Version classiqueVersion mobile

Écriture et formation professionnelle

 | 
Maryvette Balcou-Debussche

Introduction

Texte intégral

« Un bon conseil : n’apprenez jamais à écrire aux gens. Vous ne pouvez pas prévoir ce qu’ils en feront... »
(
Lejeune Philippe, 1993 : 155)

1Les formations professionnelles préparent à l’exercice de diverses professions, mais force est de constater que les processus de mise en œuvre de cette préparation ne font pas l’objet d’un grand nombre de travaux scientifiques. Nous savons peu de choses sur la façon dont les étudiants se construisent au cours de leurs deux, trois, quatre années de formation, en particulier sur le plan professionnel.

  • 1 Ce livre est une version remaniée d’une thèse en Sciences de l’Éducation intitulée : « Pratiques sc (...)

2Dans les dispositifs de formation, les pratiques scripturales sont très nombreuses, tant du côté des étudiants que du côté des formateurs, des administratifs et des personnels de direction : ce sont ces pratiques d’écriture qui constituent l’objet de notre recherche. Notre ouvrage1 montre que les pratiques scripturales participent à la socialisation professionnelle des étudiants en même temps qu’à la construction de différenciations, y compris entre les groupes sociaux. L’apparition récente de nouvelles organisations du travail dans notre société rend de plus en plus nécessaire la compréhension des fonctionnements des acteurs et des structures. La formation professionnelle, en tant qu’interface entre le monde scolaire et celui du travail constitue-t-elle un système aux frontières fluides qui se laisse imprégner à la fois par les pratiques scripturales scolaires et par les valeurs et exigences professionnelles ? Est-elle plutôt un espace où naissent des formes spécifiques d’écrit, des usages particuliers de l’écriture ? Quelles sont les normes qui régissent l’existence de l’écrit, sa circulation, sa légitimation et quelles sont les fonctions de l’écriture qui sont reconnues ou valorisées ? Comment l’hétérogénéité des scripteurs est-elle gérée : reconnaissance, intégration, utilisation ou au contraire déni ? Lorsque l’on parle d’écriture, s’agit-il des particularités matérielles ou des caractéristiques propres à un locuteur particulier, lesquelles renvoient à ce que l’on nomme communément le « style » ? Fait-on référence à un phénomène social, spécifique de la culture de certaines sociétés, à un processus en cours de réalisation ou à un produit fini ?

  • 2 Les termes « organisation » et « institution » sont utilisés indifféremment tout au long de cet ouv (...)

3Jack Goody a caractérisé la différence entre l’organisation sociale des sociétés qui emploient l’écriture et celles qui ne l’emploient pas (Goody, 1977). Dans notre cas, nous nous inscrivons dans un espace social qui a déjà intégré depuis fort longtemps l’écriture dans la vie publique et celle des administrations. Nos questions sont donc à la fois proches et différentes de celles que Goody a pu poser. Elles sont proches dans la mesure où il s’agit pour nous de questionner ce que la présence de l’écrit modifie dans la formation professionnelle, ce qui nous conduit à analyser les avantages tirés par les scripteurs selon les places qu’ils occupent et le champ d’activité dans lequel ils évoluent. Elles sont différentes dans la mesure où, précisément, ce n’est pas un espace public que l’écriture contribue à façonner mais un espace de formation professionnelle dans lequel peuvent se construire des savoirs pratiques spécifiques, ce qui n’est pas sans conséquences sur les organisations sociales (Delcambre Pierre, 1997 : 94). L’écriture est un espace de médiation entre l’être humain et son environnement et lorsque la pratique scripturale est interrogée en tant qu’acte de construction de discours, de pensée et de rapports sociaux, c’est l’institution entière qui s’en trouve questionnée. En effet, s’intéresser à l’écriture en formation professionnelle est une façon d’analyser l’organisation2, le système hiérarchique, les compétences, les réussites, les conflits, les interdits, les exclusions et les paradoxes. De même, la façon dont chaque acteur s’approprie la tradition écrite ou, au contraire, en demeure exclu, est aujourd’hui un accès précieux à la reconnaissance de la place de l’homme dans l’organisation (Pène Sophie, 1995 : 105).

4L’écriture ne peut pas être réduite à un simple outil permettant la transcription de l’oral et il est intéressant de voir comment elle est instituée et gérée dans un espace où les nouvelles formes d’organisations des collectifs sont largement tributaires de la communication, dont la communication écrite. L’écriture de l’étudiant en formation professionnelle est plus qu’une activité liée au travail de l’étudiant : pour une large part, elle constitue le travail de l’étudiant. Elle est aussi plus et autre qu’un simple instrument de codage. À la fois modalité d’action et de changement des pratiques, elle est un lieu d’analyse des savoirs contextuels ainsi qu’un outil de réflexion et d’objectivation sur l’action. Constitutive de la culture organisationnelle des formations, la pratique scripturale met en jeu l’information, la communication, la programmation et l’évaluation. Constitutive aussi des relations humaines, y compris des sociabilités professionnelles, elle est un espace de mise en jeu des rapports énonciatifs, d’expression de la subjectivité, d’ouverture ou de repli sur soi, d’exercice du doute, de l’insécurité et de la séduction. Enfin, en tant que profondément ancrée dans les pratiques sociales, l’écriture est un lieu où se joue également l’exercice du pouvoir et où se confirment et se créent les certifications sociales ainsi que les significations symboliques. Dans cet ouvrage, nous analysons des pratiques scripturales diversifiées : « transcriptions » de cours, réécritures, mémoires professionnels, écrits produits pour les besoins de la recherche, écrits circulant dans les lieux de formation (projets pédagogiques, planifications…).

  • 3 L’île de La Réunion est un département français d’outremer, situé dans l’Océan Indien.
  • 4 Centre Hospitalier Départemental.

5Le terrain d’étude que nous avons choisi est celui de la santé, à l’île de La Réunion3, et s’il y avait matière à focaliser notre attention et nos centres d’intérêt sur les trois cent cinquante acteurs qui font « tourner » la formation professionnelle initiale dispensée au sein du CHD4, il apparaît nécessaire de faire une double lecture de ce terrain. D’un côté, il s’agit d’un espace qui s’intègre à un domaine bien plus vaste qui est celui des formations professionnelles en général : de multiples organismes dispensent des formations et notre population ne représente qu’une faible partie des étudiants concernés par ces dispositifs de préparation à la vie professionnelle. De l’autre, nous abordons le domaine de la santé, du médical et du paramédical, secteur qui présente des spécificités par rapport à d’autres lieux (industrie ou monde agricole, par exemple). L’étudiant en formation professionnelle est, dans le cas que nous avons choisi, inscrit dans une double logique : il doit se préparer à l’exercice d’une profession, ce qui le conduit à travailler l’acquisition de savoirs instrumentaux, mais il doit aussi se préparer à l’exercice d’une profession qui gère l’être humain dans toutes ses dimensions physiologique, psychologique et socioculturelle. En même temps, son entrée en formation professionnelle constitue un premier passage dans un système fortement hiérarchisé, qu’il s’agisse des relations entre les domaines médical et paramédical ou à l’intérieur du secteur paramédical lui-même. Dans le domaine de la santé, la formation professionnelle met donc en jeu des logiques différentes qui donnent lieu à des savoirs différenciés. Si ces savoirs se combinent et s’affrontent à la fois, l’écriture est autant constitutive de ces tensions qu’elle en est le reflet.

6La complexité des réalités sociales des lieux de formation nous oblige à mobiliser des savoirs issus de différentes disciplines mais c’est aussi la nécessité de prendre en compte le langage (dont le langage écrit) avec ses multiples alliances qui rend nécessaire le recours à plusieurs cadres théoriques. Les apports de l’anthropologie cognitive permettent de situer les pratiques scripturales comme des actes participant à une élaboration cognitive et à une construction identitaire (Goody, 1977). Les apports de la sociolinguistique et du courant de recherche interdisciplinaire « Langage et travail » nous invitent à considérer d’une part les pratiques langagières comme des pratiques sociales constitutives d’un rapport au monde (Bautier Élisabeth, 1995 ; Lahire Bernard, 1993) et d’autre part le langage comme un acte participant à la construction des collectifs de travail et des organisations sociales (Boutet Josiane, 1995 ; Grosjean Michèle & Lacoste Michèle, 1999). Les apports de la sociologie et plus spécifiquement de la sociologie médicale permettent d’envisager les organisations de santé en tant que lieux d’enjeux de pouvoir et de stratégies de négociation entre ces pouvoirs (Aïach Pierre & Fassin Didier, 1994 ; Peneff Jean, 1992). Bon nombre de scripteurs y évoluent, a priori, dans un contexte générateur de souffrance (Dejours Christophe, 1998). Enfin, les Sciences de la Communication fournissent des outils utiles pour saisir la circulation et la distribution de l’information à l’hôpital (ainsi que dans le Centre de Formation). Toutes les fois que cela est possible, des parallèles sont établis entre les résultats obtenus dans le domaine de la santé et d’autres univers de l’éducation ou de la formation.

  • 5 Par la suite, nous parlerons de l’IFSI (pour l’Institut de Formation en Soins Infirmiers), l’école (...)

7Nous faisons le choix de comparer et de mettre en relation les modes de fonctionnement de quatre systèmes de formation qui correspondent à des niveaux de qualification différents : l’Institut de Formation en Soins Infirmiers, l’école des Sages-Femmes, l’école des Aides-Soignants/Aides-Puéricultrices et l’école des Ambulanciers5. Chaque lieu de formation a une histoire contingente et un fonctionnement particulier qui interdisent les équivalences terme à terme, mais si nous utilisons néanmoins la comparaison, c’est parce qu’elle joue essentiellement comme un stimulant dont l’intérêt est de trois ordres : activer l’analyse, gagner en généralité et identifier la variation. Cependant, lorsqu’il s’agit de rendre compte de processus fins et de mettre en évidence les liens qui existent entre le rapport à l’écriture, la formation professionnelle et les pratiques professionnelles, nous centrons le plus souvent notre analyse sur les infirmiers. D’une part, il s’agit d’une profession qui, actuellement, est confrontée à des mutations importantes. D’autre part, c’est l’IFSI qui totalise le plus grand nombre d’étudiants parmi les quatre systèmes de formation professionnelle analysés (166 étudiants, soit 57 % des étudiants accueillis dans le Centre de Formation). Enfin, c’est une profession sur laquelle il est d’ores et déjà possible de réunir une documentation variée et des recherches utiles à notre travail.

 

8L’ouvrage se décline en sept chapitres. Le premier permet de définir le champ de notre recherche ainsi que quelques orientations relatives aux analyses des pratiques scripturales. Le second permet de considérer le rapport au temps qui se construit à travers les pratiques d’écriture, dont les « transcriptions » de cours et les réécritures qui s’effectuent en dehors du temps de formation. Le troisième chapitre aborde les pratiques d’écriture en tant que constitutives de la construction de rapports différents à l’appropriation de savoirs. Le chapitre suivant permet de mettre en évidence des différenciations relatives aux constructions identitaires des scripteurs. Nous y analysons les rapports à la créativité, à l’efficacité et à l’insécurité. Dans le cinquième chapitre, nous abordons la question du rapport entre l’écriture et l’action professionnelle en essayant de voir comment les étudiants saisissent et travaillent cette relation durant leur formation, notamment à travers l’élaboration du mémoire professionnel. Le sixième temps est consacré à la dimension collective et communicationnelle. Enfin, la dernière partie est l’occasion d’un travail de la dimension symbolique des pratiques scripturales et de la construction, à travers elles, des stratifications sociales.

9En prenant comme fil conducteur l’écriture dans la formation professionnelle, cet ouvrage propose et met en œuvre une démarche d’analyse qui se veut utile pour les formateurs et les chercheurs qui développent une réflexion sur les pratiques langagières et la place de la communication écrite dans les collectifs de formation professionnelle ou de travail.

10L’ampleur des questions relatives aux pratiques différenciatrices de l’écrit au sein des instances de formation des professionnels de santé permet de considérer que les résultats de cette recherche sont intéressants et utiles au-delà du terrain réunionnais. Des connaissances sont apportées sur les représentations des formateurs et étudiants à propos des pratiques scripturales, sur l’usage quotidien de l’écriture par les étudiants et sur le mémoire professionnel, largement répandu dans toutes les formations professionnalisantes. L’ensemble de ces connaissances dépasse non seulement le terrain réunionnais, mais aussi le secteur de la santé.

11L’ouvrage s’adresse ainsi aux acteurs des institutions de formation et de manière plus générale, d’autres organisations dans lesquelles l’écriture est utilisée : étudiants, formateurs ou administratifs cherchant à comprendre les enjeux des pratiques d’écriture mises en œuvre dans les institutions de formation professionnelle et se préparant à évoluer dans des lieux où ils occuperont des places différentes, mobilisant plus ou moins les actes d’écriture.

Notes

1 Ce livre est une version remaniée d’une thèse en Sciences de l’Éducation intitulée : « Pratiques scripturales en formation professionnelle : construction des modes de socialisation et des stratifications sociales ». Cette thèse a été soutenue en novembre 2001 à l’université d’Amiens, devant un jury composé de Françoise Ropé (directeur), Élisabeth Bautier, Véronique Leclercq, Nicole Lautier et Jacky Simonin.

2 Les termes « organisation » et « institution » sont utilisés indifféremment tout au long de cet ouvrage. Nous faisons référence aux caractéristiques suivantes : division des tâches, distribution des rôles, système d’autorité, système de communications et système de contribution/rétribution (Bernoux Philippe, 1985).

3 L’île de La Réunion est un département français d’outremer, situé dans l’Océan Indien.

4 Centre Hospitalier Départemental.

5 Par la suite, nous parlerons de l’IFSI (pour l’Institut de Formation en Soins Infirmiers), l’école des SF (pour l’école des Sages-Femmes), l’école des AS/AP (pour l’école des Aides-Soignants/Aides-Puéricultrices).

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search