Version classiqueVersion mobile

La géographie du pouvoir dans l’espace visigothique

 | 
Céline Martin

Troisième partie. Un royaume sanctuaire

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Herwig Wolfram, Histoire des Goths, Paris, 1990.
  • 2 Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford, 1990, p. 417.

1L’histoire du peuple goth est souvent présentée comme L’celle d’une longue recherche d’un sol où se fixer, d’abord aux portes de l’Empire romain, puis à travers ses différentes provinces1. De la rencontre de la gens gothique et d’une terre à laquelle les Goths décernèrent le statut de patria naquit une entité qu’aujourd’hui la langue française peut sans trop d’approximation qualifier d’État. Selon le dictionnaire Robert, l’État est une « autorité souveraine s’exerçant sur l’ensemble d’un peuple et d’un territoire déterminés ». Cette définition correspond très exactement à celle que les Visigoths donnaient eux-mêmes de leur gouvernement : rex, gens et patria, c’est-à-dire, à quelques nuances près, le roi, le peuple et la terre. Cette union de trois termes pour désigner l’entité abstraite au nom de laquelle sont prises les décisions politiques, et dont les gouvernants sont censés préserver les intérêts, rappelle l’expression républicaine Senatus PopulusQue Romanus, dont la « signature » visigothique de l’État découlait peut-être. Toutefois les deux expressions comportent une importante différence, car les Romains ne faisaient aucune allusion au sol de l’Empire, mais uniquement à la population et à ses instances dirigeantes. On sait en effet que Rome conquérait des peuples, et non des territoires, et que l’Empire n’était que la réunion des peuples soumis aux Romains, où qu’ils fussent. Cette absence de conception spatiale du pouvoir n’était pas un obstacle à la mise en valeur du territoire, qui « n’avait d’importance qu’en tant que source de revenus »2. En d’autres termes, la dimension géographique de l’Empire était prise en compte en matière de rente fiscale, mais non dans la définition que celui-ci donnait de lui-même. C’est pourquoi, pour des raisons logistiques, l’État romain était divisé en provinces nettement délimitées entre elles, mais ses frontières extérieures, sans portée réelle, demeuraient floues.

2Nous venons de constater l’existence dans le royaume de Tolède d’une organisation territoriale héritée de Rome qui, en dépit de ses lacunes, met en évidence une indéniable continuité de conceptions en matière de gestion du territoire. Cette continuité caractérisait-elle également le domaine plus immatériel du droit et de la philosophie politique ? Les historiens affirment qu’il y eut ici rupture, et que les regna intégrèrent progressivement une conception nouvelle, véritablement territoriale de l’État qui annonçait le Moyen Âge. La présence en terre romaine de populations hétérogènes était traditionnellement résolue par un fonctionnement simultané de différents droits en fonction de l’origine des personnes en cause, les citoyens romains ayant toujours la faculté d’en appeler à leur propre droit. D’une manière analogue, dans un premier temps la loi romaine et le droit barbare coexistèrent dans les regna. Le passage à un système où une même loi s’appliquait à tous les sujets marquait la naissance d’une organisation politique fondée sur le sol, et non sur les personnes. La date de ce passage, pour le royaume visigothique, oscille selon les spécialistes entre le règne de Léovigild (publication du Codex Reuisus) et, au plus tard, celui de Recceswinth (publication du Liber Iudicum), mais certains auteurs soutiennent que le Code d’Euric lui-même s’appliquait déjà à toute la population.

3Quelle qu’ait été la nature, nationale ou territoriale, de la législation en vigueur lors de la création du régime tolédan par Léovigild, les fondements de l’État territorial étaient déjà en germe, comme le montre la force, dès cette époque, de l’idée de capitale. La cohésion interne et le caractère durable de cette nouvelle construction politique se manifestent encore plus clairement à travers les réformes de centralisation du milieu du VIIe siècle, mais aussi, nous allons le voir à présent, dans la conception que le royaume de Tolède se faisait de ses frontières, dont la stabilité et le caractère fermé était à la base de son identité. Mais le royaume visigothique n’était pas seulement un État territorial. Comme Rome, il s’était défini une mission universelle ; mais à la différence de l’Empire romain, cette mission n’était pas de nature historique et n’appelait pas l’unification du monde connu. Orientée, comme le voulait l’esprit du temps, vers le monde de l’au-delà, la vocation du royaume visigothique visait au salut ultime d’une petite portion de l’univers.

Notes

1 Herwig Wolfram, Histoire des Goths, Paris, 1990.

2 Benjamin Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford, 1990, p. 417.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search