Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Quatrième partie. L'identité du radicalisme

Chapitre 15. Les idées du parti radical en matière de politique agricole sous les IIIe et IVe Républiques

Isabel Boussard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est possible de dire que, sous la IIIe République, ce sont les radicaux qui ont « fait » la politique agricole. Au ministère de l’Agriculture, de juin 1902 à juillet 1940, sur vingt-neuf titulaires de la fonction, on compte dix-huit radicaux ou sympathisants (soit 62 %) et, en termes de durée, ils occupent 72 % du temps. Rappelons qu’Henri Queuille est le plus « long » ministre de l’Agriculture de façon discontinue : plus de huit années comme sous-secrétaire d’Etat et ministre de l’Agriculture ou du Ravitaillement, en quinze passages successifs1. Sans compter l’influence radicale à la Fédération nationale de la mutualité et de la coopération agricoles (FNMCA), le « Boulevard-Saint-Germain » et au Crédit agricole avec, à nouveau, l’importance d’Henri Queuille, d’Albert Viger, de Fernand David, de Paul Vimeux, etc., tous sympathisants ou adhérents du parti radical.

Sous les IVe et Ve Républiques, l’influence du parti radical diminue considérablement. Au ministère, après le passage d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search