Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Chapitre 8. La reconstruction du parti radical après la Seconde Guerre mondiale et le néo-radicalisme

Bernard Lachaise

A la mémoire d’Eric Duhamel qui nous a quittés trop vite et trop jeune en 2000. Eric était un excellent connaisseur de l’histoire politique française de la IVe République qu’il avait largement contribué à enrichir et à rénover. Il nous manque

Texte intégral

  • 1 Francis de Tarr, The French Radical Party from Herriot to Mendès France, Oxford University Press, 1 (...)
  • 2 Eric Duhamel, L’Union Démocratique et Socialiste de la Résistance, 1945-1965, Université de Paris I (...)
  • 3 Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999 et « Le centre à la (...)
  • 4 Patrick et Philippe Chastenet, Chaban, Paris, Le Seuil, 1991 ; François Le Douarec, Félix Gaillard (...)

1Après les travaux pionniers de Francis de Tarr (1961) et de Philip Williams (1971) – comme le rappelait Jean-Marie Mayeur en 1991 –, l’ouvrage sous la direction de Gilles Le Béguec et Eric Duhamel, La reconstruction du parti radical 1944-1948, publié en 1993 à partir des actes du colloque organisé par la Société d’Histoire du Radicalisme, constitue désormais la référence incontournable pour évoquer le radicalisme au lendemain de la Seconde Guerre mondiale1. Mais s’y ajoutent des travaux importants menés durant la dernière décennie pour éclairer le radicalisme de l’après Seconde Guerre mondiale : d’une part, les recherches et écrits d’Eric Duhamel2 ; ensuite, les contributions de Serge Berstein sur la culture politique, les actes du colloque de l’IHTP sur les élites politiques locales et les travaux d’Olivier Wieviorka3 ; enfin, de nombreuses biographies4.

  • 5 Gérard Baal, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, 1994, p. 96.

2Etudier la reconstruction du parti radical après la Seconde Guerre mondiale n’est-ce pas, comme le fait l’historien du radicalisme Gérard Baal poser la question : « Les morts peuvent-ils ressusciter ? »5. Examiner l’état du parti de la place de Valois en 1945, c’est décrire un incontestable affaiblissement mais il faut toutefois nuancer l’image d’un parti mortellement atteint. Ensuite, il est nécessaire de montrer et d’expliquer les étapes et les bases de la reconstruction du parti. Enfin, il s’agit d’esquisser le visage du « néo-radicalisme » dont la nouveauté n’est que relative.

 

  • 6 S. Berstein, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 7.
  • 7 J.-P Cointet, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 50.
  • 8 Entretien accordé par Michel Debré à Eric Duhamel, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op (...)
  • 9 L’Année politique 1945 ; Robert Mencherini, « Les changements des rapports de force politiques », d (...)
  • 10 Alfred Wahl, « Le choc politique de la Libération », dans Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (dir.) (...)
  • 11 Chiffres issus de Pierre Avril, Personnel politique français 1870-1988, Paris, PUF, 1989.
  • 12 A l’exception de Mendès France jusqu’en avril 1945, de Giaccobi et de René Mayer dans le premier ca (...)

3Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le parti radical est très affaibli et ressemble, selon l’expression de Serge Berstein, à « un champ de ruines »6. Multiples sont les marques du déclin de la « maison radicale ». Le parti souffre d’un déficit d’image. Les sondages le montrent : au début 1945, 30 % seulement des Français donnent encore un avenir au parti et en juin, 12 % à peine7. Le témoignage de Michel Debré l’atteste : « Herriot et Daladier me paraissaient des vieillards qui avaient conduit la France au désastre. Daladier en particulier qui restait pour moi l’homme de Munich, événement décisif, qui a très largement déterminé le reste de ma vie. Je n’ai par exemple jamais pu envisager de serrer la main de G. Bonnet »8. Le recul électoral est particulièrement visible. Après les municipales de 1945, 18,1 % des conseils municipaux sont à majorité radicaux-socialistes contre 25,5 % en 1935 et le parti perd 30 % des mairies9. Aux cantonales de 1945, les radicaux perdent un tiers des sièges et beaucoup de présidences de Conseil général10. Aux élections de la première Assemblée constituante, en octobre 1945, le radicalisme n’attire que 7,3 % des inscrits contre 16,6 % en 1936 et compte d’illustres battus dont Daladier, Queuille et Mendès France… Le même jour, le « non » préconisé par les radicaux lors du référendum ne recueille que 4 % des suffrages. Au sein du Conseil de la République élu en décembre 1946, le groupe radical ne compte que 32 élus (soit 10 %) alors qu’il était fort de 151 élus dans le Sénat de 1939 (soit plus de 48 %)11. Enfin, le parti qui avait été un des piliers des gouvernements de la IIIe République est presque absent de l’exécutif entre août 1944 et janvier 194712.

  • 13 Olivier Wieviorka, Les orphelins… op. cit., p. 122 et 254.

4Le déclin s’explique d’abord par le discrédit du parti radical qui souffre de la mauvaise image de la IIIe République dans l’esprit des Français et de l’attitude d’une majorité de ses chefs entre 1940 et 1944. Comme l’écrit Olivier Wieviorka, « la faible résistance des radicaux à l’octroi des pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940… reflète l’effondrement d’une formation pourtant prédestinée à défendre un régime républicain auquel elle avait, depuis le tournant du siècle, lié son sort » et « 25 % des parlementaires siégeant dans les conseils départementaux sont des radicaux-socialistes, soit les plus nombreux et de loin »13. Les radicaux – dont Georges Bonnet, un des ministres les plus en vue en 1939 – représentent environ 10 % des membres du Conseil national de Vichy. De tels choix font que beaucoup d’élus radicaux d’avant-guerre sont inéligibles en 1945. Le parti n’a pas une image « résistancialiste » à la Libération. Il n’incarne pas l’avenir et ne répond pas à la soif de renouveau créé par la Résistance qui permet au PCF, à la SFIO et au MRP d’avoir le vent en poupe. En plus de ses cadres, le parti perd parfois, pour les mêmes raisons, ses journaux : le cas du grand quotidien de Toulouse, La Dépêche, qui n’est autorisé à reparaître qu’en novembre 1945 sous un autre nom et surtout en novembre 1947 sous son appellation actuelle La Dépêche du Midi, en constitue un bel exemple. Enfin, le nouveau mode de scrutin, la représentation proportionnelle et le suffrage féminin à l’égard desquels le parti s’était toujours montré majoritairement hostile défavorise, en 1945, le radicalisme.

  • 14 La région « Sud-Ouest aquitain » compte ici onze départements (Charente, Charente-Maritime, Dordogn (...)
  • 15 O. Wieviorka, Les orphelins… op. cit., p. 345.
  • 16 J.-P. Brunet, op. cit., p. 122-123.
  • 17 S. Berstein, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 9.

5Pourtant, tout n’est pas en ruines. Le déclin radical, il ne faut pas l’oublier, est amorcé avant la guerre comme le montrent les résultats des élections municipales de 1935 et des législatives de 1936. Mais surtout, le parti conserve de « beaux restes » électoraux. Car si le déclin électoral est réel, il n’en est pas moins inégal et beaucoup plus fort dans les assemblées nationales qu’à l’échelon local, comme le montre l’exemple du Sud-Ouest aquitain. Dans cette région, en 1945, dans les municipalités, les radicaux gardent entre un tiers et la moitié des sièges ; plus d’un tiers des villes de plus de 9 000 habitants et dans les conseils généraux, 44 % des élus (au lieu de 55 %) et quatre présidences de Conseil général sur onze (contre sept avant guerre)14. Les bases locales, dans la France profonde, ainsi conservées ont joué un rôle essentiel pour l’avenir du radicalisme. Mais la mauvaise image des radicaux due à la guerre doit elle aussi être nuancée. Dès juin 1940, plusieurs personnalités du parti – Mendès France, Zay, Campinchi, Bastid, Delbos etc. – étaient parties sur le « Massilia » pour manifester leur volonté de poursuivre la guerre. Le 10 juillet 1940, vingt-six parlementaires radicaux figurent parmi les Quatre-Vingts qui refusent les pleins pouvoirs à Pétain. Le parti a ses martyrs comme Jean Zay, François de Tessan ou Maurice Sarraut et compte dans ses rangs beaucoup de déportés dont Daladier, Herriot, Albert Sarraut, Delbos : « les radicaux-socialistes acquittent un tribut élevé (vingt parlementaires déportés) qui excède leur poids relatif dans les Chambres. 37 % des élus déportés appartiennent au parti d’Herriot alors qu’ils ne représentaient que 29 % des parlementaires en 1940 »15. Enfin, contrairement à « une idée reçue » selon laquelle « le parti radical avait peu participé à la Résistance, son palmarès en la matière était au contraire assez brillant… : Rucart… Queuille… Mendès France… Cot… et surtout Jean Moulin »16. Enfin, l’adhésion au parti de jeunes comme Debré, Chaban, Gaillard, Faure, Bourgès-Maunoury, Jean-Paul David etc. est significative : même s’il y a calcul – pour faire carrière – cela signifie au moins que ces hommes considèrent que « ce parti est porteur »17.

 

  • 18 Jean-Marie Mayeur, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 231.

6Effectivement, entre 1946 et 1948 principalement, le redressement du parti radical est réalisé et les radicaux retrouvent un poids non négligeable dans l’histoire, de la République. Le retour aux commandes, au moins partiel, apparaît clairement dans la place du parti dans les majorités et les gouvernements. Il passe par un léger renforcement électoral. Dans les assemblées constituantes puis nationales, les radicaux passent de 7,3 % en octobre 1945 à 8,9 % en juin 1946 puis 8,7 % en novembre 1946. La progression au Conseil de la République est plus sensible : de 32 élus en 1946 à 79 en 1948 (soit près d’un quart des élus). Les radicaux retrouvent des postes de responsabilité : en janvier 1947, Herriot est élu président de l’Assemblée nationale ; en mars 1947, Gaston Monnerville devient président du Conseil de la République et Albert Sarraut accède à la présidence de l’Assemblée de l’Union française en juillet 1951. Le retour au gouvernement n’en est pas moins visible. Le nombre de ministres radicaux s’accroît et à partir de janvier 1947, représente entre un quart et un tiers du gouvernement : le parti est devenu – ou redevenu – « une pépinière d’hommes de gouvernement »18. Avant Edgar Faure (1952), René Mayer (1953) et Mendès France (juin 1954), les radicaux André Marie (juillet 1948) puis Henri Queuille (septembre 1948 puis juillet 1950 puis mars 1951) sont les premiers radicaux à accéder à Matignon.

  • 19 Jean-Louis Rizzo, « la reconstruction de la Place de Valois 1944-1946 » et Bernard Lachaise, « la r (...)
  • 20 Sabine Jansen, « La scission progressiste≥ », dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit (...)

7Un tel retour, symbole du redressement pour ne pas dire la « résurrection » du parti radical, a plusieurs origines. Il s’explique d’abord par la renaissance du parti. Amorcée à Alger à partir de 1943, poursuivie à Paris, entre le congrès de décembre 1944 et 1946, la reconstruction a certes été « laborieuse », selon la formule de Jean-Louis Rizzo, mais elle aboutit, tant au sommet qu’à la base car le travail de reconstruction s’effectue aussi dans la France provinciale19. Le redressement s’explique aussi par le positionnement du parti sur le nouvel échiquier politique car la question était essentielle comme l’expliquait en décembre 1944 Pierre Cot : « Allons-nous nous orienter vers la gauche ou vers la droite ? »20. Les radicaux choisissent en 1946, en entrant d’une part dans le Rassemblement des Gauches Républicaines (RGR) et en se séparant, d’autre part, de l’aile gauche du parti.

  • 21 Profession de foi d’Yvon Delbos, député de la Dordogne, novembre 1946.
  • 22 J.-M. Mayeur, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 230.
  • 23 G. Le Béguec, dans Gilles Le Béguec, Denis Peschanski, op. cit., p. 411.

8Le RGR, créé en avril 1946, est beaucoup plus qu’un cartel électoral. C’est une véritable confédération de partis, conçue après la défaite électorale du parti radical et de l’UDSR en octobre 1945, à l’initiative de radicaux (dont Paul Anxionnaz et Jean-Paul David, député de Seine-et-Oise, qui en fut la cheville ouvrière) et d’UDSR. Le RGR regroupe sept formations : le parti radical-socialiste, l’UDSR, l’Alliance démocratique, le parti démocrate, le parti radical indépendant, le parti républicain socialiste et le parti républicain et social de la Réconciliation française. Le RGR a permis la remontée du parti radical et des « centres » en général dès juin 1946. C’est le parti radical-socialiste qui en a le plus profité. Le RGR occupe une place essentielle au cœur de la Troisième Force et centrale sur l’échiquier politique, comme l’exprime Yvon Delbos en 1946 : « Le RGR combat à la fois le fascisme blanc et le totalitarisme rouge »21. Les radicaux qui penchaient pour la gauche sont exclus en 1946 : Pierre Cot, Albert Bayet, Jacques Kayser etc. constituent les figures de proue de cette « scission progressiste » au sein du parti. Enfin, un certain nombre de radicaux n’hésitent pas à prendre, en 1947, « l’ascenseur du gaullisme », selon la formule de Jean-Marie Mayeur22. Radicaux et gaullistes n’ont-ils pas figuré parmi les opposants à la constitution de 1946 ? Des accords entre eux s’établissent dès novembre 1946, dans le cadre de « l’Union gaulliste », puis pour les municipales de 1947 et même les élections du Conseil de la République en 1948. La double appartenance ou « bigamie » radicale/gaulliste a beaucoup été pratiquée, plus à la base, il est vrai, qu’au sommet malgré les brillantes exceptions de Jacques Chaban-Delmas et de Michel Debré et plus dans certaines régions (comme le Sud-Ouest aquitain) que dans d’autres. Gilles Le Beguec a souligné, à l’échelon national, « l’attraction – beaucoup plus forte qu’on ne l’a supposé longtemps – du RPF sur toute une frange du petit personnel radical »23.

  • 24 Jacques Chaban-Delmas, L’ardeur, Paris, Stock, 1975, p. 139.
  • 25 J.-M. Mayeur, ibid.

9Des raisons moins électorales contribuent, enfin, à comprendre le redressement du parti radical. Il est ainsi certain que le parti a bénéficié de l’identification du radicalisme à la République, de son expérience du pouvoir : de Gaulle n’a-t-il pas dit à Chaban que c’est au parti radical qu’il allait trouver « les derniers vestiges du sens de l’Etat » ?24 Ainsi s’explique largement – au-delà des intérêts personnels moins nobles – la capacité d’attraction du parti sur des jeunes issus de la Résistance dont Chaban ou Bourgès-Maunoury. La conjoncture politique se révèle également favorable. En 1946, les radicaux bénéficient de l’absence de forces organisées à droite, dans de nombreux départements, et recueillent les suffrages des électeurs anti-collectivistes et hostiles au tripartisme. En 1947, comme l’écrit Jean-Marie Mayeur, « la fin du tripartisme, la guerre froide… font des radicaux une composante indispensable de ce centre républicain qu’est la Troisième Force »25.

10Ainsi reconstruit, quel est le visage du parti radical ? En quoi consiste le « néo-radicalisme » souvent évoqué pour le qualifier, dans les années d’après-guerre ?

  • 26 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, « Modernisation et transformation des partis politiques au déb (...)

11Est-il si nouveau ? Il faut se méfier du mot qui a déjà été utilisé… au XIXe siècle ! En réalité, beaucoup de changements au sein du radicalisme ont été amorcés sous la IIIe République, au milieu des années 1930. Le radicalisme de 1947-48 ne se réfère pas au « passé traditionnel du radicalisme » et « reste fidèle au choix libéral, modéré, violemment anticommuniste et proche de la droite au point de renoncer à toute velléité anticléricale, qu’il avait opéré en 1938 »26.

  • 27 La plupart des citations qui suivent sont extraites des professions de foi de la liste RGR conduite (...)

12Les idées radicales au début de la IVe République ressemblent beaucoup à celles de la fin de la IIIe République. La lecture des professions de foi fournit un excellent résumé des convictions des radicaux27. Dans le domaine des institutions, le parti répète son opposition à la constitution de 1946 qui n’est pas vraiment démocratique et à la loi électorale qualifiée de « mode de scrutin absurde et odieux » où « le bulletin de vote n’est plus qu’une carte forcée ». Il rappelle son attachement au scrutin d’arrondissement à deux tours et son désir de voir engager une réforme constitutionnelle.

13Sa position politique est résolument au centre et marquée par un anticommunisme beaucoup plus vif que l’anti-gaullisme. Dès 1946, il dénonce la menace communiste à l’intérieur car le PCF conduirait à « la dictature du parti unique, la suppression rapide de la propriété privée et de toutes les libertés » et à l’extérieur, au temps de la Guerre froide, car « l’impérialisme soviétique représente le péril mortel qui menace la France et le monde ». Dès 1947, il affirme sa double opposition au communisme et au gaullisme car il refuse « la dictature du prolétariat et la dictature d’un homme ». L’anticommunisme conduit à faire très clairement le choix de l’Occident : le parti se déclare pour « le bloc spirituel autant qu’économique formé par les nations occidentales » et pour une entente internationale qui commence à « réunir les nations de l’Europe occidentale ». Dans le domaine de la politique coloniale, les radicaux s’affichent comme les défenseurs de l’Empire et luttent « contre la politique Outre-Mer où les communistes et parfois aussi les socialistes soutiennent les tendances séparatistes ». En 1951, il faut lutter, écrivent-ils, pour « repousser l’agression communiste en Indochine ».

14En matière de politique économique, dès 1946, les radicaux protestent « contre les prodigalités et gaspillages du tripartisme qui accélère la ruine des finances et contre un dirigisme incohérent ». En 1951, ils affirment leur attachement à « la liberté notamment économique, contre toute forme de capitalisme d’Etat, pour le droit de propriété, la libre entreprise » et ils affirment : « nous avons, seuls de tous les partis de gauche, défendu la petite propriété depuis 1946, à propos de la loi du métayage » et préconisent une meilleure application des nationalisations et de la sécurité sociale ».

  • 28 Congrès radical de Toulouse. IEP de Paris. Mic 118 (4).

15Enfin, les radicaux – même les plus jeunes – restent profondément imprégnés de la culture politique radicale de la IIIe République comme l’illustre l’intervention de Maurice Faure, lors du congrès de Toulouse en 1949 : « le radicalisme est plus particulièrement peut-être l’apanage de notre Midi, surtout dans la zone d’influence de La Dépêche. J’en veux trouver la raison dans la structure sociale de cette région où dominent les petits propriétaires ruraux qui demeurent, en définitive, le meilleur rempart de la République. Ici point d’immenses fermes, pas davantage d’usines tentaculaires, mais plutôt des ateliers, des fabriques, des fonds de commerce qui, si importants qu’ils soient, restent toujours à l’échelle humaine. Ainsi s’est réalisée, sur notre coin de terre privilégié, à la fois par la variété de ses ressources, les douceurs de son climat, la beauté mesurée de ses paysages et le calme tout champêtre de sa vie, l’évolution générale vers le progrès social qui doit élever sans cesse le plus grand nombre de Français vers la propriété privée de leur maison et de leurs champs et faire d’eux, ainsi, des citoyens autonomes qui se grisent de l’incomparable parfum qui se dégage de la liberté »28.

  • 29 G. Baal, op. cit., p. 100.
  • 30 Ibid.

16Le renouvellement des hommes est-il plus fort que celui des idées ? La réponse n’est positive que pour les élus nationaux du parti car l’électorat se caractérise par un âge assez avancé, par la sur-représentation des hommes et repose sur les bases sociales traditionnelles29. Dans les groupes parlementaires radicaux entre 1945 et 1951, il est au contraire très clair que le poids des « anciens » caciques d’avant-guerre décline au profit de nouveaux venus : si parmi les députés radicaux de la première Assemblée constituante en 1945, les deux tiers sont des anciens parlementaires de la IIIe République, dès juin 1946, les « anciens » ne représentent plus que la moitié du groupe, en novembre 1946 un tiers et en juin 1951, moins d’un tiers (20 sur 67). Dans le parti s’opère donc une vraie relève, avec beaucoup d’hommes jeunes – le mot « homme » s’impose car aucune femme ne figure dans les rangs radicaux au Palais Bourbon et à cet égard, le parti de la Place de Valois reste très traditionnel au moment où les autres forces politiques comptent au moins quelques élues – : parmi ces nouveaux députés radicaux, Jean Baylet, René Billères, Maurice Bourgès-Maunoury, Henri Caillavet, Jacques Chaban-Delmas, Jean-Paul David, Edgar Faure, Maurice Faure, Félix Gaillard… En plus de constituer cette « pépinière d’hommes de gouvernement » évoquée par Jean-Marie Mayeur, ces députés comptent en leur sein les futurs chefs du parti comme Gaillard, Maurice Faure et Billères… Certes l’impression de relève doit être atténuée car il faut attendre la fin des années 1950 pour que les « cadets » accèdent aux postes de responsabilité dans le parti et l’Etat (Bourgès-Maunoury, Gaillard) : dans l’immédiat après-guerre, ce sont les « vétérans » qui incarnent le radicalisme (Herriot, Daladier bien sûr, mais aussi Marie, Queuille, Delbos et même d’une certaine façon Mendès, bien qu’appartenant à une autre génération). La géographie du radicalisme des débuts de la Quatrième République n’apparaît pas nouvelle : à l’exception de l’Afrique du nord, la continuité l’emporte même si certains des bastions d’avant-guerre ont été atteints, notamment par la poussée socialiste30.

 

  • 31 Ibid., p. 96.

17Quoiqu’il en soit, force est de constater que le parti radical a réussi à se reconstruire rapidement et à retrouver très vite une place non négligeable dans la vie politique française de la IVe République. Certes, son influence, tant dans les gouvernements qu’au Parlement, est moindre qu’avant la guerre mais elle est remarquable si on la mesure à la situation du parti en 1945 ou si on la compare à celle – très réduite – qui reste la sienne une dizaine d’années plus tard, sous la Ve République. A ce titre, le temps de la reconstruction correspond bien à ce que Gérard Baal a appelé « l’été de la Saint-Martin » du radicalisme31. Le RGR et le « néo-radicalisme » témoignent du choix du centre et même d’un glissement vers la droite : ce n’est, cependant, dans l’histoire du radicalisme, ni la première, ni la dernière fois qu’une telle évolution, marquée par des déchirements internes, se produit…

Annexes

DOCUMENTS-ANNEXES

1.– Résultats électoraux du parti radical (1945-1956)

* Aux élections législatives (source : Claude Leleu, Géographie des élections françaises depuis 1936, PUF, 1971 et Pierre Avril, Personnel politique français 1870-1988, PUF, 1989).

* Au Conseil de la République (source : Pierre Avril, Personnel politique français 1870-1988, PUF, 1989).

2.– Le parti radical à l’Assemblée (1945-1951)

Soulignés = anciens parlementaires de la IIIe République
Sources : Archives de l’Assemblée nationale

3.– Le parti radical dans les gouvernements de 1945 à 1951 (Source : P. Avril, op. cit.)

• 1er Cabinet de Gaulle (IX 1944-XI 1945) : Mendès France (jusqu’en IV 1945), Paul Giacobbi, René Mayer (3 sur 22)

• 2e Cabinet de Gaulle (XI 1945-I 1946) : Paul Giacobbi (1 sur 18)

• Cabinet Gouin (I 1946-VI 1946) : 0

• 1er Cabinet Bidault (VI 1946-XII 1946) : 0

• Cabinet Blum (XII 1946-I 1947) : 0

• Cabinet Ramadier (I 1947-X 1947) : Delbos, Marie, Maroselli (3 sur 27)

• Cabinet Ramadier remanié (X 1947-XI 1947) : Delbos, Marie, Maroselli (3 sur 14)

• 1er Cabinet Schuman (XI 1947-VII 1948) : Marie, Maroselli, Mayer, Bourgès-Maunoury, Gaillard, Morice (6 sur 27)

• Cabinet Marie (VII 1948-IX 1948) : Morice, Queuille, Mayer, Bourgès-Maunoury, Delbos, Maroselli (6 sur 25)

• 2e Cabinet Schuman (IX 1948) : Marie, Mayer, Bourgès-Maunoury, Tony-Révillon (4 sur 24)

• 1er Cabinet Queuille (IX 1948-X 1949) : Devinat, Edgar Faure, Marie, Delbos, Morice, Jules-Julien, Tony-Révillon (7 sur 33)

• 2e Cabinet Bidault (X 1949-VII 1950) : Queuille, Mayer, Maroselli, Edgar Faure, Delbos, Morice, Charles Brune (7 sur 33)

• 2e Cabinet Queuille (VII 1950) : Delcos, Dulin, Berthoin, Giacobbi, Mayer, Maroselli, Edgar Faure, Morice, Devinat, Bourgès-Maunoury, Brune (11 sur 30)

• 1er Cabinet Pleven (VII 1950-III 1951) : Bourgès-Maunoury, Mayer, Queuille, Maroselli, Edgar Faure, Morice, Brune, Giacobbi (8 sur 34)

• 3e Cabinet Queuille (III 1951-VIII 1951) : Bourgès-Maunoury, Mayer, Maroselli, Edgar Faure, Morice, Brune (6 sur 33)

Notes

1 Francis de Tarr, The French Radical Party from Herriot to Mendès France, Oxford University Press, 1961 ; Philip Williams, La vie politique sous la IVe République, Paris, Armand Colin, 1971 ; Gilles Le Béguec et Eric Duhamem (dir.), La reconstruction du parti radical, 1944-1948, Paris, L’Harmattan, 1993.

2 Eric Duhamel, L’Union Démocratique et Socialiste de la Résistance, 1945-1965, Université de Paris IV, 1993 ; « Matériaux pour l’histoire du RGR », dossier coordonné par Eric Duhamel, Recherches contemporaines, no 5, 1998-1999, Université de Paris X-Nanterre, pp. 162-321.

3 Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999 et « Le centre à la recherche de sa culture politique », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 44, octobre-décembre 1994 ; Le Béguec, D. Peschanski (dir), Les élites locales dans la tourmente du Front Populaire aux années cinquante, CNRS Editions, 2000 (actes d’un colloque de 1997), Olivier Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière, Le Seuil, 1994 et surtout Les Orphelins de la République, Le Seuil, 2001.

4 Patrick et Philippe Chastenet, Chaban, Paris, Le Seuil, 1991 ; François Le Douarec, Félix Gaillard 1919-1970. Un destin inachevé, Paris, Economica, 1991 ; Bernard Lachaise, Yvon Delbos 1885-1956. Biographie, Périgueux, Editions Fanlac, 1993 ; Elisabeth du Réau, Edouard Daladier 1884-1973, Paris, Fayard, 1993 ; Francis de Tarr, Henri Queuille en son temps. Biographie, Paris, La Table Ronde, 1995 ; Jean-Paul Brunet, Gaston Monnerville. Le Républicain qui défia de Gaulle, Paris, Albin Michel, 1997 ; Paul Marcus, Bourgès-Maunoury. Républicain indivisible, Biarritz, Atlantica, 1997. Sabine Jansen, Pierre Cot, un antifasciste radical, Paris, Fayard, 2002. D’autres biographies de radicaux sont encore inédites comme celle de Jacques Puyaubert sur Georges Bonnet (Bordeaux 3-2001).

5 Gérard Baal, Histoire du radicalisme, Paris, La Découverte, 1994, p. 96.

6 S. Berstein, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 7.

7 J.-P Cointet, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 50.

8 Entretien accordé par Michel Debré à Eric Duhamel, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 240.

9 L’Année politique 1945 ; Robert Mencherini, « Les changements des rapports de force politiques », dans Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (dir.), op. cit., p. 40.

10 Alfred Wahl, « Le choc politique de la Libération », dans Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (dir.), op. cit., p. 65.

11 Chiffres issus de Pierre Avril, Personnel politique français 1870-1988, Paris, PUF, 1989.

12 A l’exception de Mendès France jusqu’en avril 1945, de Giaccobi et de René Mayer dans le premier cabinet de Gaulle puis Giaccobi seul dans le second cabinet de Gaulle. Aucun radical ne participe au gouvernement entre janvier 1946 et janvier 1947.

13 Olivier Wieviorka, Les orphelins… op. cit., p. 122 et 254.

14 La région « Sud-Ouest aquitain » compte ici onze départements (Charente, Charente-Maritime, Dordogne, Gers, Gironde, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées, Tarn-et-Garonne). Chiffres issus de Bernard Lachaise, Le gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF, Talence, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997.

15 O. Wieviorka, Les orphelins… op. cit., p. 345.

16 J.-P. Brunet, op. cit., p. 122-123.

17 S. Berstein, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 9.

18 Jean-Marie Mayeur, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 231.

19 Jean-Louis Rizzo, « la reconstruction de la Place de Valois 1944-1946 » et Bernard Lachaise, « la reconstruction du parti radical dans le Sud-Ouest », dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel, op. cit., p. 253.

20 Sabine Jansen, « La scission progressiste≥ », dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 153.

21 Profession de foi d’Yvon Delbos, député de la Dordogne, novembre 1946.

22 J.-M. Mayeur, dans Gilles Le Béguec et Eric Duhamel (dir.), op. cit., p. 230.

23 G. Le Béguec, dans Gilles Le Béguec, Denis Peschanski, op. cit., p. 411.

24 Jacques Chaban-Delmas, L’ardeur, Paris, Stock, 1975, p. 139.

25 J.-M. Mayeur, ibid.

26 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, « Modernisation et transformation des partis politiques au début de la IVe République », dans La France en voie de modernisation 1944-1952, colloque de la FNSP 4 et 5 décembre 1981. Inédit, p. 34-35.

27 La plupart des citations qui suivent sont extraites des professions de foi de la liste RGR conduite par Yvon Delbos en Dordogne en novembre 1946 et en 1951.

28 Congrès radical de Toulouse. IEP de Paris. Mic 118 (4).

29 G. Baal, op. cit., p. 100.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 96.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Soulignés = anciens parlementaires de la IIIe RépubliqueSources : Archives de l’Assemblée nationale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search