Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie du pouvoir dans l’espace visigothique

 | 
Céline Martin

Troisième partie. Un royaume sanctuaire

Chapitre V. Des frontières fondatrices

Texte intégral

  • 3 Cf. Claude Nicolet, « L’Empire romain : espace, temps et politique », Ktema, 8 (1983), pp. 163-173 (...)

1Avant d’étudier les frontières du royaume de Tolède il est indispensable de préciser quelques points sur la notion de frontière dans l’Antiquité. Une bonne approche de cette question consisterait à s’intéresser aux conceptions cartographiques des Romains, qui constituaient en la matière l’essentiel du bagage théorique des hommes cultivés de l’Antiquité tardive3.

  • 4 Cf. Friedrich Ratzel, Géographie politique. Trad. de P. Rusch sous la dir. de Ch. Hussy, Genève-Par (...)
  • 5 Peter Brown, L’essor du christianisme occidental, Paris, 1997, p. 20.
  • 6 René Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique mineure : renseignement, contrôle, pénétration (...)

2Les géographes distinguent aujourd’hui deux types de frontière, la frontière linéaire (boundary, Grenzlinie) et la frontière zonale (frontier, Grenzraum, marche). La première est celle qui, en droit, sépare les États modernes : ligne imaginaire tracée sur une carte, qui plus est souvent d’une manière arbitraire, elle n’en a pas moins des effets juridiques d’importance capitale. La seconde correspond davantage à la réalité vécue de la frontière : dotée de profondeur, elle marque une séparation graduelle et non pas instantanée entre les populations qui, aux confins, vivent au contact les unes des autres4. Dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge la frontière linéaire était l’exception ; là où elle existait il serait plus exact de parler de pointillés que de ligne imaginaire5. L’absence de moyens techniques, le petit nombre de voies de communications rendait en effet à la fois impossible et inutile un contrôle en tous ses points de l’interface frontalier. Bien souvent également le contrôle avait lieu en des positions avancées par rapport à la frontière, et non à son passage. Ainsi l’armée romaine, en combinant l’espionnage, la diplomatie et un large contrôle des allées et venues, parvenait-elle à surveiller un glacis et non pas un front6. C’est pourquoi les atlas ou les cartes historiques qui prétendent retracer des frontières linéaires entre les États de l’Antiquité tardive souffrent d’un défaut fondamental : celui de chercher à reconstituer un objet qui n’a, bien souvent, jamais existé.

  • 7 Cf. Jean-Michel Carrié, « 1993 : ouverture des frontières romaines ? », Frontières terrestres, fron (...)
  • 8 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes and Limitanei », Journal of Roman Studies, 78 (198 (...)
  • 9 David Olster, « From Periphery to Center : The Transformation of Late Roman Self-Definition in the (...)
  • 10 Pol Trousset, « La frontière romaine et ses contradictions », La frontière, Travaux de la Maison de (...)
  • 11 Thèse présentée par Paul Veyne (« Y a-t-il eu un impérialisme romain ? », M.E.F.R.A., 87 (1975), pp (...)

3Depuis plusieurs années les chercheurs ont manifesté un intérêt tout particulier pour la frontière romaine, sa nature et sa signification. Des nombreuses publications récentes qui lui ont été consacrées se dégagent certains caractères qui sont à retenir, en raison des similitudes qui rapprochent la frontière romaine et la frontière visigothique. La frontière impériale était avant tout une frontière « ouverte », non pas au sens économique – il existait en effet un contrôle réel des échanges frontaliers, certains produits faisant l’objet d’interdictions d’exportation – mais bien au sens militaire7. Une telle ouverture remet notamment en cause des décennies d’historiographie consacrée au limes, terme qui ne fut jamais employé dans l’Antiquité dans le sens, aujourd’hui classique, de « frontière fortifiée »8. Les frontières de l’Empire étaient en outre dénuées de valeur politique à proprement parler, les seules frontières de portée juridique certaine, et donc clairement démarquées, étant celles des provinces impériales. L’identité romaine recelait en effet un important paradoxe : sa prétention à l’universalité, celle d’occuper tout l’œkoumène, coexistait avec le refus absolu de se mélanger aux peuples non romains, les « barbares »9. Ce paradoxe, qui fut légué par Rome à Byzance malgré le rétrécissement, difficile à masquer, de l’Empire10, était peut-être dû en partie au fait que Rome s’était forgé un solipsisme diplomatique qui lui interdisait d’établir des relations d’égal à égal avec ses voisins11. Si l’on veut réellement comprendre la prétention universaliste de Rome il convient donc de renverser la proposition selon laquelle l’Empire occupait l’ensemble du monde peuplé ; en réalité, l’œkoumène était l’Empire, quelle que fût l’étendue de celui-ci. Au-delà du nomen romanus ne s’étendaient que des parages inhumains et sans intérêt. Il va sans dire que de telles conceptions ne se fondaient pas sur la réalité géographique, mais demeuraient totalement abstraites. À Rome comme dans le royaume de Tolède, la perception du territoire demeurait globale, synthétique, et ne tenait pas compte de chacune de ses composantes, mais uniquement de sa physionomie d’ensemble. Cette affirmation générale est particulièrement vraie dans le cas des frontières, qui n’étaient pas considérées, spatialement, dans chacun de leurs segments, mais plutôt comme un tout signifiant.

  • 12 Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford, 1990.

4Or la signification des frontières était essentiellement religieuse. Elles n’étaient pas définies par les hommes, mais bien par la divinité, qui exprimait sa volonté par le biais d’éléments naturels tels que les chaînes de montagne et les fleuves. C’est là la raison de la prédilection antique pour les frontières naturelles. Cette préférence n’était pas due à des soucis de stratégie militaire, car une frontière naturelle était souvent ressentie comme plus difficile à défendre qu’un autre type de limite. Les forêts, les montagnes et les déserts constituaient en effet souvent un refuge pour les tribus de pillards qui hantaient les limites ; le choix d’une frontière « naturelle » leur facilitait la tâche, entravant les expéditions punitives, et leur garantissant un abri sûr à proximité des bornes de l’Empire. L’idée d’une mise à profit d’un obstacle naturel pour la défense semble être demeurée étrangère aux conceptions militaires romaines. La seule défense envisagée contre les incursions barbares était l’attaque préventive de l’autre côté de la frontière, c’est-à-dire au-delà du fleuve ou du massif montagneux marquant la limite12.

  • 13 Elle a d’ailleurs en partie survécu jusqu’au début du XXe siècle, dans les conceptions déterministe (...)

5Si donc les Romains insistaient tant sur le caractère naturel de leurs frontières, ce n’était pas pour des raisons stratégiques, mais en vertu de la croyance dans le nécessaire bien-fondé de celles-ci, que la nature avait en quelque sorte dessinées pour eux par avance. De même que Romulus et Remus furent nourris, enfants, par la nature elle-même sous l’apparence d’une louve, les limites de l’Empire étaient tracées providentiellement par l’action des éléments. L’idée que l’individualité d’une région et d’un peuple était conformée par des limites naturelles était universellement partagée dans l’Antiquité13. Elle était toujours présente dans le royaume de Tolède, et elle subsiste dans l’introduction d’un manuel de géographie du haut Moyen Âge certainement produit dans une ambiance intellectuelle visigothique, le Situs orbis terre uel regionum :

  • 14 Situs orbis terre uel regionum, éd. p. Gauthier Dalché, Revue d’Histoire des Textes, 12/13 (1982-19 (...)

« Si tu veux connaître sans erreur la situation des différentes régions de l’univers entier, les quatre parties du monde (...), et, sans te tromper, savoir comment les provinces s’unissent les unes aux autres, c’est-à-dire quels sont les fleuves qui les entourent, quels sommets montagneux marquent leurs débuts, et quelles mers leur fin, tu trouveras quelque intérêt dans l’exposé suivant »14.

6L’importance des frontières naturelles tenait ainsi au caractère sacré de toutes les limites : elles définissaient, d’une manière transcendante, le territoire dévolu par les dieux, puis par Dieu, à chaque peuple de l’univers. Le royaume de Tolède hérita en ce domaine d’une partie des conceptions romaines, tout en s’en écartant sur certains points. Le caractère le plus remarquable des frontières du royaume visigothique est leur vocation à définir une unité fermée sur elle-même, contribuant ainsi à façonner son identité. C’est pourquoi, après en avoir suivi le tracé, nous définirons le plus précisément possible la nature et la portée des frontières du royaume visigothique, abordant en dernier lieu la question de l’existence éventuelle de frontières intérieures.

1. Le tracé des frontières visigothiques et les voisins du royaume de Tolède

  • 15 Isidore de Séville, De Laude Spaniae, éd. C. Rodríguez Alonso, Las Historias de los Godos, Vandalos (...)

7En apparence les frontières du royaume de Tolède semblent d’une grande simplicité, puisque celui-ci coïncidait grossièrement avec la Péninsule ibérique. La Louange de l’Espagne d’Isidore de Séville, en célébrant l’union désormais indissoluble entre la province romaine d’Hispania et le peuple goth, établit une équivalence idéale qui, dans les faits, n’était qu’approximative entre la Péninsule et le royaume visigothique15. Aussi la description des limites d’Hispania que donne Isidore dans les Étymologies constitue-t-elle également une description des frontières de l’État visigothique :

  • 16 Id., Étymologies, XIV, 4, 28. La situation septentrionale des Pyrénées que donne ici Isidore est di (...)

« Elle se situe entre l’Afrique et la Gaule, au nord elle est fermée par les monts Pyrénées, et elle est bornée de toutes parts par la mer sur les autres côtés... »16.

  • 17 Id., Étymologies, XIV, 8,5.

8L’Hispanie est, selon ce tableau, sentie comme une unité aux frontières nettement marquées par des éléments naturels : les Pyrénées, la mer et l’océan. Cette unité est fermée sur elle-même (clausa, conclusa) ; le thème rhétorique de l’enfermement d’une région ou d’un pays était très répandu dans l’Antiquité tardive, et a parfois été interprété dans un sens trop littéral. Plus avant dans le texte d’Isidore les Pyrénées sont d’ailleurs explicitement comparés à une muraille artificielle dressée entre la Gaule et l’Hispanie : « Les Pyrénées (...) sont une fortification qui se dresse entre la Gaule et l’Hispanie, comme par un fait exprès »17.

9En dépit du « bouclage » apparent de ses limites, le royaume visigothique possédait quelques voisins, à l’intérieur et hors de l’Hispanie proprement dite. Le tracé de ses frontières a fait l’objet de plusieurs études, avant tout, d’une manière assez logique, du point de vue de l’archéologie, ce qui représente assurément sur cette question l’approche la plus fructueuse. Même fermées en apparence, les frontières visigothiques n’en étaient pas moins des interfaces susceptibles de permettre des contacts avec d’autres peuples. Au nord, de l’autre côté des Pyrénées, se trouvait la Gaule mérovingienne, avec laquelle la monarchie visigothique entretenait traditionnellement des relations houleuses. Dans le Levant de la Péninsule demeurèrent stationnées pendant des années des unités militaires byzantines ; enfin, les fameux « peuples du nord », Vascons essentiellement, constituaient une sorte de « voisin intérieur » et jouaient un rôle important dans la définition que donnait de lui-même le royaume visigothique. Nous n’aborderons pas en revanche la question des frontières avec le royaume suève de Gallaecia, qui, détruit en 585 par le roi Léovigild, ne concerne le royaume de Tolède que d’une manière accessoire.

Les frontières gauloises

  • 18 Nomina hispanarum sedium seu Prouinciale Visigothicum, éd. F. Glorie, C.C. Series Latina CLXXV, Tur (...)
  • 19 Notitia Dignitatum, éd. O. Seeck, Francfort, 1876, rééd. 1983, p. 272.

10Le territoire visigothique commençait au nord des Pyrénées, puisque le royaume de Tolède comprenait une partie de l’ancienne Gaule Narbonnaise. La comparaison de la liste des évêchés visigothiques déduite de la collection des conciles hispaniques et du Prouinciale Visigothicum18 avec la Notitia Galliarum permet de connaître la portion de Narbonnaise qui échappait au contrôle des rois de Tolède. La Notitia Galliarum, document élaboré au IVe ou au Ve siècle et transmis par le même codex que la Notita Dignitatum, recense pour cette province de Narbonnaise Première les ciuitates et castra suivants : Ciuitas Tolosatium. Ciuitas Beterrensium. Ciuitas Agatensium. Ciuitas Magalonensium. Ciuitas Nemausensium. Ciuitas Luteuensium. Castrum Uceciense19.

  • 20 D’après les conciles et le Prouinciale Visigothicum la Narbonnaise visigothique comprenait les sièg (...)
  • 21 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VII, 9.
  • 22 Ibid., VIII, 45 et IX, 31.

11Deux des cités de la Notitia ne figurent pas dans la liste épiscopale visigothique20 : Tolosa (Toulouse) et Ucetia (Uzès). Ces deux cités, que ne mentionne aucune source visigothique, n’appartinrent visiblement jamais au royaume de Tolède. Toulouse était, de fait, la première cité au-delà de la frontière visigothique. C’est là que la princesse Rigonthe, en marche pour épouser Reccarède, fit halte pour remettre en état son équipage21, et ne pas être, par son désordre, la risée des Goths dont elle allait devenir la reine. Toulouse était aussi la base de départ des attaques visant la province visigothique, et en particulier, via le seuil du Lauragais, de celles qui avaient pour cible Carcassonne, la première cité aux mains des Goths. C’est ainsi qu’en 586 le duc Didier, dirigeant une expédition franque contre les Goths, partit de Toulouse et fut tué dans l’attaque de Carcassonne. Trois ans plus tard le roi Gontran de Burgondie envoya son duc Austrovaldus prendre possession de Carcassonne avant de se tourner vers le reste des cités gothiques22.

  • 23 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, XXVIII.
  • 24 Michel Rouche, L’Aquitaine des Visigoths aux Arabes, 418-781 : naissance d’une région, Paris, 1979, (...)

12Carcassonne semble avoir changé plusieurs fois de mains au cours du VIe et du VIIe siècle. Si à l’époque de Léovigild elle appartenait au domaine visigothique, puisqu’elle était la cible des attaques franques, en 589 elle prêta serment de fidélité à Austrovaldus pour le roi Gontran. Nous ignorons si cette allégeance fut durable ; en 633 Carcassonne participa en tout cas, comme siège de l’Église visigothique, au IVe concile de Tolède. Le prélat de Carcassonne se rendit également à Tolède en 653 (Tolède VIII) et en 683 (Tolède XIII) ; pourtant en 673 l’expédition punitive du roi Wamba en Narbonnaise ignora curieusement Carcassonne. Il est probable que cet oubli (Carcassonne n’est citée ni dans l’Histoire de Wamba, ni dans le Jugement sur la perfidie des usurpateurs qui fait le compte de tous les prisonniers obtenus dans chaque place révoltée) signifie que Carcassonne ne relevait pas à ce moment-là de la juridiction visigothique. Sans doute appartenait-elle alors au duché d’Aquitaine dont le duc Loup tenta, mollement, une attaque contre Wamba lors de son retour triomphal en Hispanie23 ; Loup était peut-être l’allié déclaré du rebelle Paulus24. Dix ans plus tard pourtant, au moment du XIIIe concile de Tolède, Carcassonne avait réintégré le giron visigothique. Sa versatilité est la marque d’une ville-frontière, au sens d’une ville située près des confins, dernier pôle à l’appartenance définie au sein d’un vaste espace de nature indéterminée. La frontière visigothique ne saurait donc être définie comme une ligne, mais comme une étendue dotée d’épaisseur. Les deux cités frontalières, Toulouse et Carcassonne, étaient séparées par près de cent kilomètres. Ainsi, le contact entre les deux royaumes n’était pas direct, mais rendait possible un certain flou, caractéristique d’un espace incomplètement investi par les structures politiques existantes.

La frontière Narbonnaise

La frontière Narbonnaise
  • 25 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VIII, 30 : Reccarède a sans doute surtout pillé Beaucair (...)
  • 26 Edward James, « Septimania and its Frontier : An Archaeological Approach », Visigothic Spain : New (...)

13La province que les Francs appelaient Septimanie prenait probablement fin, au nord, au pied de la Montagne Noire et à la naissance des Causses et des Cévennes – régions difficiles et peu urbanisées, propres à conformer des marches. Uzès ne tomba visiblement jamais sous la tutelle visigothique, et la limite entre Francia et Gallia était très certainement dessinée, au nord de Nîmes, par le cours du Gardon. La souveraineté visigothique ne s’étendait sans doute pas jusqu’au Rhône, puisque la conquête par Reccarède d’Urgernum (Beaucaire), forteresse dominant la rive droite, est rapportée comme un fait exceptionnel25, et qu’Arles ne fut jamais visigothique. Nîmes et ses alentours immédiats constituaient donc la région la plus extrême de la province visigothique, qui s’étendait peut-être, au sud-est, jusqu’aux franges de la Camargue26. Entre Carcassonne et Nîmes la fin du territoire goth était marquée par la cité de Lodève, qui envoya des représentants aux conciles de Tolède depuis 589 jusqu’à 683.

  • 27 Edward James concluait son étude de la Septimanie sur l’idée d’un isolement essentiel de l’Hispanie (...)
  • 28 Gisela Ripoll, « Las relaciones entre la Península Ibérica y la Septimania entre los ss. V y VIII, (...)

14Il est difficile de définir plus précisément la frontière séparant la Gaule franque de la Gaule visigothique, non pas à cause de la dépopulation de la province, qui fut particulièrement affectée par les vagues de peste, mais en raison du caractère en quelque sorte intermittent de la domination du territoire. Si l’allégeance de telle ou telle cité pouvait en effet être énoncée de façon claire, l’appartenance du territoire rural demeurait beaucoup plus incertaine. L’image proposée par Edward James d’une mer rurale sur laquelle émergeaient les îles de quelques cités narbonnaises27 est donc suggestive si l’on en modifie le sens. Cette « mer » n’était pas un désert humain, mais une vaste zone indécise d’où émergeaient quelques pôles à la souveraineté affirmée. L’existence de contacts transfrontaliers, prouvant que les confins de Septimanie n’étaient pas une zone dépeuplée, semble aujourd’hui indéniable, les données archéologiques disponibles ayant beaucoup progressé depuis les années soixante-dix. Les fouilles de nécropoles visigothiques en Languedoc et Roussillon ont mis en évidence à la fois de grandes similitudes avec les nécropoles de la Péninsule ibérique et la présence d’objets d’ornement personnel répandus jusqu’en Normandie, en Champagne et au nord de la Gaule28.

15Il est possible en résumé de retenir l’idée d’une frontière floue séparant la Gallia visigothique du reste de la Gaule, mais ce flou paraît tenir beaucoup plus à la signification même du concept contemporain de frontière qu’à des raisons conjoncturelles de dépopulation dans l’ancienne Narbonnaise.

La frontière de la zone byzantine

  • 29 Averil Cameron, The Mediterranean World in Late Antiquity, London, 1993, p. 121.
  • 30 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLII.
  • 31 Ibid., LXII.

16Justinien déclencha au début des années 550 une intervention armée en Hispanie, à partir de la base africaine de Septem (Ceuta), et en réponse à l’appel du noble visigothique Athanagild, qui s’était soulevé contre le roi Achila. Les troupes byzantines dépêchées en Hispanie étaient à l’origine commandées par le vieux patrice Libère, puis un magister militum fut placé à la tête de la zone reconquise. L’Empire ne se livrait sans doute pas ainsi à une tentative de reconquérir la Péninsule ibérique, comme cela avait été le cas en Italie et en Afrique, mais plutôt à l’une de ces « attaques préventives » à visée défensive dont la diplomatie romaine des armes avait la spécialité29 : Septem avait en effet été très directement menacée par Theudis en 54730. La création d’une poche d’occupation impériale dans la Péninsule ibérique était, pour Byzance, un moyen d’éviter un nouveau débarquement visigothique sur la côte africaine. Le domaine occupé par l’Empire se rétrécit ensuite au fil des années, pour ne plus inclure que « quelques villes » (urbes residuas)31 dont le roi Suintila expulsa finalement les Byzantins en 625. Le nom de ces dernières cités n’est pas connu.

  • 32 La première tentative dans ce sens fut le fait de Paul Goubert (« Byzance et l’Espagne visigothique (...)
  • 33 Margarita Vallejo Girvés, Bizancio y la España tardoantigua (ss. V-VIII). Un capítulo de historia m (...)
  • 34 Grégoire le Grand, Registre des lettres, XIII, 46-48-49. Cf. Margarita Vallejo Girvés, « Bizancio a (...)
  • 35 Grégoire de Tours, In Gloria Confessorum, XII, P.L. 71, col. 828-910.

17Pendant trois quarts de siècle une portion du sud-est de la Péninsule ibérique ne releva donc pas de l’autorité visigothique, sans que les sources permettent de délimiter concrètement la frontière qui séparait les possessions byzantines du royaume de Tolède32. La présence ou l’absence des évêques de la région aux conciles de Tolède pourrait certes constituer un indice quant à leur appartenance ecclésiastique. Il est par exemple possible de déduire, de l’absence de l’évêque de Dianium (Denia) aux conciles généraux du début du VIIe siècle, que cette cité relevait alors de Carthagène, et appartenait donc à la province byzantine. Néanmoins une telle méthode comporte des risques importants, compte tenu des nombreuses raisons matérielles qui pouvaient empêcher un prélat d’assister à un concile général : peut-être le siège épiscopal de Denia était-il vacant, peut-être son titulaire était-il malade et ne pouvait-il pas dépêcher de représentant à Tolède. Une analyse prudente de ces souscriptions conciliaires indique toutefois, avec un assez grand degré de vraisemblance, qu’Illici (Elche), Dianium (Denia) et Urci (peut-être l’actuel El Chuche, près d’Almeria) en Carthaginoise ainsi qu’Assidona (Medina Sidonia) en Bétique relevèrent longtemps du domaine byzantin33. Celui-ci pouvait donc s’étendre sur une portion de littoral comprise entre Elche et le détroit de Gibraltar. Une autre source, l’épistolaire de Grégoire le Grand, confirme qu’à l’extrême fin du VIe siècle Malaga se trouvait toujours en territoire byzantin. Ce pape intervint en effet dans l’affaire de la déposition de deux évêques, Januarius de Malaga et Stephanus, de siège inconnu, par le patrice Comentiolus, principale autorité de la zone byzantine hispanique34. Enfin il est vraisemblable que le pillage par Léovigild, vers 583, d’un monastère de Saint-Martin situé entre Carthagène et Saguntum, au nord de Valence, constituait un épisode de la guerre contre les Byzantins35. Cela indiquerait que la frontière gothico-byzantine passait alors au nord d’Elche, voire au nord de Denia, la localisation du monastère par Grégoire de Tours manquant en fait de précision.

  • 36 Gisela Ripoll, « Acerca de la supuesta frontera... », op. cit.

18En direction de l’intérieur, les cités situées à l’ouest de Basti, c’est-à-dire Acci (Guadix), Iliberris (Elvire) et Egabrum (Cabra) ne sont documentées à aucun moment comme appartenant au domaine byzantin. Par ailleurs les deux cités épiscopales de Bigastrum et d’Elo sont venues remplacer respectivement les sièges de Carthagène et d’Elche aux conciles de Tolède : elles se trouvaient donc en territoire visigothique. De toutes ces indications il faut déduire que la frontière entre les deux territoires longeait d’assez près la côte méditerranéenne. Gisela Ripoll a même avancé récemment que la zone byzantine se réduisait peut-être à quelques enclaves, communiquant plus souvent entre elles par voie de mer que par terre, et sans unité territoriale bien nette36. À cette situation littorale auraient fait exception jusqu’à une date indéterminée les alentours de Basti et, au sud de Séville, la cité de Sagontia jusqu’au règne de Gondemar (603-610). Toutes ces places byzantines étaient plus tournées vers la mer que vers l’intérieur, dont elles étaient séparées physiquement par les puissants reliefs de la cordillère Bétique.

  • 37 Jean le Lydien, Sur les magistratures du peuple romain, III, éd. A. C. Bandy, Ioannes Lydus On Powe (...)
  • 38 Ernst Stein, Histoire du Bas-Empire, II, Paris, 1949, p. 562.
  • 39 Procope de Césarée, De Bello Vandalico, I, 24 et II, 4 ; Id., De Bello Gothico, I, 12-13.
  • 40 Luis A. García Moreno, « Colonias de comerciantes orientales en la Península Ibérica, ss. V-VII », (...)
  • 41 L’inscription apposée vers 589 ou 590 par ordre de ce patrice sur les portes monumentales de la cit (...)

19La lecture des sources byzantines confirme l’idée que la zone reconquise par l’Empire en Hispanie occupait une étendue assez réduite, et qu’elle constituait un théâtre d’opérations secondaire pour le pouvoir impérial. Le fonctionnaire Jean le Lydien, qui écrit la troisième partie de son ouvrage sur les magistratures vers 55437, ne semble pas avoir eu vent des opérations militaires en Hispanie, qui avaient pourtant débuté au printemps 55238. Bien qu’il énumère à plusieurs reprises, dans cette partie de son traité, les « travaux » belliqueux de Justinien en Occident, il n’y fait aucune allusion à l’Hispanie. Procope lui-même, tout en mentionnant le royaume visigothique dans son Histoire des Guerres39, passe sous silence l’intervention en Hispanie, y compris dans son Histoire secrète. Les possessions impériales en Hispanie, au temps même de leur extension maximale, c’est-à-dire sous Justinien, semblent donc avoir été tenues pour insignifiantes par les Byzantins eux-mêmes. Cette indifférence était vraisemblablement due à deux raisons : les forces impériales ne prirent pas pied en Hispanie avec l’idée de reconquérir la Péninsule, mais afin de protéger Septem, et peut-être de garantir les liaisons maritimes entre certaines places hispaniques, les Baléares et l’Afrique40. Aussi et surtout, l’extension de ces territoires fut assez rapidement ramenée à quelques enclaves, rendant peut-être dérisoires aux yeux des souverains tolédans les rodomontades d’un Comentiolus à Carthagène41.

  • 42 L’historiographie actuelle remet totalement en cause la séparation rigide, à la fois géographique e (...)
  • 43 Abilio Barbero, Marcelo Vigil, « La organización militar fronteriza de los visigodos en Cantabria y (...)

20Il a pourtant fréquemment été question de l’existence d’un limes, frontière fortifiée tenue par des troupes de limitanei42, mis en place par les Byzantins pour protéger leurs possessions hispaniques des incursions visigothiques43. Un passage de l’Histoire des Lombards de Paul Diacre rapportant la fuite de la princesse Ingonde après la capture de son mari Herménégild par Léovigild pourrait en effet être compris comme se référant à un limes byzantin dressé contre l’intérieur de l’Hispanie :

  • 44 Paul Diacre, Histoire des Lombards, III, 21.

« Quant à Ingonde, après le décès de son mari martyr, alors qu’elle fuyait l’Hispanie pour revenir en Gaule, elle tomba aux mains des soldats byzantins [milites] qui se trouvaient cantonnés dans le secteur correspondant face aux Hispani et aux Goths [in limite aduersum Hispanos Gothosque residebant]. Elle fut appréhendée avec son fils tout petit, et emmenée en Sicile »44.

  • 45 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes... », op. cit.
  • 46 Cf. Jean-Michel Carrié, « 1993 : ouverture des frontières romaines ? », op. cit.

21Il n’y a pas lieu ici de traduire le terme limes par « frontière fortifiée » ou « dispositif linéaire de défense », un sens que ce terme n’a jamais eu45. Ici le mot limes possède un sens spatial, celui de « secteur » ou de « territoire », militaire ou non46. Le secteur byzantin en Hispanie, et sans doute tout particulièrement ses routes, était placé sous la surveillance de l’armée impériale. C’est ainsi qu’Ingonde, qui cherchait probablement à rejoindre la Via Augusta, chaussée reliant par le littoral Carthagène à la province de Narbonnaise, se heurta sur son chemin à des troupes impériales qui la capturèrent. Cet extrait de Paul Diacre n’apporte donc aucun élément qui permette de définir la physionomie de la frontière gothico-byzantine, puisqu’il concerne le territoire occupé par Byzance, et non ses limites.

  • 47 Jean de Biclare, Chronique, a. 570, 2.

22En définitive, un modèle frontalier constitué de places disséminées au sein d’espaces ruraux indifférenciés semble plus convaincant qu’un modèle linéaire de frontière. Il est vrai que les cités étaient alors constituées d’un noyau urbain et d’un territorium rural ; mais, de par son absence de résistance, la campagne ne pouvait être réellement « prise », ni faire l’objet d’une appropriation stable. Seule une cité, à l’abri de ses murailles, pouvait définir avec quelque fermeté son appartenance, alors que son territoire rural pouvait être pillé, dévasté, mais ne pouvait être proprement ni enlevé, ni conservé. Les entreprises belliqueuses contre les Byzantins de Léovigild en Bétique ne se conclurent d’abord que par la dévastation des territoires de Basti et de Malaca, sans que les cités elles-mêmes fussent prises47. Ce demi-succès était finalement presque une défaite, car une fois les troupes visigothiques parties tout était à refaire. Dans ce contexte d’indéfinition il serait illusoire de vouloir définir une frontière linéaire, et encore plus une frontière entendue comme « front », interface conflictuel de deux territoires se jouxtant d’une manière étanche. S’il est possible de parler de frontière, celle-ci semble avoir été surtout mentale, et s’être concrétisée dans l’espace d’une manière sporadique et non continue. Aussi est-il certainement préférable de substituer un contact en taches d’huile à un contact sous forme de ligne entre Byzantins et Visigoths.

23La frontière entre le territoire byzantin et le royaume visigothique recèle une difficulté spécifique : hors de la Péninsule ibérique deux points concrets, les îles Baléares et Septem Fratres (Ceuta), ont relevé successivement des deux souverainetés. Le passage de l’une à l’autre n’est cependant pas complètement éclairci. Les Baléares appartenaient traditionnellement à l’Hispanie, comme le signale Isidore :

  • 48 Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 6, 44.

« Les îles Baléares de l’Hispanie sont deux : Aphrodisiade et Gymnaside, la grande [maior] et la petite [minor] ; c’est pourquoi le vulgaire les appelle ‘ Majorque’et ‘ Minorque’ »48.

  • 49 Procope de Césarée, De Bello Vandalico, II, 5.
  • 50 Licinien de Carthagène, Lettres, III, éd. J. Madoz, Liciniano de Cartagena y sus cartas, Madrid, 19 (...)

24Vers 535, selon Procope, les îles furent conquises par les forces impériales, de même que Septem, appelé à devenir le « seuil de l’Empire »49. Une lettre adressée par Licinien de Carthagène à l’évêque Vincent d’Ebusus (Ibiza) vers 595 prouve que l’île se trouvait alors sous la juridiction de Carthagène, donc toujours en domaine impérial50. Quand, trente ans plus tard, les Byzantins furent définitivement expulsés de la Péninsule ibérique ils conservèrent cependant les Baléares, et à plus forte raison Septem, alors capitale de la Maurétanie Seconde.

  • 51 Margarita Vallejo Girvés, Bizancio y la España tardoantigua, op. cit., pp. 326 sq.
  • 52 Ibid., pp. 335 sq.
  • 53 Akhbâr Majmû‘a, éd. E. Lafuente y Alcántara, p. 4.
  • 54 Ibid.
  • 55 Gisela Ripoll, « Los hallazgos de época hispano-visigoda en la región del Estrecho de Gibraltar », (...)

25Ceuta, qui était peut-être devenue à la fin du VIIe siècle la grande base navale de Byzance en Méditerranée occidentale, au détriment de Carthage51, demeura sans doute pratiquement indépendante de l’Empire à partir de la chute de Carthage en 698, avant de céder en 709 sous la poussée arabe52. Une source musulmane tardive affirme même que son gouverneur à cette époque, Julien, était un agent de la monarchie visigothique, et non pas un gouverneur byzantin. D’après les Akhbâr Majmû‘a, en 708 Muza « se tourna contre les cités de la côte [africaine], où se trouvaient des gouverneurs du roi d’Espagne qui s’étaient rendus maîtres des enceintes et des territoires environnants. La capitale de ces cités était la dénommée Ceuta, et elle était commandée par un infidèle du nom de Julien »53. Les données apportées par les Akhbâr Majmû‘a sont certes à considérer avec une extrême précaution, en raison de la date tardive de la rédaction de ce texte. Pourtant les données archéologiques confirment bien un détail du récit : l’explication de la résistance des Espagnols face aux musulmans, dont la clé aurait été la navette continuelle de bateaux chargés de vivres et de troupes entre l’Espagne et les places-fortes assiégées54. Les recherches archéologiques ont effectivement mis en évidence aux VIe et VIIe siècles d’étroites relations entre les deux rives du détroit de Gibraltar ; de nombreux objets du VIIe siècle retrouvés en Afrique du Nord provenaient d’ateliers de Bétique55. En outre les Visigoths avaient déjà tenté sous le règne de Theudis de s’emparer de Septem, et purent parfaitement renouveler cette entreprise en profitant de l’affaiblissement de l’exarchat, d’autant plus que plusieurs sources signalent qu’ils possédaient une flotte nullement négligeable. C’est pourquoi l’information des Akhbâr Majmû‘a est peut-être à retenir, aucun élément dans les sources ne s’opposant à l’idée d’une présence visigothique en Afrique au tournant du VIIe et du VIIIe siècle.

26Si donc les Baléares semblent être demeurées byzantines jusqu’à leur conquête par les Arabes dans le courant du VIIIe siècle, le cas de Septem est beaucoup moins clair. Il n’est pas exclu que, à la suite du retrait byzantin devant les Arabes, les Visigoths aient temporairement étendu leurs frontières au-delà du détroit de Gibraltar.

Une région frontière : le territoire vascon

  • 56 Cf. Francisco Beltrán Lloris, « Roma y los Pirineos : la formación de una frontera », Chiron, 24 (1 (...)

27La frontière avec la Gaule franque ne se résumait pas à la frontière de Narbonnaise : une grande portion en était constituée par la chaîne pyrénéenne, relativement étanche en son centre, et habitée de surcroît dans sa partie occidentale par les Vascons, peuple des confins par excellence. Les Pyrénées jouèrent un rôle de frontière à partir du Principat, et c’était probablement, comme de nos jours, la ligne de partage des eaux qui matérialisait la démarcation entre les Gaules et l’Hispanie. Le Trophée de Pompée, identifié récemment au col de Panissars, fut la première fixation connue de la frontière pyrénéenne, et la tour d’Urculu, au-dessus de Saint-Jean-le-Vieux, fut peut-être également une borne frontalière à l’époque romaine56.

  • 57 M. Ángeles Magallón Botaya, La red viaria romana en Aragón, Saragosse, 1987.
  • 58 Michel Rouche, « Les relations transpyrénéennes du Ve au VIIIe siècle », Les communications dans la (...)

28Les passages de la frontière pyrénéenne étaient peu nombreux, et donc assez faciles à contrôler ; les voies romaines franchissaient la chaîne en cinq ou six points, abstraction faite de la partie orientale du massif, qui ne constituait pas une frontière pour le royaume de Tolède. S’il partait de Caesaraugusta, le voyageur pouvait passer par Jacca (Jaca) puis rejoindre, sur l’autre versant, la vallée du gave d’Oloron par le col du Somport, ou bien, plus à l’est, par le col du Palo57. La grande voie romaine d’Astorga à Bordeaux comportait un tronçon qui obliquait assez tôt vers le nord et longeait la côte atlantique : les itinéraires romains conservent le nom de la mansio d’Oiasso (Oiarzun, près d’Irun). Une variante possible était le passage par Pampilona (Pampelune) pour franchir la chaîne pyrénéenne au col de Roncevaux, avant de redescendre vers Saint-Jean-Pied-de-Port. Enfin depuis Ilerda (Lérida) existait un autre axe important qui reliait cette cité aux cols du Val d’Aran, puis rejoignait la vallée de la Garonne. Toutes ces routes reliaient un réseau de villes moins dense qu’à l’est des Pyrénées, et le trafic y était probablement plus atone58.

  • 59 Ce n’était pas toujours le cas cependant : la découverte du trésor de Mauléon, sur le versant gaulo (...)
  • 60 Venance Fortunat, Poèmes, VI, 5.

29D’après les sources les voyages transpyrénéens privilégièrent souvent l’est de la chaîne59. Ainsi le récit poétique du voyage gaulois de la princesse Galswinthe par Venance Fortunat60 montre l’équipage de la fille d’Athanagild accomplir un long détour par Narbonne et la vallée de la Garonne pour gagner Poitiers depuis Tolède. Cet étrange itinéraire peut s’expliquer par l’état des voies dans la partie orientale des Pyrénées, peut-être déjà trop dégradées au VIe siècle pour permettre le passage d’une suite princière. Mais une autre explication vient tout de suite à l’esprit : la présence à l’ouest d’une population hostile qui aurait pu s’en prendre au cortège de Galswinthe (qui, partant rejoindre son époux mérovingien, ne voyageait évidemment pas les mains vides) – les Vascons. Ce peuple ne méritait pas vraiment la sinistre réputation que lui imputent les sources du haut Moyen Âge et les historiens du XXe siècle. Sa particularité essentielle était de s’être trouvé installé « à cheval » sur la frontière romaine qui séparait la Novempopulanie de l’Hispanie Citérieure, puis de la Tarraconaise. Une telle position constituait à n’en pas douter un avantage, car elle offrait aux Vascons la possibilité de contacts des deux côtés des Pyrénées. Quand le massif pyrénéen devint la démarcation de deux souverainetés différentes, et non plus une simple délimitation administrative, les Vascons acquirent un nouveau rôle de peuple-tampon. En théorie, en raison du caractère idéal des frontières, le regnum Francorum et le regnum Gothorum se rejoignaient aux Pyrénées, qui concrétisait la limite des deux souverainetés ; les Vascons étaient donc séparés en deux appartenances. Dans les faits le territoire vascon n’était pas coupé en deux, car il constituait une sorte de terra nullius sur laquelle la revendication franque ou visigothique n’était guère plus que formelle. Cela ne constitue pas une contradiction avec l’existence de réels affrontements armés, rapportés par les sources de l’époque, entre les Vascons et leurs voisins. Ces expéditions de pillage (dans un sens) ou de soumission (dans l’autre) n’étaient pas préparées d’avance ou justifiées après-coup par des juristes chargés de fonder en droit des opérations de guerre, mais étaient le plus souvent motivées par des objectifs immédiats d’acquisition de richesses ou de prestige, motifs qui se suffisaient à eux-mêmes.

  • 61 Une telle distinction était déjà mise en œuvre par Julio Caro Baroja, puis par Barbero et Vigil, lo (...)
  • 62 Juan José Larrea Conde, Peuplement et société en Navarre..., op. cit.

30En résumé, il convient ici de distinguer deux niveaux conceptuels dans la frontière : d’un point de vue idéal, la frontière entre les deux regna franc et visigothique était nettement marquée par la chaîne des Pyrénées. Le passage d’un territoire à l’autre ne se faisait pas insensiblement, mais la frontière était probablement dessinée par la ligne de crête, comme, à quelques exceptions près, c’est encore le cas de nos jours. Il existait cependant un deuxième niveau de signification du phénomène de frontière, le seul à avoir des conséquences tangibles dans la vie sociale et politique du temps. À ce niveau, la frontière était un confinium, un espace et non une ligne, qui plus est un espace habité par des populations qui étaient visiblement mal intégrées à la structure politique et administrative des regna. Nous ne reviendrons pas sur le problème de la structure sociale vascone, qu’il n’est pas nécessaire de résoudre. Quel que fût son degré de « primitivisme », l’organisation de la société vascone est un phénomène distinct de l’organisation politique de ce peuple61. Même complètement romanisés comme l’affirme Juan José Larrea62, il semble que les Vascons étaient mal arrimés à l’organisation territoriale visigothique. Comme dans le reste de l’Hispanie, les structures locales du pouvoir étaient de fait autonomes, au sens où elles pouvaient fonctionner en autarcie (ce qui n’était généralement pas le cas) ; contrairement au reste de l’espace péninsulaire, en Vasconie l’intégration de ces structures locales dans un appareil administratif plus large ne s’était pas faite, ou s’était faite d’une manière seulement incomplète.

  • 63 Sur les Vascons materia uincendi, « bons à vaincre », cf. Juan José Larrea Conde, « Aux origines d’ (...)

31Les deux niveaux conceptuels de la frontière ne se rejoignaient pas sur la carte. La frontière livresque était la part d’orbis attribuée par Dieu à chacune des gentes de la terre ; la frontière vécue n’avait ni la netteté de la première, ni son caractère immuable. Elle ne pouvait donc coïncider avec elle ni physiquement, ni sémantiquement. Cette distinction théorique est particulièrement féconde dans le cas des Vascons, car elle permet d’expliquer dans quelle mesure ceux-ci furent, comme l’affirment tous les manuels d’histoire, « indépendants » aux VIe et VIIe siècles. Ils appartenaient de droit au regnum Francorum et au regnum Gothorum, suivant le versant pyrénéen où ils résidaient. Dans les faits, leurs terres étaient perçues comme un saltus, un territoire « vide » propre à servir de théâtre d’opérations militaires pour les monarques successifs des deux royaumes63.

32Frontière floue, frontière en taches d’huile, frontière à deux niveaux de signification : l’étude du tracé des limites du royaume de Tolède butte à chaque pas sur leur physionomie particulière, et sur la complexité même de l’idée de frontière dans l’Antiquité tardive. C’est pourquoi il vaut la peine, en négligeant à présent leur tracé physique précis, de tenter d’établir un modèle conceptuel qui rende compte de la signification de ces frontières et du rôle qu’elles jouaient dans le fonctionnement de l’État visigothique.

2. La nature de la frontière visigothique

33Pour étudier la manière dont les habitants du royaume de Tolède entendaient le phénomène frontalier une mise au point terminologique préalable est nécessaire. Quels sont donc les termes du latin tardif qui peuvent correspondre à notre concept de frontière ?

  • 64 Une telle route peut facilement être interprétée par erreur comme une ligne de défense contre les a (...)
  • 65 L’acception de route militaire unit ces deux aspects, mais ne saurait être confondue avec une front (...)
  • 66 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes... », op. cit.

34Le terme limes est encore très souvent compris comme une ligne de fortifications mise en place sous l’Empire romain afin de contenir la pression barbare sur ses marges. De manière plus complexe, celui de l’Antiquité tardive est habituellement décrit par les historiens comme un « limes en profondeur ». Il s’agirait d’un espace frontalier constitué, à l’avant, de tours de guet et de forts, à l’arrière de postes de garde, de camps militaires et de chaussées parallèles ou perpendiculaires à la frontière. Les cités formeraient une dernière ligne défensive, en position plus retranchée. Le limes ne possédait pourtant, parmi ses différentes acceptions, aucun sens de ce type. Il appartenait à l’origine à la langue technique des agrimenseurs, de même que les fameux cardo et decumanus, puis désigna une route militaire, souvent protégée de loin en loin par des ouvrages défensifs64. Il devint à l’époque impériale une frontière terrestre, par opposition à la ripa, frontière appuyée sur un fleuve. À la fin du IIIe siècle le terme acquit un nouveau sens, non plus linéaire mais territorial, en devenant un nouveau type de circonscription, bientôt placée sous le commandement d’un dux. Le mot limes possède donc deux acceptions importantes pour nous : l’une linéaire, mais sans caractère militaire, l’autre spatiale, et pouvant comporter une connotation militaire65. Il est probable que l’interprétation promise à devenir classique pendant des décennies provenait d’une confusion entre ces deux catégories de sens. Mais en 1988 Benjamin Isaac a remis décisivement en cause une approximation jusque-là admise par tous66. Etudiant attentivement les sources concernées et la littérature historique, il conclut que le limes n’avait jamais désigné une ligne de forts que dans les études des historiens contemporains. Un tel concept n’avait en fait pas de nom en latin, ce qui ne signifie pas qu’il n’existât alors aucun dispositif frontalier : ainsi en Bretagne le mur d’Hadrien, type d’ouvrage linéaire par excellence, ne fut jamais qualifié de limes. Par ailleurs l’idée d’un Empire protégé par une ligne défensive courant sur tout son pourtour apparaît parfois dans la documentation, mais la ligne défensive dont il est alors question est une muraille humaine, et toute symbolique.

  • 67 C. R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989, p. 31.
  • 68 La polémique concernant le limes hispanus court des années 60 (Antonio García y Bellido, « El exerc (...)

35La mise au point terminologique qui dénie au limes le sens de « frontière fortifiée » s’accompagne d’une objection qui porte sur l’idée sous-tendue par cette approximation lexicale. Une telle conception uniforme et systématique de la défense frontalière est invraisemblable dans l’Antiquité tardive, car l’idée même de stratégie est anachronique. Selon Whittaker, les Romains ne connaissaient « pas la stratégie, mais seulement des stratagèmes »67 ; s’il est vrai que la tactique mise en œuvre lors des batailles est parfois exemplaire, en matière de stratégie les sources sont muettes, ce qui n’est guère étonnant étant donnée l’information limitée dont disposaient les officiers. Ainsi, les thèses anciennes concernant le limes hispanus, une hypothétique frontière fortifiée tournée contre les peuples du nord de la Péninsule qui a fait, durant une trentaine d’années, l’objet d’un débat historiographique passionné, se heurtent aux mêmes obstacles conceptuels68.

  • 69 Conc. Hisp. II, c. 2 ; L.V., X, 3.
  • 70 Alvaro d’Ors, El código de Eurico (Estudios Visigodos, II), Rome-Madrid, 1960, pp. 197-198.
  • 71 Conc. Tol. XVII, tomus, éd. José Vives, Concilios..., p. 524.

36Le terme limes n’apparaît pratiquement jamais dans les sources hispaniques. Quand c’est le cas, il possède le sens de « limite interne, borne », comme synonyme du mot terminus69. À proprement parler les termini et les limites étaient de nature légèrement différente : les premiers étaient des bornes de pierre portant une inscription, les seconds, des monticules de terre ou de pierres empilées les unes sur les autres70. Mais le mot limes, au singulier ou au pluriel, est rarement employé dans les sources hors du contexte agraire. Pour changer d’échelle il faut recourir aux termini, et surtout aux fines. Les termini et les fines servaient généralement à dessiner verbalement le périmètre de l’espace envisagé. Un territoire pouvait être décrit au moyen d’un tel procédé stylistique, analogue à celui qui consiste à énumérer ses différentes parties. Cette manière recherchée de s’exprimer, par un syntagme au pluriel, pouvait conférer au discours une tonalité emphatique. On trouve un exemple de ce procédé dans le tomus du XVIIe concile de Tolède de 694, où le roi Egica affirme que « les fines d’Hispanie ont toujours brillé par la plénitude de la foi »71.

  • 72 Un exemple en est l’expression relativement fréquente in prouinciae confinibus, qui implique l’exis (...)
  • 73 L.V., IX, 2, 8.
  • 74 Céline Martin, « In confinio externis gentibus. La percepción de la frontera en el reino visigodo » (...)

37Outre fines, toujours employé au pluriel, l’un des termes les plus utilisés pour désigner la frontière est le mot confinium, étymologiquement lié au précédent. Il comporte toujours, comme un autre dérivé de fines, le substantif confine, une nuance indiquant le voisinage, et donc la présence, par-delà la frontière, d’une autre entité de statut théoriquement identique72. La loi militaire de Wamba fournit un exemple fort clair de l’emploi de ce terme. Elle est adressée « à nos sujets, qui se trouvent au voisinage / à la frontière (in confinio) des peuples étrangers »73. L’emploi du mot confinium pour désigner la frontière politique du royaume met par ailleurs en évidence la nature non linéaire de celle-ci, comme il ressort de l’étude des cas particuliers de la frontière narbonnaise ou levantine. La frontière visigothique est une frontière à deux dimensions74.

  • 75 Une illustration de la Notitia Dignitatum interprétée comme figurant les clausurae est sans doute à (...)
  • 76 Joëlle Napoli et René Rebuffat (cf. note précédente) ont recensé dans les sources de l’Antiquité ta (...)

38Un dernier terme, clausura, est parfois utilisé pour rendre l’idée de frontière, même si ce n’est pas son sens le plus habituel. Ce mot a connu le même destin équivoque que le limes, et a longtemps été compris comme un système défensif linéaire, une sorte de mur bornant les limites75. Sa gamme d’acceptions géographiques découle pourtant entièrement de son sens primitif, celui de porte ou de verrou76. Cette expression figure dans un délicat passage des actes du XVIIe concile de Tolède dont le contexte suggère un sens proche du mot frontière :

  • 77 Conc. Tol. XVII, tomus, éd. José Vives, Concilios..., p. 525.

« ...ce que votre sentence canonique décidera d’une manière manifeste qu’il convient de faire d’eux [des juifs] et de tous leurs biens, l’autorité de notre loi le transformera en un décret immuable, en exceptant seulement pour le moment les juifs qui sont réputés habiter à l’intérieur des frontières [infra clausuras] de la province de Gallia, soit appartenir au ducatus de cette région »77.

  • 78 G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum Noua et Amplissima Collectio, vol. 12, Florence, 1759-1798, col. (...)
  • 79 Georges Castellvi, « Clausurae (Les Cluses, P-O) : Forteresses-frontière du Bas-Empire romain », Fr (...)
  • 80 Dionisio Pérez Sánchez, El ejército en la sociedad visigoda, Salamanque, 1989, p. 155.
  • 81 Voir plus loin.
  • 82 Cassiodore, Variae, II, 5.

39Ce passage, traduit d’après la leçon proposée par l’édition de Vives, a provoqué la perplexité d’éditeurs et commentateurs : l’édition des conciles de Mansi donne, elle, non pas infra mais intra clausuras78 ; l’archéologue Georges Castellvi a proposé de lire plutôt ultra clausuras79. La version de Mansi a été suivie par certains historiens, qui n’ont pas hésité à traduire clausurae par « zones spéciales » : selon cette interprétation les juifs exemptés de sanction par la loi d’Egica vivraient dans des zones réservées situées « dans » les cols pyrénéens, dont ils avaient peut-être la garde80. Une telle lecture s’oppose au sens général du discours royal : il est clairement question ici, non des juifs vivant « dans les cols », mais « au-delà des cols », c’est-à-dire en Narbonnaise. C’est le fondement de la correction proposée par Georges Castellvi, d’infra en ultra. Mais une telle correction n’est pas nécessaire si nous comprenons clausuras, non dans son sens spécifique et concret de « passage montagneux », mais dans son sens générique de « verrou » ou de « porte ». L’ensemble de ce texte est caractérisé par un ton emphatique qui fait bonne place aux images et aux figures de style recherchées ; il se situe en effet à la veille de l’Apocalypse81. Il n’est donc pas étonnant que le mot clausura doive être ici compris dans son sens abstrait, un sens qui le rapproche beaucoup des vocables fines ou termini que nous venons d’analyser. Il est en outre introduit par la préposition infra, comme les expressions infra fines ou infra terminos, souvent relevées dans la littérature, les conciles ou la législation. Tout cela montre qu’il s’agit d’une manière imagée d’exprimer les limites d’un territoire, ou plus précisément d’une province, puisque la domination visigothique s’étend de part et d’autre de cette partie des Pyrénées. À proprement parler d’ailleurs les clausurae dont il est question ne sont pas seulement la barrière pyrénéenne, mais l’ensemble du périmètre de la province gauloise. Une source presque contemporaine, les Variae, utilise la même image pour se référer aux limites de l’Italie, des limites également marquées par l’orographie : celle de porta prouinciae82. L’analogie italienne suggère que l’expression clausura, comme porta, était employée de préférence dans le cas de frontières fermées par le relief, de même que ripa désignait spécifiquement une frontière fluviale.

40Une clausura se réfère donc à une frontière de montagne, qui ne peut, par définition, être franchie que par des cols ou des défilés. C’est pourquoi il était facile que ce terme se transformât en toponyme : Clausuras peut dans certains cas qualifier des lieux-dits situés, par exemple, à proximité d’un col – l’équivalent en français du toponyme Les Portes ou Les Cluses. Tel était bien le cas à l’époque visigothique, car certaines occurrences du mot dans les sources se réfèrent visiblement à des lieux précis. Examinons par exemple la lettre de défi adressée par le dux Paulus au roi Wamba :

  • 83 Paulus, Lettre au roi Wamba, 8-11, éd. W Levison, Histoire de Wamba, C.C. Series Latina CXV, Turnho (...)

« (...) Car si toutes ces choses se sont abattues devant toi et que tu t’apprêtes à venir à nous pour que ta prolixité couvre notre voix de rossignol, et que par là ton cœur, ô homme magnifique, parvienne à la consolation, alors rends-toi jusqu’aux clausuras. Làbas tu trouveras un grand champion [opopumpeus] avec lequel tu pourras lutter selon les règles »83.

  • 84 Le mot opopumpeus, sur lequel Albert Blaise (Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Tur (...)
  • 85 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, XI, 278-279.
  • 86 Georges Castellvi, « Clausurae... », op. cit.

41Le lieu proposé à Wamba pour affronter le « champion »84 de Paulus est évidemment un endroit bien défini, et non plus une image. L’Histoire de Wamba est encore plus explicite, puisqu’elle précise qu’un castrum porte ce nom85. Ce castrum quod uocatur Clausuras doit sans doute être identifié au village des Cluses, à proximité du col de Panissars sur la Voie Domitienne86. Il est clair que l’expression clausuras a pu donner naissance à un grand nombre de toponymes, dont certains ont évolué en « Cluse » en français. Cela ne signifie pas que ce terme désigne toujours un site précis ; il est également, dans son acception générique, une manière, au reste révélatrice, d’exprimer le concept de frontière.

Clausura : une frontière fermée

  • 87 Cf. Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 4, 28.

42L’étude des frontières du royaume de Tolède montre que dans les cas où celles-ci n’étaient pas dessinées par un littoral elles paraissaient souvent relativement floues. Cette indétermination n’est pourtant pas synonyme d’ouverture. Bien au contraire, Isidore voyait les frontières hispaniques plutôt comme des barrières que comme des traits d’union87 ; sa description de l’Hispanie comme une unité fermée sur elle-même renvoyait à un thème rhétorique courant dans l’Antiquité tardive, mais répondait aussi, nous allons le voir à présent, à une réalité spécifique du monde visigothique. De nombreux indices attestent que les frontières visigothiques faisaient l’objet, tout comme les frontières de l’Empire, d’un contrôle le plus strict possible compte tenu des moyens de l’époque.

  • 88 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VIII, 35. Les navires mentionnés, détruits par Léovigild (...)
  • 89 C’est un navire espagnol qui aurait introduit la peste à Marseille en 588 (Ibid., IX, 22).
  • 90 Voir plus haut. L’étude des céramiques a ces dernières années conduit à mettre en évidence, jusqu’à (...)
  • 91 Xavier Barral i Altet, La circulation..., op. cit., pp. 125-130.
  • 92 L.V., XI, 3.

43Il ne semble pas que, comme l’Empire romain, l’État visigothique ait exercé un contrôle sur l’exportation de l’or ou de certaines denrées sensibles : la législation n’en a conservé aucune trace. Pourtant le commerce transfrontalier devait au VIe, et encore au VIIe siècle, jouir d’une certaine importance, comme le prouve l’existence de relations maritimes entre l’Aquitaine et la Galice88, entre l’Hispanie et la Provence89, et bien sûr, entre l’Hispanie et l’Afrique90. La découverte à Bordeaux d’un trésor monétaire comportant de nombreuses pièces visigothiques et enfoui entre 695 et 702 atteste qu’à la fin du VIIe siècle des relations commerciales existaient toujours entre l’Aquitaine et la Péninsule ibérique91. Enfin le Liber Iudicum a conservé des lois relatives au statut des negotiatores transmarini92, qui devaient donc constituer des figures encore familières dans les ports hispaniques au milieu du VIIe siècle.

  • 93 L.V., XI, 3, 3.
  • 94 L.V., IX, 1, 10.
  • 95 Cod. Theod., II, p. 138 (Novelle XXXIII de Valentinien III).
  • 96 L.V., XII, 2, 14.

44En revanche, les mouvements de population de part et d’autre de la frontière faisaient l’objet d’une attentive surveillance de la part de l’État visigothique. L’exportation de main d’œuvre était d’abord strictement limitée. Il était interdit aux négociants étrangers de louer un domestique (mercenarius) dans un port hispanique pour l’emmener outre-mer93. Si un homme, ayant vendu à l’étranger (peregrinis locis) un esclave qui était revenu seul dans sa patrie, le vendait à nouveau, et que l’esclave s’échappait une seconde fois, celui-ci était automatiquement affranchi, et le vendeur récidiviste devait dédommager le second acheteur en lui faisant don d’un esclave équivalent94. Cette mesure était sans doute destinée à décourager de pareilles transactions, le dominus mis ainsi à l’amende étant accusé de cupiditas. De telles lois pourraient être attribuées à une conscience du manque de moyens humains dans le royaume de Tolède : le déclin démographique des tout premiers siècles du Moyen Âge aurait provoqué des mesures de type protectionniste afin d’éviter une diminution excessive de la force de travail disponible en Hispanie. Pourtant ces lois trouvent des précédents dans le droit romain. Ainsi une novelle de Valentinien III datée de 451 interdisait la déportation à l’étranger des fils d’ingénus italiens que leurs parents, pressés par la misère, avaient vendus comme esclaves95. Or cette loi n’avait sans doute pas seulement une portée économique : il s’agissait non seulement de veiller à ce que la quantité de main d’œuvre présente en Italie ne diminuât pas trop, mais aussi de rendre aux citoyens ébranlés par les événements contemporains un peu de confiance en leur statut de ciuites romani. La législation visigothique équivalente comportait une dimension idéologique comparable : être transporté hors d’Hispanie était ressenti comme un châtiment, et le fait de vendre un esclave à l’étranger, comme une action à peine tolérable. C’est pourquoi l’esclave qui démontrait sa volonté de revenir dans sa patrie malgré son maître finissait par gagner sa liberté. D’une manière analogue, quand, sous le règne de Sisebut, les juifs furent enjoints d’affranchir ou de vendre leurs esclaves chrétiens, une loi précisa que cette vente ne pouvait se faire en direction de l’étranger, in alias regiones, mais uniquement infra fines regionum nostrarum96. La dimension religieuse de la vente d’esclaves chrétiens à l’étranger a pu jouer, mais ne semble pas primordiale, car les « autres territoires » peuvent très bien, par exemple, viser la Francie.

  • 97 L.V., VI, 2, 1.

45Si la loi essayait d’éviter que les esclaves « innocents » ne fussent déportés hors de la Péninsule, elle n’hésitait pas en revanche à infliger ce sort aux hommes qu’elle sanctionnait. Nous en trouvons un exemple dans une loi de Chindaswinth prohibant les pratiques divinatoires, plus précisément celles touchant à l’avenir du souverain97. Les esclaves qui se rendraient coupables de consulter des devins sur la date de la mort du roi (puisque c’est, pour la monarchie, l’aspect le plus dangereux de telles pratiques) seront torturés puis vendus hors du royaume, in transmarinis partibus. Pourtant, si le principal souci des législateurs visigothiques était d’éviter la « fuite des bras » à l’étranger, et que les restrictions à l’exportation des esclaves étaient motivées par des considérations économiques, comment expliquer que cette même déportation soit parfois établie comme châtiment ? Le véritable motif des restrictions posées au départ des esclaves n’était pas en fait de nature économique, mais idéologique, ou, plus exactement, théologique. Seuls les hommes qui s’étaient mis au ban de la communauté en commettant le type de crime réprimé par la loi citée méritaient un sort aussi peu enviable que le renvoi hors des frontières du royaume. C’était donc tout d’abord pour le bien individuel de ses sujets que l’État visigothique exerçait aux frontières un contrôle sur les personnes.

46Ce n’était pourtant pas la seule raison de cette sollicitude ; une grande partie des contrôles frontaliers avait pour objet la protection, non de l’individu, mais de la communauté. L’État tentait en effet d’empêcher le passage de la frontière par les esclaves en fuite (fugitiui) et par les séditieux ou opposants politiques, qualifiés de refugae.

  • 98 L.V., IX, 1, 6.
  • 99 Paul Diacre, Histoire des Lombards, IV, 37.
  • 100 Un aspect qui ne devait pas être fort éloigné de celui d’un anachorète : saleté, maigreur, barbe et (...)

47Le contrôle des esclaves fugitifs visait à protéger les propriétaires, victimes, à ce qu’il semble, d’une très grande instabilité de la main d’œuvre, bien que celle-ci ne fût en théorie pas libre de ses mouvements. Les lois régissant la poursuite des esclaves en fuite occupent un chapitre entier du Liber Iudicum. L’une d’elles, celle qui oblige les personnes accueillant un inconnu dans leur maison à effectuer sous huit jours une déclaration d’identité devant le iudex, est particulièrement intéressante, car le délai accordé est réduit aux frontières. Près des limites prouinciarum, les frontières du royaume, la déclaration doit être faite avant quarante-huit heures98. En effet l’appareil répressif mis en place dans le royaume de Tolède rend fort difficile aux fugitifs de s’y faire passer pour ingénus ; leur objectif, comme pour les hors-la-loi de n’importe quelle époque, semblait donc être souvent de gagner la frontière. Paul Diacre a laissé une description très vivante d’une telle fuite99, qui, bien qu’elle ait pour cadre le territoire avar du début du VIIe siècle, illustre parfaitement les lois visigothiques contre les fugitiui. L’arrière-grand-père de Paul, fait prisonnier et devenu esclave chez les Avars, décide de s’enfuir en Italie pour retrouver la liberté. Parti sans bagages, sans argent, et avec très peu de pain, il acquiert rapidement un aspect caractéristique qui le fait identifier immédiatement comme esclave fugitif100. Ce n’est que grâce aux secours d’une vieille femme slave, qui a deviné sa situation et l’a nourri quelque temps en cachette, qu’il réussit à atteindre son objectif et à passer les Alpes pour parvenir en Italie. La loi visigothique tente précisément d’empêcher que les fugitifs ne reçoivent de l’aide de la part de la population frontalière. Les habitants des limites se trouvent ainsi chargés d’une responsabilité spécifique, celle de dénoncer aux autorités avec une rapidité accrue – deux jours au maximum – toute présence d’intrus suspects.

48À partir du VIIe siècle le contrôle aux frontières s’exerça en outre sur une autre catégorie de personnes, les criminels politiques, dits profugi ou refugae. Les lois et les canons conciliaires qui régulent leur surveillance donnent une telle importance à ce thème qu’ils finissent par créer un nouveau type de délit politique : celui du passage de la frontière.

  • 101 Dig. XLIX, 16, 7.
  • 102 Conc. Tol. VI, c. 12.
  • 103 Conc. Tol. VII, c. 1.
  • 104 L.V., II, 1, 8. Voir Céline Martin, « In confinio externis gentibus... », op. cit., pp. 273 sq.
  • 105 C’est ce qu’indique le préambule de la loi, et c’est également ce que rappellent quelques années pl (...)

49La première mention de ce délit dans les sources date de 638, sous le règne de Chintila. Il s’agit du canon 12 du sixième concile de Tolède, De confugientibus ad hostes, qui pourrait tirer son origine de la législation romaine sur les désertions, bien qu’il ne concerne pas spécifiquement les soldats. Il est à remarquer en tout cas que ce canon est beaucoup plus modéré que la loi correspondante du Digeste, qui prononce la peine capitale à l’encontre des transfuges et des traîtres101 : le canon de 638, lui, ne prescrit aucun châtiment physique mais uniquement la pénitence à vie (longinquior poenitentia) en cas de capture102. Sous le règne de Chindaswinth le délit de transgression de la frontière apparaît à plusieurs reprises, et toujours associé à la sédition. Le premier canon du concile de Tolède de 646 énonce, comme en 638, l’excommunication contre les refugae (ceux qui in alienae gentis regionem se quaquumque occasione transduxerint) et les perfidi, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas fidèles à leur foi, plus précisément au serment de fidélité au roi103. Ici cependant le texte canonique recèle une allusion à la loi séculière qui indique que l’excommunication n’est pas la seule peine frappant les refugae, mais qu’elle vient s’ajouter à la confiscation de tous les biens. La disposition législative correspondante, perdue, reflétait probablement l’état du droit antérieur à la loi de Chindaswinth recueillie au Liber Iudicum104. Celle-ci est beaucoup plus sévère, puisqu’elle condamne désormais les refugae à la peine capitale, commuable en énucléation. Une telle rigueur s’explique certainement par l’augmentation des cas de passage à l’ennemi au début du règne de Chindaswinth105, mais elle donne l’impression de sanctionner toute traversée de la frontière, même dépourvue de mauvaises intentions.

  • 106 V.S.F., XVII, ainsi qu’une addition du manuscrit O, publiée et commentée par Manuel Díaz y Díaz p.  (...)
  • 107 Ibid., XVII, 13-14.
  • 108 ne talis lux Spaniam desolaret, V.S.F., XVII, 11.
  • 109 Conc. Tol. VIII, c. 2.

50Un passage un peu obscur de la Vie de saint Fructueux, l’épisode qui relate la tentative frustrée du saint de partir en pélerinage en Orient peu après 650, renforce cette impression. Rapporté selon deux versions contradictoires106, il aurait fait l’objet, selon Manuel Díaz y Díaz, d’une transformation volontaire de la part de l’auteur de la Vita. L’un des deux récits précise que Fructueux s’était embarqué pour la Gaule, l’autre, qu’il fut jeté en prison sur ordre du roi107. Les origines royales de Fructueux font penser que l’arrestation ne visait pas à éviter « qu’une telle lumière n’abandonnât l’Hispanie »108, mais que les motifs en étaient bien politiques. Les intentions de Fructueux lui-même n’étaient d’ailleurs peut-être pas uniquement pieuses, quoi qu’affirme son hagiographe. Le règne de Chindaswinth correspond en tout cas à l’apogée de la répression contre la traversée des frontières. Après lui, son fils Recceswinth procéda dès 653 à une amnistie109, et à la fin du siècle Ervige adoucit la loi en introduisant une troisième option de punition des coupables : leur réduction à l’état d’esclave du fisc.

51La nature du crime imputé aux refugae montre que le fait de traverser la frontière était présenté comme une fuite, que son auteur servît ou non dans l’armée. Même l’allégation de motifs religieux ne parvenait pas à ôter à cette transgression son caractère essentiellement politique. En définitive, dans le système de références culturelles propre à l’Hispanie visigothique le départ pour l’étranger constituait toujours un danger – danger pour l’individu qui, hors des frontières du royaume, se trouvait en péril de ne pouvoir assurer son salut ; danger pour le groupe, le transfuge sapant par son acte les fondements de l’organisation politique et sociale du royaume visigothique. Aussi pourrait-on avancer que le royaume était alors conçu comme un sanctuaire, dans tous les sens du terme. L’Hispanie était pour les sujets visigothiques le seul lieu sûr du monde terrestre ; c’était par conséquent un espace clos, les frontières assurant, comme des murailles, la protection du territoire. Cette fermeture entretenait dans le monde visigothique l’obsession du franchissement qui transparaît à la lecture des sources. Une telle obsession pourrait sembler un peu contradictoire avec la réalité spatiale des frontières, zonales et non linéaires : le fait que le passage à l’extérieur soit nécessairement graduel aurait dû, en théorie, limiter sa portée. Cependant l’espace était généralement appréhendé d’une manière abstraite, et les frontières tout particulièrement. L’adéquation très partielle entre les représentations mentales, qui faisaient du passage de la limite un acte extrêmement grave, et les réalités concrètes, qui transformaient cette transgression en transitions successives, n’était pas réellement perçue.

Une frontière fortifiée ?

  • 110 Voir plus haut.

52Le long débat entretenu autour du limes hispanus, censé être, un peu paradoxalement, une ligne frontalière traversant l’intérieur de la Péninsule ibérique110, pose le problème de la nature des frontières extérieures du royaume de Tolède. Même s’il est entendu que l’on ne saurait appeler limes une frontière fortifiée, la question de l’existence de telles fortifications n’en est pas tranchée pour autant. Le fait que la frontière visigothique fût essentiellement sentie comme une barrière se traduisait-il dans l’organisation militaire ?

  • 111 Ainsi Abilio Barbero, Marcelo Vigil, « La organización militar fronteriza de los visigodos en Canta (...)
  • 112 Ainsi Isidore de Séville mentionne-t-il à deux reprises des castra occupés par les Byzantins, puis (...)

53L’archéologie n’a pas livré à ce jour d’éléments appuyant l’idée de frontières visigothiques fortifiées. Par ailleurs les tentatives effectuées pour retrouver dans les sources écrites la trace d’une organisation frontalière spécifique ne sont pas concluantes111. Elles se fondent en effet sur la mention de castra ou de castella112, des termes qui désignent dans les textes, non pas des « forteresses », mais des noyaux de peuplement de petite taille où pouvaient, dans certains cas seulement, être stationnés des contingents militaires, car ces villages étaient en général pourvus de murailles. En soi, la présence des murailles n’indiquait pas que la localité, qu’il s’agît d’un castrum ou d’une cité, jouât un rôle spécifique dans une stratégie défensive quelconque. Les murs participaient avant tout d’un symbolisme permettant de classer l’agglomération dans une échelle de mérites urbains, et en l’absence de troupes étaient de peu d’utilité.

54Cependant l’absence de frontières fortifiées n’est pas synonyme d’absence de défense frontalière. La dimension militaire des frontières, qui était réelle, fut formalisée par l’importante loi militaire de Wamba, promulguée le 1er novembre 673. Cette loi, élaborée à la suite de la révolte qui, en 672, avait bien failli coûter son trône à Wamba, ou tout au moins détacher la Narbonnaise du giron hispanique, établit des obligations militaires pour tous les sujets du royaume dans deux cas de figure distincts. Le premier, qui est celui qui nous intéresse ici, concerne l’agression aux frontières (aliqua infestatio inimicorum in prouincias regni nostri) : tout homme, clerc ou laïc, se trouvant dans un rayon de moins de cent milles du lieu de l’agression sera tenu d’aller la combattre en toute hâte, accompagné du plus grand nombre possible de dépendants. En effet le législateur observe avec affliction qu’en pareil cas nombreux sont ceux qui fuient leurs obligations, permettant ainsi aux ennemis de pénétrer facilement à l’intérieur du royaume et causant des victimes inutiles parmi la population :

  • 113 L.V., IX, 2, 8.

« ...quand, pour ceux de nos hommes qui se trouvent au voisinage des peuples étrangers, surgit la nécessité de se battre contre l’ennemi, certains se dispersent à la moindre occasion, tantôt en changeant de lieu, tantôt en recherchant l’inaction, tantôt en s’appuyant sur le prétexte d’une feinte infirmité, de sorte qu’ils ne se prêtent pas les uns aux autres un soutien fraternel dans les engagements de la bataille... »113.

55Ces lignes donnent une véritable définition des « frontaliers » hispaniques du VIIe siècle : ce sont toutes les personnes « qui se trouvent au voisinage des peuples étrangers », plus précisément infra centum milia. Ce rayon de cent milles concerne en fait la distance à l’intrusion éventuelle ; mais, étant admis que celle-ci ne peut se produire qu’aux frontières, nous obtenons grosso modo une bande frontalière d’environ 150 kilomètres de large à l’intérieur de laquelle les habitants se trouvaient astreints à des obligations militaires particulières. Les personnes de passage étaient par ailleurs investies des mêmes responsabilités que les habitants, du moment qu’elles se trouvaient dans la zone considérée au moment de l’alerte. Le deuxième cas de figure envisagé par la loi de Wamba est celui d’une tentative d’usurpation, où les mêmes obligations s’appliquent à toutes les personnes se trouvant à une distance de moins de cent milles du lieu où a éclaté la révolte.

  • 114 Dans le deuxième cas d’application de la loi, celui d’un soulèvement, les sanctions sont aggravées (...)
  • 115 L.V., IX, 2, 9.
  • 116 Hans-Joachim Diesner, « König Wamba und der westgotische Frühfeudalismus. Fragen zur Entstehung des (...)
  • 117 Abilio Barbero, Marcelo Vigil, La formación del feudalismo en la Península Ibérica, Barcelone, 1978 (...)

56À partir de 673 est donc entrée en vigueur une disposition législative qui matérialisait la dimension militaire de la frontière et mettait en place une véritable organisation de la défense sur les marges du royaume. Ces obligations concernaient tous les habitants, clercs et laïcs, grands et petits, et des châtiments fort lourds les sanctionnaient : les clercs majeurs (évêques, prêtres, diacres) pouvaient choisir entre l’exil et le remboursement à leurs frais de tous les dégâts causés par l’agression ; le reste des sujets se voyait confisquer tous ses biens et était réduit en servitude114. La loi militaire de Wamba fut publiée en 673. En 681, dès son accession au pouvoir, Ervige publia sa propre loi militaire115 ; au XIIe concile de Tolède, réuni en 681, quelques semaines après la déposition de Wamba, Ervige fit décréter l’amnistie des condamnés du règne précédent qui avaient perdu leur capacité à tester (canon 7). Quels sont les liens qui unissent toutes ces mesures ? Les historiens qui ont étudié les deux lois militaires incluses dans le Liber Iudicum affirment tous que la seconde abrogea la première. Cette substitution s’expliquait par les effets désastreux de la loi de Wamba, qui aurait réduit à l’incapacité juridique la moitié des sujets du royaume, réduits à la servitude. Aussi Ervige aurait-il amnistié les victimes de cette loi, tout en édictant une nouvelle disposition à la fois plus favorable aux ecclésiastiques, car elle les dispensait de toute participation à la défense, et plus répressive pour les simples laïcs. Cette dispense pour les clercs aurait constitué une contrepartie octroyée par Ervige à l’Église, à laquelle il devait son ascension irrégulière au trône116, ou bien découlerait du réalisme politique d’Ervige, qui, au contraire de son prédécesseur, s’adaptait ainsi « aux conditions sociales dominantes »117.

  • 118 ...quisquis horum est in exercitum progresssurus, decimam partem seruorum suorum secum in expeditio (...)

57La loi militaire d’Ervige sanctionne deux attitudes néfastes au bon fonctionnement de l’armée : l’absence de réponse de certains à l’appel sous les armes, et l’incorporation aux rangs de quelques dépendants seulement, leur maître laissant égoïstement tous les autres vaquer aux travaux des champs. Désormais les combattants seront tenus d’emmener avec eux au moins le dixième de leur familia ou de leurs serui118. Les éventuels contrevenants sont partagés en deux catégories, les maiores loci (les duces, comites ou gardingi) et les inferiores (thiufadi, personnes chargées de lever l’armée, soldats). Les premiers seront punis par la confiscation de tous leurs biens et l’exil (un adoucissement, donc, en comparaison avec la loi de Wamba, où ils étaient réduits en servitude), les seconds seront soumis à la decaluatio infamante, recevront deux cents coups de fouet et paieront une livre d’or d’amende ; en cas d’impossibilité d’acquitter cette amende ils seront réduits en esclavage. La peine frappant les laïcs dépourvus d’honor est donc beaucoup plus lourde que celle qu’appliquait la loi de 673.

  • 119 Quid debeat obseruari, si scandalum infra fines Spanie exsurrexerit.
  • 120 De his, qui in exercitum constituto die, loco uel tempore definito non successerint aut refugerint  (...)
  • 121 ...instituto adque prefinito die uel tempore, quo aut princeps in exercitum ire decreuerit aut quem (...)

58Malgré les apparences, nous ne croyons pas qu’il faille attribuer les différences de traitement observées dans ces deux lois à des « concessions » d’Ervige à la noblesse et à l’Église. En effet les deux mesures, bien que similaires, n’ont pas le même objet. La loi de Wamba légifère sur les cas d’urgence militaire, de scandalum (« occasion de chute », péril), quelle que soit leur origine, interne ou externe. Son titre même, « Ce qui doit être observé si un scandalum surgissait sur le territoire de l’Hispanie »119, indique qu’elle concerne les situations exceptionnelles. La loi d’Ervige régule au contraire l’organisation ordinaire de l’armée : « Sur ceux qui ne se rendraient pas à l’armée au jour prévu, au lieu et au temps décidé, ou qui prendraient la fuite, et quelle proportion de ses esclaves chacun doit emmener en campagne »120. Il est question ici de la mobilisation organisée chaque année au printemps, théoriquement en mars suivant la tradition romaine. Cet appel annuel sous les armes se faisait le plus souvent d’une manière assez sereine : les autorités fixaient par avance un lieu et une date121 et tous ceux qui étaient mobilisés (hi, qui compelluntur) devaient se rendre au lieu de rassemblement, accompagnés d’une troupe d’hommes (uirtus) proportionnée à leurs moyens. Il est question ici, non d’un scandalum, mais d’une expeditio publica ordinaire, d’une campagne. La distinction entre ces deux modalités, fort ancienne, est exposée par Isidore de Séville :

  • 122 Isidore de Séville, Étymologies, IX, III, 52-55.

« Il y a trois genres d’entrée sous les armes [militia] : le serment [sacramentum], l’appel en masse [euocatio], la conjuration. Le serment, par lequel chaque soldat jure, après son enrôlement, de ne pas quitter les rangs de l’armée (...). L’appel en masse, quand pour une guerre subite [subitum bellum] sont appelés non seulement les soldats mais aussi tous les autres (...). La conjuration, celle qui se fait dans le tumulte, quand un péril voisin de la ville ne permet pas aux hommes de prêter serment un par un, mais que soudain une multitude se rassemble et s’enfle tumultueusement en colère. On appelle aussi cela une tumultuatio »122.

59La classification isidorienne comprend le cas de figure de la coniuratio ou tumulte, qui ne relève pas vraiment de la militia, mais plutôt du désordre. En revanche les deux modalités du sacramentum et de l’euocatio paraissent s’ajuster beaucoup mieux aux deux lois militaires visigothiques : le scandalum, danger pressant et subit (subitum bellum) oblige tous les sujets à participer à la défense (euocatio). C’est la raison pour laquelle la loi de Wamba frappe également le clergé : elle se situe dans le cadre d’une situation exceptionnelle. À l’inverse, l’expeditio publica, dite aussi profectio exercitus, concerne uniquement les laïcs. C’est également pour cela que la loi de Wamba, qui ne fait pas mention de l’exercitus (armée régulièrement convoquée), exige que le combattant s’adjoigne tous ses dépendants en état de se battre, alors que celle d’Ervige ne fait qu’établir un quota minimum du dixième des esclaves de chacun :

  • 123 L.V., IX, 2, 8.

« Nous décrétons donc par cette loi que toute personne qui, qu’elle relève du district où est survenue l’adversité ou d’un district voisin (...), dès que la nécessité se sera fait jour (...) et quelle que soit la manière dont elle en aura eu connaissance, ne se mettra pas aussitôt à la disposition de notre gens et de notre patrie pour les défendre avec tous ses hommes valides [cum omni uirtute sua, qua ualuerit] (...) soit soumise à l’exil le plus sévère... »123.

60Dans les cas où un combattant potentiel serait retenu chez lui par la maladie, la loi de Wamba l’oblige à envoyer se battre tous ses dépendants, qui seront placés sous les ordres des clercs ; dans la loi d’Ervige ces dépendants sont confiés au comes ou dux.

  • 124 Nicolas Svoronos, « Storia del diritto e delle istituzioni », dans La civiltà bizantina dal IV al I (...)

61Si l’armée a beaucoup changé depuis le temps où les soldats romains prêtaient serment à l’issue de leur enrôlement, la distinction fondamentale entre les deux types de militia présentés par Isidore de Séville n’a, elle, pas été altérée, et elle demeure vivante dans le Liber Iudicum. Il faut d’ailleurs relever que les deux lois militaires, dans l’hypothèse où l’une remplacerait l’autre, constitueraient l’unique exemple de voisinage de deux mesures contradictoires dans le code visigothique. En toute logique, dans les exemplaires ervigiens ou postérieurs du Liber Iudicum la loi de Wamba ne devrait plus figurer si celle d’Ervige l’a abrogée. Il est vrai qu’une loi simplement tombée en désuétude sans être abrogée124 n’avait pas de raison d’être éliminée du code ; mais une dizaine d’années après la promulgation de celle de Wamba, l’édiction d’une nouvelle loi portant sur le même thème et consignée à la suite de la première dans le Liber aurait dû retenir l’attention des législateurs. En fin de compte la persistance de cette loi dans le code n’a qu’une explication possible : elle est toujours en vigueur. Plus encore, il est possible de deviner l’existence d’une autre loi militaire de Wamba, que celle d’Ervige prétendait bien remplacer. Le contenu de cette disposition abrogée se déduit facilement de l’examen des mesures d’amnistie prises au concile de 681, où il est fait allusion à une loi de Wamba qui n’est pas celle que nous connaissons.

  • 125 Conc. Tol. XII, c. 7 : De recepto testimonio personarum qui per legem de promotione exercitus facta (...)

62Examinons tout d’abord les actes du XIIe concile de Tolède. L’amnistie décrétée concerne les victimes d’une loi militaire de Wamba, mais est-ce bien celle qui est recueillie au Liber Iudicum ? Le titre en est différent. Selon le canon 7, la loi en question s’intitule De promotione exercitus125. Elle régulait donc logiquement, non pas les cas de scandalum, mais les campagnes annuelles, les expeditiones publicae, dites aussi profectiones, promotiones ou progressiones, autant de vocables synonymes correspondant aux verbes proficisci, promoueri et progredi, « partir en guerre ». Les victimes de la loi ici visée ont été frappées d’une perte de la testificandi dignitas, c’est-à-dire de la peine de déchéance civique ou infamia, qui privait le condamné de sa personnalité juridique : c’est bien cette sanction qu’établissait la loi connue de 673. En revanche il n’est pas soufflé mot de l’exil des ecclésiastiques que celle-ci décrétait. Or est-il vraisemblable que le concile, assemblée des évêques du royaume, ait rédimé les laïcs sans prendre la peine de s’occuper des clercs victimes de la même loi ? En dernier lieu, le discours prononcé par Ervige pour guider les évêques dans l’édiction des canons (tomus) livre des détails sur le contenu de la loi pour laquelle il demande l’amnistie :

  • 126 Conc. Tol. XII, tomus, éd. J. Vives, p. 380.

« ...La loi promulguée sur l’ordre de notre prédécesseur disposait que tout homme qui ne rejoindrait pas l’armée lors des campagnes militaires [expeditio] ou qui fuirait ses rangs perdrait irrévocablement la marque de sa dignité ; instaurée dans tout le territoire de l’Hispanie, cette mesure, par sa sévérité, a soumis à l’infamia perpétuelle près de la moitié du peuple »126.

  • 127 Selon toute vraisemblance l’expression dimidiam partem populi est de toutes façons fortement exa

63Il s’agit ici de toute évidence d’une loi sur la désertion, dans le cadre de l’armée régulière. Elle sanctionne les membres de l’exercitus et uniquement eux, tout comme la loi d’Ervige que nous connaissons, justement datée de 681, la même année que le XIIe concile. Si l’on postule l’existence de deux lois militaires de Wamba les actes d’Ervige n’en demeurent pas moins parfaitement cohérents : réunissant un concile pour régulariser son accès au pouvoir, il fait amnistier par la même occasion les nombreuses victimes127 de la loi militaire de Wamba concernant l’appel de l’ost. Simultanément il édicte une loi destinée à se substituer à celle-ci, évitant ainsi tout vide juridique. La loi perdue de Wamba, contrairement à la loi L.V., IX, 2, 8 qui envisage explicitement un cas de sédition, n’avait probablement aucun rapport direct avec la révolte de Paulus, même s’il est probable que le traumatisme souffert par Wamba au début de son règne fut à l’origine d’un certain nombre de mesures sévères.

  • 128 gérée.
  • 129 Conc. Tol. X, c. 2.

64Il reste un doute à lever : la sanction infligée par les deux lois de Wamba aux personnes coupables de se dérober à leurs obligations militaires est la même, la perte de la personnalité juridique (testimonium dignitatis ou testificandi dignitas, deux expressions équivalentes). Pourquoi cette coïncidence, et n’indique-t-elle pas qu’il n’y eut qu’une seule loi ? C’est qu’au fond la faute visée, bien que commise dans des circonstances différentes, lors de la convocation régulière de l’armée ou en cas de danger menaçant l’État, est de même nature. La peine d’infamia consistait à priver une personne de sa personnalité juridique. Bien plus répandue dans la législation visigothique que dans le reste des droits barbares ou dans la tradition juridique romaine, elle s’appliquait à l’origine aux apostats, aux traîtres à la religion ; elle sanctionnait la rupture de la fides, de la foi et de l’allégeance à Dieu128. Par un processus de « théologisation du droit » les Visigoths appliquèrent ensuite la même sanction à la rupture de la fides politique, la foi au souverain formalisée par le serment de fidélité. L’extension de cette peine au refus d’accomplissement des obligations militaires n’est pourtant pas nécessairement due à l’incorporation de celles-ci dans le texte du serment à partir de 673. L’obligation militaire était en fait déjà implicitement incluse dans un serment prêté in salutem regiam gentisque aut patriae129. Il incombait à chaque individu s’engageant de la sorte de contribuer, avant tout par les armes, au salut du royaume. Ainsi rien ne s’oppose à ce que Wamba ait publié deux lois distinctes établissant un même châtiment pour deux fautes commises dans des circonstances différentes.

  • 130 Quand c’était le cas, la lettre de la loi précisait que son application avait un caractère rétroact (...)
  • 131 Sous l’Empire romain il s’agissait d’un véritable fléau, les recrues allant parfois jusqu’à se coup (...)

65En dernier lieu, même si l’on imaginait que le royaume de Tolède connaissait à la fin du VIIe siècle une situation cahotique, et ce n’était sans doute pas le cas, le domaine d’application de la loi de Wamba sur le scandalum était de toutes façons bien plus étroit que celui de la loi sur l’expeditio publica. La première ne visait en effet que les cas d’agression extérieure et de sédition politique. La révolte de Paulus constitua certainement une occasion considérable de scandalum, mais elle eut lieu avant l’édiction de la loi, et il est assuré que celle-ci ne s’appliqua pas a posteriori130. En revanche l’expeditio publica est par définition une pratique régulière, qui donnait certainement lieu à des désertions en grand nombre131. Il est donc beaucoup plus vraisemblable que l’abondance de sanctions observées par Ervige (même si, encore une fois, il en exagère certainement le nombre) ait concerné des désertions commises lors de la convocation régulière de l’armée plutôt qu’en situation de péril extrême.

66La loi de Wamba sur la défense aux frontières ne fut donc pas abrogée par son successeur Ervige, mais demeura en vigueur depuis 673 jusqu’à, très probablement, la chute du royaume visigothique. Elle définissait le profil d’un « frontalier » de l’époque : tout homme, quel que fût son état, résidant à moins de cent cinquante kilomètres des confins du royaume. Les clercs, qui en principe n’avaient pas part à la défense, n’étaient pas dispensés des obligations incombant aux frontaliers ; tout juste était-ce si les diacres, prêtres et évêques bénéficiaient d’un traitement de faveur en cas d’infraction à la loi. Enfin il existait des frontaliers adventices : le fait de se trouver de passage dans une zone de confins comportait les mêmes responsabilités pour un voyageur que pour un habitant.

  • 132 Jacques Le Goff, Jean-Noël Biraben, « La peste en Occident », A.E.S.C., 24 (1969), pp. 1484-1510.

67Quels furent les motifs directs de la promulgation de la loi sur le scandalum, tout au moins de ses paragraphes concernant la frontière ? Quarante ans avant sa fin, le régime visigothique pressentait-il les périls d’une possible invasion ? Avait-il été en butte à des tentatives de cette nature de la part de ses voisins ? C’est fort improbable. Il semble que le danger le plus craint alors sur les frontières d’Occident était la pratique des raids de pillage, expéditions visant une rapide collecte de butin suivies d’un retour des guerriers à leur point de départ ; ce fléau fut sans doute également une préoccupation prioritaire du riche royaume visigothique. La Péninsule ibérique constituait en effet une proie de choix dans l’Occident du VIIe siècle : l’Italie, traditionnellement prospère, était ruinée par les Guerres Gothiques ; l’Afrique, victime de l’agitation berbère, n’était sans doute plus que l’ombre de ce qu’elle avait été ; la Gaule, du moins sa partie méridionale, semble s’être débattue dans une situation de crise démographique et économique. Rien de tel en Hispanie, qui fut beaucoup moins affectée par la peste justinienne que le reste de l’Occident méditerranéen132, qui n’eut pas à souffrir des guerres civiles incessantes qui frappaient la Gaule, et qui, en définitive, atteignit la seconde moitié du VIIe siècle dans une situation assez enviable au regard des régions voisines. Les termes mêmes de la loi de Wamba indiquent qu’elle visait des agressions brèves et non d’éventuelles invasions : les dégâts envisagés sont les victimes humaines et les dommages matériels, en aucune manière la perte d’une partie du territoire.

68Quelques indices subsistent au demeurant, en dépit de l’insuffisance des sources concernant cette période, de plusieurs expéditions de pillage ayant affecté l’Hispanie à la fin du VIIe siècle. L’une d’elle concerne les Byzantins. La Chronique de 754 rapporte en effet que le puissant Theudimer dut faire face sous le règne conjoint d’Egica et Wittiza à des agressions navales des « marins grecs » :

  • 133 Chronique de 754, XI, 57.

« Mais déjà sous les rois des Goths Egica et Wittiza il avait remporté la palme de la victoire sur les Grecs, qui débarquaient dans sa patrie par des attaques navales »133.

69Cette information ne signifie pas que les troupes impériales tentaient de reconquérir, soixante-dix ans après en avoir été chassées, des portions de territoire dans la Péninsule ibérique. Le peu d’intérêt manifesté pour ces possessions à l’époque de Justinien est suffisamment parlant pour qu’une telle interprétation puisse être écartée d’emblée. La présence de forces byzantines dans les Baléares, à proximité immédiate de la côte levantine, peut en revanche expliquer ces incursions : il était tentant et facile, sans mettre sur pied une expédition de longue haleine, d’aller s’approvisionner par la force sur la côte hispanique, et de revenir au port les mains pleines. En tant que principal potens de la région Theudimer avait la responsabilité de repousser ces attaques. Le fit-il sur la terre ferme, ou possédait-il une flotte ? Le texte laisse la porte ouverte aux deux interprétations.

  • 134 Akhbâr Majmû‘a, éd. E. Lafuente y Alcántara, p. 8.

70Il est également possible que des musulmans aient pénétré dans la Péninsule ibérique au moins une fois avant l’année décisive de 711. Les Akhbâr Majmû‘ a affirment que lors de l’intrusion musulmane de 711 l’armée visigothique se « souvint » soudain de l’ascendance vile de Rodéric et décida de causer sa perte en provoquant la défaite face à leurs adversaires. Selon cette source, les Visigoths ne prévoyaient pas des conséquences particulièrement graves à cette manœuvre, car « ces gens ne prétendent pas s’établir dans notre pays ; ils ne cherchent qu’à gagner du butin : quand ils l’auront obtenu, ils s’en iront et nous laisseront »134. D’où provenait une telle assurance ? Sans doute de l’expérience, et peut-être, plus précisément, d’une expérience concernant les Sarrasins eux-mêmes. La Chronique d’Alphonse III se fait l’écho d’une « pré-invasion » musulmane à l’époque de Wamba :

  • 135 Chronique d’Alphonse III, II (version Rotense), éd. J. Gil Fernández, J. L. Moralejo, J. I. Ruiz de (...)

« En son temps également 270 navires sarrasins attaquèrent les côtes de l’Espagne, et ils furent tous sur le champ détruits et brûlés par le feu »135.

71Aussi bien l’échelle de ce débarquement que la date à laquelle il aurait eu lieu (avant 681, donc bien avant la prise de Carthage par les musulmans) sont peu crédibles. Même si cette information peut relever de l’invention pure, la possibilité demeure néanmoins de l’existence de fondements historiques à ce passage. Peut-être l’agression eut-elle lieu plus tard, peut-être ne fut-elle pas le fait des Sarrasins, mais des Byzantins de Septem, ou des Berbères eux-mêmes. Plusieurs indices appuient en tout cas l’idée que la pratique du pillage des côtes visigothiques exista réellement à la fin du VIIe siècle.

  • 136 Dionisio Pérez Sánchez, El ejército en la sociedad visigoda, Salamanque, 1989, pp. 157 sq.
  • 137 Ibid., p. 193.

72La loi militaire de Wamba manifestait-elle, comme cela a été affirmé, une tendance à la « territorialisation de la défense », c’est-à-dire une relative perte de contrôle des opérations belliqueuses de la part de la monarchie, marque évidente de féodalisation ? C’est l’idée de Dionisio Pérez Sánchez, qui identifie dès la répression de la révolte narbonnaise de 672 les prodromes de cette tendance136. Désormais la défense aurait été confiée aux grands propriétaires et à leurs armées privées, rendant impossible la réunion de forces à une échelle plus ample. Ce processus, réduisant finalement le royaume visigothique à l’impuissance, à « un état d’atomisation extrême »137, l’aurait livré pieds et poings liés au VIIIe siècle aux envahisseurs d’au-delà du détroit.

  • 138 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, IX.

73Pourtant la territorialisation, c’est-à-dire l’implication préférentielle dans la tâche de défense des habitants se trouvant à proximité du péril, ou, plus précisément, à moins d’une semaine de marche, fut mise sur pied pour des raisons d’efficacité. Étant donné la nature des agressions frontalières dont faisait l’objet l’Hispanie, il est clair que l’unique moyen de lutter contre elles était la rapidité de la riposte ; la réunion de contingents issus de tout le royaume n’était pas réaliste face à des incursions durant, chaque fois, quelques jours au maximum. C’est d’ailleurs exactement le raisonnement que fit valoir Wamba aux primates palatii en 672 pour rejeter l’éventualité d’un retour à Tolède avant de marcher contre la Narbonnaise138. Encore une fois, nous nous trouvons dans le cas exceptionnel d’un scandalum, non pas dans le cadre de l’évolution habituelle de l’armée. La lenteur des communications rendait indispensable une riposte rapide et massive aux agressions là où elles se produisaient, ce qui impliquait également la participation du clergé ; dans un second temps, si la menace n’était pas réduite, toute l’armée se mettait en marche selon la procédure régulière, « ayant rassemblé partout des forces » (collectis undique uiribus). On peut donc bien identifier une territorialisation de la défense dans la mesure où celle-ci constituait une tentative d’amélioration des capacités défensives du royaume sur ses marges, et à l’intérieur du pays dans les cas de révolte. Mais il n’existe pas de base pour affirmer que le monarque avait perdu la haute main sur les opérations militaires, hors des cas d’urgence envisagés par la loi de Wamba. La territorialisation instituée dans des circonstances précises ne fut pas synonyme d’atomisation ni de déclin du royaume de Tolède.

74La « fortification » des frontières visigothiques était donc assurée, non au moyen d’ouvrages défensifs dont on n’a retrouvé à ce jour aucune trace, mais, à partir de 673, par une organisation militaire particulière. La loi militaire de Wamba avait pour objet de définir juridiquement, donc quantitativement, la zone frontière et de rendre responsables de sa défense toutes les personnes y résidant ou s’y trouvant de passage. Cette mesure entendait ainsi combattre plus efficacement les expéditions de pillage que le royaume avait subies sur ses marges au cours du VIIe siècle.

Une frontière support d’identité

75L’importance des frontières dans la définition d’une souveraineté semble fondamentale à l’époque visigothique. Il n’est pas rare en effet que l’on trouve dans la documentation un territoire défini par trois éléments fondamentaux : sa capitale (sedes, caput), ses frontières (fines, termini) et l’autorité (nomen) qui s’y exerçait. Un canon du concile de 666 déjà plusieurs fois cité, celui qui tranche le litige frontalier entre les diocèses d’Egitania et de Salamanque, donne un exemple de ce type de présentation :

  • 139 Conc. Emer., c. 8.

« La grâce divine (...) a poussé l’esprit [du roi] à la piété, de sorte que, conformément aux sentences des anciens canons, il a ramené les limites [termini] de la province de Lusitanie, avec ses évêques et ses parochiae, dans la juridiction [nomen] de la province et a restauré ce siège métropolitain »139.

76La restauration de la province ecclésiastique de Lusitanie par Recceswinth est décrite en termes de limites, (fort logiquement, puisque ce sont celles-ci qui avaient été affectées par la tutelle suève), de juridiction ou d’autorité (nomen) et de capitale ecclésiastique.

  • 140 L.V., IX, 2, 8.

77Les frontières définissaient ainsi le territoire, tant à l’échelle de la province qu’à celle, plus large, du royaume. La législation avait recours aux limites pour définir l’espace où elle s’appliquait : les mesures édictées par la monarchie visigothique avaient force de loi infra fines ou infra terminos regni nostri. La frontière, en séparant nettement le soi de l’autre, constituait l’un des éléments fondant l’identité d’un peuple. Cet aspect affleure dans la rhétorique du préambule à la loi militaire de Wamba, qui présente la frontière comme une juxtaposition de l’intérieur (nostri) et de l’extérieur (externae gentes) : « Quand pour les hommes de chez nous [ nostris], qui vivent au voisinage des peuples extérieurs [in confinio externis gentibus], surgit la nécessité de combattre l’ennemi... »140. Cet interface remplit correctement sa fonction, dans l’esprit du temps, si, au lieu de mettre en contact, il est étanche aux influences ou intrusions extérieures. C’est pourquoi la représentation des frontières qui prévaut est celle d’une barrière, d’une clausura.

  • 141 Quelques exemples de ce mépris affiché envers les voisins barbares de l’Italie ostrogothique : « Il (...)

78Chez les Romains cette étanchéité s’expliquait par la négation de toute légitimité culturelle aux populations extérieures à l’Empire. Les Germains, qui avaient euxmêmes été cet « autre » rejeté a priori dans le néant de l’outre-limite, adoptèrent les conceptions romaines, mais les adaptèrent à leur nouveau statut. Le royaume ostrogoth, qui détenait le privilège de s’être établi autour du siège même de l’Empire, manifeste une continuation du mépris romain envers les barbares, phénomène d’autant plus naturel que son personnel administratif demeurait romain, et que la source qui donne le plus d’informations à son propos, les Variae, est l’œuvre d’un membre « rallié » de l’aristocratie impériale141. Rivalisant dans leur désir d’incarner la romanité, les dirigeants autrefois « barbares » s’empressaient finalement, en reprenant la rhétorique impériale, de rejeter sur leurs voisins le poids de la barbarie. Les Romains, en opposant leur propre ciuilitas à la rusticitas des habitants des montagnes pour mieux légitimer leurs entreprises de conquêtes, n’avaient pas procédé autrement.

  • 142 Insultatio uilis storici in tyrannidem Galliae, éd. W. Levison, C.C. CXV, Turnhout, 1976, pp. 245-2 (...)
  • 143 Juan José Larrea Conde, Peuplement et société en Navarre..., op. cit.

79En Hispanie l’opposition avec les gentes d’au-delà de la frontière demeurait, mais elle n’était plus aussi forte qu’elle l’avait été dans l’Italie de Théodoric. Les sources visigothiques, tout en utilisant, comme la rhétorique ostrogothique, l’expression exterae gentes (les peuples de l’extérieur) pour désigner les peuples étrangers, n’établissent aucune différence de statut entre ceux-ci et les habitants du royaume visigothique. Même un texte aussi virulent que l’Insultatio Galliae142 ne fait pas appel à l’idée d’une différence de nature entre les peuples gaulois et hispanique. Au VIIe siècle les frontières sont apparemment devenues des sortes d’axes de symétrie entre gentes de même poids juridique, qui, même dans les cas où elles s’affrontent, ne remettent pas en question leur égalité de condition. C’est pourquoi, si les frontières demeurent symboliquement fermées, ce n’est plus, comme à l’époque impériale, afin de préserver la civilisation de toute attaque barbare. Le motif profond est ailleurs. Remarquons au passage que les Visigoths avaient partiellement prolongé l’opposition traditionnelle entre romanité et barbarie par la promotion du peuple vascon au rôle de barbare particulier. Ce rôle lui était assigné à la fois dans la rhétorique et sans doute – les conclusions pessimistes de Juan José Larrea sur l’état de la région au début du Moyen Âge tendent à le suggérer143 – dans la réalité quotidienne des expéditions « punitives » visigothiques. Mais la frontière ne jouait plus aucun rôle dans cette confrontation, car les Vascons étaient des barbares intérieurs ; il n’est jamais question dans les sources de la frontière visigothique avec la Vasconie, simplement parce qu’elle n’existait pas.

  • 144 Pierre Cazier, « Derrière l’impersonnalité des Sentences, aperçus sur la personnalité d’Isidore de (...)
  • 145 De manière remarquable, les fameuses « conquêtes » de Léovigild sont présentées par Jean de Biclare (...)
  • 146 Cf. Paul Veyne, « Y a-t-il eu... », op. cit.

80Bien que les frontières visigothiques ne fissent plus office de démarcation du champ de la civilisation, elles n’en servaient pas moins à fonder une identité spécifique, et fermement posée une fois pour toutes. Comme l’a remarqué Pierre Cazier en étudiant les Sentences, à l’époque du royaume de Tolède la guerre était conçue comme défensive, et absolument pas comme un moyen de conquête144. Borné par des frontières considérées comme naturelles et immuables, l’État pouvait améliorer son emprise sur son territoire145, mais ne cherchait pas à l’étendre vers l’extérieur : s’il y eut – peut-être – un impérialisme romain146, il n’exista pas d’impérialisme visigothique. Cet aspect peut d’ailleurs être mis en rapport avec l’originalité du choix d’une capitale intérieure. Le fait que Tolède fût l’un des points de la Péninsule ibérique les plus éloignés de la côte doit sans doute être interprété comme un éloignement volontaire des confins, et non comme une hypothétique antipathie des Visigoths envers la mer. S’ils établirent une capitale au cœur de la prouincia Gothorum, ce fut pour des raisons plus symboliques que stratégiques : le royaume visigothique allait se construire en direction de son propre intérieur.

  • 147 Cf. David Olster, « From Periphery to Center... », op. cit.

81Le solipsisme romain trouvait ainsi dans le royaume de Tolède un prolongement encore plus factice, car véritablement difficile à maintenir. Désormais les frontières de l’État étaient en effet devenues visibles, la présence de peuples voisins ne pouvant plus être occultée ; aussi devaient-elles idéalement être imperméables. Si l’on a pu définir la frontière romaine comme « semi-perméable », car elle permettait l’expansion et interdisait l’intrusion147, la frontière visigothique s’était faite, elle, étanche dans les deux directions, définissant ainsi une unité individualisée, le regnum. Le rapprochement avec la Gaule mérovingienne amène cependant à se demander si l’ensemble matérialisé par les frontières extérieures était indivisible, ou si d’autres frontières, plus discrètes, pouvaient également découper son territoire.

3. Des frontières intérieures ?

  • 148 Voir plus haut.
  • 149 Dietrich Claude, Adel, Kirche und Königtum in Westgotenreich, Sigmarigen, 1971, p. 208.

82La pratique des partages entre souverains, qui, bien que rare dans le royaume visigothique, n’en est pas moins attestée, pourrait suggérer l’existence de frontières intérieures le long desquelles s’organisaient les découpages éventuels du territoire ibérique. L’unité spatiale que conformait le royaume de Tolède, même composée de parties qui en leur majorité n’exprimaient aucun séparatisme politique148, était-elle dissociable par le sommet ? En d’autres termes, exista-t-il en Hispanie, comme en Gaule mérovingienne, des cas de partages du royaume entre plusieurs héritiers à la couronne ? Dietrich Claude, qui a étudié le monde mérovingien et le royaume visigothique, a apporté à cette question une réponse nettement négative : selon lui le seul cas attesté de partage du royaume de Tolède eut lieu sous le règne de Léovigild149. Pourtant, s’il est vrai que la distance est grande des pratiques politiques mérovingiennes à celles des monarques visigothiques, plusieurs cas de partages du pouvoir n’en sont pas moins repérables entre le milieu du VIe siècle et le début du VIIIe. Il y a donc lieu de se demander si ces partages mettaient en évidence la fragilité d’une construction politique récente, ou s’ils répondaient à un schéma de fonctionnement spécifique.

Quelques cas de partage du royaume de Tolède

83La première occasion de division du royaume visigothique rapportée par les sources concerne les premières années de son existence comme structure politique : le règne de Liuva et de son frère Léovigild, qui se partagèrent respectivement la Narbonnaise et la Péninsule ibérique entre 568 et 573. Les circonstances dans lesquelles eut lieu ce partage ne sont pas complètement éclaircies, car les sources qui y font référence, Grégoire de Tours, Jean de Biclare et Isidore de Séville, ne concordent pas exactement. À en croire l’évêque gaulois, Liuva et Léovigild furent nommés rois simultanément :

  • 150 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, IV, 38.

« Liuva reçut le royaume avec son frère Léovigild. Après le décès de Liuva, Léovigild son frère occupa tout le royaume »150.

  • 151 Sur l’origine volontaire des nombreuses erreurs de Grégoire sur l’Hispanie visigothique, voir Biagi (...)
  • 152 Jean de Biclare, Chronique, a. 568, 3 : « En ce temps Athanagild roi des Goths parvient au terme de (...)
  • 153 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLVII.

84Cette double succession d’Athanagild ne se trouve ni dans Jean de Biclare, ni dans Isidore de Séville, auteurs à la fois plus explicites et géographiquement plus proches des faits que Grégoire de Tours. N’hésitons donc pas à révoquer ce qui est probablement une erreur ou une inexactitude de Grégoire151 : l’association de Léovigild fut postérieure à l’intronisation de Liuva. C’est ce qu’affirment les deux sources hispaniques ; mais, bien qu’Isidore s’appuie essentiellement sur Jean de Biclare pour retracer les événements de cette période, elles divergent sur un autre point. Pour Jean de Biclare, Liuva fut nommé pour succéder à Athanagild in regnum, avec un pouvoir entier par conséquent. Sa formulation pourrait suggérer que Liuva succéda à Athanagild au lieu même de sa mort152, dont on sait par Isidore qu’elle eut lieu à Tolède153. Ce n’est que lors d’une deuxième étape, avec l’association de Léovigild en 569, que Biclare mentionne un partage du territoire du regnum Gothorum :

  • 154 Jean de Biclare, Chronique, a. 569, 4.

« La troisième année de ce règne, Léovigild, le frère du roi Liuva, est mis à la tête du royaume d’Hispanie citérieure, alors que son frère est encore en vie ; il prend pour femme Goswinthe, veuve d’Athanagild, et, admirablement, ramène le territoire des Goths [prouincia Gothorum] qui avait diminué à cause de diverses rébellions à ses limites précédentes »154.

  • 155 Ibid., a. 573, 2.

85Il n’est pas précisé ici que la Narbonnaise fut attribuée à Liuva, mais l’intronisation de Léovigild, du vivant de son frère, in citerioris Hispaniae, et sa récupération de la Narbonnaise à l’issue de la mort de celui-ci en 573155 sont suffisamment parlantes. Léovigild avait reçu en partage l’Hispanie citérieure, c’est-à-dire, conformément à une division provinciale romaine abrogée par Dioclétien, le nord-est de la Péninsule, par opposition à la Lusitanie et la Bétique. Il est possible que Jean de Biclare ait voulu, par cette précision un peu surannée, indiquer que la prouincia Gothorum ne s’identifiait pas encore avec toute l’Hispanie, dont une partie était aux mains des Suèves, et dont le sud était encore hors de contrôle. En outre prouincia Gothorum et Hispanie ne sont pas confondues car la première dépasse le cadre de la seconde : Liuva, roi visigoth, continue à régner en même temps que Léovigild, mais en Gaule Narbonnaise.

  • 156 « Liuva fut élevé au royaume à Narbonne (...) et la deuxième année de son règne, il institua son fr (...)
  • 157 Ramón d’Abadal, Del reino de Tolosa al reino de Toledo, Madrid, 1960 ; José Orlandis, « La sucesión (...)
  • 158 Cf. Luis A. García Moreno, « La oposición de Suintila : Iglesia, Monarquía y Nobleza en el Reino Vi (...)
  • 159 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre..., op. cit., pp. 59 sq. Pour le royaume de Tolède, cf. José Orl (...)

86Isidore de Séville présente au contraire l’élection de Liuva comme ayant eu lieu à Narbonne, l’association de Léovigild en 569 ayant été décidée depuis la Gaule156. Certains historiens ont accepté cette version des faits, et ont donc vu dans l’association au trône de Léovigild une manifestation de pragmatisme politique de la part de Liuva157. Pourquoi cependant attribuer plus de crédit à Isidore qu’à l’abbé de Biclare ? Sur l’Origine des Goths est une source secondaire, alors que Jean de Biclare fut contemporain de Léovigild, même s’il se trouvait encore à Constantinople lors des faits eux-mêmes. D’autre part Isidore a déjà été surpris à d’autres occasions « transformant l’histoire » pour des motifs de convenances politiques158. Il est en fait fort possible que l’élévation de Léovigild n’ait pas été décidée volontairement par Liuva, mais qu’elle ait été acquise sous la pression, voire par un coup d’État déguisé. La quête de légitimité de Léovigild dès 569 montre en effet sa volonté de passer par-dessus le pouvoir de son frère, dont il n’était théoriquement que l’associé et le futur successeur ; le fait d’épouser Goswinthe, la veuve d’Athanagild, le rattachait directement au prédécesseur de Liuva. Ce procédé était extrêmement fréquent dans l’Empire romain et à Byzance, les femmes étant considérées comme porteuses de la légitimité dynastique. En épousant la veuve ou la fille d’un souverain, son successeur entrait symboliquement dans la famille de celui-ci159. D’autre part les nombreuses actions militaires que Léovigild entreprit presque immédiatement avaient comme objectif principal, outre l’élargissement de la prouincia Gothorum, l’acquisition d’un prestige issu des armes qui affermirait son autorité. Il se pourrait donc que Léovigild ne soit pas parvenu sur le trône en qualité de simple second de Liuva, mais qu’il lui ait arraché l’essentiel du pouvoir, se donnant ensuite les moyens de légitimer un règne qui avait commencé sous des auspices bien peu réguliers.

  • 160 Ainsi ad a. 570 :« ANNO IV IVSTINI IMP. QVI EST LIVVIGILDI REGIS SECVNDVS ANNVS ».

87La chronologie même des différents règnes indique que le roi véritable, à partir de 569, était Léovigild et Léovigild seul. En effet Jean de Biclare ne compte qu’un an de règne à Liuva, et à partir de 569 il date sa chronique en fonction du règne des empereurs byzantins et de celui de Léovigild seul160. Isidore prend acte de cet étrange décompte, et l’explique d’une manière peu convaincante par une sentence sur l’unité indivisible du pouvoir terrestre, la potestas :

  • 161 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLVIII.

« Et ainsi la souveraineté fut prise par deux personnes, alors qu’aucune puissance [potestas] ne saurait être partagée. C’est pour cela que l’on compte à l’un seulement un an de règne, et que les autres années sont attribuées à Léovigild »161.

  • 162 Selon José Orlandis (« La sucesión... », op. cit.) la perplexité d’Isidore de Séville était due au (...)
  • 163 Pseudo-Frédégaire, Chroniques, LVII.

88Cette gêne de l’évêque de Séville162 est un argument de plus en faveur de l’hypothèse selon laquelle le partage du regnum Gothorum entre les deux frères aurait pu masquer un coup d’État de Léovigild. Celui-ci relégua Liuva en Narbonnaise, gardant pour lui la réalité du pouvoir. Cette procédure pourrait être rapprochée de la concession de l’Aquitaine par Dagobert à son frère Charibert au début du VIIe siècle, une donation qui avait pour objet de subvenir aux besoins de Charibert et de s’assurer qu’il ne contesterait pas le pouvoir de son frère sur l’ensemble de la Gaule163.

89Quoi qu’il en soit, le partage entre Liuva et Léovigild, unique en son genre en Hispanie, ne fut pas réalisé sur un pied d’égalité, et dès son association Léovigild accapara l’essentiel du pouvoir. Liuva, qui avait sans doute été élu à Tolède et non en Narbonnaise, contrairement à ce qu’affirme Isidore, se retira en 569 de ce qui était déjà la capitale et ne conserva sous sa souveraineté qu’une province marginale du royaume, la Gallia.

  • 164 « Il divisa aussi également le royaume entre eux » (Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, IV, (...)
  • 165 Mais Carolyn Nelson (Regionalism in Visigothic Spain, Univ. Kansas, 1970, p. 166) et Luis García Mo (...)

90Le règne personnel de Léovigild fut le théâtre d’un second cas de partage du royaume, cette fois entre lui et ses deux fils, Herménégild et Reccarède (573-586). Selon Grégoire de Tours Léovigild procéda à une division à part égale entre ses deux jeunes fils, peu après son remariage avec Goswinthe164. Cette affirmation du chroniqueur franc a souvent été considérée comme erronée, dans la mesure où il semble avoir plaqué les usages mérovingiens sur une réalité institutionnelle visigothique assez différente165.

  • 166 Jean de Biclare, Chronique, a. 573, 5.
  • 167 Suzanne Teillet, op. cit., p. 443.
  • 168 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, V, 38.
  • 169 « Le roi Léovigild marie son fils Herménégild (...) et lui attribue une part de la prouincia pour q (...)
  • 170 Cf. les contributions de Robert Collins, Luis García Moreno et Jocelyn Hillgarth au congrès de Tolè (...)
  • 171 Jean de Biclare, Chronique, a. 578, 4.

91Il faut en fait distinguer deux étapes dans l’association au trône des fils de Léovigild. Dans un premier temps ils furent simplement associés à leur père sans assise territoriale concrète ; il est probable qu’ils étaient encore enfants, et que leur confier une province aurait comporté plus de risques que d’avantages. Jean de Biclare situe ce moment en 573, à l’issue de victoires remportées sur les Sappi166. L’association des héritiers au trône ne comportait à ce stade aucune implication spatiale : l’expression consortes regni, dont Suzanne Teillet a remarqué qu’elle était utilisée par l’historiographie impériale167, ne se réfère pas au regnum comme territoire, mais comme souveraineté (basileia). Si la délégation d’une partie du territoire eut effectivement lieu, elle est bien postérieure à l’année 573. En effet la concrétisation spatiale de l’association au trône n’eut lieu qu’en 579, quand Léovigild donna Herménégild en mariage à la jeune franque Ingonde et leur concéda une cité « dans laquelle ils pussent résider et régner »168. Jean de Biclare confirme cette nouvelle information de Grégoire de Tours, mais ne fait pas allusion à Reccarède169 ; il semble que la concession de territoires ne concerna alors que l’aîné des deux fils, pour des motifs qui ont donné lieu à d’innombrables supputations. Reccarède était-il encore trop jeune ? S’agissait-il d’éloigner Herménégild, ou même le couple, dont la présence embarassait la cour tolédane ? Les auteurs coïncident aujourd’hui sur la date de la conversion au catholicisme d’Herménégild, qui ne fut pas antérieure aux années 582-583170. Elle ne saurait donc avoir justifié un éloignement de la cour, puisqu’elle eut lieu pendant la résidence du couple en Bétique. L’hypothèse d’une mystérieuse animosité de Léovigild envers son fils aîné n’est pas inacceptable, mais elle s’accorde mal avec l’octroi d’un territoire ad regnandum. Par ailleurs l’année précédente Léovigild avait fondé une nouvelle cité qu’il avait baptisée Reccopolis ex nomine filii171. Il semble bien que l’on puisse observer une certaine symétrie : si, à la suite de l’association de 573, une seule délégation territoriale se produisit à coup sûr, celle d’Herménégild, une seconde délégation territoriale se dessinait peut-être à travers la fondation de Reccopolis. Elle demeura probablement à l’état de projet, car Jean de Biclare n’y fait pas allusion ; la révolte d’Herménégild ne laissa probablement pas à son père le loisir de la mettre à exécution. Même si Grégoire de Tours a certainement exagéré sa portée, il reste qu’il est bien question ici d’un cas, au moins partiel, de partage du royaume de Tolède.

  • 172 Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation..., op. cit., p. 111.
  • 173 Voir plus haut les circonstances de la fondation de Reccopolis.
  • 174 Cassiodore-Éphiphane, Histoire ecclésiastique tripartite, III, 12.
  • 175 Anonyme de Valois, II, XII, 67 : « Per tricennalem triumphans populo ingressus palatium, exhibens R (...)
  • 176 Isidore de Séville, Sur l’Origine des Goths, LXV.
  • 177 Jean de Biclare, Chronique, a. 586, 2.

92En 573 Léovigild associa ses fils à l’issue de victoires remportées, suivant la pratique des empereurs romains172 ; la seconde association, en 579, coïncida probablement avec des cérémonies de jubilé analogues à celles en usage à Rome, car il occupait alors le trône tolédan depuis une dizaine d’années environ173. Constantin avait procédé de même au début du IVe siècle : à l’occasion de chacun des trois jubilés qu’il célébra, en 316, 326 et 336, il associa au trône l’un de ses trois fils174, et en 336 ses Tricennales coïncidèrent avec le mariage de Constance II. Or Herménégild épousa Ingonde en 579, soit vers la même époque que les cérémonies tolédanes dont la célébration transparaît entre les lignes de la chronique de Jean de Biclare. Théodoric le Grand avait lui-même célébré des Tricennales en Italie en 500175, ce qui montre que cette tradition n’avait rien perdu de sa vitalité en Occident. L’attribution de la Bétique à Herménégild aurait peut-être été suivie, quelques années plus tard, de l’attribution d’une autre province à Reccarède, tout comme les fils de Constantin s’étaient vu attribuer successivement les parties occidentales (Hesperarium partium) de l’Empire, puis l’Orient. L’Histoire des Goths d’Isidore de Séville se fait écho à propos du roi Suintila d’une stratégie dynastique semblable qui ne s’accompagna pas de partage, sans doute par manque de temps, ou en raison de la trop grande jeunesse de son fils Ricimer, encore infans176. L’absence d’un principe héréditaire de succession, tout comme dans l’Empire, jouait en faveur de ces tentatives d’association, par lesquelles les souverains tentaient de transmettre pacifiquement, cum tranquillitate177, leur pouvoir à leur héritier.

  • 178 Claudio Sánchez-Albornoz (« El Senatus visigodo. Don Rodrigo, rey legítimo de España », Cuadernos d (...)
  • 179 Chronique de 754, XLIV.
  • 180 Chronique d’Alphonse III, IV (version Rotense), éd. J. Gil Fernández et al., p. 118.

93Le troisième cas de partage du royaume est celui qui eut lieu au tournant du VIIIe siècle entre Egica et son fils Wittiza (694 ou 698 – 702). Une nouvelle fois, les sources divergent sur l’étendue de cette association. La Chronique de 754, la plus fiable des chroniques chrétiennes, qui est favorable à Wittiza, mentionne l’association au trône de celui-ci par son père à une date malaisée à déterminer, mais comprise entre 694 et 702178. D’après cette chronique Egica était déjà fort vieux (decrepito), et c’est Wittiza qui exerça effectivement le pouvoir dès cet instant, amnistiant notamment (en passant probablement outre à la résistance de son père) les condamnés politiques179. Au contraire les chroniques asturiennes, postérieures et hostiles à Wittiza, assurent que l’association fut suivie de son envoi en Galice, plus précisément à Tuy, « afin que le père tint le royaume des Goths et le fils celui des Suèves »180. Wittiza ne serait pas revenu à Tolède avant la mort de son père. Selon la version asturienne Egica aurait donc procédé à un partage du royaume de Tolède suivant les antiques frontières du royaume suève et du royaume visigoth.

  • 181 Chronique de 754, XLIV.

94Cette information est fort étrange, car les Suèves n’ont plus fait parler d’eux depuis plus d’un siècle au moment du supposé partage. Si Wittiza résida réellement à Tuy il est difficile de justifier son séjour galicien par la nécessité de surveiller plus particulièrement le peuple suève. En revanche son départ de Tolède pourrait fort bien s’expliquer par une mesure d’éloignement forcé prise par le vieux roi à son encontre. Le rédacteur de la Chronique de 754 fait peut-être une allusion voilée à ce conflit entre père et fils en indiquant que Wittiza, « bien qu’il ait succédé sur le trône à son père avec impudence (petulanter), se montra cependant très clément pendant ses quinze années de règne »181. Le texte explicite plus loin la clémence de Wittiza, qui s’appliqua aux condamnés politiques de son père, mais non sa « pétulance », qui en toute logique devait concerner ses rapports, sans doute orageux, avec Egica.

  • 182 Les types no 13 (bustes opposés) de George C. Miles, The Coinage..., op. cit., New York, 1952.

95L’existence d’un « partage » à la fin du VIIe siècle entre Egica et Wittiza n’est donc pas assurée. Il y eut bien association au trône, comme le prouvent les séries monétaires frappées aux deux noms182 ; mais seules les chroniques asturiennes mentionnent un partage entre la Gallaecia et le reste du royaume, et la justification qu’elles en donnent manque de vraisemblance. Cette information tire plus probablement son origine de l’éloignement plus ou moins forcé de Wittiza de la cour, à une date qui demeure incertaine. L’animosité qui divisait les deux hommes put inciter Egica à combiner l’association au trône et la délégation d’une partie du royaume à son fils, afin d’éloigner celui-ci de Tolède tout en achetant, au moins pour un temps, sa loyauté.

  • 183 Ammien Marcellin, Res Gestae, XV, 8.

96Ainsi, comme Léovigild peut-être, Egica a pu chercher, en associant au trône son fils et en lui confiant une province éloignée, à se défaire en douceur d’un rejeton un peu trop turbulent. Il est vrai que les sources demeurent ambiguës à cet égard, et il ne peut s’agir, en tout état de cause, que d’une hypothèse. L’association d’Herménégild répondait sans doute plus fondamentalement à un modèle constantinien qu’à une volonté d’éloignement. Mais l’association de Wittiza, s’il est vrai que celui-ci nourrissait quelque sympathie à l’égard des condamnés politiques de son père, pouvait n’être qu’une mesure de sûreté face à une possible entreprise séditieuse de sa part. L’Empire romain tardif offre un exemple de ce procédé : Constance, qui avait fait assassiner toute la famille du futur Julien l’Apostat à l’exception de celui-ci, finit par l’associer à la pourpre183. Afin cependant de se prémunir contre toute tentative séditieuse, il l’envoya bien loin de la capitale – en Gaule, où Julien acquit par les armes le prestige nécessaire pour prétendre à l’Empire. L’association au pouvoir suivie de délégation territoriale pouvait donc, dans certains cas, être un moyen de mise à l’écart.

97Cette étude de cas dessine des axes possibles de partage du royaume de Tolède : les Pyrénées, qui séparent la Narbonnaise de la partie hispanique du royaume, une ligne séparant la Bétique, une autre la Galice du reste de la Péninsule. Ces lignes conformaient-elles des frontières intérieures virtuelles, réactivées parfois à l’occasion d’une division territoriale ?

À l’origine des divisions, l’association

98En passant en revue les trois cas connus de partage du royaume nous avons eu l’occasion d’établir une distinction entre le partage du territoire et l’association au trône : deux phénomènes certes souvent liés, mais indépendants. Le premier a des implications spatiales dont est dépourvu le second, purement politique et plus ancré dans la tradition romaine. Dans le royaume mérovingien le système successoral entraînait de fréquentes divisions du territoire, par simple répartition entre les héritiers d’un souverain. Mais le cas de figure visigothique est totalement différent : les partages territoriaux éventuels, en réalité assez rares, n’étaient que l’épiphénomène de la collégialité du pouvoir.

  • 184 Ernst Kornemann, Doppelprinzipat und Reichsteilung im Imperium Romanum, Leipzig-Berlin, 1930.
  • 185 André Chastagnol, L’évolution politique, sociale et économique du monde romain, 284-363, Paris, 199 (...)

99La bicéphalie était inscrite dans la nature du régime impérial depuis l’origine même du principat184. En effet la perte de contenu des institutions républicaines et l’incarnation de l’État dans un seul personnage posaient le problème de la transmission du pouvoir ; la transition entre deux souverains n’était pas un problème résolu en droit, mais demandait des solutions ponctuelles dans chaque cas. Dès le règne d’Auguste la préparation à la succession s’organisa sur le mode de l’association au pouvoir suprême. Même si après lui certains empereurs ne se prêtèrent pas à la pratique du gouvernement collégial (Tibère par exemple s’y refusa), la dyarchie n’en demeura pas moins un principe virtuel, et souvent réel, d’organisation politique durant tout l’Empire romain. C’est donc l’association à la pourpre, c’est-à-dire le chevauchement des règnes successifs, qui s’imposa dès le départ comme le mode le plus sûr de transmission du pouvoir, et c’est cette pratique, encore vivante, que nous identifions dans le régime visigothique. Il est à remarquer que la collégialité n’impliquait pas en théorie la transmission héréditaire du pouvoir. Le monarque pouvait s’associer son propre fils (ce fut très souvent le cas à partir de Constantin, et toujours dans la monarchie visigothique), mais aussi son gendre ou n’importe quel personnage élu par lui et adopté selon la procédure habituelle en droit romain. Dans ce domaine le régime de la Tétrarchie présentait finalement plus de traits de continuité que de rupture avec les pratiques politiques antérieures : la principale innovation apportée par Dioclétien fut l’assignation de zones territoriales, encore fluctuantes, à chaque souverain. Désormais cependant il existait un lien nécessaire entre bicéphalie et partition territoriale, et ce lien se renforça à l’époque de la monarchie constantinienne, avec l’établissement de plusieurs Augustes aux ressorts territoriaux nettement définis185. Ce n’est donc qu’à la fin du IIIe siècle qu’apparut, en rapport avec la collégialité du pouvoir qui existait depuis l’origine de l’Empire, l’éventualité de partition de l’État telle que nous la connaissons dans le royaume de Tolède.

  • 186 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, op. cit., p. 101, remarque cette évolution à Byzance, où le bas (...)
  • 187 Il n’existe pas de pièces frappées aux noms de Léovigild et de ses deux fils, probablement parce qu (...)
  • 188 M. José Chaves, Rafael Chaves, Acuñaciones previsigodas y visigodas en Hispania desde Honorio a Ach (...)
  • 189 George Miles, Coinage..., op. cit., p. 53.

100L’éventail impérial des modalités d’association s’est simplifié à l’époque visigothique, car il n’existe visiblement pas de césarat ou d’association partielle au trône. L’héritier promu particeps regni l’était de plein titre, et non pas comme un simple aspirant au pouvoir suprême186. Cela ressort clairement du monnayage visigothique où, comme à Byzance, le fils associé figurait sur les pièces en compagnie du souverain. Le cas surgit pour la première fois en Hispanie lors de l’association de Recceswinth à son père Chindaswinth187 : sur l’avers du monnayage contemporain figuraient les deux bustes de profil et les deux noms des rois, et le nom de l’atelier monétaire, faute de place, était transféré au revers sous forme de monogramme. Ces pièces rappellent beaucoup celles qu’Héraclius avait frappées dix ans plus tôt à Constantinople, au moment de l’association de ses deux fils, et il est possible qu’elles s’en soient inspirées. Lors de l’association de Wittiza et Egica les pièces produites représentaient les deux monarques non plus de profil, mais face à face et séparés par une croix sur degrés188. Ces dernières séries rappellent, quant à elles, les pièces byzantines de l’empereur Constantin IV, de quelques années antérieures189. Dans les deux cas les souverains étaient placés sur un pied d’égalité, contrairement à l’usage impérial ancien qui faisait figurer le souverain en titre à l’avers et son second au revers. Ici tous deux étaient représentés ensemble à l’avers, de profil ou de face, mais toujours d’une manière symétrique.

  • 190 L’un des cas les plus nets est le no 160 de Felipe Mateu y Llopis (Catálogo de las monedas previsig (...)
  • 191 Grégoire le Grand, Dialogues, XXXI, 1.
  • 192 † IN NOMINE DOMINI ANNO FELICITER SECVNDO REGNI DOMINI NOSTRI ERMINIGILDI REGIS, QVEM PERSEQVITVR G (...)

101La terminologie employée, dans le monnayage ou dans les sources littéraires, indique également que le socius du souverain était un roi à part entière. Ainsi les pièces émises lors du règne conjoint d’Egica et de Wittiza leur confèrent à tous deux le titre de reges190. Au siècle précédent, Herménégild associé à son père était appelé rex par Grégoire le Grand191, et une inscription de Bétique lui décerne également ce titre192. Il est certes possible d’arguer qu’en se révoltant Herménégild s’était emparé abusivement du titre royal, apposant sur ses pièces le mot rex sans la permission de Léovigild, et manifestant ainsi sa rébellion. En outre, tant le texte de Grégoire que l’inscription bétique prennent clairement le parti d’Herménégild, et pourraient avoir surestimé la délégation de pouvoirs qui lui était faite. Néanmoins Herménégild possédait probablement déjà le titre de rex avant sa révolte contre son père, de la même manière qu’à Constantinople le fils associé à l’Empire était, comme l’empereur, qualifié de basileus. En faveur de cette thèse il faut rappeler l’expression utilisée par Jean de Biclare pour rapporter la délégation de pouvoirs de 579 :

  • 193 Jean de Biclare, Chronique, a. 579, 2.

« Le roi Léovigild maria son fils Herménégild à la fille du roi des Francs Sigebert, et lui attribua une partie du territoire ad regnandum »193.

  • 194 Les deux verbes regnare et regere peuvent être appliqués au roi, ce qui explique l’étymologie rex -(...)
  • 195 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLV : « Son fils Ricimer, associé au trône [ in consortio r (...)

102La formule ad regnandum, qui a fait l’objet de nombreux commentaires, semble bien devoir être comprise comme l’attribution à Herménégild d’une souveraineté entière sur la Bétique. Le verbe regnare ne signifie pas seulement gouverner (regere), mais bien être roi194 ; son application à Herménégild montre qu’il avait reçu de son père le titre royal, tout comme, une centaine d’années plus tard, Wittiza le reçut d’Egica. L’association de Ricimer, encore enfant, à son père Suintila s’était d’ailleurs elle aussi faite sur un pied d’égalité, à en juger par l’expression pari cum patre utilisée par Isidore de Séville dans l’Histoire des Goths195.

103Le fait que l’association au trône visigothique fût toujours entière permettait, mais ne rendait pas indispensable la délégation d’une partie du territoire (partem prouinciae). Comme dans l’Empire, la collégialité pouvait ou non s’accompagner d’une délégation territoriale ; ainsi, en 649, l’association de Recceswinth à son père Chindaswinth n’impliqua aucune partition du royaume. En revanche la partition ne se rencontre jamais dans l’histoire du royaume de Tolède hors de l’hypothèse d’une association. Nous sommes donc bien loin de la configuration mérovingienne. Comme dans l’Empire, la division du territoire était en réalité synonyme d’union.

104Il n’existait pas de « frontières intérieures » dans le royaume de Tolède. Les limites des provinces étaient certes une dimension fondamentale de l’administration du territoire, mais ne dessinaient nullement des ruptures éventuelles de l’unité de l’État. Les divisions temporaires observables au cours de l’histoire visigothique montrent que l’objet du partage était au fond le pouvoir lui-même, le regnum au sens non spatial, aux fins d’organiser une succession pacifique et contrôlée. La division de l’espace sur lequel celui-ci s’exerçait, la prouincia, n’était qu’une conséquence annexe et transitoire de ces dispositions successorales, et ne remettait pas en cause son intégrité essentielle. Le royaume de Tolède, loin de se soumettre aux vicissitudes des partages entre monarques, semble au contraire caractérisé par une grande stabilité territoriale ; c’est grâce à cette cohésion interne que durant un siècle et demi d’histoire il est permis de parler au singulier du royaume visigothique.

Notes

3 Cf. Claude Nicolet, « L’Empire romain : espace, temps et politique », Ktema, 8 (1983), pp. 163-173 et Id., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988.

4 Cf. Friedrich Ratzel, Géographie politique. Trad. de P. Rusch sous la dir. de Ch. Hussy, Genève-Paris, 1988.

5 Peter Brown, L’essor du christianisme occidental, Paris, 1997, p. 20.

6 René Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique mineure : renseignement, contrôle, pénétration », Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt, II, 10. 2 (1982), pp. 474-513.

7 Cf. Jean-Michel Carrié, « 1993 : ouverture des frontières romaines ? », Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, dir. A. Rousselle, Perpignan, 1995, pp. 31-53.

8 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes and Limitanei », Journal of Roman Studies, 78 (1988), pp. 125-147.

9 David Olster, « From Periphery to Center : The Transformation of Late Roman Self-Definition in the Seventh Century », Shifting Frontiers in Late Antiquity, Brookfield-Vermont, 1996, pp. 93-101.

10 Pol Trousset, « La frontière romaine et ses contradictions », La frontière, Travaux de la Maison de l’Orient - 21, Lyon, 1993, pp. 25-33.

11 Thèse présentée par Paul Veyne (« Y a-t-il eu un impérialisme romain ? », M.E.F.R.A., 87 (1975), pp. 793-855) pour la fin de la République. Rome aurait recherché une sécurité intégrale et perpétuelle, qui ne pouvait être atteinte que par la solitude, réelle ou fictive, sur la scène internationale.

12 Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford, 1990.

13 Elle a d’ailleurs en partie survécu jusqu’au début du XXe siècle, dans les conceptions déterministes popularisées par le géographe Paul Vidal de la Blache et ses disciples.

14 Situs orbis terre uel regionum, éd. p. Gauthier Dalché, Revue d’Histoire des Textes, 12/13 (1982-1983), pp. 149-179.

15 Isidore de Séville, De Laude Spaniae, éd. C. Rodríguez Alonso, Las Historias de los Godos, Vandalos y Suevos de Isidoro de Sevilla, León, 1975, pp. 168-171. Cf. Suzanne Teillet, op. cit., pp. 498 sq.

16 Id., Étymologies, XIV, 4, 28. La situation septentrionale des Pyrénées que donne ici Isidore est digne d’être remarquée, puisqu’il ne suit pas l’erreur des auteurs de l’Antiquité qui les situaient à l’est de la Péninsule en leur conférant une orientation nord-sud. En effet, suite à une erreur de Polybe reprise dans la Géographie de Strabon, les Romains, puis une partie des auteurs visigothiques pensaient que la chaîne pyrénénne et la vallée de l’Èbre étaient orientées nord-sud, les côtes du Levant étant par conséquent étirées dans le sens est-ouest, parallèlement à la côte du Languedoc. Cf. Francisco Beltrán Lloris, « Roma y los Pirineos : la formación de una frontera », Chiron, 24 (1994), pp. 120 sq., qui signale une seule exception sous l’Empire à cette erreur généralisée, celle de Flavius Josèphe.

17 Id., Étymologies, XIV, 8,5.

18 Nomina hispanarum sedium seu Prouinciale Visigothicum, éd. F. Glorie, C.C. Series Latina CLXXV, Turnhout, 1955, pp. 424-428.

19 Notitia Dignitatum, éd. O. Seeck, Francfort, 1876, rééd. 1983, p. 272.

20 D’après les conciles et le Prouinciale Visigothicum la Narbonnaise visigothique comprenait les sièges épiscopaux d’Agatha (Agde), Biterris (Béziers), Carcasso, Elna, Luteba (Lodève), Magalona et Nemausus (Nîmes).

21 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VII, 9.

22 Ibid., VIII, 45 et IX, 31.

23 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, XXVIII.

24 Michel Rouche, L’Aquitaine des Visigoths aux Arabes, 418-781 : naissance d’une région, Paris, 1979, p. 105.

25 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VIII, 30 : Reccarède a sans doute surtout pillé Beaucaire, car Grégoire affirme en conclusion que le prince visigothique s’est aussitôt retranché derrière les murailles de Nîmes.

26 Edward James, « Septimania and its Frontier : An Archaeological Approach », Visigothic Spain : New Approaches, coll. Dublin 1975, Oxford, 1980, pp. 223-241.

27 Edward James concluait son étude de la Septimanie sur l’idée d’un isolement essentiel de l’Hispanie au VIIe siècle : « La Septimanie, loin de constituer un pont entre l’Espagne et la Gaule, contribua à isoler l’Espagne du reste du monde » (Ibid., p. 241).

28 Gisela Ripoll, « Las relaciones entre la Península Ibérica y la Septimania entre los ss. V y VIII, según los hallazgos arqueológicos », L’Europe héritière de l’Espagne visigothique, Madrid, 1992, pp. 285-301.

29 Averil Cameron, The Mediterranean World in Late Antiquity, London, 1993, p. 121.

30 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLII.

31 Ibid., LXII.

32 La première tentative dans ce sens fut le fait de Paul Goubert (« Byzance et l’Espagne visigothique », Études byzantines, 2 (1944), pp. 5-78), qui délimita une zone byzantine extrêmement large, reprise encore de nos jours dans les représentations graphiques de nombreux ouvrages non spécialisés. Depuis lors l’évolution historiographique est pourtant allée dans le sens d’une réduction progressive et importante du domaine de souveraineté byzantin. En dernier lieu, voir Gisela Ripoll, « Acerca de la supuesta frontera entre el Regnum Visigothorum y la Hispania bizantina », Pyrenae, 27 (1996), pp. 251-267.

33 Margarita Vallejo Girvés, Bizancio y la España tardoantigua (ss. V-VIII). Un capítulo de historia mediterránea, Alcalá, 1993, pp. 308 sq.

34 Grégoire le Grand, Registre des lettres, XIII, 46-48-49. Cf. Margarita Vallejo Girvés, « Bizancio ante la conversión de los visigodos : los obispos Jenaro y Esteban », Concilio III de Toledo. XIV Centenario 589-1989. Tolède, 1991, pp. 477-483.

35 Grégoire de Tours, In Gloria Confessorum, XII, P.L. 71, col. 828-910.

36 Gisela Ripoll, « Acerca de la supuesta frontera... », op. cit.

37 Jean le Lydien, Sur les magistratures du peuple romain, III, éd. A. C. Bandy, Ioannes Lydus On Powers or the Magistracies of the Roman State, Philadelphie, 1983.

38 Ernst Stein, Histoire du Bas-Empire, II, Paris, 1949, p. 562.

39 Procope de Césarée, De Bello Vandalico, I, 24 et II, 4 ; Id., De Bello Gothico, I, 12-13.

40 Luis A. García Moreno, « Colonias de comerciantes orientales en la Península Ibérica, ss. V-VII », Habis, 3 (1972), pp. 127-154.

41 L’inscription apposée vers 589 ou 590 par ordre de ce patrice sur les portes monumentales de la cité témoigne d’un mépris envers les Visigoths qui ne reflétait sans doute pas le rapport de forces réel (José Vives, Inscripciones..., no 362).

42 L’historiographie actuelle remet totalement en cause la séparation rigide, à la fois géographique et fonctionnelle, qui aurait distingué limitanei et comitatenses, ainsi que la réalité de la figure du « soldat-paysan ». La présence de limitanei n’impliquait aucunement l’existence de la circonscription militaire appelée limes. Cf. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation. Des Sévères à Constantin, 192-337, Paris, 1999, pp. 138-139. Cette assimilation était déjà contestée dans les années soixante par A. H. M. Jones (The Later Roman Empire, op. cit., p. 649).

43 Abilio Barbero, Marcelo Vigil, « La organización militar fronteriza de los visigodos en Cantabria y Vasconia » dans Id, Sobre los orígenes sociales de la Reconquista, Barcelone, 1974, p. 73.

44 Paul Diacre, Histoire des Lombards, III, 21.

45 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes... », op. cit.

46 Cf. Jean-Michel Carrié, « 1993 : ouverture des frontières romaines ? », op. cit.

47 Jean de Biclare, Chronique, a. 570, 2.

48 Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 6, 44.

49 Procope de Césarée, De Bello Vandalico, II, 5.

50 Licinien de Carthagène, Lettres, III, éd. J. Madoz, Liciniano de Cartagena y sus cartas, Madrid, 1948.

51 Margarita Vallejo Girvés, Bizancio y la España tardoantigua, op. cit., pp. 326 sq.

52 Ibid., pp. 335 sq.

53 Akhbâr Majmû‘a, éd. E. Lafuente y Alcántara, p. 4.

54 Ibid.

55 Gisela Ripoll, « Los hallazgos de época hispano-visigoda en la región del Estrecho de Gibraltar », Actas del Congreso Internacional « El Estrecho de Gibraltar », Madrid, 1988, t. I, pp. 1123-1142.

56 Cf. Francisco Beltrán Lloris, « Roma y los Pirineos : la formación de una frontera », Chiron, 24 (1994), pp. 103-133.

57 M. Ángeles Magallón Botaya, La red viaria romana en Aragón, Saragosse, 1987.

58 Michel Rouche, « Les relations transpyrénéennes du Ve au VIIIe siècle », Les communications dans la Péninsule Ibérique au Moyen Âge, Colloque de Pau 28-29 mars 1980, Paris, 1981, pp. 13-20.

59 Ce n’était pas toujours le cas cependant : la découverte du trésor de Mauléon, sur le versant gaulois, trésor enfoui entre 631 et 636 par un voyageur visigothique (les cinq pièces subsistantes proviennent de Bétique et de Carthaginoise), prouve que les cols des Pyrénées centrales étaient toujours transités au VIIe siècle (Xavier Barral i Altet, La circulation des monnaies suèves et visigothiques, Munich, 1976, pp. 115-117).

60 Venance Fortunat, Poèmes, VI, 5.

61 Une telle distinction était déjà mise en œuvre par Julio Caro Baroja, puis par Barbero et Vigil, lorsqu’ils affirmaient qu’à l’époque romaine les Vascons étaient intégrés à l’Empire politiquement, mais non socialement.

62 Juan José Larrea Conde, Peuplement et société en Navarre..., op. cit.

63 Sur les Vascons materia uincendi, « bons à vaincre », cf. Juan José Larrea Conde, « Aux origines d’un mythe historiographique : l’identité basque au haut Moyen Âge », à paraître dans Langages et peuples d’Europe. Cristallisation des identités romanes et germaniques (VIIe-XIe siècles), coord. M. Banniard.

64 Une telle route peut facilement être interprétée par erreur comme une ligne de défense contre les agressions extérieures ; ce fut le cas pour la chaussée Cologne-Boulogne qui passait par Tournai et Maastricht (signalé par Benjamin Isaac, The Limits of Empire, op. cit., p. 103).

65 L’acception de route militaire unit ces deux aspects, mais ne saurait être confondue avec une frontière.

66 Benjamin Isaac, « The Meaning of the Terms Limes... », op. cit.

67 C. R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Paris, 1989, p. 31.

68 La polémique concernant le limes hispanus court des années 60 (Antonio García y Bellido, « El exercitus hispanus desde Augusto a Vespasiano », Archivo Español de Arqueología, 1961, pp. 114-160) aux années 80 (Patrick Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982, p. 395, conclut à la nécessité de « faire l’économie du limes »), avec une récente mise au point par J. Miguel Novo Guisán (« El limes hispanus, un concepto llamado a desaparecer de nuestros libros de historia », Galicia : da romanidade á xermanización, Santiago, 1993, pp. 61-90). Le caractère fantaisiste de cette prétendue frontière est definitivement établi une fois que l’on rejette le concept de « limes en profondeur ».

69 Conc. Hisp. II, c. 2 ; L.V., X, 3.

70 Alvaro d’Ors, El código de Eurico (Estudios Visigodos, II), Rome-Madrid, 1960, pp. 197-198.

71 Conc. Tol. XVII, tomus, éd. José Vives, Concilios..., p. 524.

72 Un exemple en est l’expression relativement fréquente in prouinciae confinibus, qui implique l’existence d’une province adjacente.

73 L.V., IX, 2, 8.

74 Céline Martin, « In confinio externis gentibus. La percepción de la frontera en el reino visigodo », Studia Historica. Historia Antigua, 16 (1998), p. 271.

75 Une illustration de la Notitia Dignitatum interprétée comme figurant les clausurae est sans doute à l’origine de cette confusion (cf. Joëlle Napoli, René Rebuffat, « Clausurae », La frontière, Travaux de la Maison de l’Orient - 21, Lyon, 1993, pp. 35-43).

76 Joëlle Napoli et René Rebuffat (cf. note précédente) ont recensé dans les sources de l’Antiquité tardive plusieurs de ces sens, tel que celui de « défilé montagneux » explicité par Procope (De Bellis, II, 29), celui de « forteresse contrôlant un passage montagneux », par simple dérivation (Théophylacte Simocatta, Histoires, VII, 14, 8), et plus généralement celui de « fort barrant le passage », indépendamment du lieu où il est implanté. Pour tous ces sens le terme français « verrou » semble une traduction assez heureuse du latin clausura.

77 Conc. Tol. XVII, tomus, éd. José Vives, Concilios..., p. 525.

78 G. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum Noua et Amplissima Collectio, vol. 12, Florence, 1759-1798, col. 95.

79 Georges Castellvi, « Clausurae (Les Cluses, P-O) : Forteresses-frontière du Bas-Empire romain », Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, dir. A. Rousselle, Perpignan, 1995, p. 95.

80 Dionisio Pérez Sánchez, El ejército en la sociedad visigoda, Salamanque, 1989, p. 155.

81 Voir plus loin.

82 Cassiodore, Variae, II, 5.

83 Paulus, Lettre au roi Wamba, 8-11, éd. W Levison, Histoire de Wamba, C.C. Series Latina CXV, Turnhout, 1976, p. 217.

84 Le mot opopumpeus, sur lequel Albert Blaise (Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, 1954) lui-même avait buté, semble venir du grec apopompaios, qui signifie « champion » selon Michel Chalon (1985, inédit) (Information tirée de l’article de Georges Castellvi cité plus haut).

85 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, XI, 278-279.

86 Georges Castellvi, « Clausurae... », op. cit.

87 Cf. Isidore de Séville, Étymologies, XIV, 4, 28.

88 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, VIII, 35. Les navires mentionnés, détruits par Léovigild en représailles pour l’attaque de la Narbonnaise, étaient certainement des navires marchands, ce qui justifie le gel des négociations par Gontran l’année suivante.

89 C’est un navire espagnol qui aurait introduit la peste à Marseille en 588 (Ibid., IX, 22).

90 Voir plus haut. L’étude des céramiques a ces dernières années conduit à mettre en évidence, jusqu’à 600 au moins, l’existence d’importations d’Afrique sur toute la côte méditerranéenne hispanique. Cf. Paul Reynolds, Trade in the Western Mediterranean, A.D. 400-700, The Ceramic Euidence, Oxford, 1994.

91 Xavier Barral i Altet, La circulation..., op. cit., pp. 125-130.

92 L.V., XI, 3.

93 L.V., XI, 3, 3.

94 L.V., IX, 1, 10.

95 Cod. Theod., II, p. 138 (Novelle XXXIII de Valentinien III).

96 L.V., XII, 2, 14.

97 L.V., VI, 2, 1.

98 L.V., IX, 1, 6.

99 Paul Diacre, Histoire des Lombards, IV, 37.

100 Un aspect qui ne devait pas être fort éloigné de celui d’un anachorète : saleté, maigreur, barbe et cheveux longs. Le paysan qui s’en prit à Fructueux de Braga alors que le saint se trouvait en prières, seul, au milieu de la forêt, s’y laissa tromper (V.S.F., XI). Cf. aussi la loi antiqua qui punit le fait de tondre un esclave fugitif pour éviter qu’il ne soit identifié comme tel (L.V., IX, 1, 5).

101 Dig. XLIX, 16, 7.

102 Conc. Tol. VI, c. 12.

103 Conc. Tol. VII, c. 1.

104 L.V., II, 1, 8. Voir Céline Martin, « In confinio externis gentibus... », op. cit., pp. 273 sq.

105 C’est ce qu’indique le préambule de la loi, et c’est également ce que rappellent quelques années plus tard les Pères du VIIIe concile de Tolède (c. 2).

106 V.S.F., XVII, ainsi qu’une addition du manuscrit O, publiée et commentée par Manuel Díaz y Díaz p. 89 de son édition (Braga, 1974).

107 Ibid., XVII, 13-14.

108 ne talis lux Spaniam desolaret, V.S.F., XVII, 11.

109 Conc. Tol. VIII, c. 2.

110 Voir plus haut.

111 Ainsi Abilio Barbero, Marcelo Vigil, « La organización militar fronteriza de los visigodos en Cantabria y Vasconia », op. cit., pp. 70 sq. ; Luis A. García Moreno, « Estudios sobre la organización administrativa... », op. cit.

112 Ainsi Isidore de Séville mentionne-t-il à deux reprises des castra occupés par les Byzantins, puis repris par les rois Léovigild et Suintila (Sur l’Origine des Goths, XLIX, 12-15 et LXII, 4-6).

113 L.V., IX, 2, 8.

114 Dans le deuxième cas d’application de la loi, celui d’un soulèvement, les sanctions sont aggravées pour les hauts personnages, qui subissent dans tous les cas la confiscation de leurs biens.

115 L.V., IX, 2, 9.

116 Hans-Joachim Diesner, « König Wamba und der westgotische Frühfeudalismus. Fragen zur Entstehung des Feudalismus in Westeuropa », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 18 (1969), pp. 7-35.

117 Abilio Barbero, Marcelo Vigil, La formación del feudalismo en la Península Ibérica, Barcelone, 1978, p. 150.

118 ...quisquis horum est in exercitum progresssurus, decimam partem seruorum suorum secum in expeditione bellica ducturus accedat... (L.V., IX, 2, 9).

119 Quid debeat obseruari, si scandalum infra fines Spanie exsurrexerit.

120 De his, qui in exercitum constituto die, loco uel tempore definito non successerint aut refugerint ; uel que pars seruorum uniuscuiusque in eadem expeditione debeat proficisci.

121 ...instituto adque prefinito die uel tempore, quo aut princeps in exercitum ire decreuerit aut quemlibet de ducibus uel comitibus profecturum in publica utilitate preceperit... (L.V., IX, 2, 9).

122 Isidore de Séville, Étymologies, IX, III, 52-55.

123 L.V., IX, 2, 8.

124 Nicolas Svoronos, « Storia del diritto e delle istituzioni », dans La civiltà bizantina dal IV al IX sec., Bari-Rome, 1977.

125 Conc. Tol. XII, c. 7 : De recepto testimonio personarum qui per legem de promotione exercitus facta est testificandi licentiam perdiderunt.

126 Conc. Tol. XII, tomus, éd. J. Vives, p. 380.

127 Selon toute vraisemblance l’expression dimidiam partem populi est de toutes façons fortement exa

128 gérée.

Carlos Petit, « Iustitia y Iudicium en el reino de Toledo. Un estudio de teología jurídica visigoda », XLII Sett., Spolète, 1995, pp. 843-932.

129 Conc. Tol. X, c. 2.

130 Quand c’était le cas, la lettre de la loi précisait que son application avait un caractère rétroactif : voir par exemple L.V., II, 1, 8 de Chindaswinth, qui frappe explicitement tous les délits commis depuis le règne de Chintila. Au contraire notre loi énonce qu’elle sera applicable à compter du jour de sa publication ou d’une date fixée postérieurement : a die legis huius prenotato uel tempore.

131 Sous l’Empire romain il s’agissait d’un véritable fléau, les recrues allant parfois jusqu’à se couper les pouces pour obtenir l’exemption. Cf. Cod. Theod., VII, 18 et Dig., XLIX, 16 (A. H. M. Jones, The Later Roman Empire..., op. cit., p. 619).

132 Jacques Le Goff, Jean-Noël Biraben, « La peste en Occident », A.E.S.C., 24 (1969), pp. 1484-1510.

133 Chronique de 754, XI, 57.

134 Akhbâr Majmû‘a, éd. E. Lafuente y Alcántara, p. 8.

135 Chronique d’Alphonse III, II (version Rotense), éd. J. Gil Fernández, J. L. Moralejo, J. I. Ruiz de la Peña, Crónicas asturianas, Oviedo, 1985, p. 116.

136 Dionisio Pérez Sánchez, El ejército en la sociedad visigoda, Salamanque, 1989, pp. 157 sq.

137 Ibid., p. 193.

138 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, IX.

139 Conc. Emer., c. 8.

140 L.V., IX, 2, 8.

141 Quelques exemples de ce mépris affiché envers les voisins barbares de l’Italie ostrogothique : « Ils n’oseront pas se dire égaux à nous... » ; « ce qui chez nous est quotidien semble chez eux un sujet d’émerveillement » (Cassiodore, Variae, I, 45, à propos des Burgondes) ; une adresse de Théodoric aux habitants des Gaules passés sous sa juridiction : « Sortez de la barbarie, défaites-vous de votre cruauté d’esprit » (Ibid., III, 17). En une occasion au moins les Francs sont qualifiés de gentiles (Ibid., II, 5).

142 Insultatio uilis storici in tyrannidem Galliae, éd. W. Levison, C.C. CXV, Turnhout, 1976, pp. 245-249.

143 Juan José Larrea Conde, Peuplement et société en Navarre..., op. cit.

144 Pierre Cazier, « Derrière l’impersonnalité des Sentences, aperçus sur la personnalité d’Isidore de Séville », De Tertullien aux Mozarabes. Mélanges à Jacques Fontaine, t. II, Paris, 1992, p. 12.

145 De manière remarquable, les fameuses « conquêtes » de Léovigild sont présentées par Jean de Biclare comme des pacifications intérieures d’un territoire appartenant déjà au peuple Goth, la prouincia Gothorum, et non comme des conquêtes extérieures (cf. Jean de Biclare, Chronique, a. 569, 4 « Cette année-là Léovigild (...) ramène la prouincia Gothorum, qui avait diminué à cause de diverses rébellions, à ses limites précédentes »).

146 Cf. Paul Veyne, « Y a-t-il eu... », op. cit.

147 Cf. David Olster, « From Periphery to Center... », op. cit.

148 Voir plus haut.

149 Dietrich Claude, Adel, Kirche und Königtum in Westgotenreich, Sigmarigen, 1971, p. 208.

150 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, IV, 38.

151 Sur l’origine volontaire des nombreuses erreurs de Grégoire sur l’Hispanie visigothique, voir Biagio Saitta, « I Visigotici negli Historiarum Libri di Gregorio di Tours », Los Visigodos, historia y civilización. Actas de la semana internacional de estudios visigóticos. Madrid, oct. 1985, Antigüedad y Cristianismo III, Murcie, 1986, pp. 75-101).

152 Jean de Biclare, Chronique, a. 568, 3 : « En ce temps Athanagild roi des Goths parvient au terme de sa vie en Hispanie et Liuva est promu à régner à sa place ».

153 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLVII.

154 Jean de Biclare, Chronique, a. 569, 4.

155 Ibid., a. 573, 2.

156 « Liuva fut élevé au royaume à Narbonne (...) et la deuxième année de son règne, il institua son frère Léovigild non seulement son successeur, mais aussi son collègue de gouvernement [participem regni] et lui confia l’administration de l’Hispanie, se contentant pour lui de régner sur la Gaule » (Isidore de Séville, Sur l’Origine des Goths, XLVIII).

157 Ramón d’Abadal, Del reino de Tolosa al reino de Toledo, Madrid, 1960 ; José Orlandis, « La sucesión al trono en la monarquía visigoda », Estudios visigóticos, III, Rome-Madrid, 1962, pp. 57-102.

158 Cf. Luis A. García Moreno, « La oposición de Suintila : Iglesia, Monarquía y Nobleza en el Reino Visigodo », Estudios de historia medieval en homenaje a Luis Suárez Fernández, Valladolid, 1991, pp. 193-208, sur les retouches apportées par Isidore à l’Histoire des Goths en 624.

159 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre..., op. cit., pp. 59 sq. Pour le royaume de Tolède, cf. José Orlandis, « La reina en la monarquía visigoda », A.H.D.E., XXVII-XXVIII (1957-1958).

160 Ainsi ad a. 570 :« ANNO IV IVSTINI IMP. QVI EST LIVVIGILDI REGIS SECVNDVS ANNVS ».

161 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLVIII.

162 Selon José Orlandis (« La sucesión... », op. cit.) la perplexité d’Isidore de Séville était due au fait qu’un tel procédé était inédit jusque-là ; il est pourtant impossible de croire que l’encyclopédiste ignorait les nombreux précédents impériaux de partage du pouvoir suprême.

163 Pseudo-Frédégaire, Chroniques, LVII.

164 « Il divisa aussi également le royaume entre eux » (Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, IV, 38).

165 Mais Carolyn Nelson (Regionalism in Visigothic Spain, Univ. Kansas, 1970, p. 166) et Luis García Moreno (« La coyuntura política del III Concilio de Toledo. Una historia larga y tortuosa », XIV Centenario del III Concilio de Toledo, Tolède, 1991, pp. 271-296) en ont accepté la possibilité.

166 Jean de Biclare, Chronique, a. 573, 5.

167 Suzanne Teillet, op. cit., p. 443.

168 Grégoire de Tours, Dix livres d’histoires, V, 38.

169 « Le roi Léovigild marie son fils Herménégild (...) et lui attribue une part de la prouincia pour qu’il règne » (Jean de Biclare, Chronique, a. 579, 2).

170 Cf. les contributions de Robert Collins, Luis García Moreno et Jocelyn Hillgarth au congrès de Tolède de 1989 (Concilio III de Toledo. XIV Centenario 589-1989, Tolède, 1991).

171 Jean de Biclare, Chronique, a. 578, 4.

172 Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation..., op. cit., p. 111.

173 Voir plus haut les circonstances de la fondation de Reccopolis.

174 Cassiodore-Éphiphane, Histoire ecclésiastique tripartite, III, 12.

175 Anonyme de Valois, II, XII, 67 : « Per tricennalem triumphans populo ingressus palatium, exhibens Romanis ludos circensium ».

176 Isidore de Séville, Sur l’Origine des Goths, LXV.

177 Jean de Biclare, Chronique, a. 586, 2.

178 Claudio Sánchez-Albornoz (« El Senatus visigodo. Don Rodrigo, rey legítimo de España », Cuadernos de Historia de España, 6 (1946), pp. 5-99) propose la date de 698 ou, moins probablement, 695 pour l’association de Wittiza ; de 700 pour son onction ; de 702 pour la mort d’Egica et le début du règne personnel de son fils. Un fragment de manuscrit publié par Ángel Canellas López (Diplomática hispano-visigoda, Saragosse, 1979, p. 255, no 192) est daté de l’an nono et secundo regno gloriosissimorum [ dominorum nostrorum Egicani et Wi] tizani regum, ce qui conduirait à porter la date de l’association de Wittiza, sept ans après l’intronisation de son père, en 694.

179 Chronique de 754, XLIV.

180 Chronique d’Alphonse III, IV (version Rotense), éd. J. Gil Fernández et al., p. 118.

181 Chronique de 754, XLIV.

182 Les types no 13 (bustes opposés) de George C. Miles, The Coinage..., op. cit., New York, 1952.

183 Ammien Marcellin, Res Gestae, XV, 8.

184 Ernst Kornemann, Doppelprinzipat und Reichsteilung im Imperium Romanum, Leipzig-Berlin, 1930.

185 André Chastagnol, L’évolution politique, sociale et économique du monde romain, 284-363, Paris, 1994, pp. 108 sq.

186 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, op. cit., p. 101, remarque cette évolution à Byzance, où le basileus associé possédait toujours la basileia entière, et l’oppose aux pratiques occidentales. Le royaume visigothique semble pourtant suivre une évolution très comparable à celle de l’Empire tardif.

187 Il n’existe pas de pièces frappées aux noms de Léovigild et de ses deux fils, probablement parce que le monnayage visigothique à proprement parler (c’est-à-dire la production de pièces originales n’imitant plus le solidus impérial) vit précisément le jour sous son règne, et manquait encore de maturité.

188 M. José Chaves, Rafael Chaves, Acuñaciones previsigodas y visigodas en Hispania desde Honorio a Achila II. Catálogo general de las monedas españolas II, Madrid, 1984, p. 29.

189 George Miles, Coinage..., op. cit., p. 53.

190 L’un des cas les plus nets est le no 160 de Felipe Mateu y Llopis (Catálogo de las monedas previsigodas y visigodas del gabinete numismático del Museo arqueológico nacional, Madrid, 1936).

191 Grégoire le Grand, Dialogues, XXXI, 1.

192 † IN NOMINE DOMINI ANNO FELICITER SECVNDO REGNI DOMINI NOSTRI ERMINIGILDI REGIS, QVEM PERSEQVITVR GENETOR SVS DOM. LIVVIGILDVS REX IN CIBITATE ISPA [INDVCTIONE…]. (José Vives, Inscripciones..., no 364).

193 Jean de Biclare, Chronique, a. 579, 2.

194 Les deux verbes regnare et regere peuvent être appliqués au roi, ce qui explique l’étymologie rex - regere donnée par Isidore de Séville : Reges a regendo uocati. Sicut enim sacerdos a sacrificando, ita et rex a regendo. Non autem regit, qui non corrigit. Recte igitur faciendo regis nomen tenetur, peccando amittitur. (Étymologies, IX, 3, 4). Mais le sens en est différent : regere a un sens moral sur lequel insiste Isidore, occupé à définir le souverain légitime, c’est-à-dire juste, regnare n’est que le verbe dérivé du substantif rex, sans autre nuance particulière. Tout serviteur de l’État peut être dit populos regere, mais seul un roi peut regnare.

195 Isidore de Séville, Histoire des Goths, XLV : « Son fils Ricimer, associé au trône [ in consortio regni adsumptus], se délecte du trône tout autant que son père [pari cum patri solio conlaetatur] ».

Table des illustrations

Titre La frontière Narbonnaise
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540