Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Quatrième partie. L'identité du radicalisme

Chapitre 16. Les radicaux et l’Europe

Christine Manigand

Texte intégral

1Les radicaux ont été à l’origine, puis constamment préoccupés, – depuis la fondation du Parti radical et même auparavant –, par la réflexion à élaborer autour de l’évolution des rapports de force internationaux, des contours à leur donner, et par la nécessité d’une définition du concept de sécurité collective.

2La figure emblématique d’un Léon Bourgeois ainsi que son rôle lors des conférences internationales de La Haye (1899 et 1907) incarne parfaitement cette préoccupation majeure du radicalisme.

3De ces objectifs universalistes se sont progressivement dégagés, avec des rapports parfois ambigus, une idée, puis des conceptions européennes dont le temps fort fut scandé pendant la période de l’entre-deux-guerres par le fameux discours d’Aristide Briand du 5 septembre 1929 et par son mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale du 1er mai 1930.

4En fait, il y a eu une véritable adéquation alors entre l’âge d’or du radicalisme et la propension de ces radicaux à penser, sinon à vivre ces Etats-Unis d’Europe.

5Les différentes étapes de la construction européenne proprement dite ont ensuite révélé des lignes de faille plus ou moins importantes selon les domaines envisagés, qui ont culminé avec la querelle de la CED mais qui ont aussi connu des soubresauts lors des traités de Rome négociés et signés par un Maurice Faure et condamnés par Pierre Mendès France.

6Les années soixante et soixante-dix ont vu le ralliement, par-delà les divisions internes du Parti radical, à une Europe commune où prévalent les notions de solidarité et de droits de l’Homme.

L’Europe : une préoccupation dominante

Une riche préhistoire

  • 1 Peu d’ouvrages ont été consacrés à Léon Bourgeois. On peut consulter le témoignage de son biographe (...)
  • 2 Congrès de 1902 cité par Armand Charpentier, Le Parti radical et radical-socialiste à travers ses c (...)
  • 3 Cette commission internationale d’études pour la SDN a été réunie dès 1917 ; composée de politiques (...)

7Cet âge d’or est bien représenté par l’entre-deux-guerres, mais a été précédé de tout un travail préparatoire en amont, tout d’abord, avant la première guerre mondiale, illustré par le travail des juristes internationalistes et par l’action de Léon Bourgeois1. Par ses ouvrages sur le solidarisme (Solidarité paraît en 1897) et sur la Société des Nations (Pour la Société des Nations sort en 1910), il a appelé à une transposition du concept de solidarité entre les différents éléments constitutifs du corps social à celui de solidarité à l’échelle internationale. Le Père de la Société des Nations, comme l’avait surnommé lord Balfour, avait réfléchi à la mise en place d’un arbitrage international et à l’application de sanctions limitées alors au domaine moral et pécuniaire. Dès 1902, le congrès radical avait, par exemple, demandé au gouvernement français de « conclure des traités permanents d’arbitrage avec toutes les nations disposées à entrer dans des voies pacifiques ; [il] l’invite à soumettre tous les différends, qui pourraient surgir dans nos relations diplomatiques, au Tribunal permanent d’arbitrage à La Haye, qui en ce moment même, sur l’initiative des Etats-Unis et du Mexique, a commencé de fonctionner »2. À cet égard, il a imprimé sa marque à la commission française3 chargée d’élaborer les futurs statuts du nouvel organisme international souhaité par le président Wilson en 1918.

8Les lignes maîtresses aboutirent à une conception cohérente et rigoureuse de la nouvelle structure internationale, mais qui ne fut pas suivie d’effet : elle serait forte et armée.

  • 4 Propositions reprises par un Henry de Jouvenel ou un Pierre Cot en faveur de la constitution d’une (...)

9Le pacifisme radical est donc sérieux, raisonné et surtout assorti de ce qui est appelé alors « une gendarmerie internationale » qui assurera le respect des décisions prises ; même si dans l’immédiat rien ne subsiste, ni dans l’esprit ni dans la lettre du Covenant de ses réflexions, on ne peut que remarquer que le concept de force internationale est bel et bien posé pour doter l’organisme genevois de la possibilité d’une action militaire, concertée, rapide et efficace. Il restera des projets de Léon Bourgeois la volonté de créer, face à la mondialisation des problèmes, une force militaire de coercition dotée d’un état-major international agissant sur les ordres d’une instance politique et juridique internationale4.

L’âge d’or européen

  • 5 En déclarant que « la France assurera sa sécurité par ses propres moyens »…

10L’arrivée du Cartel des gauches en France, en 1924, et celle concomitante des travaillistes outre-Manche ouvrit l’ère la plus glorieuse des radicaux fers de lance du concept de sécurité collective symbolisé par la fameuse trilogie du Protocole d’Edouard Herriot, « Arbitrage, sécurité, désarmement », jusqu’à ce que Louis Barthou ne signe, en 1934, l’acte de mort de la sécurité collective…5. En septembre 1924, il s’agit bien de concilier l’idéologie pacifiste dont se réclamaient les radicaux et les nécessités de la défense nationale, ce qui représente l’avance la plus complète des principes de sécurité collective et de la seule tentative sérieuse pour les faire sortir du domaine du langage officiel.

 

  • 6 Voir à cet égard l’étude de Serge Berstein, « Le milieu genevois dans la France de l’entre-deux-gue (...)
  • 7 Pan-Europe est tout à la fois un mouvement, un livre et une revue.
  • 8 Élisabeth du Réau, L’idée d’Europe au XXe siècle, des mythes aux réalités, Bruxelles, édition Compl (...)
  • 9 Contrairement à d’autres mouvements européistes, ce comité espère œuvrer dans le cadre de la SDN.

11C’est bien au sein de ce même milieu de gauche et de centre gauche6 que se forgent les premiers cercles européens : de nombreux politiques participent, en effet, aux différentes manifestations organisées par le comte Coudenhove-Kalergi en faveur de son mouvement Pan-Europe7 : « Un séjour à Paris au début de l’année 1925, les prises de contact dans les milieux du journalisme, notamment avec Henry de Jouvenel et Louise Weiss, des rencontres avec des personnalités de la majorité au pouvoir (Painlevé, Herriot, Loucheur, Briand), confirment la percée du mouvement dans les milieux de la gauche modérée avec le soutien de certaines loges maçonniques »8. L’adhésion de nombreux radicaux aux associations proeuropéistes s’avère patente, qu’il s’agisse de soutenir les initiatives à tonalité économique comme l’Union douanière européenne (dont le comité français est présidé par Yves le Troquer) ou du Comité français de coopération européenne d’Emile Borel9 créé en 1927 : aux côtés du mathé-maticien figurent, au sein de l’assemblée constitutive, Léon Jouhaux, Aristide Briand, Edouard Herriot, Paul Painlevé et Joseph Caillaux. Toutes les énergies furent mobilisées pour aider à la diffusion de l’idéal européen et intellectuels et politiques ont uni leurs efforts et conjugué leurs talents pour définir leur vision de la future Europe.

  • 10 Gaston Riou, Europe ma patrie, Paris, Valois, 1928, 145 p. Gaston Riou, S’unir ou mourir, Paris, Va (...)
  • 11 Edouard Herriot, Europe, Paris, Rieder, p. 50.
  • 12 Bertrand de Jouvenel, Vers les Etats-Unis d’Europe, Paris, Valois, 1930, p. 102.

12Faisant écho au succès remporté par Gaston Riou avec ses deux titres-choc, en 1928 et 1929, Europe ma patrie et S’unir ou mourir10, Edouard Herriot ou Bertrand de Jouvenel affinent leurs conceptions européistes. Chez Edouard Herriot, dans son ouvrage intitulé tout simplement Europe (1930), plusieurs points forts ponctuent sa démarche : tout d’abord un souverainisme avant la lettre afin de « préserver la souveraineté des pays divers appelés à se fédérer. Par là s’accusait la différence essentielle de cette conception avec certaines Internationales qui veulent supprimer les patries pour y substituer des notions abstraites sans point de contact avec l’histoire et la vie »11, puis revient la thématique récurrente d’une union imposée par l’évolution économique, la concentration industrielle et son corollaire, la nécessité de défendre les marchés européens. En revanche, cette Europe devrait être ouverte à tous les pays, Grande-Bretagne comprise et, ce qui est moins fréquent, cette union européenne ne pourrait se réaliser que dans le cadre de la Société des Nations et comme un élément de celle-ci. Pour sa part, Bertrand de Jouvenel plaide a contrario pour les Etats-Unis d’Europe (1930) déliés de tout engagement face à Genève qui a failli à sa mission : « Voici dix ans qu’est née la Société des Nations, parmi les ricanements de droite et les enthousiasmes de gauche. Après dix ans, les ricanements se sont calmés. Les enthousiasmes aussi. Les uns prétendaient qu’elle ne vivrait pas. Elle a vécu. Les autres prétendaient qu’elle ferait de grandes choses. Elle ne les a pas faites. Elle n’a pas péri. Mais elle a été châtrée… »12. Pour ce faire, un nécessaire transfert de souveraineté s’imposait afin de susciter un « nationalisme européen » et mettre sur pied un État européen (dont on ignorait tout de sa forme institutionnelle), dégagé des emprises nationales et seul capable de résoudre les problèmes urgents du moment.

13Signalons, en outre, qu’un Joseph Caillaux ne participe pas de cet enthousiasme ; s’il communie au nom des raisons impératives, il émet, bien plus que d’autres, beaucoup de réserves et de limites. À l’instar d’autres leaders radicaux, il a donné sa bénédiction à Pan-Europe, mais lui, ne fut jamais un militant de la cause européenne.

Des temps forts sous la Quatrième République

Une véritable unanimité ?

  • 13 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », Vingtième siècle, Revue d’Histoire, num (...)

14Par-delà ces nuances, la corrélation entre les radicaux et l’idée européenne fut bien la plus étroite pendant la période de l’entre-deux-guerres, symbolisée par l’action d’Aristide Briand et d’Edouard Herriot ; on ne peut être que frappé par l’engagement de ces élites radicales, politiques, économiques, intellectuelles, par les multiples vecteurs de diffusion empruntés par ces nouvelles aspirations ; même si l’historiographie relativise aujourd’hui davantage le rôle du comte Coudenhove-Kalergi, il n’en demeure pas moins que son premier congrès paneuropéen rassemble 2 000 personnalités à Vienne en 1926, dont de nombreux radicaux ou sympathisants, qu’Aristide Briand accepte d’être le président d’honneur de l’Union paneuropéenne et que Louis Loucheur est président français de Paneurope : « La caractéristique de ce premier âge d’or de l’engagement européen dans les années vingt est la variété des élites politiques, économiques, intellectuelles concernées par la nouvelle cause ainsi que l’effervescence d’un mouvement qui s’appuie sur un grand nombre d’associations, de réseaux informels, de cercles de toutes sortes ou de revues, comme L’Europe Nouvelle, l’hebdomadaire dirigé par Louise Weiss »13.

15Pareille unanimité ne se retrouve plus sous la Quatrième République sur les questions européennes.

  • 14 Jean-Thomas Nordmann, Histoire des radicaux, 1820-1973, Paris, La Table ronde, 1974, p. 368.

16Si l’anticommunisme sert de ciment, « en matière de questions internationales, l’attitude des radicaux dépend très largement des clivages instaurés par la guerre froide et s’inspire le plus souvent d’une hostilité de principe au communisme. En avril 1950, les jeunesses radicales-socialistes consacrent des journées d’études au thème de la lutte contre le communisme et votent une résolution demandant aux parlementaires radicaux de soutenir toutes les initiatives tendant à délivrer le monde de la tyrannie bolchévique »14.

 

  • 15 JO, débats de l’Assemblée Nationale, 3e séance du 7 décembre 1951, p. 8956.
  • 16 Intervention de Maurice Faure, JO, op. cit.
  • 17 Intervention de Henti Jeammot, JO, op. cit.
  • 18 La formation de l’Europe, rapport présenté par Paul Devinat, ancien ministre, député de Saône et Lo (...)
  • 19 Anne Dulphy, Christine Manigand, « Du Plan Schuman à la CECA : les perceptions de l’opinion françai (...)

17Le Parti radical fit bon accueil au Plan Schuman de Communauté européenne du charbon et de l’acier : aucune voix ne manqua à l’appel lors du vote de ratification par le Parlement du traité signé à Paris le 18 avril 1951. Maurice Faure admet alors, ainsi que d’autres intervenants, que l’« avantage majeur du traité est de commencer » (percevoir la CECA comme la première étape de la construction européenne ne préjuge pas d’un enthousiasme délirant…), « d’opérer une révolution diplomatique porteuse d’intégration »15, puis il émet des réserves craignant que la CECA n’étouffe la France : « Nous voulons faire l’Europe, mais nous ne voulons pas étouffer la France. Avant de lancer le pays dans une entreprise aussi vaste et aussi nécessaire, le devoir de ses représentants est d’en scruter à l’avance les étapes pour vérifier que les moyens ne trahiront pas le but »16. Deux restrictions ponctuent ensuite son intervention, que l’on retrouvera plus amplement développées lors des débats sur la Communauté européenne de défense et le traité de Rome : tout d’abord, il ne faut, en aucun cas, que cet engagement vers une Europe des Six ne détourne la France de la place centrale et du rôle qu’elle doit jouer face à l’Union française, puis la problématique de la géographie communautaire se trouve au cœur des débats ; les radicaux ne cessent de déplorer la non-participation de la Grande-Bretagne : le radical Henri Jeammot estime « choquante », « particulièrement pénible de voir se distendre l’amitié franco-britannique si bénéfique pendant la guerre »17. Le Parti radical croit fermement en une « Europe bien inscrite dans ses frontières naturelles », selon l’expression de Paul Devinat lors du congrès d’octobre 195218. « L’attention accordée par les partis politiques et les media au traditionnel allié anglais rejoint la faveur dont il jouit auprès de l’opinion profonde. En février 1954, 14 % des Français la font encore figurer parmi les membres de la CECA. Ils sont 34 % à souhaiter son adhésion éventuelle – 17 % parce qu’elle est indispensable à la construction communautaire –, 12 % seulement à la refuser. Il est notable que ceux pour qui la CECA rend plus menaçante la puissance économique d’outre-Rhin envisagent cette participation avec moins de ferveur – 37 %, que ceux qui y voient un moyen de contrôle de la RFA – 70 % ; le refus de croire au danger allemand et la volonté d’inclure la Grande-Bretagne semblent aller de pair, comme deux manifestations parallèles de l’aspiration à l’intégration européenne »19.

La fêlure de la CED

18Les nuances ou les doutes vont se transformer bien vite en tendances rivales au sein du Parti radical lors des discussions sur la CED et même à propos des traités de Rome.

  • 20 Gilles Cophornic, « Le mendésisme et les autres représentations européennes du Parti radical », Pie (...)
  • 21 Paul Devinat, La formation de l’Europe, rapport présenté au congrès du Parti radical de Bordeaux, o (...)

19« Les cédistes du Parti radical menés par R. Mayer, Bourgès-Maunoury, Martinaud-Deplat et Devinat proposent avec vigueur une intégration poussée. Pour ces Européens convaincus, toute la question est de savoir si cette Europe en devenir allait être une simple association d’Etats, ou une fédération véritable… Dès lors, s’il a été possible d’obtenir des abandons partiels de souveraineté dans un domaine limité, ne peut-on suivre cet exemple en élargissant les compétences à d’autres secteurs, et mener peu à peu à l’intégration de toute l’Europe occidentale ? La CED ne prolonge-t-elle pas cette initiative française ? Ne permet-elle pas, tout en réconciliant la France et l’Allemagne, d’intégrer celle-ci à l’Europe de l’Ouest ? »20. Pour ces hommes, la France doit donc accepter certains abandons de souveraineté : Paul Devinat, ancien ministre, député de Saône et Loire, au congrès de Bordeaux d’octobre 1952 résume bien ce questionnement fondamental en se demandant si « le précédent heureux de la CECA suffira à emporter la décision en ce qui concerne la deuxième étape, la Communauté européenne de défense ? »… Et de louer, sans se faire, par ailleurs, beaucoup d’illusions « l’aisance avec laquelle les membres de la communauté firent abandon d’une partie de leur souveraineté »21 dans le cadre du Plan Schuman. Mais, et cela est un thème commun avec les anticédistes radicaux, il n’envisage l’architecture future européenne qu’avec une place pour la Grande-Bretagne et, en fait élargit même la participation à la défense commune aux quinze pays représentés au Conseil de l’Europe.

  • 22 Le groupe parlementaire radical se trouve, lui aussi, divisé : 29 députés ont voté, le 30 août 1954 (...)
  • 23 Pierre Mendès France, discours au congrès du Parti radical de Marseille, le 15 octobre 1954.

20On retrouve bien chez les anticédistes ce double grief à l’égard de la CED : elle ne comprend pas assez de présence britannique, mais en revanche, trop de supranationalité. Pierre Mendès France résume ce déchirement qui a divisé le Parti radical en deux parties presque égales22 mais a toutefois réussi à unir les deux Edouard dans le même rejet de la Communauté européenne de défense : « Tous les Français, même et surtout ceux qui ont souffert du fait de l’Allemagne dans les dernières générations aspirent à la réconciliation avec l’Allemagne ; mais peut-être beaucoup d’entre eux trouveraient-ils – et je suis parmi eux – que c’était payer la réconciliation allemande d’un prix singulièrement aventuré, singulièrement élevé, si nous devions, pour nous rapprocher de l’Allemagne, nous éloigner de notre amie la Grande-Bretagne »23. Dans cette perspective, il ne peut que se réjouir du cadre de l’UEO, qui aboutit à faire participer les Britanniques à la défense de l’Europe occidentale par le truchement du Pacte de Bruxelles élargi à l’Allemagne et à l’Italie.

 

  • 24 Gérard Bossuat, « Pierre Mendès France, l’Europe et la gauche 1958-1969 », Pierre Mendès France et (...)
  • 25 On trouve cet argumentaire, par exemple, dans une brochure éditée par la Fédé-ration nationale des (...)
  • 26 Europe, où nous conduits-tu ?, op. cit., p. 5. Ces calculs étaient effectués à partir du nombre des (...)
  • 27 Ces divisions se reflètent à travers les votes émis puisqu’« en juillet 1956, 26 députés radicaux r (...)

21En revanche, la position de Pierre Mendès France s’affirme comme minoritaire, lorsqu’il vote, en juillet 1957, contre les traités de Rome, « son opposition tenait à l’absence d’institutions politiques dans le traité de Marché Commun, à l’absence de tout mécanisme européen de coordination des investissements, à la faiblesse économique de la France (qu’il surestime), au bourbier colonial »24. En un mot, cette Europe trop libérale ne trouve pas grâce aux yeux de celui qui n’est déjà pas a priori un inconditionnel de l’Europe. Enfin, il estime que cette nouvelle étape passe en premier lieu par une remise en ordre de l’économie française et implique pour que les travailleurs français n’en fassent pas les frais, une harmonisation des différentes législations sociales. Outre le courant mendésiste qu’il entraîne dans cette opposition annihilant toute chance pour le Parti radical de se reforger une identité grâce à l’Europe, il semble bien que les jeunes radicaux aient été séduits par ce langage. La réflexion que ces derniers mènent face aux projets européens25 et particulièrement face au projet d’Euratom incrimine l’atteinte portée à la souveraineté française dans le domaine militaire, l’absurdité d’une communauté atomique sans la Grande-Bretagne et la Suède, sans oublier la coloration dominante démocrate-chrétienne de cette Europe des Six qui rebute particulièrement ces jeunes : « En conséquence cette Europe des Six serait entre les mains des Démocrates Chrétiens qui avec leur 45,7 % des suffrages deviendraient les maîtres de toute direction politique. Il est utile de noter que ce phénomène disparaît dans le cadre d’une Europe plus large »26. Il est donc intéressant de noter que l’on retrouve un argumentaire commun chez un Pierre Mendès France et chez ces jeunes radicaux lié au refus du libéralisme qui sous tend le projet de Marché Commun et qui de ce fait s’oppose à la vision d’un Maurice Faure soutenu par la majorité du groupe radical à l’Assemblée Nationale27. Enfin, cette opposition qui prend de l’ampleur plaide pour une communauté franco-africaine au sein de laquelle l’Europe des Six aura du mal à trouver une légitimité…

Le consensus européen

Un ralliement par-delà les fêlures internes ?

  • 28 Le Manifeste ne remet pas en cause les institutions de 1958, mais se prononce pour une décentralisa (...)

22Du manifeste de 1960, mis au point par le 57e congrès du Parti radical, à celui dix années plus tard élaboré par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Michel Albert (Le manifeste radical), dont les orientations sont approuvées par le congrès de février 197028, l’accent semble désormais mis sur l’urgente nécessité de l’accélération de la construction européenne qui ne fait plus l’objet d’aucune controverse.

  • 29 Maurice Faure, Bulletin d’information radicale-socialiste, no 9, septembre 1959, p. 56.
  • 30 Ces propositions constituent un véritable leitmotiv au cours des différents congrès du début des an (...)
  • 31 René Drèze, Le salut des libéraux et radicaux d’Europe occidentale, Bulletin d’information radicale (...)

23Le nouvel élan doit être donné selon cinq axes fondamentaux martelés de congrès en motions ; désormais, le doute n’existe plus, c’est vers la fédération européenne qu’il faut se diriger : « Je tiens à prendre date et à dire que si nous n’avons plus dans l’esprit le désir de poursuivre les Etats-Unis d’Europe, c’est-à-dire un désir de fédération politique, alors nous n’aboutirons jamais à cette politique économique commune, parce que cette politique économique commune, elle imposera à chacun de nos six pays, dans des domaines d’ailleurs divers, de tels sacrifices qu’ils ne seront disposés à les consentir que si c’est au nom d’une finalité supérieure »29. La relance doit se fonder sur l’appui délibéré du Parti à la construction européenne sur une base nettement supranationale et s’ordonner autour de la mise en œuvre d’une politique agricole commune, d’une unité de politique monétaire des pays membres, de la constitution d’un commissariat commun aux armements afin de doter les Etats européens d’une véritable force de défense et du développement de politiques communes d’enseignement supérieur. Tout cela ne peut se concevoir sans la pièce maîtresse constituée par l’élection au suffrage universel direct d’une Assemblée européenne dotée de pouvoirs de contrôle et de sanction à l’égard d’une Haute Autorité européenne et pour parachever l’édifice, le choix d’une capitale unique et véritable, siège de toutes les institutions européennes30. Pour mettre en vigueur toutes ces suggestions, le Parti radical français montre l’exemple en conviant à son congrès de 1960 les représentants des partis libéraux et radicaux d’Europe occidentale ainsi que le président de la Fédération mondiale des jeunesses libérales, le Danois Niels Westerby ; le représentant belge du Parti libéral reprend à la fois les thèmes d’intégration européenne et d’Eurafrique : « Je voudrais, comme je vous le disais à l’instant – vous voler le Parti radical, voilà que je veux vous voler votre Manifeste… Comme vous avez raison de vouloir la construction européenne sur une base nettement supranationale et rattacher à cette Europe la majeure partie de l’Afrique »31 !

  • 32 Michel Soulié, Bulletin d’information radicale-socialiste, juin-juillet 1967, no 65, p. 19.

24Condamnant bien évidemment toute la politique européenne du général de Gaulle, les critiques radicales atteignent leur paroxysme lors du deuxième veto du général à l’entrée de la Grande-Bretagne : « Les raisons du général de Gaulle sont très simples : il ne veut pas que, dans l’Europe qui se crée, une autre grande puissance puisse venir faire contrepoids à ce qu’il espère être un jour l’hégémonie française ; il ne veut pas qu’une autre grande puissance nucléaire, une tierce puissance vienne gêner son jeu européen et c’est là tout le secret de la politique qu’il mène à l’égard de la Grande-Bretagne. Or, pour nous, nous sommes unanimes à estimer que l’Europe ne peut naître et se développer si la Grande-Bretagne n’en fait pas partie… Si la Grande-Bretagne n’est pas dans l’Europe, il y manquera un élément essentiel, et cela est un argument qui me semble absolument capital et va même au-delà de toutes les raisons proprement politiques et sentimentales que nous avons de voir la Grande-Bretagne rejoindre l’Europe »32.

  • 33 « L’exécutif fédéral, élu, aura pour mission d’élaborer un projet de constitution fédérale dans un (...)
  • 34 Les résultats de la consultation furent très décevants avec près de 40 % d’abstentions et 7 % de vo (...)

25Le Manifeste de 1970 envisage pour sa part de la façon la plus claire la fondation des Etats-Unis d’Europe sur le principe de la souveraineté populaire (un Parlement élu au suffrage universel), mais aussi un exécutif collégial plurinational dont la vocation sera d’élaborer une constitution fédérale33. Le référendum sur l’entrée de la Grande-Bretagne dans la Communauté économique européenne servit de révélateur aux dissensions internes qui minaient le Parti radical puisque Jean-Jacques Servan-Schreiber et ses partisans préconisèrent le « oui », tandis que « les radicaux de gauche », craignant de cautionner par la même la politique européenne du président de la République, qu’ils jugeaient insuffisante, rejoignirent le camp abstentionniste composé des socialistes et de nombreux centristes34.

Une Europe laïque, sociale et respectueuse des droits de l’Homme

26La thématique de l’unification européenne rejoue désormais, par-delà les divisions internes qui ont affecté le Parti radical en 1972, comme une pensée et une valeur commune à tous les radicaux ; cette Europe dans laquelle ils se retrouvent est identifiable par un certain nombre de marqueurs : elle doit s’identifier aux valeurs de l’humanisme libéral (droits de l’Homme et aussi solidarisme) et à celles de la laïcité, principe fondamental de l’Union européenne, qui doit permettre l’émergence d’une citoyenneté européenne. L’épanouissement d’un modèle social européen devrait, en outre, participer de ces exigences de solidarité et de maintien de la cohésion sociale.

  • 35 Humaniste, laïc, social, européen. Le manifeste des radicaux. Préface d’André Rossinot, Paris, Jean (...)

27En dernier lieu, les radicaux appellent de leurs vœux une Europe où viendrait enfin le temps des citoyens : le déficit démocratique constaté par tous après la difficile ratification du traité de Maastricht ainsi que l’euroscepticisme qui a suivi ont conduit les radicaux à œuvrer pour un renforcement du rôle législatif du Parlement européen. À l’instar des autres partis politiques, ils ont découvert que le soutien à l’unification européenne qui avait longtemps revêtu valeur de postulat pour les élites avait montré ses limites lors des débats consécutifs à la signature du traité de Maastricht, le temps du « consensus permissif » avait bel et bien vécu. Aussi ont-ils proposé de militer grâce à la généralisation des procédures de co-décision, pour que « dans l’examen des questions qui concernent tous les Etats membres, les procédures démocratiques prévalent et que le Parlement européen reçoive une compétence législative plus substantielle qu’aujourd’hui ; la distinction de la consultation, de la coopération et de la codécision a pour effet d’émietter la fonction législative de l’Assemblée européenne qui devrait aussi contrôler avec plus de vigueur la Commission »35. Les radicaux, comme les autres partis, avaient bien compris qu’il fallait de toute urgence combler le déficit démocratique d’un processus d’unification qui jusque-là était resté trop technocratique, économique ou strictement diplomatique.

 

28Somme toute, la spécificité européenne des radicaux s’est surtout affichée dans les années vingt et au début des années trente ; à ce moment-là, les radicaux ont par leurs propositions, leurs soutiens, participé et anticipé même cette aventure : on les retrouve aussi bien comme collaborateurs de revues qui incarnent les aspirations de tous ces hommes soucieux de promouvoir la réconciliation de l’Europe par le dépassement des frontières et la réconciliation franco-allemande que dans le sillage du fameux comte Richard de Koudenhove-Kalergi. Ils sont également très présents dans les milieux européistes d’affaire qui soutiennent que l’entente économique sera un élément essentiel de l’entente politique ; les liens très étroits tissés avec l’univers ancien combattant et plus particulièrement avec l’Union fédérale des anciens combattants et mutilés (U.F.), soutien des engagements briandistes, ont permis à ce moment de sortir l’idée européenne des habituels lieux et réseaux où elle était trop cantonnée.

29Il n’est donc pas étonnant que plus tard les leaders radicaux en appellent, à maintes reprises, à l’œuvre d’Edouard Herriot et d’Aristide Briand.

30Sous la Quatrième République, les choix de politique européenne rejaillissent largement sur les événements de politique intérieure : ainsi, peut-on citer la candidature du radical et cédiste Yvon Delbos à la présidence de la République, en décembre 1953, torpillée par les anticédistes de son parti, regroupés sous la bannière d’Edouard Herriot.

  • 36 Manifestement radical, préface d’André Rossinot, Paris, Kimé, 1996, p. 11.

31Aujourd’hui face à l’euroscepticisme, l’Europe des radicaux veut s’afficher comme un projet ambitieux, « l’Union européenne doit devenir une Union fédérale et décentralisée pour être plus forte, plus unie et plus démocratique. C’est par cette étape que l’Europe politique pourra prendre corps et rompre avec les atermoiements qui conduisent trop de citoyens à douter de l’Union »36, renouant ainsi les liens avec les théories solidaristes de Léon Bourgeois…

Notes

1 Peu d’ouvrages ont été consacrés à Léon Bourgeois. On peut consulter le témoignage de son biographe et hagiographe Maurice Hamburger, Léon Bourgeois, Paris, Marcel Rivière, 1932, 271 p.

2 Congrès de 1902 cité par Armand Charpentier, Le Parti radical et radical-socialiste à travers ses congrès (1901-1911), Paris, Edition Giard et E. Brière, 1913, p. 410.

3 Cette commission internationale d’études pour la SDN a été réunie dès 1917 ; composée de politiques, de juristes et de diplomates, elle a travaillé jusqu’en mars 1919 et fut finalement soumise aux décisions des Anglo-Saxons.

4 Propositions reprises par un Henry de Jouvenel ou un Pierre Cot en faveur de la constitution d’une force armée internationale mise à la disposition de la SDN.

5 En déclarant que « la France assurera sa sécurité par ses propres moyens »…

6 Voir à cet égard l’étude de Serge Berstein, « Le milieu genevois dans la France de l’entre-deux-guerres », Les Internationales et le problème de la guerre au XXe siècle. Actes du colloque organisé par l’Ecole française de Rome (22-24 novembre 1984). Rome, 1987, p. 327 à 335.

7 Pan-Europe est tout à la fois un mouvement, un livre et une revue.

8 Élisabeth du Réau, L’idée d’Europe au XXe siècle, des mythes aux réalités, Bruxelles, édition Complexe, 1996, p. 81.

9 Contrairement à d’autres mouvements européistes, ce comité espère œuvrer dans le cadre de la SDN.

10 Gaston Riou, Europe ma patrie, Paris, Valois, 1928, 145 p. Gaston Riou, S’unir ou mourir, Paris, Valois, 1929, 191 p.

11 Edouard Herriot, Europe, Paris, Rieder, p. 50.

12 Bertrand de Jouvenel, Vers les Etats-Unis d’Europe, Paris, Valois, 1930, p. 102.

13 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », Vingtième siècle, Revue d’Histoire, numéro 60, octobre-décembre 1998, p. 85.

14 Jean-Thomas Nordmann, Histoire des radicaux, 1820-1973, Paris, La Table ronde, 1974, p. 368.

15 JO, débats de l’Assemblée Nationale, 3e séance du 7 décembre 1951, p. 8956.

16 Intervention de Maurice Faure, JO, op. cit.

17 Intervention de Henti Jeammot, JO, op. cit.

18 La formation de l’Europe, rapport présenté par Paul Devinat, ancien ministre, député de Saône et Loire, au congrès de Bordeaux octobre 1952.

19 Anne Dulphy, Christine Manigand, « Du Plan Schuman à la CECA : les perceptions de l’opinion française », communication au colloque, Le Plan Schuman. Une nouvelle architecture pour l’Europe, Institut historique allemand, 28-29 avril 2000, (à paraître).

20 Gilles Cophornic, « Le mendésisme et les autres représentations européennes du Parti radical », Pierre Mendès France et le rôle de la France dans le monde, PUG, 1991, p. 88.

21 Paul Devinat, La formation de l’Europe, rapport présenté au congrès du Parti radical de Bordeaux, op. cit., p. 8.

22 Le groupe parlementaire radical se trouve, lui aussi, divisé : 29 députés ont voté, le 30 août 1954, la question préalable, ce qui induit l’ajournement définitif du projet, 31 ont demandé la ratification du traité et 8 se sont abstenus. D’autre part, les électeurs radicaux approuvent le traité à 44 % et le condamnent à 33 %…

23 Pierre Mendès France, discours au congrès du Parti radical de Marseille, le 15 octobre 1954.

24 Gérard Bossuat, « Pierre Mendès France, l’Europe et la gauche 1958-1969 », Pierre Mendès France et le rôle de la France dans le monde, op. cit., p. 115-116.

25 On trouve cet argumentaire, par exemple, dans une brochure éditée par la Fédé-ration nationale des étudiants radicaux : Europe où nous conduits-tu ?, Paris, juillet 1956, 31 p.

26 Europe, où nous conduits-tu ?, op. cit., p. 5. Ces calculs étaient effectués à partir du nombre des voix obtenues lors des dernières élections au sein des six pays de la Communauté européenne et en envisageant toutes les combinaisons et alliances électorales possibles pour les démocrates-chrétiens.

27 Ces divisions se reflètent à travers les votes émis puisqu’« en juillet 1956, 26 députés radicaux rejoignent Mendès France dans son hostilité à l’Euratom ; le 10 juillet 1957, seuls 25 radicaux sur 45 ratifient les traités instituant la Communauté économique européenne et l’Euratom, tandis que 19 votent contre ». Jean-Thomas Nordmann, Histoire des radicaux, op. cit., p. 407.

28 Le Manifeste ne remet pas en cause les institutions de 1958, mais se prononce pour une décentralisation très poussée (le Manifeste municipal de décembre 1970 réclame des gouvernements régionaux appuyés sur le suffrage universel) et pour une marche rapide vers la fédération européenne ». Gérard Baal, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, 1994, p. 112.

29 Maurice Faure, Bulletin d’information radicale-socialiste, no 9, septembre 1959, p. 56.

30 Ces propositions constituent un véritable leitmotiv au cours des différents congrès du début des années soixante et Le Manifeste (sur la vie internationale) est véritablement lancé par Michel Soulié au 57e congrès et se trouve in extenso dans le Bulletin d’information radicale-socialiste, no 18, octobre-novembre 1960, p. 30 à 37.

31 René Drèze, Le salut des libéraux et radicaux d’Europe occidentale, Bulletin d’information radicale-socialiste, op. cit., p. 73.

32 Michel Soulié, Bulletin d’information radicale-socialiste, juin-juillet 1967, no 65, p. 19.

33 « L’exécutif fédéral, élu, aura pour mission d’élaborer un projet de constitution fédérale dans un délai d’un an. Ce texte fondamental fixera la liste des compétences propres et conjointes de la Fédération des Etats-Unis d’Europe. Ces compétences porteront sur la monnaie européenne, la défense, la politique étrangère, le développement technologique, la politique industrielle et une stratégie économique de développement régional équilibré ». Jean-Jacques Servan-Schreiber, Michel Albert, Ciel et Terre, Manifeste radical, Paris, Denoël, p. 140. Il s’agit donc bien ici de tout un transfert de compétences caractérisé par une redistribution du pouvoir public.

34 Les résultats de la consultation furent très décevants avec près de 40 % d’abstentions et 7 % de votes blancs ou nuls. Le « oui » représentait 68 % des suffrages exprimés mais 36 % seulement des électeurs inscrits.

35 Humaniste, laïc, social, européen. Le manifeste des radicaux. Préface d’André Rossinot, Paris, Jean Claude Lattès, 1995, p. 189.

36 Manifestement radical, préface d’André Rossinot, Paris, Kimé, 1996, p. 11.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search