Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 11. Gaston Monnerville, les radicaux et la Ve république. L’incompatibilité de deux visions de la république

Jean-Paul Brunet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La personnalité de Gaston Monnerville, qui préside l’assemblée du Luxembourg depuis 1947, semble assez représentative du milieu radical sous la IVe et au début de la Ve République1. Il est une figure de proue du parti, mais ses hautes fonctions l’obligent à une certaine réserve. Dans les années 1955-1957, son nom apparaît comme celui d’un modérateur entre les deux tendances antagonistes qui se sont cristallisées, les rénovateurs groupés autour de Pierre Mendès France, et le vieil appareil de la place de Valois tenu par Martinaud-Deplat. Incarnant la pérennité des valeurs du radicalisme, il exerce chez les radicaux une sorte de magistrature d’influence et les militants, par ailleurs charmés par sa simplicité et son caractère avenant, vouent une véritable vénération à celui qui leur apparaît comme un sage de la République. Au cours des premières années de la Ve République, les positions, parfois très tranchées, de Gaston Monnerville seront, à de rares exceptions près, suivies sans rés...

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search