Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Quatrième partie. L'identité du radicalisme

Introduction

Serge Berstein et Marcel Ruby

Texte intégral

1Existe-t-il, au-delà du contexte historique dans lequel s’est inséré son action, un invariant du radicalisme qui permettrait de le définir comme une entité permanente de la vie politique et des cultures politiques françaises ? La réponse est malaisée à formuler catégoriquement. Il est en effet peu douteux que le radicalisme est un phénomène historique dont toutes les pages précédentes ont montré que la période durant laquelle il s’épanouit se situe entre 1840 et 1958 comme réponse aux problèmes d’un pays où émerge, puis s’affirme, avant de décliner, une société de classes moyennes indépendantes qui constitue son idéal social et le contexte dans lequel il diffuse la culture politique dont il est porteur. Auparavant, il ne se distingue guère du libéralisme héritier de la Révolution française. Ensuite, il est en discordance permanente avec la société issue de la grande croissance et le système politique de la Ve République.

2A l’intérieur même de son âge d’or de la IIIe République, prolongé d’une certaine manière par la IVe République, on ne saurait parler d’une totale continuité des idées et des programmes, car, comme toute culture politique vivante, le radicalisme s’adapte à l’évolution de la conjoncture et aux mutations de la société. Du moins s’identifie-t-il à un certain nombre de centres d’intérêt qui, eux, sont permanents. Il n’était pas question, bien entendu, de viser à l’exhaustivité de ces thèmes dont la revue aurait d’ailleurs été artificielle, mais de montrer comment le radicalisme a su, pendant plus d’un siècle, répondre aux problèmes de la société française et faire preuve durant cette période d’un modernisme qui peut être défini comme l’aptitude à inventer des solutions adaptées aux problèmes changeants qui s’imposent au pays. C’est ce que s’efforcent de montrer, dans les pages qui suivent, les auteurs qui ont étudié les conceptions constitutionnelles des radicaux, leur intérêt spécifique pour un monde rural dans lequel réside leur modèle social, les anticipations sur la construction européenne dont ils ont été très précocement les pionniers, enfin leur souci permanent de la défense nationale sous les IIIe et IVe Républiques.

3Identité du radicalisme ou gestion pragmatique du pays avec plus ou moins de réussite ? En tout cas, cohérence certaine d’une vision du monde adéquate à une situation qui dure plus d’un siècle et qui rend compte de la place centrale du radicalisme dans l’histoire nationale.

Auteurs

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540