Version classiqueVersion mobile

Citoyenneté et espace public

 | 
Catherine Neveu

Avant-propos et remerciements

Texte intégral

« Ils veulent connaître les résultats, et contrairement aux rats de laboratoire, ils considèrent ces conclusions avec émotion. »
Haring, 1956, cité par Brettell 1993

  • 1 Recherche menée de 1994 à 1997 avec le soutien du PIR-Ville du CNRS.

1Une enquête de terrain n’existe que grâce à la disponibilité de ceux et celles qui, au fil des mois, acceptent de recevoir la chercheure, de répondre à ses multiples questions, ou lui permettent d’assister aux réunions et rencontres, afin qu’elle puisse y puiser les éléments qui constitueront le cœur de son travail. Au cours des quelques trois années de travail passées à Roubaix1, j’ai croisé ou appris à connaître un grand nombre de personnes, militants et membres d’associations, élus, responsables municipaux… Qu’ils soient tous ici remerciés pour leur disponibilité, leur patience, leurs remarques parfois critiques, et la confiance qu’ils m’ont accordée.

2La « tradition » anthropologique voudrait que je précise maintenant que les noms de lieux et de personnes cités dans cet ouvrage ont été modifiés afin de préserver l’anonymat de mes interlocuteurs. C’est le cas pour certains, qui n’ont pas souhaité que leur nom apparaisse dans les lignes qui vont suivre, mais pas pour beaucoup d’autres.

3Il y a bien sûr de nombreuses et fort bonnes raisons en faveur de « l’anonymisation ». Tout d’abord parce que la dimension « révélatrice » de l’analyse anthropologique peut mettre en péril la position des individus dans leur environnement ; rendre « public » que X est plus que critique à l’égard des choix et opinions de Y peut les mettre tout deux dans une position inconfortable, si ce n’est intenable. C’est particulièrement le cas quand la chercheure utilise les points de vue de ses interlocuteurs sur l’institution au sein de laquelle ils travaillent, ou sur leurs collègues ou voisins. En effet « Il y a une différence entre la connaissance publique circulant de bouche à oreille dans un village et les mêmes histoires quand elles sont imprimées » (White, 1958, cité par Scheper-Hugues, in Brettel, 1993). Dans un certain nombre de cas, il est donc absolument nécessaire de rendre les citations ou les personnes anonymes, afin de ne pas menacer la position ou les relations de ces dernières. De plus, les interlocuteurs peuvent être d’autant plus disposés à s’exprimer qu’il leur est garanti que leur identité ne sera pas révélée.

4Les relations établies au fil des mois à Roubaix ont cependant progressivement modifié ma perception de cette pratique canonique, et notamment lors d’une journée de restitution organisée avec des membres des Comités de quartier. Le principe de cette journée, qui devait s’organiser autour d’une discussion du rapport de recherche rédigé à l’issue du travail de terrain, avait été retenu bien avant la rédaction de ce dernier ; si bien que mon premier lectorat, au moins chronologiquement, allait être mes interlocuteurs roubaisiens. Qu’advient-il quand les « objets » de nos études sont aussi nos premiers lecteurs, quand « ils » lisent ce que « nous » écrivons ? Certains auteurs insistent sur la nécessité pour les anthropologues de prendre au sérieux les remarques que nous font alors ces lecteurs, puisque « tout comme les autres ethnographes, les dits indigènes peuvent être perspicaces, avoir raison d’un point de vue sociologique, agir dans un but intéressé, ou se tromper » (Rosaldo, 1986). Comme on le verra plus loin, cette remarque s’est avérée particulièrement pertinente, et « l’épreuve » de la restitution une expérience enrichissante malgré certaines tensions qui apparurent alors.

  • 2 Excepté bien entendu pour ceux qui ne l’ont pas souhaité et en ce qui concerne les citations qui a (...)
  • 3 Davis (in Brettell, 1993) mentionne le même processus lors d’un retour sur son terrain. Alors que (...)

5En dehors de la question de l’écriture pour un public non-spécialiste, je dus décider s’il fallait ou non, dans le document écrit mis à disposition des participants à cette restitution, changer les noms de la moitié des personnes présentes dans la salle ce jour-là. Après de longues hésitations, j’optais finalement pour le maintien des noms réels2. Ma motivation première était alors qu’il y avait des risques non négligeables de provoquer des « dégâts » plus importants en changeant les noms. En effet, dans ce milieu associatif, tout le monde connaît tout le monde et depuis fort longtemps ; soit les personnes présentes ce jour-là auraient alors été parfaitement capables de savoir qui avait dit quoi, malgré l’anonymisation, qui devenait alors inutile ; soit elles auraient abouti, en se livrant à un jeu de ré-attributions des points de vue et commentaires sur la base de cette même connaissance, à des erreurs dont les résultats auraient pu être encore plus délétères que ceux potentiellement provoqués par l’affichage (raisonné) de mes sources3. À de rares exceptions près d’ailleurs, aucune des personnes nommément citées dans cette première version écrite n’a souhaité voir son nom disparaître, au contraire.

6Car au-delà d’un choix d’écriture, ces interrogations furent sans doute d’autant plus grandes qu’une partie de ma recherche portait précisément sur les formes de l’engagement public des individus. Or une des conclusions auxquelles j’étais arrivée était précisément que l’enjeu de leur reconnaissance en tant qu’individus était essentiel pour nombre de mes interlocuteurs. Était-il alors possible, dans le même mouvement (celui de l’écriture) de souligner cette aspiration, tout en déniant à mes interlocuteurs le type de reconnaissance individuelle à laquelle certains aspiraient, en les renvoyant, une fois de plus, à l’anonymat d’un nom d’emprunt ? Certes dans de nombreux cas, l’identification des individus par leur fonction et par un certain nombre d’éléments biographiques généraux suffit à rendre compte du fonctionnement d’une structure. Mais dans le cas présent, un tel choix, de privilégier la fonction au détriment de la personne, était exactement ce qui posait problème, puisque c’était précisément leur disparition, en tant que personnes, derrière ces fonctions, que certains de mes interlocuteurs remettaient en cause.

7L’autre argument en défaveur de l’anonymat, lié lui aussi à l’objet même de cette recherche, est celui de la publicité (au sens du caractère public). Dans les travaux portant sur des personnes « publiques » (comme les députés étudiés par Marc Abélès, 2000), les auteurs ne ressentent apparemment pas le besoin de rendre leurs interlocuteurs anonymes ; la justification d’un tel choix est alors que ces personnes s’expriment en tant que personnes publiques. Tant qu’elles le font sur des questions liées à leur fonction de représentants, leurs remarques appartiennent à cette sphère publique, et non au domaine privé. La question est donc de savoir si des militants de quartier ne sont pas aussi des personnes publiques. Si l’on considère que le politique a à voir avec la publicité, au sens habermassien du terme, l’anthropologue travaillant avec des militants se situe bien dans cette sphère publique. Dès lors individualiser des représentants élus (et leurs remarques), et donc considérer qu’ils sont à la fois des élus et des individus, sans se demander s’il n’est pas nécessaire de faire de même pour d’autres modes d’expression dans l’espace public, n’est-ce pas une fois de plus réduire la politique aux élections et aux fonctions électives, au lieu de la concevoir comme incluant ces autres modes ?

8Ce dont il s’agit là est donc la nécessité, dans les processus d’écriture anthropologique, de maintenir une cohérence entre celle-ci, les processus observés et leur analyse. Travailler sur des pratiques liées à l’accès à l’espace public, découvrir à quel point des individus pouvaient se sentir déchirés entre l’affirmation de la dimension collective de leur action et leur volonté d’être reconnus en tant qu’individus, et maintenir une anonymisation systématique finissait alors par ne plus avoir de sens, par aller à l’encontre des hypothèses formulées ici.

9Merci donc à Denise Bouchez, Jean-Luc de Bouvère, Christian Carlier, Dominique Dumontet, Alain Maire, Michel Parent, Suzon Petit, José Soarès, Éric Verbrackel, ainsi qu’à tous les autres membres de Comités de quartier rencontrés, avec une reconnaissance toute particulière pour Daniel et Agnès Delepaut et pour Raymond Platteau.

10Merci également aux « citoyens roubaisiens » : Ali Rahni, Rabah Aliouat, Djamel Kerrouche, ainsi qu’à Slimane Tir, Said Bouamama, et tous les membres d’associations de jeunes.

11Cette recherche aurait beaucoup perdu sans l’accueil, à la Mairie de Roubaix (car c’est bien dans cette ville qu’elle s’est déroulée), de Georges Voix et de Jackie Beurrier et sans l’amitié de Michel David.

12Enfin mes remerciements vont aussi à tous ceux qui, sans être nommés ici, m’ont à un moment ou à un autre accordé un peu de leur temps, ainsi qu’à Jean-Luc Simon, Anne Le Dem et Marc Vandewynckele.

Notes

1 Recherche menée de 1994 à 1997 avec le soutien du PIR-Ville du CNRS.

2 Excepté bien entendu pour ceux qui ne l’ont pas souhaité et en ce qui concerne les citations qui auraient de toute évidence singulièrement compliqué la vie de mes interlocuteurs.

3 Davis (in Brettell, 1993) mentionne le même processus lors d’un retour sur son terrain. Alors que nombre de femmes avec qui elle avait travaillé affirmaient pouvoir reconnaître qui avait dit quoi malgré l’anonymisation, beaucoup se trompèrent en attribuant les points de vues et les citations. Ce que Davis trouva plus surprenant fut la réaction négative face au nombre de citations, vu par ces femmes comme un empiètement sur leur intimité. Plus que l’usage du nom des personnes, ce serait donc la reproduction de leurs points de vue dans leurs propres termes qu’elles auraient eu du mal à accepter. Il faut cependant garder à l’esprit que Davis travaillait sur les représentations de la ménopause, un sujet assez différent de celui abordé à Roubaix.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search