Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 13. Depuis 1972, les radicaux de gauche

Frédéric Fogacci

Texte intégral

  • 1 Nous englobons sous ce terme ses appellations successives : M.R.G, puis P.R.S, puis Radical, puis a (...)
  • 2 Même si la répartition de ces voix et la composition de l’électorat ne sont pas forcément comparabl (...)

1La pérennité d’un courant politique radical ancré à gauche1, depuis la scission de 1972, constitue un fait indéniable : en effet, Christiane Taubira, candidate aux élections présidentielles de 2002 sous la bannière des radicaux de gauche, a obtenu un total de voix presque égal à celui de son prédécesseur, Michel Crépeau en 19812. De même, les radicaux de gauche maintiennent une représentation parlementaire à l’Assemblée nationale variant de 6 à 15 députés selon les législatures depuis 1973. Cette stabilité électorale est d’autant plus remarquable qu’elle semble aller contre la logique de la Ve République, d’une part, et contre celle qui préside à l’évolution récente de la gauche française, d’autre part.

  • 3 Entretien avec François Luchaire, 17/5/2002.

2On l’a souvent dit, le radicalisme a été la victime du système politique engendré par les institutions de la Ve République, en particulier à partir de 1962. François Luchaire confiait récemment que, dès cette date, Guy Mollet lui avait prédit que l’élection du président de la République au suffrage universel provoquerait la scission du Parti radical3. En effet, ce système, allié au scrutin majoritaire, induit une bipolarisation des forces politiques qui va à l’encontre de l’identité même du radicalisme. On peut ainsi remarquer que jusqu’en 1972, certains radicaux, comme Maurice Faure, seront de toutes les tentatives pour casser cette logique bipolaire : du « Cartel des Non » de 1962 au soutien à la « Grande fédération » de Gaston Deferre en 1964, puis au soutien à la candidature jugée centriste d’Alain Poher en 1969, il s’agira de jeter des ponts entre droite et gauche. S’il existe dès les années 1960 des tendances radicales favorables à un ancrage clair à gauche, autour de René Billères ou de Jacques Maroselli (dont le club, l’Atelier Républicain, sert de laboratoire à la collaboration entre radicaux et socialistes qui s’incarnera dans la F.G.D.S à partir de 1965), celles-ci peinent à s’imposer au sein du parti. Pour de grandes figures du radicalisme, comme Maurice Faure ou Gaston Monnerville, faire le choix de la gauche reviendra à tirer un constat d’échec de leur démarche de rassemblement. Significativement, l’intronisation de Jean-Jacques Servan-Schreiber au secrétariat national en octobre 1969 représente pour Maurice Faure une dernière tentative pour sauvegarder la spécificité centriste du Parti radical tout en donnant à son discours un ton plus moderne.

3Sous la Ve République, cette spécificité centriste, qui faisait jadis du Parti radical l’allié indispensable de toute majorité parlementaire, devient un handicap. Rejetés dans l’opposition au régime gaulliste, éloignés du pouvoir national depuis le départ de Jean Berthoin du Gouvernement en 1959, les radicaux, à l’orée des années 1970, sont également victimes de la recomposition de la gauche française, puisque s’ouvre le « cycle d’Epinay », initié par François Mitterrand. Ce cycle est marqué par le « coup de barre à gauche » donné par le P.S, au moins dans son discours : la signature du Programme Commun avec les communistes consacre la défaite des mollettistes, quand bien même la majorité d’Epinay associe des sociaux-démocrates comme Pierre Mauroy et Gaston Defferre aux conventionnels de François Mitterrand et aux marxistes du C.E.R.E.S. Par ailleurs, le P.S de François Mitterrand est un parti « attrape-tout », destiné à « avaler tout ce qui, à gauche, n’est pas communiste ». Cette évolution semble réduire l’espace politique dévolu aux radicaux dans la gauche française. En effet, l’anticommunisme reste très présent chez ceux qui, en 1967, s’étaient opposés en vain à l’alliance électorale de la F.G.D.S avec le P.C.F. Mais à partir de 1974, le P.S veille à récupérer un électorat de gauche anticommuniste, notamment par l’intégration d’une partie du P.S.U avec les Assises du Socialisme en 1974. La capacité à rassembler, à se développer des radicaux de gauche semble dès l’origine fortement contrariée par l’hégémonie du P.S.

4Ce courant radical de gauche doit enfin être replacé dans l’histoire du radicalisme. Il prend naissance dans une scission du Parti radical qui, contrairement aux précédentes, ne s’est pas résorbée, mais que la bipolarisation de la vie politique a creusée et pérennisée. On peut d’ailleurs se demander s’il existe toujours aujourd’hui un lien privilégié entre les deux branches du radicalisme. L’originalité du courant radical de gauche tient sans doute à sa volonté de moderniser l’héritage du radicalisme, sans pour autant rompre avec ses traditions. Elle tient également à sa capacité à développer au sein de la gauche française une démarche de médiation et de compromis avec ses alliés, elle aussi spécifiquement radicale. Il faut également considérer l’apport idéologique des radicaux de gauche à la gauche française, notamment en ce qui concerne l’ancrage européen. Nous devrons nous demander si ce ne sont pas là les atouts qui assurent encore aujourd’hui la pérennité du radicalisme de gauche.

 

5Cette étude comprend donc trois points. D’une part, il s’agit de s’interroger sur les conditions de la rupture de 1971-1972, qui aboutit à la naissance du M.R.G. Quels sont les radicaux qui font le choix de l’Union de la gauche ? Ce choix correspond-il prioritairement à des critères idéologiques, ou plutôt à des enjeux stratégiques et électoraux ? S’agit-il alors véritablement d’une « rupture » entre les deux branches du radicalisme ? D’autre part, les années de formation et d’implantation du M.R.G, jusqu’aux élections présidentielles de 1981, le voient conquérir, grâce à l’Union de la gauche, une image de parti national. Jouant un rôle de médiateur entre socialistes et communistes, il devient également un laboratoire de recomposition de la gauche non-communiste, à défaut de pouvoir se développer électoralement aux dépens du P.S. C’est un nouveau cycle politique qui s’ouvre en 1981 : les radicaux de gauche, qui retrouvent le pouvoir après une longue absence, entament alors une démarche politique qui vise à constituer un pôle complémentaire au sein de la gauche non-communiste, notamment par une tentative de rapprochement avec les écologistes et par l’ouverture aux courants émanant de la « société civile ». Cependant, cette démarche est contrariée par l’obligation de bénéficier du soutien des socialistes lors des consultations électorales.

La scission de 1972

  • 4 Voir à ce sujet l’article de Sabine Jansen, « La scission progressiste », paru dans La reconstructi (...)

6Les scissions ont été nombreuses dans l’histoire du Parti radical. A titre de comparaison, une scission de gauche s’est déjà produite en 1946, autour des progressistes de Pierre Cot4, puis une scission de droite autour des néo-conservateurs d’Edgar Faure et de Léon Martinaud-Déplat en 1956. Pourtant, la scission des radicaux de gauche en 1972 s’en distingue pour plusieurs raisons. D’une part, puisque, au contraire des militants, la plus grande partie des élus radicaux choisit de se désolidariser de Jean-Jacques Servan-Schreiber, il s’agit en un sens d’une scission « majoritaire ». D’autre part, il s’agit d’une scission que le contexte politique tend à amplifier : les dissidents signent en effet le Programme Commun avec les socialistes et les communistes, contraignant les radicaux « Valoisiens » à rechercher des alliances à droite. Pourtant, la frontière entre les deux nouveaux partis n’est pas étanche, des liens restent tissés entre les deux branches du radicalisme, et il est fréquent de voir des radicaux passer d’un parti à l’autre.

  • 5 Les principaux thèmes sont : séparation du pouvoir politique et du pouvoir économique, accès à l’ég (...)
  • 6 Selon Maurice Faure, la politique de Jacques Chaban-Delmas était pour de nombreux radicaux très pro (...)
  • 7 Jacques Chaban-Delmas avait notamment envisagé de faire entrer des radicaux comme Maurice Faure et (...)

7L’échec, puis la dissolution de la F.G.D.S, après la lourde défaite de la gauche aux élections législatives de Juin 1968, semblent signifier l’échec d’une stratégie d’union de la gauche pour les radicaux. En effet, ceux-ci reviennent alors à une stratégie centriste, en soutenant la candidature d’Alain Poher lors de l’élection présidentielle de 1969. Plus encore, au congrès de Nantes, la même année, les partisans du maintien d’une stratégie d’union de la gauche, comme René Billères, sont nettement minoritaires. La volonté du P.S, sous l’impulsion d’Alain Savary, d’entamer des discussions avec les communistes pour conclure un programme de gouvernement est alors condamnée, tout comme la dérive des centristes vers la droite. L’heure est à la rénovation du Parti radical, et c’est ce qui amène le nouveau président du parti, Maurice Faure, à introniser Jean-Jacques Servan-Schreiber comme secrétaire général en remplacement de Pierre Brousse. Le projet de Servan-Schreiber s’inscrit dans une filiation mendésiste : il s’agit de rénover le discours radical, notamment sur le plan sociétal, comme l’illustre le manifeste Ciel et Terre, régionaliste, décentralisateur et progressiste5. Comme Pierre Mendès-France en son temps, « J.-J. S.-S. » suscite les réserves de la vieille garde radicale (Gaillard, Bourgès-Maunoury…) qui lui reproche certaines audaces programmatiques, une tendance à la personnalisation du pouvoir, mais surtout une absence de stratégie politique. En effet, il semble compliqué de vouloir rassembler l’opposition non-communiste alors que les socialistes sont en train de conclure un programme commun avec les communistes. De plus, après sa brillante élection comme député de Nancy, Servan-Schreiber choisit de se présenter à une législative partielle à Bordeaux contre le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, qu’il critique durement à l’occasion. Ce faisant, il va à l’encontre de nombreux radicaux qui jugent favorablement la politique de « Nouvelle société » du Premier ministre6, et il met un terme à la politique d’ouverture que Chaban, ancien radical, tentait d’imposer à Georges Pompidou7. La lourde défaite concédée par « J-.J. S-.S. » dès le premier tour enraye enfin la dynamique électorale qu’il avait créée par sa victoire à Nancy : ainsi, lors des élections municipales de 1971, pour lesquelles le parti a élaboré un nouveau manifeste, Forcer le destin, les radicaux perdent de nombreuses municipalités, comme Castres, Valence ou Agen, et certains élus reconduisent les listes d’union de la gauche victorieuses en 1965, passant outre les consignes du parti. Enfin, sa volonté de réformer les instances dirigeantes du parti dans une perspective décentralisatrice lui aliène les notables radicaux.

8Plus encore, c’est le congrès d’Epinay du Parti socialiste qui oblige les radicaux à choisir entre l’union de la gauche, préconisée par le président Maurice Faure au nom de la « réalité politique », et le rassemblement des réformateurs que préconise Jean-Jacques Servan-Schreiber (qui persiste à vouloir y inclure les socialistes, mais pas les communistes) : on retrouve le traditionnel débat agitant le Parti radical entre alliance au centre et alliance à gauche. S’y greffe un débat idéologique : si Maurice Faure insiste sur la nécessaire intervention de l’Etat dans l’économie pour assurer la justice sociale, son concurrent souligne au contraire la nécessité de redistribuer l’argent public pour l’équipement des Français.

  • 8 Le Centre Démocrate de Jean Lecanuet, le Centre Républicain d’André Morice, le Parti de la Démocrat (...)
  • 9 Il avait avant même le congrès de Suresnes, dès septembre 1971, conclu un accord de principe avec J (...)
  • 10 Il avait avant même le congrès de Suresnes, dès septembre 1971, conclu un accord de principe avec J (...)

9C’est l’enjeu du congrès de Suresnes (15-17 octobre 1971), que Servan-Schreiber remporte dans des conditions controversées, grâce à l’aide de son collaborateur Nick Maloumian, au terme d’une campagne interne qui se déroule dans un climat assez délétère, Maurice Faure allant jusqu’à se mettre en congé de présidence. La rupture prend naissance dans ce congrès, puisque certains partisans de Maurice Faure, dont Robert Fabre, constituent une tendance opposée à la nouvelle direction et critiquent la personnalité, les méthodes et surtout la stratégie politique du nouveau président. De plus, entendant pousser son avantage, Servan-Schreiber conclut avec diverses formations centristes8 les Accords de Saint-Germain-en-Laye, créant une formation commune, le Mouvement des Réformateurs9. Dans ces négociations, « J.-J. S.-S. » s’est abstenu de consulter les instances du parti, qu’il place devant le fait accompli : le comité directeur ne l’approuve qu’à une faible majorité, et insiste sur la nécessité de conclure un accord avec les socialistes. C’est alors, le 23 novembre 1971, que se crée le Groupe d’Etudes et d’Action Radical-Socialiste (G.E.A.R.S), regroupant sept députés opposés à cette stratégie, qui vont s’apparenter au groupe socialiste à l’Assemblée : ils constituent l’ossature du futur Mouvement des radicaux de gauche. Par la suite, la rupture des négociations entre « J. -J. S.-S. » et les socialistes leur ouvre un espace politique qui leur permet de rompre avec le Parti radical à l’approche du congrès extraordinaire de Lille (Juin 1972)10. La signature d’un accord électoral avec le P.S. (6 juillet 1972), puis du Programme commun (12 juillet 1972), auquel les minoritaires radicaux ont adjoint une annexe libérale, scelle définitivement l’existence de ce groupe d’élus et sa mutation en parti.

  • 11 On peut noter que Jean-Jacques Servan-Schreiber tente de profiter de la légitimité que lui donne sa (...)
  • 12 La rupture est moins nette entre les sénateurs des deux branches, puisque les sénateurs radicaux de (...)
  • 13 Des départements comme l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne, le Lot, la Charente-Maritime, les Pyrénées Or (...)
  • 14 André Donneur, L’alliance fragile, Montréal, Nouvelle Optique, 1983, p. 251.

10On peut faire plusieurs remarques sur la genèse du courant radical de gauche. Il s’agit à l’évidence d’une rébellion d’élus contre leur direction11, et cette scission coûte au Parti radical l’essentiel de sa représentation parlementaire, à l’Assemblée puis au Sénat12. Jean-Jacques Servan-Schreiber est condamné pour sa volonté d’exercer un contrôle sur les élus, ce qui tranche avec la tradition radicale, mais également pour sa stratégie électorale, qui semble incertaine. En effet, les parlementaires radicaux doivent pour l’essentiel leur mandat au soutien des forces de gauche, et cette configuration leur apparaît comme la seule susceptible d’assurer leur réélection. Cela se vérifie en particulier dans les fédérations du sud et du sud-ouest de la France13, qui savent que l’électorat radical est attaché à une tradition de désistement à gauche. S’y ajoute un conflit de générations : André Donneur parle des radicaux de gauche comme de la « vieille garde radicale »14. On peut parler des dissidents comme de notables radicaux, des patrons de fédérations, comme Henri Caillavet dans le Lot-et-Garonne, Maurice Faure dans le Lot, qui refusent une trop grande interférence de la Place de Valois. Cette réaction des fédérations contre la direction parisienne rappelle par certains aspects celle qui suivit la prise de pouvoir de Pierre Mendès France après le congrès de la Salle Wagram en 1955. Enfin, les radicaux « de gauche » ne constituent pas nécessairement, à l’origine, l’aile gauche du Parti radical. Si l’on retrouve d’anciens partisans de l’alliance à gauche, comme René Billères ou Jacques Maroselli, d’anciens mendésistes, comme Henri Caillavet, un homme comme Maurice Faure, qui se pose comme l’animateur de la tendance dissidente, se rattache plutôt à la tradition néo-radicale de droite.

  • 15 Cf. Henri Caillavet, Les coudées franches, Paris, Denoël, 1976, préface.

11Il est d’ailleurs ambigü de parler de « rupture » entre les deux branches du radicalisme. Certains radicaux, proches des dissidents, restent au Parti par fidélité et par tradition, parfois pour lutter « de l’intérieur » contre Jean-Jacques Servan-Schreiber. Le fait que celui-ci conserve la direction du Parti après le congrès de 1973 poussera de nombreux militants vers la dissidence. Cependant, la frontière entre les deux branches du radicalisme, au moins jusqu’en 1981, n’est pas étanche. Ainsi, Pierre Brousse, maire de Béziers, qui rejoint les dissidents en 1973, les quitte en 1975 pour retourner Place de Valois et entrer dans le premier gouvernement de Raymond Barre en août 1976. De même, la démarche d’Henri Caillavet, qui quitte le M.R.G en 1975 après en avoir été l’un des principaux fondateurs, s’explique par sa volonté de favoriser une réunification du courant radical, qu’une trop forte implication des dissidents dans l’Union de la gauche lui semble compromettre15. Cette réunification sera envisagée par les partisans de Robert Fabre après leur départ du M.R.G, en 1978, sans succès, le Parti radical s’étant alors fondu dans l’U.D.F. Les solidarités radicales continuent enfin à s’exprimer lors des scrutins locaux et nationaux. Ainsi, pendant la campagne présidentielle de 1974, certaines fédérations Valoisiennes apportent leur soutien à la candidature de François Mitterrand, à l’encontre des directives de Jean-Jacques Servan-Schreiber.

La naissance du MRG

  • 16 La fondation d’un parti indépendant n’est décidée qu’après qu’ait été écartée la proposition de Fra (...)
  • 17 Nous nous basons, pour l’ensemble de cette partie, sur des archives inédites retrouvées au siège de (...)

12Le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) naît officiellement avec le congrès constitutif de Paris (1er-2 décembre 1973), c’est-à-dire plus de deux ans après la constitution du groupe des parlementaires dissidents et après les élections législatives de 1973, qui voient 12 députés élus sous l’étiquette radicale de gauche, tous ayant bénéficié du soutien socialiste. Ce délai s’explique par les entraves juridiques que les Valoisiens mettent à sa constitution mais aussi et surtout par le fait que le groupe d’élus précède le Parti : l’organisation des réseaux, des fédérations, des instances de direction passe après les négociations avec les alliés de l’Union de la gauche16. En outre, les parlementaires sont soucieux de ne pas reproduire une organisation au fonctionnement trop rigide, précisément ce qu’ils ont refusé en quittant la Place de Valois. Cependant, l’existence du M.R.G se trouve très vite liée au contexte de l’Union de la gauche, qui lui assure une représentation parlementaire et la possibilité de développer son réseau d’élus locaux, mais ne lui offre que peu d’espace politique propre pour se développer en tant que parti autonome : c’est là l’objet de clivages entre élus et militants qui souhaiteraient une plus forte affirmation de l’identité radicale17. De plus, les radicaux de gauche se trouvent engagés par un texte, le Programme Commun, défendant des orientations qu’ils ne partagent pas intégralement : pendant cette période de maturation, le M.R.G tente donc de se poser en aile modérée de l’Union de la gauche, ayant à cœur d’ouvrir celle-ci aux centristes et d’atténuer le clivage très marqué entre majorité et opposition qui caractérise la fin du septennat de Georges Pompidou puis, dans une moindre mesure, celui de Valéry Giscard d’Estaing. Cette démarche est mise en œuvre dans un contexte qui voit ce groupe d’élus se muer en véritable parti, dont le débat interne est animé par des courants et des clivages entre les élus et les autres composantes. Il s’agit enfin d’une période de réflexion et d’élaboration idéologique pour rénover l’héritage radical, l’ouvrir à de nouveaux courants, comme les écologistes, et le faire valoir au sein d’une gauche française qui prépare son retour au pouvoir.

  • 18 On peut souligner que les radicaux de gauche sont, après la mort de Georges Pompidou, les premiers (...)

13L’alliance à gauche a toujours constitué une stratégie possible pour les radicaux, mais l’Union de la gauche des années 1970 semble constituer un cadre peu favorable au développement et à la régénération du radicalisme. En effet, il ne s’agit pas d’une vaste coalition de partis au sein de laquelle les radicaux pourraient adopter leur traditionnelle position de médiateurs mais d’un face-à-face entre un Parti socialiste en pleine expansion, qui regroupe en son sein une grande partie des différentes familles de la gauche non-communiste, et un Parti communiste dont le déclin électoral amène à radicaliser le discours. Ainsi, après la campagne présidentielle unitaire de François Mitterrand en 197418, l’union devient vite « un combat », selon la formule d’Etienne Fajon. Le rôle qu’y jouent les radicaux pourrait se définir comme celui d’un modérateur et d’un aiguillon.

14D’un modérateur car le M.R.G entend garder ses partenaires de toute surenchère, en particulier sur le plan économique. Selon la formule de leur premier président, Robert Fabre, les radicaux de gauche défendent « tout le Programme Commun, mais rien que le Programme Commun ». C’est le sens de l’annexe qu’ils y ont fait ajouter défendant la notion de propriété privée et la place de l’initiative individuelle dans la mise en place d’un « socialisme humaniste ». Au contraire de ses alliés, le M.R.G ne s’inscrit pas dans l’histoire du mouvement ouvrier français, il entend donc se faire le défenseur privilégié des classes moyennes, des commerçants, des petits entrepreneurs. Cela amène les radicaux à tenir un discours souvent critique vis-à-vis du P.C.F, et de sa volonté de conserver sa position de force à gauche en accusant ses alliés de « dérive droitière », mais également des courants marxistes du Parti socialiste, comme le C.E.R.E.S. Ainsi, en 1979, avant le congrès socialiste de Metz, de nombreux radicaux de gauche, dont le président Michel Crépeau, prennent parti pour les sociaux-démocrates et les autogestionnaires menés par Michel Rocard et Pierre Mauroy contre la majorité de François Mitterrand, suspectée de « gauchir » son discours. Pour Henri Caillavet en 1975 puis pour Robert Fabre après les législatives de 1978, le départ du M.R.G constituera une forme de réponse à ce qu’ils jugent être une dérive de l’Union de la gauche.

15Cependant, par leur pratique des coalitions partisanes, les radicaux jouent également un rôle dans la dynamique de l’Union de la gauche : puisqu’ils en constituent le plus petit des membres, leur liberté de parole est en un sens supérieure. Elle se manifeste dans les débats qui agitent l’Union de la gauche : ainsi, dans un geste devenu célèbre, en septembre 1977, Robert Fabre prend l’initiative de rompre les négociations d’actualisation du Programme commun, afin de dénoncer la volonté de surenchère des communistes. Si cette initiative sert de facto les intérêts de François Mitterrand, il ne semble pas que celui-ci en ait été à l’origine. Mais les radicaux de gauche tentent également de briser le clivage entre majorité et opposition par des actes symboliques, comme la visite de Robert Fabre au président Valéry Giscard d’Estaing le 30 septembre 1975.

  • 19 Jacques Maroselli fait ainsi observer que la majorité municipale de Michel Crépeau à La Rochelle co (...)

16C’est sans doute là que se noue le débat interne du M.R.G : si les élus sont favorables à une étroite entente avec le P.S, qui limite leur liberté de parole et nuit à l’affirmation de l’identité radicale, les militants et la direction du Parti sont favorables à une plus grande indépendance de ton. Ce débat s’amorce au congrès de La Rochelle (décembre 1977), qui suit la rupture de l’actualisation du Programme Commun, pour se cristalliser après la démission de Robert Fabre, consécutive à l’échec de la gauche aux élections législatives de mars 1978. Pour sa succession, deux tendances s’affrontent : celle menée par Michel Crépeau, soutenue par la majorité des élus, favorable au maintien d’un lien privilégié avec le P.S, et celle menée par Jacques Maroselli, qui dénonce dans cette ligne une inféodation du M.R.G19 et plaide pour une réaffirmation de l’identité radicale pouvant conduire, à terme, à une réunification des deux branches. Il serait réducteur de voir dans cet affrontement une rupture entre élus et militants. Cependant, la victoire de Michel Crépeau, qui marque les limites de l’autonomie du M.R.G vis-à-vis de son allié socialiste, entraîne le départ de nombreux militants autour du président Robert Fabre.

  • 20 Cette remarque est valable au niveau national, mais également au niveau local, les fédérations rech (...)
  • 21 Ce manifeste est d’ailleurs jugé sévèrement par certains notables du M.R.G, comme François Abadie. (...)
  • 22 A la convention de Paris (Août 1980), Michel Crépeau doit faire face aux critiques des élus, qui vo (...)
  • 23 Il oppose le pragmatisme et le socialisme « humaniste » des radicaux de gauche au dogmatisme d’un P (...)

17Pourtant, paradoxalement, la présidence de Michel Crépeau va marquer une période de plus grande affirmation pour le M.R.G, en raison de la rupture de l’Union de la gauche20. Il s’agit d’une phase de renouveau sur le plan idéologique : ainsi, le rapprochement entre radicaux et écologistes est théorisé par les chefs du Mouvement des jeunes radicaux autour de Thierry Jeantet et se retrouve dans le manifeste présidentiel de Michel Crépeau en 1981, L’avenir en face21. Mais, là encore, il est difficile de lui donner une traduction politique en raison de la faiblesse électorale du M.R.G. Après avoir songé à monter une liste autonome pour les européennes de 1979, Michel Crépeau invite finalement son parti à accepter les deux places en position éligible offertes par le P.S. Durant sa campagne présidentielle de 1981, dans laquelle il s’est engagé contre l’avis des élus de son parti22, il est contraint d’adopter une attitude ambiguë vis-à-vis du P.S dont il dénonce le dogmatisme23 tout en assurant qu’il se désistera pour François Mitterrand au second tour. Le score décevant du maire de La Rochelle (2,26 %, 650 000 suffrages), traduit le peu d’espace politique dont dispose le M.R.G.

 

  • 24 Symboliquement, il existe au sein du M.R.G de nombreuses « dynasties » politiques, comme les Massot (...)
  • 25 Nous nous appuyons notamment sur un sondage du Matin paru le 28/9/1977.
  • 26 Le chiffre de 10 000 adhérents revendiqué par le M.R.G en 1975 paraît mériter une vérification.
  • 27 Cet apport n’est pas négligeable pour François Mitterrand, qui doit lutter, au sein de son propre p (...)

18Dès lors, peut-on dire qu’à la veille du retour de la gauche au pouvoir, le M.R.G est devenu un parti national ? Son poids électoral, s’il reste stable tout au long de la période (environ 2 % des voix, 10 députés en 1978, 14 en 1981) ne manifeste pas réellement une percée dans l’électorat. De plus, si l’on considère la répartition des voix obtenues par Michel Crépeau sur le territoire national, on constate un fort déséquilibre : il ne dépasse les 10 % que dans son département de Charente-Maritime, et les 5 % que dans les départements limitrophes et la Haute-Corse. Il apparaît donc comme un homme politique important au niveau de sa région, mais son statut de président du M.R.G ne lui assure pas véritablement une stature nationale. L’électorat radical de gauche se compose d’une somme de notabilités locales24 qu’il échoue à coaliser. De même, la composition de cet électorat traduit une continuité avec celui du Parti radical25 : il se recrute dans les classes âgées de la population (24 % de plus de 65 ans, qui ont connu le radicalisme sous la IVe, voire sous la IIIe République), les paysans y sont surreprésentés notamment par rapport aux ouvriers, il s’agit d’un électorat anticommuniste et peu prompt au militantisme26. En somme, le M.R.G ne concurrence pas le P.S dans l’électorat des classes moyennes, comme il le souhaiterait, même s’il apporte à la gauche un électorat que l’image « radicale » du P.S pourrait inquiéter. Il apporte en outre un fort ancrage européen, symbolisé par Maurice Faure, signataire des traités de Rome27, ainsi qu’une culture de gouvernement utile alors qu’en 1981, autour de François Mitterrand, une nouvelle génération socialiste s’apprête à découvrir le pouvoir national.

Les radicaux de gauche depuis 1981

  • 28 La liste « Entente radicale écologiste », qui avait déjà été envisagée pour les européennes de 1984 (...)

19Le cycle politique qui s’ouvre en 1981, marqué par une alternance régulière au pouvoir, n’est, à bien des égards, pas encore clos. On peut néanmoins faire certaines remarques concernant ses conséquences sur l’évolution et la stratégie des radicaux de gauche. Après 1981, le M.R.G est un parti établi, son existence n’est plus remise en cause, malgré le départ de certains de ses membres, comme François Loncle ou François Massot, pour le P.S. Au congrès de Paris (1983), il peut ainsi se revendiquer comme le cinquième parti de France. Cette permanence est due au fait que certains de ses membres parviennent à s’imposer, dans leur département, comme les chefs de la gauche non-communiste et à s’assurer un électorat fidèle en raison de leur fort ancrage local. Avec 9 députés en 1988, 6 en 1993, 13 en 1997, le courant radical de gauche profite peu des victoires nationales de la gauche française (seulement 15 députés lors de la « vague rose » de 1981), mais survit à ses défaites. Cependant, son espace de progression est limité par l’hégémonie exercée par les socialistes, avec qui les accords électoraux sont indispensables. Les radicaux de gauche oscillent donc entre une volonté d’autonomie qui se traduit par la présentation d’une liste commune avec les écologistes aux élections européennes de 198428 et aux élections législatives de 1986 ou par la constitution en 1997 du groupe parlementaire R.C.V avec les écologistes et le Mouvement des citoyens, et une attitude plus conciliante vis-à-vis des socialistes : ainsi, lors des élections présidentielles de 1988, ils apportent leur soutien à François Mitterrand dès le premier tour, et en 1995, Jean-François Hory retire sa candidature au bénéfice de Lionel Jospin.

  • 29 Dans les gouvernements de Pierre Mauroy, Maurice Faure est Garde des Sceaux (jusqu’en juillet 1981) (...)

20Paradoxalement, le fort ancrage local des élus radicaux de gauche semble les priver d’un chef d’envergure nationale. La présidence se répartit de manière « tournante » entre les principaux élus du Parti (Roger-Gérard Schwartzenberg, Jean-Michel Baylet, François Doubin, Yves Collin, Emile Zucarelli, Jean-François Hory puis de nouveau Jean-Michel Baylet), chaque mandat durant le temps d’un ou deux congrès. Cela explique peut-être la propension des radicaux de gauche à faire appel à des personnalités politiques extérieures au parti pour animer les campagnes nationales : c’est par exemple le cas de Bernard Kouchner, de Christiane Taubira ou de Bernard Tapie qui, essentiellement sur son nom, amène la liste radicale de gauche à un résultat de 12 % aux élections européennes de 1994. Cependant, il ne faut pas sous-estimer la part des radicaux de gauche dans l’action des gouvernements de gauche, au sein desquels ils ont toujours été représentés29 depuis 1981. On peut notamment penser que leur expérience gouvernementale a servi la gauche lors de son retour au pouvoir en 1981. Ainsi, Maurice Faure est le premier homme politique que François Mitterrand contacte après son élection pour le nommer au poste de garde des Sceaux (en 1988, il le nommera au ministère de l’équipement). Malgré la faible représentation des radicaux de gauche au gouvernement (jamais plus de trois ministères et secrétariats d’Etat), on peut également noter que l’évolution globale des gouvernements de gauche va dans le sens qu’ils souhaitent : le tournant de la rigueur de mars 1983 coïncide avec leur défense d’un libéralisme tempéré, de même que la politique d’ouverture menée par Michel Rocard à partir de 1988 retrouve dans une certaine mesure la démarche radicale d’aplanissement du clivage droite/gauche. Enfin, la construction européenne engagée par François Mitterrand, à laquelle il convertit les socialistes, s’opère avec le soutien des radicaux de gauche, dont c’est là l’un des principaux thèmes.

  • 30 Le récent centenaire de la création du Parti radical, en 2001, a illustré le conflit de légitimité (...)

21Le courant radical de gauche est donc parvenu à se créer une place sur l’échiquier politique français, il a su rénover l’héritage radical et entretenir des liens d’ordre notabiliaire avec son électorat. Son rôle de médiateur au sein de la gauche et de complément du P.S lui a donné accès aux débats nationaux même s’il constitue avant tout une coalition d’élus locaux. Cette coalition a évolué en parti car les radicaux de gauche ont su conserver leur identité radicale30 et se doter d’un appareil doctrinal axé sur des thèmes comme le socialisme humaniste, la décentralisation et une ouverture aux courants progressistes qui animent la société française. Cette place des radicaux de gauche est réduite et l’hégémonie du P.S leur laisse peu d’espoir d’étendre leur espace politique, même si les radicaux de gauche ont su se rendre utiles au P.S : ils ont en particulier accompagné son aggiornamento idéologique et son acceptation de l’économie de marché, et contribué à la prise de distances avec l’allié communiste.

22Cependant, le radicalisme de gauche a échoué à coaliser l’ensemble des courants minoritaires de la gauche non-communiste. Ainsi, son alliance précoce avec les écologistes n’a pas empêché ceux-ci de se développer en force politique autonome. De même, la scission initiée par Jean-Pierre Chevènement les a privés de certains thèmes propres à l’histoire du radicalisme. La recomposition d’une gauche française multipolaire pourrait donc initier un nouveau cycle politique pour les radicaux de gauche : leur pratique des coalitions politiques, leur sens du dialogue et du compromis pourrait en faire un trait d’union, un rouage indispensable. En contrepartie, une réaffirmation de leur personnalité et de leur spécificité politique semble s’imposer à eux : c’est peut-être le sens qu’il faut donner à la récente candidature présidentielle de Christiane Taubira.

Notes

1 Nous englobons sous ce terme ses appellations successives : M.R.G, puis P.R.S, puis Radical, puis actuellement P.R.G. Ces changements d’appellation traduisent le problème d’identité auquel se heurtent les radicaux de gauche.

2 Même si la répartition de ces voix et la composition de l’électorat ne sont pas forcément comparables.

3 Entretien avec François Luchaire, 17/5/2002.

4 Voir à ce sujet l’article de Sabine Jansen, « La scission progressiste », paru dans La reconstruction du parti radical 1944-1948, dir. Gilles Le Béguec, Eric Duhamel, Paris, L’Harmattan, 1993, pp. 149-161.

5 Les principaux thèmes sont : séparation du pouvoir politique et du pouvoir économique, accès à l’égalité sociale, fin du pouvoir privé héréditaire, redistribution du pouvoir public. Ces propositions, théorisant le passage de l’étape du libéralisme à l’étape du politique remettant l’homme au cœur du pouvoir de décision, s’inscrivent dans la continuité de l’analyse que Servan-Schreiber fait de la crise de mai 1968 : une candidature aux responsabilités, liant expansion économique et solidarité sociale. Cette analyse n’est pas partagée par les notables radicaux qui retiennent surtout l’aspect de crise institutionnelle.

6 Selon Maurice Faure, la politique de Jacques Chaban-Delmas était pour de nombreux radicaux très proche de celle qu’ils auraient eux-même menée au gouvernement. (Entretien avec Maurice Faure, 22/4/2002). Ainsi, lors de l’élection partielle de Bordeaux, Maurice Bourgès-Maunoury apporte son soutien à son ancien camarade de Résistance, qu’il définit comme « le représentant le plus proche des conceptions radicales telles que nous les avons comprises ». Cf. Jean-Thomas Nordmann, Histoire des Radicaux, p. 472.

7 Jacques Chaban-Delmas avait notamment envisagé de faire entrer des radicaux comme Maurice Faure et Félix Gaillard au Gouvernement, puis d’y faire entrer des socialistes supposés hostiles à l’union avec les communistes, comme Gaston Deferre, afin de tuer dans l’œuf l’union socialo-communiste.

8 Le Centre Démocrate de Jean Lecanuet, le Centre Républicain d’André Morice, le Parti de la Démocratie socialiste d’Emile Müller.

9 Il avait avant même le congrès de Suresnes, dès septembre 1971, conclu un accord de principe avec Jean Lecanuet pour constituer une formation commune.

10 Il avait avant même le congrès de Suresnes, dès septembre 1971, conclu un accord de principe avec Jean Lecanuet pour constituer une formation commune.

11 On peut noter que Jean-Jacques Servan-Schreiber tente de profiter de la légitimité que lui donne sa victoire au congrès pour marginaliser les dissidents. Il leur intente ainsi un procès pour leur interdire d’employer l’expression « radical-socialiste » dans leur dénomination. « Mouvement des radicaux de gauche » est donc une appellation que les minoritaires sont contraints d’adopter par défaut, après s’être appelés « Mouvement de la gauche radicale-socialiste ».

12 La rupture est moins nette entre les sénateurs des deux branches, puisque les sénateurs radicaux de gauche se rattacheront au groupe de la Gauche démocratique entre 1977 et 1984. De fait ce groupe prendra en 1989 la dénomination de Rassemblement Démocratique et Européen. Parmi les partisans d’une réunification des deux branches du radicalisme, on trouvera de nombreux sénateurs, comme Henri Caillavet ou le radical « valoisien » Jacques Pelletier, ministre de la coopération de Michel Rocard. Sans doute le fait que les sénateurs radicaux de gauche évoluent dans un cycle politique plus long les rend plus indépendants vis-à-vis du P.S. En outre, l’élection sénatoriale permet au Parti radical de tirer profit de ses réseaux notabiliaires.

13 Des départements comme l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne, le Lot, la Charente-Maritime, les Pyrénées Orientales ou la Corse constitueront les principaux bastions du radicalisme de gauche.

14 André Donneur, L’alliance fragile, Montréal, Nouvelle Optique, 1983, p. 251.

15 Cf. Henri Caillavet, Les coudées franches, Paris, Denoël, 1976, préface.

16 La fondation d’un parti indépendant n’est décidée qu’après qu’ait été écartée la proposition de François Loncle visant à rejoindre le PS pour y constituer un courant proche de François Mitterrand.

17 Nous nous basons, pour l’ensemble de cette partie, sur des archives inédites retrouvées au siège de l’actuel Parti radical de gauche, Rue Duroc.

18 On peut souligner que les radicaux de gauche sont, après la mort de Georges Pompidou, les premiers à appeler de leurs vœux une candidature unique de François Mitterrand pour l’Union de la gauche, neutralisant ainsi une éventuelle candidature de Georges Marchais pour le PCF.

19 Jacques Maroselli fait ainsi observer que la majorité municipale de Michel Crépeau à La Rochelle comprend plus de socialistes que de radicaux de gauche.

20 Cette remarque est valable au niveau national, mais également au niveau local, les fédérations rechignant souvent à sacrifier leur intérêts locaux aux consignes nationales. Ainsi, en 1979, le sénateur du Tarn-et-Garonne Louis Brives est élu président du Conseil Général contre un candidat socialiste. Malgré les pressions de la direction socialiste, Michel Crépeau ne parviendra pas à lui imposer de démissionner de ce poste, ni de quitter le M.R.G. Cf. Archives de la Fondation Jean Jaurès, archives du secrétariat aux relations extérieures du P.S, dossier « P.S/M.R.G, 1979 ».

21 Ce manifeste est d’ailleurs jugé sévèrement par certains notables du M.R.G, comme François Abadie. La volonté de Michel Crépeau de connecter les radicaux de gauche avec certains mouvements traversant la société française (écologistes, féministes, homosexuels, objecteurs de conscience, mouvement des radios libres…) est critiquée comme plus proche des positions d’un parti à vocation minoritaire, comme le P.S. U, que d’un parti à vocation gouvernementale comme l’est le M.R.G.

22 A la convention de Paris (Août 1980), Michel Crépeau doit faire face aux critiques des élus, qui voient dans sa candidature un risque de priver François Mitterrand d’une présence au deuxième tour. Parmi les députés, seul Jean-Michel Baylet y est favorable, et les fédérations pyrénéennes, autour de René Billères et de François Abadie, refusent de lui apporter leur soutien. Cela dit, la majorité des opposants collaborera loyalement à sa campagne, qui verra une mobilisation importante des fédérations.

23 Il oppose le pragmatisme et le socialisme « humaniste » des radicaux de gauche au dogmatisme d’un P.S aux mains des « technocrates ».

24 Symboliquement, il existe au sein du M.R.G de nombreuses « dynasties » politiques, comme les Massot dans les Alpes de Haute-Provence ou les Baylet dans le Tarn-et-Garonne.

25 Nous nous appuyons notamment sur un sondage du Matin paru le 28/9/1977.

26 Le chiffre de 10 000 adhérents revendiqué par le M.R.G en 1975 paraît mériter une vérification.

27 Cet apport n’est pas négligeable pour François Mitterrand, qui doit lutter, au sein de son propre parti, contre les tendances jacobines et anti-européennes présentes notamment au sein du C.E.R.E.S.

28 La liste « Entente radicale écologiste », qui avait déjà été envisagée pour les européennes de 1984, obtient 3,3 % des voix.

29 Dans les gouvernements de Pierre Mauroy, Maurice Faure est Garde des Sceaux (jusqu’en juillet 1981), Michel Crépeau est ministre de l’environnement, François Abadie est secrétaire d’Etat au tourisme, Roger-Gérard Schwartzenberg est Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’éducation nationale (à partir de mars 1983). Dans les gouvernements de Laurent Fabius, Michel Crépeau est ministre du commerce, de l’artisanat et du tourisme, puis Garde des Sceaux à partir de février 1986, Roger-Gérard Schwartzenberg est secrétaire d’Etat aux universités, Jean-Michel Baylet est secrétaire d’Etat chargé de la coopération. Dans les gouvernements de Michel Rocard, Maurice Faure est ministre de l’équipement et du logement, François Doubin est ministre délégué du commerce et de l’artisanat, Jean-Michel Baylet est secrétaire d’Etat chargé des collectivités locales, puis ministre du tourisme. Dans le gouvernement d’Edith Cresson, Jean-Michel Baylet est ministre du tourisme, François Doubin est ministre du commerce et de l’artisanat. Dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy, Jean-Michel Baylet est ministre du tourisme, Bernard Tapie est ministre de la ville (jusqu’en Mai 1992), Emile Zucarelli est ministre des Postes et télécommunications. Dans les gouvernements de Lionel Jospin, Emile Zucarelli est ministre de la fonction publique, Jacques Dondoux est secrétaire d’Etat au commerce extérieur (jusqu’en 1999), Roger-Gérard Schwartzenberg est ministre de la recherche, François Huwart est secrétaire d’Etat au commerce extérieur (à partir de 1999).

30 Le récent centenaire de la création du Parti radical, en 2001, a illustré le conflit de légitimité qui oppose toujours les deux branches du radicalisme à ce sujet.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search