Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Quatrième partie. L'identité du radicalisme

Chapitre 17. Les radicaux et les problèmes de défense d’une république à l’autre 1918-1958

Elisabeth Du Réau

Texte intégral

1Les questions de défense ont occupé une place importante dans les préoccupations des dirigeants radicaux au cours d’une période marquée par deux conflits majeurs, des lendemains de la première guerre mondiale aux années de reconstruction qui suivent le deuxième conflit.

2Notre propos est d’évoquer l’attitude des principaux décideurs radicaux à quelques dates charnières où des choix décisifs ont été opérés sous la IIIe et la IVe République.

3Nous évoquerons donc successivement les débats de l’entre deux guerres et ceux qui se développent plus tard à l’époque de Pierre Mendès France et de Bourgès Maunoury.

Les radicaux et les problèmes de défense d’un armistice à l’autre

4Quelle est la perspective majeure qui domine les préoccupations des équipes gouvernementales qui sont placées devant d’importants défis ?

Les débats des années vingt

5Comment assurer, après une guerre meurtrière (1M 350 000 tués, soit 1 homme actif sur 6) la sécurité du territoire et de sa population ?

6Tous reconnaissent que la France serait incapable de subir une nouvelle guerre aussi meurtrière et dévastatrice. D’où le dilemme : ou bien affaiblir l’Allemagne militairement et économiquement au risque d’humilier cette nation et de provoquer une réaction nationaliste, ou maintenir en France un potentiel militaire si important qu’il soit dissuasif.

7Entre l’armistice du 11 novembre 1918 et le retrait des dernières troupes d’occupation en Allemagne le 30 juin 1930, c’est sous le ministère de Paul Painlevé, socialiste indépendant très proche du parti radical, que sont votées deux lois importantes sur l’organisation de l’armée.

8La première loi sur l’organisation générale de l’armée du 13 juillet 1927 distingue la défense de la métropole de celle des colonies. Elle maintient, en métropole, 20 régions militaires. En cas de guerre la mobilisation peut être générale ou partielle. Elle est complétée par la loi du 28 mars 1928 sur les cadres et effectifs de l’armée.

9Les effectifs du temps de paix sont réduits à 524 000 hommes. Toutes les armes sont touchées par la réduction des effectifs, leur répartition est fort inégale : l’infanterie absorbant près des 3/4 de l’effectif.

10Par ailleurs, la loi du 31 mars 1928 sur le recrutement de l’armée enregistre la réduction à 1 an du service militaire.

  • 1 Congrès radical 1927, Publications du parti radical.

11Cette armée aux effectifs en baisse ne renouvelle pas son matériel. Elle vit sur celui qui a fait la guerre1.

12Par ailleurs, l’instruction sur l’emploi des chars de combat du 24 janvier est peu ambitieuse

  • les chars qu’ils soient légers ou lourds sont considérés comme de l’artillerie

    • 2 SHAT, CSG 1 N 27, Dr 5.

    en ce qui concerne l’aviation, sa tâche prioritaire est la recherche de l’artillerie anti chars ennemie la notion de binôme char-avion n’est qu’en germe2.

13En cas de conflit quel plan prévoit le Haut Commandement ?

  • 3 Archives Nationales, 421, AP 17. Fonds J. Paul-Boncour, Conférence du désarmement.

14L’isolement de la France, l’évacuation prématurée de la zone rhénane de Coblence qui affaiblit l’armée du Rhin et les lois de 1927 qui réduisent les effectifs de l’armée française (tandis que l’armée allemande se renforce clandestinement) conduisent l’état major à envisager une phase de défense initiale en cas de conflit3.

  • 4 Elisabeth du Réau, Edouard Daladier, Paris, Fayard, 1993, pp. 63-65.
  • 5 Idem, Ibidem.

15Dès la première partie des années vingt un autre débat plus vaste s’est engagé sur l’organisation de l’armée en temps de guerre qui devait tirer les leçons du premier conflit. Le texte franchit le seuil du Parlement en 1924. Edouard Daladier, le jeune ministre de la guerre, député radical du Vaucluse depuis 1919 trouve ce dossier à l’automne 1925, à l’époque du cartel des gauches. Il l’étudie avec intérêt jugeant qu’il s’agit là d’un enjeu essentiel et insiste sur un aspect intéressant : celui de la mobilisation économique de la nation en temps de guerre4. Mais cet important dossier ne sera définitivement réglé que, 13 ans plus tard, lorsque devenu Président du Conseil il réussira à le faire adopter par le Parlement quelques semaines avant le développement de la crise internationale qui se dénoue par la Conférence de Munich5.

Les choix des années trente : du désarmement au réarmement face à la montée des périls

  • 6 Idem, Ibidem.

16Pendant la période antérieure à 1933 les choix opérés par le gouvernement et le Haut Commandement s’inscrivent dans une perspective défensive. La réalisation des travaux prévus par la commission d’organisation des régions fortifiées (la CORF), notamment l’édification de la ligne Maginot traduit ce choix qui a reçu l’aval des députés radicaux6.

17Pendant le minisère Herriot la question du désarmement est une préoccupation majeure. La conférence de Genève qui consacre l’égalité des droits au profit de l’Allemagne est une succès pour Berlin.

  • 7 SHAT, 1K 130, Fonds privé Weygand, Dr 5.

18En 1933, quand Édouard Daladier devient Président du Conseil il trouve sur son bureau un dossier préparé par Weygand, qui est clair sur la menace potentielle allemande rendue plus sensible avec l’arrivée d’Hitler à la chancellerie7.

  • 8 Idem, Ibidem.

19Les années 1933 à 36 sont marquées par d’importantes controverses. La plus connue met en cause les choix opérés au sein du Haut commandement qui a réfuté les thèses du commandant de Gaulle en 1934 et ne donne à l’arme blindée ni l’autonomie ni les moyens nécessaires à son développement8.

20Cette période est également celle des tergiversations sur le plan diplomatique. Après les réactions timorées de la France en 1935, le gouvernement dirigé par le radical Sarraut ne réagit pas au moment de la remilitarisation de la Rhénanie en mars 1936.

  • 9 Elisabeth du Réau, op. cit., pp. 192-195.

21Le Gouvernement de Front Populaire formé en juin 1936 autour de Léon Blum, associe les radicaux à l’exercice du pouvoir. Deux ministères militaires sont confiés à des radicaux, celui de la Guerre et de la Défense nationale à Édouard Daladier, celui de l’Air à Pierre Cot. Sous leur impulsion, et avec l’appui du ministre des Finances Vincent Auriol, un plan de réarmement est adopté en septembre 19369.

  • 10 Idem, Ibidem et René Rémond, Janine Bourdin (dir.), Edouard Daladier, chef de gouvernement, pp. 129 (...)

22La tâche principale des deux ministres radicaux Édouard Daladier et Pierre Cot est la mise en œuvre de ce programme d’armement qui prévoit la construction de chars légers et lourds sur 4 ans avec une réalisation du programme prévue pour fin 1940. Mais sa réalisation rencontre de nombreux obstacle bien souvent évoqués dans l’historiographie. L’application de la législation sociale et des mesures prévues par la loi de nationalisation entraîne de nombreux retards10. À partir d’avril 1938, le gouvernement Daladier qui succède à un deuxième gouvernement Blum s’efforce en s’appuyant en partie sur une majorité de rechange de débloquer cette situation.

23Parmi les dispositions prévues figure l’aménagement des 40 heures. Il s’agit d’un double défi pour Daladier : réussir à assouplir le dispositif pour permettre une montée en puissance de la production et organiser avec le concours de la Grande Bretagne une authentique coopération militaire. Celle-ci pourrait avoir d’abord valeur dissuasive puis se transformer le cas échéant en véritable alliance, les deux armées jouant sur une certaine complémentarité et assurant non seulement la défense de leurs métropoles mais de leurs Empires.

  • 11 Interview Jean Daridan, 18 janvier 1982.

24La crise des Sudètes montre que le Royaume Uni refuse de s’impliquer dans une crise qui mettrait en cause sa sécurité pour un enjeu qui lui paraît secondaire. Elle démontre les faiblesses de l’outil militaire français11.

  • 12 Anthony Adamthwaite, France and the coming of the Second World War, London, Frank Cass, 1977.

25Malgré un redressement sensible de la situation en 1939 grâce à une nouvelle politique économique sous l’impulsion d’Édouard Daladier et Paul Reynaud, l’armée française, en septembre 1939, accuse encore de grosses faiblesses. La France compte sur le concours britannique et les deux puissances déclarent la guerre à l’Allemagne quand celle-ci envahit la Pologne le 1er septembre 193912.

  • 13 Ministère des Affaires Etrangères, MAE, Papiers 1940, Fonds Daladier.

26Les deux nations ne peuvent apporter une assistance militaire à leur alliée. L’épreuve de la drôle de guerre montre un peu plus tard les limites de la coopération interalliée13. La campagne de 1940 qui se termine par « l’étrange défaite » selon la formule de Marc Bloch est un sévère échec dont se souviendront les gouvernements de la IVe République.

Les radicaux et les controverses sur les problèmes de défense sous la IVe république

Le rôle de Pierre Mendès France en 1954 de l’échec de la CED aux accords de Paris

27Les visées stratégiques des négociateurs des futurs Accords de Paris

Le contexte international

  • 14 SHAT, Publication réalisée à partir des dossiers du Conseil de Défense nationale (actuellement ferm (...)

28Les années 1952-1954 sont marquées aux États-unis par l’élaboration de nouvelles orientations stratégiques qui coïncident avec l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle équipe dirigeante. Avec l’élection à la présidence de l’Union de Dwight Eisenhower, le retour au pouvoir des Républicains introduit dans le débat stratégique un infléchissement des orientations initiales14.

  • 15 Pierre Mélandri, thèse reprographiée, Tome 2, p. 817, Montpellier, 1977.

29Tandis que les Soviétiques cherchent à dissuader l’Europe occidentale de réarmer, les Américains estiment au contraire qu’il faut renforcer les moyens d’action dans la perspective d’un redéploiement ultérieur des forces soviétiques à l’issue de la période de transition qui suit la mort de Staline en 195315. Le général Ridgway a dénoncé, en tant que nouveau commandant suprême interallié en Europe, l’insuffisance des effectifs de l’OTAN et demandé que soit réglée au plus tôt la question de la contribution allemande.

  • 16 Pierre Guillen, « Les chefs militaires français, le réarmement de l’Allemagne et la CED », Revue d’ (...)
  • 17 Archives de l’Institut Pierre Mendès France, ci-dessous IPMF, Accords Paris I, sousdossier 1.

30La doctrine des « représailles massives » qui l’emporte à partir de l’été 1953 à Washington accentue les clivages entre puissances occidentales disposant ou non de l’arme nucléaire. On en est bien conscient dans les milieux militaires et on estime que l’adoption de la CED renforcera encore ce clivage. En fonction de ces données, les experts militaires français envisageaient précocement une alternative à la solution de la CED, susceptible de préserver davantage l’avenir en n’excluant pas l’entrée de la France dans le « club des puissances nucléaires »16. Cette alternative est l’idée d’une réactivation du Pacte de Bruxelles, une extension et un renforcement de ce dispositif permettant d’englober l’Allemagne et l’Italie17. Fort de ces informations, Pierre Mendès France, président du conseil depuis juin 1954, devait examiner cette solution de rechange dans la perspective d’un ajournement du texte instituant la CED.

L’échec de la CED et l’esquisse d’une solution alternative (août-septembre 1954)

  • 18 Témoignage de Jean-Marie Soutou au Colloque Pierre Mendès France et le rôle de la France dans le Mo (...)

31Le 21 août 1954, tandis que se déroulait la Conférence de Bruxelles, ultime tentative de sauvetage du texte instituant la CED, les membres du cabinet du ministre des Affaires étrangères examinaient, au Quai d’Orsay, les solutions alternatives à mettre en place en cas d’échec de la conférence et de rejet par l’Assemblée nationale du Traité. Le témoignage de Jean-Marie Soutou, directeur adjoint du cabinet, est fort précieux. Il confirme un point très important, l’amorce d’une discussion bilatérale franco-allemande à l’issue de la Conférence de Bruxelles qui venait d’échouer : « Après l’échec de Bruxelles, il se passe quelque chose de très important qui va déterminer la suite. (Pierre Mendès France) va s’entretenir pendant plus d’une heure avec Adenauer à la sortie de la Conférence de Bruxelles et cette conversation qui n’a fait l’objet d’aucun compte rendu va être la base sur laquelle tout ce qui sera fait par la suite sera édifié ». C’est alors, explique Jean-Marie Soutou, que le président du conseil français, ministre des Affaires étrangères, réussit à convaincre Adenauer que « sa démarche n’était pas anti-allemande et qu’il était partisan d’associer d’une manière ou d’une autre la République Fédérale à la défense occidentale »18.

32Après cet échange de vues confidentiel, Pierre Mendès France, au retour de Bruxelles, se rendait officieusement à la résidence de Churchill à Chartwell. On sait que les entretiens se déroulèrent en deux temps, après une rencontre en présence d’Anthony Eden, secrétaire d’État au Foreign Office, les deux chefs de gouvernement eurent une longue conversation en tête à tête. Pierre Mendès France estimait que la France s’était heurtée à l’hostilité des autres délégations. Il estimait que la France était en droit de compter sur le concours de la Grande-Bretagne amie pour sortir de l’isolement dont la menace l’échec de Bruxelles et pour raffermir l’alliance occidentale...

  • 19 Documents diplomatiques français, ci-dessous DDF, 1954, Paris, Imprimerie nationale, 1987, pièce 63

33Eden évoquait, lui, un autre péril : un nouveau Rapallo entre l’Allemagne et l’URSS. C’est alors que Pierre Mendès France formulait une proposition alternative. En cas de rejet de la CED, on pourrait mettre en place : « Une sorte de coalition des six pays d’Europe continentale à laquelle se joindrait le Royaume-Uni. Le commandement pourrait être intégré et assorti de modalités particulières entre les pays continentaux pour encadrer l’Allemagne »19.

  • 20 Le vote du 30 août a été scrupuleusement analysé. Ses résultats sont bien connus. La ratification d (...)

34On sait dans quelles conditions l’Assemblée nationale devait, le 30 août, se prononcer sur une question de procédure et, par un votre négatif, signifier le rejet définitif de la Communauté Européenne de Défense20. Au lendemain de cet échec, l’irritation était vive dans les chancelleries européennes et à Washington. La déception et l’amertume à Bonn et Bruxelles prévalaient aussi à Washington et se coloraient, outre-Atlantique, d’une vive animosité à l’égard d’une nation qui avait initié le projet de CED et qui prononçait maintenant son acte de décès après deux longues années d’atermoiements. Le Département d’État et le Pentagone nourrissaient une vive inquiétude à l’égard des visées soviétiques.

  • 21 IPMF, Accords Paris, I, sous-dossier 2 : Note Bonnet, secret réservé, 16 septembre 1954.

35On peut parler ici de « syndrome de Rapallo », c’est-à-dire du souvenir de l’entente secrète germano-soviétique nouée à Rapallo en 1922, accord qui avait permis à l’époque le réarmement clandestin de l’Allemagne. Le Pentagone plaidait donc en faveur d’une rapide intégration de l’Allemagne en Europe car il craignait la tentative d’un rapprochement avec l’URSS. Dans ces conditions, Washington souhaitait proposer « purement et simplement l’entrée de la RFA dans l’OTAN, quel que soit l’avis de Paris »21.

  • 22 PRO, FO 371, 68048 A Fr/541-31. Voir aussi notre contribution à l’ouvrage Pierre Mendès France..., (...)

36Pierre Mendès France, qui n’avait cessé de garder le contact avec Londres, devait, en accord avec Eden, relancer la proposition esquissée à Chartwell. Selon nos sources, l’initiative est bien française mais l’ambassadeur René Massigli avait habilement négocié et jugé opportun de laisser Anthony Eden revendiquer la paternité du projet qui devait aboutir aux Accords de Paris22.

  • 23 Idem.

37Les entretiens de Londres qui se déroulent le 16 septembre esquissent les bases de plus amples négociations qui se déroulent à nouveau dans la capitale britannique du 26 septembre au 3 octobre. L’accord entre la Grande-Bretagne et la France qui reçoit l’aval de Washington et de Bonn est scellé sur les principes suivants : le maintien d’une alliance défensive obligeant tous les États membres à intervenir militairement en cas d’agression à l’égard d’une des alliés ; son élargissement à l’Allemagne et l’Italie, le statut militaire allemand étant soumis à des conditions particulières ; la participation active du Royaume-Uni à la défense du continent européen23.

Les visées politiques

38Le préambule du Pacte de Bruxelles modifié par les Accords de Paris se référait toujours aux mêmes objectifs généraux que ceux, définis en mars 1948, mais une mention nouvelle figurait dans le texte signé à Paris en octobre 1954. Le Traité de Bruxelles modifié précisait en effet que les sept États étaient résolus « à prendre les mesures nécessaires afin de promouvoir l’unité et d’encourager l’intégration progressive ». Cette formulation n’était pas une simple clause de style, elle avait été longuement analysée et mûrie. Son insertion dans le texte du préambule était à l’évidence une concession aux partisans de l’ancienne formule de Communauté européenne de défense et elle devait donc rendre plus aisée en France la ratification qui supposait l’adhésion du groupe cédiste à la solution adoptée. On notera cependant que les structures prévues par les Accords de Paris n’instituaient pas un système intégré et pouvaient donc être acceptées par ceux qui, notamment outre-Manche, n’étaient pas favorables à un système institutionnel contraignant.

39Quatre rouages institutionnels lui conféraient une structure cohérente :

  • le nouveau Traité créait, en effet, à côté du Conseil des ministres des Affaires étrangères, déjà existant, une Assemblée, constituée de parlementaires du Conseil de l’Europe dont le rôle était consultatif mais qui était censée maintenir le dialogue avec les opinions nationales ;

  • l’Agence de Contrôle des Armements (ACA) était également une création. Elle devait avoir un pouvoir de contrôle sur tous les armements des pays membres, instituant un système de mesures de confiance et de transparence sans précédent entre États indépendants ;

    • 24 Accords de Paris, DDF, 1954, op. cit., pièces annexes. Communiqué du 23 octobre 1954. Voir aussi He (...)

    enfin, sur proposition française, un second organe technique devait être créé, le Comité permanent des Armements (CPA) mais cette dernière structure ne devait prendre place qu’en mai 1955, afin de promouvoir la coopération des Sept en matière d’armements24.

40Cet embryon d’organisation européenne restait cependant ambigu car il n’y avait pas réellement égalité de statut entre les pays membres. On notera en particulier que les pouvoirs de l’Agence pour le Contrôle des Armements restaient fortement inspirés par les clauses discriminatoires prévues par le texte initial instituant la CEE, la RFA se voyant interdire la fabrication et la possession des armes atomiques, bactériologiques et chimiques (armes ABC).

41On notera cependant que les nouvelles dispositions avaient une double finalité et que deux objectifs se trouvaient atteints :

  • 25 Idem.

42– l’UEO avait pour premier mérite de permettre à terme une insertion de l’Allemagne de l’Ouest dans le système de défense de l’Europe occidentale, puisqu’une clause essentielle apparaissait dans le texte, le principe d’une future entrée de l’Allemagne occidentale dans l’OTAN. Le statut militaire de l’Allemagne dans le nouveau système était réévalué, la RFA prenant l’engagement de s’insérer dans la construction européenne, d’entrer dans l’alliance atlantique et de contribuer à la défense européenne sous le contrôle de l’UEO. Certaines interdictions avaient bien été maintenues mais l’inégalité de statut entre les pays membres avait été acceptée par la RFA. En revanche, les trois puissances – États-Unis, Grande-Bretagne et France – s’engageaient à garantir la liberté, la sécurité des secteurs occidentaux de Berlin et à soutenir l’objectif commun de « reconstituer une Allemagne unifiée libre et démocratique » sur la base d’un règlement de paix pour l’Allemagne tout entière. Cette insertion de l’Allemagne dans l’Union européenne occidentale et dans le système de sécurité atlantique était l’un des aspects essentiels du nouveau dispositif25.

43La levée de l’hypothèque du réarmement allemand était bien un pas décisif dans la poursuite de l’œuvre de construction européenne. On notera cependant les ultimes résistances d’une partie de l’opinion française qui manifestait encore des réserves et celles plus explicites des parlementaires qui étaient consultés pour la ratification des Accords de Paris.

44Sous le gouvernement Pierre Mendès France, l’Assemblée nationale se prononçait le 30 décembre 1954 après un vif débat par 287 voix contre 256. Parmi les opposants figuraient Georges Bidault et 52 autres députés MRP ; 23 députés Républicains Sociaux étaient dans l’opposition, mais au sein du mouvement gaulliste une majorité avait rallié le camp des partisans de la ratification. Le large appui de la SFIO et du Rassemblement des gauches républicaines (RGR) avait permis à Pierre Mendès France la ratification finale.

  • 26 On notera que Michel Debré se ralliait finalement à la majorité sénatoriale.

45Après la chute du président du conseil, en février 1955, et la formation du gouvernement Edgar Faure, le Conseil de la République autorise la ratification par une majorité plus confortable de 148 voix contre 110. Le 27 mars, à l’issue du scrutin, le gouvernement français pouvait donner son aval définitif qui permettait la mise en place des institutions prévues par les Accords de Paris26.

46D’autre part, le Pacte de Bruxelles modifié renforçait les obligations de la Grande-Bretagne qui s’engageait à mettre à la disposition de l’organisation des unités qui pourraient stationner sur le continent, en République Fédérale d’Allemagne, pour accroître le dispositif de sécurité dans cette zone vulnérable. Ainsi, l’ancrage de la Grande-Bretagne sur le continent se trouvait confirmé et il s’agissait là d’un important succès des thèses françaises. C’était la confirmation du maintien, à côté du nouvel axe Paris-Bonn, d’une autre pôle traditionnel en matière de sécurité, l’axe Paris-Londres, la France et la Grande-Bretagne constituant, en fait, le « bras armé de l’Union ».

47La poursuite, au sein de l’UEO, des objectifs que s’assignait l’Union, maintenait la Grande-Bretagne dans un système institutionnel qui permettait le maintien du dialogue. Quelles que soient les réserves manifestées à plusieurs reprises par le partenaire britannique au cours des délibérations du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UEO, cette instance était un espace privilégié, permettant aux sept États européens occidentaux d’évoquer leurs problèmes communs en matière de sécurité.

48Pierre Mendès France a donc joué un rôle décisif au cours de cette période-« charnière » en privilégiant l’axe franco-britannique en matière de défense. Il s’inscrivait ainsi dans la ligne suivie par ses prédécesseurs sous la IIIe République qui accordaient, eux aussi, la priorité à l’accord avec Londres.

Notes

1 Congrès radical 1927, Publications du parti radical.

2 SHAT, CSG 1 N 27, Dr 5.

3 Archives Nationales, 421, AP 17. Fonds J. Paul-Boncour, Conférence du désarmement.

4 Elisabeth du Réau, Edouard Daladier, Paris, Fayard, 1993, pp. 63-65.

5 Idem, Ibidem.

6 Idem, Ibidem.

7 SHAT, 1K 130, Fonds privé Weygand, Dr 5.

8 Idem, Ibidem.

9 Elisabeth du Réau, op. cit., pp. 192-195.

10 Idem, Ibidem et René Rémond, Janine Bourdin (dir.), Edouard Daladier, chef de gouvernement, pp. 129-150.

11 Interview Jean Daridan, 18 janvier 1982.

12 Anthony Adamthwaite, France and the coming of the Second World War, London, Frank Cass, 1977.

13 Ministère des Affaires Etrangères, MAE, Papiers 1940, Fonds Daladier.

14 SHAT, Publication réalisée à partir des dossiers du Conseil de Défense nationale (actuellement fermés aux chercheurs civils) par le lieutenant-colonel Vernet, « Du traité de Moscou au pacte atlantique, aspects institutionnels d’une mission militaire, 1945-1950 ».

15 Pierre Mélandri, thèse reprographiée, Tome 2, p. 817, Montpellier, 1977.

16 Pierre Guillen, « Les chefs militaires français, le réarmement de l’Allemagne et la CED », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 129, 1983.

17 Archives de l’Institut Pierre Mendès France, ci-dessous IPMF, Accords Paris I, sousdossier 1.

18 Témoignage de Jean-Marie Soutou au Colloque Pierre Mendès France et le rôle de la France dans le Monde, dont les Actes ont été publiés sous ce titre par les Presses Universitaires de Grenoble en 1991, sous la direction de René Girault, pp. 142-143.

19 Documents diplomatiques français, ci-dessous DDF, 1954, Paris, Imprimerie nationale, 1987, pièce 63.

20 Le vote du 30 août a été scrupuleusement analysé. Ses résultats sont bien connus. La ratification du traité du CED était refusée à Paris par 319 voix contre 264. Les députés partisans du refus s’étant prononcés sur une motion préjudicielle.

21 IPMF, Accords Paris, I, sous-dossier 2 : Note Bonnet, secret réservé, 16 septembre 1954.

22 PRO, FO 371, 68048 A Fr/541-31. Voir aussi notre contribution à l’ouvrage Pierre Mendès France..., cité note 15, pp. 30-31.

23 Idem.

24 Accords de Paris, DDF, 1954, op. cit., pièces annexes. Communiqué du 23 octobre 1954. Voir aussi Henri Burgelin, Relations internationales, no 36, pp. 415-423.

25 Idem.

26 On notera que Michel Debré se ralliait finalement à la majorité sénatoriale.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris-III

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540