Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Quatrième partie. L'identité du radicalisme

Chapitre 15. Les idées du parti radical en matière de politique agricole sous les IIIe et IVe Républiques

Isabel Boussard

Texte intégral

  • 1 En temps continu, il est battu par Joseph Ruau (soixante-neuf mois) de janvier 1905 à novembre 191 (...)

1Il est possible de dire que, sous la IIIe République, ce sont les radicaux qui ont « fait » la politique agricole. Au ministère de l’Agriculture, de juin 1902 à juillet 1940, sur vingt-neuf titulaires de la fonction, on compte dix-huit radicaux ou sympathisants (soit 62 %) et, en termes de durée, ils occupent 72 % du temps. Rappelons qu’Henri Queuille est le plus « long » ministre de l’Agriculture de façon discontinue : plus de huit années comme sous-secrétaire d’Etat et ministre de l’Agriculture ou du Ravitaillement, en quinze passages successifs1. Sans compter l’influence radicale à la Fédération nationale de la mutualité et de la coopération agricoles (FNMCA), le « Boulevard-Saint-Germain » et au Crédit agricole avec, à nouveau, l’importance d’Henri Queuille, d’Albert Viger, de Fernand David, de Paul Vimeux, etc., tous sympathisants ou adhérents du parti radical.

2Sous les IVe et Ve Républiques, l’influence du parti radical diminue considérablement. Au ministère, après le passage du socialiste Pierre Tanguy-Prigent, les présidents du Conseil préfèrent choisir des modérés : Marcel Roclore (Indépendant), Pierre Pflimlin (MRP), Paul Antier (Paysan), Camille Laurens (Paysan), Roger Houdet (Indépendant), Jean Sourbet (Indépendant-Paysan). Le cabinet Guy Mollet de février 1956 ne compte pas de ministre de l’Agriculture, mais il y a un secrétaire d’Etat : André Dulin (Radical) que l’on double – peut-être par méfiance ? – d’un sous-secrétaire d’Etat : Kléber Loustau (SFIO). C’est quand même un retour du parti radical vers l’agriculture.

  • 2 Bulletin d’information radicale-socialiste, no 26, octobre-novembre 1961.

3Bourgès-Maunoury, en juin 1957, ne nomme pas non plus de ministre de l’Agriculture, mais Félix Gaillard, ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan a, sous son autorité, un secrétaire d’Etat à l’Agriculture : Pierre de Felice (Radical). D’où la « prétention » du ministre des Finances à avoir été ministre de l’Agriculture, au cours d’une journée d’études agricoles du parti, en 1961, dans une déclaration un peu surprenante : « Après la guerre, en raison même de ce que nous avions fait, il était urgent… que nous ne remettions pas les pieds au ministère de l’Agriculture. Et c’est ainsi qu’entre 1945 et maintenant, en dehors de notre ami, André Dulin, qui est resté pendant quelques mois, en 1956, secrétaire d’Etat – et de moi-même qui ait été ministre de l’Agriculture, tout en étant ministre des Finances et de l’Economie nationale, avec Pierre de Felice comme secrétaire d’Etat, il n’y a pas d’autre radical qui ait eu le droit de mettre le bout de son nez Rue-de-Varenne »2.

4Surprenant ? Les radicaux seraient-ils honteux de la politique menée sous la IIIe République ? C’est peu probable. Félix Gaillard se serait-il laissé aller à des effets de tribune ? Il est préférable de poser la question de fond : pourquoi n’y a-t-il plus guère de ministre radical de l’Agriculture ? L’influence grandissante de l’église catholique, à travers la Jeunesse agricole catholique (JAC) et le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), a-t-elle poussé à choisir des ministres plus modérés ? Il y a aussi l’évolution de la politique agricole. N’oublions pas que les années Cinquante voient les débuts de la recherche de la productivité, même du productivisme, comme on dirait maintenant, et que cela passe, entre autres, par un agrandissement des exploitations. Le parti radical ne se trouverait-il pas un peu « embarrassé », lui qui a toujours défendu plutôt les « petits » ?

  • 3 On se souvient que le plan Rueff du 28 décembre 1958, qui supprimait ces indexations, provoqua un (...)

5Cela n’empêche pas Félix Gaillard de poursuivre sur les bienfaits de la politique radicale, en particulier l’indexation des prix agricoles : celle du lait, la loi Laborde du 18 mai 1957 et les fameux « décrets Gaillard » du 18 septembre 1957 qui indexent l’ensemble des prix agricoles3.

6Voici donc une rapide chronologie générale, mais quelle que soit la période, certaines idées restent ancrées dans la pensée des membres du parti radical : la défense de la propriété, le rejet d’une trop grande main mise de l’Etat, le souci permanent de la modernisation de l’agriculture.

7Ces idées seront analysées au travers des écrits et discours d’hommes politiques et d’économistes, membres ou sympathisants du parti. Il a déjà été question d’Henri Queuille, d’André Dulin, de Félix Gaillard. Il faut ajouter Michel Augé-Laribé, économiste rural de grand renom, qui rédigea le programme radical en 1924, on le verra. Joseph Faure, sympathisant, sénateur de la Corrèze de 1921 à 1938 et « père » des Chambres d’agriculture. Alexis Jaubert, ingénieur agronome, Corrézien lui aussi, grand ami de Queuille, député de Brive-Nord de 1928 à 1942, trois fois sous-secrétaire d’Etat : deux fois à l’Agriculture, une fois aux Travaux publics, toujours aux côtés de Queuille, membre de l’Assemblée consultative en 1945, conseiller économique en 1951-1952, sénateur en 1952 jusqu’à son décès en 1961. On se penchera aussi sur ce qu’a dit et écrit Pierre Mendès France, qu’il est inutile de présenter, et il y aurait encore beaucoup de noms à citer.

La défense de la propriété

8A la défense de la propriété, se rattachent les problèmes de la taille des exploitations et de l’exode rural.

Propriété privée ?

  • 4 Cité : Michel Augé-Laribé, « Notes et introductions » d’un tome des Œuvres complètes de Pierre-Jos (...)

9« La propriété c’est le vol », on se souvient de la célèbre formule de Pierre-Joseph Proudhon. Michel Augé-Laribé va longuement méditer sur la pensée de Proudon, car il pense que le radicalisme peut s’inspirer de ce socialisme là (par opposition au marxisme, bien entendu). Il reprend soigneusement les déclarations ultérieures de Proudhon avouant que « sa critique a frappé trop fort et regrette que cette étiquette fut attachée à lui comme une casserole à la queue d’un chien ». En 1848, Proudhon affirmera : « Nous voulons la propriété ». « Nous voulons le respect de la propriété acquise » et même : « Nous voulons le maintien du principe de l’hérédité ». Et Michel Augé-Laribé d’insister sur une autre phrase : il faut « armer la propriété contre le communisme, sans quoi la liberté, avec la propriété, périrait »4.

  • 5 Michel Augé-Laribé, « L’agriculture », in La politique républicaine, Paris, Alcan, 1924, p. 311.

10Voici donc une défense de la propriété qui plaît aux radicaux. Dans le programme que cet économiste rédige, en 1924, pour le parti, il reprend le thème et insiste sur la déconvenue des socialistes : « Les socialistes s’en sont bien aperçus quand, suivant aveuglément certains de leurs théoriciens, ils ont prétendu appliquer à l’agriculture leurs projets de socialisation. Les discussions qu’ils ont fait naître n’ont abouti qu’à montrer que le régime de la propriété individuelle convient fort bien aux conditions particulières du travail agricole et qu’en agriculture les avantages de la propriété individuelle l’emportent certainement de beaucoup sur ses inconvénients. Il faut même reconnaître que là où la propriété et l’exploitation sont réunies dans les mêmes mains, la propriété individuelle ne présente que des avantages »5.

  • 6 Alexis Jaubert, Le parti radical-socialiste et l’agriculture, Paris, Comité exécutif, 1928, p. 23.

11En 1928, c’est Alexis Jaubert qui rédige un autre programme agricole du parti, demandant aux élus : « De proposer et de voter des mesures législatives qui tendront vers une exonération totale des droits de succession en ligne directe en ce qui concerne le petit bien de famille rurale qu’on doit considérer comme l’outil de travail du cultivateur »6.

  • 7 Joseph Faure, Les travaux des Chambres d’agriculture, 8e année, no 6, 10 juin 1937, p. 441.

12Quelques années plus tard, Joseph Faure évoque le même problème en le liant à celui de la liberté : « Nous demanderons aussi, avec une suprême énergie, le respect de la liberté du travail, trop souvent violée ces temps derniers, et qu’on ne porte pas atteinte à la propriété privée, sacrée lorsqu’elle est un instrument de travail et le fruit d’un labeur intense poursuivi pendant des générations »7.

  • 8 L’action du groupe parlementaire radical et radical-socialiste, Paris, publication du Parti radica (...)

13La question revient à propos des discussions sur le statut du fermage en 1946. Rejoignant certains conservateurs, le député des Pyrénées-Orientales, François Delcos, est inquiet au sujet du fameux droit de préemption qu’il est projeté d’accorder au fermier sortant. Si le fermier n’accepte pas, à qui le propriétaire pourra-t-il s’adresser ? « Vous allez donc créer une situation confuse, une période d’agitation pendant laquelle le propriétaire de l’immeuble sera dans l’impossibilité de s’en dessaisir ou de le vendre (…). Pour la première fois, une loi française va décider qu’un propriétaire ne sera pas libre de vendre l’objet qui lui appartient au prix qui lui conviendra ; il sera obligé de vendre son bien à un prix qui sera fixé par une commission »8.

  • 9 Campagne pour les élections cantonales des 20-27 mars 1949. Documents et faits pour les candidats.(...)

14La question revient en force au moment des élections cantonales de 1949, en insistant sur le rôle du crédit agricole : « Il faut souligner que c’est sous la IIIe République et grâce aux heureuses interventions des gouvernements radicaux développant le Crédit agricole que le mouvement permettant au paysan de devenir propriétaire a pris toute son ampleur. Cette propriété que l’Agriculteur a acquis par un dur labeur, il entend la conserver »9.

  • 10 Méline l’avait, en son temps, déjà proclamé : « L’opinion (…) a découvert que l’agriculture (…) ét (...)
  • 11 L’information radicale-socialiste, 6e année, no 65, septembre 1951.

15De même en 1951, l’organe du parti titre : « L’agriculture doit être la première industrie nationale (…) »10 « L’exploitation familiale est menacée, l’accession à la propriété, doctrine permanente des radicaux, devient un mirage. Le parti radical plonge ses racines les plus profondes dans la paysannerie française, dont il doit continuer à être le défenseur le plus efficace »11.

16On peut légitimement se poser la question de savoir en quoi et par qui, en 1951, l’exploitation familiale est menacée ? Ce n’est certainement pas le ministre de l’Agriculture, Pierre Pflimlin, MRP, ni la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), syndicat unitaire présidé par René Blondelle, qui la mettraient en cause. Sans doute, est-ce une crainte suscitée par le parti communiste français.

Taille des exploitations ?

  • 12 Michel Augé-Laribé, L’évolution de la France agricole, Paris, Colin, 1912, pp. 80-81.

17Il est inutile de multiplier les exemples car on trouverait toujours la même attitude, mais cette notion de propriété met en cause plusieurs problèmes. D’une part, il faut garder à l’esprit la distinction entre propriété et exploitation. Michel Augé-Laribé insiste sur la différence : « Voici tout d’abord deux mots – propriété et exploitation – qui sont souvent cités comme synonymes. En réalité ils ne sont pas interchangeables (…) Une grande propriété peut être partagée entre plusieurs exploitations (…) Une grande exploitation peut être formée de la réunion de plusieurs propriétés »12. C’est une évidence, mais il n’est pas plus mauvais de le rappeler.

  • 13 Ibid., p. 90.
  • 14 Ibid., pp. 92-93.

18D’autre part, il y a la question de la taille des exploitations. Michel Augé-Laribé fait ici une analyse très nuancée. Il commence par évoquer la supériorité de la grande culture : « Si l’on acceptait de se placer dans la théorie et dans l’abstrait, il ne serait pas difficile de proclamer la supériorité de la grande culture »13. On y trouve moins de haies, de fossés, de clôtures, le travail y est mieux organisé, on y dispose de plus de capitaux, les tractations commerciales sont plus faciles : à la vente, on peut attendre le moment favorable, comme à l’achat, car on peut obtenir le prix de gros. Mais, un peu plus loin, il fait remarquer que la réalité est tout autre avec une comparaison imagée : « Cette description du grand domaine agricole fait songer à ces prospectus que l’on répand dans le public pour lancer des affaires nouvelles (…) Mais quand on passe à l’exécution, les déboires se succèdent avec continuité. La pratique ne réalise pas les promesses écrites sur le papier (…) Le portrait est ressemblant, mais il est flatteur jusqu’au mensonge. Il n’est pas vrai que les mérites attribués à la grande exploitation se trouvent nécessairement réunis dans toutes les grandes entreprises, ou qu’ils soient toujours aussi nets qu’on veut bien le dire »14.

  • 15 Ibid., p. 95.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 233.

19Et de défendre la petite culture « qui n’a pas toujours tous les défauts que ses adversaires lui signalent »15. Elle peut avoir davantage de fumier de ferme qui compense les engrais chimiques et surtout il y a le travail : « Elle est mise en valeur par ce travail parachevé, constant, acharné du propriétaire travaillant pour lui-même qui transforme les pierres en pain, ou tout au moins en blé »16, ce que, même avec de bons salaires, les grands propriétaires ne peuvent se procurer. On a le sentiment que, pour Michel Augé-Laribé, la qualité du mode d’exploitation compte davantage que la taille. Mais il y a aussi le type de culture et, son inclinaison le portant vers les « petits », il appelle à la rescousse les primeuristes de la Durance qui « sont là pour prouver que la supériorité technique de la grande exploitation n’est que théorique et que l’on peut faire de la culture industrielle sans être grand propriétaire foncier »17.

  • 18 L’information radicale-socialiste, 12e année, no 122-123, décembre 1957.

20L’ensemble du parti reste, en effet, attaché aux petits agriculteurs. L’information radicale-socialiste titre, en septembre 1952, par exemple, à la une : « La défense des petits et moyens agriculteurs ». Ou encore, en décembre 1957, Etienne Restat, président de la Commission de l’agriculture au Conseil de la République, fait un rapport sur la défense de la propriété familiale agricole. « L’exploitation familiale agricole est aussi la France même. Donc l’exploitation familiale agricole, c’est le radicalisme. Ce syllogisme un peu spécieux résume d’une manière simpliste une situation politique qui, en gros, est exacte : une des principales forces de notre parti est, ou devrait être, la paysannerie française représentée dans sa grosse majorité par des centaines de milliers de petits et moyens agriculteurs qui font le visage même de la France »18. Il rappelle ensuite qu’au moment où il parle la France compte 2 400 000 exploitations dont 2 000 000 n’emploient pas de salariés et détaille la répartition de la population agricole, pour conclure : « L’étude rapide de ces chiffres nous prouve à nouveau combien la petite et moyenne exploitation familiale est représentative de l’agriculture française ».

  • 19 Bulletin d’information radicale-socialiste, no 26, octobre-novembre 1961.

21En 1961, à une journée d’études agricoles, Henri Canonge, secrétaire général de la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricoles (CNMCCA), successeur de la FNMCA (toujours le « Boulevard-Saint-Germain »), se pose la question de savoir si l’on peut maintenir l’exploitation familiale de petite et moyenne dimension. Pour lui, il n’y a qu’un moyen : la solidarité : « Je réponds (…) qu’il n’y a qu’un moyen de maintenir les structures actuelles auxquelles nous sommes tous et toutes attachés, c’est d’entrer dans la voie de l’aide, de l’encouragement à toutes les formes d’association des agriculteurs. Je pense qu’il faut savoir ce que l’on veut, et si l’on veut une agriculture du type Europe occidentale, il faut en prendre les moyens »19.

Exode rural ?

  • 20 Alexis Jaubert, La loi Loucheur et l’agriculture, Paris, Comité exécutif, 1928, p. 17.

22Tous ces problèmes sont liés à celui de l’exode rural que le parti radical tente, comme beaucoup d’autres, d’enrayer. Par exemple, Alexis Jaubert, critiquant la loi Loucheur sur les Habitations à bon marché (les fameuses HBM), pense qu’elle va encore favoriser l’exode rural : « Il est donc à redouter que la loi ne joue à la campagne, en ce qui concerne la construction neuve, que dans les cas très limités de subventions importantes et qu’elle ne constitue un nouveau et puissant facteur d’exode des campagnes vers les villes déjà privilégiées de tant de façon »20.

  • 21 L’Académie élit un nouveau président chaque année, Queuille est ministre de l’Agriculture depuis p (...)
  • 22 Ibid., séance solennelle du 22 février 1939, p. 254.
  • 23 Ibid., p. 255.

23En février 1928, Henri Queuille fait un discours à l’Académie d’agriculture où le président Mangin l’accueille de façon un peu humoristique : « Les présidents passent et le ministre reste ! »21. Vu l’instabilité ministérielle… Queuille revient souvent à l’Académie et reprend les mêmes idées sur le maintien à la campagne : « Attacher à la campagne les gens de la campagne, c’est là le problème essentiel. Non seulement pour la sécurité de la France, mais pour le maintien d’une France démocratique, conforme à ses traditions »22. Il envisage ensuite le problème des Territoires d’Outre-Mer qui ont fait de la France « une nation de 110 millions d’habitants », et ajoute : « Le maintien des empires commande le retour à la terre »23.

La méfiance à l’égard de l’état

24Cette méfiance est générale, même s’il faut y apporter des nuances, et s’exerce aussi bien en politique intérieure que dans les relations extérieures.

Libéralisme et dirigisme

  • 24 Michel Augé-Laribé, La politique républicaine, op. cit., p. 308.

25Sur le plan intérieur, il s’agit d’éviter un dirigisme excessif et nous soulignons le mot « excessif » car personne ne veut une liberté absolue. Michel Augé-Laribé est clair sur ce point. Le programme que réclament les agriculteurs « est exactement celui de la démocratie républicaine. Il tient en deux mots : liberté et solidarité. Depuis que la Révolution leur a donné la propriété de la terre qu’ils cultivent ou tout au moins, dans certaines régions, depuis qu’elle leur a donné l’indépendance par la suppression des charges féodales, il s’agit, tout en maintenant le maximum de liberté, de corriger les défauts d’un libéralisme excessif qui laisse le paysan isolé, faible, ignorant, livré aux manœuvres brutales ou insidieuses des puissances capitalistes »24.

  • 25 Débats parlementaires, Sénat, séance du 21 juillet 1936, Journal officiel (JO), 22 juillet, p. 735
  • 26 Ibid., p. 736.

26Ces nuances se retrouvent chez Henri Queuillle au moment des discussions sur l’Office du blé. Certes, l’ancien ministre ne veut pas gêner son successeur Rue-de-Varenne, Georges Monnet, qui n’est pas du même parti que lui puisqu’il est socialiste, mais dont il approuve la politique avec quelques réticences, notamment sur le rôle des coopératives. Il est heureux que l’Etat leur fasse une confiance qui « honore certainement les coopératives (…) mais l’honneur qui écrase est une chose dont on se passe assez facilement »25. Il ne veut pas que la charge devienne trop lourde et défend une certaine liberté d’affiliation : « Allez-vous, pour des raisons géographiques, obliger les gens à se grouper autrement que suivant leurs affinités naturelles »26. Il se fait même le défenseur des coopératives « bleues », « rouges », « blanches » auxquelles les agriculteurs ont adhéré pour des raisons, « je dirai politiques ». Il propose que l’on utilise les sociétés d’intérêt collectif, créées en 1920, et qui lui semblent moins contraignantes.

  • 27 Séance du 17 janvier 1940, présidence de M. Lebret, p. 3 (archives de Neuvic d’Ussel).

27On connaît aussi son hostilité aux cartes de rationnement en 1940. Il explique, devant la sous-commission permanente de la Commission du commerce et de l’industrie, que c’est inutile pour le pain, car il y a de gros stocks, pour le sucre, car il y a une bonne récolte en perspective, pour les corps gras, car ils sont de nature trop différente, pour la viande, en raison de la dispersion du marché, etc. D’où il conclut, avec prudence : « Voilà pourquoi j’ai abandonné au début de la guerre – je ne dis pas que je ne reprendrai pas pour certains produits si la guerre dure – l’institution de la carte. Un de mes soucis a été de maintenir ainsi l’activité normale du pays et de laisser le commerce jouer son rôle »27.

  • 28 1er et 2 février 1940, Henri Queuille, Journal de guerre. 7 septembre 1939-8 juin 1940, texte prés (...)
  • 29 Le ministre de l’Agriculture à Monsieur le ministre des Finances, 27 février 1940, p. 7 (archives (...)
  • 30 Ibid., p. 8.

28Un peu plus tard, il « fulmine » dans son Journal : « Les journaux du soir commencent une campagne en faveur de la carte d’alimentation !!! » « Les journaux du matin, comme ayant reçu un mot d’ordre, continuent la campagne en faveur de la carte d’alimentation… C’est évidemment un moyen de pousser au stock individuel (…) !!! Ma fureur s’accroît en conséquence… »28. Il s’oppose aussi à la taxation des prix : « La classe paysanne a été la plus éprouvée de la dernière guerre. Aujourd’hui encore, elle supporte les plus lourdes conséquences du conflit »29. C’est pourquoi il demande que les agriculteurs bénéficient de prix rémunérateurs et ne veut pas que ces derniers soient fixés par « un organisme irresponsable, composé, à une seule exception près, de consommateurs ne possédant qu’une connaissance très sommaire des problèmes agricoles et de leurs incidences »30.

  • 31 Marcel Astier, Rapport sur la politique agricole, petit congrès des 19-20 et 21 décembre 1944, Par (...)

29Les années d’Occupation passant, il est évident que le poids de l’Etat s’est alourdi. Marcel Astier, en 1944, en demande l’allègement : « Le paysan est excédé des formalités qui lui sont imposées, des complications administratives auxquelles il doit se prêter, des contrôles de toute sorte qu’il subit depuis quatre années »31. Il propose que l’Etat se décharge d’un certain nombre de tâches sur l’organisation professionnelle et l’on retrouve la place des coopératives qui peuvent jouer un rôle accru en suppléant l’Etat dans sa mission de contrôle.

  • 32 Circulaire du 25 novembre 1944, archives de la FNMCA.

30Les membres de la FNMCA, le « Boulevard-Saint-Germain », très proche, on l’a dit, du parti radical et dont Henri Queuille est président de 1935 à 1960, évoquent aussi l’action professionnelle en demandant, après l’épisode de la Corporation paysanne, le retour à la liberté. Le Comité central de cette Fédération se réunit le 19 octobre 1944 et insiste : « Il faut que tous tendent vers un même but : le retour à un régime de liberté, basé sur l’initiative et l’action de tous dans la pratique de la solidarité »32.

  • 33 Gabriel, Henri Cudenet est membre de la seconde Assemblée nationale constituante, puis député radi (...)
  • 34 L’information radicale-socialiste, 2e année, no 20, 16 octobre 1947.

31Le problème revient régulièrement au cours des différents congrès. En octobre 1947, par exemple, André Dulin, à l’époque président de la Commission de l’agriculture au Conseil de la République, écrit dans son rapport : « Le paysan, plus qu’aucun autre citoyen, ne peut comprendre et tolérer les réglementations étroites et absurdes et le système incohérent des taxations qui lui sont imposées ». Il demande donc aussi le retour à la liberté : « Nous demandons, avec l’immense majorité de nos agriculteurs, le renversement de la tendance. Il faut rendre la liberté dans tous les domaines où cela est possible. Certes, comme le déclarait le 21 février dernier, notre ami, le président Cudenet33 : ‘Si nous sommes attachés, en matière économique, à la liberté, nous ne sommes pas des fétichistes du vieux libéralisme suivant l’école de Manchester ! Nous voulons une LIBERTE RAISONNEE »34. Un peu plus et les radicaux auraient pu être les inventeurs d’une agriculture « raisonnée », comme il est de mode de la définir depuis quelques années.

  • 35 Ibid., 3e année, no 33, décembre 1948.

32Au congrès de la salle Wagram, en décembre 1948, Jean Masson, député de la Haute-Marne, reprend le thème : « C’est un fait, sans vouloir remettre en cause cette vieille querelle du libéralisme et du dirigisme, qu’il est véritablement un secteur dans lequel infailliblement le dirigisme est voué à la faillite, c’est le secteur agricole car, ici c’est la nature qui dirige, jamais l’homme »35. Drôle de conception…

  • 36 Henri Canonge, « La mutualité, la coopération et le crédit agricoles au service de l’agriculture f (...)

33Au congrès de Royan, en 1961, Henri Canonge, secrétaire général de la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricoles (CNMCCA), revient sur le problème en parlant de la mutualité : « Dans le domaine social, le fonctionnement mutualiste doit satisfaire les gens épris de liberté et d’indépendance, car en définitive, si le contrôle de l’Etat est nécessaire, indispensable, il n’en reste pas moins que la gestion en est confiée à des agriculteurs qui constituent des cellules de base et qui remontent vers des associations départementales. Par là même, nous mettons un écran entre l’intervention toujours croissante de l’Etat et les agriculteurs. Il y a là un filtre, un amortissement que je crois d’un particulier intérêt »36.

  • 37 Ibid.

34Il rappelle que la Confédération a dit, dans son congrès, que le sort du pays était lié à celui de l’agriculture, mais n’oublie pas qu’il s’adresse à un public plus large et « élève » le débat : « Je crois par conséquent (…) que les agriculteurs, ces entrepreneurs libres et indépendants et qui ont la volonté de s’associer, de se moderniser, sont une base indispensable à un pays comme la France qui veut rester une démocratie. Pour finir, je dirai qu’au fond il n’y a pas de meilleure école que l’agriculture pour ce qui est de la démocratie, de la liberté et de la République »37.

  • 38 Maurice Faure, « L’agriculture à parité », extraits de l’intervention faite le 18 mai 1960 à l’Ass (...)

35Il y a quand même un point sur lequel les radicaux sont d’accord, dont ils sont très fiers et qui relève du dirigisme : l’indexation des prix agricoles. Il y a été fait allusion en introduction, mais il faut insister. Sa suppression en décembre 1958, provoque plus d’une indignation. En 1960, par exemple, Maurice Faure, député du Lot, intervient longuement sur le sujet à l’Assemblée nationale. Ces mesures avaient un triple avantage : donner au gouvernement des moyens pour orienter la production, tenir compte du niveau, du volume de la production agricole, donner une certitude, une sécurité au pouvoir d’achat. L’orateur fait remarquer que le rapport Rueff ne demandait pas cette suppression : « Pas une ligne de ce rapport ne demande la suppression de l’indexation des prix agricoles (…) Il est seulement demandé que la loi Laborde du 16 mai 1957 et les décrets du 18 septembre 1957 soient modifiés afin de permettre une plus grande flexibilité des prix »38.

  • 39 La journée d’études du problème agricole, 6 octobre 1961, op. cit., p. 40.

36Argument repris, évidemment, par Félix Gaillard : « Je me suis reporté au rapport des experts que dirigeait M. Rueff en 1958 (…) J’ai beau lire ce rapport dans tous les sens, à l’endroit et à l’envers, je n’ai trouvé aucun paragraphe qui conseille au gouvernement de supprimer les indexations des prix agricoles. Voilà les faits et voilà pourquoi cette mesure maladroite, cette mesure regrettable, a provoqué un lent mécontentement qui a cru progressivement au cours des semaines et des mois »39.

  • 40 Ibid.

37Félix Gaillard pense que leur rétablissement est le seul moyen de retrouver la confiance, mais doute que le gouvernement le fasse : « Je ne sais pas ce que les pouvoirs publics actuels devront faire pour retrouver cette confiance qu’ils ont perdue, cela les regarde. Mais certainement, s’il n’est pas rendu à l’agriculteur ce salaire minimum professionnel garanti qui réside dans une indexation raisonnable des prix des principales productions, il y a bien peu de chances que cette confiance soit retrouvée »40.

Libéralisme et protectionnisme

  • 41 Michel Augé-Laribé, L’évolution…, op. cit., p. 25.

38L’auteur qui s’est le plus penché sur la question est l’économiste Michel Augé-Laribé. Dès 1912, il marque bien ses positions : « Quand on songe à l’inefficacité des tarifs douaniers, ou tout au moins à leur très faible efficacité sur la prospérité générale de l’agriculture, on sent très vivement leurs inconvénients. Nous ne voulons pas essayer d’en dresser la liste ; il suffit de dire que le régime protectionniste auquel les agriculteurs restent si aveuglément attachés, leur impose à eux-mêmes des charges assez lourdes. Les agriculteurs ne sont pas entrés sur le marché uniquement comme vendeurs ; ils sont consommateurs de produits qu’ils ne cultivent pas et de produits manufacturés. A ce titre ils supportent à leur tour l’effet de la hausse artificielle des prix. Quand une industrie obtient une protection légale, toutes les autres s’empressent de réclamer le même avantage. Les agriculteurs doivent donc payer plus cher qu’en un régime de libre-échange leurs machines et leurs outils, leurs vêtements et leurs engrais »41.

  • 42 Ibid., p. 26.
  • 43 Ibid., p. 27.

39De plus, le relèvement général des coûts entraîne une hausse des salaires, plus forte à la ville qu’à la campagne, attirant les journaliers agricoles vers l’industrie. « De sorte que le protectionnisme contribue à la dépopulation des campagnes »42. Notre auteur reste pessimiste : « Il est à craindre toutefois que le véritable intérêt général soit sacrifié à des intérêts particuliers et que notre agriculture se prépare une nouvelle crise par un entêtement à persévérer dans l’erreur protectionniste »43.

  • 44 Michel Augé-Laribé, Le paysan français après la guerre, Paris, Garnier, 1923, p. 22.
  • 45 Ibid., pp. 22-23.
  • 46 Ibid.

40Après la Première guerre mondiale, les circonstances se sont modifiées, mais la position de Michel Augé-Laribé n’a guère varié. Il fait remarquer que le Parlement avait « protégé » les agriculteurs en élevant les droits de douane, la défaite de 1870 n’étant pas étrangère à la position française : « Les arguments des protectionnistes qu’un pays doit être indépendant de l’étranger, surtout quand il s’agit de son alimentation, et qu’il doit maintenir prospère la classe de ses paysans, indispensables à la défense militaire, avaient fatalement beaucoup de force dans un pays qui souffrait toujours d’avoir été vaincu et qui savait qu’il aurait encore à se défendre »44. Il pense qu’une totale indépendance économique n’est qu’une « utopie » et prétend ne pas vouloir engager une discussion sur le fond du problème. Oui, mais il met les points sur les « i » et parle de remède temporaire : « Supposons admis que l’adoption des tarifs de 1892 ait été justifiée parce qu’ils fournissaient dans une crise grave un remède d’efficacité immédiate ; nous rappellerons simplement que le régime protectionniste est semblable à ces remèdes auxquels le malade s’habitue et dont il ne peut plus se passer malgré leurs inconvénients et leurs dangers. Priver un pays du stimulant de la concurrence internationale n’est certainement pas la politique la plus habile. On a trop oublié que les droits de douane, destinés à compenser l’inégalité des conditions de production en France et dans les pays les plus favorisés, n’auraient dû être que compensateurs, par conséquent variables et surtout temporaires, durer juste le temps nécessaire pour apprendre aux cultivateurs à améliorer leurs techniques, à les mettre en état de rejeter le secours du douanier, humiliant pour le producteur, coûteux pour le consommateur. On l’a si bien oublié que nos agriculteurs ne peuvent même plus envisager une discussion quelconque sur les théories protectionnistes »45. En fait, en appeler au protectionnisme, c’est reconnaître son infériorité : « C’est pour cela qu’ayant à expliquer les causes de l’infériorité de l’agriculture française, puisqu’il faut bien en définitive employer cette expression malsonnante, nous avons été obligés de faire allusion au régime protectionnisme. Si notre agriculture ne se reconnaissait pas inférieure, elle ne demanderait pas à être protégée »46.

  • 47 Paris, Presses Universitaires de France, 1950, 483 p.
  • 48 Michel Augé-Laribé, La révolution agricole, Paris, Albin Michel, 1955, XX-437 p., bibliog., index.
  • 49 Ibid., p. 200.
  • 50 Ibid., p. 202.

41Avec le temps, Michel Augé-Laribé est de plus en plus convaincu des méfaits du protectionnisme, aussi bien dans sa célèbre : Politique agricole de la France de 1880 à 194047, que dans son dernier ouvrage posthume48. Il y introduit une nouvelle notion : « Le protectionnisme est une forme du nationalisme »49. Certes, la France, pays vaincu, était frileuse et craintive, mais la politique d’autarcie n’est « qu’illusion », elle n’aboutit « qu’à des échecs ». De plus, elle a été prônée par des pays « inquiétants » : « Cette politique a été voulue, imposée par l’Allemagne et l’Italie. C’est la politique de pays qui préparent la guerre, qui savent la préparer dans toutes ses conséquences prévisibles »50.

  • 51 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 6.

42Alexis Jaubert est plus favorable au protectionnisme, mais il s’exprime davantage en homme politique qu’en économiste : « La pleine liberté d’exportation des produits du sol, le régime douanier protecteur et les accords commerciaux récemment votés par le Parlement, sont à l’heure présente absolument indispensables à l’obtention de ces résultats »51, c’est-à-dire à la bonne santé de l’agriculture. Curieuse position qui consiste explicitement à être favorable à la liberté d’exportation et à la réglementation des importations. Il est, en effet, toujours plus « avantageux » de pouvoir inonder les marchés extérieurs tout en se protégeant contre eux à l’arrivée. Mais qu’en pensent précisément les étrangers ? Si tout le monde en fait autant, on voit mal le commerce international se dérouler dans des conditions harmonieuses.

  • 52 Ibid., p. 7.
  • 53 Ibid., p. 26.

43Mais Alexis Jaubert ne s’embarrasse pas de ces objections et poursuit : « Ces mesures de liberté et de protection douanière doivent jouer dans leur plénitude et de façon permanente si l’on veut qu’elles donnent ce que l’on attend d’elles »52. Il y revient en faisant l’éloge de Queuille : « A la séance du 13 décembre 1928, M. Queuille, mandaté par le groupe et applaudi par presque toute la Chambre, a exposé magistralement le programme agricole du parti. Il a placé en première ligne des améliorations à réaliser : l’ouverture de débouchés sur les marchés étrangers à nos produits agricoles, le maintien du régime douanier protecteur et l’abaissement des prix de transport pour les produits de première nécessité »53. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accord n’est pas unanime face aux marchés extérieurs.

  • 54 Pour un examen détaillé de cette question, voir la communication de Mme Christine Manigand.
  • 55 Henri Queuille, Le drame agricole. Un aspect de la crise économique, Paris, Hachette, 1932, p. 5.
  • 56 Ibid., pp. 5-6.
  • 57 Ibid., p. 34.
  • 58 Ibid., p. 82.

44Le problème de la construction européenne54 est lié à celui du protectionnisme. En 1932, Queuille ne prétend pas faire une étude complète ni des causes de la crise, ni des remèdes que l’on pourrait envisager. « Il n’en faut pas moins, croyons-nous, rechercher les moyens d’éviter que notre pays ne succombe dans la bataille économique qui oppose les nations productrices du monde »55. Dès l’avant-propos, il affirme ses convictions européennes : « Il convient, en outre, de déterminer ces moyens en les adaptant aux nécessités nouvelles qui peuvent apparaître et en les orientant, si possible, vers l’organisation économique de l’Europe et la conso-lidation de la paix européenne »56. Selon lui, il faut créer une union européenne qui permettrait de dépasser les protectionnismes nationaux : « Cette union devrait donc, à notre sens, s’établir suivant cette idée que l’Europe doit d’abord consommer les produits européens. Et, au-dessus de ces protectionnismes qui perdraient alors leur caractère agressif et excessif, devrait se superposer un régime de priorité applicable aux échanges de produits européens »57. Il ne s’agit encore que d’accords commerciaux, mais on a le sentiment que Queuille a quelque idée en tête qui pourrait avoir un caractère annonciateur : « A la faveur de négociations économiques nouvelles et d’accords commerciaux basés sur des échanges réciproques de produits admis par préférence, les nations d’Europe devraient pouvoir établir une sorte de priorité pour leurs approvisionnements, et cela pourrait être là le début de l’Union européenne »58.

  • 59 Jean Masson, L’information radicale-socialiste, 5e année, no 48, février 1950.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., 7e année, no 71, mai 1952.
  • 62 Ibid., 12e année, no 116, avril 1957.

45Après la guerre, on retrouve des positions nuancées. Une brusque libération des échanges pourrait être un danger redoutable pour notre économie agricole dit, en substance, Jean Masson à l’Assemblée nationale59. Mais, si l’on augmente les investissements dans l’agriculture et qu’elle devienne une agriculture puissante et exportatrice, alors « partons résolument à la conquête du marché européen »60. De même, en 1952, Jean Saint-Cyr reprend l’idée d’un « pool vert » et, après quelques réserves, conclut : « Il est indéniable (…) que l’organisation d’une communauté européenne de l’agriculture serait éminemment souhaitable tant sur le plan mondial, sur le plan européen, que sur le plan français (…) La France doit participer à l’organisation de la communauté européenne agricole »61. Au moment où le traité de Rome va être signé, on observe la même prudence. Pierre Souquiès, député d’Indre-et-Loire, insiste sur certaines imperfections du traité et veut que l’on prenne des précautions : « C’est pourquoi l’euphorie que l’on constate dans certains milieux agricoles, à l’égard du Marché commun, paraît excessive et il est souhaitable qu’une analyse poussée et scientifique des perspectives réelles qu’il offre à notre agriculture soit effectuée avant la ratification du traité »62.

  • 63 Henri Queuille, CNMCCA, XXXIXe congrès national de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit ag (...)
  • 64 Ibid., p. 298.

46Aux lendemains de la signature du traité, Queuille évoque à nouveau les bienfaits que l’on peut retirer de l’Europe, tout en prenant des précautions. Il insiste d’abord sur les risques d’engorgement, si tout le monde se met à faire les mêmes produits. Il faut que les dirigeants politiques s’entendent avec les représentants des agriculteurs pour essayer d’orienter l’ensemble vers des productions complémentaires. « Je ne dis pas cela pour vous rendre pessimistes », poursuit-il. « Je crois à l’Europe. Je considère qu’elle est nécessaire pour notre vie et qu’en particulier elle peut faire disparaître certaines menaces, certains risques de guerre entre pays qui ne se sont pas entendus. Mais précisément parce que je crois qu’il y là une idée que l’on doit servir, il faut que je marque aussi les précautions à prendre de façon à ne pas être un jour déçus par un échec »63. Et d’insister sur la nécessaire réglementation de la production, la nécessaire surveillance attentive de l’évolution économique du monde « pour que le Traité ne soit pas demain sans effets utiles ou sans l’effet utile que nous attendons de lui »64.

  • 65 Pierre de Felice, Bulletin d’information radicale-socialiste, no 23 juin 1961 et 24 juillet 1961.

47Il faut aussi citer le nom de ce grand européen radical que fut Pierre de Felice. Il se penche sur ces problèmes dès 1945, est délégué à l’Assemblée du Conseil de l’Europe de 1952 à 1958 et s’intéresse à la question jusqu’à son décès en janvier 1978. Il pense que le Marché commun est une chance pour la France, mais que les difficultés sont nombreuses, en particulier pour équilibrer la production : ralentir les productions excédentaires et intensifier les autres. Lui aussi conclut : « Il faudra manier tout cela avec une extrême prudence »65.

Le souci de modernisation

48Rien n’est possible sans crédits bien répartis et utilisés, sans un enseignement rénové, sans de solides organisations professionnelles.

Rien n’est possible sans crédits…

  • 66 Cité dans Armand Charpentier, Le parti radical et radical-socialiste à travers ses congrès, Paris, (...)

49Dès les premiers congrès du parti, le souci d’un financement autonome de l’agriculture est présent. En 1903, au congrès de Marseille, des améliorations aux conditions de prêt sont demandées et Louis Martin s’élève contre une trop grande main mise des Finances : « Au nom des populations agricoles que je représente, je tiens (…) à protester contre la main mise, par le ministère des Finances, sur la redevance annuelle de la Banque de France. Il me paraît que cette redevance devrait être à l’abri de toute tentative d’accaparement »66.

  • 67 Ibid., pp. 282-283.

50D’ailleurs le danger est bien plus général : c’est la collecte, tout à fait réelle, par les banques et autres institutions de l’épargne paysanne utilisée ensuite à des fins citadines ou industrielles. L’année suivante, au congrès de Toulouse, Robert Bellanger, rapporteur de la Commission de l’agriculture, demande que cet accaparement cesse et que des mesures soient prises pour le développement réel de la richesse nationale67.

51Il faut de l’argent. Tout le monde en est conscient et les radicaux ne font pas exception. C’est un de leurs constants soucis. Henri Queuille, par exemple, participe, en tant que sous-secrétaire d’Etat et député, à la rédaction de la loi du 5 août 1920 créant l’Office national du crédit agricole, transformé, le 9 août 1926, en Caisse nationale. On connaît l’importance du crédit agricole aujourd’hui comme hier.

  • 68 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 11.
  • 69 Ibid.

52Alexis Jaubert s’intéresse à la réforme des impositions locales : « Aucun effort sérieux de rénovation de la vie rurale ne saurait être tenté et poursuivi avec succès tant que ne sera pas réalisée une réforme complète de notre fiscalité communale et départementale »68. Les collectivités locales ont besoin de ressources importantes, cela ne signifie pas que le budget de l’Etat dusse être entamé. « Certes, il est indispensable d’augmenter les crédits afférents aux subventions de l’Etat pour les améliorations foncières, de vicinalité rurale, d’adduction d’eau, d’électrification des campagnes, d’éducation par le cinéma et la radiophonie, pour créer des services nouveaux d’autobus, de téléphonie et de postalisation. Mais cela ne peut suffire. Aucune de ces entreprises ne sera judicieusement conçue sans le concours des départements et des communes »69.

  • 70 Chambre des députés, 1re séance du 1er juillet 1919, JO, 2 juillet, p. 3093.

53Cette citation d’Alexis Jaubert montre bien les objectifs à atteindre et, au premier chef, l’électrification des campagnes, le grand œuvre de l’entre-deux-guerres. En tant que député, et avant même d’avoir une responsabilité ministérielle, Henri Queuille met l’accent sur ce problème : « A mon avis, il n’y a pas d’amélioration plus intéressante que celle qui consiste à faire arriver, dans les petits villages de nos campagnes, du courant électrique et qui permettra de faire connaître à nos paysans les applications agricoles de l’électricité »70.

  • 71 Chambre des députés, JO, 15 juin 1920, p. 8472.
  • 72 Documents parlementaires, Chambre des députés, annexe no 5 433, 2e séance du 12 janvier 1923, pp.  (...)
  • 73 Ibid.

54Jeune sous-secrétaire d’Etat, il envoie une circulaire aux ingénieurs en chef du génie rural relative « à l’établissement de réseaux ruraux de distribution d’énergie »71. En tant que rapporteur de la Commission des finances chargée d’examiner le projet de loi tendant à faciliter, par des avances de l’Etat, la distribution de « l’énergie électrique dans les campagnes », il lie directement ce problème à celui de l’exode rural : « Notre pays est atteint, d’un mal qui, depuis la guerre, s’est aggravé et contre lequel il est absolument indispensable de lutter par tous les moyens appropriés : c’est la dépopulation des campagnes »72. Il pense que l’agriculture se trouve chaque jour dans une situation de plus en plus difficile par suite du manque de main d’œuvre et qu’il faut des hommes pour réaliser des progrès. Et de citer Méline : « Rendez les campagnes plus gaies et les intérieurs ruraux plus confortables », disait déjà, il y a plus de vingt ans, M. Méline. Et de poursuivre : « En supprimant ou en réduisant les tentations qui sollicitent nos terriens et les poussent au départ, en rendant les travaux de la ferme plus agréables, moins fatigants et plus productifs, on ralentira l’exode vers les villes, si on ne peut le supprimer tout à fait, et on pourra attirer à la vie champêtre des citadins désabusés. L’électricité peut être la fée bienfaisante qui réalisera, au moins en partie, ce programme »73.

  • 74 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., pp. 12-13.
  • 75 André Dulin, « L’ensemble du problème de l’agriculture », rapport au congrès de la salle Wagram, 2 (...)
  • 76 Souvent, en effet, le centre de la commune est électrifié, mais pas les fameux écarts. Il est donc (...)

55Alexis Jaubert fait le point en 1928 : 13 500 communes sont déjà électrifiées ou en cours d’électrification. Depuis 1920, le ministère de l’Agriculture a obtenu 600 millions pour cela, mais l’effort local reste élevé et les « écarts » ne sont pas électrifiés. Il faut augmenter les subventions à fonds perdus et abaisser le taux des avances du crédit agricole de 3 à 2 %. Il propose également que le maximum des dépenses subventionnées par tête d’habitant fixé alors à 450 F, soit porté à 500 ou 550 F74. André Dulin reprend les deux bouts de la chaîne. En 1919, 7 500 communes étaient électrifiées, soit environ 20 %, quelque trente ans plus tard, 37 000 soit 98 %75. Si l’on raisonne en termes d’habitants, il pense que sur dix-huit millions de ruraux, deux à trois millions, soit un peu plus de 10 % ne disposent pas d’électricité76. C’est encore trop, bien sûr, et il faut poursuivre l’effort, mais c’est déjà une belle réalisation due principalement à l’action des radicaux durant l’entre-deux-guerres. Il y eut peu de progrès durant l’Occupation.

  • 77 Alexis Jaubert, La loi Loucheur…, op. cit., pp. 38-39.

56L’amélioration de l’habitat est aussi nécessaire à la vie des agriculteurs et à la modernisation de l’agriculture. Il faut rénover, rendre plus confortables, plus hygiéniques les logements. Cela aussi peut freiner l’exode rural. Alexis Jaubert s’y intéresse particulièrement en commentant la loi Loucheur sur les Habitations à bon marché (les fameuses HBM, dont on a déjà parlé, ancêtres des HLM). Cette loi a des mérites, bien qu’elle soit difficilement applicable au monde rural. Il ne faut pas la rejeter, mais l’améliorer : « Telle qu’elle est, ce n’est qu’un instrument entre les mains du monde rural, un outil certes primitif et grossier, mais qu’il ne faut pas cependant briser et qu’il faut, au contraire, perfectionner (…) La loi du 13 juillet 1928 sur les habitations à bon marché serait susceptible de rendre à l’agriculture française les plus grands services si elle était accessible à un plus grand nombre de travailleurs ruraux et si étaient simplifiées les formalités excessives que réclame son application »77. Suivent quatorze propositions de modifications sur la durée, les bénéficiaires, etc.

  • 78 « La multiplication des cabines téléphoniques », Le Réveil du Cantal, 22 décembre 1932.
  • 79 Henri Queuille, ministère de l’Agriculture, Programme d’intensification de la production agricole,(...)

57La vie à la campagne peut aussi être améliorée par un autre biais qui est bien plus qu’un détail : le téléphone et l’on retrouve Henri Queuille, ministre des PTT en 1932… « Henri Queuille avait fort bien compris, lors de son passage aux PTT, tout l’intérêt qui s’attache à mettre le téléphone à la disposition des populations rurales. Il fut le véritable protagoniste de cette vulgarisation qui, à l’heure actuelle, est en voie d’accomplissement »78. Queuille prend, en effet, des mesures pour multiplier les cabines téléphoniques publiques dans de nombreuses petites communes. Nous n’en sommes pas encore au téléphone personnel, mais c’est déjà un louable effort. Queuille se préoccupera aussi du remembrement, de l’intensification générale de la production agricole, en particulier dans le vaste programme qu’il fait paraître en 192779.

  • 80 Pierre Mailhé, L’information radicale-socialiste, 12e année, no 122-123, décembre 1957.

58Cette préoccupation d’équipement, de modernisation est permanente au sein du parti radical, aussi bien avant qu’après la Deuxième guerre mondiale. Pour ne pas alourdir l’exposé, on ne prendra qu’un seul exemple : la déclaration de Pierre Mailhe, député des Hautes-Pyrénées, au congrès de Strasbourg des 21-24 novembre 1957. Il lie cette modernisation à la question de l’exportation et pose l’ensemble du problème : « Il nous faudra aller beaucoup plus loin encore, car (…) ce serait une gageure de demander à l’agriculture de devenir exportatrice et de la laisser demeurer, sur le plan social, dans une situation bien inférieure à celle que connaît le monde du salariat. Il nous faut, sans plus tarder, éviter que près de quinze millions de paysans soient démunis d’eau potable, parfois d’électricité, que des millions de petits paysans ne trouvent pas de crédits à bon marché pour s’équiper et se moderniser et, chose plus grave sur le plan humain, demeurent inquiets, désemparés, face au risque maladie et à cette discrimination scandaleuse dont ils font l’objet au regard des avantages familiaux perçus par le monde des salariés »80.

… Sans un enseignement rénové…

  • 81 Armand Charpentier, op. cit., pp. 289-290.
  • 82 Ibid.

59L’importance de l’enseignement pour la modernisation de l’agriculture est régulièrement soulignée. Dès 1904, au congrès de Toulouse, on souhaite : « que le programme des écoles rurales comprenne une partie plus étendue concernant l’enseignement agricole et le développement de l’amour de la terre »81. En 1907, à Nancy, le vœu est formulé « que l’enseignement donné à l’école primaire revête une forme pratique adaptée aux besoins locaux et que, sans compromettre l’instruction générale des enfants, cet enseignement reçoive de l’extension »82.

  • 83 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 21.
  • 84 Ibid., p. 22. Alexis Jaubert fait ici allusion à l’action d’Henri Queuille qui, en tant que sous-s (...)

60Durant l’entre-deux-guerres, vu le développement de la technicité, cet enseignement prend une importance encore croissante : « La profession agricole tend à devenir une profession qui nécessite de plus en plus, pour être exercée avec profit, des connaissances multiples. Le technicien de la terre devra bientôt, peut-être, l’emporter par ses connaissances générales sur les techniciens des autres branches de l’économie »83. C’est un point souvent mis en valeur qu’un agriculteur doit être à la fois comptable, géologue, géographe, climatologue, agronome, etc. et que, par conséquent, cette diversité appelle une formation plus complète et plus étendue que dans d’autres professions. Alexis Jaubert reconnaît que des progrès ont déjà été réalisés, mais beaucoup reste à faire : « Un effort méritoire a été fait depuis quelques années, grâce à la loi de 1920, pour rénover nos vieilles écoles d’agriculture et en créer de nouvelles, multiplier les écoles ménagères et les œuvres postscolaires agricoles. Cet effort doit être poursuivi inlassablement et complété par l’institution de la gratuité absolue des études et de la pension dans toutes les écoles d’agriculture »84.

  • 85 Séance du 24 janvier 1950, extraits dans L’information radicale-socialiste, 5e année, no 48, févri (...)

61Et le problème de revenir comme un leitmotiv. En 1950, Jean Masson, député de la Haute-Marne, s’indigne : « Il faut (…) favoriser le développement de l’enseignement agricole en créant des écoles d’agriculture et aussi des centres d’artisanat rural et d’apprentissage rural. Comment ne pas regretter la disproportion effarante existant entre la formation professionnelle des métiers agricoles et celle des employés industriels. Au budget de 1949 : 800 millions pour l’un et 20 milliards pour l’autre !… »85.

  • 86 Jean Saint-Cyr, « La politique agricole », rapport au 42e congrès à Deauville, 14-17 septembre 195 (...)
  • 87 En particulier lors de la première séance du 16 novembre 1954, JO 17 novembre, pp. 5047-5049 (atta (...)

62Le même thème, à peu de choses près, est repris par Jean Saint-Cyr, alors sénateur et président du Conseil général de l’Ain : « On ne saurait trop souligner la cruelle insuffisance de notre enseignement agricole. Autant il m’est agréable de signaler à mon tour la réussite de notre éminent et dynamique ami, André Morice, qui a su drainer vers l’enseignement technique industriel un nombre considérable de milliards (cinq par an), autant il m’est pénible de déplorer que les crédits budgétaires réservés à l’enseignement et à l’apprentissage agricoles n’atteignent pas 10 % des précédents. Une telle situation ne peut être tolérée plus longtemps »86. D’ailleurs, ce même Jean Saint-Cyr, devenu député en 1951 et rapporteur, sous le gouvernement Mendès France, d’une proposition de loi tendant à donner des crédits supplémentaires à l’enseignement agricole, qu’il soit public ou privé, se fait attaquer par les communistes et les socialistes pour non respect des principes fondamentaux de la laïcité87.

  • 88 « Le projet Saint-Cyr sur l’enseignement agricole devant l’Assemblée », La Terre, no 526, 18-24 no (...)

63La Terre est hostile au projet, comme on peut s’en douter : « L’exposé du député radical de l’Ain, Saint-Cyr, a confirmé le caractère néfaste de ce projet, qui vise en réalité à favoriser l’enseignement agricole confessionnel par des subventions au détriment de l’enseignement public et à arracher au ministère de l’Education nationale une de ses tâches essentielles. C’est ce qu’a fait ressortir notre ami Thamier, député du Lot »88. Les débats à l’Assemblée ont, en effet, été houleux et Thamier a même prétendu que l’on voulait détruire l’œuvre de Jean Zay « grand ministre radical (…) un des plus grands ministres de l’Education nationale de notre pays ». Quel hommage…

… Sans de solides organisations professionnelles

  • 89 Le plus souvent donnée sous sa forme latine : « Cruce et aratro ».
  • 90 Cité dans Armand Charpentier, op. cit., p. 288.

64Des organisations professionnelles solides et qui ne soient pas sous la coupe des conservateurs, tel est le vœu des radicaux. Au début du XXe siècle, c’est loin d’être le cas. On sait que les premiers syndicats agricoles ont été créés par des hobereaux accusés de s’en servir contre la République. « Par la croix et la charrue, telle est leur devise »89. En conséquence, le congrès de 1903 « invite le Comité exécutif à faire toutes les diligences nécessaires pour provoquer la formation sur tous les points de France de syndicats agricoles républicains »90.

  • 91 Joseph Faure, Mémoires, publiés par la revue : Chambres d’agriculture, mars 1975, p. 18.

65Un des premiers à réagir sera Joseph Faure. L’usage des engrais chimiques se développant, il est conscient que l’agriculteur isolé ne peut faire le poids face « aux fabricants malhonnêtes et aux courtiers marrons qui volaient leur clientèle »91. D’où l’utilité, la nécessité même du syndicat qui peut acheter en gros, contrôler la qualité, etc. Après plusieurs années de démarches infructueuses, il finit par trouver, en décembre 1905, une douzaine d’agriculteurs dans sa région d’Argentat, en Corrèze, décidés à « marcher » et à mettre sur pied une organisation syndicale. Malgré un fort scepticisme, le mouvement connaît un grand succès, fait tâche d’huile, un Bulletin est édité, etc.

66En 1910, c’est la création de la Fédération nationale de la mutualité et de la coopération agricoles (FNMCA), dont il a été question plus haut et dont le premier président sera le sénateur, ancien ministre, Albert Viger. Comme son nom l’indique, elle sera puissante au sein de la coopération et de la mutualité, sa branche purement syndicale restant plus faible. Cette dernière n’atteindra jamais les 1 200 000 familles paysannes que sa grande rivale, l’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA), la « Rue d’Athènes » et sa filiale, la « Rue des Pyramides », prétendra rassembler en 1937.

  • 92 Michel Augé-Laribé, Syndicats et coopératives agricoles, Paris, Colin, 1re éd. 1926, 2e éd. 1938, (...)

67Michel Augé-Laribé y est influent, comme dans le parti, et met l’accent sur l’importance des « associations » en rejetant toute affiliation partisane et en adoptant un point de vue très « humaniste » : « Les cultivateurs ont besoin d’aide autant matérielle que morale (…) Qu’on l’appelle syndicalisme ou coopération, l’association agricole ne peut vivre et fructifier que sur un terrain purement professionnel, nettoyé de toute arrière-pensée politique. C’est une œuvre d’éducation qui doit être ouverte à tous parce qu’elle peut employer toutes les bonnes volontés et être utile à tous »92.

  • 93 Marcel Astier « Rapport sur la politique agricole », Petit congrès de 1944, op. cit.

68Après l’épisode de la Corporation paysanne dans laquelle l’unité paysanne était imposée, le problème de cette unité se pose avec acuité. Les radicaux hésitent et adoptent une position assez ambiguë : pluralité à la base, unité au sommet. Dès le congrès de décembre 1944, Marcel Astier explique : « A la base, le maximum de souplesse doit être prévu, afin de tenir compte des différentes nuances de l’opinion agricole : la pluralité syndicale sera admise. Toutefois, afin d’éviter une dispersion des efforts, des encouragements seront donnés pour que le syndicat local s’affilie à une union départementale. A cet échelon, convient-il de maintenir la pluralité ? Elle peut, à notre sens, être admise à la condition qu’une coordination assez étroite des différentes unions soit obligatoirement et organiquement réalisée. Il est indispensable, en effet, que l’agriculture de la région possède un représentant qualifié qui puisse parler en son nom auprès des administrations publiques, devant les tribunaux et auprès des chefs d’industrie ou des commerçants. Si la représentation agricole est divisée en groupements rivaux et non coordonnés, l’autorité de chacun de leurs représentants sera très diminuée. Ces arguments valent a fortiori pour l’échelon national. Une unité véritable est souhaitable pour les mêmes raisons. Sans doute, peut-on objecter que la puissance ainsi accordée à l’organisme central est excessive du fait du grand nombre de cultivateurs qu’il représente directement ou indirectement. Mais cette forme numérique ne fait que rétablir vis-à-vis des groupements du commerce et de l’industrie, fortement centralisés, un équilibre actuellement rompu par la puissance financière, dont ces derniers disposent à la différence de l’agriculture »93.

  • 94 André Dulin, « Rapport de politique agricole », congrès national de Paris, 20-23 août 1945.

69L’année suivante, André Dulin s’exprime quasiment dans les mêmes termes : « Unité ou pluralité syndicale ? En ce qui concerne l’organisation syndicale, doit-elle être fondée sur l’unité ou la pluralité ? Ce qui importe, c’est que l’agriculture puisse disposer d’une organisation représentative à la fois souple et puissante. A la base, il faut tenir compte des différentes nuances de l’opinion agricole, donc admettre la pluralité syndicale. Toutefois, le syndicat local aura intérêt à s’affiler à l’Union départementale. Au stade départemental, la pluralité peut être également acquise à la condition qu’une coordination étroite des différentes unions soit obligatoire. Il est indispensable que l’agriculture de la région possède un représentant qualifié qui puisse parler en son nom auprès des administrations publiques, devant les tribunaux, etc. »94.

  • 95 XXXe congrès national de la mutualité et de la coopération agricoles, Montpellier, 2-6 juin 1948, (...)
  • 96 Ibid., p. 307.

70Ce système est-il vraiment réalisable dans la pratique ? On peut en douter. Jules Milhau, professeur à la Faculté de droit et à l’Ecole nationale d’agriculture de Montpellier, fait un discours au congrès de la FNMCA, en 1948, sur : « Les fondements doctrinaux de la coopération, de la mutualité et du crédit agricoles »95. L’unité « semble » l’emporter : « Ce que je mesure, c’est que cette unité paysanne n’est pas un mythe, que ce n’est pas seulement un thème de congrès, j’affirme que c’est une réalité qui se construit tous les jours, avec les pierres de nos coopératives, une réalité qui se forge dans l’absolu des idées, dans une communion intellectuelle et morale dont j’ai essayé de dégager les grands traits »96. Mais Jules Milhau parle d’unité « paysanne ». Est-il conscient que cela peut être différent de l’unité « syndicale » ?

  • 97 L’Assemblée permanente des présidents de Chambres d’agriculture (APPCA) ne sera reconnue officiell (...)

71Quelqu’un y avait pensé bien avant lui, durant l’entre-deux-guerres, précisément pour tenter de remédier à la rivalité entre le « Boulevard-Saint-Germain » et la « rue d’Athènes ». Joseph Faure est véritablement le « père » de cette autre organisation professionnelle agricole que sont les Chambres d’agriculture. Ce sont des organismes consulaires qui ont une double mission : aider, conseiller les agriculteurs et faire valoir les intérêts de l’ensemble du monde rural auprès des pouvoirs publics nationaux ou territoriaux. Joseph Faure a l’idée de convoquer, de façon informelle, les présidents des différentes Chambres départementales97.

  • 98 L’Assemblée des présidents des Chambres d’agriculture de France, séance du 24 octobre 1927, compte (...)
  • 99 « Chronique de l’Assemblée des présidents », Les Travaux des Chambres d’agriculture, 5e année, no  (...)

72Dès la première réunion, à Paris, au Musée social, notre Corrézien met l’accent sur ce point : « Il ne faut pas qu’entre nous des divergences de vues se fassent jour ; si nous voulons faire triompher les justes revendications de l’agriculture, nous devons faire un front unique (Très bien !) sur le terrain de la défense corporative agricole, d’une manière exclusive et dans une indépendance absolue vis-à-vis de toute politique de parti (Applaudissements) »98. Il y reviendra souvent, en particulier en 1934 : « Par votre présence à cette Assemblée qui constitue, en quelque sorte, les ‘Etats généraux de l’agriculture’, je constate avec plaisir, Messieurs, que l’unité professionnelle agricole est aujourd’hui un fait accompli. Merci de tout cœur à ceux qui ont bien voulu répondre à notre appel. Cette unité professionnelle agricole, unité d’action pour assurer le respect du droit à la vie des milliers de paysans que nous représentons, pour la défense des agriculteurs du pays qu’une politique imprévoyante et dangereuse entraîne à sa ruine, sera fertile, je l’espère, en heureuses conséquences »99.

  • 100 Pierre Mendès France, Gouverner, c’est choisir, II, Paris Julliard, p. 231.
  • 101 JO, 25 décembre 1954.

73L’importance de ces Chambres ne fera que croître avec les années. Pour ne prendre qu’un seul exemple : Pierre Mendès France veut renforcer leur rôle. Le 10 août 1954, il expose ses vues en matière de politique agricole : développement du revenu, extension des débouchés, meilleure association des organismes les plus qualifiés, en particulier les Chambres d’agriculture, à l’œuvre de redressement. Le gouvernement leur « donnera les moyens de jouer le rôle d’établissements publics représentatifs et moteurs de l’économie agricole »100. Pour ce faire, il cherche à les rénover. La loi du 14 décembre 1954 a abaissé l’âge d’électeur de 25 à 21 ans, d’éligibilité de 30 à 25 ans. Cette réforme sera complétée par un décret du 24 décembre 1954 tendant « à assurer la participation des Chambres d’agriculture à l’expansion économique »101. D’autres réformes suivront, mais auxquelles le parti radical ne sera pas associé.

Conclusion

74Ce rapport tend à montrer à quel point le parti radical s’est soucié du monde rural et a pu influencer la politique agricole, suivant ainsi une de ses principales orientations. Mais des raisons de politique générale expliquent aussi son importance. Sous la IIIe République, les fondements de cette République restent fragiles. Les royalistes et les bonapartistes sont encore nombreux, l’Action française très présente. Durant l’entre-deux-guerres, les agriculteurs forment encore environ 35 % de la population active et le monde rural plus de 50 % de la population totale. Bien des dirigeants sont conscients du fait que si le monde rural ne se convertit pas, la France ne deviendra pas républicaine. Or ce monde rural est méfiant face aux forces socialistes et communistes. Les craintes concernant la propriété privée sont vives. Qui donc, mieux que les radicaux, peuvent œuvrer en faveur de cette « républicanisation », d’autant plus qu’ils n’inspirent pas les mêmes appréhensions ?

75Sous la IVe République, et a fortiori sous la Ve, le problème est très différent. La République n’est plus menacée, même l’Action française n’est plus guère qu’un souvenir. Le rapport de forces a changé. Les radicaux perdent de leur importance. Le relais est pris par des groupements plus modérés ou par le syndicalisme agricole, en particulier par le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA). On sait, par exemple, que, dès 1958-1959, la loi d’orientation de 1960 est préparée, au sein du cabinet de Michel Debré, par Antoine Dupont-Fauville, en liaison avec Jean Méo, à l’Elysée, sous l’influence directe de Michel Debatisse, alors secrétaire général du CNJA.

76De nouvelles perspectives sont ouvertes. Il ne s’agit plus de défendre la petite exploitation familiale mais, au contraire, d’œuvrer en faveur d’un agrandissement des exploitations, d’une restructuration foncière, du départ des agriculteurs les plus âgés, etc. Le parti radical se reconnaît-il dans cette nouvelle orientation ? La question est ouverte.

Notes

1 En temps continu, il est battu par Joseph Ruau (soixante-neuf mois) de janvier 1905 à novembre 1910. Pour plus de détails sur la carrière d’Henri Queuille, voir : Pierre Delivet et Gilles Le Béguec (dir.), Henri Queuille et la République, Limoges, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), 1987, 322 p.

2 Bulletin d’information radicale-socialiste, no 26, octobre-novembre 1961.

3 On se souvient que le plan Rueff du 28 décembre 1958, qui supprimait ces indexations, provoqua un joli tollé dans le monde agricole (cf. infra).

4 Cité : Michel Augé-Laribé, « Notes et introductions » d’un tome des Œuvres complètes de Pierre-Joseph Proudon, Paris, Rivière, 1938, p. 411.

5 Michel Augé-Laribé, « L’agriculture », in La politique républicaine, Paris, Alcan, 1924, p. 311.

6 Alexis Jaubert, Le parti radical-socialiste et l’agriculture, Paris, Comité exécutif, 1928, p. 23.

7 Joseph Faure, Les travaux des Chambres d’agriculture, 8e année, no 6, 10 juin 1937, p. 441.

8 L’action du groupe parlementaire radical et radical-socialiste, Paris, publication du Parti radical et radical-socialiste, 1946, intervention du 30 mars 1946 (donc une quinzaine de jours avant l’adoption du statut), pp. 141-142.

9 Campagne pour les élections cantonales des 20-27 mars 1949. Documents et faits pour les candidats. Notre politique agricole, Paris, imp. Burlet, 1949, p. 1.

10 Méline l’avait, en son temps, déjà proclamé : « L’opinion (…) a découvert que l’agriculture (…) était la première de toutes les industries », Jules Méline, Le retour à la terre et la surproduction industrielle, Paris, Hachette, 1905, p. 97.

11 L’information radicale-socialiste, 6e année, no 65, septembre 1951.

12 Michel Augé-Laribé, L’évolution de la France agricole, Paris, Colin, 1912, pp. 80-81.

13 Ibid., p. 90.

14 Ibid., pp. 92-93.

15 Ibid., p. 95.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 233.

18 L’information radicale-socialiste, 12e année, no 122-123, décembre 1957.

19 Bulletin d’information radicale-socialiste, no 26, octobre-novembre 1961.

20 Alexis Jaubert, La loi Loucheur et l’agriculture, Paris, Comité exécutif, 1928, p. 17.

21 L’Académie élit un nouveau président chaque année, Queuille est ministre de l’Agriculture depuis près de quatre ans. Annales de l’Académie d’agriculture, séance du 29 février 1928.

22 Ibid., séance solennelle du 22 février 1939, p. 254.

23 Ibid., p. 255.

24 Michel Augé-Laribé, La politique républicaine, op. cit., p. 308.

25 Débats parlementaires, Sénat, séance du 21 juillet 1936, Journal officiel (JO), 22 juillet, p. 735.

26 Ibid., p. 736.

27 Séance du 17 janvier 1940, présidence de M. Lebret, p. 3 (archives de Neuvic d’Ussel).

28 1er et 2 février 1940, Henri Queuille, Journal de guerre. 7 septembre 1939-8 juin 1940, texte présenté et annoté par Isabel Boussard, Limoges, Presses universitaires de Limoges (PULIM), 1993, p. 206.

29 Le ministre de l’Agriculture à Monsieur le ministre des Finances, 27 février 1940, p. 7 (archives de Neuvic d’Ussel).

30 Ibid., p. 8.

31 Marcel Astier, Rapport sur la politique agricole, petit congrès des 19-20 et 21 décembre 1944, Paris, publication du Parti républicain radical et radical-socialiste, 1945, p. 31.

32 Circulaire du 25 novembre 1944, archives de la FNMCA.

33 Gabriel, Henri Cudenet est membre de la seconde Assemblée nationale constituante, puis député radical de l’Aude de 1946 à son décès le 19 décembre 1948.

34 L’information radicale-socialiste, 2e année, no 20, 16 octobre 1947.

35 Ibid., 3e année, no 33, décembre 1948.

36 Henri Canonge, « La mutualité, la coopération et le crédit agricoles au service de l’agriculture française », rapport au 58e congrès national à Royan, 5-8 octobre 1961, La journée d’études du problème agricole, Bulletin d’information radicale-socialiste, no 26, octobre-novembre 1961, p. 38.

37 Ibid.

38 Maurice Faure, « L’agriculture à parité », extraits de l’intervention faite le 18 mai 1960 à l’Assemblée nationale, Rassemblement démocratique, préparation des élections législatives des 18 et 25 novembre 1962.

39 La journée d’études du problème agricole, 6 octobre 1961, op. cit., p. 40.

40 Ibid.

41 Michel Augé-Laribé, L’évolution…, op. cit., p. 25.

42 Ibid., p. 26.

43 Ibid., p. 27.

44 Michel Augé-Laribé, Le paysan français après la guerre, Paris, Garnier, 1923, p. 22.

45 Ibid., pp. 22-23.

46 Ibid.

47 Paris, Presses Universitaires de France, 1950, 483 p.

48 Michel Augé-Laribé, La révolution agricole, Paris, Albin Michel, 1955, XX-437 p., bibliog., index.

49 Ibid., p. 200.

50 Ibid., p. 202.

51 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 6.

52 Ibid., p. 7.

53 Ibid., p. 26.

54 Pour un examen détaillé de cette question, voir la communication de Mme Christine Manigand.

55 Henri Queuille, Le drame agricole. Un aspect de la crise économique, Paris, Hachette, 1932, p. 5.

56 Ibid., pp. 5-6.

57 Ibid., p. 34.

58 Ibid., p. 82.

59 Jean Masson, L’information radicale-socialiste, 5e année, no 48, février 1950.

60 Ibid.

61 Ibid., 7e année, no 71, mai 1952.

62 Ibid., 12e année, no 116, avril 1957.

63 Henri Queuille, CNMCCA, XXXIXe congrès national de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit agricoles, Strasbourg, 11-16 juin 1957, Rapport et compte rendu de travaux, p. 297.

64 Ibid., p. 298.

65 Pierre de Felice, Bulletin d’information radicale-socialiste, no 23 juin 1961 et 24 juillet 1961.

66 Cité dans Armand Charpentier, Le parti radical et radical-socialiste à travers ses congrès, Paris, Girard et Brière, 1913, p. 281.

67 Ibid., pp. 282-283.

68 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 11.

69 Ibid.

70 Chambre des députés, 1re séance du 1er juillet 1919, JO, 2 juillet, p. 3093.

71 Chambre des députés, JO, 15 juin 1920, p. 8472.

72 Documents parlementaires, Chambre des députés, annexe no 5 433, 2e séance du 12 janvier 1923, pp. 10-26.

73 Ibid.

74 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., pp. 12-13.

75 André Dulin, « L’ensemble du problème de l’agriculture », rapport au congrès de la salle Wagram, 2-5 décembre 1948, L’information radicale-socialiste, 3e année, no 33, décembre 1948.

76 Souvent, en effet, le centre de la commune est électrifié, mais pas les fameux écarts. Il est donc naturel que, proportionnellement, il y ait moins d’habitants que de communes à bénéficier de l’électricité.

77 Alexis Jaubert, La loi Loucheur…, op. cit., pp. 38-39.

78 « La multiplication des cabines téléphoniques », Le Réveil du Cantal, 22 décembre 1932.

79 Henri Queuille, ministère de l’Agriculture, Programme d’intensification de la production agricole, janvier 1927, 16 pages au JO.

80 Pierre Mailhé, L’information radicale-socialiste, 12e année, no 122-123, décembre 1957.

81 Armand Charpentier, op. cit., pp. 289-290.

82 Ibid.

83 Alexis Jaubert, Le parti…, op. cit., p. 21.

84 Ibid., p. 22. Alexis Jaubert fait ici allusion à l’action d’Henri Queuille qui, en tant que sous-secrétaire d’Etat à l’Agriculture, était spécialement chargé des problèmes d’enseignement. Il avait fait passer, en 1920, plusieurs lois et décrets sur l’enseignement postscolaire, la réforme de l’enseignement supérieur, etc.

85 Séance du 24 janvier 1950, extraits dans L’information radicale-socialiste, 5e année, no 48, février 1950.

86 Jean Saint-Cyr, « La politique agricole », rapport au 42e congrès à Deauville, 14-17 septembre 1950, Ibid., 5e année, no 55-56, octobre 1950.

87 En particulier lors de la première séance du 16 novembre 1954, JO 17 novembre, pp. 5047-5049 (attaques de Henri Thamier, PCF et Rachel Lempereur, SFIO).

88 « Le projet Saint-Cyr sur l’enseignement agricole devant l’Assemblée », La Terre, no 526, 18-24 novembre 1954.

89 Le plus souvent donnée sous sa forme latine : « Cruce et aratro ».

90 Cité dans Armand Charpentier, op. cit., p. 288.

91 Joseph Faure, Mémoires, publiés par la revue : Chambres d’agriculture, mars 1975, p. 18.

92 Michel Augé-Laribé, Syndicats et coopératives agricoles, Paris, Colin, 1re éd. 1926, 2e éd. 1938, p. 205.

93 Marcel Astier « Rapport sur la politique agricole », Petit congrès de 1944, op. cit.

94 André Dulin, « Rapport de politique agricole », congrès national de Paris, 20-23 août 1945.

95 XXXe congrès national de la mutualité et de la coopération agricoles, Montpellier, 2-6 juin 1948, pp. 295-308.

96 Ibid., p. 307.

97 L’Assemblée permanente des présidents de Chambres d’agriculture (APPCA) ne sera reconnue officiellement que par le décret-loi du 30 octobre 1935. Elle deviendra l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA) le 8 décembre 1966, pour porter le même titre que les Assemblées des Chambres d’industrie et de commerce ou de métiers, sans que cela change son fonctionnement. Voir Isabel Boussard, « Joseph Faure (1865-1944), sénateur ‘radical’ de la Corrèze et ‘père’ des Chambres d’agriculture », Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, tome 99, 1996, pp. 253-280.

98 L’Assemblée des présidents des Chambres d’agriculture de France, séance du 24 octobre 1927, compte rendu pp. 1-2, Tulle, imp. Le Corrézien républicain.

99 « Chronique de l’Assemblée des présidents », Les Travaux des Chambres d’agriculture, 5e année, no 12, 10 décembre 1934.

100 Pierre Mendès France, Gouverner, c’est choisir, II, Paris Julliard, p. 231.

101 JO, 25 décembre 1954.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search