Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Conclusion

Serge Berstein et Marcel Ruby

Texte intégral

1Si les héritiers du radicalisme ont pu célébrer en 2001 le centenaire de la fondation du parti républicain radical et radical-socialiste, c’est en fait le cent-soixantième anniversaire de l’idée radicale qu’ils auraient pu, à juste titre, commémorer, si l’on admet que celle-ci prend naissance en 1841, avec la campagne électorale conduite dans la Sarthe par Ledru-Rollin.

2C’est en effet à ce moment qu’émerge dans l’histoire nationale cet important courant de la vie politique française qui se veut d’emblée une réponse raisonnée et raisonnable aux problèmes posés à la société française par le phénomène de l’industrialisation qui bouleverse en profondeur ses structures traditionnelles. Et d’emblée, la voie empruntée par le radicalisme est étroite : comment trouver une solution qui évite l’accaparement par une minorité des richesses nationales sans porter atteinte à la propriété privée ? La réponse est double et elle va caractériser toute l’histoire du radicalisme. En premier lieu, par la démocratie politique fondée sur le suffrage universel, expression légitime de la souveraineté nationale, et qui va faire de la loi la transcription de la volonté du peuple souverain. En second lieu, par la démocratie sociale, c’est-à-dire l’intervention limitée de l’Etat pour contrôler et corriger les effets nocifs d’une économie de marché sans frein qui pourrait aboutir à la concentration de tous les moyens de production aux mains d’une minorité et à la paupérisation du plus grand nombre.

3Au service de ces objectifs, les radicaux préconisent trois types d’action auxquels ils demeurent attachés durant le XIXe et les débuts du XXe siècle. D’abord le retour à la nation, autrement dit la nationalisation, des richesses nationales concédées (mines, canaux, chemins de fer…). Ensuite une politique de solidarité nationale, fondée sur la redistribution limitée des richesses, par le biais de la fiscalité et en particulier de l’impôt sur le revenu, donnant à l’Etat les moyens de développer les œuvres d’assistance aux plus démunis. Enfin, une vision de philosophie sociale qui conduit à créer le cadre nécessaire à la mise en œuvre d’une politique de promotion sociale gradualiste dont l’aboutissement consisterait à faire naître une société de petits propriétaires maîtres de leurs instruments de travail.

4C’est autour de ces principes que se définit l’identité du radicalisme et que sera fondé en 1901, avec l’appui et l’aide de la franc-maçonnerie, le parti qui rassemble les radicaux.

5Toutefois, ce radicalisme s’inscrit dans un devenir historique qui implique, selon les moments et la conjoncture, des pratiques différentes. Il existe en effet en permanence des lectures plurielles du radicalisme. Une lecture intransigeante qui campe sur des positions doctrinales et se réclame de l’idéologie fondatrice pour rejeter sans concessions les compromis politiques des gouvernements au pouvoir ; il sera incarné par Gambetta au début de la IIIe République, puis par Clemenceau à la fin du XIXe siècle, par Pelletan au début du XXe, par les Jeunes-Radicaux dans l’entre-deux-guerres, enfin par le courant mendésiste après 1955. Mais on peut lui opposer une lecture gouvernementale qui implique au contraire le compromis pour sauver l’essentiel, c’est-à-dire la République et les valeurs fondamentales qu’elle véhicule. Elle sera portée par Gambetta après 1873, par Clemenceau à partir de 1906, par Herriot et par Daladier lors de leurs passages au pouvoir durant l’entre-deux-guerres et par les néo-radicaux à partir de 1936-1938.

6Bien entendu, il existe entre ces deux radicalismes une pondération chronologique. Globalement, le XIXe siècle qui voit les radicaux constituer une force d’opposition aux gouvernements opportunistes, puis progressistes, est le temps de l’intransigeance. Et l’observation vaut pour la première grande expérience gouvernementale des radicaux au début du XXe siècle, celle du ministère Combes où s’affirme un radicalisme de combat, voire, avec quelques nuances, pour la tentative cartelliste de 1924.

7En revanche, le XXe siècle est l’époque où prédomine majoritairement un radicalisme de gestion qui fait de la défense de la République la priorité fondamentale. C’est vrai dès le gouvernement Clemenceau de 1906-1909 et, plus encore, des gouvernements radicaux qui se succèdent dans les années trente avec Herriot, Chautemps, Albert Sarraut, Daladier.

8La victoire socialiste des élections de 1936 marque un tournant fondamental, celui de la révision du radicalisme par un néo-radicalisme qui, tout en conservant les deux piliers de la défense de la République et de celle des classes moyennes fait évoluer le parti radical dans le sens d’une formation libérale, laïque sans doute, mais plus guère anticléricale, profondément anticommuniste et assez proche des modérés. C’est ce néo-radicalisme qui inspire la reconstruction du parti radical après la seconde guerre mondiale et c’est sur lui que se greffe l’expérience mendésiste qui apparaît moins comme un retour aux sources que comme la tentative de définition d’une doctrine de la gauche moderniste, économiquement ouverte, libérale sur le plan colonial. Il reste que néo-radicalisme et mendésisme, même opposés par les hommes et les ambitions qui les animent, ont permis aux radicaux de jouer un rôle essentiel sous une IVe République qui apparaît à la fois comme un été de la Saint-Martin et comme un chant du cygne pour le courant qu’ils incarnent.

9En effet, l’avènement de la Ve République change brutalement la donne. L’esprit même des institutions du nouveau régime apparaît profondément antagoniste de celui de la République parlementaire et cette incompatibilité entre deux conceptions de la République débouche sur la crise de 1962 qu’on peut lire comme le naufrage des partisans du modèle républicain traditionnel. Mais en même temps que la culture politique dont il est porteur subit une cruelle défaite, le radicalisme est victime du système institutionnel majoritaire de la Ve République qui, tendant vers la bipolarisation de la vie politique, aboutit au laminage des tendances centristes. Le déclin de l’idée radicale se mesure en termes d’audience électorale, de nombre d’élus, de poids dans les gouvernements, d’influence sur l’opinion. Les radicaux sont désormais contraints à un simple rôle de force d’appoint, devenant les satellites des coalitions politiques de gauche ou de droite affrontées dans un combat autour de projets de société antagonistes. Et, l’échec de la dernière grande expérience centriste, celle du Mouvement réformateur confirme cette impasse liée à la fois aux cultures politiques divergentes de ses élements constitutifs, la démocratie-chrétienne et le parti radical, aux ambitions rivales de ses dirigeants, Jean-Jacques Servan-Schreiber et Jean Lecanuet, mais aussi à l’absence de tout espace politique réel pour une expérience de ce type.

10Dès lors, faut-il considérer que la Ve République représente le crépuscule du radicalisme ? Et celui-ci est-il dû à une simple conjoncture politique ou à des raisons plus structurelles, comme l’inadéquation des solutions apportées par le radicalisme aux problèmes de la société française du second XXe siècle ?

11La réponse réside sans doute dans une réflexion sur l’identité du radicalisme et sur les multiples piliers qui, au-delà des phénomènes conjoncturels, ont marqué la culture politique radicale durant les XIXe et XXe siècles et dont une grande partie est aujourd’hui intégrée dans l’héritage indivis du patrimoine des valeurs nationales.

12Le radicalisme, c’est d’abord un ensemble d’idées qui ne constituent en rien un dogme, mais une approche rationaliste et critique, fondée sur la volonté d’adapter à la réalité de la société française et à son évolution la loi et les pratiques politiques. En ce sens, on peut définir le radicalisme comme un réformisme, très largement partagé par les forces politiques de gauche ou de droite.

13Le radicalisme, c’est ensuite un projet de société fondé sur la promotion et la défense de l’individu dont il s’agit de protéger la liberté et de la garantir par la possession d’un patrimoine (longtemps ramené à une propriété). De ce point de vue, le modèle de la société radicale s’est durablement incarné dans le monde des petits propriétaires-exploitants paysans, un monde qui est aujourd’hui en voie de disparition. En revanche, l’organisation d’une société de solidarité reste plus que jamais à l’ordre du jour et constitue jusqu’à aujourd’hui le cœur du modèle social français, sans que personne d’ailleurs songe à se référer à Léon Bourgeois et à son livre Solidarité.

14Le radicalisme, c’est encore un système institutionnel qui donne la prépondérance aux représentants élus du peuple souverain, c’est-à-dire au Parlement. A cet égard, il est peu douteux que la logique de la Ve République tourne partiellement le dos à l’idéal radical en la matière en affirmant la prépondérance de l’Exécutif. Toutefois, les évolutions récentes conduisent à s’interroger sur la pérennité de ce divorce. Somme toute, dès l’époque gaullienne, les sondages révèlent que, tout en appréciant la stabilité des institutions apportée par la Ve République, les Français se montrent attachés à l’image d’un président-arbitre plutôt qu’à celle d’un président chef de parti, et souhaitent restituer toutes ses prérogatives à l’institution parlementaire. Le système institutionnel excluant cet aspect des choses, c’est à travers les expériences de cohabitation qui permettent de rétablir l’équilibre des pouvoirs que cette aspiration s’est manifestée à diverses reprises au cours de la fin du XXe siècle. On voit ainsi, dans l’interstice d’appréciation laissée aux Français par le système de la Ve République, se glisser une tentative pragmatique d’interprétation qui ramène à la vision républicaine traditionnelle, en instituant une expression exécutive de la majorité législative en la personne du Premier ministre, faisant équilibre à la primauté présidentielle.

15Le radicalisme, c’est enfin une certaine vision de la France dans le monde, congruente avec les conceptions idéologiques et philosophiques de ce courant d’opinion. Les radicaux ont, de façon permanente, entendu assurer la défense nationale, protéger le territoire, défendre le pays contre toute agression extérieure. Le résultat de leur action sous la IIIe République n’a guère été probant et il serait vain de prétendre que leur responsabilité n’est pas engagée dans la défaite de la France en 1940. Il est vrai que leurs conceptions de politique étrangère affirmant que la sécurité de la France réside moins dans l’armement et les alliances que dans une politique de détente internationale qui ferait disparaître les risques d’agression, si elle est cohérente dans les années qui suivent l’après-première guerre mondiale, apparaît totalement inadéquate après l’arrivée de Hitler au pouvoir. En revanche, après 1945, le rôle des radicaux est essentiel, tant dans l’intégration de la France à l’Alliance Atlantique que dans les premiers pas de la construction d’une force nucléaire et surtout dans l’élaboration d’une Europe unie fondée sur la réconciliation franco-allemande. L’apport du radicalisme à la construction de la France d’aujourd’hui est donc considérable. Comment, expliquer, dès lors, que les deux partis radicaux qui sont aujourd’hui les héritiers de ce courant si riche et si fécond ne survivent que grâce à la bienveillance des grands partis majoritaires de gauche et de droite dont ils apparaissent plus comme des tendances que comme des organismes autonomes ? Les mécanismes du scrutin majoritaire évoquées plus haut y sont sans doute pour quelque chose. Mais, probablement plus encore le fait que les idées du radicalisme sont désormais largement diffusées au sein de l’ensemble du corps politique français dont elles constituent un môle commun de normes et de valeurs, et que, de ce fait, elles ne sauraient plus guère constituer le marqueur identitaire de la formation politique qui les a vues naître.

Auteurs

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540