Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 9. L’expérience mendésiste

Jean-Louis Rizzo

Texte intégral

1Pierre Mendès France est resté membre du parti radical durant 36 années de 1923 à 1959. C’est au sein de cette formation politique qu’il a effectué la partie la plus importante de sa vie publique, depuis la première élection comme député de l’Eure en 1932 jusqu’à la présidence du conseil en 1954. Cette longue fidélité au parti radical doit sans doute beaucoup au pragmatisme et au réalisme mendésien, mais elle reflète aussi l’attachement aux idéaux et valeurs portés par cette formation politique.

2Toutefois, jusqu’en 1955, Mendès France n’occupe jamais de responsabilité importante dans la direction du parti. Son passage à la présidence du conseil se déroule totalement en dehors de la volonté de la place de Valois et nous savons que son parti ne fut pas, loin s’en faut, le meilleur soutien du ministère.

3Pourtant, entre mai 1955 et mai 1957, Mendès France devient de fait le chef de file des radicaux pour entreprendre une tentative de modernisation de la plus vieille formation politique du pays. Tel est le cadre de l’expérience mendésiste, laquelle a suscité en son temps de grandes espérances (au sein du parti comme à l’extérieur) avant de sombrer dans un échec dont le parti sortira meurtri.

4Nous étudierons donc la rencontre d’un homme et d’un parti en 1954-1955, puis la réelle dynamique de la rénovation avant d’insister sur les conditions de l’échec.

Un homme et un parti

Mendès France : un radical de gauche

5Mendès France est un authentique radical, même si certains par la suite tenteront de démontrer le contraire : radical par ses références culturelles et historiques (Rousseau et le Contrat social, la Révolution française, Condorcet), radical par son rationalisme démocratique, par un attachement viscéral au régime parlementaire, par la défense de la laïcité et par sa conviction que le cadre général de l’économie de marché doit être tempéré par les réformes sociales et l’intervention de l’Etat. Avant guerre, il a appartenu à l’aile gauche du courant des Jeunes-turcs, puis soutenu l’expérience du Front populaire. Il se situe donc dans la tradition du radicalisme de gauche (à l’image d’un Jean Zay par exemple), mais il ne suit pas la scission progressiste de 1946, reste fidèle à la Place de Valois, tout en critiquant naturellement l’orientation politique générale du parti. Au début des années 1950, Mendès France apparaît isolé au sein du parti, mais il n’hésite pas, en mai 1954, lors du premier dîner anniversaire de l’Express, à exhorter les jeunes à rejoindre le parti radical pour le dynamiser et le rénover. L’arrivée à la présidence du conseil devait différer d’un an l’entreprise envisagée.

Un courant de radicaux mendésistes

6Après 1950 commence à s’affirmer dans certains milieux un courant mendésiste dont nous connaissons les moments forts : les positions du député de l’Eure sur le conflit indochinois, l’espoir suscité par le discours de l’investiture manquée en juin 1953, l’efficacité du passage à la présidence du conseil à partir de juin 1954. Ce mendésisme est essentiellement un phénomène externe, exogène au parti radical, mais la place de Valois se trouve concernée par le mouvement à trois titres :

7Le club des jacobins, tout d’abord, fondé et présidé depuis 1951 par le responsable des Jeunesses radicales du Rhône, Charles Hernu. Ce club n’est pas entièrement composé de radicaux, mais ces derniers en constituent néanmoins l’ossature. Le 5 juin 1953, au lendemain du premier discours d’investiture, Charles Hernu écrit un éditorial dans le journal du club pour définir tout ce qui rapproche Mendès et les jacobins ; il évoque notamment l’appel à la jeunesse ainsi que la volonté d’une nouvelle donne politique, transcendant les partis du moment pour mettre en place une politique plus démocratique.

8Un mouvement mendésiste se développe aussi au sein des Jeunesses radicales, surtout en 1954 avec l’engouement suscité par le passage au gouvernement. Les jeunes radicaux dénoncent avec force le lobby colonial très puissant au sein du parti et qui combat les orientations du cabinet Mendès France.

9Enfin, un troisième mouvement est perceptible au sein de petites fédérations radicales, fédérations sans élus et avec peu de militants, donc assez libres de leurs propos parce que non prisonnières d’accords électoraux. Cette « piétaille du parti » soutient en 1954 la politique du président du conseil et n’hésite pas à critiquer sévèrement la direction néo-radicale du parti.

Alliance des radicaux mendésistes et des orthodoxes

10Jacobins, jeunes, fédérations modestes, tout cela ne permet pas de constituer une majorité au sein du parti. Mais, à partir de l’automne 1954, Mendès France commence à rallier autour de sa personne les gros bataillons du radicalisme orthodoxe : les fédérations du Sud-Ouest autour de Jean Baylet et de René Billères, celles de la fédération régionale du Nord-Est avec André Maroselli, celles enfin du sillon Rhodanien avec les fédérations des deux Edouard, le Rhône d’Herriot et le Vaucluse de Daladier. Ne nions pas le côté tactique de ce ralliement avec des radicaux qui espèrent profiter de la popularité de Mendès France, du large courant d’opinion qui s’est développé dans le pays. Mais le mouvement de contestation du néo-radicalisme était perceptible chez les orthodoxes bien avant le passage de Mendès au pouvoir, en fait depuis le congrès d’Aix les Bains à l’automne 1953. Ces radicaux orthodoxes déplorent l’atonie de la vie interne et reprochent aux néo-radicaux d’avoir trop concédé aux partis du centre-droit, de s’être finalement éloigné du point d’équilibre traditionnel des radicaux. Lorsque Mendès France est au pouvoir, les radicaux orthodoxes s’indignent des attaques ouvertes ou feutrées de certains radicaux contre le président du Conseil, accusé tour à tour de brader l’Empire après le discours de Carthage et au moment du premier plan de réformes pour l’Algérie, de trahir la CED après le vote fatidique du 30 août, d’établir le « dirigisme » après le vote des pouvoirs spéciaux en matière économique le 10 août Le paroxysme est atteint le 5 février 1955 lorsque le gouvernement Mendès France se trouve renversé avec le concours du vote hostile d’une vingtaine de radicaux conduits par René Mayer, lequel n’a pas ménagé le président du conseil lors du débat sur l’Afrique du Nord en clamant notamment à son adresse « je ne sais pas où vous allez ».

11L’attitude des néo-radicaux lors du vote du 5 février est sévèrement critiquée par la commission de politique générale du parti (Maroselli en est le président) et par La Dépêche du Midi, organe presque officiel du radicalisme du Sud-Ouest. Cette contestation bénéficie rapidement du soutien d’Herriot, ce qui contraint la président administratif du parti, Martinaud-Déplat, à ne plus refuser la demande de congrès extraordinaire réclamée par les mendésistes et les orthodoxes. Convoqué pour le 4 mai à la salle Wagram, ce congrès doit normalement se borner à l’examen de la tactique du parti, au moment où le radical Edgar Faure gouverne avec un ministère de centre-droit. En fait, à l’ouverture du congrès, l’assemblée des présidents et secrétaires généraux de fédérations, qui a le droit de modifier l’ordre du jour du congrès, décide l’inscription de la discussion sur une motion de la fédération du Rhône exigeant le remplacement de la présidence administrative par un directoire animé par Pierre Mendès France. S’ouvre alors un congrès tumultueux d’où émergent les deux discours de Martinaud-Déplat et de Pierre Mendès France, incarnant deux visions du radicalisme : parti de gestion allié au centre-droit pour le premier, parti moderne de gauche pour l’ancien président du conseil. Mendès France évoque une formation politique plus vivante et plus démocratique qui se donnerait un nombre limité d’objectifs politiques clairs. Un vote aux conditions discutables intervient sur la motion du Rhône, laquelle est adoptée à une forte majorité.

12La commission d’action qui se met provisoirement en place et dont l’objectif est de ranimer la vie interne du parti reflète bien le nouvel équilibre au sein du parti. Les orthodoxes sont représentés par Daladier, Billères, Maroselli et le président de la fédération du Pas de Calais, les mendésistes par trois militants issus des fédérations, Mendès France, président de cette commission assurant le lien entre ces deux courants. De la durée de ce compromis dépend naturellement le succès de l’expérience mendésiste.

La dynamique radicale

Un parti qui se modernise

13Incontestablement, l’arrivée de Pierre Mendès France à la tête du parti radical provoque un dynamisme quant aux effectifs militants. Au congrès d’octobre 1954, le nombre de cartes vendues s’élevait à un peu plus de 71 000 ; on dépasse les 90 000 lors du congrès de novembre 1955 et le parti annonce fièrement en janvier 1956 que le cap des 100 000 adhérents a été franchi. Le fait que beaucoup de ces adhésions arrivent directement place de Valois et non dans les fédérations départementales témoigne de l’influence personnelle de Mendès France et nous conduirait à parler davantage de soutien à l’action d’un homme que de partage des convictions d’un parti.

14Presque toutes les fédérations profitent du mouvement. Toutefois, les fédérations du Sud-Ouest et du sillon rhodanien ne connaissent qu’une légère poussée, alors que les fédérations de la région parisienne, du Nord et de l’Alsace bénéficient d’une croissance spectaculaire. A titre d’exemple, la fédération de la Seine passe en quelques mois de 8 000 à 13 000 cartes vendues. Le nouveau radicalisme s’étoffe ainsi dans la France urbaine et moderne, celle du croissant fertile et du dynamisme des trente glorieuses. Des jeunes, des cadres, des enseignants s’inscrivent en grand nombre au parti radical et Georges Suffert parle dans l’Express de « fraction la plus intelligente de la bourgeoisie française ». Dans une moindre mesure, les effectifs progressent dans les fédérations de l’Ouest, zones à forte pratique religieuse et à influence radicale jusqu’alors réduite.

15La direction valoisienne souhaite former ces nouveaux militants. Plusieurs stages sont organisés en 1955 au siège national du parti, puis devant le succès de la demande, Falcoz et Puisais, proches collaborateurs de Mendès France, installent à Samois, puis à Poigny la Forêt à partir du printemps 1956 un centre d’études et d’action qui tiendra plusieurs sessions.

16De manière plus générale, l’équipe dirigeante entreprend un gros effort de propagande. Propagande interne tout d’abord avec un tour de France des fédérations entrepris par Mendès France au cours du printemps et de l’été 1955, avec comme point d’orgue le vibrant appel aux radicaux dans le discours de Luxeuil le 12 juin. Propagande interne aussi avec une tentative de dépoussiérage du bulletin de liaison, l’Information radicale socialiste, qui s’ouvre à de nombreux articles de fond, notamment ceux consacrés au rappel des sources doctrinales du radicalisme.

17Mais l’effort de propagande est orienté également au-delà du parti radical. Ce dernier entreprend un effort sans précédent en vue des élections du 2 janvier 1956 et donne durant la campagne l’image d’un parti plus moderne. Là encore, ces élections témoignent de la nouvelle donne radicale : si les listes soutenues par la place de Valois obtiennent un peu moins de 10 % des suffrages exprimés, les résultats détaillés montrent un effritement dans les régions rurales (notamment le Sud-Ouest) et une forte poussée dans les régions urbaines, surtout la région parisienne. Le succès électoral dans les départements de la Seine et de la Seine et Oise a été perçu par les observateurs de l’époque comme un véritable séisme politique. A titre d’exemple, les radicaux triplent leur nombre de voix et de sièges (de 3 à 9) dans le département de la Seine. Une analyse de la composition de l’électorat confirme cette révolution. Alors qu’en 1951, les agriculteurs, les rentiers, les retraités et femmes sans profession constituaient 63 % de l’électorat radical, on tombe à 27 % en 1956. Au contraire, le pourcentage de cadres et professions libérales passe de 14 à 31, alors que celui des ouvriers progresse de 13 à 29. Les études montrent aussi que cet électorat est beaucoup plus jeune et féminin en 1956 qu’en 1951.

La clarification politique

18Autre mutation importante de l’expérience mendésiste : la clarification politique. Comme convenu, Mendès France fait adopter par le congrès de novembre 1955 une plate forme programmatique bâtie autour de quelques objectifs simples en vue des élections de 1956 : retour au scrutin d’arrondissement, rétablissement de la laïcité, grande réforme de démocratisation de l’enseignement, intervention croissante de l’Etat pour favoriser la modernisation économique du pays, enfin annonce de réformes économiques et sociales en Algérie accompagnées de l’application loyale du statut de 1947 et d’élections sincères.

19Ces objectifs volontaristes et progressistes conduisent le parti à s’orienter vers un changement d’alliance politique à la fin de 1955, à savoir une rupture avec le centre-droit et un rapprochement avec la SFIO. Dès le 26 octobre, Mendès France vote contre le gouvernement Edgar Faure et de nombreux députés orthodoxes rejoignent cette position au mois de novembre. Mendès est d’ailleurs aidé par le président du Conseil qui n’hésite pas à accumuler les provocations vis à vis de la direction radicale et des orthodoxes : il se fait élire président du RGR le 6 novembre (ce qui le fait apparaître comme pré-scissionniste), louvoie constamment sur le rétablissement du scrutin d’arrondissement et procède à la dissolution de l’Assemblée nationale malgré les mises en garde de la direction valoisienne. Cette dernière décision, publiée de surcroît au journal officiel du 2 décembre, sert de prétexte à Mendès France pour obtenir l’exclusion du parti d’Edgar Faure, puis de tous les néo-radicaux qui se solidarisent avec le président du conseil, notamment Georges Laffargue, René Mayer ou encore Martinaud-Déplat. Le départ d’Edgar Faure et d’une grande partie des néo-radicaux élimine les partisans de l’alliance avec le centre-droit et permet au parti de faire le choix de la coalition de Front républicain. Composé de la SFIO, des radicaux, des divers gauche de l’UDSR et de quelques républicains sociaux, le Front républicain ressuscite quelque peu le cartel des gauches de 1924 avec Herriot comme élément de permanence entre les deux expériences. Dans L’Express du 3 décembre 1955, Mendès France définit de manière un peu abrupte l’affrontement électoral à venir : d’un côté la gauche progressiste du Front républicain, de l’autre la droite qu’il assimile sans retenue aux coupables, aux privilégiés, aux lobbies.

Un équilibre fragile

20Pour terminer sur cette rénovation, je dirai quelques mots sur l’état d’esprit dans lequel a travaillé Mendès France. Conscient, en bon radical, de l’osmose difficile entre les nouveaux radicaux (dits mendésistes) et les radicaux orthodoxes, Mendès France a toujours cherché à calmer l’ardeur de ses plus zélés partisans pour ne pas compromettre l’entreprise de rénovation. Il prend régulièrement ses distances avec les positions extrêmes (exprimées souvent dans LExpress) parce qu’il est conscient qu’il n’est pas majoritaire dans le parti et que son pouvoir passe par le maintien d’un compromis avec les radicaux orthodoxes. Il renonce souvent à ce qui lui apparaît accessoire pour préserver l’essentiel. L’exemple des nouveaux statuts du parti, adoptés par le comité exécutif du 28 juin 1955, est une bonne illustration de cette pratique. Mendès peut confirmer le rôle de la commission Cadillac, réaffirmer le principe de l’autonomie des fédérations départementales et maintenir la suprématie des membres de droit au comité exécutif ; l’essentiel étant pour lui d’obtenir un bureau plus ramassé et de renforcer le rôle du comité exécutif comme véritable Parlement du parti. Il en est de même pour le choix du secrétaire général du parti : Mendès renonce au choix de Léone Georges-Picot au profit de Paul Anxionnaz, plus représentatif de la tradition du parti, le pouvoir réel se trouvant entre les mains de son cabinet et notamment de Paul Martinet, véritable secrétaire général officieux du parti. Dans les fédérations, Mendès France conseille à ses amis d’attendre avant d’en prendre le contrôle. Nombre de fédérations fonctionnent alors à l’image du tandem que forment Herriot et Mendès à la tête du parti (le premier est président à vie sans réel pouvoir, le second a été élu premier vice-président) : le président de la fédération reste un vieux radical classique, mais le pouvoir réel appartient à un vice-président ou à un secrétaire général d’obédience mendésiste.

21Les événements se sont donc accélérés en quelques mois. Mai 1955 : congrès extraordinaire et arrivée de Mendès France à la tête de la commission d’action. Juin : adoption des nouveaux statuts. Novembre : congrès national qui adopte la plate forme programmatique et élit Mendès France à la première vice présidence du parti. Décembre : clarification politique, c’est à dire rupture avec le RGR et constitution du front républicain. Janvier 1956 enfin : poussée mendésiste aux élections législatives au moment même où le parti franchit le cap des 100 000 militants. Un an plus tard, le parti se trouve en lambeaux et l’expérience mendésiste apparaît pratiquement condamnée. Comment peut-on expliquer une chute aussi rapide ?

L’échec de la rénovation

Mendésistes et orthodoxes divisés face à G Mollet

22Disposant d’une majorité relative, le Front républicain gouverne à partir de la fin janvier 1956 avec Guy Mollet comme président du conseil et Mendès France, ministre d’Etat sans portefeuille, accompagné par une douzaine d’autres ministres radicaux. Certes, les radicaux mendésistes déplorent la non-nomination de leur chef de file à Matignon (mais le choix de Mollet par Coty était logique), mais le premier vice-président du conseil est décidé à apporter son concours au gouvernement avec une totale loyauté. Pour les radicaux orthodoxes, l’alliance avec la SFIO demeure la conséquence logique de l’entreprise de rénovation du parti et n’a donc pas à être remise en cause. En précisant devant les jeunes socialistes en février 1956 que « l’union des socialistes et des radicaux est la condition fondamentale de toute action démocratique et sociale en France », Mendès France confirme cette logique. Par ailleurs, les deux tendances alliées au sein du parti se trouvent d’accord pour refuser la réintégration des exclus de décembre 1955.

23Cette entente sera éphémère. La politique algérienne oppose à partir de mars 1956 Mendès France et Guy Mollet. Mendès ne croit pas au préalable du rétablissement de l’ordre avant la mise en œuvre des réformes ; il dénonce le reniement des promesses électorales et, après plusieurs avertissements, il démissionne du gouvernement le 23 mai 1956. Soucieux néanmoins de sauver et l’alliance gouvernementale et l’unité du parti, il demande aux autres ministres radicaux de rester au gouvernement.

24Les radicaux orthodoxes, le ministre de l’éducation nationale René Billères en tête, ne voient pas d’alternative pour le parti à l’alliance du moment. Or, les députés mendésistes, avec Mendès France lui-même à leur tête, entrent dans une stratégie d’opposition au gouvernement Guy Mollet : diatribes sévères d’hommes comme Hernu ou Hovnanian, critiques violentes de L’Express ou plus feutrées de la revue Les Cahiers de la République. Dès le 5 juin, Mendès et ses amis s’abstiennent lors d’un vote de confiance. A partir du mois de décembre, les votes mendésistes deviennent négatifs. Les fédérations mendésistes, notamment celles de la région parisienne, demandent constamment le retrait des ministres radicaux du gouvernement Mollet. La position de Mendès France devient rapidement intenable : le maintien des ministres est naturellement incohérent, mais leur retrait signifierait la rupture avec les radicaux orthodoxes et la fin de la coalition qui dirige le parti radical depuis le printemps 1955.

25De surcroît, Mendès France étend sa critique du gouvernement à tous les aspects de la politique de Guy Mollet : il dénonce le fiasco de l’opération de Suez, critique la dérive inflationniste, rejette les traités européens de CEE et d’EURATOM. Sur tous ces points, les radicaux orthodoxes restent solidaires de Guy Mollet, même si certains élus du Sud-Ouest à l’image de Jean Baylet, s’inquiètent des risques causés par la mise en œuvre du Marché commun. Enfin, l’éventualité de l’abolition de la loi Barangé ouvre un autre front de rupture entre les radicaux : le 17 février 1956, un texte d’origine socialiste proposant l’abrogation de la loi est repoussé à l’Assemblée nationale par 288 voix contre 279 ; or, 17 radicaux ont fait défection, à la fois des mendésistes et des néo-radicaux demeurés au parti. Les orthodoxes, eux, ont voté la proposition de loi et dénoncent la trahison des mendésistes.

La scission d’octobre 1956

26Dès l’été 1956, la position de Mendès France se trouve donc affaiblie à la direction du parti radical. Les radicaux conservateurs demeurés au parti se regroupent derrière le député de Loire-Inférieure André Morice et lancent une opération politique en vue de déstabiliser le premier vice-président du parti. Il s’agit, dans leur esprit, de remplacer la première vice-présidence par une direction collégiale de cinq membres représentant toutes les tendances du parti. La formule n’a certes ni le mérite de la simplicité, ni celui de l’efficacité, mais par son soutien apporté à Guy Mollet, Morice croit pouvoir attirer les radicaux orthodoxes autour de sa proposition. Certes, l’entreprise échoue en octobre 1956 au congrès de Lyon puisque le texte Morice n’obtient que 30 % des voix, mais à quel prix ! Non seulement 30 parlementaires et 20 présidents de fédérations ont soutenu la proposition de direction collégiale, mais surtout les minoritaires refusent de rester au parti et font scission pour fonder une nouvelle formation qui deviendra le Centre républicain. Le parti est abandonné par des hommes comme Morice, Henri Borgeaud, André Marie, mais surtout Henri Queuille. On peut évaluer le nombre de départs à environ 15 000 militants. Certes, de nombreux mendésistes se félicitent de cette scission au nom de la clarification et de la pureté doctrinale, mais le parti se trouve affaibli, sans président du fait de la démission d’Herriot, et divisé par le mécontentement des orthodoxes qui reprochent au premier vice-président de n’avoir pas cherché à éviter la scission. André Maroselli et René Billères préconisent désormais la stratégie de la réconciliation de la famille radicale.

Crise du parti et échec de Mendès France

27Entre octobre 1956 et mai 1957, mendésistes et orthodoxes s’opposent quotidiennement sur la question du départ des ministres, sans qu’une décision claire puisse être prise. Cette ambiguité éclate au congrès extraordinaire du 5 mai 1957. Le retrait des ministres du gouvernement Mollet est adopté par les congressistes, lesquels reviennent sur cette décision quelques heures plus tard en proposant d’adresser un ultimatum au gouvernement, lui enjoignant de mettre en œuvre les réformes sans délai sous peine de démission des ministres radicaux. Le cabinet Mollet tombera 15 jours plus tard sans que la menace ait été mise en exécution et que l’expression « sans délai » ait reçu une traduction concrète.

28Autre pierre d’achoppement entre orthodoxes et mendésistes, la discipline de vote au sein du groupe parlementaire radical-socialiste. Mendès France la situe à mi-chemin entre la discipline rigide des partis de gauche et le laisser-faire des partis conservateurs. Les discussions durent plusieurs mois au sein du parti. Finalement un accord intervient le 11 mars 1957 lors d’une réunion à Chartres entre les parlementaires, les ministres et la direction du parti. Il s’agit bien d’une révolution dans les habitudes car, si le principe de la liberté de vote est réaffirmé pour la majorité des scrutins, il est proposé une discipline impérative sur la décision du groupe parlementaire lors des votes d’investiture. Enfin, une discipline moins rigide jouera lors des scrutins avec question de confiance car l’abstention sera autorisée, quelle que soit la décision du groupe.

29Les accords de Chartres volent en éclats à deux reprises. Le 28 mars 1957, lors d’un scrutin de confiance au cabinet Guy Mollet, le groupe parlementaire radical utilise des arguments juridiques divers pour proclamer la liberté de vote. Le 21 mai, le groupe décide de s’abstenir sur un nouveau vote de confiance ; quatre députés ne respectent pas la consigne et votent en faveur du gouvernement. Cette dernière défaite de Mendès France est confirmée à deux reprises dans les jours qui suivent : il est désavoué par le bureau du parti qui refuse d’exclure les députés indisciplinés, puis par la commission Cadillac qui décide, après la chute de Guy Mollet, d’ouvrir des discussions sur une nouvelle participation ministérielle des radicaux. Usé par toute l’énergie déployée en vain, lassé des querelles et des marchandages, Mendès France remet le 25 mai 1957 sa démission de premier vice-président du parti radical.

30Dès lors, même si les mendésistes conservent des postes de commande au sein du parti jusqu’au début 1958, l’expérience est terminée. L’ancien premier vice-président, à nouveau isolé politiquement, effectue un repli doctrinal autour des Cahiers de la République et du centre d’études et d’action, repli vite assimilé par les adversaires de Mendès France à du fractionnisme. La constitution du ministère Bourgès-Maunoury semble préparer une réconciliation des radicaux puisqu’y figurent avec les orthodoxes un homme comme André Morice, ainsi que d’anciens mendésistes comme Jacques Périer et Michel Soulié. La Dépêche du Midi soutient cette orientation et les fédérations orthodoxes du Sud-Ouest boycottent le comité exécutif du 28 juin 1957 pour ne pas avoir à s’expliquer avec les mendésistes.

31Lors du congrès de Strasbourg en novembre 1957, une motion d’inspiration mendésiste l’emporte encore sur un texte soutenu par les orthodoxes, mais le bureau qui est issu de ces assises marque au contraire la victoire des orthodoxes qui vont s’emparer de tous les postes de direction. Mendès France est à nouveau battu en 1958 puisqu’il ne parvient pas à faire prévaloir une position négative du parti face au retour de de Gaulle. Les mendésistes se regroupent alors dans le Centre d’action démocratique, lequel adhère à l’Union des forces Démocratiques en compagnie de socialistes hostiles au retour de de Gaulle. Le parti radical ayant interdit la double appartenance avec l’UFD, Mendès et ses amis se retrouvent exclus du parti radical en février 1959.

 

32Il serait possible de conclure par une expression de François Mauriac relevée dans L’Express en mai 1957 : « que de temps perdu, un parti ne se rajeunit pas ». En effet, ces propos reflètent bien l’échec de la politique de rénovation du parti radical, ainsi que le temps consacré par Pierre Mendès France à la gestion des conflits internes. Mais il est sans doute préférable de se référer à une phrase de Georges Montaron, phrase qui est antérieure à l’arrivée de Mendès à la direction valoisienne : « Mendès, oui, s’il n’est pas captif du radicalisme ». En effet, s’il n’y a pas d’opposition entre Mendès France et le radicalisme (« Mendès était radical et il était lui-même « m’avait écrit Roger Humbert en 1983), il existe une véritable antinomie entre le radicalisme et ce que l’on nomme le mendésisme, mouvement essentiellement exogène au radicalisme et ne reposant pas sur les mêmes valeurs, les mêmes assises, les mêmes strates idéologiques. En ce sens, la greffe mendésiste sur le parti radical avait peu de chances de réussir.

33Quoi qu’il en soit, l’échec de l’expérience mendésiste a isolé Mendès France sur le plan politique, a créé un schisme insurmontable chez les radicaux en laissant un parti affaibli et éclaté avec au moins quatre obédiences (RGR, Centre républicain, orthodoxes, mendésistes). Au delà, c’est la République elle-même qui devait souffrir de l’échec de Mendès France avec l’impossibilité prouvée de moderniser et de réformer le régime parlementaire. Une fois de plus, l’ancien président du conseil put jouer les Cassandre devant le comité exécutif du 28 juin 1957 en annonçant que l’hiver « prochain sera l’hiver de la dernière chance de la République ». En effet, après 1957 vint 1958.

Auteur

Docteur en histoire

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540