Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 10. Le radicalisme, victime de la Ve république ?

Didier Maus

Texte intégral

1Alors que le radicalisme symbolise aux yeux de beaucoup, Français et étrangers, la tradition républicaine des IIIe et IVe Républiques, force est de constater qu’il évoque plus, à l’aube du XXIe siècle, la grandeur d’hier que les espoirs de demain. En même temps, chacun est frappé tout à la fois par la persistance des idées radicales et la valorisation des mots forgés à partir de cette identité politique. Les polémiques judiciaires relatives à la dénomination des formations radicales en témoignent. Je me souviens même d’un dirigeant du RPR expliquant devant une assemblée radicale que « RPR = Rassemblement pour le radicalisme ». Si l’image fait partie du Panthéon collectif, la force politique s’est constamment étiolée depuis 1958. Le signe le plus visible en est l’absence d’un Premier ministre issu des rangs du radicalisme. Ce courant politique, dont la vocation première depuis les années 1880 était de générer des hommes de consensus susceptibles de diriger les affaires du pays, n’a pas réussi à devenir une force politique majeure de la Ve République. Que l’on prenne le nombre des députés et des sénateurs, les résultats des élections présidentielles, la composition des gouvernements, le constat demeure celui d’un lent déclin. Le Parti républicain radical et radical-socialiste, le parti historique, est même la seule formation politique à avoir subi une véritable scission à cause de la Ve République. La rupture des 24/25 juin 1972 découle en ligne droite des nouvelles contraintes politiques et institutionnelles.

Le constat d’un déclin

2L’analyste, même « engagé », doit s’interroger : pourquoi le radicalisme a-t-il si mal supporté l’avènement et la persistance de la Ve République ?

3D’un simple point de vue quantitatif, la représentation parlementaire s’est affaiblie de manière constante. Il est d’ailleurs devenu impossible d’identifier le vote radical ou les élus radicaux car, depuis 1958, ils ont toujours fait alliance avec d’autres forces politiques, à gauche jusqu’en 1972, à gauche et à droite depuis la scission. En faisant quelques efforts, on retrouve une rubrique « Radicaux » pour les élections législatives de 1958 avec 7,3 % des suffrages exprimés (contre 11,3 % en 1956), puis une rubrique « Radicaux Centre gauche » avec 7,78 % en 1962. Depuis lors, les voix radicales sont pour l’essentiel à rechercher derrière l’étiquette FGDS en 1967 et 1968, puis éparpillées à gauche, au centre ou dans les coalitions du centre et de la droite (depuis 1981).

4Le recensement des élus ne s’avère guère plus aisé. Les députés radicaux, d’après Jacques Chapsal, reviennent à 23 en novembre 1958 ; ils sont éparpillés. En 1962, ils siègent au sein du Rassemblement démocratique, théoriquement au nombre de 26. A partir de 1967, ils sont membres ou apparentés de la FGDS avant, en 1973, de se répartir entre les groupes dominés, d’un côté, par le Parti socialiste et, de l’autre, par les Réformateurs, puis l’UDF et, enfin, l’UMP en 2002. Même en faisant masse des radicaux de gauche et de droite, leur nombre ne dépasse guère la vingtaine. Au gré des alternances, les députés radicaux s’équilibrent, parvenant, grâce à leur héritage historique, à conserver un ou plusieurs portefeuilles ministériels, avec un quasi automatisme pour le président des radicaux de gauche ou des valoisiens.

5Au Sénat, le déclin régulier du groupe de la Gauche démocratique, devenu Groupe du Rassemblement démocratique et européen à la fin des années 1980, traduit également le même phénomène. Heureusement, une habile politique personnelle permettra de conserver au sein de ce groupe des sénateurs de la majorité et de l’opposition, avec, à partir de la scission de 1972, une majorité de sénateurs du centre et de la droite. Néanmoins le groupe ne parviendra pas à rassembler tous les sénateurs radicaux puisque certains d’entre eux siègent à l’Union centriste et, depuis 2003, à l’UMP.

6Les deux seules candidatures présidentielles issues du radicalisme ne portent guère à l’enthousiasme : Michel Crépeau, en 1981, rassemble 2,2 % des suffrages exprimés tandis que Christiane Taubira, radicale toute récente, obtient 2,32 % en 2002. A priori, ces scores ne concernent que des votes radicaux de gauche puisqu’à chaque élection présidentielle, les responsables du parti valoisien ont appelé à voter pour l’un des candidats de la droite ou du centre. Le seul leader radical qui aurait pu percer dans l’opinion, Jean-Jacques Servan-Schreiber au tournant des années 1970, s’est rallié sans difficulté à la volonté réformatrice de Valéry Giscard d’Estaing en 1974, battant ensuite un record de brièveté dans les fonctions de ministre des réformes en ne les conservant que du 27 mai au 9 juin 1974.

7Quel que soit l’angle de vue adopté, la nostalgie ne peut que s’exprimer : le radicalisme n’a jamais, depuis 1958, joué un rôle central. Son apport, toujours marginal, aux majorités successives lui a permis de survivre plus que de vivre. Réceptacle de brillantes personnalités, souvent controversées, il n’a pas réussi à retrouver un véritable espace politique. Ce constat peut déboucher sur deux tentatives d’explications : l’une purement institutionnelle, l’autre plus sociologique.

Les raisons d’un déclin

8Dès 1958, les radicaux se trouvent confrontés à des choix difficiles. Ils n’aiment pas la Constitution de 1958 ; elle est trop a-parlementaire, pour ne pas dire anti-parlementaire. Même si le parti officiel, très divisé, vote « oui » le 28 septembre 1958, celui qui symbolise l’espoir radical, Pierre Mendès France, fait activement campagne pour le « non » et retrouve au sein de l’Union des forces démocratiques les opposants les plus résolus, dont François Mitterrand, à la naissance de la Ve République, en tout cas telle qu’elle se met en place sous l’impulsion du général de Gaulle. La République moderne, en 1966, demeure l’emblème de ce constant refus. Le rôle des radicaux à l’automne 1962, et en premier lieu de Gaston Monnerville, président du Sénat, ne peut que creuser encore un peu plus le fossé entre le radicalisme et les logiques de la Ve République. La République présidentielle ne peut intégrer la République radicale. Au fond d’eux-mêmes, les radicaux se méfient de cette volonté de constituer des forces politiques ou des rassemblements électoraux à vocation majoritaire. Cela se rapproche trop d’un comportement hiérarchique et discipliné si éloigné des comités radicaux traditionnels.

9A partir de 1962-1965, l’irruption de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct sonne le glas des espoirs radicaux. Pour pouvoir figurer dans les acteurs de premier rang, il faut peser au moins 20 % ; pour pouvoir faire partie du second peloton, un score d’environ 10 %, réel ou potentiel, s’avère indispensable. A aucun moment le vent du radicalisme n’a poussé dans ce sens. En 1965, lors de la première élection, ni Pierre Mendès France, ni Maurice Faure n’ont voulu affronter le général de Gaulle, laissant ainsi une place de choix à François Mitterrand et lui permettant d’occuper pendant trente ans le rôle de numéro un de la Gauche non communiste.

10L’analyse des programmes radicaux, de gauche comme de droite, montre l’extraordinaire difficulté à assimiler la nouvelle culture institutionnelle, même si, coalition obligeant, il faut se ranger derrière un candidat présidentiable pour assurer la pérennité du fonds de commerce. Il faut accepter cette machine de plus en plus bipolaire de la Ve République. Lorsque la question de confiance est posée, en 1972, à moins d’un an des élections législatives, le parti se coupe en deux, au nom non pas du présent, mais des contraintes du lendemain. Sans l’épopée Mitterrand, il n’y aurait pas eu de Programme commun de gouvernement ; sans le programme commun et l’alliance avec le Parti communiste, il n’y aurait pas eu la scission du Parti radical. Ensuite, malgré beaucoup d’efforts individuels et, parfois collectifs, le sort en fut jeté. Le gaullisme constitutionnel a engendré la fin de l’autonomie radicale.

11Peut-être des analyses plus avertis de la vision longue de l’histoire mettront-ils en avant des causes plus sociologiques, c’est-à-dire purement et simplement la fin de la France radicale. Il sera facile de constater que c’est avec les débuts de la Ve République, au milieu des Trente glorieuses, que la France devient majoritairement urbaine, que les grandes surfaces laminent le petit commerce, que la massification du système scolaire entraîne la disparition du certificat d’études primaires et que la télévision devient le premier instrument de la communication politique. Tout cela est vrai. La France a changé. Peut-être aussi le programme radical a-t-il épuisé ses effets, y compris avec la loi de pacification scolaire de Michel Debré en 1959. A aucun moment l’Europe, grande cause commune aux radicaux, aux chrétiens-démocrates et aux socialistes, ne parvient à constituer un pôle d’identification doctrinale. Sans doute sera-t-il un jour intéressant d’expliquer l’affaiblissement du radicalisme par les mutations de la population et du territoire, comme trente ans plus tard on expliquera la quasi disparition du communisme par les transformations de la condition ouvrière et la chute du Mur de Berlin. Il est remarquable que la France des instituteurs soit, à partir du Congrès d’Épinay en 1971, identifiée au Parti socialiste et non plus au courant politique pour qui « la laïque » constituait un véritable credo. Les démarches regroupées autour de la Deuxième Gauche conduisent vers le PSU, puis vers Michel Rocard, jamais vers le Parti radical, Maurice Faure, Jean-Jacques Servan-Schreiber, Edgar Faure, ou Bernard Tapie, pour ce dernier heureusement.

 

12Le Parti radical fut absent de tous les grands combats politiques des premières décennies de la Ve République. Trop atlantique pour s’intéresser au Vietnam, trop modéré pour comprendre Mai 68, trop libéral pour accepter les nationalisations, trop laïque pour défendre l’école privée, trop institutionnel pour intégrer les idées hors système, trop machiste pour s’intéresser au féminisme, il ne parviendra plus à incarner un message simple et à faire rêver. La France des banlieues n’est plus celle des cantons. On peut le regretter. En politique, verser des larmes et se glorifier du passé ne sert, malheureusement, à rien. Seul l’appel vers des jours meilleurs peut servir à faire bouger un électorat de plus en plus conscient de ce qu’est le marché politique.

13Que reste-t-il du radicalisme ? 150 ans d’une très belle histoire au service des citoyens et de la raison, de la République et de la liberté. L’idée radicale, pour reprendre la thèse du maître livre de Claude Nicolet, se niche au fond de chaque femme et de chaque homme. Elle ne peut que persister et s’épanouir. Les forces politiques, même si elles durent un peu plus que les roses, finissent par se faner. Elles peuvent alors, comme les fleurs, devenir des bouquets éternels.

Auteur

Conseiller d’Etat, Professeur associé à l’Université de Paris-I

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540