Version classiqueVersion mobile

La géographie du pouvoir dans l’espace visigothique

 | 
Céline Martin

Deuxième partie. Une centralité qui s'affirme

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Les hommes qui exercent une emprise sur les populations à un niveau purement local interfèrent nécessairement, à un moment ou à un autre, avec le régime politique qui s’est formé en Hispanie à partir de l’immigration de l’élite gothique consécutive à la bataille de Vouillé. La monarchie visigothique peut être qualifiée à double titre de pouvoir central : elle est installée dans une capitale, Tolède, centre fonctionnel mais aussi (est-ce un hasard ?) géographique du royaume, et elle se sert de relais auxquels elle délègue des portions d’autorité pour dominer l’ensemble du territoire, se constituant ainsi en pôle de rayonnement et lieu de convergence des principaux rapports de pouvoir. Ces relais, on va le voir, ne sont pas tous des agents de l’État : les évêques, aperçus jusqu’ici à travers leur puissance locale, ont également un rôle à jouer dans le contrôle du territoire par le centre. Nous commencerons par étudier ces relais du pouvoir central, en essayant, chaque fois que c’est possible, de les mettre en rapport avec les élites locales que nous venons de présenter. Nous nous rapprocherons ensuite du cœur du royaume, Tolède. La montée en puissance de cette cité, devenue au VIIe siècle une capitale pleinement conforme à la tradition antique, reflète une évolution convergente avec celle de l’organisation administrative : une centralisation qui s’accentue.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search