet impôt. De là certaines déclarations curieuses et sans doute assez hypocrites : en mai 1235, l’évêque de Tournai Gautier de Marvis n’accorde qu’à contrecœur son approbation à la donation de diverses dîmes faites à l’abbaye de Flines par la future comtesse Marguerite61. Il dit qu’il a d’abord essayé, mais sans succès, de décider la donatrice de faire cette générosité au chapitre de Tournai, détenteur du personat de ces lieux (c’est-à-dire le véritable curé.)62.

  • 63 Juillet 1224, Archives capitulaires de Tournai, dossier Auchy-les-Orchies (Nord, arr. Douai, c. Or (...)

41L’autel paroissial pouvait être associé à ces transferts de dîmes. Parfois, en effet, celles-ci étaient déposées sous forme symbolique – per ramum et cespitem – en ce lieu infiniment sacré et le bénéficiaire – qui pouvait être le patron de la paroisse – l’y reprenait ensuite. C’est ce qui se voit en juillet 1224 à propos d’une dîme acquise par le chapitre de Tournai à Auchy-lez-Orchies63. Ces dîmes, une fois entrées dans le patrimoine d’une maison religieuse, garantissaient de gros profits, mais étaient aussi la source de bien des soucis.

  • 64 16 déc. 1409, Archives capitulaires de Tournai, dossier Bachy (Nord, arr. Lille, c. Cysoing).
  • 65 15 févr. 1547, Archives capitulaires de Tournai, dossier Willems (Nord, arr. Lille, c. Lannoy).

42Le décimateur – et ici le curé jouait son rôle modeste, mais réel – pouvait se heurter à des contribuables récalcitrants. Un procès tranché en 1409 par l’official de Tournai nous apprend que dans le village de Bachy64 un particulier n’avait pas payé son dû depuis 12 ans : il est évidemment condamné. En 1547, au village de Willems, un paysan avait refusé de payer la dîme sur les 100 oisons de sa basse-cour65. Poursuivi par le curé et le chapitre de Tournai, il fut contraint de fournir les 10 oisons dont il était redevable ou une somme de 30 patars.

  • 66 Décembre 1254, Sentence concernant les dîmes de Landas, Hautcœur, Cartulaire de Flines, I, 100. La (...)

43Les concurrences illicites étaient tout aussi dangereuses et presque inévitables lorsque, dans le même village, ce droit était partagé entre plusieurs décimateurs. On pouvait toujours contester sur un point ou sur un autre ainsi que sur les avantages en nature concédés à l’une des parties. C’est ainsi que selon un accord de 1254 la dîme de Landas se trouvait partagée par tiers entre l’abbaye de Flines, le chapitre de Tournai (et le curé de Landas) et enfin un seigneur laïque. L’abbaye de Flines jouait le rôle directeur, puisqu’elle fournissait les voituriers, les gardes et les batteurs. Ces derniers devaient prêter serment sur l’autel de l’église paroissiale. Mais elle prétendait en échange avoir droit aux gerbes dénouées et au grain épars. Elle dut au terme d’un arbitrage réalisé par l’évêque de Tournai renoncer à ces dernières revendications66.

  • 67 Archives capitulaires de Tournai, dossier Flines-les-Mortagne, 13 févr. 1249 (dans un vidimus de l (...)

44Les dîmes novales étaient l’occasion d’autres heurts, d’autant plus explicables qu’en cette matière les précédents faisaient défaut. En 1249 nous voyons le curé et la persona de Flines-les-Mortagne en conflit avec deux seigneurs laïques à ce propos : l’affaire est réglée par un prélèvement de trois muids de blé et trois muids d’avoine dans les granges dîmières de ces laïques67.

  • 68 2 nov. 1442, I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 368. Auberchicourt, Nord, arr. et c. Dou (...)

45L’abus pouvait se présenter en sens inverse quand le curé se montrait trop gourmand : en 1442 le curé d’Auberchicourt voulut faire payer certains de ses paroissiens qui étaient traditionnellement exempts de ce droit. Poursuivi devant l’official d’Arras, il battit en retraite en expliquant son erreur par le fait qu’il était depuis peu dans la paroisse68.

  • 69 16 mars 1371 n.s., Archives capitulaires de Tournai, dossier Bachy (voir note 64).
  • 70 Cf. nos études sur les Miracles de sainte Rictrude : « Crime et châtiment » (voir note 46) et « La (...)
  • 71 Voir note 12, M. Devillers, Attitudes spirituelles…, p. 147.

46À la fin du Moyen Âge, les droits de dîme, lorsqu’ils étaient importants, étaient fréquemment affermés : il est très souvent question de tels « censiers » dans l’État bénéficial de 1455. Le décimateur s’épargnait ainsi toutes les peines venant du prélèvement lui-même ; mais il pouvait avoir des ennuis avec son fermier, par exemple si celui-ci « cariait » (charriait) avant le lever du soleil ou après son coucher, ce qui autorisait tous les soupçons. C’est d’une affaire de ce genre que traite un acte du 16 mars 1371 concernant Bachy69. A tous ces cas fournis par les archives de quelques institutions religieuses, on pourrait joindre les historiettes qu’on lit dans les recueils de miracles. Il y est question de gerbes volées dans les champs de moines, de fraudes sur la dîme, de bestiaux qu’on fait pâturer dans les récoltes du monastère, etc., autant d’abus qui sont punis par le saint, protecteur du lieu70. On doit aussi se souvenir des exhortations à payer ses dîmes qu’on trouve dans les traités de piété. Un commentaire des dix commandements datant du xve siècle déclare, à propos du ive commandement (honorer ses parents) « ne doit on mie aussi laissier a paier ses dismes ou aultres droitures pour la sustentation de le vie des gens de l’Église ; et qui leur fait bien, il le fait a Dieu, et qui les persecute, il persecute Dieu, soient bons, soient mauvais ; mais fault laissier les mauvais pugnir a leur juge ordinaire »71.

3. Les droits seigneuriaux

  • 72 Cf. note 70.

47À côté des dîmes, la fortune ecclésiastique au village comprenait encore une multitude de droits et de terres, parfois regroupés en grosses exploitations : les censes seigneuriales. Parmi tous ces droits, le plus honorifique, le plus riche de signification était certainement celui de rendre la justice. Le tribunal local – formé d’échevins présidés par le « justice » – fournissait tout d’abord à ces hommes d’Église un premier rempart pour se protéger, eux et leurs hommes, contre les abus dont se rendaient coupables les avoués, les maires, les forestiers. Les Miracles de sainte Rictrude de Marchiennes (xiie siècle) apportent sur ce sujet une abondante documentation, qui révèle en même temps l’inefficacité de la contrainte judiciaire sur ces malfaiteurs trop puisssants72. En conséquence les victimes – à commencer par les moines – n’avaient plus qu’un seul recours : la protection céleste qu’ils invoquaient d’ailleurs selon des formes très proches de l’action judiciaire courante.

  • 73 Sur la clamor liturgique et l’épisode d’Abscon, voir notre article « Crime et châtiment » (1980) p (...)

48Les saints, à travers leurs reliques, jouaient ici le rôle essentiel. On transportait leurs châsses pour appuyer une revendication de biens, pour délimiter une terre ; parfois même on les faisait comparaître au cours d’un procès. Mais le sommet de ces procédures, c’était la clamor liturgique, véritable plainte en bonne et due forme, appuyée par le traitement infâmant des reliques. C’est ainsi que dans le village d’Abscon où sévissaient deux avoués tyranniques, l’abbaye de Marchiennes fit transporter le corps de sainte Eusébie, patronne et ancienne propriétaire de ce lieu73. On le mit au milieu de l’église, à la vue de tous ; on le déposa à terre sur des épines en attendant le moment où la « paix » serait enfin rétablie avec les hôtes. Ce balancement qui va des procédures séculières aux procédures liturgiques est caractéristique de la double face du pouvoir ecclésiastique au plan local, comme au plan général.

  • 74 Octobre 1286, appel de faux jugement dans une affaire intéressant Cantin et la justice de l’abbaye (...)

49Naturellement cette cour de village avait aussi à se prononcer sur une multitude d’affaires qui n’intéressaient pas directement le seigneur ecclésiastique. Elle était alors en tous points semblable aux autres cours profanes et l’on peut y retrouver des pratiques typiques comme l’appel de faux jugement ou le recours à chef de sens74.

  • 75 Mars 1273 n.s., délimitation des droits de justice détenus au village de Camphin par le sire de Cy (...)
  • 76 6 mars 1240 n.s., procès entre l’abbaye de Cysoing et une veuve nommée Sara qui conteste la donati (...)
  • 77 23 août 1325, conditions posées par le chapitre Saint-Pierre de Lille à une fondation de messe dan (...)

50Une remarque analogue pourrait être faite pour le train-train seigneurial qui remplit les cartulaires. Tantôt ce sont deux seigneurs – parfois ecclésiastiques tous les deux – qui après conflit délimitent leurs terres ou leurs justices75 ; tantôt c’est l’héritier d’un donateur qui conteste la générosité d’un parent76 ; parfois le seigneur ecclésiastique – imitant la réaction des seigneurs laïques – s’oppose à une fondation pieuse, qui risquerait de le priver de redevances ou de droits de mutation. L’autorisation n’est accordée que moyennant l’établissement d’un « homme vivant et mourant »77. Et l’on pourrait encore ajouter tous ces actes relatifs aux achats et aux ventes d’immeubles, aux donations et aux échanges, aux locations de terres… En bref, par son temporel multiforme, le seigneur ecclésiastique implanté dans un village était engagé dans les mêmes situations de puissance et de conflit que n’importe quel autre seigneur. La différence, c’est qu’il était plus exposé à la violence en raison de sa faiblesse et de sa richesse au moins supposée. Une autre particularité jouait en sens inverse : il était le seul à disposer d’armes spirituelles, toujours impressionnantes, même si leur efficacité était assez douteuse.

Troisième partie : Communitas

51Il n’y a pas de vrai pouvoir sans une certaine adhésion populaire. C’est pourquoi nous devons maintenant nous demander quelle a été l’attitude de la communauté villageoise face à ce pouvoir religieux aux visages si différents.

1. La paroisse, principe d’encadrement

  • 78 Nous avons souligné ce fait pour la région de Lille dans « Les paroisses du décanat de Lille au Mo (...)

52Que la paroisse ait été un principe d’encadrement semble assez évident quand on songe au monopole pastoral du curé à l’intérieur d’un territoire précis et donc privilégié. Mais cette efficacité ressort mieux encore quand on considère la genèse des nouvelles paroisses. Les XIIe et xiiie siècles, époque d’essor démographique, ont vu la création de nombreuses unités paroissiales par la réduction des écarts (hameaux et villages satellites) à un statut ecclésiastique normal78. L’initiative partait en général de la population locale désireuse de jouir dans des conditions correctes de ses jura christianitatis ; mais quand le projet aboutissait – ce qui n’était pas toujours le cas – c’était aussi un progrès du point de vue du pouvoir, qui avait fait un pas de plus en direction de ses fidèles les plus éloignés et nous avons vu plus haut tout le contenu de l’autorité pastorale du curé.

  • 79 Th. Leuridan, « Statistique féodale du département du Nord. La châtellenie de Lille. Prolégomènes.(...)

53L’acquisition toujours difficile de l’autonomie paroissiale jouait aussi comme un révélateur et un stimulant de l’esprit communautaire. En effet depuis l’époque carolingienne – autre époque féconde en créations de paroisses – il était entendu que de telles émancipations ne devaient entraîner aucune perte pour la paroisse-mère qui devait conserver intégralement ses dîmes et ses droits79. Cela voulait dire qu’avant l’établissement d’une nouvelle circonscription, les habitants et surtout le seigneur devaient sur leurs ressources prévoir l’entretien du futur pasteur et dé l’église ; ils devaient veiller à ce que le curé de la paroisse-mère et surtout le patron ne soient pas lésés par ce changement, autrement dit ceux-ci devaient être assurés d’un dédommagement convenable. Parfois même on devait accepter que, dans un premier temps, la nouvelle paroisse soit tenue à une certaine dépendance religieuse vis-à-vis de l’ecclesia matrix.

  • 80 Voir plus haut note 52.

54Tout cela supposait beaucoup d’efforts et de palabres, de sacrifices pécuniaires et parfois de procès. Dans ces longues luttes s’affirmait déjà la présence d’un certain esprit communautaire, qui ne pouvait que se renforcer aussi bien avec le succès qu’avec une déception provisoire. C’est ce qu’on aperçoit très clairement dans les pièces de procédure relatives aux efforts du village d’Allennes-les-Marais pour se séparer vers 1200 de la paroisse d’Annoeullin80. Cette minuscule communauté avait réussi à intéresser le pape Innocent III à sa cause et à engager des avocats pour défendre sa thèse devant les juges pontificaux délégués. On possède les plaidoiries fort intéressantes des deux parties. Nous y avons déjà fait plusieurs emprunts ; mais ce qui doit nous frapper, c’est le courage et la détermination des habitants, qui visiblement forment déjà une unité, avant même toute création de paroisse. Il n’est pas sûr d’ailleurs qu’ils aient eu gain de cause à ce moment ; mais au xive siècle, lors des premiers pouillés, le village était sorti de son état de dépendance ecclésiastique.

  • 81 À Allennes-les-Marais, chapelle qui veut devenir paroisse, on enterre les morts, mais on n’adminis (...)
  • 82 Sur les nataux, cf. J. Dewert, « Les jours nataux » dans Revue belge de philologie et d’histoire, (...)

55La prépondérance de l’ecclesia matrix était l’une des formes de l’encadrement réalisé par la paroisse. Tous les lieux de culte en effet ne jouissaient pas du même statut. Dans les oratoires ou les chapelles – souvent cités parmi les appendicia des églises-mères – le culte n’était assuré qu’en partie, mais les limitations variaient d’un cas à l’autre81. En général on n’y célébrait ni les baptêmes, ni les sépultures et aux grandes fêtes de l’année, les fidèles devaient aller faire leurs devoirs à la paroisse principale. C’est ce qu’on appelait « les nataux », souvent jours de communion et, en tout cas, occasion de versement d’une petite taxe82. Ce rite périodique d’allégeance avait une force démonstrative considérable : il soulignait la cohésion des assujettis, mais en même temps leur insertion, leur encadrement dans une unité plus grande.

2. La paroisse, un lieu de conflit

  • 83 Cf. plus haut et notes 64, 65, 66.
  • 84 Cf. plus haut et note 22.

56L’encadrement ne signifie pas automatiquement l’adhésion, l’identité de sentiments, ni surtout la permanence dans ces dispositions. Il suffit pour s’en rendre compte de reprendre d’un point de vue nouveau la documentation présentée jusqu’ici, en y cherchant cette fois la réaction des populations. Il est évident que les villageois ont eu souvent dés relations difficiles avec les seigneurs ecclésiastiques et il ne faut pas oublier que la paroisse avait elle-même un certain visage seigneurial : elle possédait des dîmes, elle percevait des cens et des rentes, elle avait droit à certaines redevances fixées par la coutume et ce bruit d’argent autour de l’autel pouvait facilement dégénérer en aigres contestations. Le curé pouvait se heurter à de mauvais payeurs ou à des concurrents abusifs83. Les rentes servant d’assiette aux services funéraires avaient une fâcheuse tendance à s’éteindre84 et les comptes d’église du xve siècle sont pleins de mentions d’arriérés non payés.

  • 85 Cf. notre étude « Crime et châtiment » citée note 46.

57Mais c’est surtout avec les abbayes ou les chapitres détenteurs de grosses seigneuries que se produisaient les heurts les plus redoutables et les plus significatifs. Au xiie siècle, nous voyons surtout les avoués et les officiers domaniaux (maires et forestiers) au premier rang de l’offensive contre la richesse monastique. Les situations de droit n’étaient pas très claires et les moines avaient une réputation d’accaparement ; en conséquence ces puissants personnages se rendaient coupables de mille abus divers dont les paysans étaient les premières et innocentes victimes. Tout cela, nous le savons, ressort avec une grande netteté des recueils de miracles85. En dehors de ces temps de crise, le cours ordinaire des choses pouvait fournir son contingent de conflits : à propos, par exemple, des prélèvements faits par le seigneur ecclésiastique (cens, terrage, dîme, taille) ou de la réglementation de la vie rurale (bans saisonniers, rotation des cultures, droits d’usage) et toutes ces infractions étaient jugées par le tribunal local – celui du maire et des échevins – qui était la cour même du seigneur. Il est difficile d’apprécier la portée de toutes ces frictions.

  • 86 Voir H. Platelle, « Mœurs populaires dans la seigneurie de Saint-Amand d’après les documents judic (...)

58Au contraire il faut prêter une grande attention aux commotions populaires qui, semble-t-il, se produisent surtout à la fin du Moyen Âge. Dirigées contre des décisions ou des emblèmes du pouvoir seigneurial (et ici il s’agit d’un seigneur ecclésiastique), elles révèlent que quelque chose est apparu comme insupportable aux populations86. En voici quelques exemples tirés de la région rurale entourant Saint-Amand. En 1324 les habitants de six villages vinrent attaquer et détruire une écluse située sur la Scarpe, à l’orée du territoire de la ville. C’est que cet obstaculum aquae était trop élevé, provoquait des inondations en amont et entravait la navigation. Une sentence du Parlement en 1331 sanctionna ce coup de force, en obligeant les coupables à rétablir l’écluse et à payer une forte amende. Plus net encore est le cas de la mutinerie de Rumegies et de Saméon en 1490. Le dimanche 1er août, deux à trois cents personnes de ces villages, ameutés par quelques meneurs, vinrent en armes jusqu’à la ville pour exiger la libération d’un des leurs emprisonné le vendredi précédent. Cette foule tournoya confusément en ville, en menaçant l’abbé et en essayant de se rendre maîtresse de l’église. Tout finit dans les tavernes, ce qui n’empêcha pas plus tard une poursuite en Parlement.

  • 87 H. Platelle, « Une révolte populaire à Saint-Amand en 1356 » dans Actes du 101e congrès national d (...)

59L’épisode le plus révélateur se situe entre les deux précédents. En 1356 – au moment de la crise de la monarchie française – une véritable révolte populaire se produisit dans la Terre de Saint-Amand87, à l’occasion de l’établissement d’un nouvel impôt royal. Les mutins menacèrent de désavouer l’abbé – c’est-à-dire de choisir un autre seigneur (en l’espèce le comte de Hainaut) – parce qu’il ne les protégeait pas contre les exigences royales : parole frappante qui manifeste un mélange très humain d’attachement et d’hostilité. Le pouvoir seigneurial est parfaitement admis à condition de servir de bouclier contre les autres sources d’oppression. Nous pouvons peut-être donner à cet épisode une valeur symbolique.

3. La paroisse, un lieu d’intégration

60Il semble bien en définitive que le vouloir vivre ensemble, le sens communautaire l’emportaient sur les fractionnements et les oppositions. La paroisse rurale était un véritable lieu d’intégration. On ne voit pas que la population ait jamais refusé d’occuper les places de marguilliers ou de pauvriseurs, c’est-à-dire d’administrer la fabrique ou la table des pauvres. Or c’étaient là des postes de responsabilité puisqu’il fallait faire payer d’autres villageois et engager parfois de lourdes dépenses. C’était aussi de ces personnages que les curés touchaient une partie de leurs émoluments.

  • 88 R. van Caenegem, Les arrêts et les jugés (voir note 11) t. I, pp. 177-178. Nomain, Nord, arr. Doua (...)

61Dans certains cas, toute la communauté du village prenait directement en mains les affaires de la paroisse et de l’église. C’est qu’il s’agissait alors de dépenses considérables pour lesquelles une taille spéciale avait été établie. On voit ainsi en 1408 « les manants et habitants » de Nomain, qui devaient réparer leur clocher, engager des poursuites contre l’entrepreneur qui était en même temps le percepteur des tailles destinées à couvrir les travaux88.

62Ce mandataire indélicat avait en effet dissimulé certaines recettes et exagéré certaines dépenses. Les gens de Nomain obtinrent ainsi par deux fois sa condamnation, d’abord à Lille au Souverain Bailliage, puis à Paris au Parlement.

  • 89 Voir plus haut et note 48.
  • 90 8 mai 1269, acte reproduit dans R. Muchembled et G. Sivéry, Nos ancêtres les paysans. Aspects du m (...)
  • 91 À propos des « blanques-croix » voir plus haut note 31 et nos pages dans Histoire de Lille, I, 357 (...)

63Les fêtes villageoises, souvent liées à la liturgie, permettaient à cette unanimité de s’exprimer et de se renforcer. On les connaît mal, car en général elles n’apparaissent qu’à travers les livres de compte paroissiaux ou les documents judiciaires. On peut être sûr en tout cas qu’il y avait toujours la fête de la dédicace (origine de la ducasse), celle du saint patron et éventuellement celle du saint dont on possédait les reliques, mais qui n’avait pas la qualité de patron. Souvenons-nous de cette contestation entre le curé de Mouvaux et ses marguilliers à propos de l’apportus (c’est-à-dire de la quête) du jour de saint Germain, patron de la paroisse89. Ces festivités religieuses pouvaient être très chargées d’éléments profanes, qui suscitaient à l’occasion la réprobation des autorités supérieures. C’est ainsi que l’official d’Arras interdit en 1269 aux gens d’Aubigny-en-Artois d’organiser des danses et des ripailles autour des reliques de saint Killien, déposées pour la circonstance sur la grand-place90. Mêmes déviations au xvie siècle dans les processions de bancroix (« blanques croix ») qui se dirigeaient vers Seclin. Les gens d’Ennevellin accompagnés de leur curé prétendaient avoir le droit d’entrer à cheval dans l’église de Seclin et de faire ainsi le tour du chœur : c’était leur façon de « servir » saint Piat. L’évêque de Tournai, Jean Vendeville (1588-1592) interdit cette pratique, à la suite de quoi la paroisse d’Ennevellin cessa tout simplement de venir en pèlerinage91

  • 92 Cf. plus haut et note 52.
  • 93 9 avril 1229, voir plus haut note 28. Cappelle-en-Pévèle, Nord, arr. Lille, c. Cysoing ; Annoeulli (...)

64On entrevoit également au sein de cette communauté la préoccupation d’un service religieux de qualité. Il suffit, pour s’en rendre compte, d’écouter les requêtes visant à la création de nouvelles paroisses. Voici, par exemple, ce que disent vers 1200 les gens d’Allennes par la bouche de leurs avocats : « Selon la justice, la religion et le droit, nous pouvons et nous devons nous plaindre de ce que dans notre village nous sommes privés des offices divins et de ce que parfois des enfants meurent sans le sacrement de baptême »92. Cette même note se retrouve dans d’autres actes émanant cette fois de l’autorité épiscopale. Une charte de Gautier de Marvis du 9 avril 1229 constate que les habitants de Cappelle-en-Pévèle désirent avoir un prêtre « qui leur assurerait les biens spirituels avec un soin tout particulier » et pour cette raison veulent se séparer d’Annoeullin93. On ne peut douter de la sincérité des sentiments qui s’expriment en cette occasion et on découvre en même temps toute une conception du ministère du prêtre (qui ministraret spiritualia). Il est le médiateur religieux, celui qui, par les sacrements, apporte le salut à ses ouailles

65La cohésion paroissiale trouvait un ultime moyen d’expression dans les dispositions visant l’au-delà. Les fondations d’anniversaires, les sépultures à l’intérieur de l’église manifestaient la volonté de se rappeler au souvenir de la communauté, de maintenir un lien vital. La vanité pouvait jouer un rôle dans ces créations, mais, de toute manière, la paroisse s’affirmait comme une unité vivante réunissant les siens des deux côtés de la mort.

Conclusion

66L’essai qui précède relève à la fois de l’inventaire et de la tentative d’explication. D’une part, nous avons voulu faire un large dénombrement des éléments de puissance dont disposaient les hommes d’Église à la fois sur le plan spirituel et sur le plan temporel. Mais d’autre part nous avons cherché à montrer comment toutes ces parties étaient en interaction et finalement s’intégraient dans un organisme vivant. C’est ainsi que nous avons pu découvrir la réponse nuancée de la communauté rurale, puisque, selon les cas, la paroisse peut être vue comme un lieu de conflit ou un lieu d’intégration.

  • 94 C’est une question que se pose Y. Grava dans l’article cité note 3.

67Il manque une donnée essentielle à ce tableau, à savoir les hommes94. Quels ont été les hommes qui ont incarné ces pouvoirs, animé ces institutions, assuré les collaborations et les résistances ? L’interrogation porte d’abord sur les curés bien entendu, mais également sur leurs supérieurs directs, du doyen à l’évêque. Dans quelle mesure ces prêtres paroissiaux étaient-ils originaires du lieu ou de la région et quel était le niveau de leur famille ou celui de leur instruction ? Un problème analogue se pose à propos des marguilliers, pauvriseurs, échevins et maires. Selon toute vraisemblance, ce sont des notables locaux, mais dans quelle mesure tranchent-ils vraiment sur les autres villageois ? Il est difficile de répondre à de telles questions, car on ne possède que peu de données sur ces sujets et moins encore d’études. C’est pourtant en descendant à ce niveau qu’on découvrirait le visage humain du pouvoir religieux et sa véritable portée.

  • 95 Sur cette source, voir R. Godding, « Une œuvre inédite de Thomas de Cantimpré. La Vita Johannis Ca (...)
  • 96 Vita Johannis, II, 10, éd. R. Godding, 1981, p. 294. Fontaine-Notre-Dame, Nord, arr. et c. Cambrai
  • 97 Ibid., 119, p. 293. « Praedicaturus enim in populo, statim, ubi ascenso pulpito seu exedra primam (...)
  • 98 Wibald de Stavelot qui avait entendu saint Bernard le décrivait ainsi : « son corps émacié par les (...)

68Il est cependant un cas où le rôle de la personne apparaît dans une meilleure lumière et s’affirme avec force ; c’est lorsqu’il s’agit d’un de ces hommes de Dieu qui par leur charisme spirituel et miraculeux s’imposaient à l’admiration de tous. Les données du pouvoir religieux se présentaient alors tout autrement. Comment résister aux ordres de celui qui semblait marqué d’un signe et de qui on pouvait attendre un miracle ? Or de tels hommes se sont vus dans les campagnes au moment des réveils pastoraux liés aux chanoines réguliers ou aux religieux mendiants. Voici, par exemple, Jean de Cantimpré (mort entre 1205 et 1210), fondateur en 1183 d’une maison de chanoines réguliers aux portes de Cambrai95 Selon l’esprit de la Vita apostolica il est dévoré de zèle pastoral et prêche inlassablement non seulement dans son abbaye et à Cambrai, mais également dans les églises rurales des alentours. C’est ainsi qu’un jour, il arriva au village de Fontaine, « à deux milles de Cambrai », – juché sur les épaules d’un serviteur de haute taille, faute d’un véhicule nécessaire à ses infirmités. « Descendant alors de son cheval raisonnable l’abbé entra dans l’église. Le peuple était rassemblé – c’était en effet jour de solennité. Et par le don de Dieu, l’abbé prêcha avec d’autant plus d’efficacité qu’il y avait plus d’humilité dans la manière dont il avait été amené jusque-là »96. En un autre endroit, l’hagiographe déclare que ce saint homme n’avait qu’à paraître et ouvrir la bouche pour convaincre et amener au repentir97. Paroles de convention, pensera-t-on ? Il faut y regarder de plus près, car on possède sur saint Bernard des témoignages analogues en paroles et en action98. Ces cas extrêmes soulignent combien le coefficient personnel pouvait jouer dans l’exercice du pouvoir religieux et cette remarque de simple bon sens doit nous amener à relativiser toutes les généralisations en ce domaine.

Notes

1 Sur le texte du pape Gélase Ier (492496) - qui oppose l’auctoritas des pontifes et la potestas des rois, voir M. Pacaut, La théocratie, l’Église et le pouvoir au Moyen Âge, Paris 1957, pp. 23-24 et 228-229.

2 Voir une transposition de ce genre dans H. Hattenhauer, Das Recht der Heiligen, Berlin, p. 50 (le ch. II de cet ouvrage s’intitule Auctoritas).

3 Dans la zone ici considérée, il faut tenir compte non seulement et comme partout de la peste noire et de ses retours, mais également des destructions causées par les premières campagnes de la guerre de Cent Ans et par la lutte de Louis XI contre Charles le Téméraire et ses successeurs. Sur les événements de 1340, voir L. Carolus-Barré, « Benoît XII et la mission charitable de Bertrand Carit dans les pays dévastés du Nord de la France (Cambrésis, Vermandois, Thiérache) » dans Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, t. LXII, 1959, pp. 165-232 ; sur un épisode des guerres de Louis XI, cf. J. Deschamps De Pas, « Villages du sud de l’Artois ravagés par les Français en 1475 » dans Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, t. VI, 1re livraison, 1935, pp. 146-149.

4 La bibliographie sur la paroisse en général est immense. Voici au moins quelques synthèses commodes : J. Gaudemet, « La paroisse au Moyen Âge » dans Revue d’histoire de l’Église de France, t. 59, 1973, pp. 5-21 ; R. Metz, « La paroisse en France à l’époque moderne et contemporaine » Ibid. t. 60, 1974, pp. 269-295 et t. 61, 1975, pp. 5-24 ; J. Coste, « L’institution paroissiale à la fin du Moyen Âge. Approche bibliographique en vue d’enquêtes possibles », dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge et Temps modernes, t. 96, 1984, pp. 295-326 ; H. Platelle, « La paroisse et son curé jusqu’à la fin du xiiie siècle » dans L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Âge et jusqu’au concile de Trente (Actes du 109e congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984), Paris, C.T.H.S., 1985, pp. 11-26 et Fr. Rapp, « La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles du xive au xvie siècles », Ibid., pp. 27-43 (ces deux articles constituaient les rapports généraux d’orientation pour ce congrès). Comme études particulières très suggestives, voir Y. Grava, « Paroisses villageoises et communautés d’habitants. L’exemple médiéval de l’étang de Berre ( xiiie-xv  siècles) » Ibid., pp. 197-210 ; Fr. Rapp, « Communautés rurales et paroisses en Basse Alsace jusqu’à la fin du xvie siècle » dans Les communautés rurales (Recueils de la société Jean Bodin, tome 43, 4e partie), Paris, 1984, pp. 459-470. Ces deux volumes (L’encadrement… ; Les communautés…) contiennent beaucoup d’autres articles très utiles.

5 Gratien, Decretum, II, causa XII, q. 1, c. 7, dans P. L., t. 187, c. 884-885.

6 G. le Bras, Institutions ecclésiastiques de la chrétienté médiévale, Préliminaires et 1re partie, Livre I (A. Fliche et V. Martin, Histoire de l’Église, t. XII), Paris, 1959, p. 150 « l’exaltation des clercs », p. 171 « la fortune oscillante des laïcs ».

7 Sur la liturgie de l’ordination, cf. M. Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, 3 vol., Rome, 1938-1940. Sur les pouvoirs conférés au prêtre cf. t. I, pp. 134-137, II 341-351, III 364-371 Bien entendu le prêtre a le droit également de prêcher et de baptiser, mais ces ministères sont déjà ouverts au diacre.

8 Nous revenons plus loin sur le rôle du patron et de l’évêque (1ère partie, 5, « Le poids de la dépendance »).

9 J. Ramackers, Papsturkunden in Frankreich, Band III, Artois, Berlin, 1940, no 88.

10 Droit d’asile, 4 mars 1469 n.s., lettre de l’official de Tournai au doyen de chrétienté ; 5 mars 1469, lettre du doyen de chrétienté à l’official, Archives capitulaires de Tournai, dossier Baisieux. Baisieux et Tressin appartiennent tous deux au dép. du Nord, arr. Lille, c. Lannoy.

11 I. de Coussemaker, Cartulaire de l’abbaye de Cysoing, Lille, 188. (sic) p. 309. Louvil, Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

12 R. van Caenegem, Les arrêts et les jugés du Parlement de Paris sur appels flamands conservés dans les registres du Parlement ; t. I, Textes (1320-1453) dans Recueil de l’ancienne jurisprudence de Belgique – Verzameling van de oude rechtspraak in België, p. 386. Seclin, Nord, arr. Lille, ch.l.c.

13 Nous renvoyons ici au ms. Lille 795 (ancien 452) datant du xve siècle. C’est un recueil hagiographique, à la fin duquel on trouve des traités de piété sur les dix commandements, les 12 articles de foi, les sept sacrements, etc. La formule citée du commentaire des dix commandements fo 581 r°, cf. M. Devillers, Attitudes spirituelles au xve siècle d’après quelques manuscrits lillois, mémoire de maîtrise, dact., 1970, pp. 142-150.

14 Voir note 6.

15 Le monopole du curé en matière de confession est implicitement indiqué dans les statuts tournaisiens de 1366 au ch. III De poenitentia qui commence par le rappel du canon Omnis utriusque sexus, cf. J. le Groux, Summa statutorum synodalium… Tornacensium ; Lille, 1726, pp. 6-16, voir en particulier p. 15 « De his qui per decem annos non fuerint confessi suo curato, nec Eucharistiam acceperunt ». Les statuts de 1481 sont plus catégoriques encore (Ibid., pp. 87-88) : « Item praecipimus omnibus ecclesiarum parochialium rectoribus ut suos parochianos saepe moneant… ut frequenter ad confessionem accedant, ad minus semel in anno omnia peccata sua confiteantur suo proprio sacerdoti, scilicet rectori parochialis ecclesie vel alteri de ejus licentia. Qui quidem rector parochialis, ideo magis proprius dicitur esse sacerdos, quia non solum confessionem audit sed etiam ministrat sacramenta ».

16 J. le Groux, Ibid., pp. 12-15 (1366) et 88 (1481).

17 Voir P.C. Boeren, « Les plus anciens statuts du diocèse de Cambrai » dans Revue de droit canonique, t. III, 1953, pp. 1-32, 131-172, 377-415 et t. IV, 1954, pp. 131-158. Sur l’accueil à faire aux frères mendiants, 1953, p. 161 ; l’indignité de beaucoup de curés, p. 400.

18 Tournai, le Groux, pp. 23-24 (1366) ; Cambrai, Boeren, 1953, p. 161 (1238-1240).

19 Voir note 12.

20 Pour l’explication de ce genre de textes, voir L. Genicot, Une source mal connue de revenus paroissiaux : les rentes obituaires. L’exemple de Frizet, Louvain-la-Neuve, 1980, 258 p.

21 Archives de l’État à Mons, Obituaires no 43, obituaire de 1434 de l’église d’Onnaing. Voir aussi Jules Desilve, Histoire d’Onnaing, Saint-Amand, 1912, pp. 229 et 89. Onnaing, Nord, arr. et c. Valenciennes.

22 Voir à ce sujet H. Platelle, « Les fondations de messes à Saint-Amand à la fin du Moyen Âge » dans Revue Mabillon, 1964, pp. 1-14.

23 Cette requête se trouve imprimée comme pièce justificative dans J. Desilve, Histoire de Quarouble, Saint-Amand, 1909, pp. 244-245 (Onnaing et Quarouble n’ont longtemps formé qu’une seule seigneurie) Quarouble, Nord, arr. et c. Valenciennes.

24 P.C. Boeren, (voir note 16), 1953, pp. 405-407.

25 Cf. H. Platelle, La vie religieuse à Lille, pp. 366-367, dans L. Trénard, Histoire de Lille, t. I, 1970.

26 20 mars 1229 n.s., I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 123. Cysoing, Nord, arr. Lille, ch.l.c.

27 Cartulaire de Cysoing, p. 468. Bouvines, Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

28 D. Lambrecht, De parochiale synode in het oude bisdom Doornik gesitueerd in de Europese ontwikkeling. 11 de eeuw-1559, Bruxelles, Paleis der Academiën, 1983, 328 p.

29 Nous trouvons des allusions très nettes à ce synode paroissial dans les actes suivants : 19 févr. 1090, Ratbode, évêque de Noyon-Tournai, donne l’autel de Wervicq (E. Hautcoeur, Cartulaire de Saint-Pierre de Lille, t. 1, 1894, p. 13) ; 9 avril 1229, érection de la paroisse de Cappelle-en-Pévèle (A.P.V. Descamps, « Notice sur Walter de Marvis, évêque de Tournai » dans Mémoires de la société hist. et litt, de Tournai, t. I, 1853, p. 273) ; 21 oct. 1244, Procuration due par les églises d’Halluin et de Roncq (Hautcœur, Cartulaire…, 1, 289) ; vers 1290, synode paroissial à Bauvin et Provin (Archives de l’État à Tournai, cart. 73, fo 33 v°, cité par D. Lambrecht, p. 124, note 681). Tous les villages cités sont dans l’arr. de Lille : Wervicq dans le c. de Quesnoy-sur-Deule ; Cappelle-en-Pévèle, c. Cysoing ; Halluin et Roncq c. de Tourcoing ; Bauvin et Provin, c. Seclin.

30 26 mars 1349 n.s., Archives de l’État à Tournai, cart. 74, fo 133 v° ; Annœullin, Nord, arr. Lille, c. Seclin.

31 Sur ce sujet, cf. Th. Leuridan, « Statistique féodale du département du Nord. La châtellenie de Lille. Prolégomènes », Bulletin de la commission historique du Nord, t. XXI, 1898, pp. 231-242 ; D. Lambrecht, op. cit., pp. 275-288. Exercice du droit de senne par l’abbaye de Cysoing dans le village de Louvil, I. de Coussemaker, Cartulaire…, 380-389 (1450-1453 avec rappel d’actes de 1420-1427). Louvil, voir note 10.

32 Sur cette institution des bancroix ou croix-banales (« croix » voulant dire procession), cf. U. Berlière, « Les processions de croix banales » dans Académie royale de Belgique. Bulletin de la classe des lettres, 1922, pp. 419-446 ; A. Vanrie, « Les croix banales aux abbayes en Belgique au Moyen Âge » dans Contributions à l’histoire économique et sociale, t. II, 1963, pp. 7-27 (Université libre de Bruxelles, Institut de sociologie). Nous avons nous-même étudié les « blanques croix » de Seclin dans L. Trénard, Histoire de Lille, t. I, Lille, 1970, pp. 312-314 et 357-358.

33 Cf. plus loin à propos de « la religion festive ».

34 Cf. H. Platelle, « Mœurs populaires dans la seigneurie de Saint-Amand d’après les documents judiciaires de la fin du Moyen Âge » dans Revue Mabillon, 1958, pp. 20-39, spécialement 33-34 pour les pèlerinages judiciaires.

35 8 juillet 1437, cf. R. van Caenegem, Les arrêts… (voir n. 11), t. I, pp. 384-385. Herlies, Nord, arr. Lille, c. La Bassée.

36 Voir à titre de comparaison ce qui se passait à Saint-Amand, H. Platelle, La justice seigneuriale de l’abbaye de Saint-Amand, Louvain, 1965, p. 292 (le rôle de l’église paroissiale dans les affaires de justice).

37 Mat. VIII 9, à propos du centurion de Capharnaüm.

38 Exemple pour Liessies en 1313-1330, cf. J. Peter, L’abbaye de Liessies, Lille, 1912, p. 159, note 3.

39 10 juin 1248, I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 144.

40 Assistance au synode, Le Groux, 1366, p. 2 ; aux réunions des doyens, Ibid., 1481, p. 113.

41 Abbé Broutin, « Visites pastorales de l’évêque de Tournai en 1466 » dans Bulletin de la société d’études de la province de Cambrai, t. IV, 1902, pp. 76-82.

42 À titre de comparaison, bon exposé de ces problèmes dans R. Fietier, P. Gresser, R. Locatelli et P. Monat, Recherches sur les droits paroissiaux en Franche Comté au Moyen Âge, Les Belles Lettres, Paris, 1976 ; l’ouvrage comporte un dossier de textes et un commentaire.

43 Exemples concernant les paroisses à la collation de l’abbaye de Saint-Amand (H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand, Paris, 1962, pp. 307-308) ou l’abbaye de Liessies (J. Peter, L’abbaye de Liessies, Lille, 1912, p. 164) : en tout 13 exemples dont 11 se situent au xiiie siècle. Plus intéressante est cette bulle du 1 » juin 1263 d’Urbain IV adressée à l’évêque de Tournai. Le pape constatant que beaucoup de patrons prélèvent une part excessive des revenus paroissiaux ordonne à l’évêque de faire assigner aux curés une part suffisante de ces ressources. Le chapitre de Saint-Pierre de Lille s’opposa dans les formes à l’exécution de cette bulle, E. Hautcœur, Cartulaire de Saint-Pierre de Lille, I, 395.

44 J. Peter, l’Abbaye de Liessies, p. 163. Glageon, Nord, arr. Avesnes-sur-Helpe, c. Trélon.

45 Nous avons étudié le cas de ces chapelains ruraux dans L. Trenard, Histoire de Lille, t. I, p. 352. Les textes se trouvent dans Hautcoeur, Cartulaire…, I, pp. 86 et 148. Il s’agit des villages de Flers (intégré maintenant dans la ville de Villeneuve d’Ascq) et de Verlinghem, Nord, arr. Lille, c. Quesnoy-sur-Deule

46 Cf. H. Platelle, « Crime et châtiment à Marchiennes. Etude sur la conception et le fonctionnement de la justice d’après les Miracles de sainte Rictrude » dans Sacris Erudiri, t. XXIV, 1980, pp. 155-202. Nombreux exemples soulignant le rôle du moine-prévôt.

47 Cf. plus haut et note 41.

48 30 mars 1352 n.s., Archives de l’État à Tournai, cartulaire 74, fo 104. Mouvaux, Nord, arr. Lille, c. Tourcoing.

49 12 juin 1338, sentence du vicaire général de Tournai, Archives départementales du Nord, 12 H 3, fo 83 et v° ; Bibi. Nationale à Paris, Moreau, 229 (1). Thun-Saint-Amand, Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand.

50 J. Peter, L’abbaye de Liessies, p. 373. Dompierre, Nord, arr. et c. d’Avesnes-sur-Helpe.

51 « État bénéficial de la Flandre et du Tournaisis au temps de Philippe le Bon (1455) » dans Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. 35, 1909, pp. 433-439 (Introduction), 440-473 (décanat de Bruges) ; t. 36, 1910, 1-38 (déc. Gand) ; 151-168 (déc. Helchin) ; 245-304 (déc. Lille) ; 430-457 (déc. Oudenbourg) ; t. 37, 1911, 91-111 (déc. Roulers) ; 112-124 (déc. Seclin) ; 161-221 (déc. Tournai) ; 413-469 (déc. Waes et suppléments) ; t. 38, 1912, 5-47 (conclusion et tables) (déc. Lille, Seclin, Tournai…).

52 Ms. Boulogne-sur-Mer 119, fo 82-88, procès relatif à la requête du village d’Allennes-les-Marais désirant se séparer de la paroisse d’Annœullin (1198-1210/1212) (document communiqué par le prof. Gerbenzon). Allennes-les-Marais et Annœullin, Nord, arr. Lille, c. Seclin. Voici le passage sur les menues oblations : « Munera et munuscula que sepe dantur sacerdotibus in confessionibus et pro anniversariis interdum consueverunt excedere aliorum proventuum quantitatem ».

53 1590-1591, Relevé des biens des églises et des chapellenies, Archives capitulaires de Tournai, reg. 76, fo 141. Mouvaux, Nord. Arr. Lille, c. Tourcoing

54 État bénéficial (cf. note 51). Nous avons tiré ces observations des articles concernant le décanat de Tournai (44 paroisses décrites, dont 25 en France actuelle).

55 Baisieux, Nord, arr. Lille, c. Lannoy ; Beuvry, Nord, arr. Douai, c. Orchies. Ces paroisses relevaient du décanat de Tournai (pour les textes voir note 51).

56 Cf. H. Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand, passim (à l’index sous le nom de Lecelles : Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand).

57 Relevé des droits en tête du missel, cf. État bénéficial, 1911, p. 103 (à propos de la paroisse de Hertain, Belgique, dans le décanat de Tournai) statuts synodaux de Cambrai, de 1238-1240, cf. Boeren (voir note 16), 1953, p. 155.

58 À titre d’exemple, cf. H. Platelle, Le temporel…. p. 206.

59 À propos du « rachat » des dîmes par l’Église (ce terme « rachat » soulignant le droit primitif de l’Église en ce domaine), voir J. Viard, Histoire de la dîme ecclésiastique dans le royaume de France, Paris, 1912, spécialement pp. 139-144

60 18 déc. 1182, Archives capitulaires de Tournai, fonds Phalempin. Pont-à-Vendin, Pas-de-Calais, arr. Béthune, c. Lens ; Phalempin, Nord, arr. Lille, c. Pont-à-Marcq. Chapitre fondé en 1039, passé aux chanoines réguliers vers 1145.

61 Mai 1235, cf. E. Hautcoeur Cartulaire de Flines, Lille, 1873, t. I, p. 12. Cette abbaye de cisterciennes – appelée l’Honneur-Notre-Dame – fut fondée en 1234 près d’Orchies ; puis en 1252 la comtesse Marguerite la transféra à Flines-les-Râches à 10 km au nord-est de Douai.

62 On peut rapprocher de ce geste l’accord donné le 30 mai, 1290 par le curé de Tressin à l’acquisition d’une dîme sur sa paroisse par la même abbaye de Flines, Hautcœur, Cartulaire de Flines, 1, 307. Tressin, Nord, arr. Lille, c. Lannoy.

63 Juillet 1224, Archives capitulaires de Tournai, dossier Auchy-les-Orchies (Nord, arr. Douai, c. Orchies).

64 16 déc. 1409, Archives capitulaires de Tournai, dossier Bachy (Nord, arr. Lille, c. Cysoing).

65 15 févr. 1547, Archives capitulaires de Tournai, dossier Willems (Nord, arr. Lille, c. Lannoy).

66 Décembre 1254, Sentence concernant les dîmes de Landas, Hautcœur, Cartulaire de Flines, I, 100. Landas, Nord, arr. Douai, c. Orchies.

67 Archives capitulaires de Tournai, dossier Flines-les-Mortagne, 13 févr. 1249 (dans un vidimus de l’official de Tournai en date du 26 janv. 1321 n.s.) accord relatif aux dîmes de Flines-les-Mortagne, Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand.

68 2 nov. 1442, I. de Coussemaker, Cartulaire de Cysoing, p. 368. Auberchicourt, Nord, arr. et c. Douai.

69 16 mars 1371 n.s., Archives capitulaires de Tournai, dossier Bachy (voir note 64).

70 Cf. nos études sur les Miracles de sainte Rictrude : « Crime et châtiment » (voir note 46) et « La religion populaire entre la Scarpe et la Lys d’après les Miracles de sainte Rictrude » dans Alain de Lille, Gautier de Châtillon, Jakemart Giélée et leur temps, textes réunis par H. Roussel et F. Suard, (Actes du colloque de Lille, 1978), Presses universitaires de Lille, 1980, pp. 365-402.

71 Voir note 12, M. Devillers, Attitudes spirituelles…, p. 147.

72 Cf. note 70.

73 Sur la clamor liturgique et l’épisode d’Abscon, voir notre article « Crime et châtiment » (1980) pp. 179-180 et 201-202. Abscon, Nord, arr. Valenciennes, c. Denain.

74 Octobre 1286, appel de faux jugement dans une affaire intéressant Cantin et la justice de l’abbaye de Flines, Hautcœur, Cartulaire de Flines, 1, 275 ; mai 1306, recours à chef de sens, à propos d’une affaire intéressant Hornaing et la justice de l’abbaye de Cysoing, I. de Coussemaker, Cartulaire, 285. Cantin, Nord, arr. Douai, c. Arleux ; Hornaing, Nord, arr. Douai, c. Marchiennes.

75 Mars 1273 n.s., délimitation des droits de justice détenus au village de Camphin par le sire de Cysoing et le chapitre de Tournai, Archives capitulaires de Tournai, dossier Camphin-en-Pévèle, Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

76 6 mars 1240 n.s., procès entre l’abbaye de Cysoing et une veuve nommée Sara qui conteste la donation faite par son défunt mari, I. de Coussemaker, Cartulaire, p. 132.

77 23 août 1325, conditions posées par le chapitre Saint-Pierre de Lille à une fondation de messe dans l’église paroissiale de Marquette. Hautcoeur, Cartulaire de Saint-Pierre, t. II, p. 640. On pourrait citer beaucoup d’autres exemples.

78 Nous avons souligné ce fait pour la région de Lille dans « Les paroisses du décanat de Lille au Moyen Âge » dans Mélanges de science religieuse, t. XXV, 1968, pp. 67-88, 115-141. Mais il en va de même un peu partout. Il est impossible de citer ici tous les actes de fondation ou toutes les preuves indirectes révélant l’apparition de paroisses au xiiie siècle.

79 Th. Leuridan, « Statistique féodale du département du Nord. La châtellenie de Lille. Prolégomènes. » dans Bulletin de la commission historique du Nord, t. XXI, 1898, pp. 202-203.

80 Voir plus haut note 52.

81 À Allennes-les-Marais, chapelle qui veut devenir paroisse, on enterre les morts, mais on n’administre pas le baptême (voir note 50) ; à la chapelle de Vicq, créée en 1186 sur le territoire d’Escautpont, on fait les baptêmes mais non les cérémonies funèbres (cf. H. Platelle, Le temporel…, p. 308) ; à Péronne-en-Mélantois en 1107 l’émancipation est moins avancée encore. Le curé de Fretin – la paroisse-mère – vient y célébrer la messe le vendredi et le dimanche ; mais les baptêmes et les sépultures sont réservés à l’ecclesiamatrix (Archives capitulaires de Tournai, cartulaire C, fo 13 v°). Vicq et Escautpont, Nord, arr. Valenciennes, c. Condé-sur-Escaut ; Péronne-en-Mélantois, Nord, arr. Lille, c. Cysoing ; Fretin, Nord, arr. Lille, c. Pont-à-Marcq.

82 Sur les nataux, cf. J. Dewert, « Les jours nataux » dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. IX, 1930, 156-158 et « Jours nataux, jamas et temporat » Ibid., t. XIV, 1935, 863-875 ; Hécart, Dictionnaire rouchi-français aux mots Ato, Ataux, La taxe payée à cette occasion peut parfois fournir une indication sur la population de certaines paroisses, cf. notre estimation de la population de Lille en 1455, dans L. Trénard, Histoire de Lille, 1, 392.

83 Cf. plus haut et notes 64, 65, 66.

84 Cf. plus haut et note 22.

85 Cf. notre étude « Crime et châtiment » citée note 46.

86 Voir H. Platelle, « Mœurs populaires dans la seigneurie de Saint-Amand d’après les documents judiciaires de la fin du Moyen Âge » dans Revue Mabillon, 1958, pp. 20-39 (pour les épisodes de 1324 et 1490 voir pp. 35-36). Rumegies, Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand ; Saméon, Nord, arr. Douai, c. Orchies.

87 H. Platelle, « Une révolte populaire à Saint-Amand en 1356 » dans Actes du 101e congrès national des sociétés savantes, Lille, 1976, Paris, Bibl. Nationale, 1978, pp. 349-363.

88 R. van Caenegem, Les arrêts et les jugés (voir note 11) t. I, pp. 177-178. Nomain, Nord, arr. Douai, c. Orchies.

89 Voir plus haut et note 48.

90 8 mai 1269, acte reproduit dans R. Muchembled et G. Sivéry, Nos ancêtres les paysans. Aspects du monde rural dans le Nord-Pas-de-Calais des origines à nos jours (Publication du centre d’histoire de la région du Nord) Université de Lille III, 1981, p. 99 (commentaire de B. Delmaire) ; Aubigny-en-Artois, Pas-de-Calais ; arr. Arras, ch. 1. c.

91 À propos des « blanques-croix » voir plus haut note 31 et nos pages dans Histoire de Lille, I, 357-358. Ennevellin, Nord, arr. Lille, c. Pont-à-Marcq.

92 Cf. plus haut et note 52.

93 9 avril 1229, voir plus haut note 28. Cappelle-en-Pévèle, Nord, arr. Lille, c. Cysoing ; Annoeullin, Nord, arr. Lille, c. Seclin

94 C’est une question que se pose Y. Grava dans l’article cité note 3.

95 Sur cette source, voir R. Godding, « Une œuvre inédite de Thomas de Cantimpré. La Vita Johannis Cantipratensis », dans R.H.E., vol. LXXVI, 1981, no 2, pp. 241-316 et « Vie apostolique et société urbaine à l’aube du xiiie siècle » dans Nouvelle revue théologique, t. 104, nov.-déc. 1982, pp. 692-721.

96 Vita Johannis, II, 10, éd. R. Godding, 1981, p. 294. Fontaine-Notre-Dame, Nord, arr. et c. Cambrai.

97 Ibid., 119, p. 293. « Praedicaturus enim in populo, statim, ubi ascenso pulpito seu exedra primam in themate sermonis vocem dabat, omnes pene in lachrimas resoluti compungebantur. Gravitas namque vultus ejus et angelica quedam majestas in oculis mirifice virtutis gratiam preferebant, quam nullus fere intuentium sine confusione sui valebat effugere ».

98 Wibald de Stavelot qui avait entendu saint Bernard le décrivait ainsi : « son corps émacié par les jeûnes et les austérités du désert, sa pâleur lui donnent un aspect quasi spiritualisé ; la seule vue de cet homme persuade ses auditeurs avant qu’il ait ouvert la bouche… Voir un tel homme, c’est déjà s’instruire », cité par J. Leclercq, Saint Bernard et l’esprit cistercien (Les maîtres spirituels) Paris, 1966, p. 122.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search