Version classiqueVersion mobile

La géographie du pouvoir dans l’espace visigothique

 | 
Céline Martin

Première partie. La maîtrise de l'espace

Introduction de la première partie

Texte intégral

1L’occupation humaine modifie l’espace terrestre au même titre que l’érosion naturelle. Par la diversité des formes de peuplement, par les rapports de force instaurés, par les représentations qui soulignent certains lieux et en négligent ou en effacent d’autres, la présence de l’homme modèle l’espace, lui donne forme et sens. Peuplé et approprié, l’espace devient territoire. Aussi la réalité vécue de l’unité physique constituée par la Péninsule ibérique paraît-elle infiniment variable au fil de l’histoire. C’est tout d’abord à définir son visage aux VIe et VIIe siècles que s’attachera cette étude. À travers la description de l’espace ibérique entendu comme territoire ou comme ensemble de territoires, doté de pôles, de vides relatifs et de lignes de force, va apparaître peu à peu le rapport humain qui anime les pôles, trace les lignes et définit les espaces : le pouvoir, que l’on peut définir comme la capacité de contraindre exercée par des hommes sur d’autres hommes. Ce qui nous retient surtout ici est le versant politique du pouvoir exercé sur les habitants du royaume de Tolède. Il ne faut pourtant pas occulter qu’il s’allie presque systématiquement, au début du haut Moyen Âge, à une prédominance économique, combinaison que reflète le mot potens (« puissant ») employé abondamment dans certaines sources, ou au prestige spirituel qui caractérise les hommes de Dieu. Nous étudierons donc ensuite les hommes du pouvoir, hors de toute attache au pouvoir central, dans leur enracinement local.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search