Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Troisième partie. Le radicalisme des IVe et Ve Républiques

Introduction

Serge Berstein y Marcel Ruby

Texto completo

1Comme la première guerre mondiale, la guerre de 1939-1945 a représenté un passage à vide pour le parti radical. Comités tombés en sommeil, assemblées législatives, conseils généraux et municipaux suspendus, vie politique réduite aux milieux vichyssois ou collaborationnistes, action résistante supposant le passage à l’illégalité ou à la clandestinité, conduisent à l’atonie ou à l’attentisme la majorité des radicaux. La tentative des milieux néo-radicaux de relancer un parti radical à Vichy fait long feu. Les convictions républicaines de la plupart des radicaux les classent dans les rangs d’une hostilité passive aux nouveaux maîtres ou, pour les plus déterminés et les plus audacieux d’entre eux, dans la résistance. Mais s’il est de nombreux radicaux résistants, on ne saurait parler d’une résistance radicale, puisque le parti a cessé d’exister.

2Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner que, considéré comme le principal responsable de l’impréparation de la France à la guerre et de la défaite qui s’en est suivie, le parti radical connaisse un profond discrédit à la Libération et que les résistants et les intellectuels se hâtent de prononcer l’oraison funèbre de cette formation d’un autre temps. Les échecs des radicaux aux référendums et aux consultations électorales de la Libération paraissent attester de sa disparition programmée. En fait, si le séisme de la guerre et l’euphorie de la Libération paraissent avoir bouleversé le paysage politique français, ils n’ont pas atteint la tectonique de la société française : la France de l’après-guerre dans ses structures sociales, ses aspirations, ses mentalités demeure celle de l’avant-guerre qui avait révélé l’adéquation entre radicalisme et société française. Dès 1946-1947 commence la remontée en puissance d’un parti radical qui retrouve ses électeurs, replace ses notables aux postes de responsabilité, retrouve le chemin des ministères et des présidences, consolide ses zones de force dans le centre et le sud-ouest et opère même des conquêtes électorales en France du nord et de l’est. Mais ce radicalisme n’est plus celui du début du XXe siècle, mais le néo-radicalisme forgé lors du grand tournant de 1936-1938. Il a désormais des ennemis à gauche et des alliés au centre-droit. Et lorsque s’abat sur lui la grande tourmente du mendésisme qui l’invite à se tourner résolument vers la gauche socialiste, il se déchire et se démantèle. Eté de la Saint-Martin du radicalisme, le mendésisme est aussi son chant du cygne.

3Avec la Ve République se précipite le déclin d’un parti qui s’identifie à la tradition parlementaire de la République et aux positions centristes et qui va subir le contre-coup d’une République présidentielle incompatible avec ses propres positions et d’une bipolarisation mortelle sur le plan électoral. Les radicaux jouent leur dernière grande partie nationale en s’engageant résolument en 1962 dans la lutte contre les conceptions gaullistes des institutions. La défaite qu’ils subissent alors ne leur laisse plus d’autre choix que de devenir les satellites des grandes forces politiques qui s’affrontent dans les années 60 et 70. L’heure de vérité sonne en 1972 : les héritiers du radicalisme se divisent en deux fractions qui font rejouer la ligne de clivage sous-jacente depuis 1936, les uns rejoignant la droite libérale, les autres se rangeant sous la bannière de l’union de la gauche. La rupture d’un radicalisme, condamné à jouer le rôle d’une force d’appoint, est désormais consommée.

Autores

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540