Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie du pouvoir dans l’espace visigothique

 | 
Céline Martin

Préambule

Jacques Martin

Texte intégral

1Ce livre est une version réélaborée d’une thèse soutenue en juin 2000 à l’EHESS. Il doit tout au soutien d’Adeline Rucquoi, dont la direction attentive et efficace m’a permis de dégager peu à peu les grandes lignes d’un sujet qui n’avait rien de très classique, et de le mener à son terme dans de bonnes conditions. Son soutien scientifique, psychologique et même logistique a été décisif, tant à Paris qu’à Madrid. Je voudrais aussi remercier vivement Pablo Díaz, de l’Université de Salamanque, qui a bien voulu relire l’intégralité de cette thèse dans sa version primitive, y apportant beaucoup d’observations pertinentes. Je dois beaucoup aux séminaires dirigés par Jean-Michel Carrié à l’EHESS ; les nombreuses remarques et suggestions dont il m’a fait part à l’issue de la soutenance m’ont en outre considérablement aidée à remanier le texte.

2Cet ouvrage est également redevable, à divers titres, à Thomas Deswarte, Ariel Guiance, Juan José Larrea, Gabriel Martinez-Gros, Luis Ramón Menéndez Bueyes, Denis Menjot, Lauro Olmo Enciso, Jacques Scheibling, José María Soto Rábanos, Pablo Ubierna et Félix Valbuena. L’amitié de Javier Ayala, Laurent Attal, Olivier Biaggini, Luisa Bombín, François Cadiou, Marie-Christine Dumont, Marie-Dominique Lesavre, Sachiko Mizumori, Póker, Sébastien Pruvost, Anne Rouault, Isabelle Rousseau, Guillaume Saint-Guillain et Hartmut Ziche a été fondamentale dans les moments difficiles.

3C’est grâce au Ministère des Affaires Etrangères, qui m’a accordé en 1998 une bourse pour un séjour de neuf mois en Espagne, que j’ai pu consulter la bibliographie espagnole. Ma reconnaissance va aussi, pour leur disponibilité et leur serviabilité, aux bibliothécaires de l’Institut d’Études Augustiniennes et de la Bibliothèque du Saulchoir à Paris, et à ceux du CSIC de Madrid et de la Faculté de Théologie de Burgos.

4Eduardo Hernando Izcara s’est chargé de la réalisation des cartes. Ce travail lui doit beaucoup plus que quelques illustrations, mais il est sans doute le seul que je puisse me dispenser de remercier par écrit, d’autant plus qu’il s’y est expressément opposé.

5Enfin ma sœur Sylvie, mes parents et mon grand-père m’ont prêté un appui moral de tous les instants, et ont vu avec enthousiasme les pages s’ajouter aux pages ; Sylvie m’a en outre aidée à de nombreuses reprises, et ma dette à son égard ne saurait s’exprimer en quelques lignes. À tous, en particulier à mes parents et à Paula Izcara, merci beaucoup de leur patience.

6Je dédie ce livre à la mémoire de mon grand-père,

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540