Version classiqueVersion mobile

Présence de l’au-delà

 | 
Henri Platelle

Avant-propos

L’esprit de cette recherche

Texte intégral

1« Lire, un délice ; écrire, un supplice », cette formule célèbre, placée sous des patronages divers, définit bien les positions de l’auteur face à ce livre et face au public qui accepte de le lire.

2Cet ouvrage n’est pas le résultat d’un travail sur commande, d’un quelconque plan quinquennal. Il est le fruit d’une curiosité spontanée qui s’est nourrie de ses premières découvertes et qui s’est ainsi élargie et approfondie, en tenant compte aussi des voix venues d’au-delà des frontières.

3Le recueil regroupe dix-huit articles publiés depuis 1970. Ils sont distribués en trois parties, intitulées : I Mentalités religieuses (neuf articles), II Structures religieuses (quatre articles), III Modèles religieux : poésie et vérité (cinq articles). Le champ chronologique correspond au Moyen Âge, avec une préférence de fait pour le Haut Moyen Âge (avant l’an Mille) : mais on sait combien il est difficile de tracer des limites dans de tels domaines. Les sources sont innombrables et très diverses étant donné la véritable ubiquité de l’Église dans la vie sociale de cette époque.

4On peut relever à ce propos une remarque bien intéressante de Grégoire de Tours († 594), qui ouvre des perspectives sur une certaine conception de l’histoire. En tête d’un de ses livres intitulé Vie des Pères (entendons par là vingt évêques ou saints personnages de la Gaule du sud) il déclare avoir hésité sur la façon d’écrire le titre. Fallait-il mettre Vie au singulier ou choisir le pluriel ? Finalement il opta pour le singulier parce que « s’il y avait chez eux diversité de mérites et de vertus, cependant une même vie de corps les soutenait tous en ce monde ! » ; comprenons : « c’était le même Christ qui vivait en eux tous ». Cette vue avant tout mystique éliminait le problèmes des topoï (c’est-à-dire des développements convenus) qui n’était qu’une conséquence.

  • 1 Cité par Arnold Angenendt, Heilige und Reliquien. Die Geschichte ihres Kultes von frühen Christent (...)

5Un autre obstacle se dressait et se dresse toujours devant les explorateurs de l’univers hagiographique : ce sont les légendes qui ornent et déforment à plaisir tous ces tableaux. Depuis longtemps des critiques acerbes et parfois impitoyables ont été exprimées par les humanistes du xvie s. (Erasme) ou par les philosophes des Lumières ou de l’Aufklärung. La critique catholique n’a pas été la dernière à procéder à de telles révisions déchirantes, comme le prouve l’œuvre immense des Bollandistes (du nom de leur fondateur, le jésuite Jean Bolland + 1665). Mais la véritable réponse n’est pas là. La roue de l’histoire continue à tourner et les esprits si raisonnables appartenant à une époque donnée peuvent fort bien ne plus correspondre à certains éclairages nouveaux. Malgré tous leurs défauts et leurs arrière-pensées les Vitae, passions et recueils de miracles restent des documents religieux, au service d’une biographie spirituelle, dont le but dernier est de présenter le héros comme une réactualisation du Christ. Il devrait pouvoir dire à la manière de saint Paul (2 Tim. 4, 7) « J’ai combattu le bon combat et achevé ma course ». C’est alors que son dies natalis (naissance au ciel) peut prendre tout son sens. Naturellement tout le matériel historique déposé, volontairement ou non, dans les pages d’une Vita doit être recherché et exploité ; mais le message religieux demeure fondamental, au vrai sens de ce mot. Un théologien réformé (Hans-Martin Barth) a même déclaré que les « chrétiens sont aveugles et ingrats à l’égard de l’action de Dieu quand ils passent (indifférents) à côté des témoins et des témoignages de l’histoire de l’Église »1.

  • 2 A. Angenendt, op. cit., pp. 102-121.

6Une dernière remarque, en rapport direct avec ce qui va suivre. Les saints ont une double existence : tout d’abord au ciel dans la gloire de Dieu où ils jouissent pleinement de la vision béatifique (définition dogmatique datant de 1336, mais conforme à l’attente traditionnelle des fidèles) ; et en second lieu sur terre dans leurs reliques, portions d’un corps en attente de résurrection. Ces reliques toujours vivantes assurent une sorte de « présence réelle » du saint. Cette bipolarité est la base de l’invocation des saints et de la vénération de leurs reliques : deux puissants ressorts de la piété médiévale2.

7Ce culte rendu à un corps mort rappelle évidemment la notion antique du mort vivant dans son tombeau. Dans la période qui nous occupe les morts sont des personnes au sens juridique, ce sont des sujets de droits, des sujets de relations sociales ; autrement dit, ils restent présents parmi les vivants. Et l’on est ainsi amené à la notion de « communauté », qui est un concept clé pour la compréhension de l’Église ancienne. Cette association mystique entre vivants et défunts, mère de tous les échanges, c’est la « communion des saints », sans qu’on puisse bien distinguer dès l’abord s’il s’agit d’une participation aux sancta (sacrements et rites sacrés) ou de la congregatio des sancti, tous les croyants unis par le baptême et l’Eucharistie. Il est inutile de s’attarder davantage, d’autant plus que le premier article concerne précisément ce problème du mort-vivant.

8Pour finir, qu’il soit permis à l’auteur de revenir sur la formule initiale (« Lire, un délice ; écrire, un supplice ») et de souhaiter au lecteur de prendre autant de plaisir que lui-même a pris de peine pour donner à son texte toute l’évidence possible.

Notes

1 Cité par Arnold Angenendt, Heilige und Reliquien. Die Geschichte ihres Kultes von frühen Christentum bis zu Gegenwart, München, 1997, p. 131.

2 A. Angenendt, op. cit., pp. 102-121.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search