Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 12. Le parti radical dans le mouvement réformateur

Muriel Montero

Texte intégral

1Cette intervention se fonde sur des archives qui n’ont encore jamais été utilisées : les archives du Mouvement réformateur, contenues dans les archives du Centre démocrate (541 AP I) et les papiers privés de Pierre Abelin (586 AP), déposés aux Archives nationales.

 

2Le parti radical, dans les années 1970, loin du radicalisme de combat et du radicalisme de gouvernement, traversa une période de désert sur le plan électoral et parlementaire, alla de scissions en dissidences et en déceptions, tout en continuant à se bercer de l’illusion qu’il participait effectivement à la vie politique. Il s’efforça de fédérer le centre autour de lui, en créant le Mouvement réformateur : il espérait en faire un tremplin vers une majorité nouvelle. En fait, c’est l’existence même d’un centre autonome qui se jouait avec l’expérience du Mouvement réformateur.

 

3L’élection présidentielle de 1969 permit au parti radical, engagé à gauche avec la FGDS, d’amorcer un retour vers le centre. Il était alors moribond et ne pesait plus dans le jeu politique que le poids de ses quelques escouades, autant dire : pas grand-chose. Au congrès de Nantes, le président Maurice Faure s’engagea à régénérer le parti, se tourna vers Jean-Jacques Servan-Schreiber, brillant fondateur de L’Express et ancien partisan de Pierre Mendès France, élu secrétaire général en octobre 1969. Dès lors, tout changea très vite dans la très ancienne maison de la place de Valois. Avec fougue et inventivité, JJSS allait mener tambour battant ce qu’il croyait être sa marche au triomphe. Le congrès de Wagram de février 1970 consacra le renouveau : le parti s’ouvrit à un large débat de doctrine et rendit possible une nouvelle distribution des cartes au centre. Il adopta le manifeste Ciel et Terre – les titres chinois étaient alors à la mode –, « révolutionnaire » à maints égards, sorte de charte moderne d’un réformisme vigoureux et novateur. Le vieux parti de Herriot, Mendès France et Gaillard, guidé par JJSS, réclamait la rénovation libérale de l’économie par une politique de croissance, l’accès à l’égalité sociale par une profonde réforme du système éducatif (suppression des grandes écoles), la réforme de l’entreprise au détriment du « pouvoir héréditaire du capital » (refus de la transmission héréditaire des richesses), la séparation des pouvoirs économique et politique, la régionalisation, la création des Etats-Unis d’Europe. On aurait juré que le parti était à gauche. Tout cela se déroulait dans un climat inaccoutumé de tumulte, d’incidents, de pari, de défis, qui amusèrent d’abord, moins ensuite. Le parti radical attira alors bon nombre d’étudiants et de jeunes cadres, suscita une vague d’intérêt dans les milieux intellectuels et économiques.

  • 1 L’Année politique 1971, PUF, 1972, p. 91.

4Au congrès de Suresnes, du 15 au 17 avril 1971, Servan-Schreiber devint président, évinçant celui qui l’avait fait entrer place de Valois, M. Faure. Selon une formule prêtée à Maurice Faure, le parti n’eut alors « le choix qu’entre le viol et le suicide ». Pour les partisans de M. Faure, c’était la fin d’un parti « respectueux de la liberté d’expression, où l’on savait vivre et où le banquet final mettait un terme aux empoignades »1. Le combat entre les deux hommes signifiait, profondément, l’opposition entre deux conceptions du parti radical. Les radicaux refusaient le passé qu’incarnait M. Faure, désiraient ne plus être un parti d’élus, de notables. JJSS voulait rassembler les centristes, tandis que les partisans de Faure étaient attachés à ne pas se couper de la gauche. Mais les radicaux n’adoptèrent pas une attitude tranchée : ils demeuraient attachés à la pratique du coup d’œil à gauche et au centre.

5D’un côté, les radicaux multipliaient les appels aux socialistes : ils exprimèrent le souhait de s’apparenter à nouveau au groupe socialiste (mais décidèrent de demeurer dans le statu quo des non-inscrits), rencontrèrent les socialistes (par exemple, en novembre 1970, il y eut des discussions entre Alain Savary et Maurice Faure) ; au congrès du 4 décembre 1970, ils affirmèrent « les liens naturels » les unissant aux socialistes. Mais, au fil des réunions, les représentants radicaux (dont Nick Maloumian et Michel Soulié) comprirent qu’il était difficile de négocier avec le parti socialiste sans être en position de force. De plus, JJSS s’opposait au programme commun, sur deux thèmes : les nationalisations et l’éducation (il réclamait la fin du « monopole étatique »). Il entreprit alors de réaliser une idée déjà en l’air depuis longtemps : la « troisième force ». Il s’agissait de regrouper l’électorat d’Alain Poher en juin 1969 au second tour, de regrouper autour de soi une force suffisante pour négocier avec la gauche, en créant un « Mouvement réformateur ». Il misait sur une division du Parti socialiste et sur l’abandon par celui-ci de sa stratégie d’union de la gauche, espérait au moins attirer les électeurs socialistes hostiles à l’alliance avec le PC.

6Cette stratégie centriste résultait en fait d’un amer constat : seul, le parti radical ne pouvait présenter 450 candidats aux prochaines élections législatives, ni avoir un candidat au second tour de l’élection présidentielle. Vouloir garder son autonomie risquait de l’empêcher de peser dans les scrutins nationaux. Il craignait d’être pris en tenailles entre un bloc socialiste-communiste et un bloc centriste axé à droite, plus ou moins proche de la majorité gaulliste. Le choix était donc : soit participer à un vaste regroupement du centre, soit s’intégrer à un des deux blocs, soit disparaître. Le Centre démocrate n’était qu’un pis-aller, qu’un substitut insatisfaisant, mais il était le seul parti à accepter une alliance avec les radicaux.

  • 2 A l’initiative d’Edouard Bonnefous (sénateur de la Gauche démocratique, ancien ministre), de Jean L (...)

7Déjà, depuis le début des années 1970, plusieurs initiatives avaient témoigné d’une volonté de créer un rassemblement du centre-gauche au centre-droit, préparant la création du Mouvement réformateur. Citons le regroupement des parlementaires des diverses tendances centristes au sein d’une Union parlementaire du Centre2 (février 1970) et surtout l’Association pour le mouvement réformateur, animée par quatre hommes, Michel Soulié, secrétaire général adjoint du parti radical, Pierre Abelin pour le Centre démocrate, André Chandernagor, membre du bureau du parti socialiste (qui bravait ainsi les interdictions de son parti), l’ancien ministre Edgard Pisani.

 

  • 3 Pourquoi Réformateur ? « Parce que la “Réforme” permet de dépasser deux attitudes néfastes ; d’un c (...)
  • 4 Le Centre républicain était issu d’une scission du parti radical, en 1956, lorsque les amis d’André (...)
  • 5 Les deux partis qui formaient un petit cartel avec le Centre républicain et le PSD, à savoir Progrè (...)
  • 6 « Texte de la déclaration commune adopté à la réunion de Saint-Germain-en-Laye le 3 novembre 1971 » (...)

8Les radicaux se prononcèrent clairement, lors de leur congrès de Suresnes (15-17 octobre 1971), pour la création d’un mouvement de la réforme3 et, dès le 3 novembre 1971, les Réformateurs se réunirent à Saint-Germain-en-Laye. La création du Mouvement réformateur fut rapide, parce que le bruit courait que les élections législatives seraient avancées à 1972. Cette nouvelle formation associait le parti radical, le Centre démocrate, le Centre républicain d’André Morice4, les socialistes hostiles à l’alliance avec le PC (le Parti social démocrate d’Emile Muller, maire de Mulhouse), l’aile progressiste de la majorité gaulliste (c’est-à-dire les amis d’Edgar Faure), enfin des hommes sans engagement politique5. Une déclaration commune affirmait : « Le puissant courant démocratique que les réformateurs se sont donné pour tâche de promouvoir, permettra de dépasser des clivages aujourd’hui sans fondement et de faire porter le débat politique sur ce qui détermine concrètement l’avenir des Français : respect des libertés, accès à l’égalité sociale, utilisation de l’argent public dans une économie sociale de marché, exercice d’un pouvoir régional de gestion, édification de l’Europe, contribution à la paix6 ». La déclaration de Saint-Germain-en-Laye reprenait l’essentiel du manifeste radical Ciel et Terre, à deux exceptions : la suppression du chapitre relatif à la « fin du pouvoir privé héréditaire » et le caractère singulièrement édulcoré de la réforme régionale. En revanche, la stratégie était centriste : opposition à la fois aux communistes (préoccupation première de Lecanuet) et à l’UDR (objectif principal de Servan-Schreiber). Des concessions furent donc faites de part et d’autre : le programme était néo-radical, la stratégie était centriste. Servan-Schreiber apportait dans ses bagages ce qui manquait le plus au Centre démocrate : sa vitalité, ses moyens, son sens de la publicité et un hebdomadaire, L’Express, mais il apportait aussi autre chose : l’espoir vague de réussir ce qui avait été tenté par Gaston Defferre en 1965.

  • 7 Le Bureau national, chargé d’assurer l’animation et la coordination du Mouvement, était complété pa (...)
  • 8 Jean-Claude Colli, non parlementaire, était un des proches collaborateurs de Servan-Schreiber depui (...)

9Dans les instances dirigeantes du Mouvement réformateur, le parti radical et le Centre démocrate se taillaient la part du lion, à égalité. Au Bureau national7, le parti radical comptait six parlementaires : Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Lafon (député de la Charente), Gabriel Péronnet (député de l’Allier), Jules Pinsard (sénateur de Saône-et-Loire), Edouard Schloesing (député de Lot-et-Garonne), Raymond de Wazières (sénateur de la Somme) ; ainsi que quatre non-parlementaires : Brigitte Gros, Jean-Claude Colli8, Nick Maloumian, Michel Soulié. Des délégations des Réformateurs devaient être constituées dans les départements, mais elles furent inexistantes. La structure confédérale que s’était donnée le Mouvement réformateur répondait au souci, exprimé en particulier par les radicaux, de garder à chaque parti son autonomie de gestion, son caractère propre et sa philosophie particulière.

 

  • 9 « Etonnant funambule, JJSS croit tenir dans ses deux mains les deux bouts de la corde sur laquelle (...)

10Parallèlement au Mouvement réformateur, Servan-Schreiber cherchait toujours à aller voir ailleurs : à gauche. Il appelait parfois à voter pour des candidats socialistes à des élections partielles (comme en décembre 1971, dans la Drôme), proposa à Mitterrand un accord de gouvernement, mais la gauche restait ostensiblement sourde à ces appels. Servan-Schreiber, tel un équilibriste, s’efforçait de tendre un pont à la fois vers la gauche et vers la droite9.

  • 10 Lettre d’A. Pinton à J.-J. Servan-Schreiber, 12 novembre 1971 (archives du Centre démocrate).

11La participation au Mouvement réformateur suscita des oppositions au sein du parti. Plusieurs radicaux étaient sceptiques quant aux chances de succès du Mouvement réformateur, considéraient qu’il ne réussirait pas à faire éclater la majorité et à en bâtir une autre, que la majorité gaulliste éclaterait sans doute, mais après une défaite, non avant, bref que le Mouvement réformateur ne pouvait que la sauver du naufrage. S’ajoutait l’hostilité à la personne de Servan-Schreiber, qui n’avait pas été élevé dans le sérail radical, dont les méthodes et les opinions centristes n’étaient pas dans la ligne traditionnelle. Les partisans de l’union de la gauche, notamment ceux qui avaient été élus dans des départements de tradition « de gauche », étaient portés à se rapprocher des socialistes et de l’électorat communiste à qui, pour dix d’entre eux, ils avaient dû leur élection en 1968. On peut en juger par la lettre d’un élu radical, A. Pinton, sénateur du Rhône et ancien ministre, le 12 novembre 197110 : selon lui, la création du Mouvement réformateur, capitulation devant Lecanuet, trahissait le Manifeste radical, suscitait la « stupeur de tant de militants qui se croyaient membres d’un parti de gauche à la vue des singuliers alliés que vous vous apprêtez à leur offrir. Si vous persistez, vous provoqueriez la dissociation de notre parti et aideriez puissamment par la division de l’opposition au maintien du régime actuel ». Les radicaux attachés à « la tradition de la gauche socialiste », s’organisèrent en tendance vigilante après le congrès de Suresnes. En novembre 1971, sept parlementaires radicaux s’apparentèrent au groupe socialiste, puis Fernand Berthouin, Michel Durafour, Robert Fabre, Maurice Faure, Marcel Massot, Antonin Ver et Jacqueline Thome-Patenôtre créèrent un « Groupe d’études et d’action radical-socialiste ». A la base aussi, les radicaux prenaient des directions divergentes : certaines fédérations travaillaient à l’organisation du Mouvement réformateur et soutenaient Servan-Schreiber, comme dans les Deux-Sèvres, tandis que, dans le Nord ou le Tarn, on réclamait une alliance avec les socialistes.

  • 11 Réunion du bureau du « Groupe d’études et d’action radical socialiste », 6 juin 1972.
  • 12 Le président Robert Fabre était assisté d’un vice-président, Henri Caillavet (qui démissionna le 1e (...)

12La scission fut consacrée en juin 1972, quand les minoritaires refusèrent de participer au congrès de Lille (24 et 25 juin 1972)11. Le congrès se termina par une manifestation d’unanimité vis-à-vis de Servan-Schreiber, mais les défenseurs de l’union de la gauche étaient plus nombreux qu’on ne pouvait le supposer. Le renouvellement du parti fut assuré par la présence de délégués jeunes, mordants, partisans de JJSS, clamant leur dégoût des négociations d’état-major. Pendant ce temps, le 26 juin, au siège du PS, une délégation des minoritaires radicaux rencontrait des représentants socialistes et parvenait à un accord électoral. Le 4 octobre 1972, les scissionnistes créèrent le « Mouvement de la gauche radicale socialiste », qui devint, à la suite d’une action en justice de JJSS, le Mouvement des radicaux de gauche12. Par ailleurs, au parti radical, un nouveau secrétaire général fut nommé, Nick Maloumian, un fidèle de Servan-Schreiber.

 

  • 13 Jean-Marcel Jeanneney quitta une UDR où il se sentait mal à l’aise, pour rejoindre le Mouvement réf (...)

13Le parti radical était donc en crise. Les défections se multipliaient, le Mouvement réformateur battait de l’aile (malgré le ralliement de Jean-Marcel Jeanneney, le 2 novembre 1972)13, la courbe des performances des Réformateurs ressemblait à un électroencéphalogramme plat. Le centre, qui avait déjà perdu en 1969 toute sa droite avec Duhamel, Fontanet et Pleven, puis toute sa gauche avec le gros des troupes radicales, n’était plus qu’un désert... où restaient face à face Servan-Schreiber et Lecanuet. Deux hommes que la situation politique contraignait à s’entendre.

14La tornade JJSS, en s’abattant sur le petit monde centriste, bouleversa bien des routines. Alors que Lecanuet ne disposait que de quelques permanents, Servan-Schreiber pouvait compter sur de nombreux collaborateurs, jeunes, impatients et bien payés, menés à la baguette par Nick Maloumian, redoutable publicitaire et impitoyable organisateur. Le Mouvement réformateur était un duo discordant qui, chaque jour, suscitait les sarcasmes des observateurs : à chaque couplet anti-UDR de Servan-Schreiber répondait le refrain anticommuniste de Lecanuet. Les thèses-clefs de Servan-Schreiber (l’Europe, la région et l’utilisation de l’agent public) se heurtaient à l’image de lui-même qu’il s’était involontairement forgée. Son libéralisme économique semblait patronal et de droite ; sa fureur de démystifier (par exemple, dans l’affaire du Concorde) charriait trop de passions pour paraître centriste.

15Les radicaux mettaient de grands espoirs dans les élections législatives de 1973, mais ce fut un échec pour le parti et, plus largement, pour le Mouvement réformateur, qui avait certes recueilli trois millions de voix, mais rien de comparable avec ce que ses responsables espéraient ; surtout, la majorité reconduite n’avait pas besoin de l’appoint des Réformateurs. Les explications de cet échec sont multiples : le Mouvement réformateur fut pris entre les feux croisés de l’UDR et de la gauche, s’utilisant l’une l’autre comme repoussoir et monopolisant une bonne partie des moyens financiers et audiovisuels ; la gauche avait bénéficié de la dynamique suscitée par le programme commun et avait réussi à attirer les mécontents et les forces de changement ; les déclarations de Lecanuet et de Servan-Schreiber étaient contradictoires, l’un prônant en priorité la défaite des communistes, l’autre celle de l’UDR. Dès le lendemain du premier tour, Messmer reçut Lecanuet et, à sa demande, JJSS, beaucoup plus réticent à un accord. Les Réformateurs, arbitres des élections, choisirent la droite contre le programme commun, mais, convaincus que « l’on ne compte que si l’on est indispensable », refusèrent d’entrer au gouvernement, car ils considéraient que ce serait suivre le chemin du CDP, accentuer la bi-polarisation et perdre tout espoir d’arracher les socialistes à leur alliance avec les communistes ; ce serait aussi, dans la perspective de l’élection présidentielle, consacrer l’effacement définitif du Mouvement réformateur en tant que force politique autonome.

  • 14 Les Réformateurs désignèrent deux secrétaires nationaux (dont un radical, Jean-Claude Colli), trois (...)

16Les résultats inégaux des deux partenaires présageaient des relations difficiles : le parti radical était en position de faiblesse par rapport au Centre démocrate, avec seulement six députés : Anne-Marie Fritsch (Moselle), Gabriel Péronnet (Allier), Rock Pidjot (Nouvelle-Calédonie), Francis Sanford (Polynésie française), Edouard Schloesing (Lot-et-Garonne), Jean-Jacques Servan-Schreiber (Meurthe-et-Moselle). Mais, bon gré mal gré, naquit le groupe parlementaire des « réformateurs démocrates sociaux », présidé par Michel Durafour, du Centre républicain, rassemblant 32 élus. Un pas supplémentaire fut franchi en mai 1973 : le Mouvement réformateur se dota de nouvelles structures14 – deux secrétaires nationaux (Jean-Claude Colli pour le parti radical), des délégués nationaux (Jean Bertran), un bureau national (Nick Maloumian, Gabriel Péronnet, Edouard Schloesing, JJSS, Brigitte Gros). Mais l’hypothèse d’une fusion, un temps envisagée, fut repoussée, car les dirigeants centristes tenaient à préserver l’autonomie de leur formation, dans la perspective des négociations à venir. Lecanuet craignait de s’unir trop étroitement à un partenaire turbulent qui suscitait une forte irritation chez le chef de l’Etat. D’autre part, il eût été maladroit d’abandonner aux seuls radicaux de gauche l’étiquette « radicale », étiquette quelque peu dépréciée dans le monde politique, mais qui n’en gardait pas moins une forte valeur symbolique chez les électeurs. De plus, les radicaux, qui espéraient toujours une réunification avec les radicaux de gauche, craignaient qu’une fusion des partis centristes n’ait valeur de rupture, de cassure irréparable.

  • 15 Le Monde, 27 novembre 1973.

17En septembre 1973, Lecanuet et JJSS décidèrent que « le Mouvement réformateur ne serait désormais qu’un organisme de concertation » – la thèse de Lecanuet l’avait emporté. Chacun conservait cette liberté de parole et cette indépendance de comportement qui avaient été à l’origine de la plupart des difficultés. Le Mouvement réformateur n’était donc désormais guère plus qu’une sorte de comité de liaison que l’on maintenait sans trop croire à son utilité, il devenait de plus en plus une référence mythique. Le parti radical n’avait toujours pas de stratégie politique claire ni de méthode pour accéder au pouvoir. On en vit la preuve au congrès de Wagram, du 23 au 25 novembre 1973. L’ensemble des interventions eurent pour thème la personne de Servan-Schreiber et le débat doctrinal fut escamoté. Le débat politique ne retrouva sa réalité qu’avec la vieille querelle radicale : le parti devait-il se situer à la gauche de la majorité ou à la droite de l’opposition ? Certes, Servan-Schreiber fit son autocritique et proposa un rajeunissement du Manifeste radical, mais des problèmes en suspens n’étaient toujours pas réglés (l’organisation des instances dirigeantes du parti, la réforme des statuts et la limitation du nombre des mandats), le parti radical n’avait même pas véritablement étudié les causes de son déclin. Le journaliste du Monde, Noël-Jean Bergeroux, écrivait même que le parti radical avait « seulement évité de disparaître »15. Le secrétaire général, Nick Maloumian, fit même rire ses collègues de la direction en revendiquant 48 000 militants (soit dix fois plus qu’en 1969), alors qu’on parlait, en tribune et dans les couloirs, d’une crise de recrutement et qu’il devait y avoir de 3 500 à 10 000 adhérents « réels ». Nick Maloumian, au cours des deux ans passés au secrétariat général, depuis novembre 1972, avait effectué un énorme travail pour « remonter » les fédérations départementales, mais cet « effort » était considéré généralement comme une emprise de la direction sur la base. Pour apaiser les esprits, il quitta ses fonctions et fut remplacé par Gabriel Péronnet, le 14 décembre 1973.

  • 16 B. Lapperre présenta un texte exposant notamment : « L’échec du Mouvement réformateur est indéniabl (...)
  • 17 Le Monde, 27 novembre 1973.
  • 18 Les groupes de Béziers (autour de Pierre Brousse, maire de Béziers et sénateur de la Gauche démocra (...)

18Plusieurs représentants de l’opposition à Servan-Schreiber et au Mouvement réformateur s’exprimèrent : Bertrand Leperre, président de la fédération du Pas-de-Calais16, Bernard Denojean (Seine-Saint-Denis), Didier Bariani, président de la fédération de Paris... Léon Hovnanian, ancien député, maire de Saint-Gratien (Val-d’Oise), déclara : « A partir du moment où nous étions liés à M. Jean Lecanuet, notre route était fermée à gauche [...]. Ce n’est pas en répétant que nous sommes les plus beaux et les plus forts que nous guérirons le malade. De grâce, ne pratiquons pas la méthode Coué »17. Une opposition s’était développée au sein du parti depuis les élections législatives de 1973, mais elle ne fut pas assez structurée pour renverser le député de Nancy. L’écrasante proportion de fédérations qui lui apportaient leur soutien en était une preuve suffisante. Les opposants politiques avaient quitté le parti, avec les radicaux de gauche, et les opposants personnels étaient partis au fil des mois : Etienne Dailly, vice-président du Sénat, en premier lieu, puis Michel Soulié, vice-président du parti, Naudet, membre du bureau national. Depuis juillet 1972, ce fut une longue suite de démissions de fédérations : en janvier 1974, la Saône-et-Loire, derrière Paul Duraffour et le sénateur Jules Pinsard, puis l’Hérault en février 1974, derrière Pierre Brousse, sénateur-maire de Béziers18.

 

19Le parti radical était dans l’impasse, isolé, rejeté à droite comme à gauche. La porte des socialistes, il ne pouvait pas l’ouvrir, à cause du programme commun ; la porte de la majorité, il ne voulait pas l’ouvrir. Le Mouvement réformateur, réduit à sa plus simple expression par la volonté de Lecanuet, n’était plus viable : sur certaines options, comme la force de frappe, le désaccord était total. Le député de Nancy ne pouvait donc pas utiliser la tribune du Mouvement réformateur pour faire passer ses idées. De plus, au sein du parti, il souffrait d’une crise de crédibilité et certaines fédérations avançaient le nom de Gabriel Péronnet, député de l’Allier, pour le remplacer.

  • 19 Certains avaient posé un ultimatum : la candidature ou le journal ; le réflexe du journaliste joua. (...)
  • 20 On trouvait au parti radical des Réformateurs « maintenus » (les responsables de la fédération du H (...)
  • 21 A gauche, ce ralliement était perçu comme l’aboutissement d’une évolution déjà sensible depuis long (...)
  • 22 Le Monde, 16 mai 1974.

20En mars 1974, le parti radical chercha à lancer un candidat réformateur à la présidence de la République, qui devait être Servan-Schreiber ; une sourde compétition était ainsi engagée avec le Centre démocrate, au sein même du Mouvement réformateur. Servan-Schreiber faisait l’analyse suivante : il n’y avait rien à attendre du côté de la majorité pompidolienne et l’on pouvait tirer un trait sur tout espoir d’infléchissement, alors que Lecanuet se montrait de plus en plus sensible au « dialogue » avec la majorité. Centriste de circonstance, il était tenté par le paradoxe d’être le représentant du centrisme pur et dur dans la compétition présidentielle. Il espérait donner au parti le formidable coup d’amplificateur d’une campagne présidentielle, mais il y avait aussi le risque d’obtenir un résultat médiocre. Il renonça finalement, officiellement à cause de L’Express19. Mais le décès de Georges Pompidou, le 2 avril 1974, contraignit les radicaux à changer de tactique. C’était la fin d’une époque pour le centrisme, qui semblait renoncer à son autonomie, à son surgissement majoritaire dans la vie politique et, pour le moins, à son rôle d’arbitre ; l’incompatibilité d’humeur entre les radicaux et les hommes du Centre démocrate n’y était pas pour rien. La direction du parti ne se prononça pas avant le premier tour, de sorte que les prises de position « sauvages », évidemment divergentes, se multiplièrent dans les fédérations. Le parti était sans existence réelle, puisqu’il n’avait pas de représentant dans la compétition présidentielle ni de favori à soutenir. Il était, selon le mot d’un militant de province, « suspendu dans l’atmosphère ». Comme s’il payait soudainement l’addition de toutes les ambiguïtés qui grevaient sa politique depuis 1969. A lui seul, il était le lieu de rencontre de tous les courants : des Réformateurs « maintenus », des partisans de Mitterrand, de Giscard (surtout à Paris), de Chaban-Delmas20. Entre les deux tours, JJSS soutint Giscard, c’était la conséquence logique de la politique adoptée depuis 1969 : en 1974, il n’allait pas venir en aide à Mitterrand après l’avoir gêné si longtemps en lui disputant les voix du centre-gauche. Le parti radical insistait sur l’importance du programme de Giscard, en particulier en matière fiscale, mais y eut-il négociation entre le président radical et le candidat ? Du côté de Giscard, on affirmait que les deux hommes ne se rencontrèrent pas, on ne faisait allusion qu’à des contacts entre les dirigeants radicaux, notamment Jean-Claude Colli, d’une part, et Poniatowski et d’Ornano d’autre part21. Péronnet (député de l’Allier, secrétaire général du parti) expliquait ainsi ce ralliement à Giscard : « Ceux qui demeurent fidèles à la tradition radicale préfèrent devenir la gauche agissante et exigeante d’une société libérale qu’être condamnés à demeurer la droite impuissante d’une société évoluant fatalement vers le collectivisme. Aux grisailles et aux contraintes de l’étatisme et de la bureaucratie, ils préfèrent les charmes, mêmes imparfaits, de l’humanisme et de la liberté, ces vertus éminemment françaises »22. Le soutien de JJSS à Giscard divisait plus les radicaux qu’il n’inquiétait la gauche. Certains cadres régionaux firent savoir avec tristesse que décidément cela n’était plus leur parti. Après la division du comité directeur (18 voix en faveur de Mitterrand, 70 en faveur de Giscard), il restait peu de chose d’un parti radical dont la seule chance était de retrouver un peu de sa santé en se rapprochant de ce pouvoir auquel il avait participé si longtemps sous d’autres Républiques.

  • 23 Ain, Aisne, Ariège, Alpes-Maritimes, Cher, Creuse, Charente-Maritime, Doubs, Eure, Finistère, Gard, (...)

21Le choix en faveur de Giscard suscita de nouvelles oppositions dans le parti. Claude Catesson, secrétaire général adjoint du parti radical et président de la fédération du Nord, et Léon Hovnanian, ancien député, constituèrent en mai 1974 une tendance favorable à l’union de la gauche, « Combat radical-socialiste », soutenue par plus de trente fédérations23.

22Au début de juin 1974, le parti radical perdit encore, au profit du MRG, les dirigeants du MARS, Mouvement d’action radicale et socialiste (une tendance de gauche au sein de la fédération de paris, créée en octobre 1973) : Michel Porta, Nicolas Coulon...

23Dans le gouvernement Chirac, le parti radical avait deux ministres : JJSS, ministre des réformes, et Gabriel Péronnet, secrétaire d’Etat à la fonction publique. La vieille formation de la place de Valois se félicita du « coup de jeunesse » qui s’annonçait ; on affirmait que déjà les adhésions affluaient. Mais JJSS, qui avait toujours pris position contre les essais atomiques, protesta contre l’annonce par le président d’une campagne de tirs atomiques ; ayant violé la règle de la solidarité ministérielle, il fut aussitôt limogé, le 9 juin : il n’avait été ministre que douze jours. Un membre du comité directeur définit ainsi le nouveau rôle du parti : « Le ministère des réformes, ce doit être désormais le parti radical tout entier ».

  • 24 Le Monde, 23 octobre 1974.
  • 25 Lecanuet ne s’était jamais montré aussi attaché au Mouvement (cf. conseil politique du Centre démoc (...)

24Un projet de nouveau parti radical prit forme, par un rapprochement avec le Centre républicain. Le 30 septembre 1974, JJSS et quatre ministres, Françoise Giroud, Michel Durafour, André Rossi et Gabriel Péronnet, annoncèrent la création du « parti radical socialiste et réformateur ». Il y avait en arrière-plan une opération personnelle : JJSS, qui selon les statuts ne pouvait plus présider le parti à partir de 1975, préféra créer une nouvelle structure, à partir de ce qui restait d’un veux parti et d’une formation généralement fort discrète, mais avec une ambition précise : réunir tous ceux qu’attirait une gauche réformatrice, être la « gauche du réel »24. Il s’agissait aussi d’une riposte au rapprochement du Centre démocrate et des républicains indépendants : Lecanuet voyait dans le Mouvement réformateur le grand espoir du courant centriste qui réunirait Centre démocrate, CDP et radicaux, coalisés avec les RI face à l’UDR25. JJSS refusait d’entrer dans ce jeu, car il craignait de se voir absorbé et car la base du parti aspirait à incarner le centre-gauche : il espérait attirer à lui des radicaux partis du côté de l’union de la gauche, ou même des éléments de gauche hostiles au programme commun – comme Françoise Giroud, qui avait voté pour Mitterrand en mai 1974. Les radicaux cherchaient ainsi à accaparer pour eux seuls l’étiquette « réformateur ». JJSS concevait, comme Lecanuet, une majorité à trois pieds, mais pas la même : l’UDR, les centristes (RI et Centre démocrate) et les Réformateurs, c’est-à-dire les radicaux. JJSS déclara : « Le Mouvement réformateur était le mouvement d’une époque. Cette époque est révolue. Il devient le parti réformateur. Lecanuet et Poniatowski de leur côté ont constitué leur propre mouvement ». (Le Figaro, 1er octobre 1974). Il signait ainsi l’arrêt de mort du Mouvement réformateur.

 

25Le bilan du Mouvement réformateur était négatif, en lui-même et pour le parti radical : le parti radical s’affaiblit dans le Mouvement réformateur, il n’augmenta pas son audience, ne réussit pas à mordre sur les socialistes.

26Le Mouvement réformateur n’eut pas de puissance par lui-même, l’effet de la dynamique unitaire fut faible. Il n’avait pas de chef capable de fédérer le mouvement, mais deux leaders, c’est-à-dire un de trop. Des querelles de personnes, des tiraillements internes, notamment entre Servan-Schreiber et Lecanuet, émaillèrent la vie du Mouvement réformateur : leurs prises de position contradictoires ôtaient toute crédibilité au Mouvement, ils ne choisirent qu’occasionnellement la même tactique et pratiquement jamais la même stratégie. La modération de Lecanuet s’accommodait mal des initiatives tapageuses et des déclarations fracassantes de Servan-Schreiber. On ironisait sur les « virtuoses du trapèze et de Paganinis de la girouette », comme Alain Peyrefitte.

27Les organes dirigeants constituaient aussi un problème : le Bureau n’était qu’une ombre, les membres les plus importants étaient rarement présents, les Secrétaires nationaux (Jean-Claude Colli et Jacques Pelletier) n’avaient aucun pouvoir, le pouvoir résidait dans le comité directeur. Seul le groupe parlementaire fonctionna véritablement, parvenant le plus souvent à adopter des positions unanimes lors des débats décisifs, cette activité du groupe fit d’ailleurs apparaître, à côté de Servan-Schreiber et de Lecanuet, une sorte de « troisième force » au sein du Mouvement : celle des députés, en particulier Michel Durafour.

28Les membres du Mouvement réformateur étaient également opposés par une origine politique différente (radicaux et démocrates-chrétiens avaient été parfois des adversaires) et par des options divergentes (les élus réagissaient en fonction de leur origine politique et de leur électorat propre). Pour les radicaux, l’ennemi prioritaire était « l’Etat-UDR », mais pour le Centre démocrate, c’était le PC. Les Réformateurs subirent surtout les effets d’un système majoritaire qui les condamnait : le jeu politique était organisé entre deux puissants aimants, la majorité gaulliste et la gauche unie, et les Réformateurs, qui résistaient à ces attirances, tombaient dans le vide. La troisième force n’était plus qu’un groupuscule, alors que JJSS disait avec superbe : « La troisième force ? Non, la première. » C’était l’échec des Réformateurs dans une France parvenue au comble de la bipolarisation.

  • 26 Françoise Giroud, qui en mai 1974 avait soutenu Mitterrand, comparait désormais les propos de ses a (...)

29Le parti radical, après l’envolée suite à l’arrivée de JJSS, sorte d’homme providentiel, et à l’entrée massive de militants, retomba ensuite dans une morne somnolence. La magie qu’exerçait JJSS fut oubliée : la défaite de Bordeaux, la scission de 1972, l’échec aux élections législatives de 1973, les perpétuels désaccords avec Lecanuet, le ralliement tardif à Giscard, le renvoi du gouvernement en juin 1974, effacèrent les traces laissées par les premiers succès. JJSS et ses fidèles avaient voulu faire du parti radical un tremplin et un outil pour gouverner. Mais, au fur et à mesure qu’ils y introduisaient des techniciens et des hauts fonctionnaires chargés d’élaborer des dossiers pour les ministres ou futurs ministres du parti, les animateurs locaux s’en allaient, car eux attendaient du parti radical qu’il restât une machine électorale. Servan-Schreiber voulait imposer aux radicaux une seule tactique, une discipline collective à laquelle ils n’étaient guère habitués. En 1974, c’était un curieux dilemme que celui du néo-radicalisme : ne se voulant pas à droite, il ne se reconnaissait pas entièrement dans la majorité dont il était alors partie prenante ; n’étant plus à gauche et participant au gouvernement, il n’entendait déjà plus la voix de l’opposition26. Le parti radical survivait grâce à une étiquette-symbole et au grand rêve des retrouvailles de toute la famille radicale. Bref, beaucoup de souvenirs, mais quel avenir ?

Notes

1 L’Année politique 1971, PUF, 1972, p. 91.

2 A l’initiative d’Edouard Bonnefous (sénateur de la Gauche démocratique, ancien ministre), de Jean Lecanuet (sénateur), de Pierre Marcilhacy (sénateur non inscrit), d’André Armengaud (sénateur indépendant), cet intergroupe avait pour but de mettre au point des attitudes communes entre les centristes, d’étudier les principaux projets et propositions de loi. Il regroupait notamment plusieurs députés PDM : Michel Durafour (maire de Saint-Etienne), Jacques Médecin (maire de Nice), Paul Stehlin, Pierre Sudreau (ancien ministre)...

3 Pourquoi Réformateur ? « Parce que la “Réforme” permet de dépasser deux attitudes néfastes ; d’un côté, l’attitude conservatrice et l’inertie de la majorité ; de l’autre, l’étatisme menaçant et ruineux de l’alliance socialo-communiste ». (tract du Mouvement réformateur aux élections législatives de 1973, archives du Centre démocrate). En somme, la réforme était, par excellence, centriste : ni à droite ni à gauche, mais entre les deux.

4 Le Centre républicain était issu d’une scission du parti radical, en 1956, lorsque les amis d’André Morice quittèrent le parti de Pierre Mendès France à cause de la politique algérienne.

5 Les deux partis qui formaient un petit cartel avec le Centre républicain et le PSD, à savoir Progrès et liberté de Jacques Soustelle et le Parti libéral européen de Jean-Paul David, n’avaient pas été invités à la réunion de Saint-Germain-en-Laye, par la volonté de Pierre Abelin.

6 « Texte de la déclaration commune adopté à la réunion de Saint-Germain-en-Laye le 3 novembre 1971 » (archives du Centre démocrate).

7 Le Bureau national, chargé d’assurer l’animation et la coordination du Mouvement, était complété par une Commission exécutive. Les tâches de direction et d’administration effectives du Mouvement étaient confiées à une Commission d’organisation de dix-huit membres, dont sept radicaux : Jean Bertran, Georges Bonnet, Nick Maloumian, Jacqueline Nebout, Michel Soulié, Naudet, Laget. Pour les adhésions individuelles des réformateurs qui n’étaient pas membres d’un parti, fut constitué un « Cercle des Réformateurs », auquel les adhésions étaient contrôlées de près.

8 Jean-Claude Colli, non parlementaire, était un des proches collaborateurs de Servan-Schreiber depuis plusieurs années et avait participé à l’élaboration du manifeste radical.

9 « Etonnant funambule, JJSS croit tenir dans ses deux mains les deux bouts de la corde sur laquelle il prétend marcher. D’un côté, courant jusque dans le camp majoritaire, elle tente d’enlacer Edgar Faure et quelques autres “hommes de progrès”. De l’autre, elle rampe vers François Mitterrand, assez souple pour que celui-ci puisse négocier – c’est son rôle – avec les communistes, assez courte pour qu’il n’aille pas trop loin ». (André Chambraud, « A quoi servent les Réformateurs », Le Point, no 21, 12 février 1973).

10 Lettre d’A. Pinton à J.-J. Servan-Schreiber, 12 novembre 1971 (archives du Centre démocrate).

11 Réunion du bureau du « Groupe d’études et d’action radical socialiste », 6 juin 1972.

12 Le président Robert Fabre était assisté d’un vice-président, Henri Caillavet (qui démissionna le 1er septembre 1975). Les radicaux de gauche comptaient treize députés : Marcel Massot (Alpes-de-Haute-Provence), Robert Fabre (Aveyron), Michel Crépeau (Charente-Maritime), Jean Zuccarelli (Corse), Alfonsi (Corse), Charles (Côte-d’Or), Georges Bonnet (Dordogne), Fernand Berthouin (Indre-et-Loire), Maurice Faure (Lot), Abadie (Hautes-Pyrénées), Paul Duraffour (Saône-et-Loire), Antonin Ver (Tarn-et-Garonne), Jacqueline Thome-Patenôtre (Yvelines). Ils comptaient également 16 sénateurs : Billiemaz (Ain), Didier (Hautes-Alpes), Moinet (Charente-Maritime), Verneuil (Charente-Maritime), Jean Filippi (Corse), Giacobbi (Corse), Pierre Brousse (Hérault), Constant (Lot), Bordeneuve (Lot-et-Garonne), René Billères (Hautes-Pyrénées), Pams (Pyrénées-Orientales), Pinton (Rhône), Jules Pinsard (Saône-et-Loire), Brives (Tarn) et Laplace (Tarn-et-Garonne).

13 Jean-Marcel Jeanneney quitta une UDR où il se sentait mal à l’aise, pour rejoindre le Mouvement réformateur, afin de s’opposer au conservatisme de l’actuelle majorité avec laquelle il avait déjà rompu, en particulier le conservatisme de Giscard. Il adhéra davantage à des idées politiques du Mouvement réformateur (construction européenne, pouvoir régional, interprétation plus parlementaire de la Constitution), qu’à ses leaders, déclarant même que Lecanuet et Servan-Schreiber constituaient pour lui « un obstacle psychologique plus qu’un attrait. Et, à certains égards, un handicap électoral ». L’on peut penser qu’il en fut de même pour beaucoup de candidats ou suppléants qui se présentèrent aux élections sous le signe réformateur : ils demandèrent l’investiture, parfois en dépit des deux « envahissants » leaders, mais surtout par refus de la bipolarisation et par adhésion aux principes du Mouvement. Le ralliement de Jeanneney provoqua quelques remous, les gaullistes ne trouvant pas de mots assez forts pour dénoncer ce reniement et cette désertion.

14 Les Réformateurs désignèrent deux secrétaires nationaux (dont un radical, Jean-Claude Colli), trois délégués nationaux (le radical était le vosgien Jean Bertran, chargé de la structuration départementale et de l’implantation régionale du Mouvement réformateur) et un bureau national (de dix-sept membres, dont cinq pour le parti radical : Nick Maloumian, Gabriel Péronnet, Edouard Schloesing, Jean-Jacques Servan-Schreiber, Brigitte Gros). Jean Bertran était déjà, depuis la rentrée dernière, délégué national de facto, c’était lui qui s’était penché sur la structuration du Mouvement. Un comité directeur fut également créé, d’une centaine de membres : les parlementaires, les membres du bureau national et les membres des bureaux (ou instances exécutives équivalentes) de chaque formation ; son rôle était de fixer l’orientation politique du Mouvement réformateur.

15 Le Monde, 27 novembre 1973.

16 B. Lapperre présenta un texte exposant notamment : « L’échec du Mouvement réformateur est indéniable [...]. Les divergences doctrinales et humanistes existant entre les deux familles principales qui le composent suffisent à expliquer qu’il en soit ainsi [...]. La direction du parti radical doit tirer les conséquences des erreurs et des échecs de sa stratégie politique » (Le Monde, 25-26 novembre 1973).

17 Le Monde, 27 novembre 1973.

18 Les groupes de Béziers (autour de Pierre Brousse, maire de Béziers et sénateur de la Gauche démocratique) et de Mèze (autour d’Yves Pietrasanta, conseiller général) s’opposèrent aux groupes de Montpellier (derrière Paul Bernard et Gabriel Calmels, conseillers généraux, Pierre Vailhé, candidat du Mouvement réformateur en mars 1973, Jean Zuccarelli, ancien maire de Montpellier). Brousse avait souvent manifesté ses réserves vis-à-vis de JJSS, mais n’avait pas rejoint les radicaux de gauche, car il conservait l’espoir de réunifier la famille radicale.

19 Certains avaient posé un ultimatum : la candidature ou le journal ; le réflexe du journaliste joua. Servan-Schreiber préféra assumer le rôle de l’« écrivain public », du témoin de l’évolution de la campagne.

20 On trouvait au parti radical des Réformateurs « maintenus » (les responsables de la fédération du Haut-Rhin, qui se déclara en faveur d’Emile Muller, ainsi qu’une bonne part de ceux qui, au comité directeur du 12 avril 1974, demandèrent à JJSS d’être le candidat du Mouvement réformateur), des partisans de Mitterrand (en grand nombre : ils pouvaient représenter plus de 50 % des mandats au sein du comité directeur, en particulier dans les fédérations du Nord, du Var, des Bouches-du-Rhône, du Val-d’Oise ou de la Saône-et-Loire, dans la fédération régionale de Bretagne aussi, présidée par Gilles Paillas), des giscardiens, surtout à Paris (les vice-présidents de la fédération de Paris, Yves Galland et Philippe Jaeger, car c’est avec l’alliance des giscardiens, en particulier de Dominati, que les radicaux parisiens espéraient entrer au Conseil de Paris. Il y avait aussi le président de la fédération de Bourgogne-Franche-Comté, Potier, et Edouard Schloesing, député de Lot-et-Garonne), des partisans de Chaban-Delmas (cet ancien radical avait une image sociale qui plaisait à nombre de Valoisiens, notamment dans la région Aquitaine et dans les fédérations du Sud-Ouest).

21 A gauche, ce ralliement était perçu comme l’aboutissement d’une évolution déjà sensible depuis longtemps : Mitterrand, Fillioud (JJSS « a choisi le pouvoir de l’argent ») ou Mauroy semblaient n’accorder que peu d’importance à l’impact électoral de ce ralliement ; Maurice Faure était encore plus cruel lorsqu’il affirmait que « désormais, 90 % des forces radicales organisées ont rejoint le Mouvement des radicaux de gauche » et que JJSS venait de « s’exclure définitivement » de la famille radicale.

22 Le Monde, 16 mai 1974.

23 Ain, Aisne, Ariège, Alpes-Maritimes, Cher, Creuse, Charente-Maritime, Doubs, Eure, Finistère, Gard, Hérault, Ille-et-Vilaine, Indre, Isère, Landes, Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Mayenne, Morbihan, Moselle, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Saône-et-Loire, Deux-Sèvres, Somme, Tarn, Vendée, Val-de-Marne, Val-d’Oise. Figuraient en particulier les vingt-cinq fédérations radicales qui avaient appelé à voter pour Mitterrand : Charente-Maritime, Gard, Nord, Saône-et-Loire, Val-de-Marne, Val-d’Oise...

24 Le Monde, 23 octobre 1974.

25 Lecanuet ne s’était jamais montré aussi attaché au Mouvement (cf. conseil politique du Centre démocrate, 19 et 20 octobre 1974) : c’était donc un singulier retour des choses. C’est que l’actuelle faiblesse du parti radical lui permettait de ne pas craindre pour son leadership ; mais il s’agissait surtout du renforcement de son propre poids au sein de cette majorité et face à Poniatowski. Aussi proposait-il d’associer les radicaux à ses travaux avec les giscardiens en vue de l’élaboration d’un projet de société, comme s’il n’avait pas entendu JJSS déclarer : « L’époque du Mouvement réformateur est révolue ». L’intention de JJSS était en fait de se démarquer nettement, d’emporter avec lui une bonne part de l’image progressiste. C’est précisément ce à quoi Lecanuet s’opposait : il entendait apparaître comme le chef de file de la principale force politique, appuyant l’action réformiste du président de la République : dans une relance du Mouvement réformateur résidait sans doute la seule possibilité pour le Centre démocrate de ne pas être tiré à droite par son accord avec les giscardiens et de se situer au centre-gauche. Ce fameux centre-gauche, objet de tant de convoitises et où les places risquaient d’être chères.

26 Françoise Giroud, qui en mai 1974 avait soutenu Mitterrand, comparait désormais les propos de ses anciens amis de gauche au « bourdonnement de frelons dogmatiques » (Le Monde, 28 janvier 1975).

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search